Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Visage et portrait, visage ou portrait

 | 
Fabrice Flahutez
, 
Itzhak Goldberg
, 
Panayota Volti

Le portrait inattendu

Thierry Dufrêne

Texte intégral

1Portrait du jour, Visages de dépêche
Le Libé des philosophes est paru ce jour, jeudi 8 novembre 2007.
En « une » et sur la dernière page, un visage : celui, heureux crispé, de George W. Bush,
celui, à la fin,
d’Hanna Schygulla.
Visage d’un moment, persona, masque d’actualité.
Visage de toujours : Geneviève Fraisse dit d’Hanna Schygulla qu’elle est « en majesté ».
Rouge et noir.
D’un côté, mimique figée dans la maquette bicolore du nouveau Libé, de l’autre, face
lumineuse, éclairée, arrachée à la nuit. Le visage s’accompagne d’une main.
En « une », l’image est coupée. C’est un document, le signe d’autre chose.
Le visage est légendé : « French Kiss ». Hier à Washington, Bush rencontrait Sarkozy,
de dos sur la photo.
Le visage de Bush fils ressemble à celui de Bush père. Si l’on se fie trop à l’ADN, on ne
reconnaîtra plus la filiation à un visage : il n’y aura plus de portrait.
La dernière page tient sur un visage, une image qui coupe l’écrit.
Visages de femmes : Maggie Cheung en hystérique, p. 4 ;
des visages de mères, la « meute », un visage au pluriel, des louves – dit l’article ;
plus loin, le visage d’une femme atteinte par la maladie d’Alzheimer qui s’absente dans le
flou photographique, formant un contraste saisissant avec la netteté du napperon qu’elle
avait confectionné autrefois de ses mains agiles.
Deux fois la liste des philosophes qui sont les journalistes du jour :
pas de visage, sauf celui de Marcel Gauchet,
la liste des noms, des cartes de visite face aux visages des Grands de la politique et du 7e art.
Visage de l’écriture.
Çà et là, envahissants, les visages de l’altercation : de l’affrontement politique,
communautaire.
Le visage d’Alberto Moravia. Un autre Alberto, Giacometti, aurait pu le dessiner.
Visage devant la mer, visage et la mer.
Le photomaton, petite vignette qui cache la nudité de Noé ivre, de l’arche de l’actualité.
Ailleurs, p. 19, c’est l’objet qui fait visage.
Le sourire d’Einstein, optimisme du génie, visage vieux-jeune.
Ce sont les corps qui arasent l’érotisme du visage :
le visage est une peau, un poème d’amour du bout du corps, qui n’en finit pas de s’écrire
avant de se figer.
Triple déclinaison : visage, tête, crâne.
Ces visages immenses, le soir de la Nuit blanche, projetés sur un écran blanc dressé au
portail de Saint-Eustache.
Visages tracés, aimés, recherchés, visages qui n’ont plus vingt ans depuis longtemps
– dirait Reggiani –,
visages qui ne sont pourtant pas faits pour ces corps bodybuildés, toujours jeunes auxquels
ils appartiennent aussi peu que le visage sublime du Ressuscité appartient au corps
herculéen que la peinture d’histoire,
parfois, lui prête.
Au bout de la journée, au bout du journal, il y a Hanna Schygulla, devenue ce soir-là
le visage de la
Liberté.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540