Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Visage et portrait, visage ou portrait

 | 
Fabrice Flahutez
, 
Itzhak Goldberg
, 
Panayota Volti

Avant-propos

Fabrice Flahutez et Panayota Volti

Texte intégral

1Le présent ouvrage constitue les Actes de la journée d’études tenue le 16 mai 2007 à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Les interventions sont reproduites dans leur totalité, accompagnées de quelques illustrations, afin de donner une légitime respiration aux textes. L’objectif était de rassembler des équipes de chercheurs confirmés, professeurs et maîtres de conférences avec de jeunes doctorants, autour d’une thématique trans-période. La conférence du plasticien Jean-Marc Cerino a donné lieu à un texte formalisé, mais sa présence restera aussi dans la mémoire des participants, comme un moment exceptionnel d’enrichissement et de dialogue aux prises avec l’art actuel. Le parti pris de cette journée aura été de concilier des champs disciplinaires différents (archéologie antique et médiévale, histoire de l’art de l’Antiquité à nos jours, anthropologie…) et des arts aussi multiples que la sculpture, la peinture, le livre illustré, l’affiche, l’architecture, les textes, la photographie et le graphisme. Il revient à l’initiative d’Itzhak Goldberg d’avoir su fédérer l’enthousiasme des uns et des autres, afin que cette journée soit élaborée et conduite à Nanterre. Le visage et le portrait sont les deux points d’ancrage de la problématique abordée dans cet ouvrage. Ces mots signalent l’imprégnation d’une certaine taxonomie dans la pensée historique en Occident, et en même temps une relative fragilité, en termes de définition, inhérente à l’origine de ces concepts, établis il y a déjà bien longtemps. Que recouvrent aujourd’hui ces mots et quels contenus cachent-ils ? On découvrira dans les pages qui suivent que le portrait ou le visage sont deux régimes de valeurs, et bien qu’ils entretiennent des liens de fraternité, ils n’en sont pas moins des mots qui ont eu leur propre fortune, parallèle et lointaine, antagoniste parfois, se rejoignant souvent. L’histoire de l’art doit re-venir sur ces vocables pour montrer qu’ils touchent de très près la question humaine et par conséquent la tête, la face, la figure, l’apparence, l’intériorité, et pourquoi pas l’identité. Le présent ouvrage n’aurait pas pu voir le jour sans l’aide du conseil scientifique de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense et sans le soutien du Centre de recherche en histoire de l’art et histoire des représentations, que leurs membres en soient chaleureusement remerciés. Nos remerciements vont aussi à l’endroit des étudiants de l’université qui ont témoigné de leur intérêt pour ce projet.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540