Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Emmanuel Lévinas-Maurice Blanchot, penser la différence

 | 
Éric Hoppenot
, 
Alain Milon

Avant-propos

Texte intégral

1La communauté de pensée de Lévinas et Blanchot doit encore nous étonner aujourd’hui, moins parce que l’un était d’origine lithuanienne, l’autre français, l’un de culture juive, l’autre d’éducation catholique, mais parce que l’un est devenu philosophe et l’autre écrivain sans que leurs écritures instaurent leur différence en principe.

2Plusieurs événements vont permettre leur rencontre et le développement d’une amitié durable.

  • 1 Voir au sujet de cette rencontre Maurice Blanchot, « N’oubliez pas », première parution dans L’Arc (...)
  • 2 Blanchot Maurice, « Penser l’Apocalypse », première parution in Le Nouvel Obervateur, 22-28 janvie (...)
  • 3 Voir par exemple En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger, Paris, Vrin, 1982. Ces texte (...)

3Ils se rencontrent à Strasbourg en 19261, où tous deux font des études de philosophie, ils suivent les enseignements de Maurice Halbwachs, Maurice Pradines et Henri Carteron et fréquenteront sans doute les textes qui initient aux « philosophies de l’existence » comme Jean Wahl, Gabriel Marcel et Charles Blondel. Si la phénoménologie allemande n’est pas encore très développée en France dans les années 1920, la rencontre des œuvres de Husserl puis de Heidegger est une véritable révélation pour Lévinas et Blanchot. Ils découvrent très tôt Sein und Zeit, bien avant sa première traduction française, cette rencontre est selon Blanchot « un véritable choc intellectuel2 », quant à Lévinas son dialogue philosophique avec Heidegger sera rarement interrompu3.

  • 4 Il faut souhaiter qu’un jour la correspondance, sans doute rare, mais dense, des deux amis, puisse (...)

4Outre ce contexte intellectuel partagé, la rencontre de Lévinas et Blanchot traverse une époque de terreur. Lévinas le juif, Blanchot le jeune journaliste d’abord très tolérant pour l’antisémitisme des publications qui reçoivent ses articles dans les années 30 (Combat, L’Insurgé). La radicalisation d’une partie de la droite maurassienne et antiparlementaire vers le racisme aurait pu provoquer la rupture entre les deux amis. Mais Blanchot cesse toute activité politique en 1938, pendant les années de captivité de Lévinas, il ne cessera de le soutenir moralement4 et protégera Raïssa son épouse et sa fille, Simone. Plus tard, les deux auteurs seront amenés à méditer l’un et l’autre la création de l’état d’Israël et la Shoah. Maurice Blanchot, ne cessera, en toutes circonstances de soutenir Israël.

  • 5 « C’est là mon salut à Emmanuel Lévinas, le seul ami – ah, ami lointain – que je tutoie, et qui me (...)

5L’amitié d’Emmanuel Lévinas et de Maurice Blanchot s’est tissée d’une proximité paradoxale (ils se sont peu vus finalement) qui a fait front aux heures les plus critiques du xxe siècle. Cette amitié figure comme une interlocution silencieuse à travers leurs écrits : à de multiples reprises, ils se réfèrent l’un à l’autre, se commentent, se rendent hommage5 et se consacrent plusieurs textes. Aussi l’écriture de Blanchot et celle de Lévinas se sont développées et se sont approfondies en réelle intelligence. De la découverte de l’il y a, aux échanges lointains sur le statut de l’œuvre d’art, en passant par le dialogue sur l’éthique, le judaïsme et la Bible citée par Blanchot dans ses écrits les plus tardifs. C’est par le rejet du primat de l’ontologie que les deux auteurs se rapprochent le plus évidemment. C’est sans doute pour cette raison que les noms de Lévinas et de Blanchot sont devenus des références dans le discours d’une certaine postmodernité. Association qui a pu engendrer aussi un certain malentendu notamment autour de la notion de « ethics » dans le monde anglo-saxon, qui a conduit parfois à effacer les différences entre les deux penseurs.

6Et pourtant, ces rapports d’amitié et cette proximité n’empêchent pas que plusieurs auteurs ont signalé un profond écart entre les deux penseurs. Françoise Collin l’a constaté dès 1971 : « il s’agit toujours de deux registres d’écriture et de pensée qui supportent mal la comparaison ». Plus récemment, Jacques Derrida, qui « [d]e son propre aveu a placé son œuvre sous le triple signe de Heidegger, de Blanchot et de Lévinas », reconnaît qu’il s’agit de « deux idiomes intraduisibles » : « Quoi que Lévinas et Blanchot aient dit ou laissé paraître de leur accord, de leur alliance, un abîme les sépare qui pourrait, si on voulait se livrer à cet exercice, donner lieu à d’irréconciliables différends, parfois à des oppositions frontales et explosives. » D’autres fractures peuvent apparaître mais qui jamais n’interrompirent la rencontre.

7Il semble bien que le rapport entre Blanchot et Lévinas ne se laisse pas simplement réduire à une alliance de partenaires qui réagissent contre le primat de l’ontologie dans la pensée occidentale et dont la référence au « neutre » cristallise la différence d’attitude critique face à l’ontologie heideggerienne. Comment articuler les différences qui séparent les deux amis et comment penser leur amitié (et la communauté qui lui est inhérente) à partir de ces différences ? C’est, entre autres, à ces deux questions que se sera consacré le colloque dont nous publions aujourd’hui les actes.

8Au cœur de ce questionnement, il y a tout d’abord une entente hétérogène du langage. Pour Lévinas, le langage se définit de façon essentielle comme discours – comme parole adressée à autrui. Pour Blanchot, en revanche, l’essence du langage ne peut être approchée que dans l’écriture. À cet écart, une appréhension différente de la subjectivité est liée : pour Blanchot, l’approche du langage invite à une expérience qui dépasse l’instance de l’énonciation, Lévinas, au contraire, décrit l’événement du langage comme une promotion de la subjectivité ayant à répondre « je », « me voici », c’est-à-dire, à témoigner. Pour expliciter cette différence, ce sont les notions-clés d’événement, d’image, d’entente, de moi, d’existence, d’autrui, d’éthique, de Dieu qu’il faut articuler différemment.

9Et pourtant, malgré ces différences, les auteurs ont engagé un entretien où se réfléchit le rapport de la parole à l’écriture et où est en cause la question même de la subjectivité. Dans cette optique, l’examen de cet entretien invite à penser la condition de possibilité (dans le double sens kantien de « transcendantal » et « critique ») de la communauté et de l’amitié.

10Plus de quarante ans séparent les premiers travaux d’Emmanuel Lévinas des cours qu’il dispensera en Sorbonne à partir de 1973 : cette lente progression au sein des institutions universitaires françaises témoigne à elle seule de la maturation à laquelle cette pensée s’est obligée pour finalement apparaître, aujourd’hui sur la scène philosophique internationale, comme l’une des philosophies du xxe siècle les plus nécessaires à notre temps.

11La parution de l’ensemble du corpus lévinassien dans des éditions de poche permet maintenant d’avoir un accès pratique à la pensée de celui que l’on désigne parfois, trop facilement, comme le philosophe « d’Autrui », ou comme le penseur « du Visage ». N’oublions pas que ce sont les esprits libres et indépendants qui, sur la scène intellectuelle française, comprirent les premiers combien il était important de faire connaître cette œuvre majeure. À la profondeur analytique des travaux de Jacques Derrida, s’associa la patience de commentateurs passionnés dont Jacques Roland est le plus bel exemple, ou encore la publication de volumineux recueils spécialement dédiés à Lévinas, comme l’imposant numéro des Cahiers de l’Herne.

12On ne saurait pourtant recevoir de l’œuvre d’Emmanuel Lévinas le jour qui lui est propre sans comprendre aussi de quelles ténèbres elle revient, ce dont seul Maurice Blanchot peut-être sut témoigner, parce qu’il fut bien près d’y sombrer, en tout cas parce qu’il ne cessa plus d’y veiller. La pensée de cet ami d’un an son cadet, marquée elle aussi par la profonde conscience de la fragilité de l’humain, nous contraint aujourd’hui à répondre, par-delà ses méditations sur la Shoah, du temps présent comme de l’avenir.

13Sans doute ne faut-il pas chercher d’autre raison à la célébration cette année du centenaire de la naissance de Maurice Blanchot, à l’exception de l’étendue extraordinaire de son travail sur la littérature, de la vigoureuse originalité de ses écrits de fiction, et de l’effrayante profondeur de ses questions sur l’humain. Cette œuvre, comme tout chef-d’œuvre, est moins difficile qu’exigeante et le plus ignorant des lecteurs le sait bien : elle ne répond qu’au désir de l’inconnu.

14Le comité organisateur Éric Hoppenot, Arthur Cools, Jean-François Patricola, David Uhrig

15In Memoriam, Christophe Halsberghe, disparu prématurément à l’âge de 37 ans. Christophe avait souhaité participer au colloque mais sa longue maladie l’en a privé. En souvenir de notre amitié et de nos éclats de rire… de ton courage aussi...

Notes

1 Voir au sujet de cette rencontre Maurice Blanchot, « N’oubliez pas », première parution dans L’Arche, n° 373, mai 1988, réédité dans Écrits politiques, 1958-1933, Paris, Lignes & Léo Scheer, 2003, p. 165-166. On lira aussi les entretiens d’Emmanuel Lévinas et de François Poirié, Emmanuel Lévinas. Qui êtes-vous ?, Lyon, Éditions La Manufacture, 1987.

2 Blanchot Maurice, « Penser l’Apocalypse », première parution in Le Nouvel Obervateur, 22-28 janvier 1988, réédité dans Écrits politiques, 1958-1933, Paris, Lignes & Léo Scheer, 2003, p. 162.

3 Voir par exemple En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger, Paris, Vrin, 1982. Ces textes parmi les premiers de Lévinas sont parus pour la première fois en 1932 (sur Heidegger) et 1940 (sur Husserl). Se reporter également à Dieu, la Mort et le Temps, Paris, Éditions Grasset & Fasquelle, 1993.

4 Il faut souhaiter qu’un jour la correspondance, sans doute rare, mais dense, des deux amis, puisse être publiée.

5 « C’est là mon salut à Emmanuel Lévinas, le seul ami – ah, ami lointain – que je tutoie, et qui me tutoie ; cela est arrivé, non parce que nous étions jeunes, mais par une décision délibérée, un pacte auquel j’espère ne jamais manquer », in Maurice Blanchot, Pour l’amitié, Tours, Farrago, 2000, [dernières lignes du livre], p. 34 (première parution in À la recherche d’un communisme de pensée de Dionys Mascolo, Paris, Fourbis, 1993).

« Il [Blanchot] me mentionne parfois dans ses livres et m’élève beaucoup dans tous les sens du terme. Je veux dire que je me trouve très élevé quand dans ses interventions il se rapproche de moi. Sur beaucoup de points nous pensons en accord. [...] Il a vécu d’une manière extrêmement aiguë et douloureuse l’occupation ; il a notamment sauvé ma femme pendant la guerre où je me trouvais en captivité, et il a vécu d’une manière extraordinaire aussi 68 ! Il choisissait toujours le chemin le plus inattendu et le plus noble, le plus dur. Cette élévation morale, cette aristocratie foncière de la pensée est ce qui compte le plus et élève. » (Emmanuel Lévinas & François Poirié, Emmanuel Lévinas. Qui êtes-vous ?, op. cit., p. 71).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540