Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Reconnaissance, identité et intégration sociale

 | 
Christian Lazzeri
, 
Soraya Nour

Enjeux sociologiques

Inclure les exclus comme objets de préoccupation scientifique : l’exemple de la vie affective et sexuelle des personnes sans domicile fixe

Nicolas Oppenchaim et Dolorès Pourette

Texte intégral

1Cet article entend fournir des pistes de réflexion pour répondre aux trois questions suivantes : Pourquoi la population sans domicile n’est-elle pas incluse dans les grandes études sur la sexualité des Français ? Comment inclure alors cette population dans ce type de recherche ? Quels sont les résultats de cette inclusion ?

  • 1 Laporte Anne, Le Méner Erwan, Oppenchaim Nicolas et Pourette Dolorès, Survivre ou faire l’amour ? (...)

2Les enquêtes statistiques sur la vie affective et sexuelle des Français ne tiennent traditionnellement pas compte de la population sans domicile fixe. Cette absence, imputable en partie à des difficultés d’accessibilité, n’est pas anodine, car elle renforce un présupposé tenace, qu’on pourrait résumer par l’équation « misère économique = misère sexuelle » : des conditions d’existence extrêmes conduiraient à la disparition de la vie sexuelle des personnes démunies ou à une vie sexuelle nécessairement marquée par la violence ou l’alcoolisation massive. La recherche sur laquelle cet exposé s’appuie, satellite d’une étude nationale en population générale sur le Contexte de la Sexualité en France (CSF) en 2006, a au contraire pour principale ambition de remédier à cette invisibilité en prenant en considération les sans domicile fixe dans les préoccupations habituelles sur la vie sexuelle1. Nous verrons alors que cette inclusion a des répercussions aussi bien dans le domaine scientifique que politique.

La non-inclusion des exclus

3Comment expliquer tout d’abord que les personnes sans domicile fixe soient exclues des grandes enquêtes quantitatives sur la vie affective et sexuelle des Français ?

  • 2 Voir notamment : Spira Alfred, Bajos Nathalie et le groupe ACSF, Les Comportements sexuels en Fran (...)
  • 3 Daniel Welzer-Lang met en évidence les difficultés de mener une enquête sur la sexualité en prison (...)
  • 4 Giami Alain, « Les organisations institutionnelles de la sexualité », in Handicap, Revue de scienc (...)

4Les explications en terme d’accessibilité sont certes pertinentes, la plupart de ces enquêtes étant réalisés par entretiens téléphoniques2, mais elles ne sont pas seules responsables de cette absence. En effet, comme pour certaines populations vivant en institution (les prisonniers3, les personnes handicapées4) ou marginalisées du fait de leur mode de vie, des conditions de vie extrêmes rendraient à la fois illégitime et impossible pour les SDF la possibilité de continuer à exercer une vie sexuelle.

  • 5 Ibid.
  • 6 Foucault Michel, La Volonté de savoir. Histoire de la sexualité, tome I, Paris, Gallimard, 1976.

5Illégitime tout d’abord car, comme le montrent les politiques publiques mises en œuvre, la sexualité n’apparaît pas comme un aspect prioritaire des difficultés rencontrées par ces personnes, difficultés qui relèvent davantage de l’urgence sociale et de la satisfaction de besoins primaires : se nourrir, se laver, trouver un lieu où dormir. S’il semble légitime de leur porter secours pour qu’elles accèdent aux minima vitaux, il paraît indécent et immoral de leur donner les moyens d’accéder à la sexualité et au plaisir. Il semble en effet que le droit à la sexualité et au plaisir ne soit réservé qu’à une partie de la population : celle qui relève de la normalité sociale5. Reconnaître que les personnes sans domicile ont une vie sexuelle, ce serait non seulement leur reconnaître le droit au plaisir, mais aussi et surtout leur reconnaître l’accès à une vie reproductive. Or la reproduction des marginaux et des populations marquées d’un handicap physique, mental ou social apparaîtrait comme une menace pour le fonctionnement social, contre laquelle s’opposent les institutions sociales et politiques, dont l’une des attributions est le contrôle des corps et des populations, comme l’a si bien montré Michel Foucault6.

  • 7 Simon Pierre, Gondonneau Jean, Mironer Lucien et Dourlen-Rollier Anne-Marie, Rapport sur le compor (...)
  • 8 Droit Roger-Pol et Gallien Antoine, La Réalité sexuelle. Une enquête en France. Des femmes et des (...)
  • 9 Ibid., p. 287.
  • 10 Comme par exemple les travaux de Maryse Marpsat, pour qui « il est clair que la situation de sans- (...)
  • 11 Bruneteaux Patrick et Lanzarini Corinne, « La sexualité agressée des sous-prolétaires à la rue », (...)
  • 12 Lanzarini Corinne, Survivre dans le monde sous-prolétaire, Paris, PUF, 2000, p. 260.

6L’exercice d’une sexualité serait quasi impossible ensuite, comme le suggère le regard misérabiliste qui domine la rare littérature spécialisée sur la sexualité des sans-domicile. Les premières recherches sur la sexualité conduites en France dans les années soixante-dix s’intéressent notamment à la problématique de l’insatisfaction ou de la « misère sexuelle ». À la suite de la première grande enquête quantitative en population générale, dirigée par P. Simon7, des chercheurs ont interviewé des Français pour mettre au jour cette réalité de la « misère sexuelle8 », dont ils donnent la définition suivante : « Nous disons qu’elle est la situation de toute personne qui ne peut, pour des raisons essentiellement sociales et culturelles, exercer sa sexualité selon son désir, et qui consciemment en souffre, plus ou moins intensément ». Les auteurs posent l’équation implicite « misère économique = misère sexuelle », jamais remise en cause depuis. Ils affirment à propos de leur enquête : « Qu’une situation économique détermine, partiellement, une misère sexuelle et soit une condition de son apparition et de sa perpétuation, c’est ce que tout au long de ce livre nous n’avons pas voulu nier9. » Ce présupposé se retrouve bien souvent dans les travaux de spécialistes de l’exclusion, qui soit ignorent la vie affective et sexuelle des SDF, soit n’y voient que le reflet de conditions de vie extrêmes, à de rares exceptions près10. Il est particulièrement présent chez les sociologues d’obédience « critique », qui décrivent la vie sexuelle des sans-abri comme le comble de la domination subie11 : une sexualité rare ou irrégulière, s’exerçant sous l’effet d’une très forte consommation d’alcool, dans des endroits non prévus à cet effet et investis dans l’urgence, visant une satisfaction immédiate, jamais inscrite dans l’horizon de relations durables, amoureuses en particulier. Reflet de conditions de vie extrêmes, la sexualité serait symptomatique des offenses et humiliations inévitables pour les sans-domicile-fixe. Emblématique est sur ce point le traitement du couple par ces auteurs, uniquement envisagé sous l’angle de la domination masculine et de la protection de la femme par l’homme : « dans un monde hostile, où la dangerosité est redoublée du fait de la misère sexuelle et du faible nombre de femmes, [la femme] va rechercher dans un couple stable une protection auprès d’un homme capable de la défendre12 ». La sexualité des SDF est alors réduite à une fonction unique, monnaie d’échange pour acheter une protection vitale, bien que l’échange se fasse moins sur le mode d’un plan que d’une « stratégie inconsciente » (Pierre Bourdieu), élaborée selon l’appartenance déterminante à une classe sociale, dans laquelle on est projeté, mais dont on ne sort pas, le « sous-prolétariat ».

Comment inclure les exclus ?

  • 13 Joseph Isaac, « Le ressort politique de l’assistance, le moralisme et l’expérience de l’induction (...)
  • 14 Firdion Jean-Marie, Marpsat Maryse et Bozon Michel, « Est-il légitime de mener des enquêtes statis (...)

7Ces deux présupposés – une sexualité illégitime et quasi impossible à mettre en œuvre dans des conditions de vie extrêmes – conduisent à une séparation radicale entre « eux » et « nous », entre sexualité « normale » et sexualité « misérable ». C’est contre cette séparation radicale que s’est orientée notre recherche, en essayant de se défaire des différences posées a priori au détriment de toute mise en commun13. Intégrer les SDF dans les enquêtes sur la sexualité posait cependant une difficulté éthique, au regard de la situation de vulnérabilité liée à l’absence d’espace privé. Cette question a été longuement débattue dans les années 1990 au moment de la mise en place du programme de recherche de l’INED. Le débat était centré sur le thème de l’atteinte à la vie privée de ces personnes. J.-M. Firdion (et al.) a alors énoncé trois types de légitimité de l’étude poussée des SDF14. Une légitimité scientifique, pour ébranler les stéréotypes et caricatures qui dominent les représentations des sans-domicile et montrer que nous avons davantage affaire à une situation temporaire ou transitoire qu’à une population homogène. Une légitimité démocratique, ne pas être enquêté revenant à être exclu de la cité, donc de la citoyenneté, au prix d’un renforcement de l’exclusion sociale. Participer à une étude donne un statut de personne à l’individu, il peut avoir la parole, exprimer ses besoins ou revendiquer ses droits. Enfin, une légitimité humaine ou humaniste, participer à une recherche permettant de ne pas être réduit à la singularité de son parcours et de percevoir la dimension collective des problèmes rencontrés. Cela permet de se situer comme faisant partie, avec d’autres, du monde social.

8L’enquête sur laquelle se base cet article s’inscrit clairement dans cette perspective, en souhaitant inclure les SDF dans les études sur la sexualité des Français, et donc ne pas établir de coupure radicale avec le reste de la population. Pour ce faire, nous avons recueilli des informations sur la vie sexuelle et affective des SDF au fil d’une cinquantaine d’entretiens semi-directifs entre avril 2003 et février 2005 (19 femmes et 21 hommes ont plus particulièrement été étudiés). Les personnes interrogées, âgées de 20 à 60 ans, ont en commun de fréquenter, au moment de l’entrevue, des centres d’accueil de jour ou de nuit du Samusocial de Paris. Les entretiens portaient sur leur biographie affective et sexuelle, sur leur mode de vie dans la rue, les différentes activités qu’ils y exercent (affectives et sexuelles notamment), ainsi que sur les rapports de genre.

9Pour se défaire de toutes sortes de préjugés, nous avons décidé de mettre en place une démarche inductive, attentive à la manière dont ces personnes se définissent et jouent avec les dénominations qui leur sont traditionnellement apposées. Nous avons posé l’hypothèse que ces différentes manières de se définir se répercutaient sur leur expérience affective et sexuelle.

Une démarche inductive mettant en valeur la pluralité des définitions de soi

  • 15 Sur le ciblage au principe de l’action publique d’assistance aux sans-abri, voir Damon Julien, La (...)
  • 16 La notion de « définition de la situation » est issue d’un texte de 1923 de William I. Thomas, The (...)

10La population sans domicile est généralement répartie, dans l’action publique de lutte contre l’exclusion, en grandes catégories, qui font l’objet de mesures sociales spécifiques15 : les femmes, les immigrés, les clochards, les routards, les familles, les jeunes, les personnes souffrant de pathologies mentales constituent ainsi les figures typiques de la rue. Or, les discours recueillis ont montré que l’expérience de la sexualité ne dépend pas seulement, ni toujours, de l’appartenance à ces catégories, mais plutôt de la définition de la situation « être en centre d’accueil d’urgence » donnée par chaque personne16. Les différentes définitions de la situation données par chacun ne sont bien évidemment pas indépendantes des biographies, ni des définitions issues des instances sociales traditionnelles, par exemple l’étiquette de « clochard » admise par une partie des enquêtés. Néanmoins, en relevant les définitions de situation données par chaque interviewé, nous avons remarqué que toutes les personnes n’indexaient par leur présence dans une structure d’assistance sur un statut de sans-abri, tous les interviewés ne se présentent pas et ne s’identifient pas comme SDF. Autrement dit, des personnes nous racontaient leur vie sans jamais rapporter leur expérience à un statut de SDF que leur confère, en surplomb, leur seule présence dans un dispositif d’aide aux sans-abri.

  • 17 Goffman Erving, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, 1977.
  • 18 Lazarsfeld Paul, Jahoda Marie et Zeisel Hans, Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Les Éditions de M (...)

11Ainsi deux groupes se dégagent-ils d’après l’univers de signification qui, pour eux, donne sens à leur situation, et à partir duquel ils interprètent leur sexualité. Certains développent, comme prévu, une vision d’eux-mêmes et de leurs actions comme s’inscrivant quasi exclusivement dans le cadre de la vie sans domicile fixe. Ces individus ont été répartis sur un premier axe selon la présence ou l’absence d’activités déployées pour sortir de la rue ou saisir des opportunités pouvant se présenter à eux. Un second axe les discrimine selon leurs stratégies face au stigmate17 ou à l’étiquette SDF. Ainsi, certains refusent cette étiquette et se démènent pour sortir de la rue, de façon « volontaire ». D’autres se disent prêts à saisir d’éventuelles opportunités, mais reconnaissent le poids de leur exclusion et pondèrent ainsi leur résolution : ils semblent « résignés18 ». Des « fatalistes » ne semblent mettre en œuvre aucune stratégie pour sortir de la rue, et ne cherchent nullement à retourner le stigmate, tandis que d’aucuns valorisent le monde de la rue, qui apparaît comme un véritable mode de vie, et un horizon bénéfique.

  • 19 Parmi ces personnes, nous distinguons trois groupes principaux. Le premier groupe concerne des fem (...)

12Mais nombre d’individus ne situent pas leur discours dans l’univers de sens de la rue, soit qu’ils se définissent par une appartenance à une catégorie distincte de celle de SDF, soit que se trouver en centre d’accueil pour sans-abri ne prenne sens qu’en rapport avec la situation passée. La rue peut alors être considérée comme une parenthèse non significative biographiquement, comme une ressource pertinente pour rompre avec une situation passée dévalorisée mais prégnante, ou comme une situation ne posant pas problème, inscrite dans le prolongement d’une trajectoire biographique marquée par l’instabilité résidentielle19.

13Nous allons nous intéresser à la vie affective et sexuelle de personnes sans domicile qui, parmi toutes celles que nous avons rencontrées, sont les plus marginalisées : les fatalistes. De par leur situation, ces personnes sont particulièrement exclues des dispositifs d’enquête, sur la vie sexuelle et affective notamment. Les stéréotypes qui pèsent sur la supposée misère sexuelle et affective des SDF sont très prégnants concernant les fatalistes. Or, l’analyse de leurs récits permet de montrer combien ces stéréotypes sont non fondés, et combien les difficultés de ces personnes dépassent la problématique d’absence de logement et de ressources – ce qui vaut aussi pour les autres groupes.

Un exemple : la vie affective et sexuelle des fatalistes

  • 20 Le sentiment d’efficacité de soi est un concept identifié par Bandura qu’il définit comme « la cro (...)
  • 21 Voir Gaboriau Patrick, Clochard, Paris, Julliard, 1993.
  • 22 Ibid., chap. 4 ; Pichon Pascale, « La manche : une activité routinière », in Annales de la recherc (...)

14Les fatalistes constituent un groupe hétérogène du point de vue des appartenances sociodémographiques puisqu’il s’agit de quatre hommes et de trois femmes, âgés de 34 à 51 ans, et présentant des temps d’errance variables (de 7 mois à 14 ans). Ces personnes se caractérisent par un certain fatalisme et une passivité face aux circonstances d’arrivée dans la rue et face à leur situation actuelle. Les événements qui ont conduit à la perte du logement et à l’arrivée dans la rue n’ont entraîné, chez elles, aucune tentative de résistance pour éviter la rue. Et elles ne mettent en œuvre aucune démarche pour améliorer leur quotidien, ou sortir de leur situation de sans-abri. Bien au contraire, l’absence d’espoir caractérise ces individus, qui ne saisissent pas les occasions pouvant se présenter à eux. Ils semblent se sentir dépourvus d’un sentiment d’efficacité personnelle20 qui les aiderait à surmonter les difficultés rencontrées. Ils ne se sentent pas en capacité de se construire une autre vie, de se projeter dans un avenir autre, ni même de l’imaginer. Les fatalistes semblent englués dans une routinisation dont ils ne peuvent – et ne souhaitent – pas s’extraire. Les routines acquises lors de la socialisation dans la rue (le banc, la manche, l’alcool, les centres) semblent être fixées et aucune innovation personnelle ne vient les bousculer. Aucune stratégie ou tactique de changement ou de réadaptation ne modifie ces routines spatiales, sociales et temporelles, routines auxquelles on se soumet de manière mécanique, sans s’interroger sur leurs légitimités21. Alors que ces routines ont pu constituer à un moment de leur carrière de SDF des actes innovants et stratégiques relevant de savoir-faire et de compétences visant à s’adapter au mieux à un nouveau mode de vie22, elles ne sont plus réactualisées, ne correspondent pas à une démarche active, mais sont suivies machinalement. Ces routines répondent aux besoins perçus comme les plus élémentaires : se nourrir, boire de l’alcool (et donc s’en procurer), dormir.

15Cette attitude fataliste accompagne un certain « laisser-aller », un délaissement du corps. Ces personnes véhiculent en effet un physique très dégradé : leurs vêtements et leurs sacs sont sales et malodorants, leur visage est marqué par la consommation d’alcool, l’exposition au froid et au soleil, les nuits sans sommeil. Ces enquêtés vivent de la manche ou du RMI, ils dorment dans des espaces publics, ou dans des centres d’hébergement en fonction des places disponibles et lorsque le temps ne permet pas de dormir à l’extérieur.

De nouvelles formes de sociabilité où le stigmate est repoussé

16Les fatalistes ont conscience de l’étiquette de « clochard » qui leur est attachée, et du stigmate dont ils sont porteurs, mais ils ont ceci de particulier par rapport aux autres enquêtés qu’ils ne cherchent pas à dissimuler ou à atténuer ce stigmate. Ils ont cependant conscience de la perception négative de leur image dans l’espace public, et ils en ont honte, vis-à-vis de leur famille et des membres de l’entourage social qu’ils avaient avant de vivre sans domicile. Pour ne pas avoir à subir ce regard dévalorisant, ces personnes se sont distancées de leurs proches et ont interrompu presque tout contact avec les personnes qui composaient leur réseau de sociabilité avant l’arrivée dans la rue (famille, amis, collègues, voisins…).

17S’ils s’excluent de certains liens sociaux associés au monde de la « normalité » et des personnes socialement insérées, les fatalistes construisent de nouvelles relations avec des personnes qui partagent leur rapport à l’exclusion. Cette sociabilité efface en partie le poids du stigmate et donne lieu à des normes et des modes d’organisation spécifiques.

18Le réseau social de ces personnes est relativement peu étendu et se compose exclusivement d’autres personnes sans-domicile, avec lesquelles ils partagent, ponctuellement ou quotidiennement, une activité (la manche), un lieu (la rue, le métro, le centre), une substance (l’alcool). Ces relations sociales avec d’autres SDF prennent souvent la forme de groupe très soudé, composé de deux personnes ou plus. Ces groupes de compagnons sont mixtes, certains se présentant comme étant en couple, ce qui favorise les rapports de jalousie. L’alcool y occupe une place importante : substance partagée, les déplacements et les activités de manche s’organisent souvent autour de son ravitaillement.

  • 23 Mike a notamment subi des violences parentales au cours de son enfance. Daniel est dans l’incapaci (...)
  • 24 Sur la connexion entre la présentation de soi, fondée notamment sur la perception de différences p (...)

19S’ils ont conscience d’être affublés d’une image stigmatisée par une partie de la population, eux-mêmes ont des discours très dépréciatifs à l’égard des autres SDF. Le milieu des sans-domicile est présenté par les fatalistes comme un milieu où l’on ne peut pas se faire d’amis, où l’on ne peut faire confiance à personne et où la violence est omniprésente. Ainsi, ils ont tendance à se distinguer de ce milieu. S’ils définissent leur situation par l’absence de logement (« on est SDF parce qu’il nous manque un appartement », dit Jérôme), leur non-responsabilité dans leur situation les déculpabilise. En outre, certains évoquent des qualités dont seraient dépourvus les autres sans-abri : Xavier, Mike et Daniel affirment ne pas être violents, malgré les expériences douloureuses qu’ils ont vécues23, Christelle se démarque des autres femmes sans domicile par le fait qu’elle est une fille « clean » qui ne « couche pas avec n’importe qui » ; Jérôme, Noëlle, Xavier lisent la presse et se tiennent informés. Ainsi, ils se reconnaissent certaines qualités qui les distinguent des autres SDF, connotés négativement, et qui les identifient, c’est-à-dire qui ne les rendent pas radicalement étrangers au reste de la société24.

Les relations affectives et sexuelles soumises aux difficultés de se conformer à des rôles sociaux « traditionnels »

  • 25 Schwartz Olivier, Le Monde privé des ouvriers, Paris, PUF, 1990.
  • 26 « J’ai l’impression que je ressemble de plus en plus à l’homme et que, inconsciemment, je suis ave (...)
  • 27 Lanzarini Corinne, Survivre dans l’univers sous-prolétaire, op. cit.
  • 28 Ce résultat est d’autant plus remarquable que l’idée d’une instrumentalisation des opportunités af (...)

20S’agissant des relations affectives et sexuelles, certains enquêtés se présentent comme étant en couple, mais tous témoignent de difficultés pour construire des relations affectives satisfaisantes dans l’exclusion. L’une des principales raisons évoquées est l’impossibilité pour les femmes et surtout pour les hommes de se conformer aux rôles sociaux assignés à chaque sexe. Les hommes témoignent de leur impossibilité de vivre une relation de couple dans leur situation du fait de l’absence de pouvoir économique, qui ne leur permet pas de prendre en charge une femme. Dans des situations de disqualification sociale, on constate un repli sur des identités sexuées nettement clivées25. Prendre en charge sa compagne, subvenir à ses besoins, la protéger font partie des attributions masculines et supposent un certain pouvoir économique et un statut professionnel. Ainsi, les enquêtés célibataires masculins qui sont dépourvus d’emploi renoncent à toute relation de couple, tant il leur serait impossible d’assumer le rôle de pourvoyeur de ressources traditionnellement associé à la masculinité : « Comment voulez-vous aimer une personne, protéger une personne, quand le soir vous dormez sur un banc de bus par exemple et vous vous faites réveiller à 3 heures du mat, par simplement des mecs complètement éméchés qui vous tapent dessus ? » (Jérôme). Même parmi les couples interrogés, cette perte de pouvoir économique de l’homme est vécue de manière problématique, met en péril la relation et conduit à un brouillage des identités de genre. Ainsi, alors que pour Noëlle, un homme « excitant sexuellement » est un homme « qui a une vie normale, un compte en banque, un travail, un endroit où avoir une intimité », elle considère que son compagnon est moins viril, moins homme, non seulement parce qu’il n’a plus de sexualité (du moins avec elle), mais aussi parce qu’il n’a pas de travail. C’est comme s’il « n’avait plus de sexe », selon ses propos. À mesure que Noëlle se masculinise26, en portant des habits amples et sombres pour cacher son corps, pour le rendre le moins désirable possible dans un souci de protection, son compagnon paraît perdre de sa masculinité. Ceci remet en question certains stéréotypes concernant les femmes sans-domicile qui recourraient à la protection d’un homme en se mettant en couple avec lui27. Dans le cas des femmes de ce groupe, ce sont plutôt elles qui déclarent protéger et défendre leurs partenaires, alors qu’ils ne semblent pas les protéger quand elles sont agressées par exemple : elles relatent toutes des agressions au cours desquelles leur compagnon ne leur a nullement porté secours, eux-mêmes étant trop alcoolisés28.

La sexualité comme lieu de normalisation

  • 29 Bozon Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Nathan, 2002. L’auteur rappelle que la notion d’e (...)

21Outre cette représentation traditionnelle des rôles sexués, et en dépit de la situation d’extrême précarité dans laquelle vivent les fatalistes, leurs discours sur la sexualité sont imprégnés des normes sociales communément répandues, qui rendent d’autant plus problématique l’absence de domicile : l’activité sexuelle doit avoir lieu dans des lieux définis, intimes et cachés, à des moments précis et avec des partenaires socialement admis29. Ainsi, les fatalistes affirment tous qu’ils refusent de faire l’amour dans des lieux publics, sous le regard d’autrui, et qu’ils requièrent un minimum d’intimité pour avoir des relations physiques. Leurs rapports sexuels ont donc uniquement lieu à l’hôtel ou en hôtel social, plus rarement chez une personne insérée ou dans des sanisettes. Les rapports sexuels n’ont donc pas lieu quand ils le désirent, mais davantage quand les conditions matérielles sont réunies. Cet impératif va à l’encontre d’une gestion efficace des risques liés à la sexualité, les enquêtés n’ayant pas forcément de préservatifs, par exemple, au moment où ils peuvent avoir des relations sexuelles. La difficulté à accéder à des lieux intimes peut même conduire à une mise entre parenthèses des désirs, à un éloignement des partenaires afin de ne pas susciter en eux des envies impossibles à combler, faute de lieux adéquats. Une enquêtée décrit ainsi le sentiment de ne pas avoir droit à la sexualité dans sa situation : « On est bloquée, on est refoulée, on est mal dans sa peau et on méprise les organes sexuels et on méprise le partenaire, on le voit changer de visage, on le voit changer aussi… On ne le regarde plus du tout, on cherche même plus à force, parce qu’on est tout le temps, on a l’impression d’être frustrée, punie et qu’on a pas droit, on a pas droit alors on n’y fait plus attention » (Noëlle).

22De la même manière, les discours sur les rôles sexuels mettent en évidence des représentations traditionnelles selon lesquelles l’homme a un rôle actif et entreprenant dans le domaine de la sexualité. Par exemple, pour Jérôme comme pour Daniel, c’est davantage à l’homme de faire le premier pas, de courtiser une femme et de se charger des « préliminaires ».

  • 30 Foucault Michel, Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, op. cit ; Fabre Clarisse et Fassi (...)

23Ces discours témoignent de la prégnance de l’incorporation des normes relatives à la sexualité et montrent combien la sexualité demeure un lieu de normalisation. Ils soulignent combien la sexualité demeure un lieu de forte injonction sociale et morale30, même dans des conditions de vie extrêmes. Ces discours montrent également l’attachement à ces normes, où émerge la volonté de paraître aussi « normal » que possible, quitte à ne plus avoir d’activité sexuelle ou à la voir réduite à des pratiques onanistes solitaires. D’ailleurs, lorsqu’ils tendent à se distancer des « autres » SDF, c’est notamment dans le domaine de la sexualité qu’ils émettent des critiques : les « autres » auraient des rapports sexuels n’importe où (en public), avec n’importe qui, et seraient violents. Ainsi, les actes sexuels à deux sont peu fréquents, avec des partenaires recrutés parmi des SDF. Les rapports sexuels ne sont pas recherchés, ou le sont peu, et ils ne sont jamais envisagés comme des opportunités ou des tremplins vers la sortie de la rue ou vers un meilleur avenir. Le recours à la prostitution, la masturbation – en acte ou en pensée – permettent l’assouvissement des besoins sexuels.

24Si les enquêtés rendent les conditions de vie de sans-domicile responsables d’une vie sexuelle insatisfaisante, ils reconnaissent que celle-ci s’inscrit dans une affectivité heurtée, où une progressive perte d’estime de soi a entraîné une incapacité d’aimer. Ces deux éléments, liés à la biographie, sont alors tout autant importants que les conditions d’existence pour comprendre les insatisfactions vis-à-vis de la vie affective et sexuelle.

25En effet, les difficultés liées à l’exclusion se surajoutent chez ces personnes à des relations affectives passées douloureuses. Selon eux, la capacité d’aimer et d’être aimé s’est trouvée dégradée par des relations affectives anciennes, qui remontent à l’enfance pour certains, notamment des maltraitances physiques et sexuelles. Le caractère heurté de cette carrière affective est alors renforcé par une perte progressive de l’estime de soi. Une telle dévalorisation de soi s’accompagne d’une incapacité de plus en plus marquée de donner et de recevoir de l’affection, de plaire à l’autre, d’aimer et être aimé.

Conclusion : des apports scientifiques et politiques

26La méthodologie utilisée pour réaliser cette enquête a permis de tenir compte et de rendre compte de la pluralité des parcours biographiques des interviewés et des définitions de soi propres à chaque individu. D’un point de vue scientifique, la classification des entretiens en fonction de la définition que les individus donnent de leur situation – et d’eux-mêmes – offre une alternative aux catégorisations habituelles et permet de rendre visible un certain nombre d’acteurs sociaux qui utilisent les ressources habituellement réservées aux SDF mais qui ne se considèrent pas comme tels. Cette recherche met également en évidence la possibilité et la nécessité d’inclure les populations marginalisées dans les études sur la vie affective et sexuelle. Utiliser les mêmes instruments d’analyse pour les personnes sans domicile que pour les autres populations, c’est – espérons-le – se donner une arme de plus pour se défaire des différences posées a priori au détriment de toute mise en commun et établir des appuis solides pour les politiques publiques.

27En effet, en mettant en évidence la diversité des parcours biographiques et des expériences affectives et sexuelles des personnes sans domicile, cette recherche met aussi au jour les insuffisances des dispositifs d’accueil et de prévention (dans le domaine de la santé et des risques liés à la sexualité notamment). Comme nous l’avons souligné s’agissant des fatalistes, la vie affective et sexuelle des personnes sans abri ne se résume pas aux conditions sociales d’existence et à l’absence de logement. Elle relève surtout d’une absence de désir ou d’une incapacité d’aimer et de se faire aimer, liées à un passé affectif douloureux, à une perte d’estime de soi et à la forte imprégnation des normes en matière de rôle social assigné à chaque sexe, problématiques rarement prises en compte par les dispositifs actuels d’assistance.

Notes

1 Laporte Anne, Le Méner Erwan, Oppenchaim Nicolas et Pourette Dolorès, Survivre ou faire l’amour ? La pluralité des expériences affectives et sexuelles de personnes sans-domicile-fixe, INPES/Observatoire du Samusocial de Paris, Paris, 2007.

2 Voir notamment : Spira Alfred, Bajos Nathalie et le groupe ACSF, Les Comportements sexuels en France, Paris, La Documentation Française, 1993.

3 Daniel Welzer-Lang met en évidence les difficultés de mener une enquête sur la sexualité en prison du fait des obstacles rencontrés lors de l’accès aux détenus : Welzer-Lang Daniel, Mathieu Lilian et Faure Michaël, Les Abus dits sexuels en prison, Paris, Gedisst. Rapport à l’Agence Française de Lutte contre le Sida, 1996. Quelques travaux sur la sexualité des femmes détenues ont néanmoins été réalisés (Lhuillier Dominique, « Intimité et sexualité des femmes incarcérées », in La Lettre du Génépi, n° 64, 2003 ; Myriam Joël, doctorat en cours sous la direction de Philippe Combessie à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense).

4 Giami Alain, « Les organisations institutionnelles de la sexualité », in Handicap, Revue de sciences humaines et sociales, n° 83, 1999, p. 3-29 ; Giami Alain, Humbert Chantal et Laval Dominique, L’Ange et la bête. Représentations de la sexualité des handicapés mentaux par les parents et les éducateurs, Paris, Éditions du CTNERHI, 2001.

5 Ibid.

6 Foucault Michel, La Volonté de savoir. Histoire de la sexualité, tome I, Paris, Gallimard, 1976.

7 Simon Pierre, Gondonneau Jean, Mironer Lucien et Dourlen-Rollier Anne-Marie, Rapport sur le comportement sexuel des Français, Paris, Julliard, Charron, 1972.

8 Droit Roger-Pol et Gallien Antoine, La Réalité sexuelle. Une enquête en France. Des femmes et des hommes disent les difficultés quotidiennes de leur vie sexuelle, Paris, Robert Laffont, 1974, p. 18.

9 Ibid., p. 287.

10 Comme par exemple les travaux de Maryse Marpsat, pour qui « il est clair que la situation de sans-domicile n’empêche pas le développement de sentiments, même si les conditions matérielles, et en particulier la difficulté de trouver un endroit pour s’isoler afin d’avoir des relations sexuelles dans l’intimité, ne facilite pas l’expression de ces sentiments » (Marpsat Maryse et Vanderburg Albert, Le Monde d’Albert la Panthère. Cybernaute et sans-domicile à Honolulu, Paris, D’autre part, Bréal, 2004).

11 Bruneteaux Patrick et Lanzarini Corinne, « La sexualité agressée des sous-prolétaires à la rue », in L’Homme et la société, n° 129, 1998, p. 113 : « Le rapport entretenu à la vie sexuelle […] s’analyse comme un aspect particulier de la relation à un monde dominant qui a défait les agents les plus marginalisés de tout un ensemble d’attaches relationnelles et de supports matériels. La pauvreté sexuelle introduit une pénurie supplémentaire dans une vie infrahumaine qui sape les bases mêmes de l’humanité ».

12 Lanzarini Corinne, Survivre dans le monde sous-prolétaire, Paris, PUF, 2000, p. 260.

13 Joseph Isaac, « Le ressort politique de l’assistance, le moralisme et l’expérience de l’induction morale (À propos de Simmel et de l’ethnographie des SDF) », in Les SDF. Représentations, trajectoires et politiques publiques, Articles de recherches, n° 148, PUCA, 2003.

14 Firdion Jean-Marie, Marpsat Maryse et Bozon Michel, « Est-il légitime de mener des enquêtes statistiques auprès des sans-domicile ? Une question éthique et scientifique », in Revue Française des Affaires Sociales, n° 49, 1995, p. 2-3.

15 Sur le ciblage au principe de l’action publique d’assistance aux sans-abri, voir Damon Julien, La Question SDF, Paris, PUF, 2002.

16 La notion de « définition de la situation » est issue d’un texte de 1923 de William I. Thomas, The Unadjusted Girl (Thomas William Isaac, « Définir la situation », extrait de The Unadjusted Girl [1923], traduit dans L’École de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Grafmeyer Yves et Joseph Isaac (dir.), Paris, Flammarion, 2004). Ce concept se rapporte à une réalité difficilement mesurable par les questionnaires et la statistique : « la phase d’examen et de délibération qui précède toute conduite auto-déterminée », l’homme, au contraire de l’animal, se caractérisant par une capacité à prendre des décisions réfléchies. Cette phase possède une double dimension, de définition du présent, mais également d’aiguillage de la conduite future. Comme le dit Thomas, « c’est toute une ligne de vie, toute une personnalité qui découlent peu à peu d’une série de telles définitions ». Néanmoins, Thomas précise immédiatement que l’individu ne peut établir de telles définitions sans interférer avec le reste de la société et les agents de socialisation, telles la famille et la communauté, « qui ont déjà défini toutes les grands types de situation susceptibles de se présenter » : la définition de la situation, formulée subjectivement, n’est pas moins conditionnée par des instances sociales préexistantes. L’analyse de chaque entretien et de chaque définition de situation passe donc par l’articulation d’une perspective indigène sur le fait d’être dans la rue, et de contraintes exogènes pesant sur le point de vue indigène.

17 Goffman Erving, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, 1977.

18 Lazarsfeld Paul, Jahoda Marie et Zeisel Hans, Les Chômeurs de Marienthal, Paris, Les Éditions de Minuit, 1981.

19 Parmi ces personnes, nous distinguons trois groupes principaux. Le premier groupe concerne des femmes veuves pour lesquelles la présence en centre revêt peu d’importance et est tout à fait secondaire par rapport à un événement biographique majeur : le décès du conjoint. Le deuxième groupe réunit des personnes faisant face à une rupture biographique. Le recours à des centres d’accueil pour SDF est alors présenté comme une ressource ponctuelle – mais possiblement insidieuse – pour surmonter les épreuves et changements inhérents à cette rupture. Enfin, le troisième et dernier groupe est consacré aux personnes dont l’existence est marquée par une série de ruptures et d’épreuves diverses, les « sauteurs d’obstacles ». L’absence de logement et le recours aux centres d’accueil sont assimilés à de nouvelles épreuves à surmonter, participant d’une longue série d’épreuves.

20 Le sentiment d’efficacité de soi est un concept identifié par Bandura qu’il définit comme « la croyance des individus en leur capacité à mobiliser les ressources nécessaires pour maîtriser certaines situations et y réussir ». Il comprend deux dimensions relatives en la croyance en sa capacité à contrôler les événements d’une part, et à y faire face d’autre part (Bruchon-Schweitzer Marilou, Psychologie de la santé. Modèles, concepts et méthodes, Paris, Dunod, 2002, p. 245-246).

21 Voir Gaboriau Patrick, Clochard, Paris, Julliard, 1993.

22 Ibid., chap. 4 ; Pichon Pascale, « La manche : une activité routinière », in Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, 1992, p. 146-157.

23 Mike a notamment subi des violences parentales au cours de son enfance. Daniel est dans l’incapacité de parler de son passé, tant cela est douloureux pour lui : « Stop, parce que si je ramène tout en arrière, je fais comment moi ? Je peux pas ».

24 Sur la connexion entre la présentation de soi, fondée notamment sur la perception de différences propres, et la participation (même marginale) à une commune humanité (au sens de Luc Boltanski et Laurent Thévenot), voir Breviglieri Marc, « L’horizon du “ne plus habiter” et l’absence de maintien de soi dans l’espace public », in L’Héritage du pragmatisme, Cefaï Daniel et Joseph Isaac (dir.), Paris, L’Aube, 2002, p. 319-336.

25 Schwartz Olivier, Le Monde privé des ouvriers, Paris, PUF, 1990.

26 « J’ai l’impression que je ressemble de plus en plus à l’homme et que, inconsciemment, je suis avec un homme, avec mon mari, et parce que j’ai des vêtements d’homme, j’ai une vie d’homme, j’ai une voix un peu masculine. J’ai envie de travailler comme un homme, de gagner ma vie et d’avoir une relation solide et stable, un chez-moi et j’y arrive pas. Je n’ai plus envie d’être une femme. […] le fait de ne plus rien avoir du tout, c’est insatisfaisant, de plus avoir de relations sexuelles, je me masculinise et je suis tout le temps en train de porter des sacs et d’avoir des charges sur les épaules, des responsabilités, à me planquer. » (Noëlle)

27 Lanzarini Corinne, Survivre dans l’univers sous-prolétaire, op. cit.

28 Ce résultat est d’autant plus remarquable que l’idée d’une instrumentalisation des opportunités affectives pour sortir de leur situation est au contraire présente chez des femmes dont l’univers de sens n’est pas la rue.

29 Bozon Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Nathan, 2002. L’auteur rappelle que la notion d’espace intime est historiquement récente : alors qu’à l’époque médiévale et classique, les espaces domestiques étaient peu cloisonnés (les lieux où l’on dormait – et où l’on faisait l’amour – étaient aussi des lieux de passage, et réunissaient plusieurs personnes : enfants, parents, parfois même domestiques), une stricte séparation des lieux privés – intimes et cachés – et des lieux publics – ouverts aux regards – s’est progressivement imposée.

30 Foucault Michel, Histoire de la sexualité. La volonté de savoir, op. cit ; Fabre Clarisse et Fassin Éric, Liberté, égalité, sexualités. Actualité politique des questions sexuelles, Paris, 10/18, 2004.

Auteurs

Laboratoire LVMT/ENPC, Université de Marne-la-Vallée

Laboratoire d’anthropologie sociale Université Paris 5-Descartes

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540