Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Réflexions sur le pluralisme familial

 | 
Odile Roy

Introduction

Avant-propos

Christèle Clément et Odile Roy

Texte intégral

1Aujourd’hui plus encore qu’hier, la famille se décline au pluriel. D’un pays à un autre et au sein même d’une seule société, il n’est pas « une », mais « des » manières de fonder, de vivre et de défaire le lien familial. Sous tous ces aspects, la famille s’affiche en effet sous le signe de la plus grande diversité. Nucléaire ici, étendue là-bas, parfois polygame, encore monoparentale ou recomposée, elle peut se bâtir autour d’un couple marié ou libre, tantôt hétéro – tantôt homosexuel, organiser les relations de ses membres suivant un principe hiérarchique ou au contraire égalitaire, fonder son élargissement sur une généalogie commune, un vécu partagé ou une volonté parentale… Le phénomène du pluralisme familial doit beaucoup à la variété des conceptions idéologiques, politiques, religieuses, culturelles, parfois même économiques, de chacun. Il trouve encore les causes de son développement dans le jeu des volontés individuelles en la matière et les vicissitudes de la vie auxquelles la famille se trouve confrontée. Il s’amplifie même aujourd’hui sous l’effet de différents facteurs (mobilité accrue des personnes, multiplication des unions mixtes, progrès scientifiques, évolution des mentalités et des représentations de la famille…).

2Plus que jamais vivace, le pluralisme familial fournit à tous ceux qui portent un regard intéressé sur la famille un riche thème de réflexion. C’est donc assez naturellement que le Centre d’études juridiques européennes et comparées (CEJEC) a choisi de lui consacrer une journée d’étude dans le cadre d’un colloque international organisé en l’honneur de Marie-France Nicolas-Maguin le 28 septembre 2007. L’occasion s’est ainsi offerte d’aborder plusieurs interrogations fondamentales : quelles sont ici et là les expressions du pluralisme familial et les difficultés qu’il génère ? Quelle est l’attitude du droit face à ce phénomène ? L’ignore-t-il ? Le prend-il en considération, et de quelle manière ? Comment tente-t-il de résoudre les conflits que peut faire naître le pluralisme familial tant au niveau interne que dans des situations transnationales (notamment face à la pratique du forum shopping que favorise en certaines matières la diversité des législations d’États) ? Quelles limites l’ordre public pose-t-il à la consécration juridique de certaines figures du pluralisme familial ? Enfin, quel visage prend un droit de la famille spécialement remodelé pour intégrer certaines manifestations du pluralisme familial ? Telles sont les questions auxquelles les participants français et étrangers se sont attachés à répondre. Le colloque se déroulant sur une seule journée, ils ont été invités à axer principalement leurs réflexions sur des questions de droit extrapatrimonial de la famille.

3La variété des droits considérés (français, belge, hellénique, britannique, serbe, italien, indien et malien) et des questions envisagées (accès à la PMA et à l’adoption, homoparentalité, polygamie, enfants handicapés, regroupement familial, ruptures familiales etc.), et la diversité des intervenants sont à l’image d’une conception de la recherche juridique qui s’efforce de favoriser le dialogue des cultures et de décloisonner les approches.

4Les interventions ont été organisées en deux temps, à partir du constat que le pluralisme familial se manifeste tant au niveau de la création de la famille (1re partie) qu’au plan de la vie de famille (2e partie), avant des propos venus clore cette journée d’étude mais certainement pas le débat. La publication de cet ouvrage permettra d’en conserver le souvenir et surtout, nous l’espérons, de poursuivre les réflexions menées au cours de cette journée à la fois chaleureuse et enrichissante.

Auteurs

Docteur en droit privé

Maître de conférences en droit privé, Université Paris Ouest Nanterre La Défense Centre d’études juridiques européennes et comparées (CEJEC)

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540