Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Poétique de la collection au xixe siècle

 | 
Dominique Pety

L’histoire et le document

L’histoire et le document

Texte intégral

1Si le xixe siècle a pu être qualifié de « siècle de l’histoire » (Gabriel Monod), il ne faut pas sous-estimer la diversité des pratiques, des genres et des auteurs que cette formule recouvre. Charles-Olivier Carbonell en propose l’aperçu suivant :

  • 1 Carbonell C.-O., L’Historiographie, Paris, PUF, 2003, p. 86.

Vers le milieu du siècle coexistent en France les historiographies de l’Institut – celle de l’Académie française, classique et philosophique, celle de l’Académie des Inscriptions, érudite et documentaire –, l’historiographie des sociétés savantes, oscillant entre la monographie et le discours, les historiographies universitaires – la chartiste déjà savante, la sorbonnarde encore rhétorique –, l’historiographie des gens de lettres, pittoresque et anecdotique, auxquelles s’ajoutent, destinées à faire la fortune de la Librairie, l’historiographie didactique et la vulgarisation historique (le mot vulgarisation apparaît pour la première fois en 1852 sous la plume de Théophile Gautier)1.

  • 2 Ibid., p. 95.

2Point commun à plusieurs de ces histoires (académiques, universitaires, ou des sociétés savantes), en dépit de visées divergentes : une orientation érudite, qui conduit à prendre de plus en plus appui sur des sources, des documents, dont un vaste processus de collecte s’est d’ailleurs amorcé au siècle précédent. L’idée s’impose peu à peu que l’histoire n’est plus seulement de l’ordre du discours, mais qu’elle doit aussi donner accès à une réalité factuelle, à redécouvrir, à rétablir dans sa vérité, à restituer : montrer « comment cela s’est produit exactement », selon les mots de l’historien allemand Léopold von Ranke2. Parce que l’histoire n’est plus seulement la mémoire, nourrie par la compilation du déjà écrit, mais aussi la connaissance d’une réalité avérée, elle va chercher des preuves, en recourant particulièrement à la notion de « document ».

  • 3 « Document : Terme de palais. Ce sont des titres ou preuves des faits qu’on allègue, et principale (...)
  • 4 « Document : Renseignement écrit servant de preuve ou de titre : documents historiques. » (Larouss (...)

3Furetière définissait le document comme la pièce écrite qui fait preuve dans le domaine juridique3. Cette idée que l’écrit atteste, qu’un certain type d’écrits, par leur existence, établissent ou garantissent la vérité de ce qu’ils énoncent, est puisée dans l’étymologie du mot (deiknumi, je montre ; doceo, j’instruis) : le document, c’est ce qui montre, ce qui fait voir, ce qui révèle. Au-delà de l’historiographie officielle, dont la fonction est de consigner une prétendue réalité des faits, le document est ce message écrit, utile en son temps, et détourné a posteriori au profit de l’enquête historique comme pièce à conviction. Ainsi le dictionnaire de Pierre Larousse donne presque immédiatement, après la définition du mot empruntée à Furetière, l’exemple de « documents historiques4 ». Au xixe siècle, l’usage majoritaire du mot s’opère désormais dans un contexte non plus juridique mais historique.

  • 5 Carbonell C.-O., L’Historiographie, op. cit., p. 69.
  • 6 Voir cette formule de R. Barthes : « L’histoire ne se constitue que si on la regarde, et pour la r (...)

4La nécessité d’avoir à prouver ne s’explique pas seulement par une conception nouvelle de l’histoire comme discipline, mais aussi par une perception différente du temps historique. Comme le dit C.-O. Carbonell, « la culture classique, bien qu’imprégnée d’histoire, est profondément a-historique », confiante en une vérité catholique universelle, ou en une permanence de la nature humaine, une immuable identité de l’être5. Au contraire, la conscience historique telle qu’elle apparaît au xixe siècle, est d’autant plus fascinée par le passé, et attachée à le faire revivre, qu’elle le découvre comme définitivement perdu6. Le sentiment d’un déroulement linéaire inéluctable, d’un écoulement non réversible, d’autant plus insupportable qu’il s’est accompagné de destructions radicales, incite à préserver les traces, à rechercher celles qui ont pu subsister dans un passé plus reculé, et qui peuvent attester de ce qui a été quand une continuité s’est brisée. Ainsi la notion de document est-elle liée au sentiment d’une distance temporelle qui s’aggrave. Le document, c’est cette preuve écrite qui atteste d’un passé perdu ; une sorte d’obscurité ou de distance est annulée par le document, qui fonctionne comme le témoin qu’une époque a transmis à une autre.

5Si l’histoire définie par référence au document est à mettre en relation avec la pratique de la collection au xixe siècle, c’est d’abord, fondamentalement, parce qu’elles relèvent d’un même état d’esprit, parce qu’elles se développent sur un socle épistémologique commun, qui repose sur une certaine conception du temps, sur une inscription spécifique dans l’Histoire (du passé irrémédiablement écoulé, on recueille les traces), et sur une valorisation de l’objet, et de l’écrit en tant qu’objet, dans la réalité matérielle de son support : cette matérialité même est jugée probante ; étrangère au régime du discours, elle vient l’authentifier.

  • 7 Foucault a montré que le document n’est pas donné, préexistant et opportunément rencontré ; c’est (...)

6Si l’essor d’une histoire « documentaire » est à comprendre en lien avec la collection, c’est aussi, de façon plus pragmatique, parce que l’une (la collection) est souvent constitutive de l’autre (la pratique documentaire, dans son usage historique), et va contribuer à son évolution. En effet, le document n’est pas seulement la pièce probante qu’on va retrouver dans le passé pour la produire au grand jour : il fera sens aussi s’il s’intègre dans un ensemble selon une perspective convergente. Ainsi, parmi les gestes qui « fabriquent » le document7, il y a d’abord ceux de la sélection (détermination, identification de l’objet) et de la collection (collecte, réunion, constitution en ensemble). C’est pourquoi il ne faudra pas s’étonner de voir l’historien solliciter le collectionneur, et le collectionneur se découvrir une vocation d’historien (même si chacune de ces pratiques va ensuite mieux définir ses méthodes et revendiquer sa spécificité).

7Parce que la collection au xixe siècle va recueillir et valoriser un nombre croissant d’objets, de nature et de provenance fort diverses, elle va aussi contribuer à faire évoluer la notion même de document, et le type d’histoire qui en découle : s’éloignant du texte écrit pour prendre en compte d’autres « traces », – des œuvres d’art qui partagent avec l’écriture son origine intellectuelle et avec le texte officiel sa destination publique, mais aussi des objets courants, produits de l’artisanat, qui se font témoignage des modes de fabrication et d’usage –, l’histoire événementielle va évoluer du côté de l’histoire des mentalités et des modes de vie. C’est une nouvelle extension de la notion de document (le « document humain », directement prélevé sur le vivant) que les romanciers réalistes et naturalistes proposeront quand ils chercheront à définir une histoire du présent.

  • 8 Le développement qui va suivre s’inspire de ma communication « La collection et l’invention du doc (...)

8On peut donc considérer qu’il n’existe pas, au xixe siècle, de document sans collection (le document s’insère dans un ensemble, un fonds documentaire, une collection : bibliothèque, dépôt d’archives, etc.), et que la notion même de document s’est construite en relation avec la pratique de la collection8. L’histoire telle qu’elle se redéfinit au xixe siècle par référence au document se révèle donc largement tributaire de la collection, comme mode de pensée et comme pratique spécifique de l’objet, en lien avec une conception déterminée du passé, révolu, mais encore tangible dans des restes à préserver.

Notes

1 Carbonell C.-O., L’Historiographie, Paris, PUF, 2003, p. 86.

2 Ibid., p. 95.

3 « Document : Terme de palais. Ce sont des titres ou preuves des faits qu’on allègue, et principalement des choses anciennes. » (Furetière, Dictionnaire universel, 1690).

4 « Document : Renseignement écrit servant de preuve ou de titre : documents historiques. » (Larousse, Grand Dictionnaire universel, op. cit.). Larousse enregistre ensuite l’élargissement de sens : « Objet quelconque servant de preuve, de témoignage. »

5 Carbonell C.-O., L’Historiographie, op. cit., p. 69.

6 Voir cette formule de R. Barthes : « L’histoire ne se constitue que si on la regarde, et pour la regarder, il faut en être exclu. » (La Chambre claire, Paris, Gallimard/Éditions du Seuil, 1980).

7 Foucault a montré que le document n’est pas donné, préexistant et opportunément rencontré ; c’est l’histoire qui le fabrique (« L’histoire, c’est une certaine manière pour une société de donner statut et élaboration à une masse documentaire dont elle ne se sépare pas », L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969), mais avec le concours d’autres pratiques culturelles, dont la collection, comme nous voulons le montrer.

8 Le développement qui va suivre s’inspire de ma communication « La collection et l’invention du document » au séminaire Zola, Paris III, 28 octobre 2005.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540