Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses espaces

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Quatrième partie. Espaces anthropologiques dans et hors du livre

Vers la mise en œuvre d’une intelligibilité dialectique du livre et de l’espace

Marc Perelman

Texte intégral

  • 1 Pour une approche historico-critique de la dialectique, nous renvoyons à l’ouvrage récent de Brohm(...)

1Au terme de ce long et studieux parcours, autour et si près du thème qui nous a servi de fil conducteur – le livre comme espace (lors de la journée d’études), puis le livre et ses espaces (le titre de notre ouvrage) –, une approche qui a évolué du visible vers le lisible, notre conviction est d’avoir suscité un intérêt de connaissance sur une façon dialectique de construire une thématique scientifique et critique et de l’exposer comme telle1. L’intérêt que nous reconnaissons maintenant – une fois paru – à notre ouvrage commun dans l’exposition de plus de quarante contributions, aussi diverses et singulières, participe en effet d’une connaissance, et même d’un mode de connaissance qui se rattache à la mise en jeu dialectique entre les termes en apparence éloignés de « livre » et d’« espace ». Car si le point d’arrivée est concluant dans la qualité réelle des textes qui nous ont été proposés à lire, cela est sans aucun doute lié aussi à la « qualité » du point de départ, celui d’avoir proposé un thème d’emblée construit sur la dialectique qui a « obligé » chacun à composer selon cette méthode. Articuler de manière dialectique deux entités polaires – le livre et l’espace –, à savoir engager des structures a priori difficilement rapprochables (le livre et l’espace), sinon identifiables (le livre comme espace), nous semble au moment de cette conclusion avoir été de fait l’enjeu principal de cet ouvrage qui en a facilité le déploiement jusqu’à son terme, fût-ce parfois de manière inconsciente.

2Qui envisage et même postule à une position ou à une posture dialectique, affirme l’articulation, l’interpénétration ou la compénétration de structures dont le livre et l’espace sont en eux-mêmes porteurs. Le plein et le vide (ou le creux), le concret et l’abstrait, le simple et le complexe, et encore l’objet et le non-objet, la trace et l’évanescent, la mémoire et l’immémoriel, le représentable et l’irreprésentable, etc., pour ce que retiennent le livre et l’espace, supposent de mettre au jour des différences ontologiques, voire les contradictions qui les animent. Le livre n’est pas tout l’espace, et ce dernier n’est pas tout le livre ; il ne peut y avoir non plus fusion de l’un dans l’autre ; et c’est de leur articulation sans aucun doute que naît la puissance du livre lui-même. Ce qui sépare le livre et l’espace – un éloignement irrésistible, une distance obligée – les réunit encore, puisque du livre il est souvent question d’espace et de ce dernier on découvre l’existence plus ou moins cachée dans le livre. Dans un tel complexe dialectique, le livre et l’espace peuvent prendre chacun une position hégémonique vis-à-vis de l’autre. Ils peuvent être tour à tour en position de force, l’un dominant l’autre dans un rapport inégalitaire relatif, constamment balloté entre harmonisation et polarisation, unité et séparation.

3Notre hypothèse de départ fut l’affirmation d’une identité ou d’un rapprochement possible entre le livre et l’espace avant même que de supposer une dialectique du livre et de l’espace. Autrement dit, le pari d’un ouvrage unique, voire de faire de l’unité d’un livre qui repose sur une contradiction dans les termes – livre et espace –, une contradiction qui les oppose et parfois les sépare, a été le vrai départ de notre réflexion sur le livre comme espace. De manière plus nette encore, le rapprochement tenté du livre et de l’espace, et plus précisément ici du livre comme espace, fait montre d’une tentative presque de les associer l’un à l’autre, de révéler leur ressemblance, leur accointance, leur proximité, bien que dans leurs structures ils soient opposés. Nous avons ainsi cherché à produire et donc à reproduire l’unité de contraires – le livre et l’espace – par le truchement d’un livre unique, c’est-à-dire nous le savons désormais par un espace commun, le livre.

Notes

1 Pour une approche historico-critique de la dialectique, nous renvoyons à l’ouvrage récent de Brohm Jean-Marie, Les Principes de la dialectique, Paris-Lagrasse, Les Éditions de la Passion/Verdier, 2003.

Auteur

PerelmanMarc
Professeur des Universités en esthétique à Paris 10, membre du Créart-Phi (Centre de recherche sur l’art, philosophie). Ses recherches portent sur le corps, le sport, l’architecture et la ville. Il est le directeur de la collection « Art et architecture » aux éditions Verdier.
Dernières publications :
Giulio Carlo Argan (1909-1992) – Historien de l’art et maire de Rome (avec Irene Buonazia), Paris-Lagrasse, Les Éditions de la Passion/Verdier, 1999 (trad. ital., 2005).
« “Bâtir Habiter Penser” contre Heidegger », Prétentaine, n° 16-17, « Villes », 2004.
Le Football, une peste émotionnelle (en collaboration avec Jean-Marie Brohm), Paris, Gallimard, « Folio Actuel », 2006.
À paraître :
Le Stade du spectacle. Genèse et structure d’un lieu, Gollion, Infolio, 2007.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540