Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses espaces

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Quatrième partie. Espaces anthropologiques dans et hors du livre

Le livre comme espace en action

Eloi Le Mouel

Texte intégral

  • 1 Le Petit Robert, dictionnaire de la langue française, Éd. Le Robert, 1989.
  • 2 Manguel Alberto, Une histoire de la lecture, Arles, Actes Sud, 1998.

1Le livre envisagé comme espace pose autant la question de la définition de ces deux termes que celle de leur rapport. Sa définition la plus immédiate, ancrée dans le réel, le cantonne à son aspect positif. Comme le souligne tout dictionnaire, le livre est « un assemblage d’un assez grand nombre de feuilles portant des signes destinés à être lus1 ». Mais déjà, il renvoie selon sa forme et sa matière à des usages singuliers. Alberto Manguel dans son Histoire de la lecture2 rappelle ainsi : « En fonction de l’occasion, en fonction de l’endroit où j’ai décidé de lire, je préférerais quelque chose de petit et intime, ou d’ample et substantiel. [...] En fonction des époques et des lieux, j’ai appris à attendre des livres des apparences diverses et, comme dans toutes les modes, ces traits changeants attachent un caractère précis à la définition d’un livre. Je juge un livre à sa couverture ; je juge un livre à sa forme. »

  • 3 Sans même remonter au papyrus (dont l’informatique tend à ressusciter la verticalité de lecture !) (...)

2Nous nous situons donc ici à la croisée de l’état physique du livre – objet palpable – et de sa fonction – réceptacle, apte à redéverser son contenu. À l’opposé, le livre est souvent convoqué au travers de diverses métaphores, le chargeant d’affects (« un bon livre est un bon ami », Bernard de Saint-Paul) ou l’élevant au rang d’entité métaphysique (« Sylvie connaissait la vie. Et c’est le Livre des Livres », Romain Rolland). Pourtant, aucune de ces dimensions ne semble poser la question de l’espace et du mouvement qui habitent le livre et vient se nicher à la couture de cette artificielle dichotomie. Entre le livre objet, son volume et sa facture, et combien ces éléments constitutifs ont longtemps conditionné son rapport à l’espace3, et le livre impalpable constitué des lignes tendues par le roman familial de chaque individu, semble devoir se poser la question du livre en tant qu’espace multiforme : espace de communication, bien sûr, mais aussi espace de conflit, de flânerie, de recherche, etc.

3La question des espaces que renferme le livre, ou qui le constituent, pose le problème de l’« activation » de celui-ci. Économisant un périlleux débat sur l’immanence du livre en tant qu’espace de transmission et de communication, Sartre montre bien que cette notion est indissociable de celle du mouvement imprimé au livre par le lecteur. « Un livre n’est rien qu’un petit tas de feuilles sèches, ou alors une grande forme en mouvement : la lecture. » Et c’est ici que le sociologue intervient dans le débat. Lire un livre, c’est donc activer le livre : en déployer l’espace, en ouvrir les plis, tout en le rendant actif. La lecture est donc tout à la fois action, mouvement et interaction. Elle se manifeste par un acte sémiotique renvoyant à une spatialité évidente : on ouvre un livre, comme pour plonger dans un univers auquel on donnerait vie. Puis, on s’y déplace corps et âme. Et enfin, on en ressort aussi transformé (« Je est un autre », dirait Rimbaud, ou P. Lejeune...).

4Le livre n’est donc pas un espace continu et simple. Il est au contraire multiple et fractionné (plusieurs lecteurs d’un même ouvrage peuvent l’activer de façon bien spécifique, au même instant, à différents points du globe), et pourtant unique. Tout comme un paysage urbain, il se définit donc par la nécessité d’« entrer dans la place » (Goffman) pour activer l’espace et devenir une scène. Comme le théâtre défini par P. Brook (« Donnez-moi un espace vide, faites-le traverser par quelqu’un. C’est une scène... »), le livre ne se conçoit que dans l’action, mais y acquiert ainsi des dimensions tout à fait différentes. Espace d’échange, de formation, de rencontre, il devient un lieu hybride aux frontières floues et poreuses. Il s’échappe des limites référentielles que lui impose le dictionnaire et s’émancipe de sa forme « papier ». Illustrant notre propos par la présentation de deux interventions culturelles à la station Saint-Germain-des-Prés centrées sur l’objet livre, nous tenterons de montrer combien, débordant de ses cadres traditionnels, celui-ci se coule dans la figure de la mosaïque urbaine – synthèse entre macro-unité et micro-séquences – au point de redéfinir l’espace global qui l’accueille. De la station du livre à la station livre, de la ville mosaïque à la ville à livre ouvert, il n’y a peut-être qu’un pas à franchir.

Le livre en question

5La RATP revendique l’appellation anoblissante de « plus grand salon de lecture du monde ». Le fait est quantitativement indéniable, et éclairant sur la nature du livre. Bien sûr, cela renvoie à un questionnement sur la nature physique du livre, devenu, au fil des siècles, facilement transportable et bon marché... Quoique le livre de poche – compromis révolutionnaire entre un prix accessible au plus grand nombre et une qualité d’impression acceptable – ne date que de 1953. Mais cela montre aussi combien le livre peut se percevoir, au creux des problématiques urbaines, comme un espace à part entière. Point n’est besoin de s’appesantir sur l’aspect anxiogène ou tout au moins désagréable, ennuyeux et routinier des déplacements pendulaires effectués quotidiennement par des millions de Franciliens. Il est également d’une banalité absolue que de qualifier l’acte de lecture de mouvement d’isolement, de moment de voyage dans le voyage, etc. Cependant, considérons un instant cette scène en termes écologiques. Les quais d’une station ou la rame de métro sont le lieu de rites sociaux renouvelés au quotidien, quoique relativement normés. Que signifient alors l’apparition du livre et la posture du lecteur, en termes de distribution et compétition pour l’espace ?

6L’usager, situé dans un cours d’action censé le transporter d’un point A à un point B, introduit par l’objet livre et le rôle parallèle qu’il endosse publiquement en temps que lecteur une démultiplication des usages et une redistribution spatiale des situations. Du « moment de voyage dans le voyage », nous pourrions retenir l’apparition d’un espace infini, matérialisé par un objet activé, dans le cadre si contraint qu’est le métro. Ainsi, le livre vient interroger la notion même d’espace dans son acception phénoménologique. Chaque lecteur, dans son acte de lecture, public et publicisé, redéfinit l’espace positif de la station. Souvent sur-absorbé par sa lecture, pour mieux échapper aux mille tentations sonores, olfactives, etc., qui l’entourent, le lecteur ne nie pas son rôle d’usager. Cependant, il signifie de façon « spectaculaire » que cet aspect n’est que secondaire, fonctionnarisé et que son rôle premier est bien celui de lecteur. Ainsi, il modifie subtilement la cartographie des perceptions que nourrissent les autres usagers envers l’espace station. Si l’usage normé des interactions en espace public repose sur une « bienveillante indifférence » des acteurs les uns envers les autres, le lecteur en impose sa définition.

7Bien que partageant l’espace positif avec les autres usagers, il se situe « en retrait ». Il se dérobe à une partie de ses devoirs (il ne peut prévenir du danger qui pourrait guetter son voisin) et à bon nombre de contraintes (les scènes quotidiennes du métro – pauvreté, marginalité... – lui deviennent invisibles). Il renforce donc l’indifférence civile, en se soustrayant à certains devoirs envers les autres et en soulignant, en médiatisant la nécessité d’isolement dans laquelle ils sont priés de bien vouloir le laisser. Mais cette redistribution des rôles qu’entraîne la superposition de deux d’entre eux (usager/lecteur), pour perceptible qu’elle soit, se joue également à un autre niveau. Le médium de ce cours d’action est bien le livre en tant qu’espace. Peu importe, finalement, le contenu du livre. C’est sa présence active, interactive, qui rend la scène possible. Lecteur et livre forment un tout, qui permet à l’individu de puiser dans un réservoir d’expériences situées différent de celui de l’usager passif. Et c’est donc l’objet livre qui transcende les frontières physiques que le Petit Robert lui impose. Il agit ici comme un espace à part entière ; lieu où l’usager du métro redéfinit son rôle. Il apparaît, pour celui qui explore ce nouveau territoire, comme une percée à l’espace confiné de la station.

8Nous ne parlons donc pas ici du voyage que constitue tel ou tel roman dans « l’Orient aux mille senteurs » ou la « mystérieuse Asie », de « fenêtre ouverte sur le monde », comme la couleur locale tentait d’agir chez les romantiques, qu’ils se nommassent Hugo, Vigny ou Dumas. Nous nous situons bien à l’échelle de la superposition d’espaces phénoménologiques et des conséquences qu’elle engendre sur la notion même de livre. Il apparaît bien comme un territoire à part entière, agissant et disputant ses frontières aux territoires voisins. L’espace public définit des usages, soit, mais l’espace livre vient en rogner les frontières. Il y a bien, là, établissement d’une écologie des usages, entre deux espaces concurrents. Il y a bien là deux lectures différentes d’un même espace, qui se jouent autour du livre. Reste maintenant à étudier un peu plus en détail ces liens problématiques qui unissent l’espace livre à son environnement urbain.

9Si le livre vient ainsi peser sur les règles sociales propres à un espace urbain, la réciproque est vraie. Nous avons déjà insisté sur le fait que l’espace livre offre cette étonnante particularité que de pouvoir s’activer au même moment en différents endroits. Un même livre peut être lu à différents points du globe, à la même seconde, par différentes personnes. Et pour se cantonner au métro parisien, un même livre ou des livres différents (puisque le contenu n’est pas déterminant) sont ouverts en différents lieux du réseau, dans le même moment. Il y a donc bien une continuité et une globalité de l’espace livre, activé dans le mouvement d’un réseau urbain et défini par un usage et ses conséquences sociales. Mais, parallèlement, chaque micro espace constitué par le cours d’action d’un lecteur constitue un événement singulier. L’espace livre doit donc s’envisager tout à la fois dans sa globalité phénoménologique et sa séquence opératoire. La figure de la mosaïque, que la philosophie pragmatiste associe à la ville, se retrouve ici.

  • 4 Pour les notions d’accessibilité, voir Joseph Isaac, « Reprendre la rue », Introduction in, Prendr (...)

10L’espace urbain et en son sein plus particulièrement l’espace public est par définition porteur de multitudes de signes, de langages, de discours et de récits. Activé par des citoyens, il agit en retour sur leurs usages par les prises qu’il met de façon plus ou moins intelligible à leur disposition. Ainsi, tout comme l’espace livre, l’espace public se fait plus ou moins accessible et accueillant, s’ouvre et invite de façon plus ou moins explicite. C’est bien au travers de la notion d’espace et de lieu signifiant et actif que se mesure la performance des usages qui s’y jouent. Et c’est donc au travers de la notion d’hospitalité du lieu, de sa capacité à dévoiler son âme, que se structure sa capacité à être, au-delà d’un espace d’exposition régi par de simples stratégies d’évitement, un espace de communication, de formation et d’individuation4.

  • 5 Ricœur Paul, Cometti Jean-Pierre (sous la direction de), Réflexion faite. Autobiographie intellect (...)
  • 6 Id., : « Se comprendre, pour le lecteur, c’est se comprendre devant le texte et recevoir de lui le (...)

11Et le lien entre la puissance structurante que renferme le livre comme celle qu’abrite l’espace monde dans lequel nous vivons, mais qui ne se révèle qu’à condition qu’on en active les langages, se retrouve bien dans la théorie du texte que développe Paul Ricœur5. « Dans la mesure, en effet, où le sens d’un texte s’est rendu autonome par rapport à l’intention subjective de son auteur, la question essentielle n’est plus de retrouver, derrière le texte, l’intention perdue, mais de déployer, en quelque sorte devant le texte, le « monde » qu’il ouvre et découvre. [...] Le monde est manifesté comme l’horizon de notre vie et de notre projet, bref, comme notre être au monde. [...] Ce qui est à interpréter dans un texte, c’est une proposition de monde, le projet d’un monde où je pourrais habiter et où je pourrais déployer mes possibles les plus propres. » Du livre, espace de détournement des usages en espace public, espace d’un acte de lecture perçu comme une transaction fondamentale de l’être à l’être-au-monde6, à la ville analysée comme un vaste espace livre, il n’y a donc qu’un pas à franchir que nous nous proposons d’incarner dans l’action menée par la RATP à la station Saint-Germain-des-Prés...

Saint-Germain-des-Prés, la station du livre

12La station Saint-Germain-des-Prés a été remise à neuf en 1999, dans le cadre du plan global de rénovation des 298 stations du réseau répondant au nom de « Renouveau du Métro ». Soucieuse de célébrer le centenaire du métro, dont la première ligne fut ouverte au public le 19 juillet 1900, la RATP se lança dans un ambitieux programme culturel. Neuf de ses stations furent ainsi désignées pour accueillir des animations thématisées, métamorphosant l’espace dans son ensemble, et ce, pour dix années. Saint-Germain-des-Prés compte parmi l’une d’entre elles. Le visage qu’elle offre aujourd’hui est assez surprenant. La station fut à l’origine dédiée à « la création » sous toutes ses formes. Trente-six vitrines de 190 × 60 cm, fixées horizontalement à 1,30 m du sol habillent les quais. Elles ont été pensées pour accueillir un objet : le livre.

13Le projet se centrait sur deux idées principales : retirer toute publicité à quai et illustrer le thème par le biais de livres exposés dans les vitrines. Des projections de textes sur les piédroits (parois) et voûtes complétaient l’animation.

14Après cinq ans de vie, la station fonctionne selon un principe bien rodé, consistant à multiplier les entrées illustrant la thématique centrale. Tous les deux ou trois mois, différents partenaires se succèdent pour apporter leur vision de la création, et ce, d’une année sur l’autre. Deux programmations prenant le livre comme vecteur quasi unique de communication ont ici retenu notre attention. Chaque année, de novembre à février, le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (FIBD), puis de mars à avril, le Printemps des poètes, investissent les vitrines de la station.

Carrelage immaculé, vitrines et projections...
Une métamorphose spectaculaire de l’espace station centrée sur le livre.

15La bande dessinée – tout comme la poésie – renvoie naturellement à l’objet livre, bien que de façon diamétralement opposée dans l’imaginaire de chacun. Si la BD est rehaussée par ses défenseurs au rang de huitième art et considérée comme un genre littéraire à part entière, elle est plus généralement appréciée du plus grand nombre pour son aspect ludique, immédiat et festif. Les Tintin, Spirou et autres Boule et Bill sont plus familiers à l’ensemble des lecteurs que les récits précis et incisifs de Marjane Satrapi... La poésie, dont les ventes sont confidentielles sur le marché du livre, se résume quant à elle, pour la plupart des publics, aux poètes de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Hugo, Baudelaire, Rimbaud et Apollinaire sont des noms qui résonnent familièrement à l’oreille... Mais combien continuent à explorer leurs œuvres une fois quittés les bancs de l’école ?

16Le livre constituant par nature un objet controversé, certains l’idolâtrant, tandis que d’autres ont pour premier questionnement d’en interroger avec appréhension le nombre de pages, l’entreprise RATP prenait donc un « risque » en le célébrant ainsi. Si la bande dessinée constituait un pari mineur, la poésie en revanche présentait tous les aspects pressentis d’une programmation difficile à faire partager. Les deux premières animations que la RATP conçut avec ces deux partenaires consistèrent à exposer des livres, ouverts ou fermés, en une simple juxtaposition de volumes. Et il apparut bien vite que si la bande dessinée s’attira les faveurs du public, la poésie obtint des résultats plus mitigés.

17L’année suivante, le Printemps de poètes et la RATP travaillèrent alors de concert à reconsidérer leur mode d’exposition. Une volonté commune se fit jour de détourner l’usage traditionnel du livre et son mode de présentation muséal. Il ne s’agissait pas de nier le livre, ou de le faire passer en second plan. Simplement, de trouver les invites idoines, qui, dans un univers hostile, attireraient l’attention.

Présentation rigoureuse des ouvrages et appel au dialogue muséal.

18Le Printemps des poètes fit alors appel à un artiste, Ken Cargo, travaillant sur le livre, non pas en tant que contenant, mais bien en tant que forme spatiale vivante. Ken Cargo a ainsi développé un art particulier, dont le livre et l’écrit sont le cœur, sans pour autant que l’objet livre soit jamais présenté sous sa forme habituelle, ni que le texte qu’il présente soit jamais explicite, complet, ni déterminant. « L’artmail » envisage le livre comme espace. Espace de création, espace de communication, espace de perception, espace d’émotion.

19Au milieu de volumes offerts à la lecture, vinrent donc se nicher les poétiques créations de l’artiste : des collages de feuilles, de mots, recouverts de couleurs ; des associations d’objets évocateurs (une table de chevet miniature, une boîte à journal intime entrouverte...). L’un d’entre eux faisait directement référence au livre comme « espace dans l’espace », qui était constitué d’une lunette de plongée dont les verres faisaient loupe, collée – masque vers le lecteur, à une page bleue recouverte de symboles argentés.

L’art postal de Ken Cargo.

  • 7 Ithemba est une association de femmes africaines, victimes du SIDA ; leur action, présentée et sup (...)

20Le contenu textuel n’était pas ici le vecteur principal, mais bien l’espace physique et symbolique que constituait l’objet livre qui s’ouvrait et s’offrait à la plongée des lecteurs. L’année suivante, le Festival international de la bande dessinée et le Printemps des poètes poussèrent l’expérience plus avant encore, en associant aux livres des objets de toutes sortes. Les vitrines du Festival International de la bande dessinée regroupèrent une multitude d’objets évoquant l’histoire du festival, tels des porte-clefs, stylos, montres, trophées, planches à dessin, etc. La poésie invita quant à elle des lampes oniriques – ithemba – fruits d’un programme humanitaire7. Entre les livres, les tâches de couleur et les formes étranges de ces étonnantes créations faisaient rupture.

21De part et d’autre, un nouveau cap était donc franchi, les objets dialoguant avec les livres exposés n’ayant a priori plus rien à voir avec ceux-ci. Pourtant, il ne s’agissait pas ici d’appliquer de pâles méthodes marketing consistant à attirer le chaland vers une cible de vente. Bien plutôt de redonner au livre sa valeur d’espace.

Lampes oniriques, volumes et matières redonnent vie aux vitrines.

22Soucieuse de comprendre ce qui intéressait ses publics, la RATP et certains de ses partenaires ont réalisé différentes enquêtes en station. Toutes révélèrent une sorte de paradoxe : les animations plaisaient, mais, dans le même mouvement, semblaient un peu figées. Un groupe de scénographes consulté renseigna alors sur « l’effet vitrine ». Il expliqua combien l’animation des quais reproduisait, par le choix du mode d’exposition, un effet muséal des plus classiques, à l’heure où les musées eux-mêmes tentent de revisiter leur image. Le livre, objet de vénération pour les uns, est effrayant ou repoussant pour les autres. L’exposition muséale agit de même sur certains publics. Ainsi, là où la RATP cherchait à créer de la proximité avec l’ensemble de ses publics, elle les divisait visiblement en deux familles (et en leur sein, toutes les gradations possibles) : des habitués de ce mode de présentation, jusqu’à ceux pour qui les vitrines allaient devenir un palliatif... au peu de banquettes disponibles.

23C’est donc avant tout en termes de manière d’habiter l’espace que les scénographes conseillèrent de raisonner. Le livre n’est pas un objet facile à exposer dans un espace public, dans la mesure où la lecture n’est pas une valeur universellement partagée. Aussi, il convenait de trouver un espace transitionnel, qui, sans tomber dans l’animation commerciale ou « Disney », permettrait de capter les regards, puis de les guider vers le livre. La critique se concentra sur les vitrines. Les livres sont par nature un volume, et non une surface plane. Or, le mode d’exposition des premières programmations avait tendance à gommer cet état de fait. Il consistait à étaler de façon rationnelle et organisée de beaux livres, ouverts ou fermés, en une scansion régulière de l’espace vitrine. Le maître-mot était donc horizontalité et rigueur de présentation.

24Ainsi, l’espace vitrine, pourtant vaste, éclairé, associant lignes droites et courbes, etc., était réduit à sa plus simple expression. Il apparaissait comme écrasé, amoindri et aplani. Le livre, loin d’être considéré comme un territoire, se voyait lui-même circonscrit à sa fonction et sa matière : des pages (fussent-elles magnifiques) accueillant un texte (fût-il superbe). On assistait donc à un rétrécissement global des horizons possibles. Le problème était double et lié. Il convenait tout d’abord de penser la vitrine comme un volume 3D, et non comme un réceptacle d’objets dont la nature conditionnerait la forme. Parallèlement, en découlait, premièrement, une nécessité à mettre en scène les livres exposés et à trouver le moyen d’établir un dialogue spatial et symbolique entre ceux-ci et leur espace d’accueil, et, deuxièmement, à introduire des intrus venant perturber les usages traditionnels des vitrines.

Première programmation avec le FIBD :
rigueur et horizontalité, le livre comme simple contenant.

25Les vitrines furent donc retravaillées, alternant entre des fouillis et des séquences ordonnées, des empilements de livres et des dessins pris au hasard des pages ou encore la brusque alternance d’espaces dédiés à la poésie asiatique et la poésie pour enfant...

26Il va sans dire que les mille couleurs et la forme même de la bande dessinée posaient moins de problèmes. Cependant, les uns comme les autres comprirent la nécessité de développer un langage alternatif à celui tenu par la répartition de livres dans les vitrines. Ainsi, les objets de différentes natures, dont le lien à la programmation était parfois plus symbolique, interprétatif et narratif que direct, firent l’objet d’une attention particulière.

27Ils exprimaient la prise en compte de l’espace potentiel constitué par les vitrines et les livres qu’elles contenaient. Il s’agissait en fait de rendre forme, de rendre vie à ces espaces. Il s’agissait de redéployer les potentialités des vitrines, leur capacité à habiter l’espace station, par leur luminosité, leurs courbes et le dialogue verre et métal qu’elles apportaient. Il convenait enfin, dans la continuité, de permettre au livre de redevenir ce territoire ouvert, cette invite au cheminement, en en mettant en scène la forme et en favorisant son activation.

Seconde année de programmation pour le Printemps des poètes, ou la vie,
le volume et le mouvement rendu au livre...

28La problématique ne consistait pas à nier le contenu des livres, mais bien au contraire à multiplier les offres et les prises à la lecture, par une revisitation des dialogues possibles entre espaces : espace station, espace vitrine, espace livre, espace objet. Le livre devenait un espace signifiant, dialoguant avec d’autres formes, d’autres volumes. Et ce dialogue haut en couleur et incongru a, enquêtes à l’appui, su briser la distanciation muséale des premières programmations.

Saint-Germain-des-Prés, la station livre

29Mais cette réflexion sur le livre comme espace à part entière, dialoguant avec d’autres volumes, formes et mouvements, ne saurait se limiter à une simple opposition entre forme muséale d’exposition et mise en scène d’objets porteurs de multiples dimensions signifiantes. Nous avons fait un premier pas pour sortir le livre de l’étroit corset le définissant comme « un certain nombre de pages... ». Explorons plus avant les possibilités qu’offre le fait d’envisager le livre comme un espace transcendant les barrières que lui imposeraient matière et forme prédéterminées. Les vitrines de Saint-Germain-des-Prés ainsi mises en scène ne sont pas les seules tenantes de l’animation de la station. Participant à l’éclairage des lieux, autant qu’au détournement des usages habituels du métro, des projecteurs suspendus utilisent les piédroits (parois) et voûtes comme « porteurs de signes »... C’est ainsi l’ensemble de l’espace station qui devient théâtre – quais, piédroits et voûtes –, et dialogue avec le livre.

30Le Festival international de la bande dessinée choisit par exemple d’illustrer son propos par une sélection d’images, tirées de différentes bandes dessinées mises en scène dans les vitrines. Des séquences parfois étranges en raison des anamorphoses dues à la courbe de l’architecture, mais souvent spectaculaires (certaines mesurent plus de 4 × 6 m), sont donc projetées chaque année dans toute la station. Achille talon répond aux personnages de Tardi sur un piédroit, pendant que XIII surveille Titeuf du coin de l’œil sur la voûte.

Achille Talon en grand format sur un piédroit ou l’espace livre déployé.

31Pareillement, le printemps des poètes se livra à une sélection de poèmes de tailles variables, dont les textes en accord avec la programmation des vitrines sont projetés sur le carrelage blanc biseauté. Textes ou images et bulles ne viennent cependant pas gommer ou annuler l’espace naturel de la station. Il n’est pas question d’écran ou de caméras volumineuses. Les vastes taches imagées viennent au contraire se surimposer à l’architecture du lieu, en semi-transparence. On distingue parfaitement, sous les lignes, la texture du carrelage, si caractéristique du métro parisien. Les bulles viennent subtilement détourner l’usage premier de ce mobilier, destiné à diffuser de façon optimale l’éclairage de la station. De même, la structure en « anse de panier » (voûte évasée) agit sur les projections en les déformant et leur donnant par instants d’étranges allures.

32Ainsi, est-il exagéré de dire que la station se fait livre ? Les signes sont bien visibles, les invites, les ouvertures sont manifestes. Les pages sont gigantesques : quais – et leurs vitrines – piédroits et voûtes. En descendant les escaliers menant au cœur de la station, on accomplit un parcours onirique. Ayant ouvert le livre en franchissant la ligne de contrôle, on plonge dans l’espace physique et symbolique qu’il constitue. On l’active par notre présence dans les lieux, notre étonnement, notre dépaysement et notre lecture, tant des contenus vitrines, que du parasitage général des usages et messages propres à l’espace station. Bien sûr, la métamorphose de Saint-Germain-des-Prés en espace hybride, à mi-chemin entre espace station et espace livre, n’est opérante que si l’usager se laisse saisir par l’invite et active les lieux autant qu’il est transporté. Mais comme pour l’objet livre, la potentialité, le projet d’un autre monde est là, offert et public.

  • 8 Frize Nicolas, « L’écoute au service de la ville », in Prendre place. Espace public et culture dra (...)

33Nicolas Frize, compositeur friand d’interventions en espace public, apporte par sa réflexion sur le son en espace urbain un éclairage fort pertinent sur notre problématique. Il insiste sur le fait que les objets sont signifiants et même « parlants ». Il en décrit les récits latents et pourtant donnés à saisir au quotidien. Il pose un regard fascinant sur leur capacité à agir, à interagir avec nous. Les murs, écrit-il8, « parlent avec moi, nous parlons ensemble. Ils parlent les sons qu’ils entendent : c’est l’effet de champ indirect, la capacité des murs à propager ou à taire les choses que je dis pendant que je parle. Quand je m’exprime en leur présence, ils conditionnent ma nervosité et ma douceur. » Le son est donc espace en action, interagissant avec des objets actifs, eux-mêmes porteurs d’espaces physiques et symboliques aux frontières poreuses.

  • 9 Regroupant plus de 300 participants, elle offrait le spectacle d’une ville au travail, d’un temps (...)

34Ainsi, la création de Nicolas Frize au festival de Saint-Denis 2004 reflétait cet état d’esprit9. Chanter l’architecture ne se concevait que dans la multiplicité des entrées artistiques et dans la célébration des usages propres au lieu. Différentes scènes à plusieurs niveaux se répondaient au travers du lieu, entourant les spectateurs. Les musiciens et danseurs y apparaissaient, puis disparaissaient. Des graphistes et peintres peignaient de vastes toiles suspendues, ou des scènes plus intimes à même la foule, traduisant leur perception des sons courant entre les spectateurs.

Un espace hybride et insolite, à mi-chemin entre espace station et espace livre.

35Ainsi, Nicolas Frize mettait en scène sa vision de la création artistique en espace urbain : « elle organise une sorte de déplacement de la perception ». Tout comme la station Saint-Germain des Prés, mais à bien plus vaste échelle et par de multiples entrées, il bouleversait la perception sensible d’un morceau de ville. Sans gommer l’espace urbain, il s’appuyait sur ses usages et ses formes pour les rendre sensibles et clairement signifiantes. Chaque scène était une invite à partager ensemble un espace activé, à se laisser glisser dans le flux de ses vibrations, à ouvrir ses cinq sens aux cours d’actions qui se succédaient et se chevauchaient, à saisir les multiples prises qui nous étaient offertes.

36Et ce que Nicolas Frize rendait alors évident, c’est combien il y a peu à franchir de l’espace livre à l’espace urbain envisagé comme gigantesque livre. La ville, dont il surexposait en une création les multiples signes sonores, visuels, olfactifs et tactiles qui la constituent, ne se peut-elle envisager comme un vaste espace, activé par ses habitants qui en redécouvrent et en redéfinissent chaque jour les usages ? N’est-elle pas elle-même porteuse de mille récits, de mille signes et de mille intrigues ?

De la station-livre...

à la ville, toutes pages déployées !

37À livre ouvert

38En bref, le livre est bel et bien un espace à part entière, interagissant avec d’autres espaces, et activé par un cours d’action : la lecture. Le xxe siècle l’a rendu accessible au plus grand nombre, mais en a aussi multiplié les formes d’expressions en lui reconnaissant un rôle social au sens le plus large du terme. Là où l’Église catholique voyait un récit initiatique tiré du Livre, dans les illustrations artistiques et pédagogiques des murs de ses églises, on reconnaît aujourd’hui la mise en scène d’un vaste livre. Le livre est donc à considérer comme un espace quadri-dimensionnel, dont la matérialité est souvent réduite à une triste horizontalité (2D) – là où le volume (3D) d’un ouvrage est porteur de sens et créateur d’usages – et la symbolique (4D) enclose dans les limites publicitaires d’une pâle « invitation au voyage » – là où l’étude de ses conséquences sur le lien social en montre l’opérance et la richesse.

39L’étude du livre en action dans l’univers si particulier, normé et contraint du métro parisien nous montre ainsi combien le lien entre espace livre et espace urbain est pertinent. À l’image de la ville envisagée par l’école de Chicago, le livre apparaît comme un horizon en mouvement, activé en différents lieux par différents lecteurs. Il détourne les usages quotidiens des lieux qu’il traverse, redéfinissant l’écologie sensible des territoires et entre donc en concurrence avec les multiples strates qui structurent un espace public. De même, il transforme le lecteur, autant qu’il est singularisé par chaque lecture. L’espace livre se définit bien comme un espace en action, tout à la fois uni et morcelé, cohérent et poreux.

  • 10 ricœur Paul, op. cit.

40Là où on ne pensait qu’au travers de la matière papier et d’une quasi parfaite double dimension, on envisage aujourd’hui un espace physique multiforme, de l’écran aux murs de la ville, ouvrant sur un espace phénoménologique infini reposant sur les concepts d’agir et d’expérimentation de ceux-ci qui en découlent. « Je n’ai en effet pas cessé d’appuyer l’analyse sémantique de la référence, explique ainsi Paul Ricœur, sur la conviction que le discours n’est jamais seulement pour sa propre gloire, mais qu’il veut, dans tous ses usages, porter au langage une expérience, une manière d’habiter et d’être-au-monde, qui le précède et demande à être dite.10 » L’acte d’habiter les langages renfermé par le livre ou la ville est, en lui-même, porteur de la profonde affinité qui unit, en tant qu’espaces en action, ces deux horizons possibles.

41Nota : un grand merci à M. Nicolas Frize et Mlle Céline Hémon (Printemps des poètes) pour leur disponibilité et la gentillesse avec laquelle ils ont bien voulu me faire parvenir les photographies nécessaires à l’illustration de mon propos.

42Taken in their spatial dimension, books raise the issue of the definition of the words “book” and “space” as well as that of their relationship.

Notes

1 Le Petit Robert, dictionnaire de la langue française, Éd. Le Robert, 1989.

2 Manguel Alberto, Une histoire de la lecture, Arles, Actes Sud, 1998.

3 Sans même remonter au papyrus (dont l’informatique tend à ressusciter la verticalité de lecture !), nous pouvons évoquer le livre de monastère qui, pratiquement jusqu’au xiie siècle et la structuration progressive des premières universités dans les villes d’Italie, d’Angleterre et de France, était aussi pesant que volumineux. Il se déchiffrait debout, posé (et souvent enchaîné) sur un piédestal incliné. À peu près indéplaçable, l’espace de communication qu’il constituait se doit donc bien chercher au cœur même de son état.

4 Pour les notions d’accessibilité, voir Joseph Isaac, « Reprendre la rue », Introduction in, Prendre place. Espace public et culture dramatique, Joseph Isaac (sous la direction de), Colloque de Cerisy, Éditions Recherches, « Plan urbain », 1995 ; d’hospitalité, voir Milon Alain, Le Livre de l’hospitalité, Montandon Alain (sous la direction de), Paris, Bayard, 2004 ; d’individuation, voir Dewey John, Le Public et ses problèmes (1926/1946), traduction et (magnifique) préface de Joëlle Zask, in Œuvres philosophiques, Jean-Pierre Cometti (sous la direction de), Publications de l’université de Pau, Farrago-Éditions Léo Scheer.

5 Ricœur Paul, Cometti Jean-Pierre (sous la direction de), Réflexion faite. Autobiographie intellectuelle, Paris, Esprit, 1995, p. 55-61.

6 Id., : « Se comprendre, pour le lecteur, c’est se comprendre devant le texte et recevoir de lui les conditions d’émergence d’un soi autre que le moi, et que suscite la lecture. » Si l’on définit la lecture comme activation de l’espace livre... Se comprendre, pour un urbain, c’est se comprendre devant le texte d’une ville et recevoir de lui les conditions d’émergence d’un soi – public – autre que le moi, et que suscite l’expérimentation de celui-ci.

7 Ithemba est une association de femmes africaines, victimes du SIDA ; leur action, présentée et supportée financièrement par différentes chaînes de grand magasins français (BHV...) consistait à réunir des fonds pour la recherche, l’aide aux victimes et la sensibilisation des populations.

8 Frize Nicolas, « L’écoute au service de la ville », in Prendre place. Espace public et culture dramatique, Colloque de Cerisy, Plan urbain, Éditions Recherches, 1995, p. 191-201.

9 Regroupant plus de 300 participants, elle offrait le spectacle d’une ville au travail, d’un temps de métamorphose et d’un véritable embrasement musical. Il s’agissait pour le compositeur de chanter l’architecture de l’Îlot Cygne, site insolite à ciel ouvert et en plein centre-ville, tranche d’histoire urbaine du Moyen-Âge à l’ère industrielle.

10 ricœur Paul, op. cit.

Table des illustrations

Légende Carrelage immaculé, vitrines et projections...Une métamorphose spectaculaire de l’espace station centrée sur le livre.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Légende Présentation rigoureuse des ouvrages et appel au dialogue muséal.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Légende L’art postal de Ken Cargo.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Lampes oniriques, volumes et matières redonnent vie aux vitrines.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Légende Première programmation avec le FIBD :rigueur et horizontalité, le livre comme simple contenant.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Seconde année de programmation pour le Printemps des poètes, ou la vie,le volume et le mouvement rendu au livre...
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Légende Achille Talon en grand format sur un piédroit ou l’espace livre déployé.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Un espace hybride et insolite, à mi-chemin entre espace station et espace livre.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Légende De la station-livre...
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende à la ville, toutes pages déployées !
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/539/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 871k

Auteur

Le MouelEloi
Docteur en sociologie de l’université Paris 10. Chargé de mission à la RATP. Travaille sur la culture dans les espaces publics non dédiés dans le métro parisien.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540