Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses espaces

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Quatrième partie. Espaces anthropologiques dans et hors du livre

Espace livresque, espace architectural, et livre reliquaire : autour du Saint Louis d’Henri-Alexandre Wallon (1878) et du souvenir de la Sainte-Chapelle du Palais

Nathalie Pineau-Farge

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Le Men Ségolène, La Cathédrale illustrée de Hugo à Monet. Regard romantique et mode (...)
  • 2 Castelnuovo Enrico, « La “cathédrale de poche” : enluminure et vitrail à la lumière de l’historiog (...)

1À la suite de la parution du roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris en 1831, dont le fameux chapitre « Ceci tuera cela » annonce le remplacement du livre de pierre par le livre de papier, l’architecture gothique et le livre illustré deviennent emblématiques des débats relatifs à l’évolution, la modernisation des techniques graphiques au fil du siècle1.Cette collusion entre le livre et l’architecture est sous-tendue par l’analogie spatiale qui est établie entre eux : l’édifice peut se lire, tout comme l’objet-livre illustré peut être perçu en tant que « cathédrale de poche2 ». Les variations métaphoriques autour de ces notions sont nombreuses, et le lien entre le livre et l’édifice devient une référence familière qui est déclinée, transposée, jusqu’à perdre parfois sa signification emblématique première, liée à l’évolution des techniques.

2Une variante originale tient dans la proposition de l’interpénétration et de l’interchangeabilité entre espace livresque et espace architectural, au moyen de la notion de reliquaire. Si le lien avec l’édifice s’impose d’emblée, le rattachement de l’idée au livre est moins immédiat ; il fonctionne pourtant, et permet en outre de redonner au livre, dans une certaine mesure, un fragment de la puissance symbolique qui était la sienne au Moyen Âge.

  • 3 Wallon Henri-Alexandre, Saint Louis, Tours, Alfred Mame et Fils, 1878 (trois rééditions jusqu’en 1 (...)
  • 4 Angrand Pierre, « L’État mécène : période autoritaire du Second Empire (1851-1860) », in Gazette d (...)

3Cette réflexion concerne un livre spécifique, une adaptation de l’histoire de saint Louis par Joinville, publiée par Henri-Alexandre Wallon, doyen de la faculté de lettres de Paris, en 18783 ; il est mis en résonance avec un édifice précis, la Sainte-Chapelle du Palais. La figure de saint Louis est, depuis l’avènement du Second Empire, particulièrement sollicitée (le nouveau pouvoir commande plusieurs fresques et tableaux relatant des épisodes de sa vie et de son hagiographie), en cela elle est très présente dans l’imaginaire collectif4.

  • 5 Pineau-Farge Nathalie, Le Moyen Âge et le livre illustré au xixe siècle en France : les éditions d (...)
  • 6 Selon les termes d’Eylac Anatole, dans un article qu’il leur consacre sous le titre : « Alfred Mam (...)

4Le Saint Louis d’Henri-Alexandre Wallon s’intègre dans la publication, par la maison d’éditions Mame, d’une série de biographies consacrées à des figures emblématiques du christianisme : Charlemagne, sainte Élizabeth de Hongrie, saint Martin de Tours, etc. Ces biographies adoptent un principe iconographique caractérisé par un panachage d’images archéologiques et d’illustrations artistiques (répartition qui fait la caractéristique d’un grand nombre d’ouvrages de vulgarisation « haut de gamme » publiés dans les années 1870)5, et bénéficient d’un appareil scientifique solide. Publiés à une époque marquée par une renaissance certaine de la bibliophilie (phénomène animé par les « bibliophiles de 1875 »), ces ouvrages, parés d’une riche illustration, sont désignés comme des « publications d’art6 ».Ils sont écrits par des érudits,et même si, en raison de la sensibilité catholique de leurs auteurs, leurs contenus tendent vers l’hagiographie parfois sentimentale, ils s’appuient aussi sur des sources savantes, les épisodes édifiants des biographies étant relatés d’après des récits des chroniqueurs médiévaux, dont de larges extraits truffent les textes.

  • 7 Histoire de saint Louis par Joinville, texte rapproché du français moderne et mis à la portée de t (...)
  • 8 Histoire de saint Louis, Credo et Lettre à Louis X, texte original accompagné d’une traduction par (...)
  • 9 Wallon Henri-Alexandre, Saint Louis, op. cit., p. 22, n° 1. L’auteur n’entre cependant pas en « co (...)
  • 10 L’appropriation du texte de Joinville par Henri-Alexandre Wallon est telle que lorsqu’il publie un (...)

5La chronique de Joinville bénéficie de l’engouement pour les lettres médiévales, qui se développe et s’affirme particulièrement dans la seconde moitié du xixe siècle ; dans le courant des années 1860, Natalis de Wailly en donne trois éditions successives, dans lesquelles il propose une traduction, puis une version renouvelée étayée par le recours à un manuscrit jusqu’alors inconnu, enfin une version restaurée dans sa forme primitive, débarrassée des modifications linguistiques postérieures ou régionales7. Cette version restituée du texte est éditée une nouvelle fois en 1874, complétée par des « Appendices » et une importante illustration8 ; c’est cette dernière version qu’exploite Henri-Alexandre Wallon. Il convoque en effet l’historien champenois tout au long de son ouvrage, et mentionne son nom dès le premier chapitre, dans le corps du texte, accompagnant une citation référencée dans une note : « Joinville, ch. XV de l’excellente édition de M. N. de Wailly. Nous reproduisons ici sa traduction, en cherchant quelquefois à la rendre plus littérale encore9 » (selon une méthode et des sources non précisées). Au fil de la narration, les insertions de longs chapitres tirés du texte de Joinville se multiplient, mais leur correspondance avec l’édition établie par Natalis de Wailly n’est pas systématiquement signalée ; Saint Louis devient ainsi une sorte de palimpseste de l’Histoire de saint Louis de Joinville, dont la contribution se fond parfois dans la réécriture d’Henri-Alexandre Wallon10.

  • 11 Wailly Natalis de, Histoire de saint Louis, op. cit., p. II.

6Les commentaires qui se développent autour du texte de Joinville à l’occasion de son histoire éditoriale jouent fréquemment avec l’analogie architecturale. Un parallèle de cet ordre est utilisé par Natalis de Wailly en conclusion de la « Préface » à son édition de 1874, afin de justifier la présence, dans un ouvrage de vulgarisation, de considérations historiques et grammaticales. Il s’agit de mettre le lecteur en « condition », de lui donner les moyens d’entrer en contact avec le chroniqueur, et pour cela de le familiariser avec son langage, ses opinions, etc. Natalis de Wailly compare, littéralement, physiquement, le livre à l’édifice, la lecture devenant une démarche spirituelle : « Ce n’est pas du milieu d’une place inondée par les rayons du soleil qu’on peut, à travers une porte entr’ouverte, apercevoir l’intérieur d’une vieille cathédrale. Il faut entrer et se recueillir, en attendant que les yeux se fassent au demi-jour qui convient à l’harmonie de l’édifice. Et nous aussi, sortons de notre siècle sceptique et indépendant pour pénétrer dans le siècle de la foi et de l’obéissance11. »

  • 12 Vitet Ludovic, « Joinville, saint Louis et le xiiie siècle. Œuvres de Jean, sire de Joinville [... (...)
  • 13 P. 2 (pagination du tiré à part).

7Quelques années plus tôt, Ludovic Vitet, premier inspecteur général des Monuments historiques, a introduit la comparaison spécifique à la Sainte-Chapelle à l’occasion d’un article paru dans la Revue des Deux-Mondes, consacré à Joinville, à saint Louis et au xiiie siècle (critique de la seconde édition du texte du chroniqueur par Natalis de Wailly)12. Évoquant le style littéraire de Joinville, il établit une analogie avec le bâtiment emblématique du règne du souverain et conclut même à une interchangeabilité de fait entre l’écrit et l’édifice : « Qu’importe si ses phrases sont parfois négligées et chevauchant à travers champs ? Le mouvement en est toujours vrai. Jamais de jeux de mots, ni bel esprit ni scholastique ; tout dans ce style est franc, vif, et va droit au but comme les piliers et les nervures de la nef de Reims, comme les verrières et les ogives de la Sainte-Chapelle. Ce n’est donc pas un livre, c’est bien un monument, un monument de plus à mettre au compte de ce glorieux siècle13. »

  • 14 Ibid., p. 32.

8Il est également le premier à effleurer la thématique du reliquaire : « C’est là, sous le hardi réseau de ces souples nervures, sous l’éclat doré de ces verrières étincelantes, dans ce tabernacle aérien, qu’il faut évoquer Joinville14. »

9Conçu pour accueillir la Couronne d’épines et des clous de la Crucifixion, la finalité de ce bâtiment tient effectivement dans sa vocation de reliquaire. Les similitudes entre les termes pour désigner l’édifice et l’ouvrage historique permettent de supposer que l’auteur conçoit aussi le récit de Joinville comme un reliquaire – qui recueille le souvenir de saint Louis. Cette dernière phrase suggère en outre une intéressante mise en abyme : l’évocation du livre de Joinville dans la Sainte-Chapelle, qui placerait un reliquaire dans un reliquaire...

  • 15 P. 566-567.

10C’est dans l’ouvrage d’Henri-Alexandre Wallon, toutefois, que cette conception apparaît dans la forme la plus poussée. À travers la justification des illustrations transparaît une conception complexe du livre, qui conduit à s’interroger sur sa matérialité et sur les pouvoirs qui lui sont attribués, une conception qui se rapproche de rituels médiévaux autour de la chose écrite, à mi-chemin entre piété et superstition. Dans le processus de sélection des images en effet, il a été décidé de « réserver une place notable à ce qui rappelle de plus près la personne de saint Louis, [afin de] donner, en quelque manière, un fac-simile de ses reliques. [...] La Sainte-Chapelle, qu’il aimait tant, nous a fourni la matière de plusieurs vignettes où l’on trouvera certains types fort importants de l’architecture, de la peinture sur verre, et de la sculpture d’ornement. Ceux donc qui parcourront le texte illustré de notre livre pourront sans trop d’effort se croire au xiiie siècle, et leurs regards seront à l’instant frappés par la vue des objets mêmes qu’a contemplés l’œil de saint Louis et que ses mains ont touchés15. »

  • 16 Mémoires de Jean, sire de Joinville, ou Histoire et chronique du très-chrétien roi saint Louis, pu (...)
  • 17 Hélix Laurence, « Démembrement et remembrance dans la Vie de saint Louis de Joinville : le livre r (...)

11Le rôle assigné au livre par cette remarque l’intègre dans la sphère de la thaumaturgie et renvoie aux pratiques de la vie spirituelle à l’époque médiévale : il est un médiateur entre le roi-saint et le lecteur. Réceptacle du « fac-simile [des] reliques », le livre devient un ossuaire, ou un reliquaire. En évoquant la Vie de Louis IX de Guillaume de Nangis intercalée dans les Chroniques de Saint-Denis, Paulin Paris, dans une dissertation de 1839 relative aux manuscrits de Joinville, compare en effet le rapport entre ces différents écrits à « la tombe du saint roi au milieu des tombes royales16 » – une remarque que l’on peut transposer à l’ouvrage de Joinville. L’idée du livre dépositaire du corps mort, et sublimé, du roi, qui se décline en livre tombeau, livre ossuaire, livre reliquaire, tisse un lien solide entre le livre médiéval et le livre du xixe siècle, d’autant que le chroniqueur lui-même conféra à son ouvrage une fonction symbolique de mémorial, accueillant, comme tombeau, « les défunts [chevaliers] privés de sépulture », et devenant « le reliquaire symbolique du roi, dans lequel les faits et les paroles auraient remplacé le corps et les os. [...] Le livre apparaît ici comme la seule vraie [chapelle] où le roi pourra prendre place : nul ne sait ce qu’il adviendra des reliques matérielles de Louis IX et quelle sera leur destination finale ; en revanche, l’écrit contient désormais et pour toujours la vérité de ses faits et de ses paroles, suivant la formule empruntée par Joinville dans le prologue pour désigner son œuvre17 ».

12Cette suggestion de fonction sacrée se trouve encore renforcée par la présence d’une reliure fleurdelisée d’or sur certains exemplaires de l’ouvrage d’Henri Wallon, un parement qui ne peut que suggérer la richesse ornementale d’une châsse.

13Le thème des reliques de saint Louis constitue en outre la « matière » idéale pour se livrer à ces rapprochements à travers l’image de la Sainte-Chapelle, en raison d’un contexte particulier : les travaux de restauration menés dans le bâtiment à partir de 1837 par Félix Duban, Jean-Baptiste Lassus et Eugène Viollet-le-Duc, ont permis le 15 mai 1843 la redécouverte, par des ouvriers qui réparaient le pavé de l’abside, d’un coffret contenant un coeur embaumé placé sous le maître-autel, qui avait été mis au jour une première fois quarante ans plus tôt, lorsque la Sainte-Chapelle avait été transformée en dépôt des archives judiciaires de la Cour des comptes. La localisation de la découverte et la nature de la relique ont immédiatement ouvert la voie à la supposition qu’il pouvait s’agir du coeur de saint Louis, hypothèse dont la vérification est commanditée par le ministre des Travaux publics, qui charge Antoine-Jean Letronne, garde général des Archives du royaume, d’une enquête sur ce point. M. Letronne, dans un mémoire inséré au Moniteur du 24 mai 1843, démontre que :

  • 18 Letronne Antoine-Jean, « Rapport à M. le ministre des Travaux publics sur la découverte faite à la (...)

« 1er – le cœur de saint Louis n’a pas été rapporté en France,
2e – le coeur trouvé à la Sainte-Chapelle ne peut être celui du roi18. »

  • 19 Selon les chroniqueurs en effet, seuls les os du roi auraient été rapatriés. Le cœur, les entraill (...)
  • 20 Paris, Techener, 1844.
  • 21 Letronne Antoine-Jean, Encore le prétendu cœur de saint Louis !, Paris, A. Leleux, 1844 (ext. Revu (...)
  • 22 Ampère Jean-Jacques, « Littérature du Moyen Âge. Joinville », Revue des Deux-Mondes, 1er février 1 (...)

14Paulin Paris défend pourtant ardemment l’hypothèse de la relique royale contre l’opinion traditionnelle, selon laquelle le coeur du roi, mort à Tunis, n’avait jamais été ramené en France19. Dans une dissertation lue à la séance de l’Académie des inscriptions et des belles-lettres, « Mémoire sur le cœur de saint Louis et sur la découverte faite dans la Sainte-Chapelle le 15 mai 184320 », le savant propose une interprétation renouvelée des textes qui lui permet de conclure que le cœur du roi aurait bien été ramené en France, par Philippe le Hardi. Cette explication est contestée21,et le point de vue de Paulin Paris battu en brèche, mais la conclusion au débat peut être apportée par une remarque de Jean-Jacques Ampère, dans un article consacré à la littérature du Moyen Âge dans la Revue des Deux-Mondes en 1844, qui suggère en outre une variation supplémentaire sur ce thème du livre-reposoir : il fait de l’Histoire... de Joinville le réceptacle du cœur vivant du saint roi : « que le cœur de Saint Louis soit ou ne soit pas enfoui sous les dalles de la Sainte-Chapelle, assurément il respire dans les récits de Joinville. »22

15Cette découverte en tout cas, et le débat qu’elle a suscité quelques années avant la parution de l’ouvrage d’Henri Wallon, auront ravivé dans les esprits la collusion entre la personne royale et l’édifice.

  • 23 D’où l’importance, durant la période médiévale, des reliquaires monstrance qui ne constituent pas (...)
  • 24 Les insignes de pèlerinage deviennent à leur tour, à la suite de ce contact, objets de dévotion et (...)

16Au cours du Moyen Âge, l’effet bénéfique prodigué par les reliques, signe d’une présence divine, se transmet par la vision directe qu’en a le croyant23, mais aussi par l’intermédiaire d’images, qui remplacent progressivement la relation immédiate. En présentant à travers ses illustrations des éléments qui ont été en contact, tactile et visuel, avec saint Louis, le livre est ainsi transformé en substitut des insignes de pèlerinage médiévaux ou autres objets ayant été mis en présence de reliques, et qui en conservent, par ce simple côtoiement, une parcelle de la sainteté24. Il est donc à la fois dépositaire et source de diffusion. Dans le cas des parties de la Sainte-Chapelle représentées, cette fonction assignée au livre s’effectue à un double niveau, si l’on se souvient que le bâtiment avait été édifié à la demande du souverain pour accueillir la couronne d’épines et des clous de la Crucifixion. Outre le souvenir de saint Louis, ces images véhiculent donc aussi celui de ces prestigieuses reliques et constituent également un lien avec elles.

  • 25 La vision est le sens sur lequel repose l’essentiel de l’expérience religieuse des laïcs du Moyen (...)
  • 26 Mostert Marco, « La magie de l’écrit dans le Haut Moyen Âge. Quelques réflexions générales », in H (...)

17Ces croyances, au sein desquelles le rôle du regard est central25 (mais qui exigent aussi le support d’un medium), se trouvent ainsi en quelque sorte synthétisées et mises en pratique à travers une partie des illustrations archéologiques du Saint Louis. Elles renvoient, enfin, à une autre problématique, liée celle-ci aux pouvoirs magiques dont l’écrit et l’objet livre en tant que tel sont parés notamment durant le Haut Moyen Âge : dans une société où la majorité de la population était illettrée, des textes étaient perçus, pour diverses raisons, comme magiques, notamment grâce à la présence de dessins et de miniatures26.

  • 27 Wallon Henri-Alexandre, Saint Louis, op. cit., p. 572.

18Lieu d’évocation de la vie du roi, ce livre renvoie ainsi, par son illustration, à un écheveau complexe de croyances liées à l’image et à l’écrit depuis le Moyen Âge, qui témoignent d’une piété fortement émotionnelle. Les images archéologiques de l’ouvrage sont parées, par l’orientation du commentaire qui en est fait, d’une dimension spirituelle qui excède de beaucoup la simple fonction documentaire et illustrative que peuvent laisser supposer les légendes et références qui les accompagnent. Cette interprétation sous-jacente trouve un écho dans la conclusion de l’« Éclaircissement » consacré à l’image, qui avoue une ambition plus haute que celle de faire connaître saint Louis : « Faire connaître un tel roi et un tel siècle, ce n’était pas assez : nous nous étions proposés de les faire aimer27. »

19Ainsi investi de cette portée symbolique, le livre du xixe siècle trouve une étroite résonance avec celui du Moyen Âge, et en quelque sorte le réinvente.

  • 28 Vitet Ludovic, art. cit., p. 31 (pagination du tiré à part).

20Le réseau de correspondances étroites et de connexions entre le livre d’Henri-Alexandre Wallon et la Sainte-Chapelle franchit, enfin, un degré supplémentaire, imposé en quelque sorte par l’état même du bâtiment dans cette seconde moitié du xixe siècle. Dans son article relatif à Joinville, Ludovic Vitet tire de l’état contemporain de l’édifice un constat marqué par une certaine amertume : « La Sainte-Chapelle du Palais, l’œuvre favorite du saint roi, la création par excellence de cet art intelligent et inspiré, la Sainte-Chapelle existe encore, privée d’air, de jour, d’espace, emprisonnée dans d’odieuses constructions qui l’étouffent, mais enfin saine et sauve ; elle est debout grâce au secours qu’elle a reçu, il y a trente ans, de cette restauration d’abord si prompte, si vivement conduite, puis presque interrompue, et continuée péniblement...28. »

21L’usage qui est sciemment fait de son image dans l’ouvrage d’Henri-Alexandre Wallon contrecarre cette déshérence. Plus que dans sa matérialité architecturale, c’est dans sa transposition à travers l’espace du livre que le souvenir de la Sainte-Chapelle retrouve sa grandeur et sa finalité.

Notes

1 Voir notamment Le Men Ségolène, La Cathédrale illustrée de Hugo à Monet. Regard romantique et modernité, Paris, Éditions du CNRS, 1998, p. 16 sq.

2 Castelnuovo Enrico, « La “cathédrale de poche” : enluminure et vitrail à la lumière de l’historiographie du xixe siècle », in Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte, vol. 40, 1983, n° 2, p. 91-93.

3 Wallon Henri-Alexandre, Saint Louis, Tours, Alfred Mame et Fils, 1878 (trois rééditions jusqu’en 1887).

4 Angrand Pierre, « L’État mécène : période autoritaire du Second Empire (1851-1860) », in Gazette des Beaux-Arts, mai-juin 1968, LXXI, p. 303-348, p. 313.

5 Pineau-Farge Nathalie, Le Moyen Âge et le livre illustré au xixe siècle en France : les éditions des chroniques de Villehardouin, Joinville et Froissart (des années 1820 aux années 1880), thèse en histoire de l’art, Université Paris 10, Département d’histoire de l’art et archéologie, École doctorale « Milieux, cultures et société du passé et du présent », soutenue le 22 décembre 2004, 2 vol., 322 p., XLIII, s.l. (dactyl.).

6 Selon les termes d’Eylac Anatole, dans un article qu’il leur consacre sous le titre : « Alfred Mame et ses publications d’art », in Le livre et l’Image. Revue documentaire illustrée mensuelle, t. I, n° 5, juillet 1893, p. 300.

7 Histoire de saint Louis par Joinville, texte rapproché du français moderne et mis à la portée de tous par Wailly Natalis de, Paris, Hachette, 1865 ; Œuvres de Jean, sire de Joinville, comprenant l’Histoire de saint Louis, le Credo et la Lettre à Louis X, avec un texte rapproché du français moderne, mis en regard du texte original corrigé et complété à l’aide des anciens manuscrits et d’un manuscrit inédit par Wailly Natalis de, Paris, Adrien Le Clere et Cie Libraires, 1867 ; Histoire de saint Louis par Jean sire de Joinville suivie du Credo et de la Lettre à Louis X, texte ramené à l’orthographe des chartes du sire de Joinville, par Wailly Natalis de, Paris Ve Renouard, Société de l’Histoire de France, 1868.

8 Histoire de saint Louis, Credo et Lettre à Louis X, texte original accompagné d’une traduction par Wailly Natalis de, Paris, Firmin-Didot, Les Chefs-d’œuvre historiques et littéraires du Moyen Âge, 1874.

9 Wallon Henri-Alexandre, Saint Louis, op. cit., p. 22, n° 1. L’auteur n’entre cependant pas en « concurrence » avec l’éditeur de Joinville ; il lui dédie d’ailleurs son ouvrage.

10 L’appropriation du texte de Joinville par Henri-Alexandre Wallon est telle que lorsqu’il publie un mémoire sur les chroniques de Joinville, Joseph Denais fait référence à un extrait du texte du chroniqueur à travers le prisme du livre d’Henri-Alexandre Wallon plutôt que de se reporter directement à une traduction. Denais Joseph, Jean, sire de Joinville, et les Angevins. Notes sur les manuscrits et les premières éditions de la Chronique du roi saint Louis, Angers, 1891, p. 7 sq.

11 Wailly Natalis de, Histoire de saint Louis, op. cit., p. II.

12 Vitet Ludovic, « Joinville, saint Louis et le xiiie siècle. Œuvres de Jean, sire de Joinville [...], par Natalis de Wailly, Paris, 1867 ; Histoire de saint Louis par Félix Faure, Paris, 1866 », in Revue des Deux-Mondes, 1er mai 1868, p. 132-163. Cet article a été tiré à part sous forme de brochure de 32 pages, Paris, impr. J. Claye, s. d. [1868].

13 P. 2 (pagination du tiré à part).

14 Ibid., p. 32.

15 P. 566-567.

16 Mémoires de Jean, sire de Joinville, ou Histoire et chronique du très-chrétien roi saint Louis, publiés par Michel Francisque, précédés de dissertations par Firmin-Didot Ambroise et d’une notice sur les manuscrits du sire de Joinville par PARIS Paulin, Paris, Firmin-Didot fils et Cie, 1858 [2e éd. en 1859, 3e éd. en 1867], p. CLXXVII.

17 Hélix Laurence, « Démembrement et remembrance dans la Vie de saint Louis de Joinville : le livre reliquaire », in Jean de Joinville, de la Champagne aux royaumes d’outremer, Quériel Danielle (sous la direction de), Paris, Klincksieck, « Hommes et textes en Champagne », Langres, 1998, p. 219-232, citations p. 229 et p. 231.

18 Letronne Antoine-Jean, « Rapport à M. le ministre des Travaux publics sur la découverte faite à la Sainte-Chapelle d’un cœur placé au centre de l’abside de la chapelle haute », in Bibliothèque de l’École des chartes, 1842-1843, t. IV, p. 496-499, p. 496 ; puis id., Examen critique de la découverte du prétendu coeur de saint Louis fait à la Sainte-Chapelle le 15 mai 1843, Paris, Firmin-Didot Frères et Furne, 1844 ; id., Addition à l’examen critique de la découverte du prétendu coeur de saint Louis, Paris, Firmin-Didot Frères, 1844.

19 Selon les chroniqueurs en effet, seuls les os du roi auraient été rapatriés. Le cœur, les entrailles et les chairs auraient été donnés par Philippe III à Charles d’Anjou qui les fit déposer dans l’église abbatiale près de Palerme (ibid., p. 497).

20 Paris, Techener, 1844.

21 Letronne Antoine-Jean, Encore le prétendu cœur de saint Louis !, Paris, A. Leleux, 1844 (ext. Revue archéologique, 15 septembre 1844).

22 Ampère Jean-Jacques, « Littérature du Moyen Âge. Joinville », Revue des Deux-Mondes, 1er février 1844, p. 448-461.

23 D’où l’importance, durant la période médiévale, des reliquaires monstrance qui ne constituent pas simplement un réceptacle précieux mais permettent aussi d’apercevoir la relique vénérée.

24 Les insignes de pèlerinage deviennent à leur tour, à la suite de ce contact, objets de dévotion et de protection (étape que l’auteur ne franchit pas).

25 La vision est le sens sur lequel repose l’essentiel de l’expérience religieuse des laïcs du Moyen Âge ; voir Vauchez André, La Spiritualité du Moyen Âge occidental (viiie-xiiie siècles), Paris, 1994 [1975], p. 169 sq.

26 Mostert Marco, « La magie de l’écrit dans le Haut Moyen Âge. Quelques réflexions générales », in Haut Moyen Âge : culture, éducation et société. Études offertes à Pierre Riché, Centre de recherches sur l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge de l’Université Paris 10, SOT Michel (sous la direction de), Nanterre-La Garenne-Colombes, Publidix-Éd. européennes Érasme, 1990, p. 273-282. L’auteur expose également le cas d’utilisation de copies de textes, tels la Bible ou les vies de saints, pour des guérisons de maladies par contact, mais aussi le recours à des miniatures représentant un saint guérisseur pour des usages similaires (p. 281).

27 Wallon Henri-Alexandre, Saint Louis, op. cit., p. 572.

28 Vitet Ludovic, art. cit., p. 31 (pagination du tiré à part).

Auteur

Pineau-FargeNathalie
Docteur en histoire de l’art de l’université Paris 10. Travaille sur l’analyse de la réappropriation du Moyen Âge par le xixe siècle, à travers l’exemple des éditions illustrées de textes de chroniqueurs des xiie-xive siècles. Elle a été commissaire d’une exposition autour de Daumier et la littérature (Valmondois, 1999-2000).
Dernières publications :
Saint-Jean-de-Maurienne, Saint-Jean-de-Maurienne, Derrier, 2001.
« Le cliché dans tous ses états : itinéraire iconographique du petit ramoneur du xviiie siècle à 1860 », L’Alpe, n° 25, 2004.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540