Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses espaces

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Quatrième partie. Espaces anthropologiques dans et hors du livre

L’espace de la collection

Nadia Seffouh

Texte intégral

  • 1 Benjamin Walter, Je déballe ma bibliothèque, une pratique de la collection, Paris, Payot et Rivage (...)

1À l’instar de Walter Benjamin dont les passions se sont tournées à un moment de sa vie « vers une recherche abstraite, vers l’essence de la Collection1 », j’ai choisi de m’orienter vers l’essence de son « réceptacle », autrement dit la bibliothèque. C’est avant tout à travers le prisme d’une notion complexe – celle d’espace – que j’envisage d’appréhender cette entité étrange qu’est la bibliothèque privée. Ce concept, par sa richesse sémantique, rend effectivement possible une appréciation nuancée de notre objet que nous allons en quelque sorte abstraire. Approchons, tournons autour de cette bibliothèque suspendue...

2Une bibliothèque est tout d’abord la mise en scène d’un lieu qu’on ne peut réduire à ses modalités physiques, bois, rayons des étagères... de même que le livre ne peut se réduire à ses pages, son papier, sa reliure. La bibliothèque est un espace monté, un lieu d’association, de juxtaposition. C’est une construction spatiale faite de livres qui ont une traduction physique. Espace limité, borné matériellement, les ouvrages vont devoir s’y inscrire, y trouver leur place adéquate. Elle sera dès lors le résultat d’un dispositif intellectuel.

3La bibliothèque est ensuite une relation entre un individu et lui-même ; reflet de son propriétaire, elle peut représenter une sorte de masque ou de visage second. Il serait intéressant de l’appréhender en tant qu’espace de projection particulier. Saisir la vérité d’un être à l’état réfracté, diffracté ou réfléchi, n’est-ce pas un chapitre de la dioptrique ?

4Une bibliothèque contient par ailleurs des ouvrages donnant accès à une multiplicité d’espaces, intérieurs, extérieurs, visibles et invisibles... Cette imbrication d’espaces permet la rencontre, voire la coïncidence. Les ouvrages sont autant de morceaux de mondes, de fragments. La bibliothèque contient le monde démultiplié ; c’est un point nodal à partir duquel on peut tracer une infinité de déambulations. Elle est loin d’être un espace fini, limité, elle ouvre la porte à l’imaginaire. C’est le paradoxe d’un lieu aux lignes arrêtées, mais qui offre en même temps une ouverture à une infinie perspective de pensée : « Parce que la forme est contraignante, l’esprit jaillit plus intense », écrivait Baudelaire dans L’Art romantique. Espaces du livre, espace du texte, plasticité. L’espace du livre est un moment de l’étendue. De même, la bibliothèque privée est un édifice qui s’étale plus ou moins dans l’espace. Sur quel territoire s’étend-elle ? Quels chemins trace-t-elle ? Quels en sont les confins ? Quels paysages dessine-t-elle ? Pour répondre à ces questions nous nous proposons d’étudier les correspondances qui existent entre les notions de bibliothèque, de collection et d’espace.

La bibliothèque comme projection de soi

  • 2 Propos de M. Perelman lors d’une conférence faite au Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, 2005.
  • 3 De Goncourt Edmond, La Maison d’un artiste, 2 vol., Paris, L’Échelle de Jacob, 2003, p. 8.
  • 4 Langui Émile, cité par Cabane Pierre, Le Roman des grands collectionneurs, 2 vol., Paris, Plon, 19 (...)
  • 5 Baudelaire Charles, Les Fleurs du mal, Paris, Garnier Flammarion, p. 88.

5Une bibliothèque, une collection à terre, dans des caisses. Le déménagement d’une collection semble correspondre à un espace qui se disloque. Il y a une perte des repères ; l’ordre apparent semble brisé, la collection sans queue ni tête. Une présence se dissout, celle du tout constitué par la bibliothèque, dont Benjamin se propose d’organiser le redéploiement. Que reste-t-il de la collection ? Ce qui est apparent nous cache paradoxalement quelque chose, sous un voile invisible. Sous le désordre apparent d’une bibliothèque à terre, nous dit-il, il y a un ordre constitué, celui de la mémoire et du souvenir. Elle est comparée à une digue « contre le flot jaillissant de souvenirs » qui déferle sur tout collectionneur. C’est que la bibliothèque « nous parle d’espaces, de lieux intégrés à notre mémoire2 ». Les ouvrages que nous avons lus sont souvent liés à des endroits précis, particuliers. Dans l’immobilité du présent remonte lentement le passé. Les livres qui logent dans la bibliothèque sont autant de motifs et d’occasions de réminiscences, de résurgences, de souvenirs. Elle correspond au quadrillage mental d’un territoire intime, personnel. Elle est le lieu de la mémoire subjective. La bibliothèque, nous dit Edmond de Goncourt est la « mémoire des choses au milieu desquelles s’est écoulée une existence d’homme3 ». C’est un espace mental projeté au mur, elle est préétablie mentalement, en « projet » dans une logique perceptive et mentale. Elle devient une sorte de mémoire extérieure à nous-mêmes, le reflet de notre vie. Celle de Benjamin réfléchit, reflète son existence, elle constitue en quelque sorte son paysage intérieur. Invisible, une trame se dessine, celle d’une intériorité. La bibliothèque constitue un ordre spatial rassurant, un rempart, une enveloppe protectrice, une limite, une frontière entre soi et les autres. C’est le centre d’un espace sécurisant, une source d’autodéfinition, le reflet de la personnalité, des goûts, d’une clairvoyance. La bibliothèque est un espace de projection, un monde particulier qui nous est consubstantiel et dans lequel on se projette et d’où l’on revient. Elle est l’occasion de multiples voyages à l’intérieur de notre propre espace mental. La bibliothèque est aussi un écran au doute de soi qui pare à la vulnérabilité, à la solitude. Les livres qui la composent apparaissent comme les artifices d’une éternelle quête de soi mais d’une quête qui se donne à voir. Une collection est en effet une entreprise paradoxale en ce sens qu’elle est à la fois personnelle et destinée à être montrée, ce dont témoigne la présence des vitrines et des éclairages. C’est en quelque sorte, comme a pu l’écrire Émile Langui, une « confession publique4 ». Mais la révélation au grand jour d’une singularité, d’une identité peut-elle s’opérer au travers de la constitution d’un espace organisé ? La monstration de la subjectivité peut-elle être l’objet d’une orchestration ? Quoi qu’il en soit, dans l’acte de constituer une bibliothèque perce le désir d’accéder à un état où la passion se mesure à la Création et où la collection apparaît comme un rempart dressé contre l’Oubli, le Temps et la Mort, ces « noirs assassins de la Vie et de l’Art5 ».

La bibliothèque comme lieu du manque

  • 6 Rheims Maurice, La Vie étrange des objets, Paris, Plon, 1959, p. 32.

6La figure du collectionneur rappelle à bien des égards le personnage littéraire de Don Juan. Le motif qui les lie est celui de la répétition comme nécessité. L’enjeu pour eux est la satisfaction, pour un moment, d’un besoin. Ils sont toujours dans l’au-delà de ce qu’ils possèdent. Pour le collectionneur, la bibliothèque est le lieu d’une soif inextinguible, une source inépuisable qui irrigue sa ferveur. Dans La Vie étrange des objets, Maurice Rheims écrit : « le goût de la collection étant une sorte de jeu passionnel, se trouve être une des meilleures occupations compensatrices6. » Il se reflète, à travers elle, un malaise né de cette sorte d’incomplétude que Platon appelait aporia. Le désir du collectionneur n’est en effet jamais assouvi ; il ne connaît ni plénitude ni satiété. Il est toujours en partance, tendu vers un ailleurs, un là-bas. Aucun objet, aucune acquisition ne saurait le combler. La bibliothèque du collectionneur est le lieu du livre à venir et non du livre acquis. Le collectionneur peut certes s’en repaître et dans une certaine mesure s’en satisfaire un temps ; mais son altérité finit en dernière instance par se résorber dans l’acte de possession. Ce désir (métaphysique ?) qui ne se comble jamais et se creuse toujours fait du collectionneur un être qui se nourrit de sa propre faim.

La bibliothèque, lieu de rencontre de l’art et de l’intime

  • 7 Poe Edgar Allan cité par Baudelaire Charles, Œuvres complètes, Paris, Gallimard.

7Dans son ouvrage Je déballe ma bibliothèque, Walter Benjamin nous présente les passe-temps de l’enfant – peindre, découper, décalquer – comme des modes d’acquisition tactiles, capables de « renouveler le monde », comme le fait le collectionneur en maniant ses trésors. On peut en effet appréhender l’espace de la bibliothèque en tant qu’espace de jeu. D’un livre à l’autre, l’imagination vogue, d’espace en espace, d’atmosphère en atmosphère. La bibliothèque n’est-elle pas le lieu des rêveries enchantées ? Se dégage le pouvoir fictionnel de toute bibliothèque. Elle est le centre de nouveaux espaces. L’espace de la bibliothèque ouvre sur des milliers d’espaces, tissant des milliers de chemins possibles qui sont autant de « promesses de bonheur » (Yves Bonnefoy). Bibliothèque comme espace de l’imaginaire, lieu d’un onirisme original. Elle est aussi le lieu de rencontre de l’art et de l’intime, une alliance secrète de l’esthétique et de la vie. C’est l’intimité d’une conscience que les pièces d’une collection donnent à sentir en creux. L’histoire personnelle est effectivement liée à la vie des objets qui la composent, étant donné que la bibliothèque est bien souvent une sorte d’enveloppe ménagée pour la rêverie. Edgar Allan Poe dans La Philosophie de l’ameublement écrit : « Quel est celui d’entre nous qui, dans de longues heures de loisir n’a pas pris un délicieux plaisir à se construire un appartement modèle, un domicile idéal, un rêvoir7 ? » C’est un ensemble artistiquement constitué qui correspond à un espace qui favorise le rêve en même temps qu’il témoigne de la sensibilité esthétique d’une subjectivité. On l’a vu, composer, élaborer une bibliothèque, c’est se projeter soi-même sur le mur. La regarder, puiser dedans, c’est entamer un voyage vers son intériorité. C’est là que le dehors rejoint le dedans. L’intime, c’est ce qui est intérieur, ce qui est contenu au plus profond d’un être et que généralement on tient caché tandis que l’art c’est ce qui est destiné à être montré. La collection et la bibliothèque sont ainsi un précipité, une subtile alliance de l’art et de l’intime.

La bibliothèque ou l’espace de l’imaginaire

  • 8 Benjamin Walter, Je déballe ma bibliothèque, une pratique de la collection, op. cit., p. 43.
  • 9 Pomian Krzysztof, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris-Venise, xvie-xviiie siècle, Paris, G (...)

8Une bibliothèque est la constitution d’une sphère commune aux êtres de fiction et aux êtres réels. Les frontières, les limites du rêve et de la réalité sont abolies. La bibliothèque est le lieu d’expression de l’irréel. Elle fait le lien entre le visible et l’invisible. Elle permet le dialogue avec des auteurs d’un autre temps, le croisement de mondes et de temporalités différentes. C’est un lieu de communication, le point d’intersection de mondes qui ne sont plus et d’une conscience. La bibliothèque est un monde étrange où chaque ouvrage semble échouer et où toute notion d’utilité semble bannie à jamais. Au sein du monde lui-même, les œuvres peuvent représenter le lointain, le caché, l’absent. Ces ouvrages témoignent de temps et de lieux révolus. Face aux livres, le regard transcende le visible pour toucher l’invisible. Benjamin écrit à propos du collectionneur et de ses ouvrages : « À peine les tient-il en main que, dans une inspiration, il semble les traverser du regard pour atteindre leur lointain8. » Ce qui est invisible, « c’est ce qui est très loin dans l’espace, de l’autre côté de l’horizon mais aussi très haut ou très bas. Et c’est de même ce qui est très loin dans le temps, dans le passé, dans l’avenir. Ce qui est par-delà tout espace physique, toute étendue, dans un temps sui generis en dehors de tout écoulement temporel : dans l’éternité9 ». La bibliothèque rend possible l’installation d’un dialogue, d’une transmission par-delà les siècles. Où les livres apparaissent comme autant de boîtes que remplissent des êtres, ancêtres, dieux, morts, événements, circonstances. Elles permettent de parler des morts comme s’ils étaient vivants, des événements passés comme s’ils étaient présents, du lointain comme s’il était proche et du caché comme s’il était apparent. Une bibliothèque est le lieu d’une communication linguistique entre les générations, une sorte de trait constitutif, de fil d’Ariane... La bibliothèque n’est-elle pas dès lors un lieu singulier ouvert aux quatre vents ?

La bibliothèque comme microcosme du monde, abrégé de l’univers

  • 10 Sartre Jean-Paul, Les Mots, Paris, Gallimard, 1981, p. 37.

9Le livre est une sorte de miroir. C’est un élément du monde où le monde lui-même vient à s’intensifier. Comme a pu l’écrire Sartre, « la bibliothèque c’était le monde pris dans un miroir ; elle en avait l’épaisseur infinie, la variété, l’imprévisibilité10 ». La mise en série au sein d’une bibliothèque permet d’avoir l’histoire entière devant les yeux. C’est l’univers entier qui se donne à voir d’un seul coup, c’est l’univers réduit aux dimensions de l’œil. Il y a un phénomène de miniaturisation. La tentation est grande dans la collection d’épuiser le contenu de l’univers. La collection a une signification allégorique ; c’est une série destinée à traduire en livres l’idée même de totalité, un inventaire livresque du monde. Voir, apprendre et posséder sont autant de manières d’instaurer un rapport privilégié avec le tout. Où la bibliothèque apparaît comme une tentative d’enserrement graduel de l’univers. Le vœu de la bibliothèque universelle d’Alexandrie n’était-il pas de rassembler en un lieu tous les livres écrits de la « terre habitée » ? Le grand imprimeur Alde Manuce construisait, nous dit Érasme, une bibliothèque qui n’avait pour autres limites que celles du monde lui-même, une « bibliothèque sans murs ». Cette logique d’accumulation ne réduit-elle pas ces bibliothèques à des compendiums encyclopédiques sans architecture manifeste et apparente, voués à l’accumulation infinie des fragments de réel, de savoir et d’écriture ?

« Itus & reditus »

  • 11 Benjamin Walter, Je déballe ma bibliothèque, une pratique de la collection, op. cit., p. 43.

10La collection se constitue dans un mouvement de va-et-vient entre la sphère du dehors et celle du dedans. Avant d’entrer dans la bibliothèque, les livres proviennent en effet de l’extérieur même si celui-ci est lui-même constitué de divers espaces ouverts ou fermés (rues, brocantes, bouquinistes, salons, ventes aux enchères...). L’espace de la ville est perçu d’une certaine manière par le collectionneur : c’est un espace de lutte, de découverte, le lieu d’une chasse au trésor, avec sa géographie particulière, sa topographie. Le livre traverse un monde aléatoire, fluctuant, hostile parfois, il est soumis au hasard, à la chance... pour venir trouver une place fixe, stable, justifiée dans l’espace organisé de la bibliothèque. Forclusion de la collection, espace d’enfermement enchanté rendu perceptible dans la description qu’en fait Walter Benjamin. « C’est le plus profond enchantement du collectionneur que d’enclore l’exemplaire dans un cercle envoûté où, parcouru de l’ultime frisson, celui d’avoir été acquis, il se pétrifie11. » Deux espaces antithétiques, deux temporalités sont en jeu. S’organise le passage du naturel à l’artificiel, de l’ouverture à la clôture. Il y a une fermeture du regard, une réduction du champ comme dans un appareil photo, un obturateur.

La bibliothèque comme totalité, mur séparant du monde, cuirassé

  • 12 Propos de M. Perelman lors d’une conférence faite au Pôle Métiers du livre, Saint-Cloud, 2005.

11La bibliothèque constitue une frontière entre l’espace de la collection et le reste du monde jugé menaçant, elle dresse une sorte de mur infranchissable que seuls peuvent franchir les initiés. C’est que « l’objet d’art dégoûte du forum », nous dit Edmond de Goncourt. La bibliothèque correspond à la construction d’un espace dans lequel on se retrouve au centre. Une assise particulière qui permet de dominer une certaine portion de l’espace. L’amoncellement de livres sur une table ne correspond-il pas à l’édification d’un rempart destiné à créer un espace de travail privé ? D’où l’impression de domination que peut susciter une bibliothèque quand il s’agit d’un grand volume lisse, sans relief, « nettoyé d’aspérités12 » où tous les livres sont disposés de la même manière, mis à la même hauteur, où rien ne dépasse. Les volumes de la bibliothèque font volume unique telle une armée de livres qui nous tournent le dos. Une impression de lourdeur, d’écrasement, de tassement se dégage. La collection comme refus du livre ouvert. « Quoi de plus vertigineux, quoi de plus confondant pour l’esprit que la contemplation des murs cuirassés et dorés d’une vaste bibliothèque ? » nous dit Valéry. La bibliothèque est un espace particulier qui constitue un tout, une totalité. C’est à la fois le lieu de regroupement d’un ensemble d’objets, d’entités, une réunion, un assemblage et la fabrication d’un espace global particulier. Notons l’importance du regard dans l’appréhension de ce tout. Il est en effet double puisqu’il voit chaque livre en particulier et l’ensemble constitué par tous les livres. L’œil a une importance capitale, c’est lui qui donne sens à la collection et lui donne une existence spatiale double, physique et intellectuelle. C’est l’acte d’observation qui fait la collection. Le regard, dans sa dynamique, a un pouvoir de création. La bibliothèque est littéralement dans l’œil du collectionneur puis projetée sur le mur. La collection est un tout, elle peut être vendue, dispersée, elle peut être incomplète, présenter des défauts, des trous (béances) : on dit « déparer » une collection. Elle peut s’appauvrir avec le temps, les voyages, les déménagements, les pertes... C’est que la collection vient s’offrir en bloc à la vue, tous les livres se présentent d’un seul tenant. La saisie globale du regard se fait de manière instinctive. Où la collection apparaît comme une espèce de monolithe, une totalité. L’exemple le plus frappant est celui de la bibliothèque d’apparat conçue pour éblouir. Offrant une façade splendide, elle aveugle l’esprit par le prestige de ses faux jours et se donne à voir comme une totalité dominatrice. La bibliothèque d’apparat est une bibliothèque neutre, homogène, contemplée par un observateur qui n’y habite pas et qui peut donc froidement en tracer l’épure. Les livres qui peuplent cet espace sont perçus comme égaux a priori : puisque ce qui compte, c’est leur densité et leur faculté de faire volume. Ce type de bibliothèque dite, « triomphale », incline à l’inertie et à l’embourgeoisement. Mais n’est-ce pas quand la totalité paraît sans défaut qu’elle nous laisse curieusement insatisfaits et perplexes ?

La bibliothèque, espace de vie ou de mort ?

  • 13 Jankélévitch Vladimir, Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien, Paris, Éditions du Seuil, p. 20.

12À un moment donné, la bibliothèque peut se réifier et devenir une sorte d’abstraction. Le vivant se retourne alors en son contraire, l’espace devient mortifère. D’où la mélancolie et la tristesse qui peuvent émaner de la figure du collectionneur. Il existe par ailleurs un endroit singulier constitutif de la bibliothèque qu’on appelle le « bibliotaphe », du grec taphos « sépulture » et de thaptein « enterrer ». Il correspond à l’endroit d’une bibliothèque où sont rangés les ouvrages qui ne bougent ni ne sortent. Bibliotaphe se dit aussi de quelqu’un qui refuse de prêter ses livres. Où l’on voit que la bibliothèque peut s’apparenter à une tombe que l’on préserve du pillage, à une sépulture, un temple, une cave, une enceinte sacrée, un lieu intouchable auquel on n’accède parfois jamais ou seulement par le regard. Le livre apparaît alors comme une sorte de relique qui vient sanctifier l’endroit où on le place, la bibliothèque est empreinte de religiosité. On dit d’ailleurs « entrer en collection », comme on dit « entrer en religion ». À l’abri de tout regard humain qui viendrait le souiller, le livre est pourtant exposé à un regard non humain dans un ailleurs spatial et temporel, tant il est vrai qu’un certain regard se trouve impliqué (au sens latin d’enveloppé) dans l’acte même de mettre des livres dans un endroit fermé aux regards. Les livres appartenant à une bibliothèque réifiée ressemblent à des « coléoptères ou à des papillons de vitrine, séparés de l’air où ils volent, du soleil qui les irise, du vent qui les dévie et des parfums de l’été13 ». Ce sont des livres complètement déshydratés qui hantent une bibliothèque inerte.

Comment une collection peut transformer l’espace qui l’environne

  • 14 Propos de M. Perelman lors d’une conférence faite au Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, 2005.
  • 15 Benjamin Walter, Je déballe ma bibliothèque, une pratique de la collection, op. cit., p. 56.

13Parfois, la bibliothèque doit changer de configuration. Il faut penser et réinventer l’espace dans lequel les livres vont se tenir. Plus une collection s’agrandit, plus elle modifie l’espace qui l’entoure. La bibliothèque est en soi un lieu spécifique qui vient « briser la monotonie de murs vides14 ». Mais elle-même doit s’adapter progressivement à la collection. Parfois, c’est toute la maison qui évolue en fonction des acquisitions. C’est ainsi que la demeure des Goncourt évolue en fonction des œuvres acquises, des déménagements, nécessitant de multiples reconstructions, transformations... C’est un peu comme si la bibliothèque s’extravasait dans l’espace, la circulation, les flux ne se font plus à l’intérieur d’un espace délimité ; les ouvrages se répandent au-dehors tel un gant que l’on retourne. Une bibliothèque en devenir contrarie en quelque sorte l’arrondissement plastique de son objet. Le devenir est la dimension selon laquelle l’objet bibliothèque se défait sans cesse, se forme, se déforme, se reforme et se transforme. En l’occurrence, le changement qui advient n’est pas modelage mais une modification continuée. Cette diffluence de la métamorphose est la vocation temporelle de toute collection vivante ; le devenir comme émergence continuée de l’être fait que la bibliothèque accomplit sans cesse son avènement. Mais la collection aussi grande soit-elle peut se résoudre, se résorber... en un livre par exemple. C’est le cas de la collection de Walter Benjamin. Après avoir édifié devant nous sa bibliothèque, réceptacle « dont les livres fournissent les pierres de construction », elle disparaît littéralement dans le livre Je déballe ma bibliothèque. Et Benjamin de conclure : « comme il est juste et bon15. »

14Au terme de ce parcours, nous constatons qu’il est particulièrement ardu de qualifier l’espace que constitue une bibliothèque privée ; évoquant de multiples espaces, elle ne peut pourtant être identifiée à aucun en particulier. Elle est singulière en ceci qu’elle intègre en son sein plusieurs dimensions, physique, philosophique, littéraire, esthétique... Cette irréductibilité permet l’ouverture d’un espace de jeu, d’un intervalle. La bibliothèque privée : un lieu paradoxal, tendu entre conservation et création, entre recueil et passage, entre mémoire et promesse.

15Dans l’espace de sa bibliothèque, l’homme crée son propre territoire et en marque les limites. La bibliothèque est un abri contre les intempéries de la vie, une cachette aux ennemis et aux importuns, elle est retraite, terre d’asile. Dès lors l’homme peut se tenir dans le monde comme venu vers lui à partir d’un domaine privé, la bibliothèque, où il peut à tout moment se retirer. Simultanément dehors et dedans, il va au-dehors à partir d’une intimité. La conscience qu’il a du monde se fait à travers la bibliothèque. C’est que la fonction originelle de la bibliothèque ne consiste pas à orienter l’être par l’architecture mais à rompre le plein de l’élément, à y ouvrir l’utopie où le « je » se recueille en demeurant chez soi ; ce faisant, la bibliothèque reste, à sa façon, ouverte sur l’élément dont elle sépare.

16Qu’est-ce qui se dessine à l’horizon de toute bibliothèque privée ? Un terme à partir duquel toute orientation humaine devient possible. La bibliothèque nous permet de traverser l’espace extérieur dans lequel nous sommes situés et nous projette dans des lieux, des espaces fuyants, qui sans elle ne se laisseraient ni voir ni toucher. La bibliothèque comme espace de « possibles », lieu de passages, d’événements.

Notes

1 Benjamin Walter, Je déballe ma bibliothèque, une pratique de la collection, Paris, Payot et Rivages, 2000, p. 12.

2 Propos de M. Perelman lors d’une conférence faite au Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, 2005.

3 De Goncourt Edmond, La Maison d’un artiste, 2 vol., Paris, L’Échelle de Jacob, 2003, p. 8.

4 Langui Émile, cité par Cabane Pierre, Le Roman des grands collectionneurs, 2 vol., Paris, Plon, 1961, p. 2.

5 Baudelaire Charles, Les Fleurs du mal, Paris, Garnier Flammarion, p. 88.

6 Rheims Maurice, La Vie étrange des objets, Paris, Plon, 1959, p. 32.

7 Poe Edgar Allan cité par Baudelaire Charles, Œuvres complètes, Paris, Gallimard.

8 Benjamin Walter, Je déballe ma bibliothèque, une pratique de la collection, op. cit., p. 43.

9 Pomian Krzysztof, Collectionneurs, amateurs et curieux, Paris-Venise, xvie-xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1987, p. 56.

10 Sartre Jean-Paul, Les Mots, Paris, Gallimard, 1981, p. 37.

11 Benjamin Walter, Je déballe ma bibliothèque, une pratique de la collection, op. cit., p. 43.

12 Propos de M. Perelman lors d’une conférence faite au Pôle Métiers du livre, Saint-Cloud, 2005.

13 Jankélévitch Vladimir, Le Je-ne-sais-quoi et le Presque-rien, Paris, Éditions du Seuil, p. 20.

14 Propos de M. Perelman lors d’une conférence faite au Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, 2005.

15 Benjamin Walter, Je déballe ma bibliothèque, une pratique de la collection, op. cit., p. 56.

Auteur

SeffouhNadia
Doctorante en esthétique à l’université de Paris 10. Travaille sur le livre sculpture et la mise en corps du livre.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540