Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses espaces

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Troisième partie. Autour d’espaces d’écriture : morceaux choisis

Circonfigurations autour d’Espèces d’espaces de Georges Perec et de La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski

Frédéric Yvan

Texte intégral

  • 1 Perec Georges, Espèces d’espaces (1974), Paris, Galilée, 2000.
  • 2 Ibid.

1Si Espèces d’espaces1 est présenté par Georges Perec comme un récit – c’est « le journal d’un usager de l’espace2 » –, ce récit n’est pas moins une réflexion critique concernant l’espace et l’architecturalité – la genèse, le sens et l’ordre des lieux. Plus précisément, en associant discours réflexif, récit et procès architectural, Espèces d’espaces révèle un double projet : effort de circonscription de ce dont procèdent les lieux – l’espace – et effort de configuration des lieux – Espèces d’espaces, (s’)élaborant (selon) un ordre de lieux.

  • 3 Ibid., p. 13.

2Georges Perec écrit certes ne pas s’intéresser à l’espace comme vide mais plutôt à « ce qu’il y a autour, ou dedans3 ».Cependant, le vide ne constitue pas pour autant l’objet second d’Espèces d’espaces : le vide n’est pas en effet l’objet positif de l’exploration perecquienne mais, en s’intéressant à ce qui lui est extérieur et à ce qui lui est intérieur, cette exploration opère simultanément une circonscription et une configuration de ce non-objet : le vide, finalement, négatif ou envers du lieu, se révèle le fond et le sens du projet de Perec.

  • 4 Danielewski Mark Z., La Maison des feuilles, Paris, Denoël, 2002.

3L’espace anime aussi – littéralement – le roman de Mark Z. Danielewski, La Maison des feuilles4 ; et un même effort de circonscription motive le héros. Alors qu’il emménage avec sa famille dans son nouveau domicile, Will Navidson découvre que celui-ci est plus grand à l’intérieur qu’à l’extérieur – il existe une porte débouchant sur un espace énigmatique – et décide alors de réaliser un film des différentes tentatives d’exploration de cet espace.

  • 5 Dupuy Valérie, « La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski : attention, labyrinthe », interven (...)

4La Maison des feuilles est doublement travaillé par l’espace : l’espace y est l’objet de la fiction en même temps que ce qui informe le livre comme maison de feuilles : La Maison des feuilles est effort de conjonction du narratif et du textuel, effort de configuration et de formalisation spatiale du récit et de l’écriture ; fiction architecturale et architecturée de/par l’espace. La Maison des feuilles apparaît alors tentative d’élaboration narrative « entièrement organisée par et autour des notions de dimension, d’espace et de volume, avec une obstination et une superposition de référents (notamment architecturaux) associés à des recherches formelles signifiantes5 ».

  • 6 Bouriau Christophe, « Vaihinger et la valeur des fictions », in Cahiers thématiques, n° 5 (« Ficti (...)

5Espèces d’espaces et La Maison des feuilles ne sont pas véritablement des fictions théoriques concernant l’espace au sens où le philosophe Hans Vaihinger considère et détermine cette notion dans son ouvrage paru en 1911, La Philosophie du « comme si »6. Mais, l’essai de Georges Perec et le roman de Mark Z. Danielewski développent un rapport étroit entre le fictionnel et le théorique, entre le récit et des fragments ou des procédés d’élaboration théorique dont l’espace est l’enjeu.

6L’important, et sophistiqué, dispositif métatextuel de La Maison des feuilles est composé en partie de références à des auteurs – Derrida, Jameson, Deleuze – et à leurs constructions théoriques qui établissent alors un dialogue critique ou analytique du récit avec lui-même : ces éléments de théories ouvrent à/de l’intérieur même du récit des pistes de réflexion et d’élucidation possibles. Autrement dit, un corpus théorique – fragmentaire et diversifié – participe de La Maison des feuilles et en éclaire le sens et la forme, en même temps que ce qui constitue l’objet de l’intrigue et la structure du récit : l’espace.

  • 7 « Rien, par exemple, ne nous empêche de concevoir des choses qui ne seraient ni des villes ni des (...)

7Espèces d’espaces apparaît plus complexe du point de vue du rapport mis en œuvre entre fiction et théorie. Si l’essai se rapporte à quelques références théoriques ponctuelles et implicites, c’est davantage comme questionnement concernant l’espace – à travers une interrogation constante – qu’est développé un process théorique. De plus, par l’usage répété d’hypothèses, ou de propositions imaginaires7, qui procèdent plutôt de la fiction, l’essai s’attache indirectement à une exploration critique de l’espace.

8Ainsi, Espèces d’espaces et La Maison des feuilles ne participent pas, certes, d’un véritable projet épistémique ou théorique, mais les dispositifs structuraux et textuels conçus par les auteurs supportent du théorique dans et par le récit qu’ils informent en faisant de l’espace – et de l’espace du livre – ce qui les anime.

  • 8 Ibid., p. 168.
  • 9 Ibid., p. 140.

9Que Georges Perec désigne son essai comme un « journal » signifie déjà l’ambiguïté et la particularité du projet. Il faut en effet se rappeler « qu’un journal est une unité de surface : c’est la superficie qu’un ouvrier agricole peut labourer en une journée8 ».Aussi, si le « journal » est à rapporter à une action d’appropriation de l’espace, c’est-à-dire à l’habiter – « arracher à l’espace le lieu qui sera vôtre, bâtir, planter, s’approprier millimètre par millimètre, son “chez soi”9 » – il faut aussi l’envisager comme superficie, détermination locale ou spatiale relativement indifférenciée : une surface du point de vue de sa seule extension ; un fragment d’espace ; un vide.

  • 10 Ibid., p. 22
  • 11 Ibid., p. 10.

10La page est déjà ce fragment d’espace – « L’espace d’une feuille de papier (modèle réglementaire international, en usage dans les Administrations, en vente dans toutes les papeteries) mesure 623,7 cm2 10 » – et plus radicalement la carte de l’océan11 extraite de La Chasse au Snark de Lewis Carroll qui est délimitation élémentaire d’un vide. C’est d’ailleurs par cette simple figure géométrique d’un carré que s’introduit, se déploie et se configure le vide comme centre du système des lieux d’Espèces d’espaces.

11En effet, l’organisation structurelle d’Espèces d’espaces est configuration d’un ordre des lieux, c’est-à-dire construction architecturale et détermination de l’architecturalité. À la manière de poupées russes, ce système des lieux est emboîtement successif des différentes sphères locales considérées par Perec ; emboîtement dont précisément la page constitue le centre :

[[[[[[[[[[[page] lit] chambre] appartement] immeuble] rue] quartier] ville] pays] Europe] monde] univers

  • 12 Ibid., p. 13.

12C’est donc l’espace – un vide, qui constitue alors simultanément le centre du système des lieux tel que le conçoit Perec et le centre de l’essai lui-même : l’origine et le fondement de l’organisation structurelle de l’essai coïncide avec l’architecture – l’ordre des lieux – de la scène du monde. Mais ce vide ne précède pas l’ordre des lieux, ni n’en constitue simplement le centre : « Mais enfin, au départ, il n’y a pas grand-chose : du rien, de l’impalpable, du pratiquement immatériel s : de l’étendue, de l’extérieur [...]12. »

  • 13 Michaux Henri, Nouvelles de l’étranger, Paris, Mercure de France, 1952, p. 91.

13Dès lors, le centre du système des lieux, ce centre commun des sphères locales emboîtées, est non seulement non-lieu mais aussi hors lieu : le plus central et le plus intérieur de l’ordre des lieux – l’intime – participe d’une radicale extériorité, d’un dehors. Insaisissable localité qui excède ou transgresse la localisation même, négatif du lieu qui n’est pas sans rappeler le vers d’Henri Michaux dans son poème en prose « L’espace aux ombres » : « L’espace, mais vous ne pouvez concevoir, cet horrible en dedans-en dehors qu’est le vrai espace13. »

14La Maison des feuilles est essentiellement composée de l’alternance de deux récits. Le premier récit s’apparente à un essai constitué par un personnage nommé Jimmy Errand à partir d’une diversité de documents – pages manuscrites, notes diverses, dessins, collages, brouillons – découvert à lamort du vieil homme Zampanò. Ces documents laissés par Zampanò concernent le Navidson Record – film réalisé par le photo reporter Will Navidson concernant l’espace mystérieux situé au cœur de sa maison. Le second récit ressemble à un journal de bord-journal intime dans lequel Jimmy Errand retranscrit ses interrogations et son quotidien.

15Cet espace énigmatique se manifeste rapidement inappropriable : toute tentative d’élaboration d’un plan se révèle impossible – cet espace se métamorphose constamment – et la boussole apparaît incapable de déterminer un sens. La maison de Will Navidson est donc occupée en son centre, derrière une porte, par un espace proprement irreprésentable et désorienté – non-lieu. Atopie qui s’apparente également à un dehors : les différentes tentatives de circonscription de cet espace sont conçues et organisées par les protagonistes – et décrites aussi par le narrateur – comme de véritables explorations ; découvrir l’intime de la maison équivaut à explorer un ailleurs ou un dehors.

  • 14 Lacan Jacques, Le Séminaire. D’un Autre à l’autre (1968-1969), séances des 12 et 26 mars 1969 ; sé (...)

16Participant d’une radicale extériorité, le plus intime du lieu manifeste alors son « extimité ». Lacan signifie, par ce néologisme14, cet ébranlement des apparences du dedans et du dehors initié par la découverte de Freud qu’une part de l’intime est soustraite à la représentation. L’extime est pour Lacan cette zone échappant au symbolique pourtant au centre de la subjectivité. L’extimité n’est cependant pas le contraire de l’intimité mais son accomplissement ou son aboutissement. Enfin, l’extimité est situation de l’objet de la jouissance interdit – la Chose, objet interne et inaccessible autour duquel on ne peut que tourner à distance. Cheminement périphérique qui constitue les circuits de la jouissance du sujet. Ainsi, que le centre et le fondement du lieu – l’espace – soient extimes signifie qu’on ne peut jamais que se mouvoir autour – circonscrire – sans jamais l’atteindre, et qu’il n’est déterminé – configurer – que par cette circonscription ; circonfiguration.

17L’espace comme atopique est donc au centre de l’ordre des lieux – les sphères locales emboîtées – et de l’organisation structurelle d’Espèces d’espaces, comme il est au centre de la maison de la famille Navidson et du roman de Mark Z. Danielewski comme maison de feuilles. Cependant, si un atopique est centre des sphères locales dans l’essai de Perec, il est au centre d’un emboîtement de discours – sphères métatextuelles – dans la fiction de Mark Z. Danielewski. : ce vide tapi dans la maison des Navidson fait l’objet du film de Will ; ce film est l’objet des recherches de Zampanò ; ces recherches font l’objet de l’essai de Jimmy Errand ; et il faut ajouter à ce dispositif les sphères métatextuelles extradiégétiques – les notes des éditeurs et celles du traducteur.

[[[[[[vide] Navidson record] essai de Zampanò] récit de Jimmy Errand] notes des éditeurs] notes du traducteur]

18L’espace occupe alors le centre des discours : centre de l’organisation des sphères métatextuelles et noyau de leur révolution.

19Cet espace est représenté de façons multiples et spectaculaires dans le roman, il l’est aussi, à la manière de Perec dans Espèces d’espaces, par la figure du carré, répétée de la page 121 à la page 150 ; figure délimitée par un tracé bleu qui est la couleur employée pour le mot « maison » à chacune de ses occurrences dans le récit.

  • 15 Danielewski Mark Z., La Maison des feuilles, op. cit., p. 319.
  • 16 Ibid., p. 320.

20Au carré représenté entièrement noirci page 150, correspondent d’ailleurs les dessins de la maison effectués par les enfants de Will et décrits dans le récit : « Le dessin que rendit Chad n’avait ni cheminée, ni fenêtres, ni même de porte. En fait, ce n’était rien d’autre qu’un carré noir emplissant quatre-vingt-dix pour cent de la page. En outre, plusieurs couches de crayon et de feutre noir avaient été appliquées de sorte qu’on ne distinguait plus une trace de la feuille15. » Quant au dessin de Daisy, la sœur aînée de Chad, on y voit « au centre, bien qu’occupant cette fois seulement les deux tiers de la feuille, un carré insondable, composé de plusieurs couches de crayon noir et bleu cobalt, sans la moindre tache de blanc visible en dessous16 ».

  • 17 Ibid., p. 151.
  • 18 Ibid., p. 140.
  • 19 Ibid., p. 151.

21Noircie une fois seulement, cette figure n’est aussi qu’une seule fois dégagée d’un contenu. Par ailleurs, le trait bleu qui esquisse la figure carrée finit par disparaître pour ne laisser surgir qu’un vide circonscrit par le texte17 ; c’est-à-dire par des mots. Cette figure est précédemment occupée par la note 144 du récit. Cette note est le listing systématique de tous les ouvrages ou éléments propres à une habitation dont on ne trouve aucune trace dans cet espace énigmatique : « aucun objet, encore moins la moindre installation ou tout autre ouvrage fini n’a jamais été découvert ici18. » « 144. Non seulement il n’y a pas de compteurs à air chaud, de bouches d’aération ou de radiateurs électriques, [...] ; pas de système HVAC, même un grossier système de distribution d’air – il n’y a pas de fenêtres –, pas d’alimentation en eau, [...], de conduit de dérivation, [...] ; ni aucun signe de câblage en chaîne, [...], plancher surélevé, [...], pas de lampe standard, [...] ; on n’y trouve pas non plus de tuile de ventilation, [...] ; pas d’enduits de finition, [...] ; pas de chape de ciment, [...] ; pas de poussoir, interrupteur, [...] ; ni faîtage, ni chevron, [...] ; pas de colonne, d’entablement, frise, [...], perles, palmes, ondes, trèfles19. »

  • 20 Ibid., p. 121.
  • 21 Ibid., p. 121-148.

22Se développe parallèlement à cette note – à la manière d’une colonne de texte toutes les pages paires de la page 122 à la page 140 – la note 146 : celle-ci établit la liste de tous les édifices avec lesquels la maison des Navidson ne présente aucun rapport structurel d’organisation des lieux : « un agencement qui ne rappelle en rien les plans modernes et encore moins les conceptions d’antan20. » « 146. Par exemple, il n’y a rien dans la maison qui ressemble même de loin aux ouvrages du xxe siècle, que ce soit dans le style post-moderne, moderne tardif, brutaliste, néo-expressionniste [...] : The Western Savings et la Loan Association à superstition, Arizona, [...], le National Théâtre de Londres, [...], le Seagram Building à New York, [...], la maison du peuple à Bruxelles, [...], le grand escalier de l’Opéra de Paris, [...], la Villa Hamilton près de Dessau, [...], la Plazza Mayor de Salamanque, [...], la Grille du Pardon à Grenade, [...], le Temple de Vesta à Tivoli [...]21. »

  • 22 Un lieu est « un ensemble fait de choses concrètes qui ont leur substance matérielle, leur forme, (...)

23Ne présentant rien de commun avec aucun lieu connu et ne comportant aucun élément architectural, cet espace signifie finalement l’autre du lieu22. Par un procédé apophatique opérant par négations et exclusions, il s’agit alors de décrire et de déterminer comme négativement l’espace : façon de cerner « la profonde et parfaite vacuité ».

  • 23 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 67.

24Comme l’écrit Perec dans Espèces d’espaces, l’effort de dire le vide rate nécessairement son objet en ce que le langage est incapable de le signifier positivement : « Il m’a été impossible [...] de suivre cette pensée, cette image [...]. Le langage lui-même, me semble-t-il, s’est avéré inapte à décrire ce rien, ce vide23. »

  • 24 Lacan Jacques, Le Séminaire. L’Éthique de la psychanalyse (1959-1960), Paris, Éditions du Seuil, 1 (...)
  • 25 Si le symbolique est un ensemble d’éléments discrets et différenciés, le réel est en lui-même indi (...)
  • 26 Lacan Jacques, Le Séminaire. L’Éthique de la psychanalyse, op. cit., p. 162.

25Pour Lacan, l’organisation autour du vide est « le vrai sens de toute architecture24 » ; vide que Lacan nomme autrement réel25. Le vide est précisément situation de la Chose du point de vue du réel. Mais la Chose peut aussi se manifester dans le champ de la représentation pour y inscrire ce vide. Et c’est sous l’aspect de l’anamorphose que la Chose trouve sa représentation privilégiée pour Lacan. « Donc, dis-je, l’intérêt pour l’anamorphose est décrit comme le point tournant où, de cette illusion de l’espace, l’artiste retourne complètement l’utilisation, et s’efforce de la faire entrer dans le but primitif, à savoir d’en faire comme telle le support de cette réalité en tant que cachée – pour autant que, d’une certaine façon, il s’agit toujours dans une œuvre d’art de cerner la Chose26. »

  • 27 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 26.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

26L’anamorphose est inscrite dans le texte perecquien ; au chapitre V de la partie intitulée « La page ». Ce chapitre débute par un paragraphe dont une proposition affirme que l’espace ou le vide procède de l’écriture – « L’espace commence ainsi, avec seulement des mots, des signes tracés sur la page blanche27 » – et s’achève sur une référence à l’Aleph de Borges : « L’Aleph, ce lieu borgésien où le monde entier est simultanément visible, est-il autre chose qu’un alphabet28 ? » Perec décrit ensuite, sur plusieurs pages, « cette carte modèle qui, dans les anciennes éditions du Petit Larousse illustré, représentait, sur 60 cm2, quelque chose comme 65 termes géographiques, miraculeusement rassemblés29. »

  • 30 Dans la nouvelle de Borges, le narrateur retourne dans la maison où a vécu la femme qu’il aimait. (...)
  • 31 Foucault Michel, Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

27Tout le passage consiste en une description-liste de ce qui est représenté sur la carte : une diversité incompatible de lieux30.Lieu des lieux, espace de l’hétéroclite31, la carte du Petit Larousse s’apparente en effet à l’Aleph de Borges. Par ailleurs, si comme l’écrit Perec l’Aleph borgésien est analogue à un alphabet, c’est que le lieu n’est que ce qui s’écrit – il est l’écriture même. Se déploie aussi une double analogie possible : celle, précisément, du non-ou hors-lieu de l’hétéroclite des lettres et des choses, et celle du vide interstitiel entre les choses et entre les lettres ou les mots. Le vide est l’envers du lieu ou du texte : vacuité dont le monde et le texte procède et vacuité interstitielle du process même de l’architecture et de l’écriture.

  • 32 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 21.

28La circonscription (d’un) vide, dans Espèces d’espaces, est aussi surface d’inscription : la page vide est là où par l’écriture et le trait – « J’écris : je trace des mots sur une page32 » – s’informe du lieu.

29Lettre à lettre, un texte se forme, s’affirme, s’affermit, se fixe, se fige :

  • 33 Ibid.

30sur la feuille blanche, noircit l’espace vierge, lui donne un sens, le vectorise [...]33.

  • 34 Ibid., p. 22.

31Architecturer, autrement dit initier et déployer du lieu, consiste donc essentiellement à tracer ; et par la trace se manifeste du lieu. « Avant, il n’y avait rien, ou presque rien ; après, il n’y a pas grand-chose, quelques signes, mais qui suffisent pour qu’il y ait un haut et un bas, un commencement et une fin, une droite et une gauche, un recto et un verso34. »

  • 35 Ibid., p. 23

32Dans un essai intitulé Georges Perec, Bernard Magné montre que c’est sur la dimension graphique et formelle de l’écriture qu’insiste Perec : c’est la trace qui fixe et oriente l’espace. Tracer est en un seul acte fixer et orienter l’espace, établir et produire du lieu ; habiter. « J’écris : j’habite ma feuille de papier, je l’investis [...]35. »

33La notion d’aencrage, élaborée par Bernard Magné, signifie alors une caractéristique fondamentale du processus et du sens de l’écriture – et de l’architecture – perecquienne.

  • 36 Magné Bernard, Georges Perec, Paris, Nathan, 1999, p. 28.
  • 37 Ibid.

34Les aencrages sont des formes-sens « renvoyant d’un côté à des procédés concrets d’écriture, à des réglages textuels précis, et de l’autre à un épisode clef de la biographie [...]36 ». Ces formes-sens « relèvent à la fois de l’encrage – ce sont des mécanismes qui sont inscrits dans le texte perecquien et qui lui donnent sa ou ses formes – et de l’ancrage – ce sont des repères qui permettent de donner sens et unité à une histoire individuelle [...]37 ».

35Un aencrage est donc simultanément élément matériel et formel (graphique) – signe – et élément de récit ou de fiction – sens.

36Cette notion d’aencrage peut alors être étendue à une détermination de l’architecturalité : encrer = ancrer. Point de fixation dans l’isotopie de l’espace, l’aencrage initie simultanément l’acte et le fondement de l’habiter.

  • 38 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 173.

37Perec expose d’une autre manière encore cette détermination de l’habiter dans son analyse de Saint Jérôme dans son cabinet de travail, d’Antonello de Messine. Cette analyse est doublement métatextuelle : de la construction d’Espèces d’espaces – Perec en saint Jérôme – et de sa théorie de l’architecturalité, de l’habiter et de l’ordre des lieux. « L’espace tout entier autour de ce meuble (et le meuble tout entier s’organise autour du livre) : l’architecture glaciale de l’église [...] s’annule : ses perspectives et ses verticales cessent de délimiter le seul lieu d’une foi ineffable ; elles ne sont plus là que pour donner au meuble son échelle, lui permettre de s’inscrire : au centre de l’inhabitable, le meuble définit un espace domestique que les chats, les livres et les hommes habitent avec sérénité38. » Le meuble est ici à l’espace de l’église ce que la trace est à l’espace.

  • 39 Nous reprenons ici les dispositifs relevés par Valérie Dupuy à l’occasion de son intervention, « L (...)

38La Maison des feuilles est la mise en œuvre d’une multiplicité de dispositifs textuels39.Outre l’utilisation de couleurs, de rature en trait, de rature en croix, de changement de taille et de police de caractère, de signes particuliers (point, croix, encoche, braille, notes de musique), s’ajoute une prolifération exceptionnelle de dispositifs spatiaux : parties de texte en encadré dans la page, à l’endroit et à l’envers ; texte renversé de bas en haut, ou de gauche à droite en miroir ; impression du texte en diagonale sur la page, ou en diagonale à lire à l’envers ; calligrammes ; impression du texte en cercles concentriques ; impression avec enjambement des caractères typographiques ; inversion du sens de lecture ; coupure, sauts à la ligne et sauts de page hors syllabes.

39Les mises en page sont d’étonnantes constructions textuelles – mots ou courts textes isolés sur la page, en haut, au centre, en bas, à droite ; mots isolés, mots groupés, mots éclatés – qui accompagnent le récit, ou l’architecture plutôt.

  • 40 Ibid.

40Comme l’analyse Valérie Dupuy, cette prolifération de dispositifs concourt « au même type d’effet : rompre avec l’unidimensionnalité du texte imprimé, et introduire dans l’écriture la troisième dimension propre à tout projet architectural40 ». Cependant, plutôt qu’aencrages visant à fixer et à orienter l’espace, ces dispositifs visent davantage la manifestation même de l’espace. L’égarement du lecteur – aussi désorienté que les personnages du récit – est également radicalisé par la succession de pages de texte différemment (dé)composées : dissolution constante de toute possibilité de lieu.

41Si l’aencrage perecquien établit du lieu, les dispositifs textuels, dans La Maison des feuilles, libèrent le vide.

  • 41 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 11.

42En regard41 de la carte de l’océan extraite de La Chasse au Snark, Perec présente une construction textuelle constituée d’une colonne centrale composée de la répétition de cinquante-deux fois le mot « espace ». La colonne développe, à gauche et à droite, des déterminations de l’espace en syntagmes particuliers.

43Fonctionnant comme un double dispositif métatextuel, cette construction représente encore la théorie perecquienne des lieux en même temps que la composition d’Espèces d’espaces.

  • 42 Ropars-Wuilleumier Marie-Claire, Écrire l’espace, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2002 (...)

44S’il est premier et centre immuable, l’espace n’est jamais saisissable que dans des explorations ou des manifestations singulières ; dans et par des actualisations particulières. Comme l’observe Marie-Claire Ropars-Wuilleumier, l’espace, pour Perec, est « génitif d’un côté, ou pour le moins complétif, générateur de l’autre, ou en tout cas substances à qualités variables42 ». L’espace n’est donc jamais appréhendable que comme objet d’exploration, d’une part, et sujet à variations, d’autre part.

45Ce dispositif renvoie également au développement interne d’Espèces d’espaces : chaque sphère locale est déployée par Perec au travers d’une diversité de types de textes : listes, anecdotes, projets, comptines, descriptions, exercices, analyses, emploi du temps, etc.

  • 43 Lejeune Philippe, La Mémoire et l’Oblique, Paris, Paris, P.O.L, 1991.

46Chacune de ces sphères est le lieu de propos concernant l’espace qui, dans leur prolifération et leur multiplicité, égarent le lecteur dans un dédale de lieux sans point de repère. À la manière de l’autobiographie de Perec, W ou le souvenir d’enfance, dont Philippe Lejeune43 montre que la structure et les différents récits mis en œuvre par Perec ne font que signifier et cerner un vide – de souvenir – sans jamais pouvoir le dire, la structure par emboîtement des sphères locales d’Espèces d’espaces et la prolifération de discours dans chacune de ces sphères dévoilent l’espace comme non-et hors-lieu.

47On pourrait finalement concevoir un retournement entre l’essai de Perec et le roman de Danielewski quant à leur logique propre : le local est structuré par emboîtement et l’ordre discursif éclaté dans Espèces d’espaces, alors que dans La Maison des feuilles c’est le local qui est éclaté et l’ordre discursif organisé par enchâssement des sphères métatextuelles. Mais l’éclatement comme l’emboîtement ne signifient toujours que l’espace comme atopie extime au lieu.

48Effort d’articuler narration, réflexion et élaboration architecturale, Espèces d’espaces et La Maison des feuilles fonctionnent comme deux tentatives originales de ciconscription-figuration de ce qui constitue le centre et le fondement du lieu – de l’habiter : l’espace.

49En associant configuration structurelle, organisation et diversité des discours, élaboration narrative et dispositifs textuels, l’essai atypique de Georges Perec et le roman expérimental de Mark Z. Danielewski font surgir finalement l’intime du lieu, l’espace, comme un dehors insaisissable et inappropriable. Espèces d’espaces associe ainsi dans ses aencrages l’architecture et l’écriture : l’ordre de l’écriture supporte en creux le vide – l’indicible – dont elle procède comme l’ordre des lieux supporte l’inhabitable comme son envers ; indicible et inhabitable qui sont l’espace même.

  • 44 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 179-180.

50Mais l’espace est aussi puissance de dissolution : la maison de Will Navidson est progressivement aspirée par ce non-et hors-lieu comme tend à se creuser le vide44, à s’effacer le lieu chez Perec.

Notes

1 Perec Georges, Espèces d’espaces (1974), Paris, Galilée, 2000.

2 Ibid.

3 Ibid., p. 13.

4 Danielewski Mark Z., La Maison des feuilles, Paris, Denoël, 2002.

5 Dupuy Valérie, « La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski : attention, labyrinthe », intervention effectuée le 16 janvier 2004 au colloque « Architecture, littérature et espaces » organisé par la Société française des architectes, l’université Paris VIII et l’université du Québec à Montréal.

6 Bouriau Christophe, « Vaihinger et la valeur des fictions », in Cahiers thématiques, n° 5 (« Fiction théorique »), septembre 2005, p. 20-32.

7 « Rien, par exemple, ne nous empêche de concevoir des choses qui ne seraient ni des villes ni des campagnes [...] » (in Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 14). « On peut imaginer sans peine un appartement dont la disposition reposerait, non plus sur des activités quotidiennes, mais sur des fonctions de relations [...] » (ibid., p. 63). « Il faut sans doute un petit peu plus d’imagination pour se représenter un appartement dont la partition serait fondée sur des fonctions sensorielles : on conçoit assez bien ce que pourrait être un gustatorium ou un auditoir, mais on peut se demander à quoi ressemblerait un visoir, un humoir, ou un palpoir... » (ibid., p. 64). « D’une manière à peine plus transgressive, on peut penser à un partage reposant, non plus sur des rythmes circadiens, mais sur des rythmes heptadiens [...] » (ibid.). « J’ai plusieurs fois essayé de penser à un appartement dans lequel il y aurait une pièce inutile, absolument et délibérément inutile » (ibid., p. 66). « Je me suis imaginé que j’habitais un appartement immense, tellement immense que je ne parvenais jamais à me rappeler combien il y avait de pièces [...] » (ibid., p. 68).

8 Ibid., p. 168.

9 Ibid., p. 140.

10 Ibid., p. 22

11 Ibid., p. 10.

12 Ibid., p. 13.

13 Michaux Henri, Nouvelles de l’étranger, Paris, Mercure de France, 1952, p. 91.

14 Lacan Jacques, Le Séminaire. D’un Autre à l’autre (1968-1969), séances des 12 et 26 mars 1969 ; séminaire inédit.

15 Danielewski Mark Z., La Maison des feuilles, op. cit., p. 319.

16 Ibid., p. 320.

17 Ibid., p. 151.

18 Ibid., p. 140.

19 Ibid., p. 151.

20 Ibid., p. 121.

21 Ibid., p. 121-148.

22 Un lieu est « un ensemble fait de choses concrètes qui ont leur substance matérielle, leur forme, leur texture et leur couleur » (Norberg-Schulz Christian, Genius Loci, Bruxelles, Mardaga, 1981, p. 7).

23 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 67.

24 Lacan Jacques, Le Séminaire. L’Éthique de la psychanalyse (1959-1960), Paris, Éditions du Seuil, 1986, p. 26.

25 Si le symbolique est un ensemble d’éléments discrets et différenciés, le réel est en lui-même indifférencié. Il est ce qui résiste à la symbolisation ou, plus rigoureusement, « il est le domaine de ce qui subsiste hors de la symbolisation » (Lacan Jacques, Écrits, Paris, Éditions du Seuil, 1966, p. 388). Ainsi, le réel c’est l’impossible – Le Séminaire. Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse (1964) –, puisque impossible à imaginer et à intégrer dans l’ordre symbolique.

26 Lacan Jacques, Le Séminaire. L’Éthique de la psychanalyse, op. cit., p. 162.

27 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 26.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Dans la nouvelle de Borges, le narrateur retourne dans la maison où a vécu la femme qu’il aimait. Lors de cette visite, il rencontre Carlos, le cousin de cette femme, et Carlos révèle à Borges la découverte faite dans la cave de la maison. « Alors je vis l’Aleph. [...] À la partie inférieure de la marche, vers la droite, je vis une petite sphère aux couleurs chatoyantes, qui répandait un éclat presque insupportable. » En occupant une position particulière sur les escaliers de la cave de la maison, le narrateur découvre et observe ce « lieu où se trouvent, sans se confondre, tous les lieux de l’univers, vus sous tous les angles » (Borges Jorge Luis, L’Aleph (1962), Paris, Gallimard, « L’imaginaire », 1993, p. 204-205). L’Aleph apparaît donc comme une anamorphose dans le champ du narrateur, c’est-à-dire précisément comme un seuil visuel par où et où se manifeste le dehors de l’ordre des lieux – c’est-à-dire de la scène du monde. En effet, ce qu’observe le narrateur est le moment d’une description constituée d’une phrase-liste de tout ce qui est donné simultanément à son regard. Cette description est effort continu de dissolution et de disparition des lieux et surgissement d’un atopique : par la défaite ou l’annulation du procès architectural, c’est l’envers ou le négatif de l’ordre des lieux qui se manifeste alors. Ce qu’anamorphose finalement l’Aleph – ce point qui contient tous les points – c’est le réel ou le vide même. La prolifération des objets donnés au regard de l’observateur ne doit pas masquer la vacuité dans laquelle ces objets flottent et la brillance de l’Aleph est brillance du vide : l’Aleph est anamorphose du vide et scintillement du réel.

31 Foucault Michel, Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

32 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 21.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 22.

35 Ibid., p. 23

36 Magné Bernard, Georges Perec, Paris, Nathan, 1999, p. 28.

37 Ibid.

38 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 173.

39 Nous reprenons ici les dispositifs relevés par Valérie Dupuy à l’occasion de son intervention, « La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski : attention, labyrinthe », au colloque « Architecture, littérature et espaces ».

40 Ibid.

41 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 11.

42 Ropars-Wuilleumier Marie-Claire, Écrire l’espace, Paris, Presses universitaires de Vincennes, 2002, p. 21.

43 Lejeune Philippe, La Mémoire et l’Oblique, Paris, Paris, P.O.L, 1991.

44 Perec Georges, Espèces d’espaces, op. cit., p. 179-180.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 481k

Auteur

YvanFrédéric
Professeur de philosophie et architecte DPLG. Membre du laboratoire de recherche LACTH et enseignant à l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Lille. Membre du comité de rédaction de la revue de psychanalyse Savoirs et clinique. Membre correspondant du Collège de psychanalystes ALEPH. Travaille sur l’exploration du seuil comme non-ou hors-lieu ; l’envers ou le négatif du lieu comme son dehors – l’inhabitable, un réel.
Derniers articles publiés :
« An-architectures : fictions a-topiques. », Pratiques du langage, revue Cahiers thématiques, n° 3, Vermandel Frank (sous la direction de), Lille, Éditions de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Lille, 2003.
« Essais d’arpentage. Espèces d’espaces de Georges Perec, La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski », Fiction théorique, revue Cahiers thématiques, n° 5, Vermandel Frank (sous la direction de), Lille, Éditions de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Lille, 2005.
« Figure(s) de l’analyste chez Georges Perec. », revue Savoirs et clinique, n° 6, « Transferts littéraires », Kaltenbeck Franz (sous la direction de), Paris, Éditions Érès, 2005.
« Réel de l’architecture », revue Savoirs et clinique, n° 7, « Art et psychanalyse », Kaltenbeck Franz (sous la direction de), Paris, Éditions Érès, 2006.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540