Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses espaces

 | 
Alain Milon
, 
Marc Perelman

Première partie. Dispositif réflexif du livre : page, texte et sujet

De l’espace du livre à l’espace de l’œuvre : la consécration du fait littéraire à la Renaissance

Anne Réach-Ngô

Texte intégral

  • 1 Simonin Michel, « Ronsard et la poétique des Œuvres », repris dans L’Encre et la lumière, Genève, D (...)
  • 2 Sur le concept d’œuvre-monument, nous renvoyons à l’ouvrage de Cowling David, Building the Text : (...)
  • 3 Nous soulignons dans l’ensemble des citations.
  • 4 Cité par Michel Simonin, op. cit., p. 238-239.

1Dans un article intitulé « Ronsard et la poétique des Œuvres », Michel Simonin met en valeur combien le testament littéraire de Ronsard, qui figure dans l’Oraison funèbre sur la mort de Monsieur de Ronsard de Jacques Davy du Perron, signe une véritable « poétique du Livre1 ». Il traduit le souci du poète de laisser à la postérité une œuvre-monument2,selon une orchestration spatiale de ses écrits : « et pour cest effect, delibera de les faire réimprimer tous ensemble en un grand volume3, à fin qu’estant ainsi liez et ramassez les uns avecques les autres, ils ne fussent pas en danger de se perdre et de s’esgarer si aisement : et par mesme moien aussi d’y faire des additions et des corrections : et en somme d’y mettre la derniere main, pour les laisser à la posterité, comme il vouloit qu’ils fussent leuz et recitez à l’advenir4 ».

  • 5 Sur ce sujet, nous renvoyons à l’ouvrage de Terreaux Louis, Ronsard, correcteur de ses œuvres, les (...)
  • 6 Foucault Michel, Dits et écrits I, Paris, Gallimard, 1994, p. 789-821. M. Foucault formule la ques (...)
  • 7 Fraisse Emmanuel, Mouralis Bernard, Questions générales de littérature, Paris, Éditions du Seuil, (...)
  • 8 « Parmi les millions de traces laissées par quelqu’un après sa mort, comment peut-on définir une œ (...)

2L’« intention de l’auteur », de plus en plus souvent convoquée dans les paratextes éditoriaux à la Renaissance, résiderait dans ce travail d’agencement des « Œuvres », entendues non seulement comme une forme d’abstraction et d’aboutissement (« œuvre signifie absolument, en soi, ce qui est fait » d’après le Littré), mais également dans la matérialité de l’objet-livre (« un grand volume », instrument de conservation et d’unification, en somme de monumentalisation). Une telle entreprise semble régir les multiples rééditions, commentaires, corrections et additions qui caractérisent l’œuvre ronsardienne5 et confirme l’autorité des poètes de la Pléiade, en cette seconde partie du xvie siècle. Les « Œuvres » auraient donc partie liée avec la postérité de l’auteur et se définiraient en fonction de cette instance, qui en serait la condition de possibilité et le garant6. S’il ne semble pas exister de « théorie de l’œuvre7 », on pourrait néanmoins considérer la publication des « Œuvres » comme la « trace8 », significative, laissée par un auteur.

  • 9 Rigolot François, « Clément Marot et l’émergence de la conscience littéraire à la Renaissance », i (...)
  • 10 François Rigolot souligne que la notion d’auteur appartient à l’époque moderne, op. cit., p. 21.
  • 11 Nous nous intéressons au titre d’« Œuvres » au pluriel et en langue française. Pour une étude de l (...)
  • 12 Delègue Yves, dans Le Royaume d’exil. Le sujet de la littérature enquête d’auteur, Paris, Obsidian (...)
  • 13 Rigolot François souligne l’importance de cette métamorphose, dans Le Texte de la Renaissance. Des (...)

3Le xvie siècle correspond à une période située « dans une zone intermédiaire entre une époque dominée par la figure masquée (la persona) d’écrivains fortement conscients de leur projet littéraire et celle qui voit, à l’âge classique, la “naissance” ou plutôt la “reconnaissance” du personnage social de l’écrivain9 ». Dès le début du siècle, l’auteur – « si l’on entend par là un individu signataire et propriétaire de l’œuvre qu’il écrit, organise et publie10 » – se voit attribué des « Œuvres11 ». C’est au cours de cette période que le terme d’« œuvre » (au féminin) s’applique à « l’ensemble de la production d’un écrivain, d’un artiste », selon le Dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey. Cette reconnaissance de l’œuvre littéraire12, qu’illustre manifestement la publication des « Œuvres », est encouragée par le renouvellement des techniques et pratiques éditoriales du livre imprimé. Aussi la « poétique des Œuvres », engagée par Ronsard, fait-elle appel, selon nous, à une « politique des Œuvres », dont Clément Marot pourrait être l’instigateur. Celle-ci ferait de la proclamation de l’instance auctoriale, mise en scène selon diverses stratégies éditoriales, l’un des procédés de consécration de la catégorie éditoriale des « Œuvres ». Il faudrait dès lors se demander dans quelle mesure et selon quelles modalités les procédés de « mise en livre », selon l’expression de Roger Chartier, engendrent ce processus symbolique de « mise en œuvre », protocole socio-culturel d’institutionnalisation des textes13 issu de la collaboration des différentes figures qui participent à l’élaboration du livre, de l’auteur à l’imprimeur.

4On proposera ici quelques pistes de réflexion qui chercheront à éclairer comment la notion d’« Œuvres », telle qu’elle apparaît dans les éditions parisiennes de la première partie du xvie siècle, trouve sa genèse au sein du dispositif formel et textuel du livre imprimé, par le biais de procédés de légitimation qui font de l’espace du livre le lieu d’un avènement.

5Les « œuvres », lieu de consécration des auctoritates

  • 14 Nous interrompons notre enquête avec la mort de Marot, poète dont nous montrerons le rôle détermin (...)
  • 15 À Paris, au cours des années 1500-1545, sont publiés sous forme d’» Œuvres » les écrits de Cicéron (...)
  • 16 Le titre d’» Opera » désigne encore bon nombre des éditions latines imprimées au xvie siècle.
  • 17 Les oeuures de Virgile. Translatees de latin en francoys / et nouuellement imprimees / veues et co (...)
  • 18 La table des matières, fréquente dans l’édition des « Œuvres », remplit également cette fonction.
  • 19 Les Oevvres de Justin vray hystoriographe, sur les faictz & gestes de Troge Pompée, Contenant .xli (...)
  • 20 Néanmoins, certaines éditions comprennent la majorité de ces traits formels, sans s’intituler « Œu (...)

6Le premier ensemble de livres intitulés « Œuvres », publié à Paris au cours des années 1500-154414, regroupe des traductions en langue vernaculaire de textes antiques15, sur le modèle des « Opera16 ». L’entreprise d’intitulation donne une unité à un objet imprimé qui se présente parfois simplement comme la juxtaposition d’écrits d’un même auteur, en un unique volume. Ainsi constate-t-on par exemple que l’édition des Oeuures de Virgile, publiée chez Jean Petit et Maurice de la Porte en 154017, distingue les différents livres par des titres courants spécifiques et isole le troisième par une page de titre nouvelle. La page de titre principale donne à l’ensemble des séquences textuelles une cohérence que vient confirmer le colophon18. La matérialité des Oevvres de Justin, publiées chez Arnoul et Charles Langelier en 153819, montre aussi combien la légitimité de l’œuvre et sa valeur se mesurent, symboliquement, à l’aune des divers procédés de mise en livre. D’un format imposant, cet in-folio de cent vingt-six feuillets, richement illustré, comprend un privilège du roi de cinq ans, un long préambule orné d’une gravure où figure l’auteur entouré de ses livres, une table des matières et un système de repérage en manchettes. La présentation, luxueuse, est aérée : chaque livre dessine une séquence visuellement indépendante, isolée par un saut de page, et s’ouvre le plus souvent sur un grand bois gravé ; cette unité comprend également une sous-division en paragraphes, agrémentés d’un titre et parfois d’une image. Ces caractéristiques formelles participent de l’identité de l’ouvrage : elles font du livre présenté au public un objet de référence20.

  • 21 À la différence des autres exemplaires de notre corpus, cet ouvrage ne comprend qu’une page de tit (...)
  • 22 Le terme de « livre » est entendu ici au sens de « section », « partie ».
  • 23 Sénèque, Les Euures, op. cit., a ii v°.

7L’appareil paratextuel confirme la cohésion du volume, comme le montrent les premières « Œuvres » éditées au xvie siècle, Les Œuures de Senecque, publiées par Antoine Vérard aux environs de 150021.Le translateur, Laurent de Premierfait, présente dans son prologue le recueil comme un tout, issu du rassemblement de plusieurs livres. Celui-ci affirme avoir décidé de : « Translater aucuns de plusieurs volumes dittiez et escrips par tres excellent philosophe moral senecque de cordone maistre de lempereur neron / entre lesquelz liures iay aduise ensemble ioindre en ung particulier volume deux petis liures22. Lung cestassauoir des quatres vertus cardinaulx / et lautre des remedes des cas aduantureux23. »

  • 24 Ibid.

8Semblable à Ronsard, le traducteur a procédé, en éditeur scientifique des textes, à une opération de rassemblement, de sélection et de réorganisation. Loin de proposer au lecteur une compilation, qui privilégierait une cohérence thématique – pratique fréquente en cette fin de Moyen Âge où le manuscrit était le plus souvent le produit d’une commande effectuée selon les besoins du lecteur –, Laurent de Premierfait justifie l’unité de l’ouvrage et, de fait, le titre d’Euures, par un choix éditorial. Il l’oppose à un autre volume, virtuel, qu’il aurait pu composer, selon une toute autre perspective : « Et combien que en la matiere des quatres vertus / plusieurs nobles et eloquens auteurs comme sont aristote / tulle / valere & plusieurs autres nobles aient traictie et escript moult subtilment et bien / je pourroye en recordant leurs Ditz plus largement et plus long Demener ma translation : Toutesuoies je cuide estre chose raisonnable et assez iuste non mesler les Ditz ne les sentences des ungs auec les autres. Affin. / cestassauoir que distinctement len congnoisse quel fruict croist sur une chascune arbre / et quel bles porte une chascune terre24. »

  • 25 Id., Les Tragedies treseloquentes du grand Philosophe Seneque diligentement traduictes de Latin en (...)

9Les procédés de « mise en œuvre » sont donc mis en valeur selon un ensemble de codes qui fait sens pour le lecteur. Ceux-ci peuvent néanmoins être modifiés et utiliser d’autres procédés éditoriaux, comme en témoigne le recours à la biographie de l’auteur, souvent annoncée dès la page de titre. Évoquons ainsi, bien qu’il n’appartienne pas au corpus parisien, l’ouvrage de Sénèque, publié à Lyon par François Juste en 1539, sous le nom de Tragedies, « Avec Plusieurs Epitaphes, Epigrammes, Dictz moraulx, & aultres choses memorables dudict aucteur, nouuellement adioustees ». L’édition comprend un texte liminaire, intitulé « La vie et trespassement du grant Philosophe Seneque », déjà annoncé au titre par la formule « La Vie & Trespas dicelluy ». Les Tragedies se présentent comme une formule abrégée des « Œuvres » de Sénèque, en un ouvrage de petit volume et d’accès aisé, comme en atteste l’avis au lecteur situé immédiatement au verso de la page de titre : « Vous auez icy, (O nobles Lecteurs) les Textes latins, traduictz en francoys des Sentences, authoritez. Et dictz moraulx du grand Liseur, Poete, Orateur, & Philosophe moral Seneque, auecques aulcunes concordances prises & extraictes de toutes ses oeuures [...]25. »

  • 26 Ibid., E 6 v°-F ii v°.

10On remarque également que sur certains feuillets du recueil qui compose la deuxième partie de l’ouvrage, le titre courant ne désigne plus le genre du texte correspondant, qu’il s’agisse d’une tragédie ou d’épigrammes, mais les « Oevvres de Seneque26 ». Les paratextes éditoriaux, s’ils ne se réclament pas toujours du statut d’« Œuvres » dès la page de titre, s’attachent ainsi à rappeler, plus subrepticement, l’appartenance de l’ouvrage à cette tradition imprimée.

  • 27 L’émergence d’une instance auctoriale repose en effet sur une véritable entreprise de représentati (...)
  • 28 Nous renvoyons au deuxième chapitre de Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie (...)

11La publication des « Œuvres » qui ne comportent la plupart du temps qu’une sélection restreinte de textes, vise alors à mettre en scène la paternité d’un patrimoine littéraire, désormais accessible en langue vernaculaire, au service de la représentation symbolique d’un héritage antique. Ces dispositifs de légitimation participent à la construction d’une image d’auteur, selon divers procédés qui visent à établir ou confirmer leur respectabilité27. En outre, le nom de l’auteur, qui définit un certain régime d’assignation des textes à l’époque moderne28, est d’autant plus visible que la grande majorité des publications de la Renaissance demeurent anonymes. L’acte éditorial favorise donc la reconnaissance de l’auteur, à une époque où le nom de ce dernier commence à apparaître sur la page de titre au côté de celui de l’imprimeur ou du libraire. L’espace de l’œuvre constitue un lieu d’avènement de la littérature, en ce qu’il affirme que le texte publié, par sa paternité, est digne de mémoire. Les choix formels qui président à ces éditions procèdent à une forme de consécration matérielle dont s’inspire par la suite la mise en forme des écrits de ceux qui souhaitent accéder à une telle renommée. Les « Œuvres » de l’Antiquité, traduites en langue vernaculaire, établissent en somme une tradition imprimée au sein de laquelle vient s’inscrire la publication des auteurs de la Renaissance.

Les « œuvres », acte de naissance des poètes de la première partie du xvie siècle

  • 29 Nous reviendrons ultérieurement sur l’enjeu de l’intitulation chez Clément Marot. Nous renvoyons à (...)
  • 30 Chartier Alain, Les Oevvres feu maistre Alain chartier en son viuant Secretaire du feu roy Charles (...)
  • 31 Marot Jean, Le Recueil des Oevvres de Jehan Marot, Paris, Denis Janot, 1538, édité par Clément Mar (...)
  • 32 Coquillart Guillaume, Les Œuures maistre Guillaume Coquillart en son uiuant Official de Reims nouu (...)
  • 33 Michel d’Amboise, Les Epistres veneriennes de Lesclaue Fortune priue de la court Damours nouuellem (...)
  • 34 De colleyre Roger, Les Oevvres de maistre Roger de Collerye homme tressauant natif de Paris. Secre (...)
  • 35 Villon François, Les Oevvres de maistre Francoys Villon, Paris, Galliot Du Pré, 1532. Il s’agit d’ (...)
  • 36 Salel Hugues, Les Oevvres de Hugues Salel, valet de chambre ordinaire du Roy, imprimees par comman (...)
  • 37 Nous renvoyons aux articles d’Armstrong Adrian, « Paratexte et autorité(s) chez les Grands Rhétori (...)

12L’examen du corpus des « Œuvres » parisiennes parues au cours des années 1500-1544 met également en évidence que l’écriture des premiers auteurs d’« Œuvres » en langue française – Clément Marot29 bien sûr, mais aussi Alain Chartier30, Jean Marot31, Guillaume Coquillart32, Michel d’Amboise33, Roger de Collerye34, François Villon35 et Hugues Salel36 – témoigne d’un désir d’autorité et d’une conscience aiguë des potentialités de l’imprimé37. Tandis que la « mise en œuvre » des auteurs de l’Antiquité repose sur la monumentalité de l’objet-livre, les Grands Rhétoriqueurs, de manière le plus souvent posthume et par l’entremise d’un tiers, assignent à l’espace de l’œuvre une fonction nouvelle, celle d’assurer la promotion de leur identité d’auteur par le biais des paratextes. Clément Marot semble avoir pris la mesure de la valeur d’une telle représentation auctoriale ; il s’en ouvre au lecteur en explicitant son point de vue sur le statut de la paternité littéraire dans les paratextes de ses œuvres.

  • 38 Marot Clément, La Suite de l’adolescence Clementine, dont le contenu sensuyt, Les Elegies de L’aut (...)
  • 39 Rosenthal Olivia a bien montré que, d’après les pièces liminaires des Œuvres de 1538, « l’auteur a (...)
  • 40 La Bibliographie de Mayer ne fait état, de 1538 à 1544, que d’une édition intitulée L’Adolescence (...)

13Le projet de Clément Marot requiert en effet une mise en scène des « Œuvres » plus élaborée que celle de ses prédécesseurs, en ce qu’elle n’est pas seulement rétrospective, mais dépeint son propre accès à la consécration. Les procédés d’intitulation de ses ouvrages, qui jouent de la polysémie du mot « Œuvres », en font état. Le terme apparaît à deux reprises dès la première édition de Ladolescence clementine, parue chez Pierre Roffet en 1532, en deux sens distincts : le premier rattache le volume à celui des « Œuvres », achevées et posthumes, des poètes cités ci-dessus : « Ladolescence clementine. Autrement, Les Oeuures de Clement Marot de Cahors en Quercy, Valet de Chambre du Roy, composees en leage de son Adolescence », tandis que le second renvoie davantage à la multiplicité des pièces qui composent le recueil : « Avec la Complaincte sur le Trespas de feu Messire Florimond Robertet. Et plusieurs autres Oeuures faictes par ledict Marot depuis leage de sa dicte Adolescence. Le tout reueu / corrige / & mis en bon ordre ». En outre, le titre repose sur une double désignation : la première, en capitales sur la page de titre, « Ladolescence clementine », fait référence à la figure du poète dépeint en sa jeunesse dans le corps des textes et pièces liminaires, alors que la seconde partie, en minuscules, tient plutôt lieu de sous-titre, « les Oeuures de Clement Marot de Cahors en Quercy », où l’auteur de ces écrits prometteurs paraît en représentation, désigné par sa fonction, « Valet de chambre du Roy ». Ce premier ouvrage, enrichi de La Suite de l’adolescence Clementine38, jusqu’à la publication des Œuvres de Clement Marot chez Étienne Dolet, en 1538, dessine un parcours bio-chronologique39, qui retrace l’accès du poète à une renommée. Du vivant de l’auteur, l’édition des Œuvres se substitue le plus souvent à celle de L’Adolescence clementine40.

  • 41 Voici l’épigramme qui figure dans Les Oevvres de Hugues Salel, op. cit., a ii v° : « De Ian de Meu (...)
  • 42 P. Desan estime en effet que l’« on découvre ici un Marot qui dresse la carte poétique de la Franc (...)
  • 43 Salel Hugues, Les Oevvres de Hugues Salel, op.cit., h 8.

14Au-delà de sa propre fortune littéraire – et peut-être afin de servir son propre projet –, Clément Marot participe aussi à la constitution des « Œuvres » de Jean Marot, son père, François Villon et Hugues Salel, endossant le rôle d’éditeur et signant l’acte éditorial de son nom, sur la page de titre ou au seuil de l’ouvrage. L’épigramme « Clement Marot a Salel sur les Poetes Francoys mortzauant eulx41 », qui figureparmiun ensemble de pièces liminaires en tête des Oevvres de Hugues Salel de 1540, illustre la cohésion entre auteurs qu’installe l’édition des « Œuvres » : la « mise en œuvre », par la parenté qu’elle établit entre les ouvrages, dessine un petit Panthéon poétique42. Clément Marot se trouve ainsi chargé de la fonction de porte-parole des auteurs passés, comme le montre la dernière adresse au lecteur des Oevvres de Hugues de Salel, où « Iehan de Conches de valence en Daulphiné », s’adressant « Aux lecteurs », reconnaît l’autorité du poète en la matière : « Ce seroit bien follement entrepris / Amoy, (lecteurs) de louer ceste chasse, / Veu que Marot si trouueroit surpris ; / Qui mon scauoir, & ma veine surpasse, / Laisser ie veulx donques à luy la place [...]43. »

15Ainsi, dans le cadre des « Œuvres », la reconnaissance de l’auteur nécessite le plus souvent l’intervention d’un intermédiaire, qui inscrit dans le livre sa propre réception des textes et en justifie la publication. La légitimation de l’autorité auctoriale ne constituerait qu’un procédé supplémentaire visant à confirmer la légitimité d’une catégorie publicitaire, celle des « Œuvres », susceptible de garantir une certaine monumentalité à l’ouvrage.

Les « œuvres », lieu d’une appropriation éditoriale

  • 44 Sur la question de la propriété littéraire, nous renvoyons à l’article de Dock M.-C., « Genèse et (...)
  • 45 Dans les deux cas, l’auteur a revendiqué la paternité de ses écrits et a traduit en justice l’impr (...)
  • 46 Regalado Nancy, « Gathering the Works : The “Œuvres de Villon” and the Intergeneric Passage of the (...)
  • 47 Desan Philippe, « “Profit du libraire” et “honneur de l’auteur” : Marot face à ses lecteurs », op. (...)
  • 48 Marot évoque par exemple le travail de rassemblement et d’ordonnancement de ses écrits qu’ont effe (...)
  • 49 Il s’agit d’une pièce liminaire de Salmon Macrin traduite par Antoyne Macault, Marot, Œuvres poéti (...)

16Or, la mise en livre et l’instauration de l’auteur comme maître de ses écrits44 relèvent en réalité d’une collaboration souvent conflictuelle. En témoigne le procès d’Antoine de la Vigne à Michel Le Noir au début du xvie siècle, de même que le désaccord qui opposa Jean Bouchet à Antoine Vérard45. En effet, dans l’espace de l’œuvre, s’engage une véritable politique éditoriale, qui voit à l’horizon de la consécration du livre un succès de librairie. Nancy Regalado a ainsi considéré que le titre d’« Œuvres » a été mis à la mode par Galliot Du Pré, qui y voyait une opportunité commerciale46. Philippe Desan a également souligné combien Clément Marot « pose parfaitement le problème du succès littéraire par le truchement de la vente d’ouvrages et nous permet de mieux comprendre comment un auteur peut se faire une réputation littéraire à son détriment47 ».De fait, le poète, qui a lutté pour ne pas se voir dépossédé de ses œuvres, souillées par l’association à d’autres textes qui n’étaient pas de sa plume48, est bien conscient de cette appropriation qu’effectue l’instance éditoriale. Du côté de l’imprimeur, l’adresse au lecteur de l’édition de La Suite de l’Adolescence Clementine, publiée chez Roffet en 1534, en fait sans honte un argument publicitaire : « Ces Œuvres de Marot (ô gracieux Lecteur), / Que tu désires tant, & plus encores prises, / Ne fussent en tes mains, si (pour vray) à l’Autheur / Ung Larron ne les eust cautellement prises. / Si donc pour meriter sont recompenses quises, / Et s’on ne doit frustrer aulcun de son bienfaict, / Saches gré au Larron, quelcque chose que lises, / Et non pas à Marot de son Livre bien faict : /Car il en fut ingrat. L’autre ce bien a faict, / Qu’en tresbon, & bel ordre à ung chascun le livre. / Si Marot s’en courrousse, ou s’en fasche (en effect) / Je n’en donne ung festu, pourveu qu’aions son Livre49. »

  • 50 Villon François, Les Oevvres, Paris, Galliot Du Pré, 1533, A iii.

17Or lorsque Clément Marot proclame à son tour, par la mention de son propre nom, les écrits de Jean Marot ou de François Villon en tant qu’« Œuvres », il fait lui-même preuve d’une autorité éditoriale. Selon cette perspective, il établit que la valeur de l’auteur se mesure au soin apporté à la publication du livre. Ainsi dit-il à propos de la réédition qu’il entreprend des « Œuvres » de Villon : « Entre tous les bons liures imprimez de la langue Françoise ne s’en veoit ung si incorrect ne si lourdement corrompu, que celluy de Villon : & m’esbahy (veuque c’est le meilleur poete Parisien qui se trouue) comment les imprimeurs de Paris, & les enfans de la ville, n’enont eu plu sgrand soing50. »

  • 51 Ibid., A ii v°.
  • 52 Ibid., A 4.
  • 53 Ibid., A iii v°.
  • 54 On remarque en effet que ce poème est visuellement mis en valeur par une certaine aération des piè (...)
  • 55 Villon François, Les Oevvres, op. cit., A ii.

18Le titre même des Oevvres de Françoys Villon de Paris, publiées en 1533 par Galliot Du Pré, comporte la mention « reueues & remises en leur entier par Clement Marot valet de chambre du Roy ». La page de titre présente aussi en son centre l’annonce d’un « Distique du dict Marot », puis, encadré d’un espace blanc qui le met en valeur, le principe éditorial de Marot, qui tient lieu de jugement de valeur : « Peu de Villons en bon savoir / Trop de Villons pour decevoir. » Le privilège, qui demande l’autorisation de « faire imprimer & vendre les oeuures de feu Françoys Villon, puys nagueres a la diligence de Clement Marot valet de chambre du Roy nostre sire reueues, corrigees, & restituees a leur vraye intelligence51 », rend compte de ce partage de paternité. En outre, l’adresse au Roy, signée par Marot, dépeint avec minutie le travail d’exégèse qu’il a opéré, en « chirurgien » d’un auteur « blesse en ses oeuures52 », et il va jusqu’à proposer « vng des coupletz incorrectz du mal imprime Villon », suivi de sa version « r’abillé[e]53 ». Il s’agit de saluer la réussite des « Œuvres de Villon » réalisées par Marot. De plus, plusieurs pièces liminaires attestent de l’intervention de Marot : sur la belle page54 qui suit la page de titre, figure l’adresse de « C. Marot au Roy nostre souuerain », en une mise en scène fort proche de celle que mentionnait l’avis au lecteur de La Suite de l’adolescence Clementine cité précédemment : « Si en Villon on treuue encore a dire, / S’il n’est reduict ainsi qu’ay pretendu, / A moy tout seul en soyt le blasme (Sire) / Qui plus y ay trauaillé qu’entendu. / Et s’il est mieulx en son ordre estendu / Que parauant, de sorte qu’on l’en prise, / Le gre a vous en doyt estre rendu, / Qui fustes seul cause de l’entreprise55. »

  • 56 Sur cette notion, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat, intitulée « La mise (...)
  • 57 Crescenzo Richard, Histoire de la littérature française du xvie siècle, Paris, Champion, 2001, p. (...)

19La production des « Œuvres » est donc bien le fruit, comme toute publication du xvie siècle, d’une écriture éditoriale56, qui vise à repenser le texte dans sa destination imprimée, c’est-à-dire en vue d’un lectorat dont les pratiques de lecture sont en pleine mutation. Ainsi, l’acte éditorial, qui opère une distinction à la Renaissance entre les écrits qui circulent sous forme manuscrite et ceux qui accèdent au statut de livre imprimé, intègre-t-il dans ses procédés de production et de diffusion un rapport à l’œuvre que ne véhiculait pas le manuscrit médiéval. Comme le rappelle Richard Crescenzo, si la circulation des œuvres sous forme manuscrite, notamment pour les formes courtes, était fréquente dans les cercles lettrés, l’imprimerie va s’imposer rapidement comme la seule norme de communication de l’œuvre au public. Avec l’imprimerie la notion de « public » prend une forme capitale dans la réception des œuvres : les préfaces des œuvres imprimées font de plus en plus référence au « public », lectorat plus anonyme et étendu que celui de la production manuscrite57.

  • 58 En outre, Florian Preisig a bien montré comment la publication du Recueil Jehan Marot, entreprise (...)
  • 59 Contrairement au titre qui figure à l’incipit du texte de Jean Marot et qui annonce le Recueil Jeh (...)
  • 60 Michel d’Amboise, Les Epistres veneriennes, op.cit., T 8 v°.
  • 61 Chartier Alain, Les Oevvres, op.cit., bb 6 v°.

20D’espace de signification, le texte mis en livre devient espace d’interprétation. La « mise en œuvre » procède ensuite à l’élection d’un ensemble d’ouvrages, qu’elle juge dignes de mémoire, par l’acquisition d’attributs fortement symboliques. Est-ce ainsi dans le souci d’intégrer les écrits de Jean Marot, son père, à ce corpus d’œuvres imprimées58, que l’édition commune à Marot fils et père recourt à un artifice éditorial, en rebaptisant Le Recueil Jehan Marot du titre de Recueil des Oevvres de Jehan Marot59 ?Quoi qu’il en soit, la « mise en œuvre » traduit un projet éditorial, qui vise à dépasser la simple compilation d’œuvres éparses, même si elles relèvent d’un même auteur, pour donner au lecteur un volume cohérent, qui trouve sa valeur même dans cette entreprise d’institutionnalisation. Le souci de globalisation peut être exprimé par le paratexte éditorial, comme dans Les Epistres veneriennes de Lesclaue Fortune priue de la court Damours nouuellement faictes & composees par luy,Auecques toutes ses oeuures, de Michel d’Amboise, qui annoncent au colophon : « Cy finent toutes les oeuures de Lesclave fortune par luy reueues & corrigees60 ». Dans le texte ou dans ses entours, se trouve posée la question de l’exhaustivité des « Œuvres », censée lui donner une valeur supplémentaire. Mais le désir de totalisation peut également introduire un procédé d’accumulation. Dans certains paratextes, l’emploi du terme « œuvres », en un sens collectif, rend compte de cette dialectique qui unit dispersion et rassemblement. Ainsi, Lepistre du roy a Hector de Troyes et aucunnes autres oeuures assez dignes de veoir, publiée à trois reprises entre 1513, 1516 et 1519, comprend-elle des pièces étrangères à la plume de l’auteur dont l’insertion est justifiée à la fin de l’ouvrage par Lemaire de Belges lui-même : « À la fin de mon troisiesme liure des illustrations de France : iay bien voulu a la requeste et persuasion daucuns mes bons amys adiouster les oeuures dessus escriptes & mesmement les communiquer a la chose publicque de France & de Bretaigne. Affin de leur monstrer par especiaulte comment la langue gallicane est enrichie & exaltee par les oeuures de monseigneur le tresorier du boys de Vincennes : maistre Guillaume Cretin61. » La constitution des « Œuvres », au-delà de l’unité que leur confère l’auteur, répond alors à un projet national. Il s’agit de mettre en avant un patrimoine nouveau, digne de faire le pendant des « Œuvres » antiques, qui constituent encore une part importante du marché éditorial du xvie siècle.

  • 62 Ibid., aa iii.
  • 63 Ibid., A iiii v°.

21Le conflit d’autorité qu’occasionne la publication des « Œuvres » se manifeste également dans l’établissement d’un protocole de lecture, qui relève aussi bien de la relation qui unit auteur et lecteurs que de l’orchestration éditoriale que présuppose la mise en livre. Le lecteur se voit alors accompagné selon des modalités différentes par les deux instances en présence. À cet égard, le « preambule au present volume62 » des Œvvres de Chartier, parues en 1529 chez Galliot Du Pré, s’achève sur une représentation symbolique de l’auteur, en un jeu de mots qui rappelle celui de Molinet : « Vous aurez vng conducteur & charretier propice qui tresbien vous conduyra en vertu & iustice de bonne vie Cest laurigateur & royal charretier qui bien scait tourner son chariot a dextre & a senestre, a dextre a fuyr peche, oysiuete & vice63. »

22L’ouvrage met en scène, par le biais de deux tables des matières, située avant et après ce préambule, deux conceptions de l’œuvre. La première table présente les textes selon une désignation générique brève, tandis que la seconde comprend des entrées plus développées qui traitent, plus longuement, de la matière même des différentes pièces. L’espace de l’œuvre apparaît ainsi comme un espace redoublé du livre, rendu plus complexe par le travail de compilation et de réorganisation entrepris par le traducteur. Il rend compte de deux discours, celui de l’auteur et des textes, et celui de l’éditeur et du livre.

  • 64 Le traducteur se justifie à plusieurs reprises de cette démarche, comme à l’ouverture de la deuxiè (...)
  • 65 Sénèque, Les Evvres, op. cit., k ii.

23La traduction des ouvrages antiques introduisait déjà un tel dédoublement, comme si l’entreprise de « mise en œuvre » revendiquait son espace propre. Les Euures de Seneque publiées chez Antoine Vérard, par exemple, associent à la traduction en langue française le texte latin, sur une colonne distincte, aux extérieurs de la page64, mais également à travers un appareil paratextuel assumé par le traducteur, qui apparaît très visiblement dans la table des matières : introduit par un pied-de-mouche à l’ouverture de chacun des livres et précédé d’un saut de ligne, un titre en retrait (commençant systématiquement par « Le prologue du translateur ») indique l’intervention du traducteur, chargé de faciliter la lecture de l’œuvre, pas à pas. La présentation formelle des Euures de Senecque souligne également la nécessité de naviguer au sein d’un ouvrage volumineux. Un protocole de lecture est par conséquent suggéré par l’opération de mise en livre, effectuée par l’imprimeur aussi bien que par le traducteur. Laurent de Premierfait introduit en ces termes le « livre des ars liberaulx », qui se trouve à mi-parcours du volume : « Entre les separez volumes de Seneque qui tous sont comprins soubz le nombre de .xxii. Divers tiltres de differes matieres et qui tous tendent a philosophie morale ou naturelle. Iay deuant aumoins mal que iay peu translate de latin en francois cinq particuliers tiltres diceulx .xxii65. »

24Envisagée comme un travail d’adaptation du texte au service de la réception du lectorat, l’entreprise éditoriale se dote ainsi d’outils efficaces. Le discours du livre serait ainsi comme l’annotation, verbale et non verbale, qui accompagnerait la lecture du texte. Les métamorphoses du texte s’accompagnent d’une première forme d’apparat critique, qui procède à son institutionnalisation, au point que l’auteur ne se reconnaisse plus nécessairement dans le livre qui paraît à son nom. Dès lors, les pièces liminaires qui dépeignent le sentiment de désappropriation de l’auteur à l’égard de son écrit, loin d’affaiblir la valeur de l’ouvrage imprimé, tendent à manifester que le livre a gagné en autonomie : digne de devenir « Œuvres », il appartient désormais à la postérité.

  • 66 Valère maxime, Valere le Grand en francoys, Paris, Charles Langelier, 1548, A.

25Au-delà de l’autorité de l’auteur, c’est donc la représentation de l’instance éditoriale qui désigne un lectorat et confère aux « Œuvres » leur légitimité. L’ordonnancement constitue en effet un lieu de « mise en œuvre » essentiel : il s’agit de bâtir un édifice dans sa juste architecture. L’enjeu de l’exhaustivité demeure en fait secondaire, et ne se manifestera véritablement qu’au xviiie siècle, avec la notion d’« Œuvres complètes ». En atteste l’édition des dix livres de Valère Maxime, publiée en 1548 par Charles Langelier, et intitulée Valere le Grand en francoys, ou sont comprins les faictz et dictz dignes de memoire, tant des vertueux personnaiges que des vitieux, affin que les hommes par la splendeur & beaulté des vertuz, soient enflammez à les ensuiuir [...], Ensemble le dixiesme liure dudict Valere, qui au parauant n’auoit esté mis en lumiere, Translaté nouuellement de Latin en Françoys, par maistre Iehan le Blond, & dedié au Treschretien Roy Henry, deuxiesme de ce nom. L’ouvrage, qui ne porte pas le titre d’« Œuvres », précise en effet, à l’ouverture du premier livre, qu’il serait dérisoire de vouloir embrasser une totalité close d’écrits : « I’ay deliberé de segreger & mettre à part les faicz ensemble les dictz dignes de memoire, des Rommains, & nations estranges, esleuz des illustres autheurs, qui sont ailleurs si largement respanduz, qu’a grande peine pourroyent ilz estre congneuz brieuement : afin que ceulx qui y vouldront prendre exemple, n’ayent pas si grand trauail à les aller chercher. Non pas que ie vueille tout comprendre. Qui est celuy qui pourroit assembler les gestes de tout aage, en petit nombre de volumes66 ? »

  • 67 Villon François, Les Oevvres, op. cit., A iii-A 5 v°. On peut se demander si Clément Marot mention (...)

26Le principe d’achèvement émane bien davantage de l’ordonnancement du volume. Clément Marot, assignant aux textes de Villon une organisation nouvelle, semble manifester le même souci que ses derniers éditeurs. Marot s’exprimait en effet en ces termes dès 1533, à propos des éditions antérieures des textes de Villon : « Tant y ay trouue de broillerie en lordre des coupletz & des vers, en mesure, en langaige, en la ryme, & en raison [...]. Finablement, i’ay changé l’ordre du liure :& m’a semblé plus raisonnable de le faire commencer par le petit testament, d’autant qu’il fut faict cinq ans auant l’autre67. »

  • 68 Ibid., A iii.
  • 69 Marot Clément, Les Oevvres de Clement Marot, de Cahors, Vallet de Chambre du Roy. Plus amples, & e (...)
  • 70 Ibid., Paris, Jacques Bogard, 1545, a i v°.

27Et, voulant se justifier de la légitimité de son intervention, il précise dans le même temps : « i’ay faict a icelles [les Œuvres de Villon] ce que ie vouldroys estre faict aux myennes, si elles estoient tombees en semblable68. » Or c’est visiblement ce qu’a entrepris l’éditeur des Oevvres lyonnaises de 154469, afin de mettre en valeur les poèmes de Marot. Le préambule est repris dans l’édition parisienne de Jacques Bogard en 1545 : « Tout ainsi, amy lecteur, que toute architecture sans sa disposition rend moins belle son orthographe, tant bien symmetriée soit elle : pareillement tout oeuure tant docte ou plaisant soit il, estant de sa deduction frustré, se monstre, & est de faict, plus desplaisant à tout lecteur, que agreable Non que ie veuille à aucun autheur restraindre sa liberté de disposer & ordonner son labeur à sa volunté : Ne aussi que ie die, que l’estendant en son ordre, il ne l’approche plus pres qu’un autre de celle perfection, ou tout ouurier tasche (comme il doibt) de paruenir le plus qu’il peult70. »

28L’éditeur propose alors un classement des pièces par genre et affirme procéder ainsi avec le consentement de son auteur. Le lecteur ne lit donc plus le même recueil. Il a désormais l’ouvrage, posthume, d’un poète, qui a été intronisé par la publication de ses « Œuvres ».

29Ainsi, de la mise en livre à la mise en œuvre, s’opère une nouvelle transformation du texte, qui se situe non plus seulement dans les procédés matériels de fabrication de l’objet-livre, qui ont d’emblée contribué à façonner une première incarnation, provisoire et interprétative, du texte édité, mais également dans l’insertion de l’ouvrage au sein d’un ensemble de livres publiés, qui se sont vus attribuer une valeur nouvelle, en tant qu’« Œuvres ». La dimension événementielle de la « mise en œuvre » serait célébrée dans la représentation de l’acte éditorial au sein des paratextes, où l’instance éditoriale se représente en garant, responsable de l’avènement du livre. Publier des « Œuvres » revient alors à adouber l’auteur ou à confirmer, quand sa renommée n’est plus à faire, le respect que lui manifestent ses lecteurs, renouvelés au gré des éditions successives.

Les « œuvres », procédé de légitimation a posteriori

  • 71 Crenne Helisenne de, Les oeuvres de ma dame Helisenne qu’elle a puis nagueres recogneues et mises (...)

30Reste, au cours de la publication des éditions des « Œuvres » parisiennes de la première partie du xvie siècle, un dernier cas, tout à fait atypique, qui mérite toute notre attention, en ce qu’il met en évidence la conscience que les imprimeurs pouvaient avoir de cette « politique des Œuvres » qui nous intéresse ici. Il s’agit des Œuvres d’Helisenne de71, éditées en 1543 chez Charles Langelier, recueil comprenant trois ouvrages parus séparément chez son collaborateur Denis Janot, au cours des années 1538-1541. Le recueil rassemble des textes signés de la même main mais d’une grande diversité générique, allant de la narration (Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amours) aux épîtres (Les Epistres familières et invectives) en passant par un songe allégorique (Le Songe [...], La consideration duquel, est apte à instiguer toutes personnes de s’alliener de vice, & s’approcher de vertu) et une traduction de l’Énéide (Les quatre premiers liures des Eneydes). Le statut du volume des Œuvres s’explique en réalité par le projet éditorial qui a présidé à la publication successive des textes qui composent le recueil.

  • 72 Le privilège précise en effet : « Supplie humblement Denis Janot maistre imprimeur et libraire dem (...)

31L’auteur des Angoysses douloureuses est inconnu de ses lecteurs lors de la publication de l’ouvrage chez Denis Janot. Lors de sa première édition en 1538, Les Angoysses douloureuses qui procedent d’amours se présentent comme un récit autobiographique écrit de la plume de la dénommée Helisenne de Crenne, dont le nom ne figure par en son entier sur la page de titre, mais à la fin de chacune des parties. À l’ouverture de l’œuvre n’apparaît que le prénom de la narratrice, « dame Helisenne » ; c’est au paratexte éditorial, à la clôture de chacune des parties et aux pages de titre internes, qu’il appartient d’exhiber, en gros caractères romains, le patronyme de l’auteur, « De Crenne ». L’auteur a acquis une certaine renommée à la sortie des trois autres textes publiés par le même imprimeur au cours des deux années suivantes : si le titre complet des Epistres « de ma dame Helisenne » précise qu’elles ont été « composées par icelle dame », la mention « De Crenne » apparaît dès la page de titre et le privilège participe à la constitution de l’ethos de la figure auctoriale : Helisenne de Crenne se définit désormais comme l’auteur des Angoysses douloureuse72.

32Rappelons que l’ensemble de la production imprimée d’Helisenne de Crenne apparaît sur la scène éditoriale parisienne entre 1538 et 1541 et connaît par la suite de nombreuses rééditions de 1543 à 1560. Mais à partir de 1543, on ne publie plus d’édition séparée des différents textes du recueil et la traduction d’Ovide a été écartée du volume des Œuvres. Peut-être n’a-t-elle pas rencontré le succès escompté, à moins qu’elle ne détonne au sein du volume devenu, dans son unité, œuvre à part entière. Le projet éditorial, comme les recueils d’œuvres précédemment évoqués, ne vise donc pas à l’exhaustivité, mais établit davantage une cohérence autour de la figure de l’auteur, que l’on convoque à nouveau dans les Œuvres de 1551, « Le tout reueu & corigé de nouueau par elle », à l’occasion de corrections introduites par Claude Colet, qui en a modernisé la langue pour veiller à son intelligence. Aucun autre document ne confirme l’auctorialité d’Helisenne de Crenne, en dehors de ceux produits par le milieu éditorial qui lui a donné naissance en tant qu’auteur.

  • 73 Sur l’hypothèse d’une supercherie éditoriale, nous renvoyons à la dernière partie de notre thèse, (...)

33Le volume s’intègre donc bien mal aux deux grandes catégories d’« Œuvres » que nous avons déterminées, celle des auteurs de l’Antiquité et celle des premiers poètes en langue vernaculaire de la Renaissance. L’entreprise éditoriale semble ici quelque peu différente : il s’agit, selon nous, de détourner les codes propres à la consécration des « Œuvres », établis par la collaboration des auteurs et des éditeurs, pour institutionnaliser, a posteriori, une figure d’auteur, dont nous aurions plutôt tendance, pour notre part, à remettre en cause l’existence en tant que telle73. La mise en livre et l’extraordinaire promotion que la publication d’« Œuvres » signifie manifesteraient en réalité ici le souci de « faire œuvre », malgré le quasi-anonymat de l’auteur.

  • 74 Un rapide sondage ne semble pas avoir fait apparaître un grand nombre d’autres « Œuvres », publiée (...)
  • 75 Huchon Mireille, Louise Labé. Une créatur ed epapier, Genève, Droz, 2006. Nous remercions Mireille (...)

34Le cas d’Helisenne de Crenne nous invite dès lors à réfléchir sur la portée de l’intervention éditoriale, de la mise en livre à la mise en œuvre. Dans quelle mesure la publication commence-t-elle, au tournant du xvie siècle, à institutionnaliser le fait littéraire, en inscrivant au sein du livre un protocole de lecture qui lui attribue une valeur nouvelle ? Pour répondre à cette question, l’enquête mériterait d’être élargie à l’ensemble de la publication française des « Œuvres » de la Renaissance74. Le cas de Lyon présenterait, mené sur l’ensemble du xvie siècle, un intérêt tout particulier. Ne pourrait-on pas établir alors que l’intitulation des Evvresde Louise Labé, « créature de papier » selon Mireille Huchon75 – tout comme Helisenne de Crenne –, relèverait d’un même procédé de légitimation ? Ce rapprochement met en valeur combien l’appareil éditorial participe aux modalités de réception des œuvres, mais également à la construction des auteurs, qui, une fois leur réputation établie, cautionnent rétrospectivement la légitimité des « Œuvres ». Née de l’émergence de la figure de l’auteur et d’un imaginaire qui se déploie autour de cette instance, au sein même de l’objet-livre, la « mise en œuvre » relève bien d’une politique éditoriale qui exploite les nouvelles modalités de transmission du texte littéraire, à une époque où celui-ci circule encore très fréquemment sous forme manuscrite. Il confirme qu’une histoire des interprétations, voire de la littérarité des textes, est indissociable d’une histoire éditoriale des œuvres, également porteuse des pratiques et de l’horizon d’attente des lecteurs.

Notes

1 Simonin Michel, « Ronsard et la poétique des Œuvres », repris dans L’Encre et la lumière, Genève, Droz, 2004, p. 242.

2 Sur le concept d’œuvre-monument, nous renvoyons à l’ouvrage de Cowling David, Building the Text : Architecture as Metaphor in Late Medieval and Early Modern France, Oxford, Clarendon Press, 1998, ainsi qu’à l’article de Rouget François, « Ronsard et la poétique du monument dans les Œuvres de 1578 », in Ronsard, figure de la variété, Genève, Droz, 2002, p. 295-307.

3 Nous soulignons dans l’ensemble des citations.

4 Cité par Michel Simonin, op. cit., p. 238-239.

5 Sur ce sujet, nous renvoyons à l’ouvrage de Terreaux Louis, Ronsard, correcteur de ses œuvres, les variantes des « Odes » et des deux premiers livres des « Amours », Genève, Droz, 1968.

6 Foucault Michel, Dits et écrits I, Paris, Gallimard, 1994, p. 789-821. M. Foucault formule la question en ces termes : « Or il faut aussitôt poser un problème : “Qu’est-ce qu’une œuvre ? Qu’est-ce donc que cette curieuse unité qu’on désigne du nom d’œuvre ? De quels éléments est-elle composée ? Une œuvre, n’est-ce pas ce qu’a écrit celui qui est un auteur ?” On voit les difficultés surgir. Si un individu n’était pas un auteur, est-ce qu’on pourrait dire que ce qu’il a écrit, ou dit, ce qu’il a laissé dans ses papiers, ce qu’on a pu rapporter de ses propos, pourrait être appelé une “œuvre” ? », Dits et écrits I, op. cit., p. 794.

7 Fraisse Emmanuel, Mouralis Bernard, Questions générales de littérature, Paris, Éditions du Seuil, 2001, p. 112.

8 « Parmi les millions de traces laissées par quelqu’un après sa mort, comment peut-on définir une œuvre ? », demande Michel Foucault dans le célèbre article intitulé « Qu’est-ce qu’un auteur ? », op. cit., p. 794.

9 Rigolot François, « Clément Marot et l’émergence de la conscience littéraire à la Renaissance », in La Génération Marot. Poètes français et néo-lations (1510-1550), Actes du Colloque international de Baltimore, 5-7 décembre 1996, Paris, Champion, 1997, p. 21.

10 François Rigolot souligne que la notion d’auteur appartient à l’époque moderne, op. cit., p. 21.

11 Nous nous intéressons au titre d’« Œuvres » au pluriel et en langue française. Pour une étude de l’histoire de l’emploi du mot « œuvres » avant la Renaissance, voir Regalado Nancy, « Gathering the Works : The “Œuvres de Villon” and the Intergeneric Passage of the Medieval French Lyric into Single-Author Collections », L’Esprit créateur, n° 33, hiver 1993, p. 87-100. Elle souligne l’influence de l’emploi du mot en langue vulgaire sur la promotion d’une littérature vernaculaire.

12 Delègue Yves, dans Le Royaume d’exil. Le sujet de la littérature enquête d’auteur, Paris, Obsidiane, 1991, s’attache à montrer que la conception de la « littérature » date en France du xvie siècle en son début.

13 Rigolot François souligne l’importance de cette métamorphose, dans Le Texte de la Renaissance. Des Rhétoriqueurs à Montaigne », Genève, Droz, 1982, p. 262 : « À la distinction entre “livre” et “texte” il faut en ajouter une autre qui en est le corollaire : celle entre “œuvre” et “texte”. L’œuvre d’art – et Lotman a bien insisté sur ce point – ne s’épuise pas dans le texte qui lui sert de support ; ce serait réduire la symphonie à la partition de musique ou le tableau à la toile et à la peinture. L’œuvre d’art est le résultat d’une mise en rapport de systèmes contextuels – ou extra-textuels – avec le système propre du texte qui l’actualise. Autrement dit, l’œuvre est la manifestation socio-culturelle du texte. »

14 Nous interrompons notre enquête avec la mort de Marot, poète dont nous montrerons le rôle déterminant dans la constitution d’une « politique des Œuvres ».

15 À Paris, au cours des années 1500-1545, sont publiés sous forme d’» Œuvres » les écrits de Cicéron (1539, 1541, 1543), Justin (1538), Sénèque (1500) et Virgile (1529, 1532, 1540). Nous renvoyons aux notices de Renouard Philippe dans l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes, Paris, Imprimerie municipale, 1972. À la différence de Nancy Regalado, dans l’article « Gathering the Works [...] », op. cit., p. 87-88, nous hésitons à ranger parmi les premières publications d’« Œuvres » l’ouvrage intitulé Les Oeuures Et briefues expositions de Julius cesar sur le faict des batailles de Gaule, paru chez Michel Le Noir en 1502 et 1517 et réédité en 1521 par sa veuve. Il nous semble en effet que le terme d’« œuvres » est ici employé au sens d’» actions », de « faits », et non suivant un emploi métadiscursif qui désignerait la nature du livre présenté au lectorat. Le terme serait alors employé selon un emploi similaire à celui qui figure dans le titre de l’ouvrage publié par Philippe Le Noir et intitulé Valere le Grand contenant neuf liures traictans des vertueuses oeuures non seulement des Rommains mais aussi des gens destrange nacion, Paris, 1524. Le prologue des Oeuures de César permet en effet de s’interroger sur le sens du terme dans la remarque suivante : « Et pource que iules cesar na escript des oeuures quil fist en la terre de gaule fors que les principales & plus dignes de memoire », A ii. On conçoit cependant qu’une ambiguïté réside dans la formule : « ce qui vous a pleu a me commander que ie acheuasse & accomplisse diligemment la translation des oeuures Julius cesar par moy pieca commencees. Laquelle vostre debonnairete & ordonnance ma donne hardiesse de poursuyuir soubz esperance mon oeuure [ici, au sens d’entreprise] & labour », A i v°. De même, le colophon entretient cette polysémie : « Cy finist la translation des oeuures et commentaires Julius cesar sur le faict de la conqueste du pays de gaule faicte et mise en francoys et presentee au roy de France », DD i v°. L’association à la catégorie générique des Commentaires reste problématique car elle introduit un dédoublement de la désignation titulaire, qui met en doute l’interprétation éditoriale du terme « Œuvres ».

16 Le titre d’» Opera » désigne encore bon nombre des éditions latines imprimées au xvie siècle.

17 Les oeuures de Virgile. Translatees de latin en francoys / et nouuellement imprimees / veues et corrigees oultre les precedentes impressions. Avec les histoires mises & posees chascune en son lieu ainsi que lon pourra veoir dedans le liure / lesquelles sont moult recreatives, Paris, Jean Petit, Maurice de La Porte, 1540.

18 La table des matières, fréquente dans l’édition des « Œuvres », remplit également cette fonction.

19 Les Oevvres de Justin vray hystoriographe, sur les faictz & gestes de Troge Pompée, Contenant .xliiii. liures traduictz de Latin en Francoys, Nouuellement imprimez A Paris, Paris, Arnoul et Charles Langelier, 1538.

20 Néanmoins, certaines éditions comprennent la majorité de ces traits formels, sans s’intituler « Œuvres » pour autant. Ainsi, si le magnifique exemplaire, non daté, des écrits de Valère Maxime, sans page de titre (décrit par Brunet, Manuel du libraire et de l’amateur de livres, Paris, Brunet, 1810, col. 1050), ne porte pas la mention d’« Œuvres » au titre ou au colophon, le format du volume, la rubrication et la présence d’un schéma de réglure rendent compte du soin extrême apporté à l’édition, qui rassemble également un grand nombre d’écrits du célèbre auteur. Plus généralement, toutes les éditions parisiennes de Valère Maxime parues en langue vernaculaire entre 1500 et 1545 ne s’intitulent pas « Œuvres », même si la désignation de « Valère le Grand » qui figure souvent au titre et au colophon en constitue un synonyme. Le sous-titre de l’ouvrage confirme cette interprétation, comme dans l’édition de Philippe Le Noir, probablement datée de 1524 : « Valere le grant hystoriographe tresillustre translate de latin en francoys / contenant neuf liures traictans des vertueuses oeuures non seullement des rommains / mais aussi de gens destrange nacion / comme de grecz / de gens Dorient et Doccident / et aultres parties de la terre. Et met lexemle dune chascune des prouinces & le cas ou il aduint / et plusieurs aultres matieres prouffitables a ung chascun comme pourrez veoir cy apres. »

21 À la différence des autres exemplaires de notre corpus, cet ouvrage ne comprend qu’une page de titre réduite au titre de l’ouvrage : Les Oeuures de Senecque Translateez de latin en francoys par maistre laurens de premierfait, Paris, Antoine Vérard, ca1500.

22 Le terme de « livre » est entendu ici au sens de « section », « partie ».

23 Sénèque, Les Euures, op. cit., a ii v°.

24 Ibid.

25 Id., Les Tragedies treseloquentes du grand Philosophe Seneque diligentement traduictes de Latin en Francoys, Lyon, François Juste, 1539, A i v°.

26 Ibid., E 6 v°-F ii v°.

27 L’émergence d’une instance auctoriale repose en effet sur une véritable entreprise de représentation de l’auteur dans l’espace du livre, dont brown Cynthia a analysé les différentes modalités dans Poets, Patrons, and Printers. Crisis of Authority in Late Medieval France, Ithaca (New York)-Londres, Cornell University Press, 1995.

28 Nous renvoyons au deuxième chapitre de Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècles) de Chartier Roger, intitulé « Figures d’auteur », Paris, Albin Michel, 1996, p. 45-80.

29 Nous reviendrons ultérieurement sur l’enjeu de l’intitulation chez Clément Marot. Nous renvoyons à la Bibliographie des éditions de Clément Marot publiées au xvie siècle, Paris, A.-G. Nizet, 1975, de Mayer Claude-Albert.

30 Chartier Alain, Les Oevvres feu maistre Alain chartier en son viuant Secretaire du feu roy Charles spetiesme du non. Nouuellement imprimees reueues & corrigiees oultre les precedentes impressions, Paris, Galliot Du Pré, 1529.

31 Marot Jean, Le Recueil des Oevvres de Jehan Marot, Paris, Denis Janot, 1538, édité par Clément Marot. La plupart des éditions s’intitulent toutefois Le Recueil Jehan Marot. Nous renvoyons à l’article de Preisig Florian, « Clément Marot éditeur de son père », Travaux de littérature, 14, 2001, p. 119-137.

32 Coquillart Guillaume, Les Œuures maistre Guillaume Coquillart en son uiuant Official de Reims nouuellement reueues & imprimees a Paris, éditées successivement par Galliot Du Pré, Antoine Bonnemère et Pierre Leber, en 1532, 1533 et 1534.

33 Michel d’Amboise, Les Epistres veneriennes de Lesclaue Fortune priue de la court Damours nouuellement faictes & composees par luy, Auecques toutes ses oeuures Et y est comprins ce quil sensuyt, Premierement les, xxx, Epistres veneriennes, Les fantasies dudict esclaue, Les complaintes / regretz / & epitaphes, Auec .xxxiiii. Rondeaulx & cinq Balades damours. Le tout reueu & corrige par luy oultre les precedentes impressions, Paris, Denis Janot, Jean Longis, Pierre Sergent, 1534.

34 De colleyre Roger, Les Oevvres de maistre Roger de Collerye homme tressauant natif de Paris. Secretaire feu monsieur Dauxerre lesquelles il composa en sa ieunesse. Contenant diuerses matieres plaines de grant recreatiom & passetemps, desquelles la declaration est au second feullet [sic], Paris, Pierre Roffet, 1536.

35 Villon François, Les Oevvres de maistre Francoys Villon, Paris, Galliot Du Pré, 1532. Il s’agit d’une édition divisée en deux sections, dont la première s’achève sur la mention « Fin des oevvres de Villon, et apres sensuyt Le recueil de ses repues franches, & de ses compaignons », K 5 v°. Cette présentation des Oevvres est ensuite révisée par Clément Marot, chez le même imprimeur, en 1533. Guillaume Le Bret propose une nouvelle édition de l’ouvrage, remaniée en 1542.

36 Salel Hugues, Les Oevvres de Hugues Salel, valet de chambre ordinaire du Roy, imprimees par commandement dudict Seigneur, Paris, Étienne Roffet, s. d., ca 1540.

37 Nous renvoyons aux articles d’Armstrong Adrian, « Paratexte et autorité(s) chez les Grands Rhétoriqueurs », in Travaux de littérature, 14, 2001, p. 61-89, et de Rosenthal Olivia, « L’auteur devant son œuvre : l’exemple de Jean Lemaire de Belges », in Nouvelle Revue du xvie siècle, 17, 2, 1999, p. 181-193.

38 Marot Clément, La Suite de l’adolescence Clementine, dont le contenu sensuyt, Les Elegies de L’autheur / Les Epistres differentes / Les Chantz diuers / Le Cymetiere / Et le Menu, imprimée par la veuve de Pierre Roffet, à Paris, s. d. L’ouvrage date sans doute de la fin de l’année 1533 ou du début de 1534, selon la Bibliographie de Mayer, op. cit., p. 16.

39 Rosenthal Olivia a bien montré que, d’après les pièces liminaires des Œuvres de 1538, « l’auteur a cherché à ordonner et à disposer sa poésie en concevant en particulier l’Adolescence clémentine comme un véritable laboratoire poétique, comme la mise en scène d’un apprentissage en cours », op. cit., p. 181.

40 La Bibliographie de Mayer ne fait état, de 1538 à 1544, que d’une édition intitulée L’Adolescence clémentine. Autrement, Les oeuures de Clement Marot [...], Anvers, G. Du Mont pour J. Steels, 1539.

41 Voici l’épigramme qui figure dans Les Oevvres de Hugues Salel, op. cit., a ii v° : « De Ian de Meung, senfle le cours de Loire, / En maistre Alain Normandie prend gloire, / Et plainct encore mon arbre paternel. / Octavian rend Coignac eternel, / De Molinet, de Jan le Maire, & Georges, / Ceulx de Haynaut, chantent à pleines gorges, / Villon, Cretin, Paris ont decoré, / Des deux Grebans le maine est honoré, / Nantes la brete, en Meschinot se baigne, / De Coquillard s’estime la Champaigne, / Quercy (Salel) de toy se ventera, / Et (comme croy) de moy ne se taira. »

42 P. Desan estime en effet que l’« on découvre ici un Marot qui dresse la carte poétique de la France par régions regroupées sous une étiquette nationale et, par la même occasion, se situe lui-même dans cette géographie poétique », « “Profit du libraire” et “honneur de l’auteur” : Marot face à ses lecteurs », in Clément Marot « Prince des poëtes françois » 1496-1996, Acte du colloque international de Cahors en Quercy, 1996, Paris, Champion, 1997, p. 685.

43 Salel Hugues, Les Oevvres de Hugues Salel, op.cit., h 8.

44 Sur la question de la propriété littéraire, nous renvoyons à l’article de Dock M.-C., « Genèse et évolution de la notion de propriété littéraire », in Revue internationale du droit d’auteur, LXXIX, janv. 1974, p. 127-205.

45 Dans les deux cas, l’auteur a revendiqué la paternité de ses écrits et a traduit en justice l’imprimeur-libraire, parce qu’il a attribué ses œuvres à un autre ou les a publiées sans son accord. Nous renvoyons à l’introduction de Poets, Patron sand Printers...de Brown Cynthia, op.cit., p. 1-16.

46 Regalado Nancy, « Gathering the Works : The “Œuvres de Villon” and the Intergeneric Passage of the Medieval French Lyric into Single-Author Collections », in L’Esprit créateur, 33, hiver 1993, p. 88.

47 Desan Philippe, « “Profit du libraire” et “honneur de l’auteur” : Marot face à ses lecteurs », op. cit., p. 689.

48 Marot évoque par exemple le travail de rassemblement et d’ordonnancement de ses écrits qu’ont effectué ses imprimeurs, en préface à l’édition des Œuures de 1538 : « Parquoy Imprimeurs je vous prie, que doresnavant n’y adjoustez rien sans m’en advertir, et vous ferez beaucoup pour vous, car si j’ay aulcunes œuvres a mettre en lumiere, elles tumberont assez a temps en voz mains, non ainsi par pieces comme vous les recueillez ca et la, mais en belle forme de livre. D’advantaige, par telles voz additions se rompt tout l’ordre de mes livres, qui tant m’a cousté a dresser », Lyon, Sébastien Gryphe, ca 1538, a ii v°.

49 Il s’agit d’une pièce liminaire de Salmon Macrin traduite par Antoyne Macault, Marot, Œuvres poétiques, t. I, « Hemdecassyllabi ad Lectorem » (« Translation des vers precedens »), éd. Gérard Defaux, Paris, Éditions Bordas-Dunod, « Classiques Garnier », 1990, p. 205, cité par Desan Philippe, « Profit du libraire et honneur de l’auteur : Marot face à ses lecteurs », op. cit., p. 692-693.

50 Villon François, Les Oevvres, Paris, Galliot Du Pré, 1533, A iii.

51 Ibid., A ii v°.

52 Ibid., A 4.

53 Ibid., A iii v°.

54 On remarque en effet que ce poème est visuellement mis en valeur par une certaine aération des pièces liminaires, alors que l’adresse au lecteur se trouvait fréquemment au verso de la page de titre dans les éditions de la Renaissance.

55 Villon François, Les Oevvres, op. cit., A ii.

56 Sur cette notion, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat, intitulée « La mise en livre des narrations de la Renaissance : écriture éditoriale et herméneutique de l’imprimé », Paris IV-Sorbonne, décembre 2005.

57 Crescenzo Richard, Histoire de la littérature française du xvie siècle, Paris, Champion, 2001, p. 7.

58 En outre, Florian Preisig a bien montré comment la publication du Recueil Jehan Marot, entreprise par son fils, est bien le fruit d’un remaniement et d’une sélection des pièces, par le biais de la fiction du manuscrit trouvé, qui relèvent en réalité des théories éditoriales du jeune poète. Nous renvoyons à son article intitulé, « Clément Marot éditeur de son père », in Travaux de littérature, 14, 2001, p. 119-137.

59 Contrairement au titre qui figure à l’incipit du texte de Jean Marot et qui annonce le Recueil Jehan Marot, le colophon confirme la valeur d’« Œuvres » du recueil : « Cy finist le Recueil des oeuures de Iehan Marot [...] » (Marot Jean, Recueil des Oevvres, op cit., F 8). Par ailleurs, on note qu’il existe, dès 1534, une édition du Recueil Jehan Marot qui s’intitule le Recueil des Œvvres, Lyon, François Juste, 1534. Dans cette édition lyonnaise, l’ouvrage était déjà publié avec les écrits de Clément Marot, comme en témoigne la notice de Tchemerzine Avenir, Bibliographie d’éditions originales et rares d’auteurs français des xve, xvie, xviie et xviiie siècles, t. IV, Paris, Hermann, 1977, p. 467 et 561.

60 Michel d’Amboise, Les Epistres veneriennes, op.cit., T 8 v°.

61 Chartier Alain, Les Oevvres, op.cit., bb 6 v°.

62 Ibid., aa iii.

63 Ibid., A iiii v°.

64 Le traducteur se justifie à plusieurs reprises de cette démarche, comme à l’ouverture de la deuxième séquence textuelle, après que le lecteur a pu expérimenter les pratiques de lecture suscitées par une telle disposition : « Et pource ne deuera aucun esmerueiller de la longuesse du francois au regard du brief latin » (c ii). L’édition des Oeuures de virgille de 1529 cite également certains extraits du texte latin en manchettes.

65 Sénèque, Les Evvres, op. cit., k ii.

66 Valère maxime, Valere le Grand en francoys, Paris, Charles Langelier, 1548, A.

67 Villon François, Les Oevvres, op. cit., A iii-A 5 v°. On peut se demander si Clément Marot mentionne, à l’ouverture du recueil, que la première pièce s’intitule « Le petit testament de Villon, ainsi intitulé sans le consentement de l’autheur, comme il dit au second liure », en signe de respect à l’égard de l’auteur, ou s’il ne s’agit pas d’une manière habile de souligner l’entreprise de réappropriation qu’il a effectuée en modifiant l’ordre du recueil.

68 Ibid., A iii.

69 Marot Clément, Les Oevvres de Clement Marot, de Cahors, Vallet de Chambre du Roy. Plus amples, & en meilleur ordre que parauant, Lyon, Antoine Constantin, 1544.

70 Ibid., Paris, Jacques Bogard, 1545, a i v°.

71 Crenne Helisenne de, Les oeuvres de ma dame Helisenne qu’elle a puis nagueres recogneues et mises en leur entier. Cest ascavoir les angoisses douloureuses qui procedent damours, Les Epistres familieres et invectives. Le songe de ladicte Dame, le tout mieulx que par cy devant redigées au vray, et imprimées nouvellement par le commandement de ladicte Dame, Paris, Charles Langelier, 1543.

72 Le privilège précise en effet : « Supplie humblement Denis Janot maistre imprimeur et libraire demourant à Paris, comme ainsi soit que ledict suppliant ait recouvert deux petites copies composées par dame Helisenne qui a composé les Angoisses d’Amour. En l’une desquelles copies sont contenues plusieurs epistres, tant familieres que invectives, et en l’aultre est contenu ung songe, le tout composé par ladicte dame. »

73 Sur l’hypothèse d’une supercherie éditoriale, nous renvoyons à la dernière partie de notre thèse, La Mise en livre des narrations de la Renaissance, op.cit., p. 386-530.

74 Un rapide sondage ne semble pas avoir fait apparaître un grand nombre d’autres « Œuvres », publiées en dehors de Paris au cours des années 1500-1544.

75 Huchon Mireille, Louise Labé. Une créatur ed epapier, Genève, Droz, 2006. Nous remercions Mireille Huchon pour les conseils qu’elle nous a donnés lors de la rédaction de cet article.

Auteur

Réach-Ngô Anne
Agrégée de lettres modernes et docteur ès-Lettres. ATER à l’université Paris 4 et chercheur associée à la BNF où elle participe, à la Réserve des livres rares, à l’Inventaire chronologique des éditions parisiennes de Philippe Renouard. En janvier 2004, elle a créé (avec Brigitte Ouvry-Vial, Université Paris 7) le groupe GEST (Geste Éditorial Situations Théories) qui interroge les conditions de possibilité d’une éditologie de la littérature et des sciences humaines et a organisé un colloque intitulé « L’acte éditorial à la Renaissance et aujourd’hui » en novembre 2005.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540