Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justice et injustices spatiales

 | 
Bernard Bret
, 
Philippe Gervais-Lambony
, 
Claire Hancock
, 
et al.

Justice Spatiale, Identités, Minorités

Appréhender la dimension spatiale des inégalités : l’accès au « conservatoire de l’espace »

Vincent Veschambre

Texte intégral

1APRIORI, JUSTICE OU INJUSTICE SPATIALE concernent tout particulièrement la géographie sociale. Cet ouvrage est l’occasion de faire le point sur les usages conceptuels et les positionnements théoriques au sein de la géographie sociale française, qui se réfère fortement aux questions d’inégalités sociales sans pour autant mettre en exergue la notion de justice : ce sera l’objet de notre première partie. Nous chercherons à clarifier pourquoi la notion d’inégalité est préférée à celle de justice et comment distinguer ces deux registres tout en les articulant. Dans un second temps, nous analyserons pourquoi les géographes sociaux parlent d’inégalités (voire de justice) sociales et non spatiales : ce décalage par rapport aux termes mêmes qui structurent cet ouvrage mérite d’être explicité et justifié. Loin de représenter une dévalorisation de l’importance de l’espace, nous montrerons que cette approche de la dimension spatiale des inégalités sociales permet au contraire de réintroduire l’espace de manière systématique dans l’analyse des processus de hiérarchisation des sociétés.

2Dans un second temps, nous illustrerons la pertinence qu’il y a à envisager les inégalités sociales dans leur dimension spatiale à travers deux groupes sociaux particulièrement stigmatisés, les très pauvres et les Tsiganes. Cette approche dimensionnelle permet d’aborder des champs moins balisés pour décrire les inégalités sociales, au-delà des questions strictement économiques.

« Dimension spatiale des inégalités » plutôt que « justice spatiale »

  • 1 Formulation qui était présente dans l’appel à communication au colloque « Justice et injustice spa (...)

3« Il existe des inégalités sociales et elles sont en général spatialisées » : c’est autour de cette proposition1 que nous avons souhaité discuter, afin d’expliciter notre positionnement théorique. La réflexion qui nous est proposée en terme de « justice spatiale » nous conduit en effet à réinterroger nos principales catégories de pensée que sont la société et l’espace.

Géographie sociale : les inégalités comme objet de recherche, la justice comme système de valeur

  • 2 Piolle Xavier, « La géographie sociale, entre rigueur et militance ? », in Faire la géographie soc (...)
  • 3 Cf. www.esocnrs.fr
  • 4 Raoulx Benoît, « De la marginalité au cœur des sociétés : une réflexion de géographie sociale », i (...)

4La géographie sociale française dans laquelle nous nous inscrivons se présente volontiers comme engagée, pour afficher sa spécificité. « On ne saurait pratiquer la géographie telle que nous l’entendons ici sans un désir de justice sociale », affirment les auteurs de l’ouvrage (re)fondateur de la géographie sociale. Même si cette affirmation ne fait pas l’unanimité parmi ceux qui s’en revendiquent2, l’UMR Espaces et sociétés (ESO), composante importante de ce courant de la géographie, réaffirme dans un texte problématique récent que « l’actualité impose de continuer à porter un regard critique sur les formes sociales et spatiales produites par les systèmes de production, les rapports sociaux, mais aussi les idéologies qui les sous-tendent3 ». Vingt ans après le manuel de géographie sociale, des collègues se font à nouveau entendre pour promouvoir une géographie sociale engagée, une géographie qui privilégie l’analyse des inégalités sociales et des processus de domination4.

  • 5 Séchet Raymonde, Veschambre Vincent (dir.), Penser et faire la géographie sociale, Rennes, PUR, 20 (...)

5Cette référence « identitaire » est toujours perceptible dans un état des lieux de la géographie sociale française publié récemment5, avec des évolutions quant aux objectifs affichés. Par rapport à un propos qui a été longtemps celui d’une simple mise en évidence des inégalités sociales, par la carte notamment, la géographie sociale apparaît aujourd’hui encore plus ambitieuse, en envisageant comment se fabriquent, comment se construisent, comment se reproduisent, par l’espace et dans l’espace, les inégalités sociales.

  • 6 En comptant l’ensemble des mots de la même famille : « inégal, inégalitaire, inégalité(s) »…

6Mais comme cela transparaît dans ce dernier ouvrage, c’est bien la notion d’inégalité qui est mise en exergue : elle est plus fréquente que celle d’(in)justice, dans 18 textes sur 23, et représente au total 123 occurrences6 contre 21 seulement pour la famille de mots construite autour de justice. Que cette notion d’inégalité (et non celle de justice) soit au centre des réflexions est révélateur des usages scientifiques en la matière. Il est beaucoup plus facile et admis de traiter des inégalités comme objet de recherche que de parler de justice ou d’injustice comme jugement de valeur : même s’il n’est jamais neutre de parler d’inégalités, celles-ci renvoient à des phénomènes mesurables et localisables, en bref à des faits objectivables.

  • 7 « Il est évident qu’il existe des inégalités sociales » comme on pouvait le lire dans l’appel à co (...)

7Si elles peuvent être occultées, minorées, les inégalités sont difficilement contestables7. En revanche, devant le même constat de l’existence d’inégalités, les uns vont dénoncer des injustices pendant que les autres ne trouveront rien à redire à un ordre social considéré comme juste, conforme au mérite inégal des individus.

  • 8 Séchet Raymonde, Veschambre Vincent (dir.), Penser et faire la géographie sociale, op. cit.
  • 9 Raoulx Benoît, « De l’espace miroir, à l’espace écran », in Séchet Raymonde, Veschambre Vincent (d (...)
  • 10 Baudelle Guy, « La géographie sociale et la cohésion territoriale : une question d’échelle », op. (...)

8De l’analyse de ce corpus de textes8 qui se réfèrent à la géographie sociale ressort une distinction possible des registres respectifs de l’inégalité et de l’(in)justice. Benoît Raoulx distingue ainsi le temps de l’identification des inégalités de celui de l’action tournée vers la justice sociale : « S’ajoute un troisième pilier, étroitement lié au précédent, et qui définit le chercheur comme un citoyen, sensible aux inégalités sociales. Cela conduit à l’action pour contribuer à une plus grande justice sociale, à restituer la recherche vers les populations rencontrées, enfin à diffuser la recherche vers les autres citoyens9.» Guy Baudelle distingue quant à lui trois phases : celle de la mise en évidence des inégalités (objectivation), celle de leur dénonciation et celle de leur réduction : « la géographie sociale, par essence, cherche à démontrer l’existence d’inégalités sociales pour mieux les dénoncer et, ce faisant, contribuer à leur réduction10 ».

9Si le premier temps est clairement celui du scientifique (même s’il n’est pas le seul à intervenir à ce stade), si le dernier ressort du politique (ce qui n’empêche pas le scientifique d’être citoyen et de pouvoir agir), le temps de la dénonciation est intermédiaire : révéler des inégalités s’apparente à une dénonciation pour ceux qui les interprètent comme inacceptables dans leur système de valeur.

10Le verbe « contribuer », utilisé par ces deux auteurs, peut permettre de clarifier ces différences de registre : le scientifique met en évidence les inégalités mais il ne fait que « contribuer à lutter » contre les injustices et donc à promouvoir la justice, en informant les populations enquêtées, en produisant des expertises pour les responsables politiques, c’est-à-dire en fournissant des arguments pour dénoncer et des évaluations pour intervenir. En simplifiant, nous pourrions dire qu’inégalités relève du registre de l’observation et de l’analyse scientifiques, tandis qu’(in)justice s’inscrit dans le registre de l’analyse et de l’action politiques.

  • 11 Raoulx Benoît, « De l’espace miroir, à l’espace écran », op. cit.

11Mais le choix de travailler à mettre en relief les inégalités sociales s’appuie bien entendu sur un système de valeurs, sur une conception de l’injustice et donc de la justice, même si cela n’est pas explicité : Benoît Raoulx parle ainsi de manière révélatrice de « sensibilités aux inégalités sociales11 ». Cette absence d’explicitation, Julien Aldhuy la considère d’ailleurs comme un défaut de clarification de la démarche scientifique :

  • 12 Aldhuy Julien, « Modes de connaissance, intérêt de connaître et géographie sociale », op. cit., p. (...)

Par exemple, ne peut-on pas supposer que ce sont des principes d’équité et de justice qui guident la majeure partie des travaux de géographie sociale sensibles aux dysfonctionnements de la société, de R. Rochefort à nos jours ? Considérée à l’aune de ces principes, la valeur de ces travaux n’en est que plus forte. Pourtant, ils ne sont que très rarement posés comme partie prenante de la démarche des chercheurs12.

12À notre stade de réflexion, cette frontière ténue entre deux registres, celui du scientifique et celui du politique, nous semble malgré tout importante à tenir, afin de conserver toute leur légitimité aux analyses scientifiques et par là même toute leur capacité à « contribuer », dans le champ de l’action citoyenne et politique, à promouvoir la justice.

Les inégalités sont toujours sociales et spatialisées : pour une approche dimensionnelle des inégalités (et de la justice)

  • 13 Dans 8 textes sur 21.

13Quand ils ressentent le besoin de qualifier les inégalités dont ils parlent, les auteurs de l’ouvrage Penser et faire la géographie sociale utilisent l’adjectif social. De même, quand ils se réfèrent à la justice (ou à l’injustice)13, c’est en termes de justice sociale. Nous n’avons noté que deux occurrences de l’adjectif socio-spatial, et aucune de l’adjectif spatial associé à l’une de ces notions.

14Parler de « justice spatiale » ou « d’inégalités spatiales » soulève un problème théorique de fond : la justice, les inégalités peuvent-elles être proprement spatiales ? Est-ce que cela a un sens de renvoyer à des injustices, des inégalités spatiales qui seraient distinctes des injustices et inégalités sociales, en référence donc à une instance autonome qui serait l’espace ?

  • 14 Ripoll Fabrice, « Du “rôle de l’espace” aux théories de “l’acteur” (aller-retour). La géographie à (...)
  • 15 Veschambre Vincent, « Penser l’espace comme dimension de la société. Pour une géographie sociale d (...)

15De manière plus ou moins explicite, les travaux qui constituent le corpus auquel nous faisons référence se refusent à autonomiser l’espace et à le séparer du social. Dans un effort d’explicitation théorique, le texte de Fabrice Ripoll14 et le nôtre15 s’efforcent de critiquer les tendances structurelles de la géographie à se légitimer comme « science de l’espace », un espace qui est placé sur le même plan que la société. Dans le même temps, nous cherchons à consolider une approche qui réintègre l’espace dans la conception même du social.

  • 16 Lévy Jacques, « Paris, carte d’identité : espace géographique et sociologie politique », in Sens e (...)
  • 17 Ripoll Fabrice, « Du “rôle de l’espace” aux théories de “l’acteur” (aller-retour). La géographie à (...)
  • 18 Hérin Robert, « De l’enquête sociale et de l’analyse géographique », in Entre espace et développem (...)

16Analyser « les rapports entre espace et société » ou « les interactions entre le social et le spatial », c’est accorder à l’espace un statut équivalent à celui de la société, et c’est prolonger l’approche partitionnelle16 ou disjonctive17 classique en géographie, qui consiste à traiter séparément ces deux catégories. Or « l’espace ne peut pas être étudié par les géographes comme une catégorie indépendante, puisqu’il n’est justement rien d’autre qu’un élément du système social18 ». Si l’approche partitionnelle de l’espace a pu être généralement évitée dans la pratique au sein de la géographie sociale, elle a mis du temps à être dépassée dans les termes, comme en témoignent un certain nombre de formulations employées couramment dans les années 1980-90 : « rapports sociaux et rapports spatiaux », « rétroaction du spatial sur le social », « dialectique du social et du spatial » ou encore l’adjectif « socio-spatial ».

  • 19 Lévy Jacques, L’Espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Pr (...)

17Dans le prolongement de Jacques Lévy, lorsqu’il écrit que « l’espace ne peut être pensé qu’interne à la société et non à cheval sur la société et autre chose19 », nous proposons de considérer que « l’espace est une dimension du social », selon une conception qui bat en brèche la logique de substantialisation et d’autonomisation de l’espace dont la géographie a tant souffert jusqu’à présent. Mais contrairement à Jacques Lévy qui considère qu’il y a autant de dimensions que de sphères de l’activité sociale (l’économique, le politique, le culturel…), nous proposons de réserver cette approche aux deux dimensions fondamentales que sont l’espace et le temps.

18Raisonner en termes de « dimension spatiale » permet de dépasser cette fausse symétrie espace/société, d’éviter le piège de l’autonomisation de l’espace et d’affirmer clairement sa nature sociale. Dans une telle approche, les inégalités, les injustices ne peuvent être que sociales. Il apparaît à la fois impropre et inutile de mettre en avant l’adjectif spatial pour légitimer une approche géographique : l’espace est en fait partout, traverse la société de part en part.

  • 20 Formulation qui était présente dans l’appel à communication au colloque Justice et injustice spati (...)

19Ce que ne sont pas loin de formuler les coordinateurs de cet ouvrage lorsqu’ils écrivent qu’» il existe des inégalités sociales et [qu’]elles sont en général spatialisées20». Mais le « en général » semble de trop : comme tout phénomène social, les inégalités ne sont pas abstraites, éthérées, mais revêtent nécessairement une dimension spatiale, s’incarnent dans des corps, s’inscrivent dans des lieux (localisation résidentielle, rapport à la mobilité…), renvoient à des échelles (maîtrisées, pratiquées).

20En toute rigueur, les inégalités et la justice ne peuvent donc être qualifiées de spatiales. Mais en aucun cas il ne faut perdre de vue la dimension spatiale si l’on veut décrire ces inégalités et comprendre la manière dont elles sont produites.

L’espace : une ressource constitutive des inégalités sociales

  • 21 Dans le chapitre « Effets de lieu », Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Paris, Éditions d (...)

21L’une des entrées privilégiées pour appréhender ce qui se joue dans la dimension spatiale du point de vue de la construction et de la reproduction des inégalités sociales consiste à analyser les processus d’appropriation de l’espace. Dans un sous-chapitre intitulé Les luttes pour l’appropriation de l’espace, Pierre Bourdieu a passé en revue différentes formes de profits d’espace, de localisation, d’occupation, liés aux rentes de situation, au prestige des adresses21… Observer ces formes de concurrence, de compétition pour l’appropriation de l’espace permet de réaliser pleinement que l’espace représente une ressource, qu’il y a des capacités inégales selon les groupes sociaux à s’approprier et à contrôler les espaces, et qu’il existe des inégalités d’accès aux espaces les plus valorisés et les plus valorisants.

22On peut ainsi constater et mesurer des inégalités du point de vue des surfaces habitées, mais aussi des distances aux ressources rares ou valorisées, ou encore en termes d’» échelle de mobilité ». D’un point de vue plus qualitatif, et donc plus difficile à évaluer, les inégalités portent sur ce que l’on a coutume d’appeler le « cadre de vie », non seulement au lieu de résidence mais aussi aux lieux de travail, d’études, de loisirs, de pratiques religieuses ou politiques… Un cadre plus ou moins agréable, plus ou moins valorisé sur le plan esthétique, plus ou moins diversifié ou riche sur le plan fonctionnel, plus ou moins prestigieux ou au contraire plus ou moins stigmatisé, plus ou moins pollué… Ces inégalités sont particulièrement lisibles lorsque l’on s’intéresse aux qualités environnementales des espaces, ce qui est exprimé dans cet ouvrage en termes de « justice environnementale ».

23L’espace approprié apparaît au final significatif de la position des individus et des groupes dans la hiérarchie sociale. Les espaces appropriés peuvent être considérés comme une forme de capital, rapportant des « profits » à ceux qui en bénéficient, et donc comme une source majeure d’inégalités sociales de toutes sortes, dont ils constituent la dimension spatiale.

24Même si ce n’est pas le propos ici d’aller très loin dans la réflexion théorique, nous pouvons ébaucher l’idée d’une double nature de l’espace. De même que la lumière peut être à la fois décrite comme corpusculaire et ondulatoire, l’espace est à la fois dimension fondamentale dans laquelle se déploient des sociétés hiérarchisées et ressource localisable, matérielle et idéelle, dont l’appropriation inégale structure ces inégalités.

Inégalités et géographie sociale : bien au delà du champ socio-économique

25Dans sa manière d’appréhender les injustices, la géographie sociale française, influencée en cela par les travaux des Anglo-saxons, en est venue à élargir considérablement son champ de vision. Alors que l’on imagine encore trop souvent la géographie sociale cantonnée aux inégalités socio-économiques, sont aujourd’hui envisagées les formes de domination et de discrimination que subissent les femmes et les différentes minorités (au sens anglo-saxon du terme), que ce soient les homosexuels, les minorités noires ou les populations issues de l’immigration, pour ne prendre que quelques exemples évoqués dans Penser et faire la géographie sociale. Même si elles sont plus difficiles à évaluer, les inégalités non strictement économiques doivent aussi être appréhendées dans leur dimension spatiale et articulées les unes aux autres : entre les sexes ou genres, entre les classes d’âge ou générations, entre les groupes dits « ethniques »…

  • 22 Veschambre Vincent, « Le patrimoine, un objet révélateur des évolutions de la géographie et de sa (...)

26Les travaux de géographie sociale ont donc intégré l’idée qu’à côté des inégalités économiques, qui demeurent centrales, d’autres formes d’inégalités devaient être prises en compte et articulées les unes aux autres pour décrire la complexité des rapports de domination, dans leur dimension spatiale. C’est dans cet esprit que s’inscrivent certains des travaux consacrés aux processus de patrimonialisation, qui sont développés depuis la fin des années 199022.

L’accès au « conservatoire de l’espace »: une source d’inégalités (et une forme d’injustice)

  • 23 Veschambre Vincent, Traces et mémoires urbaines : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la (...)

27Afin d’appliquer cette approche dimensionnelle à l’analyse des inégalités, nous proposons d’aborder des population particulièrement marginalisées et stigmatisées : les très pauvres (ceux que J. Wresinski a baptisés «quart monde») et les Tsiganes23.

28Mais pour montrer que penser la dimension spatiale nous entraîne au-delà des questions les plus immédiates (le rapport au logement par exemple) et nous permet d’appréhender les inégalités dans leur globalité, nous envisagerons la question de la visibilité et de la légitimité de ces populations, à travers les processus de patrimonialisation et de mise en mémoire.

  • 24 Beaud Stéphane, Pialoux Michel, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes (...)
  • 25 Ibid., p.387.

29Beaud et Pialoux ont fait le constat d’un processus d’« invisibilisation » de la classe ouvrière24.Cette approche peut-être complétée par une analyse du traitement des héritages industriels (anciennes usines désaffectées, anciennes cités ouvrières…) qui constituent l’un des supports privilégiés de la mémoire ouvrière: les difficultés pour imposer l’idée de patrimoine industriel et la démolition progressive des principales emprises urbaines (l’Ile Seguin à Billancourt en est un bon exemple) participent de ce processus d’invisibilisation de toute une classe sociale. Quand Stéphane Beaud e t Michel Pialoux affirment que la destruction» des anciens bastions industriels […] a laminé la représentation ouvrière du monde ouvrier25, cela peut-être entendu au sens propre comme au sens figuré: ces lieux de production désaffectés peuvent être inclus parmi ces «outils symboliques de résistance » (la « forteresse ouvrière ») dont la classe ouvrière a été dépossédée ou qu’elle a vus disparaître.

30À l’heure où le rapport au patrimoine et à la mémoire constituent un mode de légitimation privilégié des groupes sociaux, cet effacement des catégories populaires à travers les traces matérielles de leur existence peut être analysé comme une forme d’inégalité et dénoncé comme injustice.

  • 26 Verret Michel, Chevilles ouvrières, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, Paris, 1995.
  • 27 Pinçon-Charlot Monique, Pinçon Michel, « Le patrimoine habité », in Dictionnaire de l’habitat et d (...)
  • 28 Verret Michel, Chevilles ouvrières, op. cit.

31Comme le soulignent Michel Verret26 ou le couple Pinçon27, si les plus riches ont cette capacité à s’inscrire dans la pierre, dans les lieux (et donc dans le temps), les catégories populaires, les plus pauvres d’entre elles notamment, ne laissent généralement pas de traces, celles-ci (habitat, lieux de travail) étant bien souvent effacées. Nous envisagerons ces inégalités d’accès au « conservatoire de l’espace28 » à travers deux exemples qui illustrent les difficultés à faire émerger des mémoires jugées « honteuses » et indignes de prendre place dans l’espace public : la recherche d’un lieu de mémoire de la pauvreté à Angers et la mise en mémoire du camp d’internement des Tsiganes de Montreuil-Bellay.

Quelles traces pour quelle mémoire des plus pauvres dans la ville d’Angers ?

  • 29 Candau Joël, Mémoire et identité, Paris, PUF, 1998, p. 145.

32Mouvement de solidarité avec les plus pauvres, ATD Quart-Monde a renforcé sa visibilité et celle du « quart monde » avec l’inauguration, le 17 octobre 1987, d’une dalle au Trocadéro. Sur cette dalle sont gravés les mots de Joseph Wresinski, fondateur du mouvement, qui expriment le refus de la misère comme atteinte fondamentale aux droits de l’homme. En 1992, le 17 octobre a été déclaré par l’ONU Journée mondiale du refus de la misère. En ayant inscrit une date dans le calendrier et un monument dans l’espace, ATD s’est engagé dans une logique commémorative, dans une mise en mémoire des plus pauvres. Ce marquage d’un haut lieu, associé à la signature de la Déclaration universelle des droits de l’homme, représente une véritable performance, alors que « les minorités ethniques, les classes populaires et les femmes sont les grands absents des commémorations29». Ce processus de mise en mémoire des plus pauvres s’est diffusé dans d’autres villes en France et dans le monde, avec l’implantation de répliques de la dalle du Trocadéro dans des lieux centraux. Mais cette diffusion reste limitée (une vingtaine de villes en France) et l’implantation de dalles ne va pas de soi, comme en témoigne ce qui s’est passé à Angers, où le groupe local d’ATD s’est engagé il y a quelques années dans la recherche d’un lieu de commémoration du 17 octobre.

  • 30 Document de travail ATD Angers, avril 2002.

Les journées du 17 octobre à Angers ont eu lieu dans des endroits plus ou moins symboliques. Aujourd’hui un lieu fixe est nécessaire, pouvant être identifié au refus de la misère [...]. Il faut se focaliser sur la beauté, sur le symbole. De plus, il faut que ce lieu soit assez fort pour que les gens se souviennent du symbole qu’il contient. Une dalle commémorative pourrait marquer ce lieu30.

  • 31 Jeanneau Jacques, Les Villes de l’Anjou au milieu du xxe siècle, Nantes, Ouest Édition, 1993.
  • 32 Document de travail ATD Angers, avril 2002.

33Après échanges avec des historiens et des géographes de l’université d’Angers, c’est le choix du quartier intramuros de la Doutre qui s’est imposé, le « quartier le plus déshérité d’Angers » jusque dans les années 196031. Voici comment ATD Angers résumait en 2002 les enjeux d’un tel choix : « Les élus ont voulu et tentent encore de briser la frontière entre le centre-ville et « l’Outremaine » pour changer l’image de la Doutre. Aujourd’hui, ce serait le contraire, ce serait une revanche pour les plus pauvres de marquer le lieu dont ils ont en partie fait l’histoire32».

34Mais comme le laissait prévoir cette analyse, la proposition de la Doutre a été fraîchement accueillie par la municipalité, engagée depuis longtemps dans un changement d’image de ce quartier aujourd’hui gentrifié. Alors que le groupe ATD envisageait la place de la Laiterie, au cœur d’un site classé, la mairie a répondu par des arguments techniques, invoquant le manque d’espace pour se rassembler. Il faut souligner que ce lieu est régulièrement utilisé lors de festivals ou de marchés aux puces et qu’il attire alors des centaines, voire des milliers de personnes.

35Ce projet d’une dalle commémorative au cœur de la Doutre n’a donc pas abouti. Le mouvement ATD Quart-monde a impulsé cependant d’autres formes de marquage de l’espace public. C’est ainsi qu’en 2003, à la suite d’un colloque consacré à la figure de Joseph Wresinski, dans la ville qui l’a vu naître, une plaque a été apposée pour signaler la maison où il vécut durant son enfance, avec sa mère, dans une situation de grande pauvreté (photo n° 1, page suivante).

36Cette petite maison, ancienne forge située en fond de cour dans le faubourg Saint-Jacques, fait partie de ces traces qui ont tendance à disparaître à l’occasion des rénovations. La maison du « père Joseph » fonctionne d’ores et déjà comme lieu de rassemblement pour les membres d’ATD, à l’amont des manifestations du 17 octobre. Mais le lieu choisi ne correspond pas aux critères de centralité et d’esthétique mis en avant par le mouvement à l’origine de sa démarche. Dans le même ordre d’idées, on a donné le nom de Joseph Wresinski à une rue de la ville, mais dans un quartier de grand ensemble. Alors que l’on fête les 20 ans de sa mort, la ville d’Angers n’a donc toujours pas fait mémoire de manière visible à celui qui s’est identifié à la grande pauvreté et qui est en originaire.

Photo n° 1 : Plaque apposée rue Saint-Jacques (ancien faubourg du même nom) à l’emplacement de la maison (en retrait de la rue) où vécut J. Wresinski (photo V. Veschambre, mai 2005).

37Cette démarche inachevée d’ATD Angers pour implanter une dalle commémorative traduit combien il est difficile de faire émerger la mémoire des plus pauvres dans des espaces centraux et valorisés comme le quartier de la Doutre, alors même qu’ils ont longtemps habité ces quartiers et qu’ils ont contribué à faire la ville. En revanche, les hôtels particuliers qui avaient été taudifiés à partir du xviiie siècle sont aujourd’hui restaurés et font toujours mémoire de l’ancienne aristocratie angevine : c’est le cas de l’Hôtel Grandet de la Plesse (xve-xviie), classé monument historique, qui a été le premier édifice réhabilité par un particulier à la fin des années 1970.

  • 33 Veschambre Vincent, « Effacement et réappropriation de l’habitat populaire dans les centres ancien (...)

38Cet exemple de la Doutre (mais l’on pourrait évoquer également le Vieux-Mans33 et bien d’autres quartiers centraux gentrifiés) illustre de manière exemplaire le caractère encore très inégalitaire de l’accès au « conservatoire de l’espace ».

L’ancien camp d’internement de Tsiganes de Montreuil-Bellay : la difficile émergence d’un lieu de mémoire

  • 34 Filhol Emmanuel, La Mémoire et l’oubli : l’internement des tsiganes en France (1939-1946), Paris, (...)

39La mémoire de la seconde guerre mondiale fait l’actualité, autour notamment de la commémoration de la Shoah. Si les Juifs ont été les principales victimes du régime nazi et des régimes collaborateurs, d’autres populations ont été l’objet de persécutions et de massacres. Les Tsiganes font partie des « mauvaises victimes », de celles auxquelles on ne s’identifie pas : depuis la fin de la guerre, c’est l’occultation qui prévaut, comme l’a constaté Emmanuel Filhol dans son enquête auprès des communes d’implantation des camps : « l’internement des Tsiganes souffre d’un déficit de mémoire majeur34».

  • 35 Sigot Jacques (dir.), « France : l’internement des Tsiganes », dossier de la revue Études tsiganes(...)
  • 36 Fabre Daniel, « L’ethnologie devant le monument historique », in Domestiquer l’histoire. Ethnologi (...)
  • 37 Humeau Jean-Baptiste, Tsiganes en France. De l’assignation au droit d’habiter, Paris, L’Harmattan, (...)

40Du côté des anciens internés, c’est le silence qui l’a généralement emporté35. Cette absence de transmission s’inscrit dans une culture, celle des « voyageurs », où l’on n’entretient pas la mémoire des épreuves du passé et le culte des disparus. Ce qui va de pair avec l’absence de monuments36, d’ancrage de la mémoire dans le « conservatoire de l’espace ». Ce qui ne veut pas dire que le rapport à l’espace ne soit pas structurant dans la cohésion et la reproduction du groupe37. Mais la transmission de la mémoire et la construction identitaire ne passent pas par un enracinement dans un terroir et par un marquage de l’espace.

  • 38 Sigot Jacques, Ces barbelés oubliés par l’histoire, Un camp pour les Tsiganes et les autres, Châte (...)

41Le site de l’ancien camp de Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire fait partie des quelques traces qui subsistent de l’internement des Tsiganes durant la seconde guerre mondiale. L’existence de ce camp a été sortie de l’oubli par le travail de Jacques Sigot, instituteur et historien du Saumurois, qui a publié un premier ouvrage en 1983 intitulé Un camp pour les Tsiganes… et les autres. Montreuil-Bellay 1940-4538. Cet ouvrage, suivi de nombreux articles dans le journal local, La Nouvelle République, où l’auteur était correspondant local, a déclenché un processus de mise en mémoire, processus long et difficile.

42À l’origine de ce camp, il y a la décision du ministère de la Défense nationale d’implanter début 1940 une poudrerie loin du front, au sud de Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire, à un emplacement stratégique, entre la voie de chemin de fer et la route nationale. Des logements en dur ont alors été construits, qui ont été appropriés par l’occupant allemand entre juin 1940 et mars 1941 pour en faire un stalag. Les prisonniers français ayant été déportés en Allemagne, la place est devenue vacante pour appliquer les mesures d’internement des « nomades », édictées avant même l’instauration du régime de Vichy. Alors qu’il y avait au début une multitude de petits camps répartis sur l’ensemble de la France occupée, il y a eu progressivement regroupement des populations internées : c’est ainsi que Montreuil est devenu un pôle interrégional. Selon J. Sigot, le camp aurait vu passer 3 000 à 4 000 Tsiganes sur l’ensemble de la période. A la Libération, les Tsiganes sont restés enfermés, avant d’être dirigés vers d’autres camps et de laisser place à des prisonniers civils allemands.

Photo n° 2 : Vue de la cérémonie de commémoration de la Journée nationale de la Déportation (mars 2006) sur le site de l’ancien camp à Montreuil-Bellay. Le maire et Jean-Louis Bauer, président de l’Association des victimes et des familles de Tsiganes prennent la parole à l’emplacement de l’ancienne prison (photo : V. Veschambre, mars 2006).

43Après de nombreuses démarches, Jacques Sigot et Jean-Louis Bauer, ancien interné, président de l’Association des victimes et des familles de Tsiganes, ont obtenu l’autorisation d’implanter une stèle commémorative sur le site (à leurs frais) en 1987. Deux ans après son inauguration, le camp de Montreuil-Bellay a été choisi pour être l’un des sites de la Journée nationale de la Déportation, compte tenu de la présence de la stèle (photo n° 2).

44Il a fallu attendre 2007, avec un rassemblement de Tsiganes catholiques, pour que les principaux intéressés soient significativement présents lors de la commémoration, ce qui traduit une gêne persistante vis-à-vis de cette histoire.

45En une quinzaine d’années, le site du camp de Montreuil est donc devenu un lieu de commémoration officiel. Au départ, la présence de ruines qui ont entretenu le souvenir a joué un rôle important. Le marquage du camp par une stèle a été ensuite décisif pour son intégration dans la journée nationale de la Déportation.

  • 39 Site de l’association « Les amis de la mémoire du camp tsigane de Montreuil-Bellay » (http://memoi (...)

Aujourd’hui, au-delà de la stèle érigée en 1988 près de la prison, un véritable devoir de mémoire s’engage pour sauver et protéger ce site, même s’il rappelle des évènements peu glorieux. L’association entend faire de ce lieu un enjeu mémoriel pour les générations à venir39.

  • 40 Pour reprendre le terme qui désigne les non-Tsiganes en langue romani.

46C’est ainsi que l’association créée en juillet 2005, dans le sillage des travaux de Jacques Sigot, présente la mission qu’elle s’est donnée. La conservation et la mise en valeur des traces constituent désormais l’objectif premier des défenseurs de la mémoire du camp de Tsiganes. Attentifs à ces héritages matériels, les membres de l’association ont déploré la destruction de certains vestiges qu’ils jugeaient « parlants » et symboliques. C’est ainsi qu’en 2000, des travaux d’aménagement routier ont fait disparaître le dernier bâtiment en ruine qui subsistait, ainsi qu’une colonne, dernier vestige du poste de garde : cette trace était évidemment symbolique de la nature même de ce camp, qui était gardé par de jeunes Français du STO. Ces destructions sont à l’origine d’une prise de conscience et d’une mobilisation locale, qui regroupe des gadje40 et des Tsiganes. La position de la mairie vis-à-vis de cette démarche de patrimonialisation et de mise en mémoire apparaît ambivalente. D’un côté, elle a conscience de l’écho très mitigé que reçoit cette initiative dans la population locale et pourrait se contenter de ses 24 monuments historiques (dont le château), beaucoup plus valorisants, pour faire parler d’elle. De l’autre, elle ne peut ignorer la dimension nationale que revêt cette commémoration et l’importance d’une telle mise en mémoire.

47Cet exemple nous montre que lorsque se cumulent, du point de vue des populations concernées, mémoire honteuse et douloureuse, absence de culture des lieux de mémoire et position marginalisée et minorée, la mise en mémoire s’avère particulièrement difficile : c’est ainsi que plus de cinquante ans après, la mémoire de l’internement des Tsiganes reste largement occultée et commence tout juste à s’imposer dans quelques lieux. Même s’il ne s’agit en aucun cas d’opposer les mémoires, il faut constater que les capacités des juifs et des Tsiganes à porter la mémoire des génocides apparaît très inégale, à l’échelle nationale et européenne.

Conclusion

48Au terme de cette réflexion, nous pouvons résumer notre positionnement théorique en deux propositions principales. La démarche scientifique nous semble plus facilement s’accommoder de prendre les inégalités comme objet plutôt que de dire le juste et l’injuste. Mettre en évidence ces inégalités, analyser les mécanismes de leur production, de manière dynamique, permet ensuite aux citoyens (les scientifiques en faisant partie) de s’en emparer, et de les dénoncer en référence à un système de valeurs.

49Par ailleurs, nous récusons les notions d’inégalités (et de justice) spatiales. Les inégalités ne peuvent être que sociales, au sens large du terme. Mais les appréhender systématiquement dans leur dimension spatiale permet d’enrichir la lecture des sociétés hiérarchisées. C’est ce que nous pensons avoir montré en analysant deux exemples de populations dominées, dans un registre, celui de l’accès au « conservatoire de l’espace » et donc de la légitimation dans l’espace public, qui mérite d’être pris au sérieux dans l’analyse des inégalités sociales.

Notes

1 Formulation qui était présente dans l’appel à communication au colloque « Justice et injustice spatiale » de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense (12-14 mars 2008).

2 Piolle Xavier, « La géographie sociale, entre rigueur et militance ? », in Faire la géographie sociale aujourd’hui, Documents de la MRSH, n° 14, Caen, Presses universitaires de Caen, 2001, p. 151-152.

3 Cf. www.esocnrs.fr

4 Raoulx Benoît, « De la marginalité au cœur des sociétés : une réflexion de géographie sociale », in Faire la géographie sociale aujourd’hui, Fournier Jean-Marc (dir.), Documents de la MRSH, n° 14, Caen, Presses universitaires de Caen, 2001, p. 195-204.

5 Séchet Raymonde, Veschambre Vincent (dir.), Penser et faire la géographie sociale, Rennes, PUR, 2006.

6 En comptant l’ensemble des mots de la même famille : « inégal, inégalitaire, inégalité(s) »…

7 « Il est évident qu’il existe des inégalités sociales » comme on pouvait le lire dans l’appel à communication.

8 Séchet Raymonde, Veschambre Vincent (dir.), Penser et faire la géographie sociale, op. cit.

9 Raoulx Benoît, « De l’espace miroir, à l’espace écran », in Séchet Raymonde, Veschambre Vincent (dir.), op. cit., p. 149-172, p. 150.

10 Baudelle Guy, « La géographie sociale et la cohésion territoriale : une question d’échelle », op. cit., p. 89-98, p. 89.

11 Raoulx Benoît, « De l’espace miroir, à l’espace écran », op. cit.

12 Aldhuy Julien, « Modes de connaissance, intérêt de connaître et géographie sociale », op. cit., p. 31-46, p. 44.

13 Dans 8 textes sur 21.

14 Ripoll Fabrice, « Du “rôle de l’espace” aux théories de “l’acteur” (aller-retour). La géographie à l’épreuve des mouvements sociaux », op. cit., p. 193-210.

15 Veschambre Vincent, « Penser l’espace comme dimension de la société. Pour une géographie sociale de plain-pied avec les sciences sociales », op. cit., p. 211-228.

16 Lévy Jacques, « Paris, carte d’identité : espace géographique et sociologie politique », in Sens et non-sens de l’espace, Paris, Collectif français de géographie sociale et urbaine, 1984, p. 175-197.

17 Ripoll Fabrice, « Du “rôle de l’espace” aux théories de “l’acteur” (aller-retour). La géographie à l’épreuve des mouvements sociaux », op. cit.

18 Hérin Robert, « De l’enquête sociale et de l’analyse géographique », in Entre espace et développement, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1990, p. 243-250.

19 Lévy Jacques, L’Espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Presses de la Fondation nationale de science politique, 1994, p. 19.

20 Formulation qui était présente dans l’appel à communication au colloque Justice et injustice spatiale.

21 Dans le chapitre « Effets de lieu », Bourdieu Pierre (dir.), La Misère du monde, Paris, Éditions du Seuil, 1993.

22 Veschambre Vincent, « Le patrimoine, un objet révélateur des évolutions de la géographie et de sa place dans les sciences sociales », in Les Annales de géographie, n° 656, 2007, p. 361-381.

23 Veschambre Vincent, Traces et mémoires urbaines : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, PUR,2008.

24 Beaud Stéphane, Pialoux Michel, Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Fayard, 2003.

25 Ibid., p.387.

26 Verret Michel, Chevilles ouvrières, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, Paris, 1995.

27 Pinçon-Charlot Monique, Pinçon Michel, « Le patrimoine habité », in Dictionnaire de l’habitat et du logement, Segaud Marion, Brun Jacques, Driant Jean-Claude (dir.), Paris, Armand Colin, 2002, p. 319-322.

28 Verret Michel, Chevilles ouvrières, op. cit.

29 Candau Joël, Mémoire et identité, Paris, PUF, 1998, p. 145.

30 Document de travail ATD Angers, avril 2002.

31 Jeanneau Jacques, Les Villes de l’Anjou au milieu du xxe siècle, Nantes, Ouest Édition, 1993.

32 Document de travail ATD Angers, avril 2002.

33 Veschambre Vincent, « Effacement et réappropriation de l’habitat populaire dans les centres anciens patrimonialisés : les exemples du Vieux-Mans et de la Doutre à Angers », in Habiter le patrimoine : enjeux, approches, vécu, Gravari-Barbas Maria (dir.), Rennes, PUR, « Géographie sociale », 2005, p. 245-264.

34 Filhol Emmanuel, La Mémoire et l’oubli : l’internement des tsiganes en France (1939-1946), Paris, L’Harmattan, 2004, p. 14.

35 Sigot Jacques (dir.), « France : l’internement des Tsiganes », dossier de la revue Études tsiganes, n° 2, 1995, p. 29-224.

36 Fabre Daniel, « L’ethnologie devant le monument historique », in Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques, Fabre Daniel (dir.), Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2000, p. 33-54.

37 Humeau Jean-Baptiste, Tsiganes en France. De l’assignation au droit d’habiter, Paris, L’Harmattan, 1995.

38 Sigot Jacques, Ces barbelés oubliés par l’histoire, Un camp pour les Tsiganes et les autres, Châteauneuf-les-Martigues, Wallada, 1983-1994.

39 Site de l’association « Les amis de la mémoire du camp tsigane de Montreuil-Bellay » (http://memoire.du.camp.free.fr, consulté en mars 2006).

40 Pour reprendre le terme qui désigne les non-Tsiganes en langue romani.

Table des illustrations

Légende Photo n° 1 : Plaque apposée rue Saint-Jacques (ancien faubourg du même nom) à l’emplacement de la maison (en retrait de la rue) où vécut J. Wresinski (photo V. Veschambre, mai 2005).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Légende Photo n° 2 : Vue de la cérémonie de commémoration de la Journée nationale de la Déportation (mars 2006) sur le site de l’ancien camp à Montreuil-Bellay. Le maire et Jean-Louis Bauer, président de l’Association des victimes et des familles de Tsiganes prennent la parole à l’emplacement de l’ancienne prison (photo : V. Veschambre, mars 2006).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

Auteur

Université d’Angers

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable