Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justice et injustices spatiales

 | 
Bernard Bret
, 
Philippe Gervais-Lambony
, 
Claire Hancock
, 
et al.

Justice Spatiale, Identités, Minorités

Introduction

Claire Hancock

Texte intégral

1IL POURRAIT APPARAÎTRE PARADOXAL, dans un volume sur la justice, d’inclure la question des identités : la justice n’est-elle pas précisément au-dessus des considérations sur les appartenances identitaires ? Les replacer ici, n’est-ce pas succomber aux dérives du communautarisme ? En fait, comme le montre Bernard Bret dans la première partie de ce volume, selon le degré d’universalisme qu’on attribue aux valeurs à partir desquelles on prononce ce qui est juste ou injuste, les identités sont soit sans incidence sur une justice qui doit être aveugle aux différences entre groupes ou entre individus, soit un élément crucial de la construction individuelle et de l’unité des groupes, qu’il est essentiel de reconnaître, sous peine de commettre une injustice. Le simple fait que dans certains pays ou dans certaines sociétés, les appartenances collectives et sociales soient vues comme fondements légitimes de droits exclut qu’on puisse les balayer d’un revers de main, sauf à se rendre coupable d’européocentrisme (voir dans ce volume les textes de Pascal Rey, Conerly Casey et Maeva Paupert). La juxtaposition, dans cette partie, de textes portant sur des sociétés occidentales et d’autres sur des sociétés extérieures à l’Occident, s’avère de ce fait particulièrement intéressante. Les différents textes traitant de cas africains permettent d’illustrer les conflits de valeurs susceptibles d’intervenir lorsque les pratiques coutumières, concernant par exemple l’accès aux terres en Guinée maritime, rencontrent d’autres normes légales : P. Rey montre bien comment la distribution « inéquitable » des terres, qui respecte les hiérarchies traditionnelles entre lignages et au sein des lignages, fait l’objet d’un consensus auquel se heurte l’État, sur la base de conceptions occidentales d’ » égalité des chances ». Un autre aspect des interférences entre l’Occident et les espaces anciennement colonisés par des puissances européennes ressort bien de l’exemple nigérian analysé par C. Casey, les Britanniques ayant contribué à produire l’émiettement territorial dont pâtit le Nigéria contemporain.

2Comme le montre M. Paupert, dans son analyse des relations interethniques au Cameroun, c’est de manière très opportuniste que différents modes de légitimation de la propriété foncière, et différents critères du juste et de l’injuste, sont utilisés, par les mêmes acteurs, dans différents contextes : les inégalités au sein du groupe sont acceptables, à défaut d’être consensuelles, car elle sont atténuées par la redistribution. L’injustice au sein du groupe est tue, alors que dans l’opposition à d’autres groupes elle est vigoureusement mobilisée : l’absence de critère unique à partir duquel juger du juste et de l’injuste expose à une cacophonie de revendications concurrentes. On touche ici à une des limites du relativisme culturel.

  • 1 Di Méo Guy, « L’identité : une médiation essentielle du rapport espace/société », in Géo-carrefour(...)
  • 2 Voir l’introduction générale du présent volume.
  • 3 Voir à ce sujet Collignon Béatrice, « La géographie et les minorités : déconstruire et dénoncer le (...)

3Il importe de préciser que la notion d’identité à laquelle on se réfère ici n’est nullement figée et a-historique, mais pleinement inscrite dans le social et construite en réponse aux tensions actuelles qui peuvent y exister, ainsi que l’a théorisée, par exemple, Guy Di Méo1. Celui-ci insiste également à juste titre sur la fluidité et la multiplicité des appartenances : dans la perspective qui est la nôtre, c’est aussi une multiplicité de caractéristiques qui peuvent conduire à des discriminations, et donc des injustices : appartenance « ethnique », appartenance de caste, sexe, orientation sexuelle, âge… De là, on en arrive à la notion de « minorité » : on pourra entendre par là tout groupe qui, indépendamment de son importance numérique, subit une ou plusieurs des formes de l’oppression identifiées par Iris Marion Young2. Dans cette acception très large, proche de celle de géographes anglophones3, le simple fait d’être dépossédé des moyens de se forger une identité indépendante du regard de l’autre (de subir donc un impérialisme culturel) constitue déjà une forme d’injustice ; c’est le cas notamment de tous les groupes désignés comme « Autres » du discours dominant, comme les homosexuels dont la difficile reconnaissance en Europe de l’Est est retracée plus loin par Claudia Lindner Leporda. C’est également cet impérialisme culturel que subissent des groupes comme les Tsiganes, dont la situation est analysée dans ce volume par Vincent Veschambre : occultés de l’histoire officielle, ils sont privés de lieux de mémoire et peinent à se faire reconnaître un « patrimoine culturel ».

  • 4 Voir par exemple Hancock Claire, « La justice au risque de la différence : faire une “juste place” (...)
  • 5 Voir à ce sujet Collignon Béatrice, « La géographie radicale à la recherche d’un nouveau souffle » (...)

4Le texte de V. Veschambre s’inscrit dans la lignée de travaux de géographie sociale dans lesquels, rappelle-t-il, le terme d’« inégalités » est généralement préféré à celui d’« injustice » : dans cette perspective, il est logique qu’il inclue les personnes en situation de grande pauvreté, ou « Quart monde », parmi ceux qu’il étudie. Il est cependant plus difficile de penser à ces personnes comme à un groupe minoritaire qui serait victime d’injustice : c’est le cas au regard d’une justice strictement distributive, bien sûr, et c’est sans doute pour cela que la notion d’inégalité convient mieux à l’analyse de leur situation. On touche peut-être ici à une spécificité française, qui consiste à ne pas recenser en fonction des appartenances « ethniques », contrairement à ce qui se pratique dans d’autres pays4. Quoi qu’on pense de cette réticence, cela signifie qu’on se prive, en France, du moyen de mesurer l’impact de l’appartenance à un groupe minoritaire sur le degré de pauvreté ou d’exclusion sociale, et peut-être aussi, par voie de conséquence, de l’articulation logique entre inégalités (une mauvaise distribution des ressources économiques, mais qui peut sembler jusqu’à un certain point relever du hasard, ou de l’arbitraire) et injustice (cette mauvaise distribution lèse de manière disproportionnée ceux qui appartiennent à des minorités, et résulte au moins en partie de discriminations). On peut également discuter la distinction qu’opère V. Veschambre entre « inégalités », d’une part, qui seraient du registre de la description scientifique des situations, et « injustice », d’autre part, qui relèverait de celui de l’engagement politique : adhérer à cette façon de voir conduit à renoncer à l’hypothèse que le concept de justice puisse avoir un fondement rationnel. Certaines traditions géographiques, comme la géographie radicale états-unienne, se sont d’ailleurs largement affranchies de cette distinction5.

5Enfin, les coordinateurs de ce volume ne partagent pas la réticence de V. Veschambre vis-à-vis de l’utilisation de l’adjectif « spatial » pour qualifier justice ou injustice : s’il importe effectivement de ne pas avaliser l’idée d’une dichotomie entre société et espace, les deux entretenant des rapports dialectiques étroits, on peut néanmoins concevoir des injustices spatiales qui ne soient pas nécessairement sociales (par exemple certaines injustices environnementales dont traite un autre volume de cette série), et à l’inverse des injustices sociales dont les spatialités sont difficiles à discerner (inégalités hommes/femmes ou garçons/filles au sein d’un même ménage, par exemple).

  • 6 De même en Grande-Bretagne, où il existe une revue intitulée Ethnic and Racial Studies : en France (...)
  • 7 Macé Eric, « “Ne pas quantifier, ne pas nommer” : l’impossible lutte contre les discriminations da (...)
  • 8 « By not thinking of race in the process of designing public space, city planners provide a spatia (...)

6Que gagne-t-on à placer l’étude des minorités au cœur d’une géographie engagée ? On l’a dit, cela permet sans doute de mettre en évidence des ressorts de l’injustice qu’on occulte souvent dans la société française. Contrairement au contexte intellectuel français où la notion de « race » est évitée, celle-ci a pignon sur rue dans le contexte états-unien6, comme l’illustre le texte de Rashad Shabazz, dans ce volume, sur le cantonnement spatial des Noirs (il utilise le terme de « Black » plutôt que l’appellation « Afro-américains ») à Chicago. Eric Macé plaide pour une telle utilisation du concept de race, qui, écrit-il, « ne rend pas compte de l’existence de races qui seraient définies biologiquement, mais de l’existence de catégories raciales socialement construites (et donc réelles) définies par un rapport social de subordination par lequel des groupes sociaux sont racisés7 ». Son plaidoyer rejoint la conclusion de R. Shabazz pour qui « en omettant la race du processus de conception de l’espace public, les urbanistes produisent un ordre social et un paysage qui est bien trop souvent utilisé pour contenir et punir les plus vulnérables8 ».

7On aurait en tout cas tort de présenter les États-Unis comme un modèle de justice dans le traitement de ses minorités, l’élection de Barack Obama à la présidence nonobstant : Susan Phillips souligne ici que les États-Unis ne sont pas signataires des textes internationaux sur les droits des enfants, et que leurs pratiques de répression antigang, et leur criminalisation des enfants des rues, en bafouent nombre des principes ; ces jeunes s’apparentent à des victimes d’une logique de « nettoyage sécuritaire » des espaces publics des grandes villes. Sa recherche soulève également des questions de justice à l’échelle mondiale, puisque les États-Unis tendent à exporter ces obsessions sécuritaires et leurs façons de les traiter vers d’autres pays.

8Dans d’autres contextes, c’est de leur invisibilité dans la ville et ses paysages que souffrent en premier lieu les minorités, privées d’appuis identitaires spatiaux, privées aussi d’une libre expression de leurs spécificités dans les espaces publics urbains : c’est le cas des « LGBT » (lesbiennes, gais, bi et transsexuels) à Bucarest, analysé ici par C. Lindner Leporda. Cette « invisibilisation » a également été depuis longtemps analysée et décrite au sujet des femmes, une de ces majorités numériques pourtant assimilables à des « minorités » parce qu’elles sont exclues de ou sous-représentées dans les sphères du pouvoir économique, politique et culturel, et, en termes spatiaux, confinées dans la sphère privée, peinant à faire accepter la légitimité de leur présence en public, et contraintes dans leurs mobilités.

  • 9 La question a été très travaillée par les géographies anglophones, voir Chivallon Christine, « Les (...)

9S’il relève de l’évidence de dénoncer le patriarcat comme une structure d’oppression injuste, dans des pays comme l’Inde ou la Chine où l’infanticide et le fœticide sélectif des filles prend des proportions inquiétantes, voire dans les pays au sud de la Méditerranée où l’exclusion des femmes de la vie publique est plus ou moins marquée, c’est souvent à tort que les sociétés occidentales se flattent d’y échapper9.

  • 10 « Everyone away from home is potentially a minority ».

10On aurait tort cependant de considérer l’appartenance à une minorité comme une définition unique et figée. La complexité des situations ressort bien des différents textes qui suivent : les hommes noirs qui habitaient les Robert Taylor homes cultivaient, selon R. Shabazz, une masculinité agressive tournée contre les femmes et les homosexuels ; les jeunes citadins roumains réunis sous la bannière LGBT, dont la courageuse mobilisation est décrite par C. Lindner Leporda, échappent au moins aux situations de profonde misère qui touchent les populations tsiganes de leur pays… Les ressorts de l’exclusion et de la discrimination sont multiples, se conjuguent parfois, mais ne se recouvrent pas forcément. Ces ressorts sont aussi de nature éminemment spatiale, ce qui nous intéresse tout particulièrement : ainsi C. Casey montre-t-elle comment, au Nigéria, tout un chacun est susceptible de devenir une minorité, et cible de violences, s’il sort de son territoire d’appartenance (« tout un chacun est susceptible de devenir une minorité s’il sort de chez lui10 »). Elle aborde ainsi le statut de différents groupes (les musulmans dans le Nigéria colonial, les femmes, les jeunes hommes…) et l’éventuel basculement de ces statuts (diffusion de la sharia, groupes de jeunes régissant l’espace urbain à Kano, etc.) en maniant plusieurs échelles, depuis le quartier jusqu’à l’umma mondiale.

  • 11 Voir Dupont Véronique, Landy Frédéric, « Ségrégation et territoire. De quoi parle-t-on ? », in Ger (...)

11La notion de « minorité » est de fait doublement spatiale : d’une part parce que lui sont classiquement associés des processus tels que la « ségrégation » et la « segmentation », parfois créateurs de phénomènes de « ghetto » ; mais aussi parce que cette notion dépend de l’échelle de perception : il n’est pas de minorité qui, en descendant à l’échelle locale, ne devienne majorité. La minorité est donc une notion fondée sur le relativisme : on est minoritaire « par rapport » aux autres, et cet état se trouve inscrit dans un certain espace11. Les processus ségrégationnistes peuvent venir d’en haut (apartheid sud-africain) comme d’en bas (ostracisme de la société hindoue à l’encontre des castes intouchables), ils peuvent être l’œuvre de la majorité (repoussant la minorité) comme de la minorité même (cherchant à vivre entre soi), et ces processus peuvent être combattus tout aussi bien par la société civile et les revendications des groupes minoritaires (Black Panthers) que par l’État (discrimination positive). En tout cas le fait que dans certains cas, comme au Nigéria, la simple réponse à la question « d’où êtes-vous ? », permette immédiatement de classifier la personne qui y répond, comme l’explique C. Casey, souligne bien le lien entre « assignation à identité » et assignation à certains espaces.

Notes

1 Di Méo Guy, « L’identité : une médiation essentielle du rapport espace/société », in Géo-carrefour, vol. 77, n° 2, 2002, p. 175-184. On peut également se référer au moins géographique mais tout à fait essentiel Balibar Etienne, Wallerstein Immanuel, Race, nation, classe. Les identités ambigües, Paris, La Découverte, 1988.

2 Voir l’introduction générale du présent volume.

3 Voir à ce sujet Collignon Béatrice, « La géographie et les minorités : déconstruire et dénoncer les discours dominants », in Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Staszak Jean-François (dir.), Paris, Belin, « Mappemonde », 2001, p. 23-56.

4 Voir par exemple Hancock Claire, « La justice au risque de la différence : faire une “juste place” à l’Autre », in Annales de Géographie, numéro spécial « Justice spatiale », Philippe Gervais-Lambony et Frédéric Dufaux (dir.), 2009.

5 Voir à ce sujet Collignon Béatrice, « La géographie radicale à la recherche d’un nouveau souffle », in Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Staszak Jean-François (dir.), Paris, Belin, « Mappemonde », 2001, p. 131-166.

6 De même en Grande-Bretagne, où il existe une revue intitulée Ethnic and Racial Studies : en France, on imaginerait difficilement qu’une revue s’intitule Etudes ethniques et raciales.

7 Macé Eric, « “Ne pas quantifier, ne pas nommer” : l’impossible lutte contre les discriminations dans les programmes de la télévision française », in La République mise à nu par son immigration, Guénif-Souilamas Nacira (dir.), Paris, La Fabrique, 2006, p. 179.

8 « By not thinking of race in the process of designing public space, city planners provide a spatial order and landscape that is far too often used to contain and punish the most vulnerable ».

9 La question a été très travaillée par les géographies anglophones, voir Chivallon Christine, « Les géographies féministes. Un plaidoyer convaincant pour la constitution de connaissances « situées » », in Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Staszak Jean-François (dir.), Paris, Belin, « Mappemonde », 2001, p. 57-62. En français, on peut se référer par exemple à Bourdieu Pierre, La Domination masculine. Paris, Éditions du Seuil, « Points Essais », 1998.

10 « Everyone away from home is potentially a minority ».

11 Voir Dupont Véronique, Landy Frédéric, « Ségrégation et territoire. De quoi parle-t-on ? », in Gervais-Lambony Philippe et al. Espaces arc-en-ciel. Identités et territoires en Afrique du Sud et en Inde, Paris, Karthala, 2003, p. 41-68.

Auteur

Université de Paris XII Val de Marne

Gecko, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable