Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wikipédia, objet scientifique non identifié

 | 
Lionel Barbe
, 
Louise Merzeau
, 
Valérie Schafer

Terrain et corpus scientifique

Wikipedia Arabe et la construction collective du savoir

Ilhem Allagui, Mark Graham et Bernie Hogan

Texte intégral

1La majorité des pays Arabes utilisent Internet depuis environ une décennie. En Tunisie par exemple, un des premiers pays de la région ayant adopté Internet, une timide introduction dans les milieux académiques remonte au milieu des années 1990, mais sa popularisation a été ralentie pour des raisons économiques et politiques, tout comme chez ses voisins d’ailleurs, l’Egypte ou le Maroc. Les Emirats Arabes Unis, le Bahreïn, le Koweït, et le reste des pays du Golfe Arabe ont par contre réussi à rendre Internet plus largement accessible, quoique sous surveillance, dès le début des années 2000. L’investissement dans une infrastructure à la pointe de la technologie a réussi à classer le Qatar, le Bahreïn et les Emirats Arabes Unis au sommet du classement mondial en termes de taux de pénétration Internet, avec en 2012 des taux respectifs de 88%, 88% et 85%1. Les populations arabes ont été rapides à adopter Internet; selon Wikipedia2 l’arabe arrive en quatrième position sur Internet, après l’anglais, le chinois et l’espagnol, avec près de 107 millions d’utilisateurs et un taux de progression de 38% entre 2011 et 2012. La même source, Wikipedia, estime que d’ici 2016 l’arabe pourrait dépasser le français. Le contenu en langue arabe sur Internet demeure toutefois maigre (environ 3% du web) et dominé par un contenu plutôt culturel3. La prise de conscience de son potentiel économique a été lente, tout comme son exploitation pour des fins éducatives ou sociétales. Aujourd’hui, il y a à l’évidence un réveil collectif relatif au développement de Wikipedia Arabe comme nous le verrons plus bas.

2Cette étude questionne la dynamique de production de contenu arabe en ligne et décrit le processus de construction du savoir dans le cadre de Wikipedia arabe. Considérant l’intérêt modeste des Arabophones à développer Wikipedia arabe, une encyclopédie numérique pourtant reconnue notable et facilement accessible à une audience globale, nous souhaitons étudier les barrières au développement de ce projet et les relations entre ses acteurs.

3Cet article commence par un aperçu de la version arabe de Wikipedia, suivi du cadre conceptuel de cette recherche et de son approche méthodologique. L’analyse de données recueillies lors des entrevues de groupe et individuelles démontre que la participation dans Wikipedia arabe est limitée notamment à cause des politiques internes qui régissent les relations entre les membres et des facteurs culturels dont la langue.

Un profil de la version arabe de Wikipedia

4Wikipedia a réussi à se faire une place privilégiée dans la catégorie des encyclopédies. Figurant au 17ème rang des sites les plus visités globalement (Alexa, Septembre 2013), cette encyclopédie libre connaît une croissance périodique importante, preuve de sa crédibilité en tant que diffuseur de savoir.

5La version arabe de Wikipedia est loin de connaître le succès dont jouit sa version originale anglaise. En effet, Wikipedia arabe compte quelques 243 000 articles seulement et un peu plus de 14 millions d’édits. Elle est toutefois assez populaire, avec une moyenne de 168 000 visites par heure (Wikistats, Septembre 2013).

6Les pays qui contribuent le plus à Wikipedia arabe sont : Egypte (24.3%), Arabie Saoudite (19%), Algérie (5%), Koweït (5%), Maroc (4.4%), Emirats Arabes Unis (3.6%), Etats-Unis (3.1%), Jordanie (3.1%), Allemagne (2.9%) et Grande Bretagne (2.9%) (Wikistats, Juin 2013).

7Certains pays arabes contribuent davantage à la version originale de Wikipedia que sa version arabe. Tel est le cas des Emirats Arabes Unis dont 66% du contenu est rédigé en anglais, et seulement 19% en arabe. Les éditeurs égyptiens sont les plus actifs dans cette communauté avec plus de 75% des contributions en arabe, 21% en anglais et un maigre 1.2% en dialecte égyptien, version nouvellement introduite dans Wikipedia, Masri, mais quelque peu controversée comme nous le verrons plus tard. Les contributions en arabe des membres résidant en Arabie Saoudite représentent 57% et celles en anglais 25.4%. Il faut reconnaître ici la nature cosmopolite des pays du golfe Arabe qui abritent des nationalités fort diverses avec des pratiques de langue bien différentes, mais dont l’anglais est la lingua franca. Les articles en anglais peuvent ainsi être rédigés par des arabophones, anglophones, francophones, ou autres.

8La cartographie de Wikipedia (Fig. 1 - Langue de la majorité des articles Wikipedia par pays), démontre que la langue des articles dans la majorité des pays arabes est en anglais, à l’exception de la Syrie dont le nombre d’articles en arabe est le plus élevé. Elle montre également que la Tunisie, l’Algérie et le Maroc comptent plus d’articles en français. La colonisation française dans cette région a fait du français une langue d’études et d’usage pendant de nombreuses années, d’où l’aptitude à l’utiliser.

Fig. 1 - Langue de la majorité des articles Wikipedia par pays, carte réalisée par les auteurs

Fig. 1 - Langue de la majorité des articles Wikipedia par pays, carte réalisée par les auteurs

9La localisation géographique d’articles en arabe telle que mise en évidence dans la figure 2 (Articles géolocalisés dans Wikipedia arabe), démontre qu’il y a une contribution significative en arabe de membres résidant en Amérique du Nord et en Europe. L’émigration des communautés arabes pourrait expliquer ce phénomène. En effet, vers la fin du 19ème siècle, des Libanais, Syriens et Palestiniens ont entamé des flux d’émigration vers l’Amérique du Sud, puis se sont déplacés aux Etats-Unis et en Europe. Quant aux flux Maghrébins, ils se sont déplacés vers l’Europe d’abord, avant de se diriger au Canada dans un second temps. Plusieurs intellectuels de la région ont aussi émigré en quête de liberté intellectuelle, en Europe et en Amérique du Nord. La présence de ces arabophones dans ces terres lointaines pourrait expliquer la production des articles en langue arabe. Finalement, c’est autour de la côte méditerranéenne de l’Afrique du Nord, la vallée du Nil et autour de Palestine - Israël que le volume d’articles en arabe est le plus élevé.

Fig. 2 - Géolocalisation des articles en Arabe, carte réalisée par les auteurs

Fig. 2 - Géolocalisation des articles en Arabe, carte réalisée par les auteurs

10L’évidence de la faible production des articles en arabe ne peut que susciter le questionnement; comment expliquer cette fracture à la participation et quelles sont les barrières à la production de contenu arabe par les usagers ?

Cadre conceptuel

11Les travaux desquels nous nous inspirons sont ceux reliés à la problématique de la fracture numérique ainsi que de la fracture participative. En effet, l’accès à la technologie connaît toujours une distribution inégale entre les pays du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord. L’applicabilité de la politique de l’accès universel4 de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) demeure difficile sinon utopique si l’on considère les difficultés socio-économiques et politiques que connaît la région. L’évidence d’un accès inégal est reflétée dans la faible participation à la production de contenu. En effet, au Yémen, en Iraq, en Algérie, et au Soudan le taux de pénétration d’Internet par 100 habitants est encore inférieur à 20%, il est à peine de 20% en Syrie, moins de 40% en Tunisie ou en Egypte, 50% en Arabie Saoudite ou au Maroc alors qu’il dépasse 70% aux Emirats Arabes Unis, Bahreïn ou Qatar, pays où la population arabophone est minoritaire comparée à leurs populations d’expatriés. Outre une distribution d’accès inéquitable, la région connaît une évidente insuffisance au niveau de l’infrastructure et du matériel.

12Jan van Dijk (2006) attribue deux causes à cet accès inégal, la distribution de ressources d’une part et les caractéristiques techniques intrinsèques du média d’autre part. DiMaggio et Hargittai (2001) préfèrent parler d’inégalité numérique plutôt que de fracture numérique. L’inégalité numérique considère les moyens techniques et l’autonomie de les utiliser, les caractéristiques d’usage, les compétences et un réseau de support social. Des recherches relatives à l’utilisation d’Internet dans des pays arabes confirment l’existence de difficultés de cet ordre; par exemple, Tawil-Souri (2009) en rapportant le cas de la relation filles - machines en territoires palestiniens occupés démontre que placer une infrastructure et une machine dans les milieux défavorisés n’aide pas à l’autonomisation des populations locales ni à leur permettre de bénéficier de l’usage de ces machines. Abdulla (2007) parle de la nécessité de changement de culture politique pour que les populations arabes puissent tirer profit de la disponibilité de la technologie. En effet, plusieurs ne peuvent contribuer à la production du contenu et du savoir ce qui les place en marge de la croissance et du développement possibles grâce à la société de l’information selon Rheingold (1993) ou Katz et Aspden (1997).

13Nous nous inspirons aussi des travaux sur la fracture participative et la création de contenu tels ceux de Hargittai et Walejko (2008) ou Schneider, Passant et Breslin (2011). Selon Hargittai et Walejko (2008) une hiérarchie structurelle s’installe entre les membres d’une communauté, au bénéfice des utilisateurs expérimentés qui dès lors, ont le privilège du dernier mot et souvent veillent à la reproduction des dynamiques déjà enracinées. La recherche de Schneider et al. met en évidence l’existence de structures cachées qui empêcheraient les nouveaux membres de défendre leur expertise; leur ignorance de la culture interne de production de contenu (codage, processus de fonctionnement, etc.) pourrait les défavoriser.

14Pour sa part, Benkler (2006) pense que la participation aux communautés collaboratives et plus particulièrement Wikipedia, a un fondement socio-psychologique qui se trouve dans les motivations d’interagir avec l’autre et de réaliser une gratification hédonique de la tache.

15Finalement, et dans une perspective plus globale, il est possible de noter le déséquilibre entre la production de contenu émanant du Nord et celle émanant du Sud. Van der Wurff (2008) par exemple rappelle que la majorité des contributions sur Wikipedia est faite par une petite minorité d’usagers. L’absence ou l’insuffisance de la voix du Sud limite les opportunités de s’ouvrir sur le monde et de s’exposer vers l’autre, le global. La représentation de soi s’en trouve défavorisée au risque de laisser l’autre parler de soi et de privilégier ainsi la vision unique, dominante qui émane du Nord, ce qui atténue l’enthousiasme des supporteurs de la vision d’une culture et d’une société globales tels Appadurai (1990, 1996) ou Castells (2001).

16Il est légitime de penser des biais dans la représentation de soi quand celle-ci est faite par l’autre. C’est de la production de ces représentations et de ces voix dont nous discutons dans ce qui suit, pour comprendre qui représente le monde arabe sur Wikipedia arabe et quelles sont les voix derrière la production de contenu et du savoir arabe.

Éléments méthodologiques

17L’approche qualitative a été privilégiée dans le cadre de cette étude afin de comprendre les motivations des contributeurs à Wikipedia arabe, leurs perceptions des barrières à la production de contenu ainsi que les tensions ou difficultés qu’ils rencontrent au cours de ce projet collaboratif. Ainsi, nous trouvons que l’approche qualitative est la plus à même de décrire la représentation des voix dans Wikipedia arabe.

18Nous avons organisé des groupes de discussion jumelés avec des entrevues individuelles. Les participants ont été invités sur la base de leur contribution à Wikipedia arabe et non de la durée de leur expérience; certains sont novices et viennent à peine de rejoindre la communauté, d’autres sont des fondateurs même de Wikipedia arabe et donc très expérimentés. Nous avons aussi rencontré des participants qui contribuent peu, mais veulent intensifier leurs activités et d’autres qui contribuaient beaucoup, mais plus maintenant, ou beaucoup moins.

19Deux ateliers de discussion ont été organisés, le premier a eu lieu au Caire en Egypte et le deuxième à Amman, en Jordanie. Une quarantaine de participants dont la majorité sont des hommes, ont répondu positivement et ils sont venus des pays du Moyen-Orient, Afrique du Nord, Europe et Amérique du Nord.

20Les chercheurs ont animé ces discussions en grand groupe (tous les participants) ou petits groupes (quatre à six participants par groupe) en anglais, avec des traductions simultanées en français et en arabe. Ils ont aussi conduit des entrevues individuelles. Des assistants de recherche ont aidé dans la logistique et ont assuré l’enregistrement des discussions. Les données recueillies (audio, photos, notes et vidéos) étaient analysées notamment par un logiciel d’analyse de données qualitatives, Nvivo.

Résultats et Discussion

La participation à Wikipedia arabe : les motivations

21Comme dans toute version de Wikipedia, la contribution à Wikipedia arabe est totalement libre. Conscients de son aspect collaboratif, certains membres disent être emballés par son esprit communautaire; ils se sont lancés spontanément dans l’édition dans un but d’échange et de faire du bien commun. D’autres, même s’ils avaient déjà visité et utilisé Wikipedia, n’étaient pas conscients au début de son mode de production. Les campagnes de recrutement organisées par Wikimedia et ses ambassadeurs, notamment dans des universités en Egypte ou en Jordanie, ont réussi à susciter l’intérêt de jeunes étudiants qui ont décidé de rejoindre la communauté.

  • 5 Tous les noms dans ce texte sont fabriqués pour protéger l’identité des participants, qu’elle soit (...)

22L’augmentation du contenu arabe en ligne, estimé très faible en comparaison de celui d’autres langues, est la principale motivation qu’ils expriment. Ils reconnaissent l’importance de parler de soi et de se présenter aux autres; Mohammed5 dit que la vérité émane de l’intérieur, c’est pourquoi le point de vue des gens de la région est la seule garantie de vérité. D’autres pensent qu’augmenter le contenu arabe en ligne peut avoir un impact sur la croissance économique et culturelle de la région : « On contribue à la construction du savoir » dit Ahmed. Fervents supporteurs du partage de l’information et de la culture dans la région, ces membres espèrent un « rapprochement entre les peuples ». Ils ont par ailleurs souligné l’importance du savoir véhiculé par Wikipedia puisque les élèves et étudiants, entre autres, y puisent des informations avec une certaine garantie de validité.

23Le programme récent de recrutement des ambassadeurs et éditeurs de la fondation Wikimedia ne peut être passé sous silence. Le Wikipedia Education Program a contribué à faire de l’Egypte le premier producteur de contenu dans Wikipedia arabe. Le recrutement des étudiants se fait dans le cadre des classes participantes dans les universités et collèges du Caire. Des ateliers de formation sont assurés pour expliquer l’aspect technique de l’édition, mais ils ont aussi servi à maintenir un niveau d’engagement des participants assez élevé, contrôlant ainsi le taux d’abandon des recrues. L’influence des pairs et l’esprit de compétitivité aident aussi à soutenir leur intérêt dans cette communauté. D’autres programmes similaires sont lancés en Jordanie, Algérie et en Arabie Saoudite, sans oublier le partenariat entre Qatar Foundation et Wikimedia foundation pour la promotion de la production de contenu sur Wikipedia arabe. Ce modèle de support issu des structures institutionnelles vient s’ajouter au modèle de participation, supposé libre et authentique du projet Wikipedia. Le modèle institutionnalisé veille aussi au développement de Wikipedia arabe et à la coopération entre ses agents.

La participation à Wikipedia arabe : Les barrières

De la technique…

  • 6 Union Internationale des Télécommunications, 2013.

24Il est évident que la connectivité à Internet est un facteur essentiel pour l’accès et la participation à Wikipedia. Dans les pays arabes, seuls 38% des populations sont connectées à Internet, ce qui est relativement faible quand comparé à l’Europe par exemple avec un taux de 75%6. Outre l’infrastructure relative à Internet qui fait défaut dans plusieurs régions, surtout rurales, les participants aux ateliers de discussion ont noté les conditions économiques difficiles (chômage, cout de la vie, etc.) qui font de la connexion à domicile et de l’achat de l’équipement (machine et logiciels) un luxe peu accessible.

25La syntaxe sur la version arabe de Wikipedia est un autre facteur dont se sont plaints les participants aux ateliers de recherche. Ils l’accusent d’être beaucoup plus difficile et complexe que dans la version originale ou française. Outre les complications dans la page d’aide, la taille des caractères serait aussi problématique: petite, difficile à lire et à ajuster, contrairement à la version originale. Une autre complication se trouverait dans les pages ou liens inter-langues ainsi que dans les infobox et ce surtout à cause du sens d’écriture dans la langue arabe, de gauche vers la droite. Certains ont souligné l’importance des ateliers de formation ou des programmes d’éducation de Wikipedia qui aident les jeunes éditeurs à éviter ces complications; mais ils s’accordent à dire que la syntaxe sur Wikipedia arabe est difficile quelle que soit l’expérience de l’éditeur.

26La rédaction d’articles ou les éditions nécessitent de recourir à des références électroniques ou des monographies, magazines, encyclopédies, etc.; or le manque de ces ressources en langue arabe, en ligne ou hors ligne, est un autre facteur limitant et rend difficile la contribution à Wikipedia arabe. Il en est de même pour les images et photos gratuites, et donc non soumises à des droits d’auteur. Tous ces facteurs sont quasiment prohibitifs à la participation et la génération de contenu, compte tenu de la difficulté de trouver de l’information en arabe sur Internet ou ailleurs (rappelons a ce titre que l’industrie du livre arabe est aussi très peu développée comparée aux standards internationaux).

De l’éducation…

27Les participants aux groupes de discussion ont signalé la disparité des taux d’alphabétisation entre les pays arabes et entre les régions urbaines et rurales dans ces mêmes pays. Alors que la plupart enregistre des taux proches des standards des pays développés (environ 90% auprès des 10 ans et plus), d’autres tels le Yemen, le Soudan, la Somalie ou le Maroc, ont des taux d’analphabétisme proches ou supérieurs à 50% de leurs populations. En Algérie, en Egypte ou en Iraq, près du tiers de la population est analphabète et ces taux sont encore plus élevés chez les personnes plus âgées.

28Le système éducatif public dans la plupart des pays semble aussi une contrainte à la collaboration sur Wikipedia arabe. Les répondants aux groupes de discussion l’accusent de ne pas développer des compétences de réflexion critique et de prise d’initiative. Il serait plutôt limitatif, encourageant la culture de consommation de contenu. Par ailleurs, les compétences nécessaires à la pratique de la recherche ne sont pas sérieusement enseignées, d’où la pratique de mémorisation plutôt que l’initiation à la recherche et au questionnement.

De la langue ou les langues arabes…

  • 7 Une étude de la fondation The Arab thought Foundation auprès de 3500 Arabes de différentes national (...)

29La langue a suscité un des plus vifs débats lors des groupes de discussion. D’abord les membres s’entendent à dire que le niveau d’arabe littéraire moderne, voire classique, parlé ou écrit, est pitoyablement faible auprès de la majorité des jeunes, mais également des moins jeunes. Rappelons que la langue arabe a plusieurs variantes. L’arabe classique, langue de la religion et livres saints, n’est pas la langue d’usage en communication orale. Deux autres variantes existent, l’arabe littéraire moderne utilisé dans les médias et les œuvres écrites modernes, puis l’arabe dialectal utilisé dans le quotidien parlé. Ce dernier varie selon les régions; dans le Moyen-Orient des variantes existent, mais les gens arrivent à communiquer facilement entre eux; par contre il leur est difficile de comprendre le dialecte utilisé en Afrique du Nord (et vice versa), souvent il y a recours à l’arabe littéraire moderne pour rendre le langage plus compréhensible. A l’école, l’usage est l’arabe classique ou l’arabe littéraire, mais souvent jumelé à une langue seconde, celle de la colonisation: du français surtout en Afrique du Nord et de l’Anglais dans le Moyen-Orient. L’usage de cette deuxième langue souvent persiste, sinon domine à l’université et même au bureau. Dans Wikipedia arabe, les éditeurs utilisent l’arabe classique ou l’arabe littéraire moderne. Toutefois, un groupe d’éditeurs Egyptiens avaient lancé Wikipedia masri, un dialecte de langue égyptienne. La problématique devient dès lors un effritement des efforts des arabophones déjà minimes, au lieu de se réunir autour d’un but commun: augmenter le contenu arabe sur Wikipedia. Les participants aux ateliers de recherche étaient partagés quant à la légitimité de cette version, masri : certains la justifient par son statut de langue officielle reconnue par l’Unesco, largement utilisée dans les produits culturels, par les Egyptiens dans le monde, et par les enseignants Egyptiens en Moyen-Orient et dans les pays du golfe Arabe. Les opposants prennent leurs assises dans le projet panarabiste qui fait prévaloir l’identité ethnique arabe sur l’identité nationale (algérienne or syrienne, etc.). Ce panarabisme est assez fort auprès des Arabes qui pourraient privilégier leur identité arabe à leur identité nationale (Zogby, 2006)7. Ainsi, ils réfutent tout dialecte sur Wikipedia, afin de protéger la langue arabe.

30La multiplicité des identités a été accueillie favorablement avec la venue d’Internet auprès des penseurs de la société de l’information comme Sherry Turkle (1995), qui soutient qu’Internet ouvre la porte à la multiplicité et au développement des réalités et identités ou Manuel Castells (2009) qui voit dans la globalisation la possibilité de voir revivre la multiplicité des identités culturelles locales. Tubella (2000 dans Mico, Massip, 2009) quant à lui célèbre la société Internet qui permet la construction des identités culturelles et linguistiques qui ne sont plus basées sur des critères de hiérarchie ou de territorialité, mais plutôt sur le vouloir et l’action. Lors de leur étude sur le cas du catalan en ligne, Mico et Massip (2009) notent que la pluralité des identités est souvent source de conflit et de tension entre les membres et que la langue légitime va s’imposer sur les autres; ils soutiennent toutefois, tout comme Turkle, que le Net ouvre la possibilité de la multiplicité et la croissance de différentes réalités identitaires. Ainsi, selon ces perspectives, il y a de la place pour que des variantes de langue coexistent tant et aussi longtemps que leurs tenants veulent les adopter, voire même les faire revivre dans le sens de Cristal (2001 dans Mico, Massip, 2009), pour qui l’usage de la langue et son développement est lié à l’usage de la technologie par ses membres; et donc Internet peut être un important outil pour la revitalisation de la langue. Ceci est intéressant dans le cas de Wikipedia masri qui en est un exemple aujourd’hui, mais qu’il est possible de dupliquer pour d’autres variantes de dialecte, Marocain ou même khaliji (tr: dialecte du golfe). D’ailleurs une demande de Wikipedia tunisien a été déposée et est en attente de délibération.

Et de la politique…

31La politique dans son sens le plus large, incluant les dynamiques de fonctionnement, structures de pouvoir, prises de décision, etc., semble interférer dans le développement de la version arabe de Wikipedia. D’après les entrevues individuelles et en groupe avec les membres, il a été possible de distinguer deux niveaux de politique. Le premier est relatif aux tensions internes et le second, externes.

Wikipedia arabe et les tensions internes

32Frustration, manque de confiance, de collaboration, censure, sont des thèmes qui ont émergé lors de l’analyse de données recueillies auprès de nos répondants.

  • 8 Traduction: « Les guerres d’édition peuvent avoir lieu pour n’importe quelle raison. […] Il y a eu (...)

33La dynamique des relations entre les membres de la communauté ne semble pas facile à gérer. En effet, plusieurs se sont plaints de voir leurs articles supprimés, sans explication. Les négociations sont difficiles à un tel point qu’un répondant utilise la métaphore de guerre : « Edit wars can happen for any reason [...]. There has been an edit war for the last four years, on a daily basis»8, dit Adel. C’est une guerre de camps ou clans, le premier défend un fait ou une opinion, le deuxième supporte un contre argument et donc défie l’autre en monopolisant la discussion au point qu’il devient presque impossible de trouver un compromis, même via l’administrateur. Un autre souligne que certains articles font preuve d’esprit partisan, alors que Wikipedia est basée sur un point de vue neutre; toutefois, entrer en discussion et négociation dans le cas de ces articles et avec des éditeurs opiniâtres serait « une guerre perdue d’avance, [...] ce serait de la perte de temps d’entrer dans de si longues négociations », dit Adel. Les discussions sont dites inutiles et frustrantes, parce qu’il y aurait peu de tolérance envers l’avis ou l’opinion de l’autre et même les articles banals, disent-ils, se retrouvent politisés. Un autre membre, Ali, dit avoir mis quatre jours entiers pour éditer deux phrases, tellement les négociations étaient difficiles, mais il ajoute que « cela ne vaut pas le coup, je ne mets plus autant de temps et d’énergie depuis, j’abandonne les négociations puisque c’est de la perte du temps ».

34Ce qui semble plutôt problématique ici ce ne sont pas les opinion différentes, mais la façon de les poser et d’en discuter qui peut être agressive parfois. Les membres, éditeurs ou auteurs, forment des groupes et s’organisent pour voter contre d’autres groupes, afin d’éliminer leurs édits ou articles. Les éliminations ‘abusives’ sont fréquentes et représentent des causes de frustration sérieuses pour les membres. Ce manque de tolérance dont se plaignent les membres pourrait avoir racine dans l’éducation en général, à l’école ou à la maison. En fait, des chercheurs ont demandé à 3500 répondants Arabes de classer les valeurs à enseigner à leurs enfants (respect, hygiène, responsabilité, etc.) par ordre d’importance; les résultats démontrent que la tolérance est classée avant dernière, onzième des douze valeurs enseignées (Zogby, 2010).

35Est-ce que ces débats houleux sont uniques à la version arabe de Wikipedia ? Non, le manque d’expertise des membres, l’institutionnalisation de Wikipedia, ainsi que son aspect bureaucratique et autocratique ont tous été critiqués, quelle que soit la version (Dijk, 2013).

  • 9 Traduction: « Wikipedia est inconnue pour plusieurs d’entre eux; et nombreux sont ceux qui ont comm (...)

36Il est plutôt difficile aux nouveaux membres de s’intégrer dans la communauté Wikipedia pour une double raison; d’abord leur ignorance des règles de fonctionnement et de la dynamique de relations entre les membres et administrateurs, mais aussi parce qu’ils risquent d’être confrontés à des décisions arbitraires et des négociations tendues tel que discuté plus haut et auxquelles ils sont peu habitués. La hiérarchie établie entre anciens et nouveaux les met en situation inconfortable tout comme la tyrannie des « expérimentés » qui veulent reproduire le statu quo que décrivent Hargittai, E. et G. Walejko (2008) au sujet de la fracture à la participation. Par exemple, les articles des nouveaux membres inconnus de la communauté doivent être revus par des membres expérimentés avant d’être publiés, ce qui pose le double problèmes suivant: le manque de membres expérimentés qui fait que les revues prennent beaucoup de temps d’attente, mais aussi la légitimité de ‘l’expert’ qui fait la revue et l’assomption que cette personne connaît davantage en la matière que l’auteur de l’article. Halfaker et al. (2013) confirment que les mécanismes contraignants et restrictifs de contrôle du contenu provoquent l’abandon des nouveaux membres. Même s’il est supposé protéger du vandalisme, ce processus de contrôle est souvent estimé inéquitable par nos répondants, et constituerait une source de frustration et d’abandon. Cette pratique d’élimination est dite exclusive à cet environnement Wikipedia, dont la culture est assez différente des autres, comme le souligne Ahmed : « Wikipedia is unknown for many of them and many persons have started experience with wikipedia by deletions. You will not get deletions on Facebook, you do not get deletions on Twitter. You stop argument perhaps, but you are never deleted or your opinion attacked aggressively or banned or blacklisted or even blocked. Never, on Facebook, on Twitter, on the chat »9.

37Le succès de Wikipedia est aussi dans cette originalité et exclusivité qui appelle au crowdsourcing. Les différends entre les membres sont nombreux dans toute version, mais il y a une certaine gouvernance plutôt de l’ordre de la bureaucratie démocratique. Elle est établie pour régir ces relations et résoudre les conflits tout comme dans un processus judiciaire. Dijk (2013, p. 145) la décrit comme, « [t]he process of consensus formation among editors and contributors resulted in an extensive apparatus of committees and ruling boards, the apex of which is the Mediation Committee [...]. An extensive Mediation Policy guides the committee in handling disputes over content, differences in opinion with regard to neutrality versus interested positions. In addition, Wikipedia also installed an Arbitrarion committee, acting as a final binding decision-maker, which for instance examines disagreements over serious misconduct, banned users, and vandalism [...] ». Nos répondants trouvent toutefois le processus de gouvernance inefficace sur la version arabe, parce que très long.

Wikipedia arabe et les tensions politiques externes

  • 10 Traduction: « J’ai édité pendant cinq ans de la Tunisie avant 2010 et j’ai pratiqué l’autocensure c (...)

38Les pays arabes connaissent un climat politique assez tendu dont le reflet se trouve dans Wikipedia. En effet, la censure du contenu est fréquente dans certains pays comme la Syrie ou l’Arabie Saoudite que ce soit pour des raisons politiques, religieuses, ou même culturelles dans le cas des tabous. Par ailleurs, les membres avouent pratiquer l’autocensure en évitant des sujets critiques, et en atténuant leurs articles ou édits, voire même en jonglant avec des stratégies, pour faire passer le message comme le souligne Amin : « I have edited from Tunisia for five years before 2010 and I would censor myself bearing in mind that someone would observe what I was writing; and if I write about political issues, I might write something that would strike a chord, like set off some alarm. For instance, I would use an official reference to criticize the roads or transportation system rather than showing it’s my opinion, although it’s reality»10.

39Outre le rôle d’observateurs, nos répondants soulignent que les gouvernements participent activement à la rédaction d’articles et aux éditions, ce qui risque d’influencer la ligne éditoriale des articles et la neutralité de Wikipedia. Non seulement les gouvernements joueraient ce rôle, mais ils influenceraient des recrues, directement ou indirectement, pour promouvoir leurs agendas politiques. Certains soupçonnent que les administrateurs sont contrôlés par les gouvernements et agissent en leur faveur en supprimant des discussions ou des liens, et en assurant la conformité.

40Sous le volet politique, une appréhension et un manque de confiance règnent dans la communauté Wikipedia arabe. Il est possible de noter des relations tumultueuses entre les membres, tantôt de collaboration tantôt de tyrannie. Le résultat étant une sélection consciente du contenu et un choix de ligne éditoriale guidé par une perspective d’acceptation par les critiques et les autres membres, plutôt que la neutralité du point de vue, maxime de Wikipedia.

41Un changement de culture politique bénéficierait aux membres autant que le développement d’une culture de tolérance et d’acceptation. Les membres de la communauté sont engagés pour le développement et la promotion de Wikipedia arabe et leurs motivations sont fondamentalement liées à l’élévation de leurs sociétés et au partage de leurs cultures. Ce qu’ils rédigent dans cette encyclopédie servirait certainement à des milliers de personnes, jeunes et moins jeunes, qui consultent Wikipedia chaque jour pour préparer des projets pour l’école ou le travail ou simplement pour s’informer. Et ils en sont conscients. La technologie permet la circulation de informations, mais la qualité de ces informations est le résultat d’une responsabilité collective, non la moindre, celle des auteurs ou éditeurs, membres de Wikipedia, qui œuvrent dans une dynamique systémique. En effet, il serait ici avantageux à tous les acteurs, membres de Wikipedia arabe, admins, et de la fondation Wikimedia d’échanger et de se consulter mutuellement sur les principes de gouvernance. Les spécificités culturelles pourraient faire l’objet d’ateliers de travail par exemple et être rendues sujettes à discussion entre acteurs, à la lumière des problématiques discutées plus haut et dans l’objectif de trouver des solutions qui répondent mieux à leurs besoins, tout en favorisant une meilleure expérience. Les changements politiques au niveau des pays sont certes les plus difficiles à voir jour ; toutefois il y a signe d’optimisme avec l’éveil des populations arabes qui se sont révoltées et qui se battent encore pour la liberté d’expression et la protection de leurs droits en tant qu’humains et citoyens.

Bibliographie

Abdulla Rasha, The Internet in the arab world. Egypt and beyond, Germany, Peter Lang, 2007, 175 p.

Benkler Yochai, The wealth of networks: How social production transforms markets and freedom, New Haven, Yale University Press, 2006, 511 p., [en ligne] http://www.benkler.org/Benkler_Wealth_Of_Networks.pdf

Castells Manuel, The power of identity: the information age : economy, society, and culture, Volume II, Wiley-Blackwell, MA, 2009, 584 p.

Dijk Jan Van, The network society, Social aspects of new media, London, Sage Publications, 2006, 292 p.

Dijk Jan Van, The culture of connectivity. A critical history of social media, New York, Oxford University Press, 2013, 228 p.

Dijk Jan Van, Hacker Kenneth, « The digital divide as a complex and dynamic phenomenon » in The Information Society, 19, 2003, [en ligne] http://web.nmsu.edu/~comstudy/tis.pdf

DiMaggio Paul, Hargiatti Eszter, From the 'Digital Divide' to 'Digital Inequality': Studying Internet use as penetration increases, Working paper 15, été 2001, [en ligne] http://www.princeton.edu/~artspol/workpap/WP15%20%20DiMaggio%2BHargittai.pdf

Halfaker Aaron, Geiger Stuart, Morgan Jonathan, Riedl John, « The rise and decline of an open collaboration system: How Wikipedia’s reaction to popularity is causing its decline », in American Behavioral Scientist, 57, 5, Mai 2013, p. 664-688.

Hargittai Eszter, Walejko Gina, « The participation divide. Content creation and sharing in the digital age », in Information, Communication and Society, 11, 2, Mars 2008, p. 239-256, [en ligne] http://www.webuse.org/pdf/HargittaiWalejko-ParticipationDivide2008.pdf

International Telecommunication Union, The World in 2013. ICT Facts and Figures, Geneva, 2013, [en ligne] http://www.itu.int/en/ITUD/Statistics/Documents/facts/ICTFactsFigures2013.pdf

Katz James, Aspden Philip, « A nation of strangers? », in Communications of the ACM, 40(12), 1997, p. 81-86, [en ligne] http://cpe.njit.edu/dlnotes/CIS/CIS350/Anationofstrangers.pdf

Lih Andrew, The Wikipedia Revolution: How a Bunch of Nobodies Created the World's Greatest Encyclopedia, New York: Hyperion, 2009, 272 p.

Mico Josep Lluis, Masip Pere, « The fight of a minority language against the force of globalization : The case of Catalan on the Internet », in Goggin Gerard et McLelland Mark (dir.), Internationalizing Internet studies. Beyong anglophone paradigms, New York, Routledge, 2009, p. 112-127.

Rheingold Howard, The virtual community: Homesteading on the electronic frontier, Massachusetts, Addison-Wesley, 1993, 325 p.

Schneider Jodi, Passant Alexandre, Breslin John, Understanding and improving Wikipedia article discussion spaces, Proceedings of the 2011 ACM Symposium on Applied Computing, Taiwan, 2011 [en ligne] http://jodischneider.com/pubs/sac2011.pdf

Tawil-Souri Helga, « Americanizing Palestine through Internet Development », in Internationalizing Internet Studies. Beyond Anglophone Paradigms, Goggin Gerard et McLelland Mark, New York: Routledge, 2009, p. 32-47.

Turkle Sherry, Life on the screen: Identity in the Age of the Internet, New York: Simon and Schuster, 1995, 352 p.

Wurff van Der Richard, « The impact of the Internet on media content », in Kung Lucy, Picard Robert, Towse Ruth (dir.). The Internet and the Mass Media, London, Sage publications, 2008, p. 65-85.

Zogby James, Arab Voices. What they are saying to us, and why it matters, New York, Palgrave McMillan, 2010, 247 p.

Notes

1 http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_number_of_Internet_users

2 http://fr.wikipedia.org/wiki/Internet_dans_le_monde

3 http://arabcrunch.com/2013/12/google-arabic-content-ranks-eighth-on-the-internet-141-million-internet-arabic-users-infographic.html

4 http://www.itu.int/itunews/manager/display.asp?lang=fr&year=2007&issue=07&ipage=universal-access&ext=html

5 Tous les noms dans ce texte sont fabriqués pour protéger l’identité des participants, qu’elle soit féminine ou masculine. Les noms donnés sont tous masculins sans que cela reflète la vraie identité de leurs auteurs.

6 Union Internationale des Télécommunications, 2013.

7 Une étude de la fondation The Arab thought Foundation auprès de 3500 Arabes de différentes nationalités montre que, à la question « comment vous présenteriez-vous à un Américain ? », le tiers des répondants ont choisi de se présenter comme un(e) Arabe, et le reste par leur pays d’origine ou leur religion (Zogby, 2010, p. 74)

8 Traduction: « Les guerres d’édition peuvent avoir lieu pour n’importe quelle raison. […] Il y a eu des guerres d’édition tout au long des quatre dernières années, jour après jour ».

9 Traduction: « Wikipedia est inconnue pour plusieurs d’entre eux; et nombreux sont ceux qui ont commencé leur expérience avec des éliminations. Dans les réseaux sociaux, facebook ou twitter, il n’y a pas pareilles éliminations, ni des attaques agressives contre les opinions des autres ou la censure ou les listes noires; jamais ».

10 Traduction: « J’ai édité pendant cinq ans de la Tunisie avant 2010 et j’ai pratiqué l’autocensure croyant que quelqu’un serait en train de regarder ce que j’écris; et si j’édite en politique, j’écrirais quelque chose pour attirer l’attention et sonner l’alarme; par exemple j’utiliserais une référence officielle pour critiquer l’état des routes ou le système de transport au lieu de démontrer que c’est mon opinion personnelle même si c’était le cas ».

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Langue de la majorité des articles Wikipedia par pays, carte réalisée par les auteurs
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Fig. 2 - Géolocalisation des articles en Arabe, carte réalisée par les auteurs
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

Auteurs

Université américaine de Sharjah, émirats arabes unis

Institut Internet à Oxford – Grande Bretagne

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable