Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wikipédia, objet scientifique non identifié

 | 
Lionel Barbe
, 
Louise Merzeau
, 
Valérie Schafer

Terrain et corpus scientifique

Wikipédia en tant que forum : une analyse de réseaux sociaux pour l’ethnographie de la production d’articles

Alexandre Hocquet

Texte intégral

1Wikipédia est une « public sphere ». La description habermassienne de Wikipédia par Dominique Cardon(Cardon, Levrel, 2009, p. 51) met en lumière le côté délibératif de l'encyclopédie en ligne. Selon Habermas, la "public sphere" (c'est-à-dire, pour faire court, un endroit où l'on peut discuter sans contraintes de problèmes de société, et ce faisant, influencer la vie politique) doit garantir l'expression des membres quel que soit leur statut, ne pas être fermée, et partager des centres d'intérêt en commun, et non aliénés par l'influence d'une autorité ou d'un pouvoir financier (Habermas, 1991). La facilité pour accéder à l'information, pour la partager, la façon dont s'établissent les règles pour gérer le débat à l'intérieur de Wikipédia et pour se prémunir d'influences extérieures, font de la communauté des Wikipédiens un candidat moderne au statut de « public sphere » à l'ère d'Internet (O’Sullivan, 2009). Mieux, toutes ces dispositions sont intimement liées au dispositif socio technique qu'est le wiki, et les idéaux politiques liés à Wikipédia sont intimement liés aux questions de partage de la connaissance, y compris, et même surtout, du point de vue technique. Dans le même ordre d'idées que les militants du logiciel libre ou ceux des biens communs, la communauté Wikipédia ressemble donc fort à ce que l'anthropologue Christopher Kelty a défini comme étant un « recursive public ». Un « recursive public » est une « public sphere » politiquement concernée par l'objet technique même par lequel elle s'exprime. Cet objet technique dépend de différentes couches successives imbriquées (« récursives »). Celles-ci (logiciels d’application, compilateurs, langages, systèmes d’exploitation, matériel, protocoles Internet) sont toutes concernées d’une manière ou d’une autre par le débat politique au sein de la communauté (Kelty, 2008).

2Il s'agit dès lors, pour le chercheur, d'essayer de comprendre dans quelle mesure, et si possible dans un but opérationnel, comment cette vision idéale de la communauté peut être effective dans la façon dont ses membres interagissent entre eux. Comment se mettent (ou ne se mettent pas) en route les mécanismes de discussion qui vont permettre au débat de réaliser l'idéal de la « public sphere »? En quoi Wikipédia peut-elle être saisie en tant que un forum, un forum à analyser ?

Objet

3Bien qu'au hasard d'un butinage de Wikipédia, on rencontre souvent des injonctions à ne pas confondre l'encyclopédie libre avec un forum, l'essence même de la structure des pages (une page de discussion associée à chaque article, et même à chaque page en général) fait que, par la force des choses, Wikipédia est bien un forum de discussion, de la même façon que Wikipédia est un réseau social. Certes, on ne discute pas de tout et n'importe quoi dans Wikipédia (ou alors dans quelques espaces dédiés comme les Bistrots), mais puisque le but pour chaque article controversé est la recherche de consensus par le dialogue, alors, les pages discussions deviennent de facto des forums où les points de vue s'expriment, idéalement de manière argumentative, et dans le but d'amélioration de l'article concerné.

4La structure des pages de discussion est organisée sous la forme de la conversation en fil (threaded conversation), commune à beaucoup d'espaces de discussion sur Internet et propre à ce dernier. Une conversation en fil est une conversation publique, asynchrone, qui commence avec un premier interlocuteur définissant un sujet. Toutes les personnes qui répondent à ce sujet, définissent alors un fil, lié au dit sujet. Ce format de conversation existe depuis les débuts de l'Internet avec les mailing lists publiques utilisant l'email, les newsgroups, etc. Il a perduré à l'époque du Web avec les forums webs, les commentaires d'articles, de blogs ou de vidéos, et même à l'époque du Web 2.0 avec les commentaires sur un mur de réseau social. La conversation en fil a ses règles, sa netiquette, elle est devenue une forme de communication usuelle de l'Internet (Beaulieu, HØybye, 2011, p. 257).

5En tant que corpus, elle est extrêmement riche à étudier dans le cas de discussions animées. Dans une perspective « Science and Technology Studies », elle se prête facilement à repérer les controverses et les sujets de tensions au sein d'une communauté en observant les fils les plus courus. Les « flame wars » (c'est-à-dire les fils les plus véhéments) sont autant de sources utiles pour comprendre ces tensions et décrire les intervenants. En convoquant la sociologie des épreuves, les acteurs impliqués dans ces controverses sont rendus bavards par la situation de crise et sont obligés de sortir des discussions polies pour faire valoir leur point de vue (Hocquet, 2013). De même, empruntant cette fois à Gabriella Coleman, le personnage du troll, honni dans les communautés pour son effet disruptif, a un effet bénéfique d'aiguillon favorisant l'émergence des « flame wars » en question, obligeant la communauté à sortir de la crise par le dialogue (Coleman, 2012), et pour le chercheur, il permet d'avoir une vision plus précise des tensions au sein de la communauté.

6L'idée de ce programme est donc d'observer les comportements de crise dans les pages de discussion des articles controversés de Wikipédia. Puisque ces pages de discussion prennent formellement la forme de « threaded conversations », elles contiennent en elles les enjeux du débat, et la possibilité de les analyser.

Théories

7Présenter, à travers les travaux de Gabriella Coleman, le troll en personnage nécessaire à la vivacité du débat est une vision souvent pertinente, mais l'essence même du troll est aussi, c'est son côté obscur, contradictoire avec l'idée d'harmonie au sein d'une communauté. C'est le cas particulièrement dans Wikipédia, où le but est la recherche du consensus par l'argumentation, et où les règles sont sensées être strictes quant au code de bonne conduite. Dans Wikipédia, si le sujet est susceptible de controverses, alors l'objectif de la recherche de consensus est d'autant plus difficile à atteindre. Dans ce genre de situation, certains acteurs du débat ont tendance à se taire progressivement quand d'autres commencent à élever la voix, ou, pour utiliser une notion plus proche de la conversation en fil, quand d'autres commencent à « flooder », c'est-à-dire à inonder de messages les fils de discussion.

8Pour rendre compte de ce genre de situations, il est possible de faire appel à une théorie de l'opinion publique apparue dans les années soixante-dix et quatre-vingt : la théorie de la spirale du silence, décrite par Elisabeth Noelle-Neumann (1989). L'idée de la spirale du silence peut se décomposer ainsi:

Les gens (l'opinion publique, ou dans notre cas, tous les acteurs concernés par un article de Wikipédia) ont une certaine perception de l'opinion dominante. L'opinion dominante n'est pas forcément l'opinion de la majorité, mais c'est celle qui est exprimée avec le plus de conviction, soit dans le cadre d'un débat, soit aussi par l'intermédiaire des médias.

La spirale du silence est basée sur l'idée que les gens, en général, ont peur de l'isolement dans ce genre de situation.

Cette peur de l'isolement implique une réticence à s'exprimer dans la sphère publique.

La conséquence en est que l'opinion minoritaire s'exprime de moins en moins et que l'opinion dominante l'est de plus en plus. La spirale du silence caractérise le fait que la perception de l'opinion publique peut influencer des opinions individuelles.

9Cette spirale, ainsi caractérisée, est aussi vue, du point de vue de la discussion délibérative, comme un mécanisme empêchant le débat propre aux « public spheres » de déboucher sur un mécanisme vertueux de recherche de consensus par la discussion basée sur les arguments, pour reprendre des termes chers aux wikipédiens.

10Par ailleurs, Elisabeth Noelle-Neumann insiste sur le fait que ce genre de phénomène a lieu quand le débat porte une composante morale ou politique d'une part, et est amplifié par un traitement notable du sujet par les médias d'autre part.

11Il s'agit donc d'analyser les pages de discussion d'articles de Wikipédia et leurs acteurs concernés pour évaluer dans quelle mesure le phénomène de la spirale du silence (avec son effet délétère quant à la recherche de consensus pour l'élaboration de l'article) peut se produire dans les débats des pages de discussion, et aussi, d'un point de vue opérationnel, le repérer et le caractériser.

Femen

12Pour donner corps à ce texte programmatique, je m'appuie sur un article de Wikipédia (ou plutôt sur sa page de discussion) qui me permet de mettre en lumière le processus décrit précédemment. L'article « femen » est intéressant de ce point de vue à plusieurs titres : c'est tout d'abord un article avec une page de discussion fournie et active (peu le sont). Le sujet est propice au débat et sied bien aux conditions nécessaires à l'apparition de spirales du silence: c'est un sujet politique, avec une relativement grande diversité d'opinions en général, et parmi les acteurs qui s'expriment sur cette page de discussion en particulier. Dans un passé récent, et particulièrement, dans une période de temps facile à circonscrire, il a bénéficié d'une couverture médiatique très forte, couverture dans laquelle s'est aussi exprimée une pluralité d'opinions. En un mot, c'est un sujet controversé, qui prête au débat, particulièrement lors d'actions médiatiques des femen et du traitement qui s'en suit par les médias.

  • 1 « Wikipédia:Règle des trois révocations », in Wikipédia, 2013,

13L'article a en effet été créé à l'automne 2011, puis a subi peu de modifications jusqu'à l'automne 2012, époque d'une montée en flèche de la notoriété des femen en France. La quantité de modifications dans l'article même et dans la page de discussion a atteint son apogée (avec plusieurs guerres d'édition conduisant plusieurs fois à la semi-protection de la page selon la règle des R3R1) à l'époque de l'occupation de l'église Notre Dame de Paris par les femen le 12 février 2013 puis s'est estompée à partir du printemps 2013. Le pic de controverse liée aux femen est donc daté, concentré dans le temps, mais l'évolution des éditions au cours du temps est importante: la théorie de la spirale du silence est dynamique, donc notre étude doit être diachronique.

Contributeurs

14En analysant l'historique des éditions de l'article « femen » et en le comparant avec l'historique de la page de discussion du même article, on se rend compte que l'ensemble des intervenants dans le premier cas n'est pas du tout le même que dans le second. L'analyse de la liste des contributeurs de la page discussion montre que l'essentiel des interventions a lieu à partir de février 2012, c'est-à-dire au moment de l'apogée médiatique (en France) des actions des femen, alors que les contributions à la page article remontent à l'époque de sa création, en 2011. Bien sûr, les éditions les plus fréquentes de la page article ont lieu à l'époque charnière de février 2012, ce qui correspond aussi à la période au cours de laquelle ont lieu les plus grandes guerres d'édition. Mais il est frappant de constater que, y compris dans ce laps de temps, l'ensemble des contributeurs qui interagissent sur le terrain de la page article et l'ensemble de ceux qui interagissent sur le terrain de la page discussion ne sont pas semblables.

15Une analyse des enjeux ne peut donc pas faire l'économie de la compréhension de qui sont les acteurs du débat de la page discussion « femen ». Idéalement, arriver à les contacter pour les interviewer serait une façon directe d'en savoir plus sur leurs motivations à contribuer, leur appréhension du débat, et offrirait la possibilité de dresser un portrait de leur contexte socio-politique. En se basant strictement sur ce qu'offre Wikipédia, nous avons trois types de renseignements sur l'identité wikipédienne des contributeurs. En référence à la typologie de Fanny Georges (2009), les contributeurs peuvent être caractérisés par leurs identités déclarative, calculées et agissantes. Dans les trois cas, la transparence de Wikipédia (c'est-à-dire le fait que toutes les contributions, y compris les messages entre les acteurs, sont archivées et accessibles) permet une description de ces identités.

  • 2 « Aide:Infobox », in Wikipédia, 2013, https://fr.wikipedia.org/wiki/Aide:Infobox

16L'identité déclarative correspond à la façon dont le contributeur se présente dans Wikipédia. Le choix de son pseudonyme peut parfois correspondre à son état civil, ou être explicite quant à une caractéristique essentielle du contributeur (comme par exemple, une opinion politique). Le contributeur possède aussi une page de présentation qu'il renseigne comme il veut, présentant par exemple ses faits d'armes dans l'encyclopédie. Une façon courante de se décrire est l'utilisation d' « infoboxes2 » dressant un autoportrait robot plus ou moins complet.

17L'identité calculée représente l'ensemble des traces quantifiables que le contributeur laisse dans Wikipédia. La plus significative est la somme de ses contributions, son nombre d'éditions depuis la création du pseudonyme. Dans certains cas barrière pour accéder à certaines fonctions administratives à l'intérieur de l'encyclopédie, le nombre d'éditions (quand il est important) est souvent une marque de respectabilité. Cela se ressent dans les CVs des candidats aux postes d'administrateurs (par exemple) et il est établi qu'une édition d'un nouveau a statistiquement plus de chances d'être annulée que celle d'un ancien (Ortega, Gonzalez-Barahona, Robles, 2008).

18Enfin, l'identité agissante est constituée par l'archivage de l'ensemble des actions du contributeur. D'un côté, ses dialogues avec les autres contributeurs sont répertoriés sur les pages de discussion des articles mais aussi sur la page de discussion de sa propre page d'utilisateurs. De l'autre, l'historique de ses contributions est une source de renseignements pour connaître ses sujets de prédilection et sa manière de contribuer.

19Selon une vision goffmanienne de la représentation de soi réactualisée, Hogan propose de redéfinir la présentation de soi dans un médium en ligne et asynchrone comme une exposition dans un musée, plutôt que sur la scène d'une pièce de théâtre (Hogan, 2010). C'est-à-dire que les identités définies au paragraphe précédent sont exposées sous forme de traces plutôt qu'échangées en direct, et ce à cause de la nature asynchrone du médium. Plus encore, cette « exposition » est sous l'influence d'un curateur. Dans le cas qui nous intéresse, les traces des identités laissées dépendent de la structure même et des règles de Wikipédia. La transparence de l'encyclopédie est une grande aide pour le chercheur, mais comporte malgré tout des limites. Le problème majeur est en particulier celui des « sockpuppets » (c'est-à-dire l'utilisation de plusieurs comptes de contributeurs par la même personne). Particulièrement en cas de discussions houleuses ou controversées, certains contributeurs ont tendance à changer d'identité pour se refaire une virginité du point de vue de Wikipédia, brouillant les pistes des acteurs en jeu dans la discussion.

Discussion délibérative

20Du point de vue de la recherche à propos de discussion délibérative (qui trouve ses fondations dans le concept de « public sphere » d'Habermas) la délibération, selon une vision opérationnelle, définit quatre facteurs sociaux comme nécessaires (Gastil, Black, 2007) :

Adequate speaking opportunities for all participants : la possibilité pour tous de s'exprimer.

Attempt to comprehend one another's views from all participants : L'effort de compréhension des autres points de vue.

Efforts to fully consider each other's input : La prise en compte des apports d'autrui.

Demonstration of respect : La manifestation de respect.

21Bien que ces formalisations ne soient pas spécifiques à l'interaction en ligne, de ce point de vue Wikipédia apparaît à la fois comme un dispositif technique et une communauté présentant de nombreuses qualités pour la floraison de discussions délibératives: des communautés de contributeurs intéressés par un sujet commun, avec comme but (au moins dans la vision habermassienne idéale) l'amélioration de la qualité de l'encyclopédie. Contrairement à de nombreuses autres communautés en ligne, les contributeurs de Wikipédia (d'un article donné) ont un but commun, une tâche commune à effectuer, et ce sans perspective de gain, financier ou autre, et les règles et procédures selon lesquelles ce but est à atteindre sont elles-mêmes discutées dans des pages dédiées, comprenant elles-mêmes des pages « discussion », répondant ainsi parfaitement à la définition de « recursive public » de Christopher Kelty. Les quatre facteurs sociaux énoncés par Gastil et Black ressemblent de fait étrangement aux recommandations aux wikipédiens pour leurs interactions au sein des pages de discussion.

22Dans une publication récente de Black et al. centrée sur les caractéristiques d'une discussion délibérative au sein de pages « discussion » de Wikipédia(Black et al., 2011), une partie de l'analyse des caractéristiques de la discussion délibérative repose sur une analyse du contenu des discussions, attribuant à chaque interlocuteur des valeurs positives ou négatives quant à sa recherche de consensus, son respect des interlocuteurs, etc...Une deuxième partie, que j'exploite à leur suite dans mon exemple, repose sur une analyse de réseaux sociaux. L'idée est de dégager des schémas de « bonne » discussion délibérative dans la forme des graphes représentant les interactions entre contributeurs.

23Le graphe de réseau social en question consiste à attribuer un nœud à chaque contributeur intervenant dans la page de discussion (avec une taille du nœud correspondant au nombre de ses interventions, c'est-à-dire son degré sortant) et un lien dirigé d'un nœud à un autre lorsqu'un contributeur (correspondant au nœud de départ) répond à un autre (correspondant au nœud d'arrivée) (Hansen, Shneiderman, Smith, 2010.). « Répondre » consiste, dans la page de discussion, à ajouter son commentaire à un sujet (ou paragraphe, ou fil) donné à la suite d'une des interventions de ce même fil (pas forcément la dernière). Dans la syntaxe de MédiaWiki, cela est effectué en rajoutant un symbole ":" en début de paragraphe par rapport au contributeur précédent, et cela apparaît dans la page comme un paragraphe légèrement en retrait par rapport au précédent (ce qui donne lieu parfois à des structures de paragraphes particulièrement étroites quand le nombre de réponses successives est important dans un même fil.)

24Black et al. en déduisent deux représentations de graphes antagonistes, représentatives respectivement d'une discussion délibérative répondant aux critères opérationnels pour la recherche de consensus, et d'une discussion, à l'opposé, dégénérant en conflit. Dans le premier cas de figure, le graphe est distribué de manière homogène (la distribution de degrés a une variance faible), avec de nombreux contributeurs se partageant la parole (beaucoup de nœuds de tailles comparables), et adressant la parole a des interlocuteurs variés (beaucoup de liens, d'épaisseurs comparables, pointant dans de nombreuses directions). Dans le second, certains interlocuteurs monopolisent la parole (quelques nœuds de taille nettement supérieure aux autres et quelques liens plus épais que la moyenne les reliant entre eux). La relation avec la théorie de la spirale du silence devient claire: dans le premier cas, la discussion s'établit entre tous les contributeurs, y compris d'opinions divergentes et se poursuit sans que certains contributeurs ne s'imposent (en quantité d'interventions) devant d'autres. Dans le second cas, un cercle vicieux de type spirale du silence aboutit à un graphe dans lequel seuls quelques interlocuteurs monopolisent la parole.

Analyse de réseaux sociaux

25Pour rendre compte de la théorie dynamique de la spirale du silence, le facteur temps est introduit de manière simple: le graphe des contributeurs en interaction est produit sur deux périodes. Une première correspond à l'ensemble des discussions entre la création de l'article et le 12 février 2013 (date de l'occupation de Notre Dame par les femen) et se résume de fait à une période active de discussion de trois mois, de novembre 2012 à février 2013, bien que l'article ait été créé en 2011. Une deuxième comprend toute la page de discussion jusqu'à la date de collection des données (fin mai 2013) et inclut donc la précédente. Cette dernière n'est active que de novembre 2012 à avril 2013, mais contient un volume de contributions bien supérieur au double de la première: Les contributions après le 12 février 2013 sont bien plus nombreuses.

26Pour la première période, le graphe contient très peu de liens épais: les réponses des contributeurs à d'autres sont rarement répétées (ce qui serait un signe de débat tournant à l'affrontement). Les nœuds sont tous de taille modeste et similaire: aucun contributeur ne monopolise la parole. On remarque sur la gauche du graphe un contributeur qui reçoit de nombreux liens de contributeurs variés. C'est l'expression d'un vote (pour ou contre la suppression de la page « femen france »). Il est remarquable qu'il y ait peu de morceaux du graphe déconnectés, étant donné le nombre de fils différents (dix neuf), la nature asynchrone de la conversation, et le nombre de contributeurs impliqués (vingt). Cela veut dire que les contributeurs participent à de nombreux fils, et c’est la caractéristique d'une discussion fortement délibérative, selon Black et al.

27Pour le deuxième graphe, qui inclut le graphe précédent puisqu'il décrit l'ensemble des interactions dans la page de discussion (alors que le premier ne comprend les discussions que jusqu'au 12 février 2013), la disparité des tailles des nœuds est manifeste, et les quelques contributeurs de plus gros degré sortant (c'est-à-dire qui interviennent le plus) sont reliés par des liens épais, qui correspondent à de nombreuses réponses successives entre eux. Ce panorama de gros points et traits épais est caractéristique de discussions où les intervenants se répondent de manière de plus en plus véhémente, et représente typiquement des discussions très faiblement délibératives. Il est en outre frappant de constater que les populations de contributeurs avant et après le 12 février 2013 ont très peu d'éléments communs (sur trente contributeurs, seize interviennent avant et n'interviennent plus après, dix apparaissent après et seulement quatre interviennent avant et après). L'ensemble de ces deux facteurs met en évidence un phénomène qu'on peut apparenter à la théorie de la spirale du silence: l'apparition d'intervenants véhéments rompt l'harmonie d'une discussion délibérative en monopolisant la parole et fait se taire les précédents intervenants.

Conclusion

28La page « discussion » de l'article « femen » est donc un bon exemple d'entreprise de construction d'un article, caractérisé par une discussion délibérative entre plusieurs contributeurs d'horizons différents qui dégénère en affrontement d'un nombre réduit de contributeurs. Non seulement cet affrontement rompt l'harmonie de la discussion délibérative et nuit ainsi au processus de recherche de consensus, mais il fait taire une grande partie des contributeurs, appauvrissant spectaculairement la diversité d'opinions en jeu dans la discussion. Cette transformation du débat est dynamique, suivant les principes de la théorie de la spirale du silence, mais le passage d'une situation à l'autre est soudain: il est directement lié à l'exposition médiatique maximale de l'objet de l'article (les femen).

29D'un point de vue opérationnel, les articles sujets à ce genre de dérive sont donc évidemment ceux qui ont une composante morale, politique, ou traitant de n'importe quel sujet pouvant prêter à controverse, tout en étant soumis à une exposition médiatique forte, soudaine et polémique. A la lumière de ce qu'on vient de dire sur les différents acteurs des pages article et discussion, il peut être pertinent de considérer comme suspect un article pour lequel l'ensemble de ses contributeurs et l'ensemble des contributeurs de sa page de discussion sont peu similaires.

30Enfin, le traitement de type graphe de réseaux effectué ici sur un exemple est insuffisant pour connaître les tenants et les aboutissants des controverses en jeu. Par exemple, un manque de l'étude basée sur un graphe est la composante diachronique: en particulier, deux contributeurs avec les mêmes épaisseurs de trait peuvent être plutôt délibératifs (si répartis de manière homogène dans le temps) ou antidélibératifs (si concentrés sur un faible nombre de fils et/ou un court laps de temps). Surtout, c'est une connaissance plus précise des acteurs, une ethnographie, qui peut nous permettre d'analyser dans quelle mesure, et selon quel schéma, ce phénomène se met en place, qui sont les acteurs qui se taisent et comprendre pour quelles raisons ils se taisent. Par contre, l'utilité de ce traitement par analyse de réseaux sociaux peut être le repérage d'articles intéressants à étudier de manière ethnographique. L'idée est ainsi de mettre l'analyse préliminaire de réseaux sociaux au service d'une étude ethnographique.

Bibliographie

Cardon Dominique, Levrel Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia », in Réseaux, n°154, 2009, p. 51-89.

Beaulieu Anne, Høybye Mette Terp, « Studying Mailing Lists: Text, Temporality, Interaction and Materiality at the Intersection of Email and the Web », in The Handbook of Emergent Technologies in Social Research, 2011.

Black Laura W., Welser Howard T., Cosley Dan, Degroot Jocelyn M., « Self-Governance Through Group Discussion in Wikipedia Measuring Deliberation in Online Groups », in Small Group Research, 2011, vol. 42, no 5, p. 595‑634.

Coleman Gabriella, « Phreakers, Hackers, and Trolls: The Politics of Transgression and Spectacle. », in Mandiberg Michael (dir.), The social media reader, New York, New York University Press, 2012, p. 99‑119.

Gastil John, Black Laura, « Public Deliberation as the Organizing Principle of Political Communication Research », in Journal of Public Deliberation, 2007, vol. 4, no 1, article 3. [en ligne] http://www.publicdeliberation.net/jpd/vol4/iss1/art3

Georges Fanny, « Représentation de soi et identité numérique », in Réseaux, 2009, vol. 154, no 2, p. 165-193.

Habermas Jürgen, The structural transformation of the public sphere: an inquiry into a category of bourgeois society, MIT Press, 1991.

Hansen Derek L., Shneiderman Ben, Smith Marc, « Visualizing threaded conversation networks: mining message boards and email lists for actionable insights », in Proceedings of the 6th international conference on Active media technology, Berlin, Heidelberg, Springer-Verlag, 2010.

Hocquet Alexandre, « RTFM! La chimie computationelle: une communauté scientifique loin du libre », in Christophe Masutti et Camille Paloque-Berges (dir.), Histoires et cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées., Paris, Framasoft, 2013, p. 487-509.

Hogan Bernie, « The Presentation of Self in the Age of Social Media: Distinguishing Performances and Exhibitions Online », in Bulletin of Science, Technology & Society, 2010, vol. 30, no 6, p. 377‑386.

Kelty Christopher M., Two Bits: The Cultural Significance of Free Software, Duke University Press, 2008.

Noelle-Neumann Elisabeth, « La spirale du silence », Hermès, 1989, no 4, p. 181-187.

Ortega Felipe, Gonzalez-Barahona Jesus M., Robles Gregorio, « On the Inequality of Contributions to Wikipedia », in Proceedings of the 41st Annual Hawaii International Conference on System Sciences (HICSS 2008), 2008 [en ligne] http://www.computer.org/csdl/proceedings/hicss/2008/3075/00/30750304-abs.html

O’sullivan Dan, Wikipedia: a new community of practice?, Farnham, England ; Burlington, VT, Ashgate Publishing, Ltd., 2009.

Notes

1 « Wikipédia:Règle des trois révocations », in Wikipédia, 2013,

https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Règle_des_trois_révocations

2 « Aide:Infobox », in Wikipédia, 2013, https://fr.wikipedia.org/wiki/Aide:Infobox

Auteur

Université de Lorraine et Laboratoire d’Histoire des sciences et de philosophie Archives Henri Poincaré

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable