Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wikipédia, objet scientifique non identifié

 | 
Lionel Barbe
, 
Louise Merzeau
, 
Valérie Schafer

Expertises, autorité et légitimité

Chercheur en botanique, contributeur et utilisateur de Wikipedia : un défi à relever

Régine Fabri

Entrées d'index

Texte intégral

Tous mes remerciements s’adressent à Lionel Barbe qui m’a accueillie dans ce projet, à Pierre-Carl Langlais dont les conseils m’ont été précieux, à TED1 et Orlodrim2 grâce à qui j’ai obtenu les statistiques de contributions en botanique sur Wikipédia, à Nicole Hanquart qui m’a aidée à la mise au point de ce texte, ainsi qu’à tous ceux qui ont accepté de répondre à mon enquête.

Préambule

  • 3 « Wikipedia » (sans accent) désigne ici le projet d’encyclopédie universelle, multilingue, coopérat (...)

1En mai 2012, un appel à contribution pour un projet d’étude du comportement des scientifiques, notamment biologistes, face à Wikipedia était lancé sur la page de discussion du « projet biologie » de cette encyclopédie en ligne. Contributrice et utilisatrice régulière de Wikipédia3 depuis plusieurs années, botaniste de formation, j’ai proposé d’apporter mon témoignage. Cette expérience, mise en relation avec mon parcours professionnel, est ici relatée à la première personne ; afin de la situer dans un contexte plus large, je l’ai ensuite confrontée à la pratique d’un échantillon de chercheurs en botanique, pour terminer par une description du profil des principaux contributeurs à Wikipédia dans ce domaine.

Présentation et témoignage de lauteur

2Docteur en sciences biologiques – botanique – (1985) et titulaire d’un master en sciences et technologies de l’information et de la communication (2005) de l’université de Liège (Belgique), j’ai suivi un parcours professionnel et scientifique plutôt éclectique : éducation à l’environnement dans le milieu associatif4, contrats en écologie appliquée à l’aménagement du territoire, thèse de doctorat sur les diatomées en tant que bio-indicateurs de pollution des eaux de surface5, rédaction de la flore des ombellifères de Belgique (Fabri, 1993), édition de Dumortiera (journal de floristique6) ; depuis une quinzaine d’années, je suis gestionnaire du service « Bibliothèque et Archives » du Jardin botanique national de Belgique7. Outre ma fonction actuelle, plusieurs volets de ce parcours sont à mettre en relation avec mon activité de contributrice à Wikipédia : j’ai été amenée, de longue date, à me documenter personnellement sur des sujets divers et j’ai une expérience dans la rédaction, l’édition et la mise au point de rapports et publications scientifiques et de vulgarisation.

3J’ai découvert Wikipedia en 2005 lors d’un séminaire du master INFOCOM et aujourd’hui c’est devenu un outil quotidien dans mon travail à la bibliothèque et dans ma vie privée. J’y cherche, et y trouve, de multiples informations, le plus souvent ponctuelles. Fin 2007, je me suis décidée à me créer un compte utilisateur pour compléter Wikipedia avec des informations que j’y avais recherchées en vain avant de les trouver par ailleurs. Depuis lors, j’ai à mon actif plus de 30 000 contributions sur Wikipédia en français (et quelques-unes ponctuelles dans d’autres langues), dans des domaines très variés, mais de plus en plus orientées vers la botanique et l’histoire de la botanique. Je relis, corrige et complète des articles, ou y ajoute des références ; il m’arrive aussi de créer de nouveaux articles. Je contribue essentiellement à titre personnel durant mes loisirs, sous pseudonyme, car cela ne fait pas partie de mes tâches au Jardin botanique. Pourtant, ainsi que l’a souligné Mathis (2011), « contribuer à partir de sources tierces peut parfaitement entrer dans les compétences d’un bibliothécaire – à charge pour lui de faire reconnaître à ses tutelles que l’exercice relève effectivement de ses missions. » Quelques contributeurs, connaissant ma fonction, et les facilités d’accès à la littérature scientifique spécialisée dont je jouis, font parfois appel à moi pour des références, et je considère que mon rôle, en tant qu’agent d’un service public, est de les aider, comme je le fais pour tout autre usager de la bibliothèque. D’autre part, lorsque je repère une erreur ou une lacune dans un article que je consulte dans le cadre de mon travail, j’interviens aussitôt pour la rectifier. Comme de nombreux autres contributeurs réguliers, je suis de plus en plus investie dans les discussions sur le « bistro8 », sur les articles ou sur les divers projets liés à la botanique.

4Je me suis rapidement rendu compte que participer à Wikipedia requiert non seulement une grande rigueur, sur le fond comme sur la forme, qualité présumée de tout scientifique, mais aussi une bonne dose d’humilité, parfois difficile à admettre pour des chercheurs, experts dans leur discipline, accoutumés certes à être soumis au jugement de leurs pairs, mais souvent peu tolérants face aux critiques de la communauté constituée de non spécialistes et de spécialistes non identifiés (Barbe, 2010). Or, « afin de préserver une égalité radicale entre les participants, Wikipedia ne peut mettre en discussion la compétence ou le statut des écrivants » (Cardon et Levrel, 2009). Quelles que soient les compétences d’un chercheur/scientifique/spécialiste contributeur, fût-il mondialement réputé dans sa discipline, il ne peut invoquer l’argument d’autorité9 pour contester ou modifier les apports d’un autre contributeur. Toute affirmation doit en effet être dûment sourcée et ne peut en aucun cas être proférée comme vérité sous prétexte qu’elle est formulée par un spécialiste.

5Rédiger des articles scientifiques ou contribuer à Wikipedia sont deux activités très différentes. Le scientifique publie des travaux originaux, reposant sur ses propres observations, ou des synthèses inédites de sources primaires. Il y défend souvent un point de vue personnel qu’il confronte à d’autres opinions émises antérieurement. L’objectif du contributeur de Wikipedia – tout comme celle du rédacteur d’une encyclopédie papier – est de rédiger une synthèse neutre10 et globale d’un sujet, basée sur des sources secondaires, voire tertiaires11, sans y introduire le moindre travail inédit12 ou la moindre considération personnelle. Plus original est le fait que les articles de Wikipedia évoluent sans cesse. Ils sont continuellement retravaillés, s’étoffent et se complètent par le créateur de l’article mais aussi par d’autres contributeurs. Le chercheur, lui, au terme de sa recherche, publie un travail fini et son article, soumis à la critique d’un comité de référence choisi parmi ses pairs, n’est plus sujet à modification après sa parution (quoique les nouveaux modes de publication en ligne permettent maintenant la mise à jour des travaux par les initiateurs de l’article). Les publications sont signées, c’est une obligation pour le chercheur qui cherche à obtenir un indice de citation le plus élevé possible ; différence notable, les articles de Wikipedia ne sont pas signés, mais toutes les contributions des auteurs successifs restent toujours accessibles dans l’historique de la page. Enfin Wikipedia n’a pas de facteur d’impact et les contributions semblent difficilement valorisables dans un curriculum vitae.

6Au sein d’un groupe de chercheurs de différentes institutions qui travaillent sur un même sujet, tous se connaissent et collaborent à la mise au point des publications. Sur Wikipedia, on ne se connaît pas, on ignore tout de l’illustre inconnu qui vient de modifier une page qu’on avait soigneusement peaufinée ou dont on avait rectifié les erreurs ou complété l’ébauche. Ce n’est qu’au bout d’un certain temps, qu’on commence à connaître quelques-uns des intervenants sur les sujets auxquels on travaille, mais souvent ils ne livrent d’eux-mêmes que des informations très fragmentaires : les contributeurs en botanique sont-ils jardinier amateur, récolteur de champignons, herboriste, lycéen, doctorant, chercheur qualifié, professeur d’université ou ingénieur agronome ? D’aucuns, rencontrés lors de « wikirencontres » ou contactés par messagerie privée, peuvent devenir des amis. Enfin, on croise parfois aussi des mythomanes s’attribuant des compétences, voire des diplômes qu’ils ne possèdent pas. Une description du profil des principaux contributeurs en botanique est esquissée dans la troisième partie de cet travail.

Évaluation de la pratique dun échantillon de chercheurs en botanique

7Un sondage en ligne13 a été adressé par mail à tous les scientifiques et membres du personnel du Jardin botanique national de Belgique directement liés à la recherche. Cette population représente une grande diversité de profils : des agronomes, gestionnaires de collections de plantes vivantes, à un historien des sciences, spécialiste de l’histoire de la botanique, en passant par des botanistes systématiciens, des responsables de collections d’herbiers, des documentalistes et des rédacteurs de publications scientifiques, soit un total de 66 personnes interrogées, parmi lesquelles 43 ont répondu. Le panel a ensuite été élargi à une quarantaine de professeurs d’université et autres scientifiques belges, français et suisses, toujours dans le domaine de la botanique au sens large, dont 25 ont répondu. Si cet échantillon est biaisé par le fait qu’il s’agit de personnes sélectionnées parmi mes contacts, il est important de signaler que j’ignorais a priori s’ils étaient ou non contributeurs à l’encyclopédie.

8Le sondage proposé comportait huit questions à choix multiples et quelques questions ouvertes, sur l’utilisation de Wikipedia dans le cadre de leur travail, la fiabilité des données et la citation de Wikipedia comme référence, leur contribution à des projets collaboratifs et leur avis sur la participation à l’encyclopédie dans les missions d’une institution scientifique publique.

9La plupart des personnes sondées sont des chercheurs qualifiés ou des experts techniques, tous utilisent Wikipedia dans le cadre de leur travail, un tiers déclarent l’utiliser très souvent. Ces chiffres nettement plus élevés que les 17% de chercheurs publiant dans la revue Nature et reconnaissant consulter Wikipedia (Giles, 2005) sont sans doute à corréler au grand développement qu’a connu l’encyclopédie depuis 2005. Un biais possible dans les réponses au questionnaire pourrait aussi être suspecté. Ce biais concerne ce qu’on nomme un « effet de désirabilité » suscité par des questions provenant d’une collègue du Jardin botanique, contributrice active de Wikipedia : dans quelle mesure les personnes interrogées n’ont-elles pas « désiré » ne pas contredire mon engagement ?

10Selon mon sondage, la plupart des recherches effectuées par les botanistes sur Wikipedia concerne le domaine de la botanique, et dans une moindre mesure des informations géographiques et historiques ; parmi les autres sujets recherchés, l’informatique (citée par cinq personnes), et les statistiques (quatre personnes) viennent en tête. Wikipedia est utilisée par mes collègues, comme par moi-même, pour trouver des informations dans tout domaine qui nous est étranger ou peu familier, ou pour trouver une information factuelle comme la date de naissance d’un auteur ou le nom vernaculaire d’une plante. Le plus souvent, la recherche est lancée dans Google et c’est la page Wikipedia proposée dans les premiers résultats de la requête qui est consultée ; ce n’est que plus rarement que la recherche est effectuée directement sur Wikipedia.

11Dans l’ensemble les chercheurs interrogés considèrent que Wikipedia est fiable mais, démarche scientifique oblige, les trois quarts vérifient l’information en croisant différentes sources. Seuls quatre d’entre eux ont déjà constaté des erreurs et un seul ne se fie pas à l’encyclopédie en ligne. Wikipedia est considérée comme ne contenant pas plus d’erreurs que des livres réputés sérieux, et ce grâce au rétro-contrôle exercé par un nuage de contributeurs. Ceci conforte l’affirmation selon laquelle les taux d’erreurs décelées dans l’encyclopédie commerciale Britannica et dans Wikipedia sont comparables (Giles, 2005). D’après les scientifiques interrogés, la qualité de Wikipedia dépend beaucoup de la langue et du domaine en question. Hors sondage, plusieurs collègues m’ont dit consulter plus volontiers Wikipedia en anglais, qui serait plus complet. En français, les informations géographiques s’avèrent globalement correctes, mais ce n’est pas nécessairement le cas dans d’autres disciplines. Ces conclusions rejoignent celles de Langlais (2013).

12Lorsqu’il s’agit de recouper l’information, les publications traditionnelles sur papier, dictionnaires, encyclopédies ou journaux scientifiques, restent les sources privilégiées, mais elles sont souvent associées à une recherche sur internet. Les ressources en ligne les plus consultées sont des bases de données ou des dictionnaires (e.a. IPNI14, Tropicos15, MycoBank16, GBIF17, WordReference18, Merriam Webster19...), des sites institutionnels ou encore Google Scholar et Google Earth.

  • 20 Fabri Régine, Hanquart Nicole, de Borman Sandrine, « L’impression végétale, de l’illustration scien (...)

13À la question de savoir s’ils citeraient Wikipedia comme référence, faute de pouvoir remonter à la source originale, 10 % des chercheurs ont préféré ne pas répondre, tandis qu’un peu plus de la moitié de ceux qui ont répondu n’hésiteraient pas à la citer dans un article de vulgarisation ou dans une présentation orale, comme je l’ai d’ailleurs déjà fait personnellement20, et près de 40% la citeraient dans un syllabus ou document pédagogique. Les avis sont très contrastés puisque trois chercheurs accepteraient une référence à Wikipedia dans une thèse et cinq dans un article scientifique, tandis que pour 17 chercheurs il est exclu de citer Wikipedia comme référence.

14Les commentaires permettent de nuancer ces positions :

  • « Wikipedia ne pourrait pas être citée comme référence car il faut toujours remonter aux sources originales » ;

    • 21 C’est le cas notamment de l’École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs de l’université Sorbon (...)

    « Des établissements d’enseignement supérieur refusent les références à Wikipedia dans des travaux de fin d’études »21 ;

  • « Certaines informations ponctuelles puisées dans l’encyclopédie en ligne ne nécessitent pas de citation : par exemple une recherche sur un nom de lieu ou sur le nom vernaculaire ou scientifique d’une plante » ;

    • 22 Diagre D. « Darwin s’invite à Mons: une querelle entre Auguste Houzeau de Lehaie (1832-1922) et Le (...)

    « Dès que l’on sort du champ de la spécialité, cela peut tout à fait se concevoir, par exemple citer quelques synthèses historiques ou géographiques dans un article d’écologie végétale ». Un exemple concret de cette démarche est fourni par mon collègue historien des sciences : dans un article relatant une querelle à propos du darwinisme où il fait allusion à La Légende des siècles de Victor Hugo, il se réfère à Wikipédia pour de plus amples informations au sujet de cet ouvrage22.

15Plusieurs chercheurs se déclarent sans opinion ou reconnaissent ne pas encore avoir été confrontés à cette question. Enfin une réflexion plus large pose la question de l’accessibilité des sources pour le lecteur :

Ça dépend […] du type de travail. Finalement, citer n’a que la seule fonction d’aider le lecteur à trouver les sources utilisées. La question est donc très difficile parce que pour beaucoup d’utilisateurs les sources originales ne sont pas accessibles. Citer une source (quelconque) est donc un choix, en partie, personnel. Le fait de citer des informations données par Wikipedia ne dit rien de la bonne ou mauvaise qualité de Wikipedia. Mais cela dit tout de la façon dont l’auteur veut aider ses lecteurs.

16Les trois quarts des personnes sondées n’ont jamais participé à Wikipedia. Neuf ont parfois apporté de petites contributions en botanique et huit ont effectué des corrections mineures. Je suis la seule à contribuer souvent dans différents domaines, mais nous sommes deux à le faire régulièrement en botanique. Les chercheurs qui s’investissent dans d’autres projets collaboratifs sont au nombre de quatorze (20%) et les principaux projets qui retiennent leur attention sont deux projets de la Wikimedia Foundation, Wikimedia Commons23 et Wikispecies24, et d’autres projets extérieurs à la Wikimedia Foundation : l’encyclopédie concurrente, Encyclopedia of Life25, ainsi que Les Herbonautes26 et TelaBotanica27.

17Les arguments invoqués pour la non-contribution sont principalement le manque de temps, ou d’intérêt, et le fait que ce ne soit pas reconnu comme publication et pas considéré comme faisant partie du travail. La difficulté d’apprendre la syntaxe Wiki n’est soulignée que par trois personnes. Une réflexion intéressante est celle d’une microbiologiste du CNRS qui dit travailler dans un domaine trop spécialisé, en constante évolution, et manquer d’expérience en matière de vulgarisation. Notons aussi quelques fausses idées : les problèmes de copyright ne sont pas résolus, les contributions sont anonymes.

18La dernière question posée était la suivante : « La contribution à une encyclopédie en ligne comme Wikipedia a-t-elle sa place dans les missions d’une institution scientifique comme le Jardin botanique national de Belgique, ou d’une université ? »

19Plus des trois quarts des répondants considèrent que oui, principalement en raison de la qualité d’experts des chercheurs : si les spécialistes n’apportent pas l’information, qui pourrait le faire ? Un deuxième argument est le rôle de service public des institutions, dont une des missions est la diffusion et la vulgarisation des informations scientifiques. Par ailleurs les résultats de la recherche financée par des moyens publics doivent être accessibles à tous. Enfin Wikipedia est vue comme un point de rencontre entre chercheurs, étudiants, amateurs et grand public. Quelques-uns imaginent plutôt la contribution à Wikipedia comme une mission réservée au Service éducatif, mais pour ma part je partage l’avis de Mathis (2011) selon lequel nous nous trouverions « à un carrefour, dont la prochaine étape sera l’implication directe et plus générale des bibliothèques dans la production de contenu pour Wikipedia » et je pense que le service documentation pourrait aussi jouer un rôle important.

20Les opposants estiment que la mission de recherche scientifique est primordiale et que la contribution, qui ne peut être valorisée dans un CV, doit rester une activité additionnelle, pratiquée sur le temps libre.

21La réponse d’un membre du comité de direction de l’institution est plus mitigée :

Je dirais plutôt non. Sans doute Wikipedia pourrait être une vitrine additionnelle pour notre recherche, mais comme institution scientifique notre première mission est de publier nos résultats dans des revues internationales. D’autre part, une partie de notre temps devrait être consacrée à une large diffusion de nos connaissances... Wikipedia est une plate-forme possible, mais peut-être pas idéale parce que les contributions restent anonymes.

22Il est important de souligner que l’anonymat est en fait un faux problème puisque chacun est libre de contribuer sous son nom ou sous un pseudonyme et, bien que les articles ne soient pas signés, tous les contributeurs apparaissent dans l’historique de la page. Par ailleurs, si la contribution à Wikipedia n’est pas directement valorisable dans un CV, il ne faut pas perdre de vue que faire connaître sa recherche et citer en référence ses publications accroît la visibilité du chercheur et contribue à augmenter son indice de citation (Black 2008 ; Barbaresi 2013).

23En résumé, ce sondage livre les informations suivantes : les botanistes consultent largement Wikipedia, dans leur domaine comme dans d’autres plus éloignés, et s’ils considèrent que l’information qu’ils y trouvent est fiable, ils la vérifient néanmoins. Ils y contribuent très peu tout en estimant que cela pourrait faire partie des missions de leur institution puisque ce sont eux qui détiennent l’expertise et ont accès aux sources imprimées pour contribuer et ainsi améliorer la fiabilité des articles dans leur domaine. Il y a là un paradoxe : les scientifiques recherchent des informations fournies par des spécialistes d’autres disciplines, sans prendre en considération que ces derniers pourraient, eux aussi, consulter Wikipedia dans des domaines extérieurs à leur spécialisation.

24Il est évident que ce sondage limité et orienté ne constitue qu’une première approche très grossière de la question. Le taux de réponses au sondage reçues des chercheurs du Jardin botanique national de Belgique permet toutefois d’obtenir une image significative des pratiques au sein de cette institution qui, faut-il le préciser, est l’une des dix plus importantes au monde par l’ampleur de ses collections. Le nombre réduit d’autres botanistes, belges et étrangers, interrogés ne permet pas de comparaison statistiquement valable, mais à première vue les réponses obtenues sont très semblables.

Profil des principaux contributeurs en botanique

25Grâce à l’obligeance de deux contributeurs, j’ai pu obtenir la liste mensuelle des contributeurs actifs en botanique sur Wikipédia et le nombre de contributions de chacun d’eux entre mai et septembre 201328. J’ai cherché sur la page utilisateur des 231 contributeurs ainsi répertoriés les informations qu’ils donnent sur leur profil personnel :

  • 24 sont titulaires d’un diplôme de niveau universitaire en botanique, en agronomie, en biologie, en zoologie ou en sciences de la vie et de la terre, parmi eux on dénombre 4 docteurs, 2 agrégés et 5 chercheurs ; 4 sont étudiants dans l’une de ces disciplines ;

  • 26 ont une autre formation scientifique de niveau universitaire : ils sont ingénieurs, informaticiens, médecins, mathématiciens, chimistes, physiciens ou géographes ;

  • 6 ont une formation supérieure en sciences humaines (droit, histoire, sociologie, journalisme) ;

  • 24 disent s’intéresser à la botanique au sens large sans préciser leur formation.

26Seuls 12 % des contributeurs actifs dans le domaine de la botanique au sens large se présentent donc comme des spécialistes de cette discipline, tandis que 11 % ont une autre formation. La proportion d’amateurs (ou spécialistes non déclarés) atteint elle 10 %.

27La proportion de spécialistes est plus importante parmi les 30 contributeurs les plus actifs, c’est-à-dire ayant effectué plus de 100 contributions sur les quatre mois analysés, on y dénombre en effet 3 docteurs et 2 doctorants en biologie, 1 doctorant en géographie, 2 professeurs agrégés, 1 biologiste et 1 ingénieur agronome, soit 10 scientifiques. L’activité des autres contributeurs ne semble pas liée à leur qualification. Force est de constater que, à la différence des mathématiques, la physique ou la chimie, la botanique sensu lato est une discipline qui attire de nombreux amateurs, c’est ainsi que « la spécialisation des contributions est à mettre en relation avec les loisirs et passions des contributeurs, notamment pour ce qui concerne les domaines édités, parfois déjà médiatisés dans un site personnel ; le spécialiste tend donc à se confondre avec le passionné » (Endrizzi, 2006).

28Les rôles de ces catégories de contributeurs, experts scientifiques et amateurs passionnés, sont complémentaires. Un informaticien, passionné de geckos et contributeur très régulier au portail biologie, écrit sur la page de discussion d’un agronome doctorant, spécialiste des maladies cryptogamiques :

Tu sembles aussi mettre en avant les spécialistes (« des personnes qui dominent leur sujet »). Bien sûr les spécialistes ont une meilleure maîtrise et des facilités pour trouver et comprendre des sources annexes. Il ne faut toutefois pas oublier que Wikipedia ne base son contenu que sur des données publiées, accessibles à tous ceux qui savent chercher et comprendre. De plus il faut être prudent : certains spécialistes ne comprennent pas que Wikipedia se doit d’être neutre et considèrent qu’en tant que spécialiste ils peuvent écrire leur vision des choses. On a déjà eu des problèmes avec quelques trublions de ce genre, même si heureusement ça reste rare. Et comme je le disais sur tous les portails, je vois très peu de spécialistes venir. Wikipedia n’est sans doute pas un mode de transmission du savoir naturel pour eux (ce qui se comprend : écrire des article, faire des analyses, faire des conférences… ça prend du temps et c’est reconnu dans la profession, contrairement aux contributions sur WP)29.

29Dans la discussion relative à l’octroi du label « article de qualité30 » à l’article Banksia aemula (une espèce d’arbustes d’Australie), on peut lire la réflexion suivante :

C’est la première fois que je lis avec attention un article de botanique proposé au label AdQ, à savoir Banksia aemula. C’est laborieux, vu mon manque de connaissance dans le domaine, heureusement il y a les liens internes. Cela permet de me mettre à la place du lecteur qui lit un article dont je maîtrise le sujet, mais pas lui31.

30Il est en effet parfois difficile pour un spécialiste, enfermé dans son sujet, de prendre le recul nécessaire pour se mettre à la place du profane qui découvre un domaine auquel il n’est pas accoutumé. La relecture par des non-spécialistes a donc toute sa raison d’être.

Conclusion

31Cette réflexion à propos des scientifiques face à Wikipedia n’est qu’un premier tour d’horizon. Des enquêtes plus larges et plus élaborées seraient nécessaires pour préciser tant la pratique des scientifiques utilisateurs et contributeurs, que le rôle joué par les experts dans la construction de l’encyclopédie. Néanmoins, cette première approche a permis de mettre en évidence le paradoxe que constitue cette problématique : la majorité des chercheurs en botanique interrogés font largement appel aux ressources de cette encyclopédie en ligne mais ils sont très peu nombreux à y contribuer tout en considérant que cela pourrait faire partie des missions de leur institution.

32Je conclurai donc en ces termes : pour les chercheurs, utiliser Wikipedia et y contribuer, c’est plus qu’un défi, c’est un paradoxe à résoudre.

Bibliographie

Barbaresi Adrien, « Participer à Wikipédia en tant que chercheur : enjeux et mode d’emploi », in Ressources pour la thèse et au-delà : Méthodologie, outils et astuces du (jeune) chercheur, ENS Lyon, [en ligne] consulté le 22/01/2013 http://enthese.hypotheses.org/791

Barbe Lionel, « Wikipedia, un trouble-fête de l’édition scientifique », in Hermès, n° 57, 2010, p. 69-74.

Black Eric W., « Wikipedia and academic peer review: Wikipedia as a recognized medium for scholarly publication », in Online Information Review, vol. 32, n° 1, 2008, p.73-88.

Cardon Dominique, Levre Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia », in Réseaux, 2009/2, n° 154, p. 51-89.

Cohen Noam, « A History Department Bans Citing Wikipedia as a Research Source », in The New York Times, February 21, 2007. [en ligne] http://www.nytimes.com/2007/02/21/education/21wikipedia.html?_r=0

Endrizzi Laure, L’édition de référence libre et collaborative : le cas de Wikipedia, INRP, Cellule de veille scientifique et technologique, Les Dossiers de la veille, Lyon, 2006. [en ligne] http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/47/37/60/PDF/DossierWikipedia2006-endrizzi.pdf

Fabri Régine, « Umbelliferae », in Flore générale de Belgique, Spermatophytes. Meise, Jard. bot. nation. Belgique, 1993, 5(2), p. 109-360.

Giles Jim, « Internet encyclopaedias go head to head », in Nature, n° 438, 2005, p. 900-901.

Langlais Pierre-Carl, Wikipédia est-elle fiable ? Mis en ligne le 08/03/2013 sur Hotel Wikipédia, [en ligne] http://blogs.rue89.com/les-coulisses-de-wikipedia/2013/03/08/wikipedia-est-elle-fiable-229821

Mathis Rémi, « Défiances et production : Les bibliothèques françaises et Wikipédia », in Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, 2011, p. 10-13.

Nielsen Finn A., « Scientific citations in Wikipedia », in First Monday, vol. 12, n° 8, 2007 [en ligne] http://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/1997/1872] [http://arxiv.org/pdf/0705.2106v1.pdf

Notes

3 « Wikipedia » (sans accent) désigne ici le projet d’encyclopédie universelle, multilingue, coopératif, collaboratif et librement diffusable lancé en 2001 ; « Wikipédia » (avec accent) désigne l’édition de Wikipedia en langue française.

4 Asbl Éducation-Environnement (http://www.education-environnement.be/txt_activites/animations.php)

5 Fabri Régine, Étude écologique des rivières du nord du massif Ardennais: flore et végétation de diatomées et physico-chimie des eaux. 3. Impact des pollutions. Robertville, ULg, Stat. scient. Hautes-Fagnes,1984, 5 + 201 p., 4 cartes & 9 tabl. h.t. [Thèse Doct. Sc.].

6 http://www.br.fgov.be/PUBLIC/GENERAL/GENERALFR/publicationsplanten_dumortierafr.php

7 Pour plus d’informations voir http://www.br.fgov.be

8 Le « bistro » est un espace de discussion informelle (https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Le Bistro)

9 https://fr.wikipedia.org/wiki/Aide:Conseils aux spécialistes

10 https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Neutralité de point de vue

11 https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Citez vos sources

12 https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Travaux inédits

13 http://fr.surveymonkey.com/s/PQBHJNS

14 http://www.ipni.org/

15 http://www.tropicos.org/

16 http://www.mycobank.org/

17 http://www.gbif.org/

18 http://www.wordreference.com/

19 http://www.merriam-webster.com/

20 Fabri Régine, Hanquart Nicole, de Borman Sandrine, « L’impression végétale, de l’illustration scientifique ancienne à la création artistique contemporaine », in Actes du colloque « Traces du végétal », Angers, 13-15 juin 2012, note 16 (sous presse).

21 C’est le cas notamment de l’École Supérieure d’Interprètes et de Traducteurs de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (commentaire au sondage SurveyMonkey) et du département d’histoire du Middlebury College (Vermont, USA) (Cohen, 2007).

22 Diagre D. « Darwin s’invite à Mons: une querelle entre Auguste Houzeau de Lehaie (1832-1922) et Le Hainaut, en 1867 », in Mémoires et Publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut, vol. 106, 2014, note 59 (sous presse).

23 https://commons.wikimedia.org/wiki/Accueil

24 https://species.wikimedia.org/wiki/Accueil

25 http://eol.org/

26 http://lesherbonautes.mnhn.fr/

27 http://www.tela-botanica.org/site:accueil

28 https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:OrlodrimBot/Contributeurs_actifs_par_portail

29 https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion_utilisateur:Pinof (1er juin 2013)

30 Label attribué par la communauté wikipédienne à l’issue d’un vote (https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Article_de_qualité)

31 https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Le Bistro/13 septembre 2013 - Banksia aemula – appel à voter

1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:TED

2 https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:Orlodrim

Auteur

Bibliothèque du Jardin botanique national de Belgique

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable