Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wikipédia, objet scientifique non identifié

 | 
Lionel Barbe
, 
Louise Merzeau
, 
Valérie Schafer

Expertises, autorité et légitimité

Postures d’opposition à Wikipédia en milieu intellectuel en France

Alexandre Moatti

Texte intégral

1Wikipédia a attiré, et attire encore, un certain nombre de critiques émanant d’un milieu intellectuel, culturel et médiatique, en France notamment. L’analyse de ces critiques, de leurs connexités avec d’autres types de critiques (comme l’antiaméricanisme ou l’anti-technologie), de leurs éventuelles filiations historiques, est aussi un objet de recherche autour de Wikipédia. Le caractère répétitif, éloigné de la réalité et fermé à la discussion de certaines de ces critiques peut leur valoir la qualification de postures. Ce sont elles que nous tâchons de caractériser ici : notre objet n’est pas de revenir sur des critiques de fond portées sur Wikipédia (comme l’absence de signature des articles, un manque de fiabilité éventuel, un caractère parfois verbeux et anecdotique, la facilité de plagiat qu’elle induit, etc.), connues et déjà assez largement documentées, mais bien d’analyser comment certains intervenants, faisant peu appel à des arguments de fond, en viennent à une critique systématique portant sur la nature même de l’encyclopédie, quasiment à un dénigrement – ce que nous proposons d’appeler antiwikipédisme.

  • 1 Moatti Alexandre, séminaire EHESS 2008-2010 « Une approche historique de l’alterscience », et Moatt (...)
  • 2 Membre actif de cette association depuis 2007, j’en ai été administrateur de 2008 à 2010.

2Nous avons par ailleurs étudié des postures systématiques d’opposition à la science – en utilisant à leur sujet le terme d’alterscience1 –, et tâché de les caractériser comme d’en tracer la limite, notamment par rapport à une critique constructive, toujours utile et nécessaire dans le processus scientifique : nous transposons ici cet objet de recherche à l’environnement Wikipédia, en retrouvant un certain nombre de points communs avec notre objet d’étude initial. Accessoirement, nous souhaitons indiquer que nous avons depuis 2005 une pratique régulière de contribution à l’encyclopédie Wikipédia (en sciences et en histoire des sciences, notamment), et une connaissance interne du fonctionnement des structures wikipédiennes (en tant que membre de l’association Wikimédia France2) ; si les chercheurs en sciences humaines travaillant sur Wikipédia mentionnent assez rarement quel est leur niveau de participation à l’encyclopédie (ce que l’on peut regretter), nul ne semble avoir jusqu’à présent considéré qu’être actif dans ses instances fût un biais pour en faire un de ses objets de recherche…

Quand ?

  • 3 Assouline Pierre, « Wikipédia, l’erreur à haut débit », in L’Histoire, n° 318, mars 2007 ; voir aus (...)

3Notre première interrogation portera sur la date et la durée de ces critiques anti-Wikipédia en France. La salve est lancée début 2007 par un article de l’écrivain Pierre Assouline dans L’Histoire et par les travaux de ses étudiants à SciencesPo3, modifiant la page Wikipédia consacrée à son nom pour en faire « un champion de France du jeu de paume ». Nous n’entrons pas dans le fond de ce débat, ni du débat concomitant sur la qualité comparée de Wikipédia et de l’encyclopédie Britannica : ce qui nous intéresse ici est la persistance de la critique chez le même intervenant, qui constitue généralement un bon traceur de la posture.

  • 4 Lecointre Guillaume, « Après le « fast-food», le « fast-science» », in Charlie-Hebdo, n° 650, 1er d (...)

4Du point de vue des dates, mentionnons néanmoins une prise de position antérieure (fin 2004), sous la plume d’un scientifique réputé, le biologiste Guillaume Lecointre, dans sa chronique scientifique de Charlie-Hebdo : selon lui, la vraie connaissance scientifique est celle d’articles signés, à rebours des pages encyclopédiques non signées de l’encyclopédie en ligne. « Les “anarchistes” autoproclamés des encyclopédies libres » voudraient évacuer « les intellectuels ayant pour tâche de délivrer gratuitement de la connaissance [NB : les chercheurs]4 » ; ils feraient ainsi le jeu de l’ultralibéralisme politique, qui se passerait bien de la recherche. Cette prise de position, précoce, émanant d’un scientifique, est suffisamment rare pour être notée : s’agissant d’un billet d’humeur ponctuel, publié dans un media à caractère politique prononcé, nous ne saurions attribuer un caractère de permanence à cette position.

  • 5 Je donnerai ici un témoignage personnel. J’ai représenté l’association Wikimédia France à deux repr (...)

5Si l’on suit le cours du temps, le débat anti-Wikipédia mené sur la base des « études » de SciencesPo semble trouver son acmé en 2009. Entre-temps, l’usage de l’encyclopédie par le grand public s’est beaucoup développé, et à partir de 2010 l’antiwikipédisme s’estompe dans la sphère médiatique, qui souvent s’aligne sur l’opinion générale5. Comme l’écrit Laure Endrizzi à propos de l’encyclopédie en ligne : « Alors que l’attention des médias grands publics et les réactions des traditionnels médiateurs du savoir restent le plus souvent mobilisées par des affaires de vandalisme et plus généralement par des problèmes de fiabilité et de qualité, les usages ne cessent de se développer » (Endrizzi, 2006).

  • 6 Le blog « Sur Wikipédia » consacre un billet aux diverses mentions de Wikipédia par Pierre Assoulin (...)
  • 7 Intervention de Jean-Noël Jeanneney, Colloque « L’Homme dans son environnement numérique », Conseil (...)
  • 8 « Le bashing (mot qui désigne en anglais le fait de frapper violemment, d’infliger une raclée) est (...)

6Mais les critiques sont toujours prêtes à resurgir, comme une rivière souterraine. Si Pierre Assouline ne critique plus ouvertement Wikipédia, il garde sans doute un avis circonspect à son sujet6. Jean-Noël Jeanneney, lui aussi membre du comité de rédaction de la revue L’Histoire, continue à dénigrer Wikipédia, avec toujours le même argument résurgent, cinq ans après, selon lequel Pierre Assouline avait été mentionné à son corps défendant comme champion de France de jeu de paume7, et le même procédé codé : une attaque ad personam dirait Schopenhauer (1830), si l’on peut considérer l’encyclopédie comme une personne (morale). Les évolutions du langage et des technologies permettent de codifier ce type d’attaque, donnant lieu à une joute en riposte sur Internet : la twittosphère parle d’un « Wikipédia bashing8 ». La médiasphère reste tout aussi prompte à se saisir d’un antiwikipédisme résurgent, comme le montre la façon dont a été médiatisée en mars 2012 la charge de Loys Bonod (professeur de lettres au lycée Chaptal) contre Wikipédia, suite à une erreur qu’il y avait introduite.

Qui ?

  • 9 Le blog de David Monniaux, wikipédien, enseignant à Polytechnique, recense un certain nombre de pri (...)

7Ce sera notre seconde interrogation – ou, pour la préciser et afin d’éviter une personnalisation trop forte : peut-on catégoriser ces postures d’opposition ? Nous avons déjà trouvé un point commun à deux des intervenants (Assouline et Jeanneney) : la revue L’Histoire. Que des historiens ou hommes de lettres s’insurgent contre Wikipédia n’est pas étonnant. Il existe sur ce sujet un certain clivage dans le monde du savoir, entre d’une part les scientifiques, qui dans leur grande majorité voient Wikipédia d’un œil favorable9, et d’autre part une partie du monde littéraire. C’est, notamment, lié au fait que les pages Wikipédia sont moins précises et plus sujettes à controverse dans les domaines politique et historique que dans le domaine des sciences exactes. Remarquons aussi que tous deux appartiennent à une génération plus que quinquagénaire, et qu’ils évoluent dans des sphères très médiatiques. Dans ce contexte, nous proposons de parler d’antiwikipédisme mondain, ou de salon : effets de manche (équivalent ou ancêtre du bashing), faible argumentation, amplification démesurée d’incidents mineurs.

8Si la revue L’Histoire n’y est pas impliquée en tant que telle, il n’en est pas de même d’une autre revue, plus confidentielle, destinée à un public choisi : la revue (très) parisienne Books. Celle-ci a longtemps entretenu une rubrique Wikigrill, comme son nom l’indique destinée à mettre Wikipédia sur le grill. L’idée était de demander à un universitaire de critiquer une page Wikipédia relative à son domaine de compétence. S’agissant d’une revue installée qui développait ainsi une ligne éditoriale, nous proposons de parler là d’antiwikipédisme institutionnel. Cependant, là aussi, cette rubrique Wikigrill a disparu de la revue (début 2011), sans doute pour les raisons invoquées précédemment.

  • 10 Bonod Loys, blog laviemoderne.net, et compte Twitter @loysbonod.

9Mentionnons enfin (sachant que cet essai de catégorisation est inachevé) un antiwikipédisme de nouvelle génération, lié à l’Éducation nationale : Loys Bonod (38 ans) en est bien représentatif. C’est, à nouveau, une personne de formation littéraire. Il s’est fait connaître début 2012 dans la sphère publique par ses réserves sur Wikipédia – il y a là une différence avec Jeanneney ou Assouline qui étaient, eux, largement connus par ailleurs. Sa voix a porté, représentative d’une frange de profs s’insurgeant contre les TICE (« technologies de l’information et de la communication dans l’éducation »), devenues trop envahissantes à leurs yeux – et contre une forme de pédagogisme déresponsabilisant les enseignants par le biais des TICE. Mais Bonod se distingue au sein de cette frange, puisque depuis deux ans il a poursuivi une démarche active anti-Wikipédia, sur son blog comme sur Twitter10. Loin d’une forme de dilettantisme mondain, on peut parler à son égard d’un antiwikipédisme militant.

Quelles racines ? Quelles filiations ?

10À quoi rattacher l’antiwikipédisme ? Ce sera notre troisième série d’interrogations. Deux tendances majeures se dégagent : une forme d’anti-science / anti-technologie, que nous rattachons aussi à une forme d’antiaméricanisme (puisque Wikipédia est clairement perçu par ses opposants comme venant des États-Unis). À cet égard, l’antiwikipédisme ne se distingue que peu du dénigrement de Google ou de Google Books, combat lancé en France début 2005 par… Jean-Noël Jeanneney, alors président de la BnF (Jeanneney, 2005). Même si Jimmy Wales, fondateur de Wikipédia, est assez éloigné de la science et de la technologie, l’ensemble du projet Wikipédia a été mené dès l’origine par de nombreuses personnes de formation scientifique : encore à présent maints contributeurs sont de jeunes ingénieurs ou techniciens informatiques – les fameux « geeks ». Wikipédia cousine avec les utopies dix-neuvièmistes de partage de la connaissance par tous, positivistes ou saint-simoniennes, elles aussi menées par des ingénieurs.

11La galaxie de projets de la Wikimedia Foundation – une vraie nébuleuse pour qui ne se donne pas la peine de comprendre – est perçue par certaines élites françaises comme not invented here : comme Google, c’est un projet venant des États-Unis, se propageant via Internet, lui aussi venu d’outre-Atlantique. Même si Wikipédia n’est pas une entreprise capitaliste, c’est un projet qui viendrait en lieu et place de l’esprit encyclopédique des Lumières que la France a donné au monde. On en viendrait presque à railler Jimmy Wales, le fondateur de Wikipédia, comme le d’Alembert des temps modernes, en sous-entendant par là que notre époque a les d’Alembert et les encyclopédies qu’elle mérite…

12Il est difficile de démêler antiaméricanisme, anti-science et technologie dans ces divers dénigrements de Wikipédia, de Google, de l’Internet en général – eux aussi difficiles à démêler entre eux. Un parallèle peut être dressé avec les années 1930 où souffle en France un très fort vent d’antiaméricanisme mêlé à l’anti-machinisme (mot aujourd’hui désuet mais en tous points transposable à l’anti-technologie contemporaine), venant d’auteurs très divers, comme Georges Duhamel, Bernanos, Robert Aron, Cocteau ou Giraudoux, pour la plupart plutôt situés à droite. Avec Antoine Compagnon (2005), on peut tracer cette filiation d’antimodernes au sein du corps lettré plus loin encore dans le temps, au moins jusqu’à Baudelaire, qui lui aussi déplorait en 1865 l’américanisation des esprits.

  • 11 Tweet du 16 octobre 2012 de Pascal Rogard, directeur général de la SACD (Société des auteurs et com (...)

13De nos jours, la technologie et la culture de masse américaines seraient un outil de domination économique et culturelle, et la France, comme l’Europe devraient résister à cette emprise. De fait, l’antiwikipédisme est parfois aussi une composante de la défense de l’exception culturelle française : de fervents défenseurs de cette exception – et du droit d’auteur – dénigrent Wikipédia voire insultent ses contributeurs11. Ceux-là font totalement abstraction du rôle de diffusion des connaissances joué par Wikipédia (et même par Google, ou par l’Internet en général) : l’encyclopédie est vue comme du prêt-à-penser, comme le seraient les films d’outre-Atlantique dont il faut se prémunir grâce à l’exception culturelle.

14Ce contexte peut paraître foisonnant : il l’est, car Wikipédia se trouve mêlé à un halo de dangers venant d’outre-Atlantique, à propos desquels l’argumentation est souvent déficiente. On aurait du mal à comprendre l’antiwikipédisme sans le remettre dans ce contexte. Ce décor une fois planté, détaillons ici certains aspects de ces oppositions.

  • 12 Dans un documentaire télévisé, Jean-Noël Jeanneney parle des deux dirigeants de Google (qui lui ava (...)
  • 13 Page d’accueil de Wikipédia : « Bienvenue sur Wikipédia – Le projet d’encyclopédie libre que vous p (...)
  • 14 Voir par exemple Bonod Loys, « Wikipédia : l’important, c’est de participer », blog laviemoderne.ne (...)

15Le courant technophobe est en partie fondé sur une tendance anti-informatique – ou en tout cas sur une incompréhension assez prononcée des nouvelles technologies par une génération de littéraires n’ayant pas grandi avec l’informatique. Une pointe d’anti-jeunisme, à l’égard des jeunes dirigeants de Google12, ou des wikipédiens vus comme de jeunes « geeks » incultes, n’est pas non plus à exclure. L’incompréhension de la notion de projet en informatique, feinte ou réelle, se manifeste aussi : Wikipédia se présentant comme un « projet d’encyclopédie libre13 », certains de ses contempteurs la dénigrent comme quelque chose d’imparfait puisque jamais terminé, voire jamais commencé14.

  • 15 L’Internet Society a fonctionné à partir de 1992 avec 85 chapitres locaux dans les divers pays.

16Une caractéristique des projets participatifs du Web est leur fonctionnement par chapitres : ce fut également le fonctionnement d’Internet à ses débuts, avec des chapitres par pays15. C’est aussi celui de Wikipédia, avec une association par pays. L’expansion de ces projets s’est faite à partir d’assemblées de personnes (chercheurs, informaticiens, ou simplement citoyens), assemblées indépendantes des pouvoirs publics – à la manière des organisations non gouvernementales. Ce qui est admis dans le domaine humanitaire vers des pays émergents l’est moins en France dans le domaine de la diffusion des connaissances – comme si le savoir (Wikipédia) et l’un de ses modes de transmission (Internet) étaient imposés à un pays sous-développé (la France) par une puissance colonisatrice (les États-Unis). Ajoutons le caractère quelque peu mystérieux et religieux de la notion de chapitre (assemblée de moines dans une salle capitulaire) pour achever de la discréditer.

  • 16 La licence Creative Commons (cc-by-sa), venant elle aussi des États-Unis, et elle aussi fort méconn (...)
  • 17 Aphorisme qui a par exemple été cité dans l’intervention de Samuel Klein à Cambridge, à l’occasion (...)

17La notion d’ « encyclopédie libre » (rappelée sous le logo, sur chaque page Wikipédia) est elle aussi très mal comprise en France, dans toutes ses acceptions. D’abord d’un point de vue informatique : le concept de logiciel libre (de type Linux), opposé à celui de logiciel propriétaire (de type Microsoft ou Apple), peine à s’imposer – il est pourtant partie intégrante des développements de la plateforme Wikipédia. Ensuite d’un point de vue économico-culturel : le concept du libre apparaît comme un épouvantail, celui de la gratuité totale, quand ce n’est pas celui du piratage – alors que « l’encyclopédie libre » est diffusée sous une licence bien définie16, avec des règles précises, ce que veulent ignorer certains représentants des droits d’auteurs. Enfin, last but not least, d’un point de vue socio-politique : comme nous le pointions à propos de l’organisation par chapitres, la notion de libre renvoie aussi à une indépendance réelle vis-à-vis des États. À cet égard, Wikipédia peut être vue comme inspirée par le libertarisme américain, sorte d’anarchisme libéral qui ne veut rien avoir à faire avec l’État. Ceci renforce la suspicion à son égard aux yeux d’une intelligentsia française : comment peut-on prétendre faire de la culture sans l’État ? Quand elle n’est pas classée comme libertaire de droite, la communauté mondialisée de Wikipédia apparaît par trop apolitique (c’est-à-dire non politisée – est-on bien sûr alors qu’elle soit de gauche ?), trop a-théorique : dans un pays cartésien comme la France, comment pourrait-on vouloir le bien de l’humanité sans fondement théorique sous-jacent ? Le marxisme lui-même était une théorie pour le bien de l’humanité, d’où son succès au pays de Descartes. Or Wikipédia en est presque l’opposé : à l’inverse du marxisme politique, « Wikipédia, ça marche en pratique, pas en théorie17 ».

Comment ? Quelles manifestations ?

18Nous terminerons notre série d’interrogations sur l’antiwikipédisme par ces questions. Nous avons déjà précisé qu’il s’agissait peu d’argumentations rationnelles ; ce sont bien des manifestations, comme celles d’un esprit malin ou d’un feu follet, revenant de manière répétitive et toujours semblable – « Assouline champion de France de jeu de paume » est un exemple de cette persistance, de 2007 à 2012.

19Une figure de style de l’antiwikipédisme est l’autoréférence, de la part de journalistes, politiciens, vedettes : « La page Wikipédia qui m’est consacrée contient des erreurs, donc cette encyclopédie est erronée. » On a vu que c’était la page d’Assouline lui-même que ses étudiants ont prise pour champ d’expérimentation. Au-delà de cet exemple, on ne compte plus le nombre d’occurrences de cet argument narcissique, parfaitement en phase avec l’individualisme contemporain (« il n’y a que moi qui m’intéresse ») et avec le star-system (« et donc ma page Wikipédia »).

Narcisse se mirant – illustration de la critique de Wikipédia au nom de « soi » (« ma page Wikipédia est mauvaise donc c’est aussi le cas de Wikipédia »)

Narcisse se mirant – illustration de la critique de Wikipédia au nom de « soi » (« ma page Wikipédia est mauvaise donc c’est aussi le cas de Wikipédia »)

Franc Kavčič/Caucig, Narcissus, before 1810, Oil on canvas, 10,1,5 x 113 cm, Ljubljana, Narodna galerija, inv. no NGS 3349

20Ainsi, dans la revue Books, le philosophe franco-danois Mikkel Borch-Jacobsen consacre-t-il une rubrique Wikigrill à sa propre page sur l’encyclopédie. S’agissant d’une personnalité dont les positions font l’objet de controverses (il est co-auteur du Livre Noir de la psychanalyse, 2005), il n’est pas aberrant que la contenu de sa page Wikipédia soit aussi l’objet de controverses. Il en vient à évoquer Wikipédia comme « une invitation à la guerre idéologique » et à l’invoquer comme « une obscure divinité d’Internet ». La faiblesse argumentative et le caractère outrancier du propos sont surprenants chez un intellectuel, philosophe qui plus est – les fondements de sa discipline ne sont-ils pas la discussion et l’argumentation ?

  • 18 Ce type d’invocations peut aller jusqu’à celle d’un complot wikipédien : « Qui donc travaille dans (...)
  • 19 Roth Philip, « An Open Letter to Wikipedia » in The New Yorker, 7 septembre 2012 (http://www.newyor (...)

21Une deuxième figure de style est justement cette invocation18 de Wikipédia comme « obscure divinité », « boîte noire », « univers kafkaïen ». À propos des démêlés que rencontre en 2012 l’écrivain américain Philip Roth avec sa propre page Wikipédia19 – à nouveau un homme de lettres, et à nouveau à propos de sa propre page –, ce genre de métaphores est largement utilisé par la presse. La référence à Kafka renvoie justement à un individu qui pris dans une nasse administrative, voire totalitaire, essaie d’argumenter sur son propre cas, tel Roth essayant de modifier sa page. Sans entrer dans le fond de cette affaire, il est intéressant de constater comment Wikipédia oblige les personnalités à s’interroger sur la façon dont on parle d’elles dans l’encyclopédie, provoquant chez certains une véritable dissonance cognitive : « je suis le mieux placé pour parler de moi-même et de mon œuvre romanesque » – ce n’est pourtant pas forcément le cas !

  • 20 Bonod Loys, blog laviemoderne.net, op. cit.

22Une troisième figure de style consiste à présenter Wikipédia comme quelque chose de dépassé : « interface d’un autre âge20 », projet pâtissant d’une stagnation du nombre de ses contributeurs,…Quand on veut dénigrer quelque chose, on l’accuse d’être obsolète : c’est une figure classique qu’on retrouve dans l’alterscience (opposition non argumentée aux théories scientifiques en vigueur) – « La théorie de la relativité ? Elle est complètement dépassée à présent, non ? », insinuent les détracteurs contemporains de cette théorie.

23On voit donc qu’on peut rattacher certains courants d’antiwikipédisme à des courants historiques plus anciens (comme l’anti-machinisme des années 1930), ce qui permet, aussi, de mieux les comprendre. Leur prégnance en milieu littéraire, leur prolongement dans diverses controverses sur les méthodes éducatives, mais aussi leurs dérives occasionnelles vers la théorie du complot, permet d’inscrire l’analyse de ces postures dans des champs de recherche plus vastes (comme par exemple les rapports entre technologie et société, ou entre élites et citoyens), auxquels elles peuvent servir d’illustration. Il serait sans doute intéressant de prolonger cette analyse dans d’autres pays. Inversement, les postures et manies de certains contributeurs Wikipédia pourraient elles aussi être un objet d’étude – nous avons parlé du jeune geek, mais certaines visions de retraités contributeurs de l’encyclopédie mériteraient aussi analyse.

24En tout état de cause, Wikipédia a sans doute cristallisé de véritables passions, d’un côté comme de l’autre. L’arrivée de Wikipédia, plus encore que celle d’Internet, a pu être une (trop) divine surprise pour certaines personnes qui y ont vu une cause dans laquelle s’investir (une raison d’être ?), et y consacrer un temps considérable. D’un autre côté, cette arrivée a été vue par certains comme un phénomène totalement inattendu et pas forcément bienvenu, popularisant de manière massive certains sujets sur lesquels eux-mêmes avaient développé une expertise, et faisant de même avec leur propre image (« ma page Wikipédia »). Ces implications personnelles, nécessairement chargées d’affect, peuvent conduire à ces postures souvent irrationnelles, que nous avons tracées partiellement ici. Si Wikipédia est un objet de recherches, c’est aussi parce que c’est un objet de passions.

Bibliographie

Compagnon Antoine, Les Antimodernes. De Joseph de Maistre à Roland Barthes, Paris, Gallimard, 2005.

Endrizzi Laure, « L’édition de référence libre et collaborative : le cas de Wikipédia », in Veille scientifique et technologique INRP – CNRS, mars 2006.

Gourdain Pierre, O’Kelly Florence, Soulas Delphine, von Droste zu Hulshoff Tassilo, La Révolution Wikipédia. Les encyclopédies vont-elles mourir ?, Paris, Mille et une nuits, 2007.

Jeanneney Jean-Noël, Quand Google défie l’Europe. Plaidoyer pour un sursaut, Paris, Mille et une nuits, 2005.

Moatti Alexandre, Alterscience. Postures, dogmes, idéologies, Paris, Odile Jacob, 2013

Schopenhauer Arthur, L’Art d’avoir toujours raison, 1830 (nb. rééd.).

Notes

1 Moatti Alexandre, séminaire EHESS 2008-2010 « Une approche historique de l’alterscience », et Moatti Alexandre, Alterscience. Postures, dogmes, idéologies, Paris, Odile Jacob, 2013.

2 Membre actif de cette association depuis 2007, j’en ai été administrateur de 2008 à 2010.

3 Assouline Pierre, « Wikipédia, l’erreur à haut débit », in L’Histoire, n° 318, mars 2007 ; voir aussi l’ouvrage collectif des étudiants de SciencesPo, La Révolution Wikipédia. Une enquête sur les rouages de l’encyclopédie collaborative (2007).

4 Lecointre Guillaume, « Après le « fast-food», le « fast-science» », in Charlie-Hebdo, n° 650, 1er décembre 2004.

5 Je donnerai ici un témoignage personnel. J’ai représenté l’association Wikimédia France à deux reprises à une table ronde du Salon du livre consacrée aux encyclopédies, en 2009 et en 2010. Alors que la première année, Wikipédia apparaissait comme l’intrus, l’éléphant dans un magasin de porcelaine tenu par Britannica et Universalis, en 2010 l’association, hésitant à participer à nouveau, se vit instamment priée de participer, quasi réclamée par les organisateurs du Salon et les autres participants à cette traditionnelle table ronde. En 2009, on lui faisait jouer le rôle d’épouvantail par rapport à l’esprit encyclopédique censément incarné par les encyclopédies traditionnelles. En 2010, sa présence était nécessaire et Wikipédia servait d’aune à laquelle se mesurer, presque de faire-valoir – remarquable inversion : en tout état de cause, à partir de 2010, il était impossible pour les encyclopédies traditionnelles de tenir une table ronde sans un représentant de Wikipédia.

6 Le blog « Sur Wikipédia » consacre un billet aux diverses mentions de Wikipédia par Pierre Assouline (billet http://sur-wikipedia.over-blog.com/pages/Pierre_Assouline_et_Wikipedia-6758360.html)

7 Intervention de Jean-Noël Jeanneney, Colloque « L’Homme dans son environnement numérique », Conseil économique et social, 15 novembre 2012.

8 « Le bashing (mot qui désigne en anglais le fait de frapper violemment, d’infliger une raclée) est un néologisme d’origine anglaise utilisé pour décrire le “jeu” ou la forme de défoulement qui consiste à dénigrer collectivement un sujet ou une personne. » (Première phrase de l’article Wikipédia consacré à ce terme, consulté le 29 septembre 2013).

9 Le blog de David Monniaux, wikipédien, enseignant à Polytechnique, recense un certain nombre de prises de position très favorables à Wikipédia, par exemple émanant de prix Nobel (http://david.monniaux.free.fr/dotclear/index.php/post/2011/12/10/Quelques-t %C3 %A9moignages-en-faveur-de-Wikip %C3 %A9dia)

10 Bonod Loys, blog laviemoderne.net, et compte Twitter @loysbonod.

11 Tweet du 16 octobre 2012 de Pascal Rogard, directeur général de la SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques), s’adressant à Rémi Mathis, président de Wikimédia France, à propos des articles Wikipédia : « Vos fiches [sic] sont un tissu de mensonges rédigés par des crétins anonymes. » (https://twitter.com/fandoetlis/statuses/258244541839200257)

12 Dans un documentaire télévisé, Jean-Noël Jeanneney parle des deux dirigeants de Google (qui lui avaient rendu visite à la BnF) comme « de jeunes gens très propres sur eux, qui visiblement avaient abandonné leurs jeans pour mettre des cravates » (Le Livre selon Google, diffusé sur Arte, 2 avril 2013).

13 Page d’accueil de Wikipédia : « Bienvenue sur Wikipédia – Le projet d’encyclopédie libre que vous pouvez améliorer ». En informatique, ou plus généralement en ingénierie, le mot projet désigne une réalisation en cours (ex. la gestion de projets) ; alors que dans un langage plus courant, un projet est une action prévue, qui n’a pas encore commencé (ex. faire des projets pour le lendemain).

14 Voir par exemple Bonod Loys, « Wikipédia : l’important, c’est de participer », blog laviemoderne.net, 30 octobre 2012.

15 L’Internet Society a fonctionné à partir de 1992 avec 85 chapitres locaux dans les divers pays.

16 La licence Creative Commons (cc-by-sa), venant elle aussi des États-Unis, et elle aussi fort méconnue en France.

17 Aphorisme qui a par exemple été cité dans l’intervention de Samuel Klein à Cambridge, à l’occasion de « The Alan Turing Centenary Conference », 25 juin 2012, http://www.turing100.manchester.ac.uk/index.php/speakers/invited-list/11-speakers/69

18 Ce type d’invocations peut aller jusqu’à celle d’un complot wikipédien : « Qui donc travaille dans l’ombre à la rédaction des versions définitives ? Quelle autorité supérieure arbitrera ? Mystères », s’inquiète Daniel Schneidermann dans une tribune de Libération, « Wikipédia, ses espoirs, ses menaces », 14 octobre 2005.

19 Roth Philip, « An Open Letter to Wikipedia » in The New Yorker, 7 septembre 2012 (http://www.newyorker.com/online/blogs/books/2012/09/an-open-letter-to-wikipedia.html). Comme dans le reste de notre article, nous n’entrons pas ici dans le fond de cette affaire – nous nous intéressons aux modes argumentatifs.

20 Bonod Loys, blog laviemoderne.net, op. cit.

Table des illustrations

Titre Narcisse se mirant – illustration de la critique de Wikipédia au nom de « soi » (« ma page Wikipédia est mauvaise donc c’est aussi le cas de Wikipédia »)
Crédits Franc Kavčič/Caucig, Narcissus, before 1810, Oil on canvas, 10,1,5 x 113 cm, Ljubljana, Narodna galerija, inv. no NGS 3349
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/4113/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M

Auteur

Ingénieur en chef au corps des Mines et laboratoire SPHERE, Université Paris-Denis Diderot

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable