Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wikipédia, objet scientifique non identifié

 | 
Lionel Barbe
, 
Louise Merzeau
, 
Valérie Schafer

Wikipedia, objet scientifique en cours d'identification

Surveiller sans punir. La gouvernance de Wikipédia

Dominique Cardon

Entrées d'index

Mots clés :

gouvernance, encyclopédie

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la version française de « Discipline but not punish : The governance of Wikipedia », i (...)
  • 2 Au total de ses différentes éditions, Wikipédia recevait 400 millions de visiteurs uniques en septe (...)

1La réussite1 de Wikipédia est unique dans l’histoire d’Internet. Initiée en janvier 2001 comme une de ces multiples expérimentations sans grand avenir que des audacieux lancent en mille endroits du réseau, l’encyclopédie participative est aujourd’hui devenue une ressource essentielle pour partager le savoir sur Internet. Dixième site le plus consulté par les internautes, offrant plus d’un million d’articles dans sa version française, référence obligée de la plupart des travaux étudiants, source constante d’informations pour les internautes, espace de visibilité pour tous ceux qui cherchent à exister sur le web, Wikipédia est désormais l’un des principaux piliers d’Internet2. D’autres innovations ascendantes (Von Hippel, 2005), comme Google ou Facebook, ont connu pareil destin, mais peu ont aussi bien tenu leurs promesses initiales : refuser la commercialisation et confier à tous et à quiconque le droit d’écrire l’encyclopédie, sans instaurer un contrôle éditorial a priori et centralisé. Si la couverture des différents domaines encyclopédiques y est très inégale (Halavais, Lackaff, 2008), des analyses comparatives et statistiques ont mis à jour un paradoxe déroutant : au regard des critères de qualité que s’est donnés Wikipédia, à savoir le refus de l’originalité, la vérifiabilité factuelle et un ton aussi neutre que possible, il existe un lien statistique robuste entre la qualité d’un article, le nombre de contributions et la variété d’éditeurs distincts (Wilkinson, Huberman, 2007 ; Anthony, Smith, Williamson, 2005). Wikipédia a ainsi expérimenté à échelle mondiale un modèle d’écriture coopérative qui privilégie la force du nombre sur la sélection des compétences (Surowiecki, 2004 ; Sunstein, 2006 ; Landemore, 2010), même si le nombre n’est pas ici une simple agrégation, mais le préalable à la mise en œuvre d’un processus de surveillance mutuelle et de coordination (Kittur, Kraut, 2008).

  • 3 Larry Sanger a été recruté par Jimmy Wales pour initier Nupédia, puis Wikipédia. Il sera licencié p (...)
  • 4 Ce texte reprend et prolonge une analyse détaillée de la gouvernance de Wikipédia publiée dans Card (...)

2En effet Wikipédia constitue l’une des expériences les plus abouties et les plus radicales de coopération auto-organisée. Son fonctionnement ne cesse d’intriguer et nourrit toujours la méfiance incrédule des élites. Tel un apprenti sorcier, l’un de ses deux fondateurs, Larry Sanger, ne s’est jamais vraiment expliqué comment une telle chose était possible et n’a cessé de dénoncer l’hydre qu’il a fait naître avant qu’elle ne lui échappe3. Comment assurer la fiabilité des articles de l’encyclopédie si quiconque et n’importe qui peut d’un simple clic effacer, corriger et écrire les articles de Wikipédia ? Est-il possible que personne, expert, universitaire, femme ou homme de savoir et de raison, n’évalue les contributions de la foule ? Comment a-t-on pu confier la rédaction de l’encyclopédie la plus lue à travers le monde à des ignorants ? La réussite de Wikipédia constitue un démenti intrigant à la croyance en une hiérarchie « naturelle » des compétences. Son exemple montre qu’il n’est pas nécessaire de faire reposer la production de la connaissance sur des institutions organisant la sélection des qualités des contributeurs, mais qu’il est possible d’ouvrir un espace auquel tous aient accès sans condition si des règles très strictes sont mises en place pour décentraliser le plus fortement possible le contrôle mutuel qu’exerce les participants sur, et exclusivement sur, le respect des procédures de production du savoir4.

Comment le wiki se souvient de l’horizon épistémique de Wikipédia ?

3Wikipédia est devenu un véritable champ de recherche avec ses rencontres internationales (les Wikimania), ses publications et ses colloques spécialisés (WikiSym). L’accès ouvert à l’ensemble des données de l’encyclopédie dont tous les processus sont par principe publics et accessibles a favorisé une production scientifique considérable ces dernières années. L’intérêt de ces travaux est de s’appuyer sur des corpus de grande taille permettant une objectivation statistique rigoureuse du moindre comportement, si mineur soit-il, des encyclopédistes. Dans cet article, on se propose de synthétiser quelques-uns des résultats de ces recherches à la lumière d’un questionnement visant à spécifier le type de gouvernance dont Wikipédia est le théâtre. Le renouvellement récent des travaux sur la gouvernance des collectifs en ligne s’est effectué au contact de la question du réseau en opposition à la régulation territoriale de l’Etat (et à celle par la concurrence et les prix du marché) et du problème de la gestion collective des biens communs (Orstom, 1990). Ces recherches ont permis de répertorier les arrangements institutionnels qui favorisent la formation de grands collectifs de production et d’échanges sur Internet. Elles ont mis en avant l’importance de la division des activités en tâches unitaires et modulaires pour établir une coopération de pair-à-pair (Benkler, 2009), l’absence d’injonction hiérarchique et de plan de travail a priori (Foray, Zimmerman, 2001), la préférence pour le consensus sur le vote pour la prise de décision (Aguiton, Cardon, 2007a ; Urfalino, 2007), la tolérance envers les engagements d’intensité variables permettant les coopérations faibles comme les coopérations fortes (Aguiton, Cardon, 2007b ; Haythornthwaite, 2009), l’importance de la reconnaissance et des rétributions symboliques dans la motivation des acteurs (Ashton, 2011) et la nécessité de décentraliser le plus fortement possible les pouvoirs de sanctions des comportements (Ostrom, 1990). Un trait commun de ces différents travaux est de pointer le déplacement de la source normative qui fonde les institutions en réseau depuis une légitimité substantielle vers une légitimité procédurale et processuelle (Habermas, 2000). Cette caractéristique rejoint de nombreux travaux de sciences politiques portant sur les nouvelles formes institutionnelles apparues ces dernières années avec les collectifs et les institutions transnationales (Castells, 2009), les autorités indépendantes (Rosanvallon, 2008), la régulation de l’Internet (Brousseau, 2001), les dispositifs de consultations participatives (Sintomer, 2007) ou les nouvelles formes d’action politique en réseau (Rumpala, 2007). Bien que ces collectifs auto-organisés mêlent étroitement interactions hors ligne et en ligne (Hess, Ostrom, 2007), ils revêtent un tranchant particulier lorsqu’ils se constituent dans le monde numérique. Aussi est-il utile de faire un détour par la sociologie des sciences et des techniques pour saisir la portée singulière de la procéduralisation de la coordination, lorsque celle-ci se déploie devant une interface numérique.

4Dans un célèbre article portant sur la manière dont le cockpit se souvient de la vitesse de l’avion en lieu et place du pilote, Edwin Hutchins (1994) a donné une illustration très parlante des approches dites de « cognition distribuée ». Il y montre qu’il n’est pas nécessaire de faire reposer les ressorts de l’action coordonnée sur les seuls acteurs (leurs capacités cognitives, leurs représentations ou leurs schèmes de comportement intériorisés) en posant des hypothèses « héroïques » sur leur rationalité, leurs stratégies, leurs motivations ou leurs valeurs quand l’environnement dans lequel ils interagissent, notamment dans les univers sociotechniques complexes, est équipé d’un ensemble d’artefacts (des indicateurs, des objets, des signaux, etc.) qui guident, canalisent, contrôlent et vérifient que leurs comportements soient ajustés aux visées dudit environnement. L’activité cognitive de pilotage réside moins dans le cerveau des pilotes que dans le système qui inclut des humains, des artefacts et des objets. Toute la stratégie d’analyse développée par le courant de la cognition distribuée (Hutchins, 1995) consiste à partager les représentations et les valeurs qui orientent l’action commune entre les personnes et l’environnement sociotechnique dans lequel elles agissent. Cette perspective a connu un développement important dans les approches de sociologie des sciences, insistant sur le fait que les dispositifs techniques incorporaient des principes, des valeurs ou des politiques qui étaient activés lorsque les personnes interagissaient avec eux (Winner, 1986 ; Latour, 1994 ; Lessig, 2000).

5On ne peut, dans cette logique, rendre raison de l’étonnante stabilité de Wikipédia sans considérer ensemble les internautes et le wiki qui les fait agir en « wikipédiens ». Beaucoup d’analyses font reposer sur les seuls individus en interaction des exigences très fortes pour expliquer leur orientation vers la coopération. La polémique qui entoure l’encyclopédie oppose ainsi deux interprétations contradictoires des qualités et des motivations des participants. Pour les uns, il est inconcevable que les wikipédiens soient dotés des compétences et du désintéressement requis pour remplir des objectifs encyclopédiques. Pour les autres, Wikipédia constitue justement la preuve qu’il existe dans nos sociétés suffisamment de personnes désintéressées, altruistes et désireuses de produire des connaissances. Complices, ces deux interprétations opposées échouent cependant à expliquer le fonctionnement de l’encyclopédie en ligne par l’invocation des seules qualités individuelles des participants (Kuznetsov, 2006). Pour expliquer leur comportement coopératif en ligne il n’est pas nécessaire de doter les acteurs de représentations altruistes et désintéressées ou d’une préférence vertueuse pour le savoir (Benkler, Nissenbaum, 2006, p. 410 et suiv.). Avec son style d’écriture, ses pages de discussion, son système de traçabilité des contributions et des effacements, ses bandeaux d’alerte, ses balises notifiant les manquements aux principes de l’encyclopédie, etc., le wiki, véritable interface morale, enferme les ressources nécessaires à l’accomplissement de comportements orientés vers la production du savoir. Les wikipédiens ne sont pas, d’un seul mouvement et par eux-mêmes, des encyclopédistes nés. C’est le wiki qui les rend encyclopédistes. Cette performativité de l’interface se révèle tout particulièrement lorsque l’on observe la trajectoire des internautes au sein de la communauté (Bryant, Forte, Bruckman, 2005). Leur carrière d’encyclopédiste débute souvent pour des raisons personnelles, utilitaires et contingentes : corriger une faute en passant, compléter un article par des sources nouvelles, rédiger l’article manquant sur un sujet qui les concerne ou les passionne… Ce n’est que très progressivement, en se plongeant dans le jeu des interactions, des corrections, de la veille sur ses articles et ceux des autres, que certains s’engagent plus activement dans le travail collectif de l’encyclopédie en ligne et revendiqueront l’identité de « wikipédien ». La reconnaissance et l’intériorisation des valeurs de la communauté sont des effets émergents des interactions en ligne davantage qu’elles ne sont des préalables à l’engagement (Aguiton, Cardon, 2007b).

6Aussi est-ce au contact de l’interface du wiki, en interagissant avec les autres rédacteurs, en subissant les notifications que les autres apposent sur leurs contributions, que les participants plient, adaptent et ajustent leurs comportements aux règles collectives de l’encyclopédie. La sorte de raison épistémique qui guide la plus grande majorité des comportements sur Wikipédia ne doit donc être recherchée ni dans les personnes, ni dans l’interface, mais dans les ajustements mutuels qui permettent aux personnes d’interagir sur le wiki. Or l’interface de Wikipédia organise spatialement une contigüité très serrée entre l’espace des pratiques et celui des normes de la pratique (Reagle, 2010, p. 47 et suiv.). Cette dépendance récursive de la pratique à la règle est au cœur du fonctionnement réflexif de l’encyclopédie en ligne. Elle y installe un style de comportement qui met constamment à distance les personnes de leur contribution. La gouvernance de Wikipédia peut alors être caractérisée par cet effort d’une incroyable exigence, pour déplacer, de la manière la plus systématique et la plus radicale possible, les évaluations portant sur les personnes, leur compétences, leurs intérêts, leurs motivations ou leurs caractères vers la mise en débat public de la validité épistémique de leur contribution. Afin de rendre compte de ce processus, on voudrait dégager cinq enseignements de l’expérience collective de Wikipédia.

Leçon n° 1. [[WP :Ignore toutes les règles]]5 – Transformer l’esprit fondateur en règles publiques et accessibles

  • 5 Nous reprenons la graphie wiki pour souligner la dimension « matérielle » des artefacts réglementai (...)

7Wikipédia n’est pas née radicale. Avant elle, Nupédia, la première encyclopédie en ligne lancée par Jimmy Wales au sein de sa société, Bomis, recouvrait une forme très traditionnelle. Un éditeur en chef, Larry Sanger, recruté à cet effet, surveillait et validait les contributions d’auteurs choisis pour leur expertise (Levrel, 2006). Le processus d’édition et de validation des articles était très rigoureux et s’appuyait sur un collège d’experts certifiés. La petite histoire raconte que Larry Sanger vérifiait que les contributeurs aient bien un doctorat (PhD), en leur demandant de lui envoyer leur diplôme par fax (Lih, 2009, p. 38). Au bout d’un an de fonctionnement, Nupédia ne parviendra pas à réunir plus de 20 articles : le processus était long, l’investissement des experts dilettante, le financement du projet fragile. Nupédia aurait très vite été oublié si, à titre expérimental, Larry Sanger et Jimmy Wales n’avaient décidé en janvier 2001 de lancer un wiki destiné à élaborer des ébauches d’articles pour Nupédia en permettant aux experts et à d’autres, d’écrire, de corriger et d’annoter les textes. à une vitesse stupéfiante, Wikipédia, simple « bac à sable » de Nupédia, va très vite se développer en suscitant l’attention d’internautes non experts, pendant que Nupédia sera définitivement déserté.

  • 6 Définie en février 2002, l’architecture normative de la Wikipédia anglo-saxonne repose sur cinq pri (...)
  • 7 Principes fondateurs, Règles et Recommandations de la Wikipédia francophone sont accessibles depuis (...)
  • 8 « Si les règles vous rendent nerveux ou vous dépriment, et ne vous donnent pas envie de participer, (...)

8Les premiers moments de Wikipédia constituent une étape cardinale dans l’invention de sa régulation. La définition des cinq Principes fondateurs de l’encyclopédie6, la rédaction des 38 (12 pour la Wikipédia française) Règles régissant l’écriture des articles et leur codification en 189 (38 pour la française7) Recommandations (guidelines) sont en effet une conséquence directe de la transformation de l’esprit de liberté sans règles que partageait le cercle des premiers experts en un ensemble de procédures publiques susceptibles d’accueillir la participation de n’importe qui. Dans le récit détaillé qu’il a donné des premiers temps de l’encyclopédie en ligne, Larry Sanger (2005) raconte comment les premiers mois de Wikipédia ont constitué des moments fiévreux de « wiki-anarchie », une sorte d’adhocratie dans laquelle il n’était pas besoin de formuler de règles explicites pour trouver un accord commun. Le petit groupe de contributeurs, la plupart universitaires ayant participé à la tentative avortée de Nupédia, partageait un même ethos méritocratique. Ses membres concevaient l’absence de règles comme une des raisons de leur engagement. Larry Sanger formulera alors la célèbre règle [[WP : Ignorer toutes les règles]]8 qui servira de mythe fondateur à la communauté, même si cette déclaration d’indépendance à l’égard de toute règle contredit toute l’évolution ultérieure des pratiques sur l’encyclopédie. à cet égard, on retrouve dans ce moment originaire le même sentiment de liberté créatrice et de confiance tacite et inconditionnée qui était celui du modèle méritocratique-universitaire des débuts de l’Internet (Cardon, 2010). La qualité des contributeurs, leurs origines sociales et culturelles communes, leur proximité avec le monde académique rendaient extrêmement peu probables les comportements incivils. L’ethos des contributeurs formait communauté et servait de rempart à sa possible dénaturation. Cependant celle-ci ne pourra résister au tournant de la massification. L’« eden anarchiste » prendra fin à partir d’août 2001, lorsque le succès de Wikipédia, relayé par le site Slashdot, fera venir en grand nombre de nouveaux contributeurs (Firer-Flaess, 2007, p. 5 et suiv.). Les nouveaux arrivants, moins diplômés, férus de culture technologique, peu respectueux des pratiques courtoises d’échanges d’arguments se lancent dans des débats à l’emporte-pièce. Ils sont parfois agressifs, font des propositions incongrues, se lancent à tout va dans la rédaction de nouveaux articles. Les historiens du moyen âge seront vite effrayés par l’arrivée sur leur portail d’une horde de geeks puisant leurs références dans la culture des jeux gothiques et de l’heroic fantasy (Rosenzweig, 2006). Ces « invasions barbares » vont contribuer à frustrer et à faire fuir les contributeurs initiaux, à l’instar de Larry Sanger, dont le ressentiment à l’égard de Wikipédia date des polémiques qu’il a alors eu à subir dans des flamewar interminables avec les nouveaux entrants (Lih, 2009, p. 171 et suiv.). Or, c’est précisément en raison de cette transformation de la composition sociologique de la communauté que les valeurs des fondateurs ont progressivement été formulées pour devenir des règles écrites et activables.

Le moment constitutionnel des communautés en ligne

9La mise en forme des normes d’écriture et des principes de gouvernance de Wikipédia doit donc s’interpréter comme une extériorisation progressive dans des règles et une interface de l’ethos des contributeurs originaires. C’est parce qu’avec la mise en œuvre du principe de publication ouverte, ils ne pouvaient plus compter sur les familiarités comportementales de leur propre rapport au savoir et aux valeurs méritocratiques, qu’ils ont choisi de confier à l’interface elle-même et aux règles de l’encyclopédie le soin de prendre en charge et de garantir que les comportements des wikipédiens soient bien orientées vers le savoir épistémique. Le premier enseignement que l’on peut tirer de l’expérience de Wikipédia est d’avoir su prendre le délicat tournant du « passage à l’échelle » des communautés de l’Internet lorsqu’elles doivent codifier leur esprit. Ce processus a eu lieu avec l’apparition des FAQ (Frequently asked question) sur Usenet (Kollock, Smith, 1996) ou dans le monde du logiciel libre, par exemple sur Debian. Dans le cas de Wikipédia, ce travail de codification a été entrepris progressivement en mêlant étroitement l’édiction de règles publiques de comportement et les transformations de l’architecture du wiki. De façon remarquable, la constitutionnalisation de Wikipédia à travers l’édification des Principes, Règles et Recommandations, a aussi été profondément intégrée à la conception d’artefacts techniques visibles et activables dans le cours même de la rédaction et de la discussion des articles. La liste centrale de discussion a été décentralisée afin que chaque article soit doté d’une page de discussion. La politique des bandeaux et des bannières a été mise en forme pour apposer sur n’importe quelle page les signaux de la communauté. La watchlist est venue fournir un outil personnalisé permettant de distribuer la surveillance de l’encyclopédie vers chaque rédacteur. La règle des trois reverts, qui interdit à un utilisateur d’effacer 3 fois le même texte pendant une période de 24 heures, a été progressivement testée et mise en place afin d’apaiser les guerres d’édition. Des robots ont été conçus pour remplir toute une série de tâches de corrections et de signalement. Des outils de supervision des nouvelles modifications ont été développés pour outiller le travail de la patrouille RC (Recent Change) qui veille 24 heures sur 24 sur les vandalismes. Etc.

10L’institutionnalisation des règles de gouvernance sur Wikipédia est un processus continu. Il est, en effet, préférable que la communauté décide collectivement et continûment de l’évolution de ses normes de fonctionnement afin de ne pas avoir le sentiment qu’elles ont été fixées une fois pour toutes par une autorité qui apparait progressivement comme étant de plus en plus extérieure (Orstom, 1990). Le cinquième pilier de la politique de Wikipédia affirme qu’à l’exception des quatre autres piliers, toutes les autres règles de l’encyclopédie sont révisables. Tous les wikipédiens peuvent proposer, notamment en rédigeant des Essais, des propositions de nouvelles règles, celles-ci étant ensuite soumises au vote de la communauté. Pendant la phase de développement de l’encyclopédie, de nombreuses modifications ont ainsi pu être observées. Des statuts spécifiques sont apparus dans l’encyclopédie avec l’élection des administrateurs et des bureaucrates. En juillet 2004, c’est le Comité d’arbitrage (ArbCom) qui est apparu. En 2005, à la suite de la polémique concernant la biographie de John Seigenthaler, un journaliste auquel la notice de Wikipédia prêtait une responsabilité dans l’assassinat de John F. Kennedy, la Recommandation portant sur la « Biographie des personnes vivantes » a été élaborée (Beschastnikh, Kriplean et McDonald, 2008 ; Forte, Bruckman, 2008) ; ce fut aussi le cas de la procédure permettant de mettre en avant les « Articles de qualité » (featured article) (Viégas, Wattenberg, McKeon, 2007). De nombreuses Règles et Recommandations ont ainsi subi des modifications avec l’évolution de l’encyclopédie. Aujourd’hui, il apparaît cependant de plus en plus difficile de faire bouger l’édifice central des règles de l’encyclopédie ; en revanche, on assiste à une décentralisation de la production normative des wikipédiens vers les portails thématiques pour lesquels ils définissent des règles locales concernant la mise en page, la délimitation et les formats d’édition (Forte, Bruckman, 2008).

Leçon n° 2. [[WP : Commentez vos modifications]] - Participer, c’est aussi surveiller et sanctionner

11La liberté d’écriture sur Wikipédia est inséparable de la liberté de sanctionner. La plupart des débats relatifs à l’encyclopédie participative s’attache à la première liberté, sans jamais s’intéresser à la seconde. Nous sommes tellement habitués à la centralisation du pouvoir de contrôle et de sanction que ce pouvoir ne se remarque plus lorsque, décentralisé jusqu’aux individus eux-mêmes, il s’exerce localement et de façon diffuse à travers la simple pratique de la révocation (revert), sanction « douce » consistant à annuler une écriture récente en revenant d’un clic à l’état antérieur du texte. N’importe qui peut écrire sur Wikipédia, mais aussi effacer ce qu’un autre vient d’écrire. C’est l’association des droits d’écriture et de surveillance/reproche/sanction qui place les participants dans l’horizon d’une confrontation argumentée de points de vue. En effet, lorsqu’elle est collective et multi-auctoriale, l’écriture relève nécessairement d’une discussion et d’un ensemble d’opérations de coordination avec les autres rédacteurs. Comme l’indiquent Viégas et al. (2007), sur Wikipédia, il est souvent préférable de « discuter avant d’écrire ». Chaque nouvel arrivant sur l’encyclopédie fait cette expérience singulière : il pense venir écrire la définition, la biographie ou le texte qui lui tient à cœur. Mais à peine a-t-il posé ses mots que ceux-ci sont corrigés, repris, effacés et surtout commentés et questionnés dans la page discussion de l’article. Il ne lui faudra guère attendre pour qu’un robot vienne mettre en forme ses notes en bas de page, qu’un bandeau « Ceci est une ébauche » apparaisse en haut de son article et que des inserts se glissent dans son écrit pour lui demander de sourcer telle ou telle assertion ou souligner le caractère « non neutre » d’un développement. La surprise passée, s’il souhaite véritablement participer à Wikipédia et voir sa contribution conservée par l’encyclopédie, il lui faudra entrer dans la discussion, répondre aux questions qui lui sont posés, justifier ses dires, accepter que d’autres retouchent son texte, ajoutent des sources ou recomposent le plan de l’article. Il devra enfin veiller sur son texte et le défendre face aux futurs contradicteurs. De nombreux travaux ont mis en évidence le lien statistique entre, d’une part, la qualité, le niveau de pertinence et la notoriété des articles et, d’autre part, le nombre d’éditeurs du texte et la densité des discussions qu’ils ont eu ensemble (Viégas et al., 2007 ; Stein, Hess, 2007 ; Burke, Kraut, 2008).

Locale, la sanction est un geste éducatif

12C’est l’architecture même du wiki qui agence et oriente la mise en discussion de l’écriture des articles. Les pages d’Edition et de Discussion, ainsi que l’Historique qui trace chaque action faite sur l’encyclopédie, se jouxtent les unes les autres. Les coulisses dans lesquelles se discutent les modes de production de l’article sont voisines de la scène sur laquelle il s’expose. Or, comme l’ont souligné Lave et Wenger (1990) dans leur analyse des « communautés de pratique », il n’est pas de meilleure technique d’apprentissage que de laisser voir l’intérieur de l’atelier. Cette familiarisation par l’« attention périphérique » vers le lieu concret de fabrication est beaucoup plus efficace, et moins intimidante, que la confrontation à un manuel de règles abstraites et explicites. Les wikipédiens apprennent en regardant les autres discuter. C’est en apportant de petites contributions sur des articles qu’ils commencent à discuter avec plus expérimentés qu’eux et c’est en discutant qu’ils osent proposer des contributions plus substantielles aux articles. Mais l’accès aux coulisses ouvertes de Wikipédia est aussi équipé par des artefacts techniques permettant d’insérer les règles de l’encyclopédie dans chacune des inscriptions portées sur le wiki. La discussion sur Wikipédia ressemble à un dialogue vif entre amis sur des sujets qui les divisent. Mais au lieu de laisser planer les arguments dans le flou qui fait le charme des polémiques de fin de soirée, chacun ponctue ses phrases de l’article du code qui justifie son assertion ou son reproche. Les wikipédiens ne cessent en effet de se notifier les erreurs qu’ils commettent les uns aux autres en citant la règle qui n’a pas été respectée. Une insulte sera sûrement suivie d’un renvoi vers le principe [[WP :Pas d’attaque personnelle]] ou [[WP :Respecter les autres]], un commentaire sur un manque de source sera marqué par un renvoi vers [[WP :Citez vos sources]], la critique d’une écriture trop subjective sera plus forte en renvoyant vers [[WP :Point de vue non neutre]], etc. Beschastnikh, Kriplean et McDonald (2008) ont étudié l’ensemble des citations de règles qui émaillent les pages Discussion de Wikipédia. Ils montrent d’abord que le principe du rappel explicite de la règle s’est généralisé avec les développements de l’encyclopédie jusqu’à devenir une norme de plus en plus requise de « bon » comportement au sein de la communauté. Ils soulignent ensuite, comme Viégas et al. (2007), que plus un article mobilise un nombre important d’auteurs, ou porte sur des sujets sensibles, plus le nombre de mentions des règles de l’encyclopédie augmente.

  • 9 Alors que l’on considère souvent que les systèmes d’information participent d’un processus de centr (...)

13La deuxième leçon que l’on peut tirer de l’expérience de Wikipédia est que les individus participent d’autant plus facilement à la production d’une ressource commune qu’ils disposent aussi d’un pouvoir de surveillance et de sanction sur les autres membres de la communauté (Orstrom, 1990). L’efficacité d’un contrôle local est d’autant plus grande que la proximité entre le fautif et le surveillant permet la mise en œuvre de sanctions si graduées que leurs premières manifestations s’apparentent à un simple signalement d’erreur de comportement à la communauté. Le fautif n’est pas « puni », mais il utilise les signaux que lui adresse la communauté pour apprendre, réviser son comportement et se familiariser avec les règles communes. Surveillance et sanction, lorsqu’elles s’exercent à très bas niveau, de façon légère et publique, renforcent les liens de confiance et les valeurs de la communauté, davantage qu’elles n’excluent les malfaisants. Elles nourrissent un cadre de discussion dans lequel la vigilance critique est orientée vers la recherche d’un point d’accord argumenté9. Ce n’est que lorsque des fautes sont systématiquement répétées par la même personne, sans qu’il ait été tenu compte des signaux que lui a adressés la communauté, que le contrevenant sera sanctionné plus fortement et qu’il pourra avoir à comparaître devant les instances centrales de la communauté. Il reste que, la plupart du temps, une sanction locale, légère et immédiate, mêlant réprimandes et encouragements, permet l’intégration communautaire et facilite une gestion à très bas niveau de la très grande majorité des conflits entre les membres. Ce que fait apparaître le modèle d’auto-organisation de Wikipédia, c’est qu’il est non seulement nécessaire de décentraliser la surveillance et la sanction le plus fortement possible, mais qu’il est aussi utile de mettre en tension le local et le centre dans la graduation des sanctions, afin que, localement, elles visent la correction des comportements (Leçon n° 3) et, centralement, la punition des individus (cf. Leçon n° 4).

Leçon n° 3. [[WP : Pas d’attaque personnelle]] - Séparer les personnes et les contenus

14Afin d’éviter la guerre civile, la décentralisation du droit accordé à tous de sanctionner les autres s’accompagne d’une exigence absolue : séparer les jugements portant sur les personnes de ceux qui concernent les contenus. L’interdiction des [[WP :attaques personnelles]] témoigne de l’obligation impérieuse, en régime procédural, de mettre en suspens, et ceci parfois contre toute évidence et jusqu’à l’absurde, toute inférence sur les qualités, les compétences, les intentions ou les intérêts des autres (Black et al. 2008). Lors d’une dispute entre deux éditeurs, celui qui se laisse emporter dans des attaques personnelles prend de forts risques de sanctions si le conflit est porté devant le Comité d’arbitrage, même si, par ailleurs, il lui est donné raison sur le fond de la polémique (cf. Leçon n° 4). Les discussions sur ce sujet revêtent souvent un très haut niveau de sophistication, tant l’effort qui y est fait pour séparer les personnes intouchables et leurs comportements (légitimement critiquables) réclame des participants en discussion une attitude réflexive si peu naturelle qu’elle en devient parfois « héroïque » :

Faites aussi la distinction entre la description des actions d’une personne, et les attaques envers la personne. Il y a une différence entre « Votre commentaire est un troll » et « Vous êtes un troll ». Il aurait bien sûr été préférable de dire « Vous ne faites que provoquer les gens ». « Votre phrase est une attaque personnelle… » n’est pas non plus une attaque personnelle, elle décrit l’action, et non pas directement l’utilisateur. De la même façon, répondre dans un commentaire d’édition « en réponse à l’accusation de mauvaise foi de l’utilisateur X » n’est pas une attaque personnelle contre l’utilisateur X10.

15L’interdiction de juger les personnes est d’abord une condition nécessaire pour préserver la radicale égalité entre les participants, notamment lorsque leur hétérogénéité cognitive et culturelle constitue un préalable qui ne peut faire l’objet d’aucun cadrage. Elle permet que nul ne puisse se prévaloir de son autorité statutaire (deses diplômes, son statut d’expert, etc.) ou se voir disqualifié en raison de son état (son âge, son sexe, son appartenance à une communauté, ses intérêts dans le sujet de l’article). Seuls, les agissements des individus sur Wikipédia peuvent et doivent être soumis à l’évaluation des autres. Sans doute, l’une des raisons du style conversationnel si particulier de Wikipédia tient-elle dans la tension que nourrit l’encyclopédie entre l’invitation à conduire une très haute et incessante critique des comportements, tout en restant absolument acritique à l’égard des individus qui en sont responsables.

16Cette tension s’exprime d’abord à travers les logiques méritocratiques de désignation des administrateurs. La candidature au titre d’administrateur se fait par le truchement d’un vote public ouvert pendant une semaine à l’ensemble des participants. Dans une étude portant sur les profils de 1551 candidats au poste d’administrateur de janvier 2006 à octobre 2007, Burke et Kraut (2008) ont mis en évidence les caractéristiques des profils élus. Ceux-ci ont d’abord fait un nombre deux fois plus élevé d’éditions que ceux qui ne sont pas élus. Ils ont ensuite produit des éditions dans des domaines plus variés. Enfin, et ceci de façon très significative, les élus sont ceux qui produisent le plus de « résumés d’édition ». Ce dernier exercice consiste à poser en une phrase le changement apporté au texte qu’il a corrigé, ce résumé apparaissant dans la page Historique des modifications. Cette première étude a été confortée et enrichie par la recherche de Leskovec et al. (2010), lesquels ont étudié 2794 élections de 2004 à 2008, en s’intéressant particulièrement aux relations entre votants et élus. Ils montrent notamment que les votants élisent toujours des personnes qui ont un nombre d’édition supérieur ou égal au leur ; ils sont en revanche beaucoup moins enclins à voter pour quelqu’un qui a un nombre d’édits inférieur. Ces résultats confortent la loi des appariements sélectifs qui, dans les mondes méritocratiques, contribue à distribuer l’autorité au terme d’un comparatif avec sa propre situation et à toujours placer au sommet de la pyramide ceux qui font l’objet de la reconnaissance commune.

Préférer la vérifiabilité à la vérité

  • 11 C’est à ce titre que Wikipédia se revendique comme une encyclopédie de « second rang », réunissant (...)

17En raison de la multiplicité et de l’hétérogénéité des écrivants, il est impossible de savoir si les participants ont un comportement orienté vers le savoir et la vérité ou un comportement stratégique. Mais le jeu mutuel de la critique doit parvenir à purifier les effets négatifs d’un agir stratégique. Le caractère procédural de Wikipédia tient au fait que ne pouvant tenir sa légitimité d’une intégration communautaire par les valeurs, l’ensemble de l’édifice coopératif doit reposer sur le respect de règles communes (Habermas, 2000). Il est, en effet, impossible à une communauté aussi ouverte de présupposer l’existence d’un consensus préalable entre ses membres permettant de prendre des décisions substantielles relatives au contenu encyclopédique. Toute discussion substantielle dans un espace aussi ouvert ne peut que chercher à l’extérieur d’elle-même la source de sa validité. Or, comme il est impossible de rechercher cette légitimité dans l’appui d’une autorité incorporée dans les qualités, le statut ou les compétences des énonciateurs, les wikipédiens ont transféré la légitimation de leurs énoncés vers des sources externes faisant autorité11. C’est aussi pourquoi, avec la notion de « point de vue de neutralité » [[WP : NPOV – Neutral Point Of View]], édictée par Jimmy Wales dès l’origine du projet, les wikipédiens ont adopté une définition polyphonique et quasi relativiste de la vérité : en cas de versions (opinions, points de vue, théories, interprétations) différentes d’un même fait, événement, biographie, concept, etc., les wikipédiens doivent présenter et équilibrer dans l’article les versions multiples si celles-ci peuvent se référer à des sources fiables, et ceci de façon proportionnelle à la représentation de ces « versions » dans l’opinion. Il suffit de tenir compte du fait qu’en l’absence de point d’appui sur un possible accord positif et substantiel quant à la véracité des définitions de l’encyclopédie, les principes de régulation de Wikipédia, incarnés dans ses Politiques et ses Recommandations, portent exclusivement sur les procédures de production des connaissances. La vérifiabilité s’est substituée sur Wikipédia à la vérité.

18Le troisième enseignement de Wikipédia est que les idéaux normatifs des éthiques procédurales de la discussion ne sont pas des idéalisations inatteignables, si elles peuvent être équipées d’un arsenal de règles et d’artefacts techniques, permettant de vérifier constamment que les participants séparent les personnes et les arguments. Sourcer, équilibrer les points de vue, accepter la discussion, ne pas faire preuve d’originalité, etc., toutes les règles que ne cessent de se rappeler les uns aux autres les wikipédiens s’attachent à vérifier le respect par les auteurs de règles de production et de légitimation des contenus, sans qu’il y ait à se prononcer sur leur substance. à lire les milliers de pages de discussion des wikipédiens, il est frappant de constater que ceux-ci ne discutent pas la validité d’un énoncé en tant que tel, mais réclament une source externe qui lui confère légitimité. Ils ne soupçonnent pas l’incompétence d’un auteur, mais interrogent sa capacité à accepter la discussion et la critique des autres. Ils ne dénigrent pas l’intérêt des autres pour des personnages mineurs, mais réclament qu’ils satisfassent les critères d’admissibilité qui ont été édictés par la communauté. La visée procédurale qui s’observe dans les discussions des wikipédiens est évidement toujours imparfaitement satisfaite tant cet horizon, formel et abstrait, est très difficile à réaliser. Des jugements substantiels, des mises en cause du statut des personnes, des points de vue subjectifs ou des arguments d’autorité ne cessent d’émailler les pages Discussion. Mais il n’en reste pas moins que ce sont les arguments formels qui, lors des conflits, se révèlent toujours d’une autorité supérieure aux appréciations substantielles. En cela, on peut dire que l’horizon de la régulation sur Wikipédia est d’ordre procédural.

Leçon n° 4 : {{WP : Appeler les Wikipompier}} – Centraliser les peines pour les raréfier

  • 12 Pour une analyse détaillée de ces différentes instances de Wikipédia, cf. Cardon, Levrel, 2009.

19La régulation de Wikipédia décentralise le plus largement possible les conflits relatifs aux contenus et, en revanche, centralise sous la forme d’un système de sanction graduée le règlement des conflits liés aux personnes. Dans la très grande majorité des cas, de façon systématique et principielle, les wikipédiens font leur possible pour que le règlement des conflits se résolve par la seule vertu de la discussion locale entre utilisateurs. Il est cependant des situations dans lesquelles les guerres d’éditions s’enveniment si fortement qu’il devient impossible de ne pas remonter des contenus vers les personnes qui en sont les auteurs. Lorsqu’un accord ne peut être trouvé par la discussion, les wikipédiens lancent des procédures d’alerte et de médiation en faisant intervenir des tiers étrangers au conflit. N’importe qui peut alors se proposer comme médiateur, sans détenir un statut spécifique, comme celui d’administrateur, au sein de la communauté. Il ouvre une arène de médiation spécifique afin de favoriser l’exposition des arguments des parties en conflit, encourager la recherche d’un accord et, lorsque celui-ci apparaît impossible, il invite les wikipédiens à procéder à un vote argumenté. Ces médiations interviennent principalement dans trois arènes : les Pages à supprimer, les Désaccord de neutralité et les Wikifeux. Enfin un troisième niveau de régulation doit être distingué, dès lors que des sanctions à l’égard des contrevenants sont mises en jeu. Mais ici, deux ordres de sanction doivent être isolés, selon que celles-ci relèvent de la gestion des conflits entre éditeurs ou de la surveillance des vandalismes. La première procédure est extrêmement rare et s’apparente à une chambre d’appel en cas d’échec des procédures de médiation précédentes. Elle s’exerce au sein du Comité d’arbitrage, un petit groupe composé de wikipédiens élus qui doivent prononcer des mesures contre les personnes qui n’ont pas su régler leur différend par la discussion ou la médiation. La seconde, beaucoup plus fréquente, s’apparente à une sorte de pouvoir de police que les wikipédiens s’accordent afin de surveiller certaines des modifications récentes de l’encyclopédie (Priedhorsky et al., 2007)12.

« We reject : kings, presidents and voting. We believe in : rough consensus and running code13 »

  • 13 Devenue le slogan de toute la culture collaborative de l’Internet, la formule a été forgée par Davi (...)

20Le quatrième enseignement de l’expérience de Wikipédia tient dans cette volonté de limiter au maximum les conflits de personnes et l’obligation subséquente d’avoir à définir des procédures centralisées pour trancher, lorsque toutes les autres solutions ont été épuisées, les conflits entre éditeurs. En effet, le vote sur Wikipédia n’existe qu’en apparence et relève davantage de la consultation. Si la communauté est appelée à trancher un débat sur une Page à supprimer, un Conflit de neutralité ou une Médiation entre éditeurs en conflit, elle procède à un vote dans lequel chaque participant est appelé à justifier en une phrase sa prise de position. Cependant, l’Administrateur ou le Bureaucrate qui aura à prendre la décision finale n’est pas tenu par les suffrages exprimés pour prendre sa décision. Celle-ci peut même contredire la majorité qui s’est exprimée. Cette méfiance à l’égard de la procédure électorale est commune à l’ensemble des communautés en ligne de l’Internet. Le périmètre des électeurs est flou sur Wikipédia (n’importe qui peut voter, ce qui peut conduire à la mobilisation de lobbies), le nombre de votants volontaires reste très limité par rapport au nombre de votants potentiels, les sanctions prises à l’issue du vote (notamment le bannissement temporaire d’une adresse IP de l’encyclopédie), enfin, peuvent très facilement être contournées en revenant sur l’encyclopédie sous une autre identité (sockpupets). Le dispositif du vote public en ligne est donc avant tout conçu comme un système permettant aux parties en présence de développer leurs arguments, de multiplier les points de vue et de susciter un consensus autour des arguments les plus forts. Ces procédures permettent de reculer le plus loin possible la nécessité pour la communauté de sanctionner l’un de ses membres et de rendre le plus rare possible le fait d’en arriver à une telle extrémité.

Leçon n° 5 : [[WP :Wikilove]] – Procéduraliser l’hospitalité

21Un péril bureaucratique menace toujours l’encyclopédie. La complexité des règles à respecter, le risque incessant de se voir reprocher une faute et de subir un « revert », le sabir du « wikijargon » souvent indispensable pour suivre les débats internes, le sentiment d’exclusion provoqué par l’extrême complicité qui unit les habitués, tout cela refroidit plus d’un nouvel entrant dans l’encyclopédie, ainsi qu’en témoigne Gloran :

Comme beaucoup de nouveaux je me suis fait sauter dessus dès le premier article créé. Pourtant, sur un simple monument d’un petit village, pour documenter ma région. […] D’abord, sur d’inextricables et absurdes considérations sur le droit concernant les textes, droit qu’il faudrait aussi vérifier à la source, puis à la source de la source (et ainsi de suite), ensuite sur un pinaillage concernant le nom de l’article, tandis que ma version de ce nom reprenait les standards admis en langue française n’en déplaise à mon contradicteur-mangeur de nouveaux et ses arguments d’autant plus fallacieux que c’est vraiment chercher la petite bête pour faire ch… Mes conclusions : sur Wikipedia règne une telle terreur du Copyright, de la licence trucmuche, que les admins, tout au moins certains, en viennent à décourager les contributions comme si on allait vendre leur maison aux enchères le lendemain14.

22Avec la croissance de l’encyclopédie, la critique d’une dérive bureaucratique a pris une importance de plus en plus grande à l’intérieur et à l’extérieur de la communauté. Certains reprochent à Wikipédia d’être embarrassé par un flux de plus en plus nombreux de contributions qui ne sont pas directement productives. Les wikipédistes écrivent de moins en moins d’articles originaux et passent de plus en plus de temps à discuter entre eux de la manière dont ils écrivent les articles et dont la communauté doit s’organiser (Kittur et al., 2007 ; Viégas, Wattenberg, Kriss, Van Ham, 2007). D’autres font reproche aux administrateurs de s’être accaparés le pouvoir (O’Neil, 2009). Une caste de wikipédiens s’est progressivement consolidée en exerçant un pouvoir d’intimidation par la règle (wikilawyering), que renforce notamment la loi des appariements sélectifs qui contribue à renforcer la solidarité entre ceux qui ont un fort niveau d’éditions (Kittur, Chi, Pendleton, Suh, Mytkowics, 2007). En relayant souvent des critiques publiées sur les sites d’observation critique de Wikipédia réunissant des « déçus » de l’encyclopédie, la dénonciation d’une oligarchie monopolisant le pouvoir, la « cabale », est devenue monnaie courante (Canivenc, 2010).

23Le risque bureaucratique est une conséquence de la procéduralisation. En s’interdisant de porter des reproches sur les personnes et de discuter du contenu substantiel des articles, les wikipédiens s’obligent en effet à mettre en place une conversation au ton très formel, parfois pinailleuse et tatillonne, souvent très exigeante et harassante. Ce risque n’est pas méconnu des wikipédiens. Pour y faire face, ils ont développé un antidote particulier, le wikilove, une invitation au respect et à l’amour qui procéduralise le sens de l’hospitalité sous la forme d’une recommandation dont le non respect peut être notifié. La célèbre recommandation [[WP : « Ne mordez pas les nouveaux »]] remplit cette fonction. Elle enjoint les wikipédiens à : « Évitez toute hostilité vis-à-vis des participants débutants. Restez poli et respectueux, et n’oubliez pas de supposer la bonne foi : les règles et le fonctionnement technique de Wikipédia ne sont une évidence que pour les contributeurs qui les connaissent déjà »15. Mais le wikilove n’est pas requis uniquement à l’égard des nouveaux entrants. Il érige aussi, dans sa naïveté délibérée, une éthique de substitution à l’interdiction de porter des jugements les uns sur les autres. En toute circonstance, il est recommandé de ne pas supposer de malice dans le comportement des autres et de toujours présupposer qu’ils agissent « de bonne foi » (good faith) pour le bien de la communauté (Reagle, 2010)16. Si d’autres font des erreurs, il faut les corriger, sans penser qu’elles ont été faites à dessein : « Quand vous n’êtes pas d’accord avec quelqu’un, rappelez-vous qu’il est probable qu’il souhaite et croit sincèrement contribuer à Wikipédia ». Il faudra toujours supposer sa bonne foi, se montrer patient, ne pas s’énerver, « respirer et aller faire un tour », écrivent les encyclopédistes dans leurs recommandations contre les guerres d’édition car :

Vous ne devriez pas agir comme si leurs erreurs étaient délibérées. Corrigez-les, mais ne les jugez pas. Prenez ces personnes comme des wikipédiens à part entière, et ne cherchant donc pas à détruire le projet. Ainsi, même si elles sont manifestement dans l’erreur pour vous […], n’oubliez pas que vous êtes avec elles en désaccord et non en guerre. Il y aura des personnes avec lesquelles vous n’arriverez que difficilement à collaborer, ce n’est ni une raison pour refuser la présence de leur travail sur Wikipédia, ni une raison pour attribuer de mauvaises intentions à leurs actions17.

24Wikipédia contribue ainsi à étendre vers le grand public certains traits caractéristiques de l’éthos hacker. Dans son travail sur Debian, Gabriella Coleman (2005) insiste sur la tension qui traverse la communauté de développeurs de logiciel libre entre, d’une part, la valorisation de l’autonomie individuelle et du mérite et, d’autre part, les valeurs d’humilité, de détachement, de générosité et de civilité promues par la communauté. Parvenir à concilier ces deux contraires est aussi le gage de réussite au sein de Wikipédia. L’ethos du wikipédiste valorise une sorte d’autorité douce, de reconnaissance modeste, d’activisme généreux et d’hospitalité forcée. Cette tension est, à sa manière, une conséquence du type de gouvernance qui s’est instauré sur Wikipédia. La seule forme de hiérarchie légitime au sein de la communauté doit s’appuyer sur le niveau d’engagement des personnes. Cependant, de facto, et bien qu’ils s’en défendent, cette autorité acquise par la force des engagements rejaillit sur les individus et leur confère un statut personnel spécifique. Aussi l’autorité des plus engagés ne peut-elle se faire reconnaître de façon pleine et entière que si elle s’accompagne de gages d’une proximité et d’une ouverture en direction des nouveaux arrivants qui obligent à masquer ou à minorer les attributs que la communauté lui a reconnus – attitude qui, à la pointe de la hiérarchie, s’incarne dans la figure du « dictateur bienveillant » (Reagle, 2010, chap. 6).

L’encyclopédie des ignorants

25En séparant les sanctions locales prises contre les contenus (révocation) et les sanctions centrales appliquées aux personnes (bannissement), Wikipédia a inscrit dans son architecture même une tension interne qui oblige constamment les participants à débarrasser la discussion de l’évaluation des personnes, de leurs compétences et de leurs intentions. Le très ingénieux système de règles, à la fois incorporé dans l’interface de Wikipédia et porté par la vigilance exercée par la communauté pour assurer le respect de ses propres procédures, permet d’opérationnaliser une vertu cognitive des plus difficiles dans la construction des éthiques de la discussion. Il instancie, en quelque sorte, les principes délibératifs en contraignant les personnes à la pratique d’une discussion procédurale. Il a souvent été fait reproche aux modèles de discussion à base procédurale d’idéaliser les conditions sociales et cognitives de leur mise en œuvre pratique. Il est en effet extrêmement hasardeux de demander à des personnes ordinaires de débattre d’arguments en suspendant toute activité stratégique ou expressive. Ce que montre pourtant la réussite du système de gouvernance de Wikipédia, c’est qu’il est nécessaire d’architecturer la séparation de la discussion décentralisée et du pouvoir central de sanction pour faire de la vigilance de l’ensemble de la communauté le vecteur de la recherche raisonnable d’un consensus.

26Dans Le maître ignorant (1987), Jacques Rancière raconte comment, en 1818, Joseph Jacotot eut la surprise de découvrir que ses élèves flamands qui ne savaient pas le français étaient parvenus à commenter en français le Télémaque de Fénelon au terme d’un apprentissage attentionné d’une édition bilingue, apprentissage guidé par Jacotot qui, lui, ne parlait pas le flamand ! Les élèves avaient « appris seuls et sans maître explicateur » (p. 22). La méthode Jacotot, explique Jacques Rancière, se fonde sur une radicale « égalité des intelligences » entre maître et élève, qui refuse le partage des savoirs. L’élève apprend seul. Le maître ne sait rien. Il ne guide pas. Il n’explique pas. Il se contente de vérifier l’attention que consacre l’élève à chercher. Il n’est pas un guide socratique conduisant l’élève à trouver en lui le bon chemin. Le maître ne connaît pas ce chemin. Il est juste « vigilant ». Il instaure un « rapport de volonté » avec l’élève qui n’est en rien ce « rapport de savoir » qui installe toujours une asymétrie « abrutissante ». Aussi la vigilance est-elle le seul enseignement du maître. « Cette attention qui ne se relâche jamais » est à elle seule productrice de connaissance : « Maître est celui qui maintient le chercheur dans sa route, celle où il est seul à chercher et ne cesse de le faire » (p. 58). La procéduralisation de la vigilance critique sur Wikipédia relève de cette logique. Les wikipédiens veillent les uns sur les autres. L’appartenance communautaire institue un « rapport de volonté » qui invite chacun à veiller que chaque autre cherche. Pris individuellement, les wikipédiens sont bien moins savants que les savants, mais en s’imposant mutuellement d’être le maître ignorant des autres, c’est-à-dire en demandant constamment aux autres s’ils ont vérifié, sourcé, équilibré, etc. leurs productions, bref en veillant à ce que les autres aient fait l’effort de découvrir, et ceci sans jamais interroger le savoir de ceux qu’ils pressent de chercher, ils font advenir une forme de production de connaissance plus solides que celle des savants. Dans une société d’égaux comme Wikipédia, cette vigilance ne s’organise pas sur le partage des savoirs, elle est radicalement procédurale. Donc ignorante. La vigilance participative contribue à « donner non pas la clef du savoir, mais la conscience de ce que peut une intelligence quand elle se considère comme égale à toute autre et considère toute autre comme égale à la sienne. L’émancipation est la conscience de cette égalité, de cette réciprocité qui seule permet à l’intelligence de s’actualiser par la vérification » (p. 68). Voilà sans doute une manière extrêmement juste de qualifier cette « intelligence des foules » qui fait tant débat. Celle-ci ne procède pas d’une addition de savoirs, ou de toute autre règle de composition des connaissances individuelles, mais de l’attention collective que met chacun à révéler son intelligence en veillant à ce que tous fassent le même effort. La procéduralisation de la discussion sur Wikipédia apparaît alors comme la condition indispensable de ce pari incroyablement audacieux : faire une encyclopédie d’ignorants.

Bibliographie

Aguiton Christophe, Cardon Dominique, « De la cooptation à l’agglutination. Culture participative et formes organisationnelles des forums sociaux », in Neveu Catherine, Cultures et pratiques participatives. Perspectives comparatives, Paris, L’Harmattan, 2007a, p. 55-74.

Aguiton Christophe, Cardon Dominique, « The Strength of Weak Cooperation : An attempt to Understand the Meaning of Web 2.0 », in Communications & Strategies, n° 65, 1st quarter 2007b, p. 51-65.

Ashton Daniel, « Awarding the self in Wikipedia : Identity work and the disclosure of knowledge », First Monday, Volume 16, Number 1-3 January 2011.

Benkler Yochai, La Richesse des réseaux. Marchés et libertés à l’heure du partage social, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2009.

Benkler Yochai, Nissenbaum Helen, « Commons-based peer production and virtue », in Journal of Political Philosophy, vol. 14, n° 4, 2006, p. 394-419.

Beschastnikh Ivan, Kriplean Travis, McDonald David W., « Wikipedian Self-Governance in Action : Motivating the Policy Lens », in Proceedings of ICWSM’08, Seattle, 2008.

Black Laura, Welser Ted, DeGroot Jocelyn, Cosley Daniel, « “Wikipedia is Not a Democracy” : Deliberation and Policy-Making in a Online Community », in 2008 Conference of the International Communications Association, Communicating for Social Impact, Montreal, May 22nd-26th 2008.

Brousseau éric, « Régulation de l’Internet : L’autorégulation nécessite-t-elle un cadre institutionnel ? », in Revue Economique, septembre 2001.

Bryant Susan L., Forte Andrea, Bruckman Amy, « Becoming Wikipedian : Transformation of Participation in a Collaborative Online Encyclopaedia », in Proceedings of GROUP 2005, ACM Press, New York, 2005, 1-10.

Burke Moira, Kraut Robert, « Mopping Up : Modeling Wikipedia promotion decisions », in Proceedings of CSCW’08, 2008, p. 27-36.

Butler Brian, Joyce Elisabeth, Pike Jacqueline, « Don’t look now, but we’ve created a bureaucracy : The nature and roles of policies and rules in Wikipedia », in CHI 2008 Proceedings, Florence, April 5-10, 2008.

Canivenc Suzy, « Le Web 2.0 et l’idéal d’auto-organisation : l’exemple de la wikipédia francophone », in Millerand Florence, Proulx Serge, Rueff Julien (dir.), Web social. Mutation de la communication, Québec, Presses de l’université du Québec, 2010, p. 65-77.

Cardon Dominique, La Démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Seuil/La République des idées, 2010.

Cardon Dominique, Levrel Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia », in Réseaux, n° 154, 2009, p. 51-89.

Castells Manuel, Communication Power, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Coleman Gabriella, « Three Ethical Moments in Debian : The Making of an Ethical Hacker, Part III », in The Social Construction of Freedom in free and Open Source Software : Actors, Ethics, and the Liberal tradition, PhD Thesis, University of Chicago, chap.6, 2005.

Foray Dominique, Zimmermann Jean-Benoît, « L’économie du logiciel libre. Organisation coopérative et incitation à l’innovation », in Revue économique, vol. 52, 2001, p. 77-93.

Habermas Jürgen, 2000, Après l’état-nation, une nouvelle constellation politique, Paris, Fayard.

Halavais Alexander, Lackaff Derek, « An Analysis of Topical Coverage of Wikipedia », Journal of Computer-Mediated Communication, 13, 2008, p. 429-440.

Hansen Sean, Berente Nicholas, Lyytinen Kalle, « Wikipedia as Rational Discourse : An Illustration of the Emancipatory Potential of Information Systems », in Proceedings of the 40th Hawaii International Conference System Sciences HICSS’07, 2007.

Haythornthwaite Caroline, « Crowds and Communities : Light and Heavyweight Models of Peer Production », in Proceedings of the Hawaii International Conference on System Sciences, Hawaii. January 5-8, 2009.

Hess Charlotte, Ostrom Elinor, ed., Understanding Knowledge as a Commons : From Theory to Practice, Cambridge, The MIT Press, 2007.

Hutchins Edwin, « Comment le cockpit se souvient de ses vitesses » trad. de « How a Cockpit Remembers its Speed », 1991, in Sociologie du travail 4, 1994, p. 461-473.

Hutchins Edwin, Cognition in the Wild, Cambridge, The MIT Press, 1995.

Kittur Aniket, Chi Ed, Pendleton Bryan A., Suh Bongwon, Mytkowicz Todd, « Power of the few vs. wisdom of the crowd : Wikipedia and the rise of the bourgeoisie », in Proceedings CHI 2007, San Jose, 28 april-3 may 2007.

Kittur Aniket, Kraut Robert E., « Harnessing the wisdom of crowds in Wikipedia : quality through coordination », Proc. ACM Conference on Computer-Supported Cooperative Work CSCW 2008, New York : ACM Press, 2008.

Kittur Aniket, Suh Bongwon, Pendleton Bryan, Chi Ed H., « He Says, She Says : Conflict and Coordination in Wikipedia », in Proceedings of CHI 2007, San Jose, April 28-May 3, 2007.

Kollock Peter, Smith Marc, « Managing the Virtual Commons : Cooperation and Conflict in Computer Communities », in Herring Susan, ed., Computer-Mediated Communication : Linguistic, Social, and Cross-Cultural Perspectives, Amsterdam, Jahn Benjamins, 1996, p. 109-128.

Kuznetsov Stacey, « Motivations of Contributors to Wikipedia », in SIGCAS Computer and Society, vol. 36, n° 2, june 2006.

Landemore Hélène, « La raison démocratique : les mécanismes de l’intelligence collective en politique », in Raison publique, n° 12, avril 2010, p. 9-55.

Latour Bruno, « Une sociologie sans objet ? Note théorique sur l’interobjectivité », in Sociologie du travail, 364, 1994, p. 587-607.

Lave Jean, Wenger Etienne, Situated Learning : Legitimate Peripheral Participation, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Leskovec Jure, Huttenlocher Daniel, Kleinberg Jon, « Governance in Social Media : A Case Study of the Wikipedia promotion process », in AAAI International Conference on Weblogs and Social Media (ICWSM), 2010.

Lessig Lawrence, Codes and Other Laws of Cyberspace, New York, Basic Books, 2000.

Levrel Julien, « Wikipédia, un dispositif médiatique de publics participants », in Réseaux, n° 138, juillet-août 2006, p. 185-218.

O’Neil Mathieu, Cyberchiefs. Autonomy and Authority in Online Tribes, London, Pluto Press, 2009.

Ostrom Elinor, Governing the Commons : The Evolution of Institutions for Collective Action, New York, Cambridge University Press, 1990.

Priedhorsky Reid, Chen Jilin, Lam Shyong K., Panciera Katherine, Terveen Loren, Riedl John, « Creating, Destroying and Restoring Value in Wikipedia », Group’07, Sainbel Island, Florida, November 4-7, 2007.

Rancière Jacques, Le Maître ignorant, Paris, Fayard, 1987.

Reagle Joseph, Good Faith Collaboration. The Culture of Wikipedia, Cambridge, The MIT Press, 2010.

Rosanvallon Pierre, La Légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité, Paris, éditions du Seuil, 2008.

Rosenzweig Roy, « Can History be Open Source ? Wikipedia and the Future of the Past », in The journal of Amrican History, June, vol. 93, n° 1, 2006, p. 117-146.

Rumpala Yannick, « La connaissance et la praxis des réseaux comme projet politique », in Raison publique, n° 7, 2007, p. 199-220.

Sanger Larry, « The Early History of Nupedia and Wikipedia : A Memoir », Slashdot, 2005, [http://features.slashdot.org/article.pl?sid=05/04/18/164213].

Sintomer Yves, Le Pouvoir au peuple. Jurys citoyens, tirage au sort et démocratie participative, Paris, La découverte, 2007.

Stein Klaus, Hess Claudia, « Does It Matter Who Contributes ? A Study on Featured Articles in the German Wikipedia », in Proceedings of the 18th ACM Conference on Hypertext and Hypermedia Hypertext 2007. Manchester, September 2007.

Sunstein Cass R., Infotopia. How Many Minds Produce Knowledge, New York, Oxford University press, 2996.

Surowiecki James, The Wisdom of Crowds, New York, Anchor Books, 2004.

Urfalino Philippe, « La décision par consensus apparent. Nature et propriétés », in Revue Européenne des Sciences Sociales, n° 136, 2007, p. 47-70.

Viégas Fernanda B., Wattenberg Martin, Kriss Jesse, van Ham Franck, « Talk Before You Type : Coordination in Wikipédia », in Proceedings of the 40th Annual Hawaii International Conference on System Sciences, 2007.

Viégas Fernanda B., Wattenberg Martin, Mckeon Matthew, « The Hidden Order of Wikipedia », HCII, Beijing, l2007.

Von Hippel Eric, Democratizing Innovation, Cambridge, The MIT Press, 2005.

Wilkinson Dennis M., Huberman Bernardo, « Assesssing the value of cooperation in Wikipedia », First Monday, volume 12, number 4, April 2007 [http://www.firstmonday.org/issues/issue12_4/wilkinson/].

Winner Langdom, « Do artifacts have politics ? », The Whale and the Reactor, Chicago, University of Chicago press, 1986.

Notes

1 Ce texte est la version française de « Discipline but not punish : The governance of Wikipedia », in Massit-Folléa Françoise, Méadel Cécile, Monnoyer-Smith Laurence (eds), Normative Experience in Internet Politics, Paris, Presses des Mines, 2012, p. 209-232.

2 Au total de ses différentes éditions, Wikipédia recevait 400 millions de visiteurs uniques en septembre 2010 :

http://stats.wikimedia.org/reportcard/RC_2010_09_detailed.html#fragment-25

3 Larry Sanger a été recruté par Jimmy Wales pour initier Nupédia, puis Wikipédia. Il sera licencié pour raisons économiques au bout d’un an et multipliera ensuite les critiques contre les dérives de Wikipédia. En 2005, il initie un projet concurrent, Citizendium, dans lequel chaque article est confié à un auteur maître qui a autorité sur les autres contributeurs, projet qui n’a jamais su convaincre les internautes.

4 Ce texte reprend et prolonge une analyse détaillée de la gouvernance de Wikipédia publiée dans Cardon, Levrel (2009).

5 Nous reprenons la graphie wiki pour souligner la dimension « matérielle » des artefacts réglementaires qu’apposent les wikipédiens sur leurs écritures : [[…]] indique que les termes entre crochet vont créer un lien hypertexte au sein de l’encyclopédie ; {{…}} active un gabarit (template) permettant d’iconiser des informations sur la page comme, par exemple, le bandeau « Cet article est une ébauche » ; WP : signifie que le lien renvoie vers une des pages de « Régles » de Wikipédia. Cet arsenal d’artefacts (balises, bandeaux, notifications sur les listes de suivis, envoi de mél…) apparaissant dans l’activité d’écriture oriente les comportements des participants vers une visée épistémique.

6 Définie en février 2002, l’architecture normative de la Wikipédia anglo-saxonne repose sur cinq principes fondateurs non révisables. Wikipédia a : 1) un horizon encyclopédique 2) dont les écrits sont neutres, 3) publiés sous licence libre, 4) dans le respect de règles de savoir-vivre, et cela, 5) sans autres règles non révisables.

7 Principes fondateurs, Règles et Recommandations de la Wikipédia francophone sont accessibles depuis :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Accueil_de_la_communaut%C3%A9

8 « Si les règles vous rendent nerveux ou vous dépriment, et ne vous donnent pas envie de participer, alors ignorez-les simplement et faites ce que vous voulez faire » (traduction de la Wikipédia francophone).

9 Alors que l’on considère souvent que les systèmes d’information participent d’un processus de centralisation et de rationalisation de l’expérience des individus, l’exemple de Wikipédia montre que les artefacts qui cadrent les interactions peuvent les orienter vers l’intercompréhension et une forme de raison communicationnelle. Cet argument est notamment défendu par les lectures habermassiennes de Wikipédia (Hansen, Berente, Lyytinen, 2007) qui retrouvent dans l’économie de l’écriture coopérative de l’encyclopédie en ligne les caractéristiques d’un modèle de discussion dans lequel 1) les acteurs s’engagent sincèrement dans la recherche commune de la vérité, 2) à travers une structure formelle, 3) excluant l’usage de la force, 4) afin de réunir les conditions d’une situation de parole idéale 5) en ouvrant une conversation libre et ouverte le plus longtemps possible.

10 http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Pas_d%27attaque_personnelle

11 C’est à ce titre que Wikipédia se revendique comme une encyclopédie de « second rang », réunissant un savoir produit et validé ailleurs et qu’à travers la recommandation [[WP : Pas de travaux inédits]], elle refuse les théories nouvelles, les intuitions créatives et les inventions dans le domaine du savoir, tant qu’elles n’ont pas fait l’objet d’une reconnaissance attestée ailleurs.

12 Pour une analyse détaillée de ces différentes instances de Wikipédia, cf. Cardon, Levrel, 2009.

13 Devenue le slogan de toute la culture collaborative de l’Internet, la formule a été forgée par David Clark pour l’IETF (Internet Engineering Task Force) en 1992.

14 http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion_Wikip%C3%A9dia:Ne_mordez_pas_les_nouveaux

15 http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Ne_mordez_pas_les_nouveaux

16 Le refus délibéré de suspecter les intentions des autres explique aussi que rien ne vient interdire que des participants aient des motivations intéressées comme lorsque les personnes, entreprises ou institutions viennent écrire l’article de l’encyclopédie qui les concerne. Il suffit pour cela de faire confiance aux règles d’écriture de Wikipédia et à la vigilance critique des autres participants, pour que, même intéressés, les participants se voient obligés de respecter les procédures guidant vers la formation d’un point de vue neutre.

17 http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:FOI

Auteur

SENSE/Orange Labs et LATTS/Université Paris Est

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable