Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wikipédia, objet scientifique non identifié

 | 
Lionel Barbe
, 
Louise Merzeau
, 
Valérie Schafer

Introduction

Lionel Barbe

Entrées d'index

Mots clés :

encyclopédie, gouvernance

Texte intégral

  • 1 Debray Régis, Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, « NRF », 1991.

1L’année 2012 a constitué un tournant important dans l’histoire des sciences. Coup sur coup, Enclopædia Britannica et l’Encyclopédie Universalis ont annoncé la fin de leurs éditions imprimées. La première édition de Britannica avait vu le jour 244 ans plus tôt, en 1768, quelques années après la première édition de l’encyclopédie de Diderot et D’Alembert. Étant inséparable des Lumières dont elle fut le terreau fertile, l’imprimerie a alimenté les innombrables sociétés littéraires et académies des sciences, constituant le socle médiologique de la suprématie annoncée des connaissances sur les croyances1 dont s’est nourrie la civilisation européenne jusqu’à l’aube du xxie siècle. Mais pour ces deux encyclopédies historiques, la transition forcée du papier vers le numérique marque avant tout une vertigineuse chute de leur influence, leur accès uniquement payant sur le Web en ayant considérablement réduit le lectorat au profit de Wikipédia et plus largement des savoirs collaboratifs.

  • 2 Assouline Pierre, « Wikipédia, l’erreur à haut débit », in L’Histoire, n° 318, mars 2007, p 98.
  • 3 Levy Pierre, « An epistemological critique of Wikipedia », blog de Pierre Levy, 27 mai 2013. http:/ (...)
  • 4 Ertzscheid Olivier, « Wikipédia est un « projet » encyclopédique et un bien commun de l’humanité », (...)

2Mais qu’est-ce que Wikipédia ? À cette simple question, dans les milieux académiques et d’expertise comme dans les cercles médiatiques, les réponses divergent. Certains comme Pierre Assouline remettent en cause son statut d’encyclopédie, arguant que, créé par des « amateurs » et dépourvu de hiérarchisation explicite des savoirs, le portail des connaissances ne saurait se prévaloir de cette qualité2. D’autres, comme Pierre Levy, y trouvent au contraire de grandes similitudes épistémologiques avec les encyclopédies traditionnelles, minimisant ainsi ses aspects innovants3. Mais ce débat sémantique montre des signes d’essoufflement. Il semble plus pertinent de voir, dans le sillage d’Olivier Ertzscheid, Wikipédia comme un projet qui s’améliore au fur et à mesure, donnant naissance à un « encyclopédisme d’usage », et n’ayant donc pas vocation à être comparé à une encyclopédie traditionnelle4. Comme l’indique son titre, l’ouvrage proposé ici assume donc le fait de traiter d’un objet innovant difficile à classer et encore plus à classifier. Mais, ne serait-ce que par l’ampleur de son développement et de son influence dans le monde de l’éducation et de la recherche, Wikipédia s’impose comme un objet scientifique à part entière. Les Anglo-Saxons s’en sont emparés les premiers en créant les Wikipedia studies, pan intégré des Wiki studies mises en lumière chaque année par une grande conférence académique internationale, « Wikimania » et des colloques spécialisés « Wikisym ». Ce volume n’est donc pas focalisé autour des débats clivants, « pro » ou « anti » Wikipédia – même s’il nous a paru nécessaire d’intégrer, à travers le texte d’Alexandre Moatti, une synthèse de la question. Il s’agit davantage d’une tentative de circonscrire l’objet dans sa complexité épistémique à travers son évolution permanente, et de l’aborder comme un laboratoire scientifique pluridisciplinaire, pour mieux en comprendre les arcanes.

  • 5 Ostrom Elinor, “Collective action and the evolution of social norms”, in The Journal of Economic Pe (...)

3La première partie, « Wikipédia, objet scientifique en cours d’identification » montre qu’on ne peut réduire l’objet en quelques phrases, mais au contraire que son analyse implique, à travers une approche holistique et pluridisciplinaire, de mieux comprendre la démesure de ce « miracle de l’auto-organisation », pour reprendre les propos de Dominique Cardon. Car Wikipédia n’est ni un simple agrégat de connaissances collaboratives, ni un simple portail communautaire, mais avant tout un nouveau modèle innovant de gouvernance. Dans le sillage d’Elinor Olstrom5, Beauris Beaude articule ainsi sa réflexion autour de la notion de bien commun et propose, pour que ce modèle fasse école, d’initier un nouveau champ théorique : « Il est temps de ne pas seulement évaluer Wikipédia à l’aune des théories existantes, mais de renouveler judicieusement ces dernières à l’aune des pratiques inédites qui ont lieu au sein de cet espace ». À travers un vaste état de l’art des recherches sur Wikipédia, Evelyne Broudoux montre quant à elle la fertilité des questionnements suscités par cet objet, et sa capacité à les intégrer lui-même dans sa dynamique.

4« Rome ne s’est pas faite en un jour ». La seconde partie de l’ouvrage se focalise sur l’émergence progressive des normes bibliographiques et des codes relationnels aujourd’hui très structurés qui interviennent en permanence dans l’évolution des contenus de l’encyclopédie. Pierre-Carl Langlais retrace d’abord l’émergence des normes ayant abouti à la formation d’un socle épistémique qui, tout en étant un atout structurel, peut aussi devenir un obstacle fonctionnel par excès de rigidité ou de complexité pour les néophytes. Parmi les points fondamentaux de l’horizon épistémique de Wikipédia figure la prédominance des contenus sur la « qualité » des auteurs – ce qui pose la question du rôle des experts. « Nous sommes face à un dilemme. La prise en compte de l’expertise dans Wikipédia semble se solder par une remise en cause de son caractère libre et égalitaire » déclare Pierre Willaime. En s’interrogeant non sans provocation sur le rôle du vandale dans l’encyclopédie, Antonio Casilli nous éclaire sur la complexité de ces relations entre des contributeurs aux objectifs et aux statuts si divers.

5La troisième partie « Expertises, autorité et légitimité » débute sur une question clivante : celle du procès en légitimité dont a été victime Wikipédia pendant plus d’une décennie, dans lequel Alexandre Moatti voit une discrimination idéologique plus que scientifique. Un procès certes persistant mais qui a largement perdu de sa substance depuis le tournant qualitatif entamé par Wikipédia en 2007, s’appuyant notamment sur le développement de larges bibliographies en amélioration constante. Autre question de légitimité, celle des usages de Wikipédia par les lycéens. L’enquête menée par Gilles Sahut, Benoit Jeunier, Josiane Mothe et André Tricot en arrive à la délicate conclusion que l’image négative qu’ont les jeunes de Wikipédia est le reflet de la présentation qu’en font leurs enseignants, ce qui n’empêche pas, comme l’ont démontré de nombreuses études, que les uns comme les autres l’utilisent constamment. La posture d’opposition est donc stérile et risquée, laissant à d’autres, notamment aux Anglo-Saxons par le jeu des traductions, le formatage des connaissances d’aujourd’hui et de demain. C’est pour cette raison même que cette troisième partie présente également l’expérience d’une scientifique devenue contributrice régulière de Wikipédia dans son domaine d’expertise, afin d’éclairer les modalités possibles de participation des chercheurs à Wikipédia – « Pour les chercheurs, utiliser Wikipédia et y contribuer, c’est plus qu’un défi, c’est un paradoxe à résoudre », conclut Régine Fabri.

  • 6 Cardon Dominique, Levrel Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance (...)

6La quatrième et dernière partie de notre ouvrage se concentre sur la question des corpus de recherche. L’attention est d’abord portée sur l’étude des sphères linguistiques et de leurs particularités, avec l’exemple de la Wikipedia en Arabe par Ilhem Allagui, Mark Graham et Bernie Hogan. Savez-vous que les articles ne représentent que 25% du contenu édité sur Wikipédia ? La plus grande partie se trouve sur les forums de discussions, hauts lieux de la « public sphere6 »wikipedienne traversée de processus délibératifs ou anti-délibératifs des « trolls », dont Alexandre Hocquet montre qu’ils rendent possible une ethnographie de la production d’articles. Dans la dernière contribution de ce volume, Robert Viseur rappelle pour finir l’importance des mécanismes d’extraction de données à partir de Wikipédia visant à établir des corpus spécifiques. Il s’agit notamment de DBpedia, base de données pouvant documenter des projets de recherche mais également les pages de résultats du moteur de recherche Google. Ou bien de l’accord récemment signé entre Wikimedia France et le ministère de la Culture, dans le but d’utiliser des contenus extraits de Wikipédia sur les sites des musées français. Rappelons que ce Wikipédia « hors les murs », en forme de consécration, a toujours été un des objectifs de l’encyclopédie – dont le développement a accompagné celui des licences libres permettant précisément ces formes de recyclage.

  • 7 Barbe Lionel, « Mutations des frontières de la connaissance à l’ère du Web 2.0 », in Hermès n° 63 « (...)

7Au terme de ce parcours, nous pensons que, toutes disciplines confondues, les chercheurs d’aujourd’hui ne peuvent pas ne pas s’intéresser à cet objet singulier qu’est Wikipédia. C’est au fond la raison d’être de ce volume : aider à dépasser le « traumatisme cognitif » pour s’approprier l’encyclopédie et l’aborder comme un nouvel horizon épistémologique. Dans un contexte d’emballement technologique global, nous ne savons pas combien de temps la forme actuelle de Wikipédia perdurera. Mais les enjeux scientifiques nés avec l’encyclopédie collaborative marquent une transition médiatico-historique qui bouleverse profondément la relation à la connaissance, et dans une certaine mesure la connaissance elle-même7. Non seulement ces enjeux se prolongeront dans un univers informationnel de plus en plus décentralisé, mais ils seront décuplés dans le cadre d’une mondialisation devenue terrain de bataille de multiples sphères d’influences culturelles et scientifiques.

Notes

1 Debray Régis, Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, « NRF », 1991.

2 Assouline Pierre, « Wikipédia, l’erreur à haut débit », in L’Histoire, n° 318, mars 2007, p 98.

3 Levy Pierre, « An epistemological critique of Wikipedia », blog de Pierre Levy, 27 mai 2013. http://pierrelevyblog.com/2013/05/27/an-epistemological-critique-of-wikipedia/

4 Ertzscheid Olivier, « Wikipédia est un « projet » encyclopédique et un bien commun de l’humanité », entretien avec Astrid Girardeau, 17 janvier 2008, Site de Libération, Ecrans. http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2008/01/17/wikipedia-est-un -projet-encyclopedique-et-un-bien-commun-de-l-humanite_954216

5 Ostrom Elinor, “Collective action and the evolution of social norms”, in The Journal of Economic Perspectives, 2000.

6 Cardon Dominique, Levrel Julien, « La vigilance participative. Une interprétation de la gouvernance de Wikipédia », in Réseaux, n° 154, 2009, p. 51-89.

7 Barbe Lionel, « Mutations des frontières de la connaissance à l’ère du Web 2.0 », in Hermès n° 63 « Murs et frontières », 2012, p. 169-174.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire Dicen-IDF

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable