Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Justice et injustices spatiales

 | 
Bernard Bret
, 
Philippe Gervais-Lambony
, 
Claire Hancock
, 
et al.

Espace et justice : ouverture et ouvertures

Philippe Gervais-Lambony et Frédéric Dufaux

Texte intégral

  • 1 Lefebvre Henri, Espace et politique, Paris, Anthropos, 1972, p.187.

Or maintenant, il apparaît que l’espace est politique. […]
L’espace a été façonné, modelé, à partir d’éléments historiques ou naturels, mais politiquement.
L’espace est politique et idéologique. […] Il y a une idéologie de l’espace.
Pourquoi ? Parce que cet espace qui semble homogène, qui paraît donné d’un bloc dans son objectivité, dans sa forme pure, tel que nous le constatons, est un produit social.
Henri Lefebvre, Espace et politique1.

  • 2 L’usage du mot territoire pour désigner l’espace ainsi défini est proposé par de nombreux géographe (...)

1IL NOUS SEMBLE QU’IL CONVIENT de repartir de là, de cette idée simple mais révolutionnaire énoncée par Henri Lefebvre, inlassablement, et qui a transformé en profondeur l’ensemble des approches des questions spatiales dans les sciences sociales et humaines : l’espace est un produit social. Il faut repartir de là car c’est un acquis fondamental et qui semble partagé. Qui aujourd’hui nie encore que l’espace est produit par les sociétés humaines, « à partir d’éléments historiques ou naturels » (alors même qu’il semble être « donné », en contradiction donc avec nos perceptions, ce qui est la source de bien des malentendus2) ?

  • 3 Cette série d’ouvrages prolonge la réflexion lancée lors du colloque international « Justice et inj (...)

2Mais c’est autre chose d’en tirer les conclusions nécessaires. Admettons en effet que l’espace est un produit social et qu’il est produit politiquement (au sens le plus large du terme). Cela signifie qu’il y a une interrelation directe et forte entre le social et le spatial. Il est donc possible d’agir sur l’espace pour faire en sorte que cette production soit plus ou moins favorable à tous, ou au contraire qu’elle soit exclusive et contrôlée par quelques-uns. Ainsi, la production de l’espace peut être plus ou moins juste et, réciproquement, l’espace tel qu’il est produit peut avoir des « effets » rétroactifs justes ou injustes sur la société. Cela légitime fondamentalement à notre avis une réflexion sur les relations entre espace et justice, thème de la présente collection, sur la justice spatiale en particulier, objet du présent ouvrage, premier d’une série de quatre à paraître sur le sujet3.

3Les textes réunis ici sont fédérés par un double enjeu : montrer que la thématique de la justice spatiale peut rassembler différentes disciplines de sciences sociales dans une démarche complémentaire, où la géographie tient une place charnière ; rappeler que la compréhension des interactions entre espace et société est essentielle à celle des injustices sociales et à la réflexion appliquée sur les politiques territoriales visant à réduire les « injustices ».

4Les textes de ce volume sont organisés en deux parties, l’une est d’ordre général et vise à poser les bases théoriques de la réflexion, l’autre est orientée sur la question précise des « minorités », au sens anglo-saxon du terme, et se fonde sur des approches peu développées en France, utilisant le concept de justice procédurale.

5Dans la première partie de l’ouvrage, les textes théoriques introduits plus loin par Bernard Bret, conduisent cependant, dans un registre très appliqué, à proposer une manière problématisée de questionner les politiques territoriales. Il ne s’agit pas tant de départager le juste de l’injuste, de porter des jugements de valeur sur telle ou telle politique, mais bien de proposer un outil scientifique de compréhension de processus tout en ouvrant la voie à des propositions fondées sur une conscience de la complexité des actions sur l’espace.

6La seconde partie constitue une première mise en œuvre de ce programme sur la thématique des minorités et des identités : dans leur introduction, Claire Hancock et Frédéric Landy, montrent comment ces questions sont liées à notre problématique générale. Réunir ici ces deux ensembles de textes vise précisément cet objectif : montrer comment s’articulent la théorie générale sur la justice et la justice spatiale avec la réflexion politique, voire l’engagement.

7Après avoir brièvement présenté le débat théorique sur le concept de justice, en amont de ses dimensions spatiales, nous rappellerons sa place dans la discipline géographique et exposerons en quoi la justice spatiale constitue à notre sens une thématique fédératrice, bien au-delà de la seule discipline géographique, comme le prouvent les textes réunis ici, issus de disciplines diverses. C’est aussi l’occasion de faire se rencontrer univers scientifiques francophones et anglophones (d’où le choix de présenter des textes dans les deux langues).

Éclairer le concept de justice, un debat en amont

  • 4 Smith David, Geography and Social Justice, Oxford, Blackwell, 1994 ; Smith David, Moral Geographies (...)
  • 5 Rawls John, A Theory of Justice, Cambridge, Harvard University Press, 1971. Pour éviter des redites (...)
  • 6 Nous reprenons ici le terme anglo-saxon, à notre sens plus clair que sa traduction par « libertaire (...)

8La mise en débat de la justice spatiale doit être replacée dans une réflexion d’ordre général sur les grandes définitions de la justice. Il est évident que les inégalités sociales existent et qu’elles sont en général spatialisées (de l’intimité de l’espace domestique à l’échelle planétaire). Elles peuvent être traitées comme telles, sans référence au concept de justice. Mais le débat sur la justice et l’injustice étant central dans les sociétés démocratiques, à toutes les échelles, comment le mobiliser de manière à ce que les travaux sur l’espace s’inscrivent dans des débats de société ? La « justice », terme polysémique, reste un levier politique essentiel, mobilisateur, compris et vécu par les citoyens dans leur quotidien alors même que le doute généralisé sur l’ensemble des grands récits explicatifs du monde, le déconstructivisme postmoderne poussent à relativiser tout discours sur la justice. Ce processus a été renforcé par l’émergence de divers mouvements sociaux (féministes, écologistes, antiracistes…), comme par le développement du multiculturalisme : en un même lieu et au même moment se confrontent des acteurs qui ont des conceptions différentes, souvent contradictoires, voire conflictuelles, du « juste » et de « l’injuste ». La diversité des définitions de la « justice » (et des possibles « contrats sociaux » qui les légitiment) est grande et les objectifs poursuivis sont variés, voire opposés4. On peut considérer que les conceptions de la justice qui nous intéressent ici oscillent entre deux pôles. Le premier pôle est illustré par John Rawls5. Il définit la justice comme équité : c’est non pas l’égalitarisme, mais, une fois posée l’égale valeur intrinsèque des personnes, l’optimisation des inégalités destinée à la promotion maximale des plus modestes. Cette conception de la justice, qui prétend à l’universalité du fait de sa procédure d’énonciation, indépendante des situations réelles, est centrée sur la personne. À l’opposé, les « communautaristes » donnent de la justice sociale des définitions centrées sur les droits des communautés, ceux-ci primant sur les droits des individus. Enfin, rappelons une autre opposition entre d’une part l’objectif communiste d’égalitarisme radical et d’abolition totale des inégalités socio-économiques, d’autre part les doctrines des « libertariens6 » qui font primer absolument la liberté individuelle.

  • 7 Young Iris-Marion, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 1 (...)
  • 8 Il est possible dans son approche d’appartenir à plusieurs groupes, selon ses affinités : les appar (...)
  • 9 Rawls John, op. cit., p. 118.

9Dans tous ces débats, jusqu’aux années 1990, c’est avant tout d’égalité ou d’inégalité socioéconomiques qu’il est question : la justice vise d’abord à réduire, abolir, ou rendre acceptables les inégalités socio-économiques. Un tournant majeur dans cette réflexion de philosophie politique intervient avec les travaux d’Iris Marion Young7. Renonçant à une théorie générale de la justice, elle propose d’identifier d’abord les injustices dont sont victimes certains groupes dans nos sociétés. Elle part du principe que l’approche socio-économique est insuffisante pour définir l’injustice et qu’une politique juste devrait viser à abolir l’oppression sous toutes ses formes. Elle en vient ainsi à présenter la justice sociale comme la reconnaissance et l’acceptation de l’altérité et à prôner une politique territoriale attentive aux droits des groupes, non pas communautaires mais affinitaires8. Elle propose pour cela, tout comme Rawls, une définition procédurale et non plus structurelle de la justice, c’est-à-dire que son raisonnement repose sur l’idée selon laquelle « une procédure équitable transmet son caractère au résultat9 ». Mais Young se distingue de Rawls dans la mesure où elle récuse d’une part l’universalisme, d’autre part la nécessité de centrer la définition d’une procédure juste sur les relations entre individus : pour elle c’est de la négociation entre groupes sociaux différents que surgit la décision « juste ». Young, raisonnant sur les groupes sociaux et non sur les individus, distingue cinq formes d’oppression, qui peuvent se combiner :

  • L’Exploitation correspond à l’oppression des classes sociales défavorisées, non pas seulement en ce qu’elles ne bénéficient pas d’une redistribution équitable des revenus de leur travail, mais aussi par leur exclusion des processus de prise de décision, des choix individuels de vie et de la reconnaissance de leur identité collective.

  • La Marginalisation affecte les exclus de la vie sociale (Iris Marion Young prend pour exemple les personnes âgées, les mères célibataires, les sans-logis, les chômeurs sans espoir de trouver un emploi), qui perdent l’estime de soi, même s’ils bénéficient d’une redistribution économique qui leur permet de survivre.

  • L’Absence de pouvoir – Powerlessness – désigne l’oppression des exclus de toute prise de décision, sur leur lieu de travail, ou dans leur espace de vie en général.

    • 10 Young Iris-Marion, 1990, op. cit., p. 59, traduit par nous.

    L’Impérialisme culturel diffère des trois premières formes d’oppression car il n’est pas directement lié aux rapports au travail ou dans le travail. C’est le processus par lequel un groupe est rendu invisible du fait de « l’universalisation de l’expérience et de la culture d’un groupe dominant et son instauration comme norme10 ». Il passe par la désignation comme « autre ». Le groupe qui subit cette oppression est donc défini de l’extérieur, dans le même temps qu’il est rendu invisible et stéréotypé (ce qui est un paradoxe).

  • La Violence. Il ne s’agit pas de la violence individuelle, mais de celle faite à un groupe. Plus précisément, ce n’est pas la violence en soi qui constitue une oppression, mais le fait qu’elle devienne une « pratique sociale » envers certains groupes, pratique éventuellement considérée comme acceptable (dans le cas des femmes tout particulièrement, mais aussi bien sûr des minorités ethniques) parce qu’elle est simplement la conséquence de l’appartenance au groupe.

Une thematique federatrice

  • 11 Peet Richard, “Inequality and Poverty : a Marxist Geographic Theory”, in Annals of the Association (...)
  • 12 Bret Bernard, Justice et Territoire, essai dinterprétation du Nordeste du Brésil, Thèse d’État, Un (...)
  • 13 Harvey David, op. cit.

10Depuis les années 1970, des auteurs anglo-saxons11et aussi français12se sont penchés sur le concept de justice spatiale. Reprenant la théorie de John Rawls sur la justice ou lui répondant, ils ont débattu, en s’appuyant souvent sur Young, l’idée d’une justice limitée à sa dimension « structurelle », définie « objectivement » par des inégalités socio-spatiales qu’il s’agirait d’atténuer, sinon de supprimer, par une série de mesures politiques et techniques. Beaucoup d’auteurs complètent cette définition en insistant sur la dimension procédurale de la justice spatiale, c’est-à-dire qu’ils la jugent en fonction des processus de prise de décision concernant l’espace : sont-ils démocratiques et respectueux de la diversité ? David Harvey (dans un article de 1992 qui fit date13) a repris l’approche qualitative de Young et l’a appliquée à l’espace, même si pour lui les causalités sont différentes : le système capitaliste est par nature créateur d’injustices et d’inégalités spatiales. Cependant, Harvey se limite à un usage pragmatique des catégories de Young : face à une situation donnée, elles permettent de définir une « manière » d’agir. Et il est en désaccord, sans le dire nettement, sur le refus de recherche d’universalité de Young : pour lui, « l’universel », aujourd’hui, c’est le capitalisme, qui s’étend à la planète contemporaine entière, et c’est dans ce système qu’est la source de l’injustice spatiale.

11Le concept de justice spatiale n’est donc pas nouveau, il trouve son origine dans une géographie radicale et avant tout urbaine. Mais aujourd’hui la thématique de la justice spatiale présente à nos yeux une importance double et renouvelée pour la géographie. D’une part elle soulève des questions cruciales sur l’utilité sociale de la discipline géographique. D’autre part, elle est fondamentalement fédératrice pour la discipline puisqu’aucun des « courants » scientifiques qui la composent n’est exclu des débats qu’elle ouvre. Selon l’approche adoptée sur la question, soit l’on est conduit à se poser des questions sur des distributions spatiales (de biens, de services, de personnes…) parce que l’on choisit une définition re-distributive de la justice, soit l’on est conduit à se poser des questions de représentations de l’espace, d’identités (territoriales ou non), de pratiques, en choisissant de réfléchir sur la dimension procédurale de la justice. En d’autres termes, se trouvent mobilisées et éventuellement associées des approches relevant plutôt de l’analyse spatiale et des approches relevant plutôt de la géographie des représentations ou de la géographie culturelle. Cette convergence se fait à travers une réflexion sur les modalités de la prise de décision politique et sur les politiques conduites pour assurer de meilleures distributions spatiales.

12Le caractère fédérateur du concept de justice spatiale va encore au-delà puisqu’il nécessite de mobiliser aussi pleinement les études environnementales. On est très proche en effet de la notion de « justice environnementale », apparue dans les années 1970-1980 dans les villes nord-américaines, pour dénoncer les recouvrements spatiaux entre les formes de discrimination raciale et d’exclusion socio-économique, les pollutions industrielles et la vulnérabilité face aux risques naturels. Dans les pays du Sud, les parcs nationaux ou les conflits autour des ressources naturelles ont montré la dimension écologique des processus de domination économique et politique. L’émergence de la notion de développement durable a favorisé une réflexion sur l’équité environnementale. Elle interroge notre rapport ontologique au monde, et la possibilité d’une politique juste articulée autour des besoins de l’humanité, présents et futurs, locaux et globaux ,et de nouveaux modes de gouvernance.

  • 14 Marston Sallie, « The Social Construction of Scale », in Progress in Human Geography, 24(2),2000,21 (...)
  • 15 Notamment : Merrifield Ann, Swyngedouw Eric (dirs.),1997,The Urbanization of Injustice. NewYork, Ne (...)

13Fédérateur des approches géographiques, le concept de justice spatiale l’est aussi des échelles d’étude, du global au local. A l’échelle globale, l’importance d’une réflexion sur la répartition des richesses, notament entre grands ensembles géographiques, n’est plus à démontrer : des débats sur le Tiers Monde des années 1970 à ceux, contemporains, sur les inégalités Nord-Sud, nous avons affaire à une question qui a depuis longtemps animé la géographie. La phase actuelle de la mondialisation a réveillées questionnements, y ajoutant tout l’intérêt d’une analyse des interactions entre échelles et des questions environnementales globales qui conduisent à des débats théoriques majeurs14.À l’échelle nationale, la question est évidemment celle du caractère juste ou injuste des politiques d’aménagement du territoire. À l’échelle urbaine enfin, nous disposons d’un corpus de textes géographiques– surtout anglophones très fourni puisque c’est essentiellement sur les espaces urbanisés que les principaux auteurs ont travaillé15.

  • 16 Soja Edward W.,op. cit., et Soja Edward W.,article dans le présent volume.

14Enfin, la justice spatiale a aussi été revisitée par les géographies post-modernes et post coloniales. Nous sommes ici à un carrefour scientifique essentiel, entre le social et le culturel, sous-tendu par une question forte sur l’efficacité politique de la géographie. C’est la position que défend Edward W. Soja16.Dans sa caractérisation de la Postmetropolis, Soja constate que la ville contemporaine a connu un fort accroissement des inégalités, particulièrement aux États-Unis. Selon la réflexion marxiste classique ,c’est logique : il y a renforcement des contradictions du capitalisme, renforcement dont la révolution est l’horizon .Dans l’analyse néolibérale, là aussi, aucune nouveauté radicale n’est perçue : cet accroissement des inégalités est explicable et temporaire (en particulier grâce au trickle down effect).Aucune de ces deux analyses ne diagnostique de mutation radicale dans ces dynamiques inégalitaires : il y aurait seulement accentuation des tendances anciennes du fait du processus de mondialisation (nouvelles technologies, migrants pauvres…).

  • 17 Soja Edward W., Seeking Spatial Justice. Minneapolis, University of Minnesota Press, 2010.

15Ces deux positions sont renvoyées dos à dos par Soja comme conduisant à l’inaction et empêchant de s’interroger sur les causes de l’accroissement radical des inégalités. Pour Soja17, il est indispensable de penser « autre chose » en se fondant sur l’espace et les luttes dont l’espace est l’enjeu (alors qu’Harvey tente de réinterpréter les nouveaux mouvements sociaux en termes de lutte des classes d’un nouveau genre).

  • 18 Cette ambition, fondée sur d’autres entrées théoriques, est formulée pour la géographie française p (...)

16Retenons de ceci le fait que l’approche spatiale de la justice sociale, qui est au fond la définition même du concept de justice spatiale, permet de replacer l’espace au centre de la réflexion sur les sociétés contemporaines18. C’est donc évidemment une opportunité à saisir pour travailler sur les interactions entre le spatial et le social : l’injustice sociale se traduit dans l’espace, mais réciproquement l’organisation sociale de l’espace est productrice d’injustice. Il n’y a pas ici de lien mécanique, mais bien des processus dynamiques, souvent complexes, qui se déploient dans l’espace et dans le temps, qu’il est urgent d’éclairer et sur lesquels il est possible d’agir.

Notes

1 Lefebvre Henri, Espace et politique, Paris, Anthropos, 1972, p.187.

2 L’usage du mot territoire pour désigner l’espace ainsi défini est proposé par de nombreux géographes pour éviter ces malentendus, mais cela risque de conduire aussi à des incompréhensions d’une part parce que les définitions du terme territoires sont elles-mêmes nombreuses, d’autre part parce que laisse à penser qu’il existe un espace en soi indépendant des processus de territorialisations.

3 Cette série d’ouvrages prolonge la réflexion lancée lors du colloque international « Justice et injustice spatiales », tenu à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, les 12, 13 et 14 mars 2008. Après un numéro des Annales de Géographie consacré à ce thème début 2009, ce travail a été poursuivi par la création d’une revue scientifique électronique bilingue, libre d’accès, à partir du printemps 2009, Justice spatiale/Spatial Justice : www.jssj.org.

4 Smith David, Geography and Social Justice, Oxford, Blackwell, 1994 ; Smith David, Moral Geographies : Ethics in a World of Difference, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2000.

5 Rawls John, A Theory of Justice, Cambridge, Harvard University Press, 1971. Pour éviter des redites au sein de cet ouvrage, nous n’aborderons ici de manière approfondie que des points qui n’ont pu l’être dans les textes ultérieurs. Ainsi, la pensée de John Rawls et ses applications possibles en géographie méritent une réflexion approfondie, proposée dans ce volume par Bernard Bret.

6 Nous reprenons ici le terme anglo-saxon, à notre sens plus clair que sa traduction par « libertaire » en français, qui désigne exactement le libéralisme politique c’est-à-dire « les théories de l’État minimal, qui expriment leur méfiance à l’égard des pouvoirs d’oppression de l’État ainsi que leur défense inconditionnelle des droits de l’individu » (Audard Catherine et alii, Individu et justice sociale. Autour de John Rawls, Paris, Éditions du Seuil, 1988, p. 158).

7 Young Iris-Marion, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 1990.

8 Il est possible dans son approche d’appartenir à plusieurs groupes, selon ses affinités : les appartenances sont fluides. La différence qui fonde l’identité du groupe n’est pas figée, elle est seulement le produit des interactions. Les groupes se recoupent et les individus ont des appartenances plurielles. Les identités et les différences sont contextuelles : « La contextualisation à la fois de la signification de la différence et de celle de l’identité permet de reconnaître des différences à l’intérieur de groupes affinitaires. […] Ainsi, des gays peuvent être noirs, riches, sans abri ou vieux, et ces différences produisent différentes identifications et conflits potentiels parmi les gays, de même que des affinités avec certains hétéro-sexuels hommes » (Young Iris-Marion, 1990, op. cit., p. 173, traduit par nous).

9 Rawls John, op. cit., p. 118.

10 Young Iris-Marion, 1990, op. cit., p. 59, traduit par nous.

11 Peet Richard, “Inequality and Poverty : a Marxist Geographic Theory”, in Annals of the Association of American Geographers, vol. 65, n° 4, 1971, 564­571 ; Harvey David, Social Justice and the City, London, Edward Arnold, 1973 ; Harvey David, “Social justice, Postmodernism and the City”, in International Journal of Urban and Regional Research, 16, 4, 1992, 588­601 ; Young Iris-Marion, Inclusion and Democracy, New York, Oxford University Press, 2000 ; Smith David 1994, op. cit. ; Soja Edward, Post-metropolis, Critical Studies of Cities and Regions, Oxford, Blackwell, 2000.

12 Bret Bernard, Justice et Territoire, essai dinterprétation du Nordeste du Brésil, Thèse d’État, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2000 ; Reynaud Alain, Société, espace et justice, Paris, PUF, 1981.

13 Harvey David, op. cit.

14 Marston Sallie, « The Social Construction of Scale », in Progress in Human Geography, 24(2),2000,219-242.

15 Notamment : Merrifield Ann, Swyngedouw Eric (dirs.),1997,The Urbanization of Injustice. NewYork, New York University Press ; Dikeç Mustafa, Badlands of the Republic : Space, Politics and Urban Policy. Oxford, Blackwell, 2007.

16 Soja Edward W.,op. cit., et Soja Edward W.,article dans le présent volume.

17 Soja Edward W., Seeking Spatial Justice. Minneapolis, University of Minnesota Press, 2010.

18 Cette ambition, fondée sur d’autres entrées théoriques, est formulée pour la géographie française par Jacques Lévy (Lévy Jacques, Le Tournant géographique. Penser lespace pour lire le monde, Paris, Belin, 2000). Elle s’inscrit plus largement dans les débats autour du « Spatial Turn » engageant l’ensemble des sciences humaines et sociales, lancés dans les années 1980 dans le monde anglo-saxon, en particulier par David Harvey et Edward W. Soja, sous l’influence… d’Henri Lefebvre (notamment LEFEBVRE Henri, La Production de lespace, Paris, Anthropos, 1974).

Auteurs

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable