Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail associatif

 | 
Matthieu Hély
, 
Maud Simonet

« L’entreprise associative » au service de « l’entreprise citoyenne » ?

Le prix de la citoyenneté

Anne Bory et Maud Simonet

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les organisations non lucratives américaines-ou nonprofit organizations - sont très variées. Le sec (...)
  • 2 Perry James L., Thomson Ann Mary, Civic service. What differences does it make ?, Armonk (N. Y.), M (...)
  • 3 Depuis 1993, le programme est notamment soutenu au niveau fédéral par la Corporation for National S (...)
  • 4 Le terme de « member » souligne que les membres de ces programmes effectuent leur service volontair (...)

1En observant une école publique, à Harlem ou dans le South Side de Boston, un observateur français peut être intrigué de voir des jeunes gens portant des uniformes assurer des cours de soutien scolaire et emmener les élèves repeindre les murs d’une maison de retraite du quartier, sous l’oil bienveillant des enseignants. Ces jeunes sont des volontaires de City Year, une nonprofit organization1, créée à Boston en 1988 par deux diplômés de la Harvard Law School, Michael Brown et Alan Khazei. Depuis la fin des années 1980, City Year administre un programme de volontariat pour les jeunes, en poursuivant trois objectifs principaux : « éduquer les jeunes à l’engagement civique, faire tomber les barrières sociales et raciales, et apporter à la jeunesse urbaine une aide précieuse2 ». Le programme est ainsi conçu selon trois volets : un volet d’éducation civique, un volet de volontariat en équipe, et un volet de préparation du projet professionnel ou universitaire des volontaires. D’abord limitée à Boston, et intégralement financée par des fonds privés, City Year a aujourd’hui 17 antennes locales à travers tout le pays, qui bénéficient toutes de ressources publiques3 comme privées. Plus de 900 volontaires, appelés corps members4, âgés de 17 à 24 ans, y effectuent un « service civique » de 10 mois en échange d’une indemnité, d’une couverture maladie et de quelques avantages en nature. Au moment de la création de l’antenne new-yorkaise de l’association, en 2003, les volontaires de City Year New York (CYNY) recevaient ainsi de l’association une indemnité de 250 $ par semaine et une couverture maladie de base. Un uniforme complet et un forfait téléphonique leur étaient également offerts par des entreprises mécènes à leur entrée dans le programme. À cela il convient d’ajouter la bourse d’environ 4 000 $ que les volontaires touchent à l’issue de leur service au titre de l’inscription de leur programme dans le réseau AmeriCorps.

  • 5 Jusqu’au milieu des années 1990, les différents sites locaux de City Year proposaient aux volontair (...)

2Les volontaires sont organisés en équipes d’une dizaine de membres, et ces équipes constituent le cour de l’organisation de City Year. La branche new-yorkaise de City Year compte ainsi plus de 200 volontaires, divisés en une vingtaine d’équipes basées chacune dans une école publique tout au long des 10 mois de volontariat5. Les volontaires sont chargés d’organiser des activités pour les élèves, notamment des activités de bénévolat, et de les aider dans leur travail scolaire, pendant les cours ou en fin de journée.

  • 6 De 1999 à 2006, la part des dons venant du monde de l’entreprise dans les ressources de City Year e (...)

3Pour assurer la pérennité de son programme de volontariat, City Year nécessite des ressources financières importantes6. Le développement de City Year (CY) est, depuis sa création, étroitement lié au monde de l’entreprise.

4Ainsi, Timberland fut la première entreprise à financer CY, en 1989, d’abord en fournissant aux jeunes volontaires des chaussures, des uniformes, puis en versant à l’organisation des fonds conséquents-en 2006, au total, Timberland versait 500 000 dollars à CY. Depuis quelques années, l’une des sources de financement développées par City Year réside dans l’organisation de journées de bénévolat d’entreprise, appelées days of service. Le bénévolat d’entreprise est une forme de mécénat d’entreprise largement diffusée dans les grandes entreprises américaines. Il consiste à encourager les salariés à exercer, seuls ou en groupe, une activité qualifiée de bénévole, pendant le temps de travail ou durant leur temps libre, auprès d’une association sélectionnée par l’entreprise, et sous les couleurs de cette dernière. City Year propose ainsi aux directions d’entreprise d’organiser des journées de bénévolat pour leurs salariés, auprès d’associations qui accueillent habituellement des volontaires.

5Dans ce cadre, la citoyenneté est une valeur lucrative pour City Year, qui peut proposer aux entreprises des prestations dont la dimension hautement rémunératrice repose en partie sur l’utilisation du travail fourni par les volontaires, qui ne sont jamais explicitement reconnus comme des travailleurs par l’association. L’usage légitime que City Year peut faire de la notion de citoyenneté séduit donc tant les entreprises que les volontaires : au nom de la citoyenneté, les premières sont prêtes à dépenser des sommes considérables, et les seconds conduits à supporter un statut et des conditions de travail précaires.

Cet article est issu de deux recherches comparatives menées en France et aux États-Unis. La première a été conduite par Maud Simonet au sujet de programmes de volontariat. La seconde a été conduite par Anne Bory au sujet de politiques de bénévolat d’entreprise dans des grandes entreprises françaises et américaines. Ces deux recherches ont étudié City Year. Entre 2003 et 2004, Maud Simonet a mené des entretiens avec cinq volontaires de City Year New York, trois anciens volontaires de City Year Boston, un salarié de City Year New York, et le directeur d’une école new-yorkaise au sein de laquelle une équipe de volontaires était présente. En 2004, elle a également observé la cérémonie de rentrée de City Year New York, et la 15e conférence nationale de City Year qui s’est tenue à Boston du 1 er au 5 juin. En 2006 et 2007, Anne Bory a pu observer trois journées de bénévolat d’entreprise organisées par City Year New York pour deux entreprises différentes, et conduire cinq entretiens avec des salariés de City Year à New York et Boston (les salariés rencontrés à Boston travaillaient pour Care Force, la structure lucrative de City Year). En outre, trois entretiens ont été menés avec des responsables du mécénat d’entreprises finançant City Year, et il a été possible d’observer une cérémonie de remise de prix aux salariés-bénévoles d’une banque new-yorkaise à laquelle participaient des salariés et des volontaires de City Year New York.

Le prix de la citoyenneté : le bénévolat comme produit vendu aux entreprises

6Les nombreux partenariats qui unissent des entreprises et City Year-au plan national ou au plan local-se déclinent sous diverses formes : les dons financiers ou en matériel donnent ainsi lieu à des contreparties en termes de publicité, d’affichage de logo, de remerciements en tous genres, qui sont assorties de journées de bénévolat organisées pour les salariés des entreprises mécènes. L’organisation de ces journées constitue en réalité un véritable marché sur lequel différentes organisations lucratives et non lucratives se livrent une concurrence acérée. La lucrativité de la fourniture d’activités de bénévolat au monde de l’entreprise a ainsi incité City Year à développer ces prestations dans ses antennes locales, mais également en créant une structure nationale qui y est spécialement dédiée.

Un modèle de partenariat entre secteurs lucratif et non lucratif

7Dans le monde du mécénat d’entreprise new-yorkais, CYNY est souvent citée comme une association digne de confiance, efficace et au fait des exigences du monde des affaires. CY présente, pour les entreprises mécènes, de nombreux avantages : elle est au cour du monde social du bénévolat américain, puisqu’elle promeut le volontariat en particulier, et le bénévolat en général ; son image est celle d’une organisation dynamique, qui s’occupe des jeunes ; les volontaires incarnent une jeunesse qui n’a pas peur de s’engager de façon intensive pour le bien commun ; et l’organisation est implantée à la fois localement et nationalement.

  • 7 City Year 2006 annual report.

8City Year a divers types de partenariats avec les entreprises : l’organisation a des National Sponsors, des Team Sponsors et des Local Sponsors. Leurs contributions vont de plusieurs millions à quelques milliers de dollars. Les entreprises qui financent une équipe de volontaires doivent verser plusieurs dizaines de milliers de dollars. Ces Team Sponsors apportent l’essentiel des revenus des branches locales de CY, et un quart des revenus de l’organisation nationale7. Ainsi, City Year New York est financée par plus de 25 entreprises, et huit équipes de volontaires ont un Team Sponsor.

  • 8 Smith Craig, « New Corporate Philanthropy », in Harvard Business Review, 72, (3), mai-juin 1994, p. (...)

9Au-delà des ressources financières qu’ils apportent, ces partenariats sont souvent décrits comme une façon d’ouvrir les portes du monde de l’entreprise aux volontaires, de créer des liens entre les entreprises et les associations au sein desquelles les jeunes sont volontaires, de donner aux salariés des entreprises l’occasion de faire du bénévolat, et aux cadres dirigeants de s’impliquer dans les conseils d’administration locaux et nationaux de CY. Ce sont les traits sur lesquels insistent les salariés de CY lorsqu’ils présentent leur organisation à des représentants du monde des affaires. C’est également ce type de retombées positives qui est mis en valeur par la littérature d’inspiration managériale traitant des partenariats entre organisations lucratives et non lucratives8 et qui présente souvent City Year comme un modèle du genre. Au-delà de la question de l’efficacité sociale de ces partenariats et loin de la présentation idéale qui en est souvent faite, il s’agit ici de montrer comment ils fonctionnent et quelles sont leurs implications sur le travail quotidien effectué au sein de City Year, par les salariés et les volontaires.

10Comme l’a dit un salarié de CY « Le fait de financer une équipe apporte de la publicité pour la marque, et des activités de bénévolat. » Les entreprises qui financent CY et CYNY obtiennent des contreparties, au premier rang desquelles figure la promotion de leur image publique. Les équipes de volontaires portent le nom de l’entreprise qui les finance-c’est le cas par exemple de la Credit Suisse East Harlem Team -, et leurs uniformes sont parés de son logo. Un salarié de CYNY les a de fait comparés à des « hommes sandwiches » pour Timberland et l’ensemble des entreprises mécènes. Le hall d’entrée des bureaux de CYNY est décoré des logos des Corporate Sponsors, et des logos de CY. Le nom et les logos des Corporate Sponsors apparaissent sur toutes les publications de CY et de CYNY, et sur leurs sites internet.

  • 9 Bory Anne, De la générosité en entreprise. Mécénat et bénévolat dans les grandes entreprises en Fra (...)

11En outre, pour chaque équipe financée, l’entreprise mécène bénéficie de deux journées de bénévolat d’entreprise organisées par CY, durant lesquelles les salariés des entreprises mécènes rénovent des jardins publics, y réalisent travaux de jardinage ou de nettoyage, ou peignent des fresques murales dans des écoles9. City Year New York organise environ 25 days of service par an, dont quatre à cinq journées impliquant plusieurs centaines de personnes.

Les « days of service » comme prestation : le prix du bénévolat

12La plupart de ces journées sont organisées pour les Team Sponsors, mais certaines sont organisées pour des entreprises qui ne font pas partie des mécènes de CYNY et qui, pour l’organisation de ces journées, versent des frais d’organisation conséquents à l’organisation. Lorsque CYNY organise une journée de bénévolat pour une entreprise qui n’est pas déjà mécène, l’effectif des salariés-bénévoles peut s’élever à 400 personnes. Le prix demandé à l’entreprise est alors environ trois fois supérieur à ce que coûte effectivement l’organisation de la journée à CYNY. Il s’élève à plusieurs dizaines de milliers de dollars. Les salariés de CYNY fournissent alors, comme pour les journées organisées pour les Team Sponsors, une journée de bénévolat d’entreprise « clé en main » : les salariés-bénévoles n’ont qu’à se rendre sur le site de l’activité, le matériel les y attend, les paniers repas et la crème solaire aussi, ainsi que des salariés de CYNY ou des volontaires qui encadrent les activités.

13CY est à la fois un intermédiaire entre les entreprises et le secteur non lucratif local et une garantie pour les premières : les salariés de CY connaissent des dizaines d’associations ayant besoin de menus travaux de rénovation, et permettent aux responsables du mécénat dans les entreprises de ne pas consacrer du temps à la recherche d’une organisation pouvant accueillir des salariésbénévolesbénévoles. En outre, les salariés de CY s’assurent que les salariésbénévoles sont bien accueillis, qu’ils sont remerciés par les membres de l’organisation qui les reçoit, et qu’ils se sentent utiles. La plupart du temps, les salariés-bénévoles effectuent des travaux de peinture et de jardinage, pour obtenir un transformational impact - un résultat que les salariés-bénévoles peuvent immédiatement constater. En conséquence, la plupart des activités de bénévolat d’entreprise ont lieu dans des jardins publics, des parcs et des écoles. Elles sont d’abord organisées pour satisfaire les attentes des salariés-bénévoles et des responsables du mécénat d’entreprise, plus que pour répondre aux besoins sociaux locaux les plus urgents, ce qui créée, au sein de City Year New York, quelques divergences entre salariés.

  • 10 Barman Emily, Contesting Communities, The Transformation of Workplace Charity, Stanford, Stanford U (...)
  • 11 Les summer associates sont les jeunes salariés employés pour l’été, souvent alors qu’ils finissent (...)

14En parlant du recrutement des Corporate Sponsors, un salarié de CYNY a précisé que ces sujets étaient « l’un des secrets les mieux gardés ». En effet, les savoir-faire développés par chaque association pour attirer et conserver les fonds des entreprises sont une ressource précieuse, car la concurrence est féroce pour obtenir ces fonds10. Des entretiens menés dans d’autres associations spécialisées dans la mise en place de journées de bénévolat d’entreprise ont également donné lieu à des demandes de confidentialité sur le prix payé par les entreprises pour ces journées. Les termes de « concurrence », « un concurrent redoutable », « marché » et « analyse de marché », et ont été largement employés par les salariés de CYNY que nous avons rencontrés pour décrire leurs relations avec les autres associations et le type de stratégie employée pour récolter les fonds des entreprises. Ainsi, l’organisation de journées de bénévolat d’entreprise pour les summer associates des grandes entreprises est devenue une source de revenus importante11. En conséquence, un salarié de CYNY a décrit l’organisation de ces journées ainsi : « nous nous lançons à fond dans le marché des contrats d’été ». Le même salarié a ensuite souligné le risque de trop verser dans cette logique de marché, et reconnu que cela pouvait aussi être vu comme une forme de marchandisation du bénévolat.

15En 2000, CYNY a créé Care Force, une organisation lucrative spécialisée dans l’organisation payante de journées de bénévolat d’entreprise. Ses bénéfices vont à City Year, et ses bureaux sont au siège national de City Year, à Boston. En 2006, Care Force employait un directeur, trois project managers en relations avec les principales entreprises clientes de Care Force, et deux « coordinateurs du bénévolat » chargés de trouver les nonprofit organizations qui accueillent les salariés-bénévoles des entreprises clientes. Contrairement aux « service managers » de CYNY, ceux de Care Force ne se consacrent qu’aux journées de bénévolat d’entreprise. Comme l’un d’entre eux nous l’a expliqué :

Sur les sites locaux, ils essaient de faire en sorte qu’un réel service soit rendu [à l’organisation qui accueille les salariés-bénévoles]. Nous avons une mentalité un peu plus orientée vers la satisfaction du client. De temps en temps, ils ont tendance à nous placer du côté des entreprises.

16Care Force organise des journées de bénévolat d’entreprise dans tous les États-Unis, et à l’étranger. Au total, selon les chiffres donnés sur le site Internet de l’organisation, des activités de bénévolat ont été organisées pour 23 000 salariés dans 6 pays différents. Le service vendu par Care Force est adaptable à toutes les demandes des entreprises : « Nous allons partout où les entreprises nous paient pour aller. Évidemment, les prix varient, selon que l’on travaille derrière chez nous ou à l’autre bout du monde », nous a expliqué un salarié de Care Force. Les prix varient de plusieurs milliers de dollars à plusieurs centaines de milliers de dollars.

17Lorsqu’une journée est organisée dans une ville où il existe une branche locale de City Year, Care Force a recours aux salariés et aux volontaires de la ville, et reverse une partie du prix payé par l’entreprise à la branche locale. L’utilisation des volontaires pour encadrer les salariés-bénévoles est une pratique courante pour City Year New York : habituellement, ce sont les volontaires, assistés d’un ou deux salariés de CYNY, qui organisent les journées. N’ayant pu assister qu’à des activités de bénévolat d’entreprise durant les mois d’été, nous n’avons pas vu les volontaires à l’ouvre, puisque leur service volontaire s’arrête juste avant l’été. En conséquence, c’étaient les salariés de CYNY, à raison d’au moins cinq ou six salariés à chaque fois, qui encadraient les salariés-bénévoles. Ces journées demandaient donc à l’association de mobiliser des salariés habituellement rémunérés pour assurer d’autres missions. Le recours à des volontaires est vu comme une économie par les salariés de Care Force, puisque ces « travailleurs » sont beaucoup moins « payés » que les salariés permanents de CY, comme nous l’a expliqué ce salarié de Care Force :

Le budget comprend le temps consacré à la journée par nos salariés, et les charges qui y sont associées. On ne facture pas autant pour les corps members (i. e. les volontaires). Nous envoyons habituellement des corps members sur place, parce qu’ils sont un petit peu moins chers.

18Le fait que les volontaires ne touchent pas un salaire à proprement parler, mais bien une indemnité, tout en effectuent, lors de ces journées, le même travail que les salariés de CY, permet ainsi à Care Force de diminuer ses coûts. Cette utilisation économique des volontaires est d’autant plus ambiguë que leur statut légal les distingue très nettement des salariés de CY. En portant le regard sur ces volontaires et sur la nature de leur statut et de leur activité, on met alors en lumière l’autre versant du prix de la citoyenneté vendue par City Year : le coût supporté par les volontaires.

Le prix de la citoyenneté : le volontariat comme travail

  • 12 Kaplan Daniels Arlene, Invisible Careers. Women Civic Leaders from the Volunteer World, Chicago, Un (...)
  • 13 Krinsky John, Free labor : workfare and the contested language of neoliberalism, Chicago, Universit (...)
  • 14 Goffman Erving, Frame analysis an essay on the organization of experience, New York, Harper and Row (...)
  • 15 Simonet Maud, Le Travail bénévole, engagement citoyen ou travail gratuit ?, op. cit.

19La législation instituant AmeriCorps précise bien qu’un « participant (un corps member) ne peut être considéré comme un employé du programme dans lequel il est enrôlé ». Mieux, elle insiste sur le fait qu’ils « n’ont pas le droit d’effectuer les tâches des employés ou de se substituer à eux ». Alors que les jeunes engagés dans les programmes ne sont ni socialement, ni légalement définis comme des travailleurs, nombre d’entre eux s’identifient pourtant comme tels dans les entretiens, utilisant les termes de « workers » et parfois même d’« employee » pour décrire leur expérience. Les étudier comme des travailleurs, dans la tradition des études féministes sur le travail domestique et le travail bénévole12 mais aussi des courants récents d’ouverture de la sociologie du travail au nonstandard work13 permet tout à la fois de prendre en compte et d’analyser les cadres de leur expérience du volontariat14 et d’étudier les processus d’« invisibilisation » de leur travail15. Si c’est dans la partie la plus business related de City Year, que les volontaires sont apparus comme des travailleurs dans le calcul des coûts et l’organisation du travail, ce statut de travailleur bon marché déborde largement ces activités ponctuelles.

Portrait des volontaires en travailleurs

  • 16 Hughes Everett C., Men and their work, Glencoe (Ill.), Free Press, 1958.
  • 17 Ibid.

20En tant que travailleurs, les volontaires sont inscrits dans une double matrice du travail16 : l’association qui dirige le programme et le site sur lequel ils accomplissent leur service. Étant donné qu’à New York, les membres sont placés à l’année, cinq jours par semaine, dans la même école ils pourraient en premier lieu être analysés comme des travailleurs scolaires (school workers), situés « en dessous des para-professionnels, et au-dessus des bénévoles et des volontaires » pour reprendre les termes de l’un des volontaires interviewés. Pourtant, même si les enseignants « avec » lesquels et les enfants « pour » lesquels ils travaillent constituent des acteurs importants de leur « drame social du travail17 », les volontaires interviewés se considèrent généralement avant tout comme des membres de l’organisation associative plutôt que de l’école. Comme le déclarait un ancien volontaire de Boston « Quand j’ai fait City Year, je n’avais pas le sentiment que je devais rendre des comptes à l’école. À City Year, oui, clairement. »

21Certes, les uniformes Timberland que les volontaires de City Year portent les privent d’une intégration totale à l’école, leur rappelant, ainsi qu’à leurs collègues professionnels, qu’ils sont extérieurs à l’école même s’ils travaillent dans celle-ci. Deux autres éléments structurels de la supervision des volontaires peuvent également expliquer ce sentiment de responsabilité devant l’organisation associative : l’un renvoie au mode de coordination des équipes, l’autre au contrat que les membres doivent signer avec l’organisation.

22Chaque équipe a son propre coordinateur, appelé « senior corps member ». C’est un volontaire, membre de l’équipe, à qui l’organisation associative a offert ce poste de supervision quelques semaines après le début du programme. Comme l’un des senior corps members de CYNY l’a déclaré en entretien, les senior corps members sont

entre les deux. On n’est pas vraiment des salariés (staff). On n’est pas vraiment des volontaires…
Techniquement, nous faisons partie des volontaires précise-t-elle, mais si on regarde ce qu’on fait, nous faisons partie du « staff ». […] Il y a certaines choses qu’on fait comme les salariés, et certaines choses qu’on n’est pas censés faire mais qu’on fait quand même et on n’est pas reconnus pour ça.

23En échange d’une prime de 100 $ net par semaine, les seniors corps members font leur rapport au program manager qui appartient, lui, au personnel salarié de l’association, ce qui crée une ligne hiérarchique directe entre le personnel salarié et les volontaires.

Il y a notre senior corps member et il est sous un directeur de programme (program manager) et il est en quelque sorte la liaison entre notre groupe et les salariés de l’association (staff). donc il passe toute la journée avec nous et ensuite il fait ses rapports aux salariés. Alors que le directeur de programme, lui, passe la plupart de son temps avec le personnel de l’association et vient nous faire des rapports à nous.

  • 18 Goldsmith-Hirsch Suzanne, A City Year : on the streets and in the neighborhoods with twelve young c (...)

24Le brouillage des frontières entre personnel salarié et volontaire qui accompagne la production de cette ligne hiérarchique constitue sans doute l’un des éléments permettant d’expliquer pourquoi certains volontaires se considèrent comme des « employés » de l’organisation associative. À ceci s’ajoute également le contrat que les volontaires doivent signer avec l’organisation à l’entrée dans le programme de service. Avant la création d’AmeriCorps par la loi sur le Service national de 1993, les droits et devoirs, contributions et rétributions des membres de City Year étaient entièrement définis par City Year. Comme la journaliste Suzanne Goldsmith l’explique dans un livre qui fait le récit de son expérience avec l’association en 1990 : « les règles, ainsi que le code disciplinaire, étaient consignées dans un document, intitulé le “contrat City Year”. Le contrat se concentrait sur dix aires de performance et soulignait les conséquences de toute infraction possible18 ». Quinze ans plus tard, bien que les volontaires soient légalement couverts par le statut AmeriCorps défini en 1993, le contrat City Year existe toujours. Il définit la politique de l’association au regard des horaires, des pauses, de la ponctualité. mais contient également toute une codification du comportement du volontaire dès qu’il porte l’uniforme comme l’évoque ce jeune volontaire au cours d’un entretien :

Chaque fois que j’avais des trucs de City Year sur moi, fallait que je respecte le code. En signant ce contrat, je me suis engagé à ne pas. Je veux dire, certains trucs ont du sens : tu ne peux pas fumer, tu ne peux pas dire des gros mots parce que tu ne veux pas donner cet exemple aux enfants. Mais certains sont franchement drôles. Par exemple tu ne peux pas écouter ton walkman, tu dois rester debout dans les transports publics s’il n’y a pas de places.

Le sacrifice des droits et des conditions de travail au nom de la citoyenneté

25Comme un autre des volontaires interrogés l’a souligné, le contrat de CY va « bien au-delà d’un contrat de travail ». Dans les derniers mois de son expérience de service, ce jeune homme a essayé de créer « un syndicat pour les volontaires, qui établisse des droits pour les volontaires ». Tout au long de l’entretien il dénonce ces règles « stupides qui tendent à traiter les corps members comme des enfants » et contre lesquelles les volontaires n’ont « aucun recours » : ne pas fumer ni mâcher de chewing-gum lorsqu’on porte l’« uniforme », toujours porter son blouson Timberland même lorsqu’on fait une démonstration d’exercices physiques sous 40 degrés. « Ils te font travailler de longues journées », précise-t-il « du genre 17 heures par jour, des trucs comme ça, on a le droit de se sentir bien dans notre uniforme ! »

Donc ça serait ça le but d’un syndicat, de dire, ok, pendant le temps où on est là, on a ces droits, même si on part à la fin de l’année. Parce qu’on a le droit d’être traités de façon décente pour ce que l’on fait, de toucher un salaire qui nous permette de vivre, et se sentir à l’aise dans notre environnement et de sentir qu’on peut, d’une certaine manière, conserver notre autonomie.

26Le prix que ces volontaires paient en termes de conditions de travail et de droits du travailleur a été également souligné par des professionnels des sites sur lesquels ils travaillaient. Ainsi cette directrice d’une école publique de New York dans lequel le programme était installé et qui expliquait au cours d’un entretien qu’elle ne renouvellerait pas son expérience avec City Year à cause des conditions de travail imposées aux volontaires à la demande de l’association. Tout en reconnaissant l’apport des volontaires à l’école et aux enfants, elle déplorait qu’ils travaillent du matin à 6 heures du soir, sans véritable pause. « Si vous travaillez avec des enfants toute la journée, c’est trop, il faut une pause ! »

27Nombreux sont les volontaires qui ont eu recours au terme de « sacrifice » pour expliquer, justifier ce prix à payer. Lorsque l’on prend en compte la manière dont leur origine sociale influence leur expérience et leur usage du programme, on ne peut empêcher d’ajouter que ce « sacrifice » n’a pas le même prix pour tous. Là où les jeunes issus de milieux sociaux privilégiés semblent entrer davantage dans le programme par sa dimension « bénévole », pour « rendre à la communauté » (give back to the community), ceux issus des milieux populaires, souvent orientés là par les services sociaux ou judiciaires, y entrent à la recherche d’un emploi, généralement dans les secteurs associatif, social ou éducatif. Alors que l’indemnité du volontaire peut être considérée comme de l’argent de poche, pour reprendre les termes d’une interviewée, par ceux qui vivent avec ou à tout le moins sont soutenus par leur famille, elle occupe subjectivement et objectivement la fonction d’un salaire pour les autres.

Votre paie sera faible ; vos conditions de travail seront souvent difficiles ; mais vous aurez la satisfaction de conduire un grand effort national et vous aurez la récompense suprême qui vient à ceux qui sont au service de leurs prochains

  • 19 Les universités de la « du Lierre », situées dans le Nord-Est des ÉtatsUnis, sont parmi les plus an (...)

28déclarait en 1964, Lyndon Johnson à la première cohorte de volontaires du célèbre programme VISTA-Volunteers in Service To America. Cette invitation à sacrifier les conditions de travail pour les valeurs et les devoirs du « service » s’annonce explicitement dans de nombreux programmes de volontariat américains, depuis le fameux slogan des PeaceCorps « The hardest Job You’ll ever Love » dans les années 1960, jusqu’au récent Teach for America qui se propose de « capitaliser » sur le fait que les salaires des enseignants sont faibles pour attirer les jeunes idéalistes des universités de l’Ivy League19 dans l’enseignement.

  • 20 Kopp Wendy, An argument and plan for the creation of the Teacher Corps, thèse, unpublished, Princet (...)

29« En vendant l’opportunité de servir dans le Teacher Corps comme quelque chose pour lesquels les meilleurs et plus brilliants se sacrifieront-quelque chose qu’ils feront simplement pour se mettre au service des autres, l’organisation créera une sorte de mystique que les PeaceCorps ont été capables de créer avec leur slogan : “The Hardest Job You’ll Ever Love” » écrivait ainsi Wendy Kopp20, la jeune entrepreuneure sociale fondatrice du programme Teach For America à la fin des années 1990.

30Cette éthique civique du sacrifice, est belle et bien inscrite, au-delà de l’exemple de City Year, dans la condition du travailleur volontaire. C’est elle qui voile et rend invisible, en même temps qu’elle rend possible, l’utilisation de ces travailleurs comme une main-d’ouvre à faible coût par l’organisation.

Conclusion

31Parce que l’organisation de journées de bénévolat pour les entreprises est devenue une prestation très recherchée et qu’elle est un objet de concurrence entre organisations non lucratives mais aussi lucratives, la mise au travail des jeunes volontaires de City Year constitue sans aucun doute un avantage comparatif pour l’organisation. Certes, c’est dans la structure lucrative créée par City Year, Care Force, que cet avantage apparaît le plus visible. Il permet de diminuer les coûts de la prestation de service et d’être plus compétitif sur ce qui est devenu un véritable marché du bénévolat d’entreprise. À CYNY, cet usage des corps members comme un facteur de réduction des coûts est présente mais de manière plus implicite. Ainsi un salarié du service de développement de CY, chargé de trouver des fonds, regrette-t-il de ne pouvoir vendre plus de jours de bénévolat faute d’un nombre insuffisant de volontaires pour encadrer ces journées-soulignant par là même que l’organisation de ces journées ne peut se faire qu’avec des volontaires, et non des salariés permanents, sous peine de coûter trop cher à l’organisation, en temps et en salaires. Pour maintenir et développer sa mission, City Year s’est donc engagée dans la fourniture lucrative d’une prestation basée sur un travail sous-payé. On voit ici comment le secteur non lucratif peut être conduit à mettre à la fois en marché et à profit l’engagement citoyen : celui des bénévoles, salariés d’entreprises partenaires de City Year, mais aussi, et peut-être surtout, celui des volontaires de l’association.

Notes

1 Les organisations non lucratives américaines-ou nonprofit organizations - sont très variées. Le secteur nonprofit recouvre des organisations comparables aux associations loi 1901 et fondations françaises, mais également des musées, des universités, des établissements scolaires, des hôpitaux.

2 Perry James L., Thomson Ann Mary, Civic service. What differences does it make ?, Armonk (N. Y.), M. E. Sharpe, 2004, p. 15.

3 Depuis 1993, le programme est notamment soutenu au niveau fédéral par la Corporation for National Service et s’inscrit dans le réseau de service national et communautaire AmeriCorps qu’elle coordonne. Le programme AmeriCorps aurait lui-même été imaginé par Clinton, après sa visite de City Year Boston, au début des années 1990. Simonet Maud, Le Travail bénévole, engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, 2010.

4 Le terme de « member » souligne que les membres de ces programmes effectuent leur service volontaire en équipe. Nous emploierons ici indistinctement le terme de corps member ou de volontaire.

5 Jusqu’au milieu des années 1990, les différents sites locaux de City Year proposaient aux volontaires des missions ponctuelles relativement variées sur lesquelles ils travaillaient en équipe pendant quelques semaines. Par la suite, les activités de l’association se sont progressivement réorientées vers le champ éducatif : soutien scolaire, activités éducatives, travail dans les écoles auprès des enseignants. La priorité accordée à partir de 1996 par la Corporation for Community and National Service aux programmes AmeriCorps intervenant auprès des jeunes et des enfants explique en grande partie cette spécialisation progressive du programme. City Year New York, qui a été créé en 2003, atteste de cette évolution, puisque dès l’ouverture du programme, les équipes de volontaires ont été affectées, pour l’ensemble de l’année scolaire, dans différentes écoles de la ville.

6 De 1999 à 2006, la part des dons venant du monde de l’entreprise dans les ressources de City Year est restée autour de 20 %. En 2007, cette part s’est élevée à 24 %, et a atteint 32 % en 2008 (la part des autres dons privés-individus et fondations-diminuant parallèlement).

7 City Year 2006 annual report.

8 Smith Craig, « New Corporate Philanthropy », in Harvard Business Review, 72, (3), mai-juin 1994, p. 105-116. Austin James E., « Collaborations Between Nonprofits and Businesses », in Nonprofit and Voluntary Sector Quaterly, 29, (1), 2000, p. 69-97. Frumkin Peter, Treschan Lazar, « Volunteer Capacity : The Drivers of Successful Corporate and Service Partnerships at City Year », in Gifts of Time and Money : the role of charity in America’s communities, Brooks Arthur C. (dir.), Lanham (Md.), Rowman & Littlefield Publishers Inc., 2005, p. 33-57.

9 Bory Anne, De la générosité en entreprise. Mécénat et bénévolat dans les grandes entreprises en France et aux États-Unis, thèse de doctorat, sociologie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2008, 596 p. (dactyl.).

10 Barman Emily, Contesting Communities, The Transformation of Workplace Charity, Stanford, Stanford University Press, 2007.

11 Les summer associates sont les jeunes salariés employés pour l’été, souvent alors qu’ils finissent leurs études, et qui sont susceptibles d’être engagés, une fois leur diplôme en poche.

12 Kaplan Daniels Arlene, Invisible Careers. Women Civic Leaders from the Volunteer World, Chicago, University Press of Chicago, 1988.

13 Krinsky John, Free labor : workfare and the contested language of neoliberalism, Chicago, University of Chicago Press, 2007.

14 Goffman Erving, Frame analysis an essay on the organization of experience, New York, Harper and Row, 1974.

15 Simonet Maud, Le Travail bénévole, engagement citoyen ou travail gratuit ?, op. cit.

16 Hughes Everett C., Men and their work, Glencoe (Ill.), Free Press, 1958.

17 Ibid.

18 Goldsmith-Hirsch Suzanne, A City Year : on the streets and in the neighborhoods with twelve young community service volunteers, New York, New Press, 1993.

19 Les universités de la « du Lierre », situées dans le Nord-Est des ÉtatsUnis, sont parmi les plus anciennes et les plus prestigieuses du pays. Elles comprennent notamment Harvard, Yale, Columbia et Princeton.

20 Kopp Wendy, An argument and plan for the creation of the Teacher Corps, thèse, unpublished, Princeton University, 1989.

Auteurs

Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé-UMR CNRS 8019), université Lille 1

Chargée de recherches, IDHE (UMR CNRS 8533), université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable