Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'abus de pouvoir dans l'Algérie coloniale (1880-1914)

 | 
Didier Guignard

L'abus entre scandales et silences

Le silence progressif sur l’abus

Full text

  • 1 L’inéligibilité n’affecte que les maires ou les adjoints révoqués pendant un an, « à moins qu’il ne (...)

1Les « scandales algériens » bousculent des clientèles en place depuis le début des années 1890. Vers 1895, un opposant décidé peut espérer parvenir à ses fins ; il lui suffit presque d’écrire au GGA, à un parlementaire attentif ou à une rédaction parisienne. Si la matière et les motivations ne manquent pas en Algérie pour dénoncer des abus, l’enquête et la sanction administratives couronnent plus souvent la manouvre ; c’est là la nouveauté. Mais remporter les élections est encore une autre affaire. Même suspendu ou révoqué1, le maître des lieux conserve des fidèles qui lui sont redevables d’un secours, d’un emploi ou d’une concession de terre. Son amitié avec le conseiller général ou le député de la circonscription est souvent la garantie d’un chantier ou de l’agrandissement du périmètre de colonisation. Il peut encore présider le bureau de vote ou céder la place à un conseiller de sa majorité. L’étroitesse du corps électoral le maintient dans une position de force.

2Les prétendants antijuifs parviennent pourtant à déboulonner les clientèles au pouvoir et à susciter des ralliements en un temps record. La mairie de Constantine leur tombe dans les mains dès 1896, celle d’Oran en 1897. L’année suivante, ils remportent 4 sièges de députés sur 6 (mai), 31 de conseillers généraux sur les 43 à pourvoir (septembre) et la mairie d’Alger (décembre) ! Une conquête aussi rapide interroge quand on connaît la force du clientélisme local. En pleine affaire Dreyfus, le gouvernement républicain peut aussi s’inquiéter à plus d’un titre : a) il est informé des liens étroits qui unissent les antijuifs de la colonie aux milieux nationalistes parisiens ; élu député d’Alger, Édouard Drumont incarne ce rapprochement ; b) garant de l’ordre colonial, les scènes répétées de pillages et d’agressions l’alertent, d’autant plus que les antijuifs n’hésitent plus à faire appel aux indigènes pour parvenir à leurs fins ; c) la dénonciation des abus coloniaux se poursuit avec ces professionnels du scandale, même parvenus au pouvoir.

3Quelles sont donc les modalités d’une telle conquête et comment s’organise la « défense républicaine » ? À plus long terme, quelles sont les conséquences sur la visibilité et la réalité de l’abus en Algérie ? Il s’agit de comprendre comment la boîte de Pandore algérienne, ouverte dans les années 1890, est refermée progressivement.

Les dénonciateurs au pouvoir

4L’expérience politique des antijuifs d’Algérie (1897-1903) se caractérise d’abord par le recours à la violence. La rupture est-elle si grande avec les pratiques de leurs prédécesseurs ? Dans un contexte clientéliste, comment expliquer leur efficacité redoutable à conquérir le pouvoir mais aussi leur incapacité à le conserver ? Quel impact cela a-t-il sur l’information des abus ?

La violence préméditée pour s’emparer du pouvoir

  • 2 Le maire Coutures, élu en 1896 grâce au vote juif, démissionne en janvier 1897, excédé par la campa (...)
  • 3 CAOM, F8 0/1685, mémoire des services du GGA sur les troubles en Oranie, 31. 05. 1897.
  • 4 Y compris dans le plus modéré des quotidiens, L’Écho d’Oran, du 18. 05. 1897.

5Le correspondant de La Libre Parole, Jean Drault, débarque à Oran à la fin mars 1897, chargé par Drumont de relancer les ligues antijuives locales et préparer ainsi sa candidature aux législatives. Les contacts noués sur place sont d’autant plus fructueux que la municipalité vient de tomber, de façon inattendue, aux mains des antijuifs2. À un an des législatives, la tactique est alors assez simple : semer le trouble dans les quartiers juifs du département pour forcer cet électorat à s’abstenir et relayer parallèlement les révélations fondées ou mensongères contre tous les élus « judaïsants ». Cette violence préméditée est déclenchée dans les rues de Mostaganem le 16 mai, lorsqu’un conseiller municipal d’Oran, Paul Irr, provoque une bagarre contre un jeune ferblantier israélite de 19 ans. Le lendemain, encadrés par les chefs de L’Oranaise (société de gymnastique des antijuifs militants) venus tout spécialement du chef-lieu, « des gens sans aveu, Arabes, Espagnols et Français », saccagent les vitrines des boutiques aux cris de : « À mort les Juifs ! », puis défoncent la porte de la synagogue, cassent, pillent et souillent « jusqu’aux accessoires qui servent aux inhumations3 ». La presse et la municipalité antijuives d’Oran transforment aussitôt l’événement en représailles légitimes contre le « lâche attentat » et la « tentative d’assassinat4 » contre Paul Irr. Le 20 mai, les troupes s’affairent donc au retour triomphal du « héros » en gare d’Oran. Sur ce point, les informations réunies au GGA concordent :

  • 5 CAOM, F80/1685, mémoire des services du GGA sur les troubles en Oranie, 31. 05. 1897.

Dans la journée, tout est réglé définitivement au local de la société de gymnastique […]. On dresse la liste très complète des magasins juifs ; on la remet à quelques jeunes gens espagnols […] ; ils ont sous leurs ordres des Arabes armés de matraques, payés 0,50 F pour la soirée et recrutés par le sieur Tekar, Arabe non naturalisé, porte-drapeau de L’Oranaise, employé à la préfecture, et par le sieur Sarrailh, employé à la mairie5.

6Chacun y trouve son compte : un travail rémunéré pour les casseurs, un moyen de faire porter la responsabilité sur les indigènes et les étrangers pour les ordonnateurs.

  • 6 Ibid., dépêche au journal du 21. 05. 1897.
  • 7 Ibid., mémoire des services du GGA sur les troubles en Oranie, 31. 05. 1897.
  • 8 Ibid. ; CAOM, F80/1685, dépêche du correspondant Montbrun au journal Le Temps du 24. 05. 1897 et dé (...)
  • 9 GGA, Tableau général des communes de l’Algérie, op. cit., 1897.

7Dans la soirée, le correspondant du Temps observe ces « bandes compactes » qui dévastent et pillent les magasins, incendient les kiosques à journaux du quartier juif d’Oran6. Ses habitants subissent trois jours de violences, enfermés chez eux, sous peine d’être poursuivis, frappés ou visés par des jets de pierres7. Paul Irr et ses hommes sillonnent encore la région et enrôlent d’autres casseurs indigènes pour mieux diffuser l’agitation. Les exactions s’égrènent alors, du 20 au 25 mai, dans les centres les mieux desservis du département depuis Oran ou Mostaganem : vers le sud-ouest à Er-Rahel, Rio-Salado et Aïn- Temouchent, étapes et terminus d’une liaison ferroviaire ; dans les villages d’Hammam-bou-Hadjar et d’Aïn-el-Arba, plus proches de la gare d’Er-Rahel ; vers le sud à Sidi-bel-Abbès, également bien relié à Oran par le rail ; vers l’est à Saint-Denis-du- Sig, Perrégaux et Inkermann, stations de la voie principale jusqu’à Alger ; à Mascara et Bouguirat, accessibles par des routes nationales ; enfin, sur le littoral nord-est, dans les villages de Noisy-les-Bains, Aïn-Tédelès, Bosquet, Cassaigne et Lapasset, que des chemins de grande communication et la voie ferrée rapprochent de Mostaganem8. Ces divers lieux abritent effectivement des communautés juives mais, si certaines sont importantes (à Oran, Saint-Denis-du-Sig, Mascara ou Sidi-bel-Abbès), d’autres se réduisent à deux ou trois familles (à Er-Rahel, Aïn-el-Arba, Bosquet, Lapasset ou Cassaigne). L’accessibilité est donc bien le facteur déterminant dans le déclenchement des violences. Des pôles de concentration juive plus excentrés y échappent totalement : Tlemcen, Lamoricière, Nemours ou Tiaret9.

  • 10 Guérin Jules, Les Trafiquants de l’antisémitisme : la maison Drumont& Cie, Alger, Juven, 1905, p. 1 (...)
  • 11 Joly Bertrand, « La Ligue antisémitique de Jules Guérin », in L’Affaire Drefus, op. cit., p. 403-41 (...)
  • 12 Près de 40 000 F auraient été envoyés en Algérie par la Ligue parisienne « en salaires, appointemen (...)
  • 13 CAOM, 7G10, « Notes sur les troubles antisémitiques d’Alger du 18 au 26 janv. 1898 », s. d.
  • 14 Son célèbre « J’accuse ! » est publié dans L’Aurore du 13. 01. 1898.

8Cette orchestration de l’émeute se reproduit à Alger-Mustapha dans les mois qui suivent. L’action y est plus facilement coordonnée depuis Paris par un autre collaborateur de Drumont : Jules Guérin. Cet industriel véreux, refondateur de la Ligue antisémitique de France en 1897, exagère peut-être son rôle en prétendant avoir ouvré « de toutes [ses] forces, de toute [son] énergie à faire triompher la candidature [finalement algéroise] du directeur de La Libre Parole10 ». Leur brouille postérieure pourrait justifier cette relecture en 1905. De plus, malgré ses discours incendiaires, les hésitations de Guérin pour l’action directe sont bien connues11. Mais son influence est palpable dans la radicalisation du mouvement algérois. Dès juillet 1897, ce professionnel de l’agitation inspire et finance une bande d’étudiants de la faculté de droit d’Alger, emmenée par le jeune Max Régis12. Cela commence par la publication d’un bihebdomadaire, L’Antijuif, « dont la violence dépasse tout ce qui a été écrit jusqu’ici dans la presse du département d’Alger13 », relèvent, à juste titre, les services du GGA. Les méthodes de Guérin-habitué à diriger à distance les bouchers de la Villette-sont surtout reconnaissables à partir du 20 janvier 1898 quand les rassemblements d’étudiants algérois, hostiles à Émile Zola14, dégénèrent en six jours d’émeutes urbaines. Le commissaire central d’Alger témoigne du changement survenu sur le terrain, largement prémédité :

  • 15 CAOM, 7G10, rapport du 22. 01. 1898.

Plusieurs groupes de manifestants se sont formés et se sont dirigés de divers côtés. Leur tactique était évidente car la force qui permettait de disperser un groupe était impuissante à en suivre et disperser 4 ou 5 à la fois15.

9Interrogé par la police au lendemain des troubles, le jeune Mohammed ben Ahmed, colporteur de L’Antijuif, précise les contours d’une telle direction :

  • 16 Ibid., témoignage cité dans une note du commissaire central d’Alger du 01. 02. 1898.

Max Régis se tenait toujours à l’écart pendant les manifestations. Mais c’était lui le chef, c’est lui qui commandait. Les autres chefs de bandes venaient le consulter. Il donnait des instructions et aussitôt ses ordres étaient exécutés. [Son frère] Louis Régis et [son principal lieutenant] Filippi avaient une mission spéciale. Ils marchaient en tête des manifestants, un peu en avant. Arrivés devant un magasin juif, l’un ou l’autre appuyait fortement la main sur la porte et se retirait. Cela voulait dire : “travaillez-là !” En effet, la bande arrivait et le magasin était saccagé16.

  • 17 JO, séance à la Chambre, 19. 02. 1898.

10C’est pourquoi le ministre de l’Intérieur Barthou comme l’ancien gouverneur Cambon perçoivent bien dans ces violences « une pure manouvre en vue des prochaines élections législatives17 ».

  • 18 CAOM, F80/1686, dépêches Havas, 24 et 26. 01. 1898, dépêche du gouverneur au ministre de l’Intérieu (...)
  • 19 CAOM, F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05. 1900.
  • 20 Nouveau nom donné à la Ligue antisémitique pour singer l’ordre maçonnique du Grand Orient de France (...)
  • 21 CAOM, F80/1720, article du Petit Bleu, journal républicain d’Alger, 07. 05. 1900 ; CAOM, F53, rappo (...)

11Comme dans l’Oranais, 8 mois plus tôt, les troubles se diffusent du 24 au 27 janvier dans les centres les mieux desservis depuis l’agglomération algéroise : à Saint-Eugène tout proche ; à Maison-Carrée, Boufarik, Blida et Affreville, directement reliées par la voie ferrée ; à Marengo, vite rejoint en tramway depuis la gare d’El-Affroun18. Sauf à Blida et à Saint-Eugène, les communautés juives sont réduites en ces lieux, alors que celles plus importantes de Miliana, Médéa ou Teniet-el-Had sont épargnées par les violences. Les violences antisémites se cantonnent ensuite dans l’agglomération algéroise, redoublant d’intensité à la veille d’échéances électorales ou lors des visites-événements du député Drumont : « Des bandes de quelques centaines d’individus représentent une menace permanente, se plaint le préfet au lendemain des municipales de 1900, remportées à nouveau par les antijuifs à Alger. J’ai vu surgir ces groupes dans toutes les manifestations et jamais je n’ai pu les réduire […] ; [ils] savent se fractionner pour pratiquer le système des guets-apens, diurnes ou nocturnes, dans les quartiers les plus fréquentés de la ville19 ». À cette date, les ligueurs algérois se sont structurés en un Grand Occident Algérien, sur le modèle du Grand Occident de France, imaginé par Guérin20. La ville est alors divisée en quartiers avec des comités réunissant des chefs de dizaines. Ceux-ci sont responsables de la perception des cotisations et de la transmission des mots d’ordre. L’ensemble des affiliés, prêts à en découdre, se positionnent en retrait ou au milieu de la mêlée et se reconnaissent mutuellement à leur bague en corne noire, ornée de deux étoiles d’argent21.

  • 22 CAOM, F80/1685, rapport du procureur d’Oran au procureur général d’Alger, 20. 06. 1897.
  • 23 Ibid.
  • 24 Ibid., dépêche au gouverneur, 23. 05. 1897.
  • 25 JO, séance à la Chambre, 19. 02. 1898, témoignage du gouverneur Lépine.
  • 26 CAOM, 7G10, « Notes sur les troubles antisémitiques d’Alger du 18 au 26 janv. 1898 », s. d.

12Cette violence organisée profite aussi des faiblesses de la répression. En principe, c’est la police municipale qui est chargée du maintien de l’ordre. Ces agents subalternes ne sont pas tous antisémites mais ils doivent leur emploi à des élus antijuifs ou de plus en plus soucieux de s’afficher comme tels. De même, les commissaires nommés par l’autorité supérieure n’échappent pas totalement à ces liens de dépendance, puisque leur traitement reste à la discrétion des municipalités. Ils sont censés obéir aux maires-bon grés malgré-tant que les préfets ne les ont pas désavoué, ou remplacé, dans la direction des opérations de police. Ce droit commun est lourd de conséquences dans le contexte propre à la colonie. Ainsi à Oran, en mai 1897, quatre inspecteurs se refusent à arrêter un individu qui exhorte au pillage, prétextant « qu’ils n’étaient pas en nombre22 ». Au même moment, un substitut du procureur interpelle un commissaire qui observe pareillement, en spectateur, la destruction d’un kiosque à journaux : « Que voulez-vous qu’on puisse faire, lui répond celui-ci, lorsqu’un membre de la municipalité [M. Peffau, en l’occurrence, adjoint délégué à la police] dit : “Ce qu’on casse, eh bien ! Nous le paierons23.” » Le préfet d’Oran se décide enfin à prendre la direction de la police mais pour continuer à regretter « la mollesse dans [l’] exécution des ordres de la part de tout le personnel dépendant de [la] municipalité24 ». On retrouve la même passivité policière dans l’agglomération algéroise, quelques mois plus tard. Le 22 janvier 1898, le maire Guillemin ordonne lui-même le retrait des agents municipaux de la rue d’Isly, ouvrant plus grand la porte aux violents venus de Mustapha25. Comme le perçoivent les services du GGA, « les uns y ont vu l’approbation tacite de ce qui avait été fait ; les autres ont considéré qu’il n’y avait aucun inconvénient à poursuivre l’ouvre néfaste déjà commencée26 ».

  • 27 Serman William, « L’armée française », in L’Affaire Dreyfus, op. cit., p. 309-315.
  • 28 CAOM, F80/1685, dépêche du 22. 05. 1897.
  • 29 Dans ce département, à cette date, les 3/4 des effectifs militaires sont stationnés à la frontière (...)
  • 30 CAOM, F80/1685, rapport au ministre de l’Intérieur, 03. 02. 1898

13Les réquisitions ponctuelles de militaires corrigent mal les effets du clientélisme policier. Le corps des officiers, issu de la métropole, est aussi fortement imprégné par le nationalisme et l’antisémitisme27. De leur côté, les autorités civiles hésitent à faire appel à l’armée dont l’apparition consacre la gravité des désordres et leur propre faillite. C’est pourquoi la réquisition et le déploiement militaires, quand ils ont lieu, traînent souvent en longueur. Le gouverneur Cambon ne recule pas devant la mesure dès le début des troubles d’Oran. Mais, retenu à Paris, il apprend deux jours plus tard par son secrétaire général que ses ordres n’ont toujours pas reçu d’exécution : « [L’] État-major n’a […] pas à déclarer que, dans le cas où le transport des troupes serait décidé, il faudrait 36 heures. Les ordres de départ devraient être donnés. Il faut absolument mettre fin aux désordres28. » L’escadron finalement dépêché d’Orléansville gagne Oran en six heures et rétablit l’ordre après trois jours de violences29. Les gendarmes, l’infanterie et la cavalerie sont également sollicités à Alger sur décision préfectorale. Mais la troupe, acclamée en pleine affaire Dreyfus aux cris de : « Vive l’armée ! », contient tout juste la foule, place du Gouvernement ou square Bresson, sans aucune volonté d’en découdre. Les chefs de détachement exigent même du commissaire central un ordre écrit avant chaque réquisition. Cela suffit à ruiner toute répression, déplore le gouverneur Lépine (ancien préfet de police de la Seine), « en raison de la rapidité avec laquelle les manifestants, encouragés d’ailleurs par toute la population, opéraient les déprédations tantôt sur un point, tantôt sur un autre30 ».

  • 31 Un manifestant est poignardé à Alger, le 23. 01. 1898 ; un voyageur juif bastonné, le 25. Les deux (...)
  • 32 CAOM, F80/1685, mémoire des services du GGA sur les troubles en Oranie, 31. 05. 1897.
  • 33 CAOM, 7G10, témoignage de la victime, repris dans un rapport du commissaire de police de Boufarik a (...)
  • 34 CAOM, F80/1686, dépêche de M. Moha à M. Bernheim, 26. 01. 1898.

14Dans de telles conditions, le bilan des émeutes de 1897-1898 peut paraître léger avec seulement deux morts parmi des centaines de blessés31. On le comprend mieux en gardant à l’esprit les motivations essentiellement politiques ou matérielles des casseurs. Derrière les « Arabes guidés » qui défoncent les vitrines à coups de triques à Oran, « marchent des Espagnols et des femmes munies de paniers dans lesquels on entasse les objets volés32 ». Les militants antijuifs qui démolissent une cordonnerie à Boufarik savent également retenir leurs chefs qui s’acharnent sur le propriétaire juif à coups de cravache plombée : « Assez Lagadec ! Assez Sigala33 ! » La démonstration de force suffit en effet à propager un sentiment de terreur dans toute la communauté israélite, largement relayé par la presse : « Mon magasin [a été] mis à sac et pillé, télégraphie un commerçant d’Alger à une relation parisienne. Impossible [de] paraître dans la rue [par] crainte [d’] être massacré34. » Les dégâts matériels sont également considérables.

  • 35 Ibid., dépêche au Petit Parisien du 01. 02. 1898 ; Le Temps, 05. 02. 1898.
  • 36 En particulier des fabricants de tabacs, de la Société générale des transporteurs et de diverses ma (...)

15Dans l’agglomération algéroise, le correspondant du Petit Parisien recense 87 magasins ou ateliers saccagés, la synagogue dévastée, 12 villas et 2 kiosques à journaux détruits, un décompte confirmé pour l’essentiel par l’envoyé spécial du Temps35. Par peur des représailles, des patrons européens préfèrent licencier leurs ouvriers ou employés juifs, si bien que 1 000 à 1 500 familles supplémentaires se retrouvent « dénuées de tout36 ».

  • 37 Le Temps, 20. 09. 1898.
  • 38 CAOM, F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05. 1900.

16Le premier objectif des agitateurs est donc atteint : effrayer suffisamment la communauté juive pour qu’elle s’abstienne aux législatives. Aux élections départementales de septembre 1898, le correspondant du Temps constate encore que « les israélites se sont abstenus37 » et, au lendemain des municipales d’Alger de 1900, le préfet Lutaud regrette à son tour la constitution d’« un parti néo-juif, […] [qui] a recommandé l’abstention à ses coreligionnaires. On affirme d’autre part, […] qu’un certain nombre d’israélites aurait voté pour la liste antijuive afin d’éviter les représailles sanglantes dont on les menaçait38 ». Mais la force politique des antisémites ne réside pas seulement dans l’abstention forcée de leurs victimes, aussi décisive soit-elle sous ce régime électoral.

Des clientèles antijuives comme les autres ?

  • 39 CHAN, C/5366, résultats des législatives en Algérie, 1898. Cette circonscription ne comprend que de (...)
  • 40 Le vote antijuif reste ainsi minoritaire dans la plupart des communes de Kabylie, dans celles des m (...)
  • 41 Son rival, Paul Cuttoli, l’emporte ainsi à Aïn-Beida, Batna, Lambèse, Biskra, Sétif (fief du D r Au (...)
  • 42 CAOM, F80/1686, « Rapport fait au nom de la commission chargée de procéder à une enquête sur les op (...)
  • 43 Le D r Mauran, candidat antijuif, l’emporte par exemple à Mostaganem et Pélissier, mais dans aucune (...)

17L’adhésion d’une majorité d’électeurs à la propagande antijuive est indéniable, ne serait-ce que par l’ampleur inhabituelle de la participation en 1898. Le directeur de La Libre Parole peut savourer l’étendue de sa victoire dans 29 des 33 communes de la circonscription39. L’autre élu antijuif du département, le publiciste algérois Charles Marchal, devance ses rivaux dans la plupart des communes du bled. Font exception les plus isolées ou celles restées fidèles à l’ancien patron du Tell, le député sortant Alexandre Mauguin40. Dans la 1 re circonscription de Constantine qui regroupe le centre et l’ouest du département, le constat est sensiblement le même : seul l’électorat des communes les plus excentrées a résisté à la propagande antijuive de Morinaud41. Dans la 2e circonscription, Thomson sauve sa tête en s’appuyant sur les réseaux de pouvoir des frères Bertagna et Ricoux, patrons de Bône et de Philippeville. Ses nombreuses amitiés parlementaires lui assurent ensuite la validation d’une élection contestée et, sur bien des points, contestable42. Les résultats du département d’Oran suivent globalement la même logique. Le vote est majoritairement antijuif là où l’agitation a été la plus intense depuis 1897 : d’Oran à Aïn-Temouchent, de Mostaganem à Relizane, d’Oran à Sidi-bel-Abbès. Hors de ces zones de turbulence, l’antisémitisme mobilise moins facilement. Ainsi le publiciste antijuif, Firmin Faure, l’emporte dans la 1 re circonscription mais les électeurs du bled, plus nombreux dans la seconde, renouvellent leur confiance au grand pourvoyeur en subventions que demeure Eugène Étienne43.

  • 44 Nous l’avions déjà noté pour la diffusion des troubles.
  • 45 Cette explication pourrait être valable dans la vallée du Chéliff ou sur le plateau de Constantine (...)
  • 46 Cette explication serait pertinente dans la région de Sidi-bel-Abbès mais pas dans celle de Bône. C (...)
  • 47 CHAN, C/7204, résultats des législatives en Algérie, 1902. Les antijuifs renoncent à présenter un c (...)

18Sans se cantonner à la ville, le vote antijuif révèle ainsi l’aire des résonances urbaines. Seuls quelques clans régionaux lui résistent autour de Tlemcen, Sétif, Philippeville ou Bône. Son importance dépend encore des connexions établies avec l’état-major parisien, de l’aire de distribution des journaux locaux et des facilités de déplacement dans l’intérieur. D’autres facteurs peuvent jouer un rôle, localement, sans avoir valeur de règle à l’échelle de la colonie : ainsi ce vote ne réunit-il qu’une partie des lieux de concentration juive44, des espaces de colonisation en crise45, des régions de peuplement espagnol ou italien (à l’antisémitisme religieux souvent plus marqué)46. En se rétractant aux législatives de 1902, il révèle davantage son ancrage suburbain, restant majoritaire dans 58 communes de plein exercice sur 261, situées principalement : entre Oran et Aïn-Temouchent, des faubourgs d’Alger à Maison-Carrée, en îlots autour de Blida, Bougie et Djidjelli, ou encore dans tout le Constantinois47.

  • 48 L’analyse qui suit se nourrit des indications fournies dans le Dictionnaire des communes de l’Algér (...)
  • 49 CAOM, F80/1838, rapport au préfet d’Oran, 08. 06. 1897.
  • 50 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 129 et 299.

19En examinant de plus près la sociologie locale, les contours de cet électorat se précisent. Les localités concernées sont proches d’Alger, Oran et Constantine, et réunissent des contingents imposants de fonctionnaires, employés ou ouvriers. Ces derniers travaillent dans l’agriculture, les mines et carrières, les chemins de fer ou les rares industries de la colonie48. Assurément, ces électeurs peuvent espérer davantage de la société coloniale, s’indigner plus vivement que d’autres des « scandales algériens » et jouer, quand la situation le permet, la surenchère entre les clientèles. D’origine immigrée, ils peuvent aussi reconnaître dans le Juif indigène, promu citoyen français, un concurrent sérieux et le parfait bouc émissaire à leurs difficultés. La plupart des militants antijuifs appartiennent à ce milieu social : les premiers manifestants à Mostaganem forment ainsi « une petite bande composée d’employés et d’ouvriers, note le sous-préfet, […] avec des employés de la Compagnie PLM en particulier49 ». Morinaud rend pareillement hommage aux « vaillants faubourgs » de Constantine qui portent sa liste au pouvoir dès 1896 : « Celui d’El-Kantara qui ne connaissait pas encore le virus rouge [c’est-à-dire le socialisme] devait nous apporter bientôt jusqu’à 80 % de ses suffrages. Les cheminots y avaient formé, autour de nous, ce qu’ils appelaient le “bataillon de fer”. » Encore aux municipales de 1900, « les cheminots, les ouvriers, les petits commerçants et la plupart des fonctionnaires étaient toujours avec nous50 ».

  • 51 CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport d’un agent de la Sûreté, 06. 07. 1898.
  • 52 CAOM, F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05. 1900.
  • 53 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 332.

20Fort de cette assise populaire, de l’indignation entretenue et de la violence exercée contre l’électorat juif, le « parti » antijuif mobilise suffisamment entre 1898 et 1900 pour s’arroger les divers mandats locaux et nationaux. Cela signifie l’accès aux caisses municipales et départementales, la possibilité de distribuer de nombreuses ressources : marchés publics, concessions, emplois ou secours. Les élus antijuifs sont donc bien en mesure d’élargir leur clientèle en suscitant des ralliements intéressés ou simplement prudents. En cela, ils sont les héritiers et les continuateurs d’un système politique qu’ils ont beaucoup dénoncé pour mieux en jouir. « Je vais être maire d’Alger, s’enthousiasme Max Régis durant l’été 1898, à en croire l’agent de police dissimulé parmi ses fidèles. Si vous voulez venir, il y aura place pour les amis51 ! » Reconduite en 1900, la municipalité antijuive sait en effet placer ses hommes et recruter dans le monde des affaires : à la chambre et au tribunal de commerce, au syndicat commercial, au Crédit foncier ou à la Banque d’Algérie. « Il s’est ainsi formé dans les différentes maisons de crédit comme un syndicat antijuif, déplore le préfet Lutaud, sous la coupe duquel tous les commerçants d’Alger sont placés52 ». Après son élection de 1901 à Constantine, Morinaud reconnaît également qu’il « [recevait] le matin toutes les personnes, sans aucune exception, qui demandaient à me voir […] jusqu’à 100 personnes par jour53 ».

21Les antijuifs s’emparent donc du pouvoir local en recourant à des méthodes musclées, partiellement importées, qui combinent la violence de rue au matraquage d’une presse ordurière. Sous ce régime électoral particulier, les abstentions provoquées, les aspirations d’un électorat populaire et le racisme ordinaire suffisent à déboulonner les clientèles en place. Mais, parvenus au pouvoir, les antijuifs s’empressent d’endosser les habits des patrons d’hier. Ces derniers anticipent parfois en levant à leur tour l’étendard antijuif pour mieux conserver leur position. Comment expliquer dès lors-et sauf exceptions-l’éviction ou le revirement aussi rapide des élus antijuifs à partir de 1900 ?

Le pacte républicain

  • 54 CAOM, F80/1720, dépêche au ministre de l’Intérieur, 08. 05. 1900.
  • 55 Titre du Radical Algérien du 04. 01. 1901. Ce journal soutient la liste républicaine victorieuse (A (...)
  • 56 Le Signal, 03. 07. 1901.
  • 57 Drumont et Marchal, battus par Colin et Begey dans le département d’Alger ; Morinaud et Rasteil, ba (...)
  • 58 La franc-maçonnerie, la Ligue des droits de l’homme, les sociétés laïques, les universités populair (...)

22Si les mairies des 3 chefs-lieux départementaux restent aux mains des antijuifs, en 1900, « les centres de colonisation, les petites villes et les chefs-lieux d’arrondissement ont bien voté54 », se félicite le gouverneur Laferrière. La reconquête du pouvoir par les candidats progouvernementaux se confirme avec la « délivrance d’Alger55 » en 1901. La même année, la moitié des sièges de conseillers généraux sont à pourvoir et 41 sur 44 sont encore remportés par des « républicains56 ». Enfin, aux législatives de 1902, tous les candidats ouvertement antijuifs échouent à se faire élire ou réélire57. Une telle hécatombe est indissociable de la politique de « défense républicaine » du ministère Waldeck-Rousseau (1899-1902). Dans un pays déchiré par l’affaire Dreyfus, elle vise à constituer une base militante élargie et mieux organisée en faveur du régime58. Mais l’enjeu en Algérie est moins le combat des républicains contre le nationalisme et l’antisémitisme que le rétablissement de l’ordre colonial. Cela signifie mettre fin à la guerre des clans-face à 4 millions de sujets musulmans-et restaurer un tant soit peu l’image d’une République « civilisatrice », ternie par les scandales. Ce fonds de commerce de l’antisémitisme doit donc cesser. Comment le pouvoir central parvient-il à réduire les dénonciations après 1900 et, avec elles, notre information sur les abus ?

L’amateurisme politique des antijuifs

23La reprise en mains « républicaine » profite d’abord des faiblesses des nouveaux élus. Agitateurs professionnels, ils sont moins préparés à satisfaire une clientèle dans la durée. Cela ne consiste pas seulement à distribuer des places, des marchés publics ou des concessions de terre. Un patron doit aussi savoir compter, rassurer et rendre service au-delà de son clan, sans jamais s’aliéner les principaux dispensateurs de ressources, à savoir ici : le Parlement, le gouvernement et les grandes fortunes locales. Cette expérience fait souvent défaut aux parvenus de l’antisémitisme, éternels opposants, trop pressés de satisfaire leur ambition ou appétit personnel.

  • 59 CAOM, 7G10, fiche de renseignement des services du GGA, s. d.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid.
  • 62 CHAN, F7/16001/1, rapport du 09. 01. 1899.
  • 63 Ibid., compilation du dossier Max Régis.
  • 64 Drault Jean, Drumont, La France juive et La Libre Parole, op. cit., p. 259.

24C’est le cas du jeune maire d’Alger, Max Régis (1898-1899, 1900-1901). Précisons d’emblée le travers des sources policières qui, pour l’essentiel, nous aident à cerner le personnage. À partir de 1897, les agents de la Sûreté surveillent sans relâche cet individu considéré comme dangereux. Les rapports soulignent ce qui peut le discréditer et le faire tomber, selon les normes morales et juridiques de l’époque. Le goût pour l’intrigue et l’obsession du complot y sont également prononcés. À travers ce prisme, nous apprenons que Max Régis est le fils d’un entrepreneur milanais venu s’installer à Sétif, vers 1850, pour participer aux chantiers du Génie. À la mort du père en 1895, le jeune bachelier accède à la nationalité française, mène une vie de bohème à Alger, régulièrement mis à la porte par ses logeurs « à cause du tapage qu’il [occasionne] […] avec des femmes de mauvaise vie59 ». Ses professeurs de la faculté de droit se plaignent aussi de trop nombreuses absences en cours60 et, pendant son service militaire, l’indiscipliné collectionne les jours de prison pour « mauvaise conduite61 ». De retour à Alger (1897), il prend la direction du mouvement antijuif-avec le succès que l’on sait-devenant à 25 ans le maire d’une ville d’empire de plus de 100 000 habitants. L’ascension spectaculaire de ce violent, sans appui familial, est indissociable du régime politique propre à la colonie. L’étudiant sans le sou « couche [désormais] dans des draps de soie et mène […] une vraie vie de pacha. […] pendant 3 jours, il ne quitta pas la chambre de sa maîtresse. On venait chercher le maire pour des causes urgentes, il ne se dérangeait pas […] et une note passait dans les journaux annonçant que M. le maire d’Alger était indisposé. Cette conduite dissolue fait tous les jours de nouveaux mécontents.62 » Rendus publics, ce genre de détails est de nature à le déconsidérer. L’affaire Dreyfus est à son paroxysme en métropole et le gouvernement ne peut laisser s’installer un agitateur, proche des milieux nationalistes, dans un poste aussi important. Élu en décembre 1898, le maire d’Alger est révoqué dès janvier pour propos séditieux et troubles à l’ordre public, puis incarcéré à Sidi-Ferruch. Mais acquitté par la justice, il retrouve provisoirement son écharpe municipale et, avec elle, des moyens conséquents. L’élu en use moins pour comploter que pour se faire plaisir, multipliant les allersretours en métropole, séjournant à Paris, Nantes, Nice ou Monte Carlo63. Jean Drault se souvient de cet allié devenu encombrant à Rennes, lors de la révision du procès Dreyfus (août 1899). Imbu de sa personne, le maire d’Alger se rend aux audiences à bord du « vieux carrosse à 4 lanternes [loué pour l’occasion] qui servait, de temps immémorial, aux conseillers de la cour d’appel […] et à l’archevêque […]. Sur le siège, à côté du cocher, il juchait son domestique arabe Saïd, vêtu d’une veste turque rose brodée d’un galon d’or. […] Rennes faisait la haie pour le voir passer et parlait beaucoup plus de lui que de Dreyfus64 ».

  • 65 Guiral Pierre et Thuillier Guy, La Vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, op. cit., (...)
  • 66 CHAN, F7/16001/1, rapport de la Sûreté du 09. 01. 1899.
  • 67 Ibid., 14. 11. 1901. L’officier rapporteur reproduit ici les propos de Louis Régis (frère de Max), (...)
  • 68 CAOM, F80/1742, notice de renseignement des services de Sûreté du GGA, 24. 01. 1903.

25Il n’est pas le premier élu de la colonie à faire ainsi étalage de sa puissance et de sa richesse nouvelle. Les députés d’Oran et de Constantine, Étienne et Thomson, sont déjà célèbres dans le Tout-Paris pour leur train de vie supérieur à la moyenne parlementaire : hôtel particulier, nombreuse domesticité, table ouverte en permanence, ponctuée d’« excellentes liqueurs et […] [de] cigares exquis65 ». Mais la fortune accumulée par ces deux grands patrons de la politique locale et nationale, bien que jugée sévèrement par les contemporains, repose sur 20 années d’exercice du pouvoir au plus haut niveau. Le jeune maire d’Alger est encore loin d’un tel patrimoine et n’a ni le talent ni la patience d’en constituer un. Sa jouissance du pouvoir est plus immédiate, moins calculée ; il la partage avec son entourage dont « les appétits sont aussi grossiers que violents66 ». C’est l’appréciation d’un fonctionnaire de police pour qui la norme est dans l’esprit d’épargne, la modération et une certaine pudeur face à l’argent. Mais cette analyse ne manque pas de justesse pour décrire les promus de l’antisémitisme, en décalage avec la sociologie dominante des élus d’Algérie, mais comme eux prêts à tout pour arriver. L’un des principaux compagnons de Max Régis, Louis-Marie Lionne, « employé à 3 F par jour », devient ainsi conseiller municipal d’Alger en 1898, puis 1er adjoint en 1901. « Poussé par une aveugle ambition et le besoin d’argent67 », il lorgne rapidement sur les 15 000 F de représentation attachés à la fonction de maire, contribuant à diviser un peu plus le parti antijuif. Un autre proche de Régis, le capitaine Pebeyre, ancien militaire couvert de dettes, est nommé directeur du nettoiement de la ville (1899- 1902). Le service n’est « assuré que d’une façon dérisoire » et les détournements évalués à 60 000 F au bout de 3 ans68.

  • 69 Mazon, Les Larrons de l’antisémitisme et la révolution étrangère en Algérie par un vieux colon, Mus (...)
  • 70 CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport du 09. 01. 1899.

26À ce train-là, même le budget d’une grande ville ne peut suffire. Sous le prétexte de frais de justice, d’organisation partisane ou de propagande électorale, Max Régis abuse des souscriptions publiques, harcèle les commerçants et industriels de la ville, fuit ses créanciers, sollicite sans relâche ses alliés parisiens : Drumont, Rochefort, Guérin, la marquise de Morès69. Les mécènes et les électeurs se lassent rapidement du désordre qui fait diminuer la fréquentation des hiverneurs, le trafic de marchandises dans le port d’Alger et qui contribue à un enchérissement du coût de la vie avec la fermeture de nombreux magasins juifs. Même « les commerçants, Français de race, […] sont depuis longtemps éprouvés, note dès le début de 1899 un agent de la Sûreté. Ils ont suivi le mouvement, l’an dernier, mais ils ne croyaient pas voir durer aussi longtemps le chômage […] [d’où] le revirement qui se produit en ce moment70 ».

  • 71 Journal de l’Ouest, 19. 03. 1898.
  • 72 Il atteint l’âge légal de 25 ans en juin 1898, un mois après les élections. Drumont aurait-il promi (...)
  • 73 Le franc-maçon Morinaud doit ainsi se défendre, en sept. 1898, devant les membres de sa loge « d’av (...)

27Cette démobilisation s’explique aussi par les querelles incessantes au sein du parti antijuif, miné dès le départ par l’ivresse du pouvoir local, conquis ou à portée de main. Dès la campagne de 1898, les chefs algérois se déchirent. Le maire radical-socialiste de Mustapha, Louis Pradelle, acclamé au cours des troubles, se verrait bien député et sollicite l’appui de Drumont71. Mais ce dernier prépare depuis des mois sa propre candidature que les désordres d’Alger rendent désormais crédible. Trop jeune pour être lui-même candidat, Régis se range du côté de Drumont le Parisien, avec l’espoir de le remplacer plus facilement72. Ces luttes intestines sont propres à un mouvement composite dont la force contestataire s’accommode mal de l’exercice quotidien du pouvoir. La violente campagne antidreyfusarde de Drumont le confond de plus en plus avec la droite nationaliste, ce qui oblige ses alliés d’Algérie-les députés Marchal et Morinaud notamment-à se démarquer, en protestant de leur attachement à la République73.

  • 74 En sept. 1901, Édouard Dubuc, conseiller municipal de Paris, ancien chef de la Jeunesse antisémitiq (...)
  • 75 Il précise dans son testament politique le « programme nouveau » nécessaire aux antijuifs selon lui (...)
  • 76 Le gouvernement Waldeck-Rousseau décide de faire arrêter les principaux meneurs nationalistes, le 1 (...)
  • 77 Petit Bleu, 07. 05. 1900.
  • 78 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 291.
  • 79 Ibid., p. 324 et 333-336.

28L’inconstance du jeune Régis achève d’affaiblir le mouvement. Pour conserver une aura sans partage à Alger, ce dernier refuse toute idée de congrès antijuif dans la colonie, malgré les incitations pressantes de ses alliés parisiens74. Sans projet arrêté, l’imprudent se déclare un jour nationaliste, un autre socialiste, puis partisan d’une émancipation de la colonie vis-à-vis de la métropole75. Ce bouillant chef de clan continue surtout de rêver d’aventures et de gloire personnelle. En septembre 1899, sitôt connue l’arrestation de son ami Guérin et des « héros » de « fort Chabrol76 », il s’enferme à son tour dans une « villa antijuive » avec une vingtaine de compagnons, et fait tirer sur la police avant de s’échapper. « [Sa] fuite en Espagne [jusqu’à juin 1900] […] a été […] le coup le plus désastreux pour les groupes antisémites, se réjouit un journal républicain d’Alger. […] l’armée antisémite [s’est] éparpillée un peu partout77. » Assurément, Max Régis n’a rien du grand patron ; tout juste reste-t-il un chef de bande. L’objectif pour lui, comme chez la plupart des promus de l’antisémitisme, est moins de révolutionner le régime politique de la colonie, tant décrié dans les années 1890, que d’en jouir à court terme. De ce point de vue, Émile Morinaud est l’exception qui confirme la règle, l’un des rares élus antijuifs à réussir sa conversion comme patron de Constantine. Cela lui coûte, à partir de 1900, des démarches communes avec l’ennemi d’hier, le député Thomson (« auprès de divers ministres dont celui de l’Agriculture78 »). À la veille des législatives de 1902, il annonce sa rupture définitive avec Drumont, insuffisante pour assurer sa réélection. Mais, toujours maire de Constantine, il reçoit l’année suivante-en grande pompe-le président de la République puis cesse, à la veille des municipales de 1904, toute propagande antijuive79. Son implantation locale est enfin solide :

  • 80 Ibid., p. 367-368.

Le conseil municipal de Constantine […] travaillait sous ma présidence dans le calme le plus complet. […] les polémiques entre L’Indépendant et Le Républicain [ les deux principaux quotidiens de la ville et du département] avaient cessé. […] Des relations intimes s’étaient même entamées entre d’anciens ennemis acharnés […]. Nous étions tous des républicains […] des patriotes profondément dévoués à la mère patrie. La même entente régnait en matière de colonisation, de grands travaux, de mise en valeur de l’Algérie80.

29Sous cette description idyllique, le patron de Constantine montre qu’il a appris à contrôler la presse, à intéresser aux affaires ses anciens adversaires et à mesurer l’importance des liens entre la colonie et sa métropole. Devenu un acteur essentiel du système politique local, il sait placer l’« amitié » au-dessus d’une idéologie raciste d’exclusion.

L’exploitation des peurs européennes

30Le déclin politique des antijuifs n’est pas seulement dû à leur amateurisme. Pour reprendre la main, le gouvernement et les élus républicains de la colonie savent exploiter d’autres passions de la minorité électorale. Ce sont notamment la peur lancinante d’une révolte indigène et les vertiges d’un mouvement séparatiste européen.

a) Les usages du sentiment d’insécurité.

  • 81 En 1876, l’administration recense officiellement 2 462 900 indigènes et 344 700 citoyens français e (...)
  • 82 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 1, p. 228-247, (...)
  • 83 FO, 27/3137, rapport au Foreign Office, 24. 11. 1893.

31Avec l’extension de la colonisation, dans les années 1870, le thème de l’insécurité devient une constante du débat politique. Le rapport numérique entre les populations suffit à le nourrir, avec un Européen recensé pour 7 indigènes en 1876 et toujours un pour 6 en 191181. Les statistiques judiciaires de l’époque ramènent les attentats indigènes contre les biens et les personnes à des proportions modestes. L’insécurité progresse seulement, mais de façon spectaculaire, en période de disette (entre 1891 et 1894 notamment)82. Alors, note le vice-consul britannique à Alger, « il n’est pas un jour sans que la presse locale rapporte les agressions ou les vols commis par les Arabes83 ».

  • 84 Propos du député antijuif d’Oran, Firmin Faure, dans une réunion au Grand Occident de France à Pari (...)
  • 85 Quartier arabe qui jouxte les quartiers juifs, au sud de la ville, sur les hauteurs.
  • 86 CAOM, F80/1685, mémoire des services du GGA, 31. 05. 1897.

32Comme tous les candidats au pouvoir avant eux, les antijuifs exploitent ce sentiment. Mais ils savent aussi innover en sollicitant discrètement la participation de musulmans dans les troubles antisémites. C’est le moyen d’effrayer et d’indigner les électeurs en rendant responsables de l’insécurité « les juifs [qui], grâce aux Crémieux, aux Étienne et aux Thomson, pillent et volent impunément84 ». C’est aussi l’espoir de gonfler les effectifs de casseurs en détournant la répression sur les indigènes. « Mais précisons [leur] attitude, insistent les services du GGA à la suite des troubles en Oranie. […] Nulle part, ils n’ont pris part spontanément aux manifestations et au mouvement. Au village nègre d’Oran85, par exemple, pas un israélite n’a été inquiété, au contraire, ils sont venus s’y réfugier. […] Les Arabes ont marché avec les antijuifs quand ils ont été racolés, comme à Mostaganem, comme à Oran où les agents de police en uniforme ont parcouru les cafés maures […] pour encourager les indigènes à massacrer les juifs, où les conseillers municipaux Ben Larbey et Boumardi sont allés de porte en porte exhortant les Arabes au pillage. Ils ont marché quand ils ont été soudoyés […] on leur fit même croire que l’administration […] attribuerait 6 000 F de prime à qui tuerait un juif86. »

  • 87 Ibid., mémoire du préfet d’Alger au ministre de l’Intérieur, 17. 10. 1897.
  • 88 Ibid., « Historique des troubles d’Alger », mémoire du 02. 02. 1898.
  • 89 Le correspondant du Temps rappelle dans l’édition du 05. 02. 1898 que « la famine est aux portes d’ (...)
  • 90 Le préfet d’Alger est ainsi embarrassé en oct. 1897 par la perspective de manifestations mêlant des (...)
  • 91 Si les condamnations pour « bris de clôture » et « vol » s’échelonnent de quelques mois à 2 ans de (...)

33Quelques semaines plus tard, les appels à la violence du journal algérois L’Antijuif redoublent, traduits en arabe et distribués dans les cafés maures de la Casbah, « à deux pas des boutiques juives87 ». Les incitations et le racolage commencent à produire leurs effets au troisième jour des émeutes d’Alger : « Il règne en ville une agitation extraordinaire, rapportent les services du GGA. […] Les indigènes, qui n’avaient pris aucune part à l’agitation des jours derniers, sont descendus nombreux de la Casbah ; les esprits sont inquiets et pressentent des choses graves88 ». Les Algériens musulmans peuvent hésiter longtemps à participer au pillage, même si les motivations économiques et éventuellement religieuses ne manquent pas89. Ils savent parfaitement que les forces de l’ordre, passives devant les exactions européennes, se comporteront différemment avec eux90. Ils n’ignorent pas non plus que les peines administratives ou judiciaires dépendent du statut des inculpés91.

  • 92 L’Écho de Paris et Le Petit Parisien du 24. 01. 1898 ; CAOM, F80/1686, dépêche de l’agence algérois (...)
  • 93 FO, 27/3428, rapport du consul au Foreign Office, 26. 01. 1898.
  • 94 CAOM, F80/1686, « Rapport fait au nom de la commission chargée de procéder à une enquête sur les op (...)
  • 95 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919,op. cit., t. 1, p. 606.
  • 96 JO, séance à la Chambre, 24. 05. 1901.
  • 97 Du 6 au 23. 04. 1901, les violences de rue redoublent à Alger à l’occasion de la visite du député D (...)
  • 98 JO, séance à la Chambre, 14. 06. 1901.
  • 99 Le 26. 04. 1901 tombe un vendredi. Les Européens refusant d’abjurer leur foi sont tués mais ni l’ad (...)

34Mais l’incitation au désordre colonial finit par se retourner contre ses promoteurs. Les correspondants grossissent la participation musulmane en relayant les peurs européennes. Des indigènes de la région de Boufarik se rapprocheraient ainsi de la capitale en janvier 1898 ; ils seraient plus de 2 000 (L’Écho de Paris), peut-être 7 000 (Le Petit Parisien), en tout cas « en grand nombre » (Havas)92. Le gouverneur s’empresse de démentir la rumeur au consul britannique pour qu’il rassure les hiverneurs93. Mais, dans cette atmosphère angoissante, les perches tendues par les antijuifs aux colonisés constituent assurément une « grosse faute » politique qui « peut avoir dans l’avenir des conséquences regrettables94 ». Les événements de Margueritte (26 avril 1901) sont dès lors une aubaine pour tous ceux désireux d’en finir avec les antijuifs. Ce jour-là, cinq Européens de ce centre sont assassinés par une centaine d’hommes du douar Adelia, près de Miliana. Le retentissement médiatique est énorme dans la colonie et en métropole. Les journaux s’attardent moins sur la répression qui fait pourtant plus de victimes autochtones95. « La vérité, claironne Thomson à la Chambre, c’est que l’agitation des dernières années, […] les querelles violentes entre citoyens français, […] les attaques forcenées contre les hauts fonctionnaires français ont constitué un spectacle démoralisant pour les indigènes, une excitation morale permanente (très bien ! très bien !)96. » Le président du Conseil Waldeck-Rousseau enfonce le clou : « Il y a certainement moins à craindre du fâcheux exemple de Margueritte que des événements qui se déroulent à Alger en ce moment97. Leur répercussion peut être autrement grave chez les indigènes. » Car, conclutil, « en ce qui concerne Margueritte, rien, absolument rien ne permet de rattacher les faits qui se sont produits à une cause tirée de la colonisation elle-même98 ». Les motivations religieuses apparaissent en effet comme l’élément déclencheur du massacre. Mais l’ampleur de la dépossession locale pouvait aussi pousser au crime99.

  • 100 JO, séance à la Chambre, 24. 05. 1901.
  • 101 Ibid., 14. 06. 1901. Le projet de loi sur les associations, combattu par l’opposition de droite, 15 (...)

35Cette manière de rejeter l’insécurité sur le seul mouvement antijuif est payante en termes électoraux. Elle contraint les antijuifs à mettre une sourdine à leurs dénonciations d’abus : « Quand donc nous débarrasserons-nous de cette funeste manie […] qui consiste à nous calomnier, à nous diffamer nousmêmes, à nous prêter des défauts, des vices et des crimes que nous ne commettons pas, qui ne sont pas de notre race ? », semble se reprocher à lui-même le député Morinaud qui reçoit pour cette confession publique de « vifs applaudissements sur un grand nombre de bancs100 ». Alors que Drumont est expulsé de l’hémicycle pour une énième provocation, Morinaud et Marchal préfèrent se rallier à l’ordre du jour (proposé par leurs adversaires Thomson et Étienne) qui soutient l’« action énergique [du gouvernement] pour assurer, en Algérie, la sécurité indispensable au développement de l’ouvre de la colonisation ». Cet appel à resserrer les rangs est entendu bien au-delà de la majorité, par 353 députés contre 82101.

b) L’invention du séparatisme européen.

  • 102 Zeldin Theodore, Histoire des passions françaises, 1848-1945, Paris, Éditions du Seuil, 1980 (1re é (...)
  • 103 Grévy Jérôme, La République des opportunistes, 1870-1885, op. cit., p. 42-45, 71-74.
  • 104 Art. 24 et 26 de la loi sur la liberté de presse du 29. 07. 1881, renvoyant aux articles 75-101 du (...)
  • 105 Les fameuses « lois scélérates » des 12. 12. 1893 et 28. 07. 1894.

36Une autre « passion française102 » sert de repoussoir contre les dénonciateurs antijuifs : le patriotisme. Ce sentiment transcende les clivages politiques à la fin du xixe siècle, nourri par l’impératif de « revanche » contre l’Allemagne, l’attachement croissant à l’empire colonial et la genèse d’une culture nationale. Pour capter sa force, les républicains modérés puis radicaux troquent leur programme décentralisateur pour les principes jacobins d’unité et d’indivisibilité103. Cela les arme face à des oppositions redoutables, au tournant des XIXe -XXe siècles, tant régionalistes, internationalistes que nationalistes. En pleine affaire Dreyfus, l’enjeu est de taille : faire en sorte que l’amour de la Patrie se confonde avec la défense du régime républicain. Le Code pénal et la loi (pourtant très libérale) sur la presse punissent sévèrement les irréductibles, en particulier s’ils sont coupables de provocations contre la sûreté de l’État, de « cris ou chants séditieux », de la moindre « offense au président de la République »104. L’arsenal répressif et la surveillance policière se renforcent à la suite des attentats anarchistes (1892-1894) : l’apologie de la violence s’ajoute à la liste des délits de presse qui relèvent désormais des tribunaux correctionnels105. Dans ce contexte passionnel et répressif, il n’est pas pire accusation que celle de séparatisme. Elle désigne tout à la fois : une atteinte à l’intégrité de l’État, un danger mortel contre la République et une trahison envers la Patrie. Entretenu à l’encontre des antijuifs d’Algérie, le soupçon contribue puissamment à retourner l’électorat local.

  • 106 Bulletin de la Société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord, 2e trim., 1898, p. 138-140.
  • 107 La Libre Parole, 27. 07. 1898.

37La période et l’environnement colonial paraissent créditer l’accusation. Sous la pression des États-Unis et de mouvements indépendantistes blancs ou métis, l’Espagne abandonne les derniers joyaux de son empire : Cuba et les Philippines (1898). Les colonies de peuplement britanniques entrent aussi dans un processus d’autonomie politique par rapport à la métropole, de façon pacifique (au Canada dès 1867) ou plus violente. Ainsi l’annexion britannique du Transvaal et de l’État d’Orange, au terme d’une guerre difficile contre les colons boers (1899-1902), conduit Londres à laisser ces républiques coloniales s’autogouverner. Ces événements sont vivement commentés par les Européens d’Algérie qui peuvent facilement s’identifier à l’une ou l’autre des parties. Quand, par exemple, la Société de géographie d’Alger organise une conférence sur Cuba en 1898, elle prend soin d’inviter le consul d’Espagne pour témoigner de sa solidarité patriotique. Le diplomate laisse échapper son émotion, « la voix étranglée par les sentiments qui étreignent son cour […] merci à la France, sour de l’Espagne106 ! » Quelques semaines plus tard, en présence du président de la République, le député Drumont se risque à un autre parallèle par pure provocation : « [À Cuba] cela a commencé par de braves gens comme nous qui sont venus s’adresser à ceux qui représentent l’autorité, comme vous la représentez, et qui ont dit : “Prenez garde ! Il y a de grands abus à Cuba ; il est encore temps de les guérir […]”. On a répondu à ces braves gens en augmentant la police puis en envoyant des soldats. Vous voyez le résultat107. » Si Drumont n’a rien du révolutionnaire cubain José Martì (1853-1895), il connaît la force de sa comparaison. Abrité derrière l’immunité parlementaire, le publiciste peut agiter le spectre du séparatisme comme moyen de pression, certain d’être entendu des deux côtés de la Méditerranée.

  • 108 Diego GarcÍa Emilio (de), Weyler, de la leyenda a la Historia, Madrid, Fundación Cánovas del Castil (...)
  • 109 La Lanterne Algérienne, journal républicain progressiste, 21. 07. 1898.
  • 110 CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport de la Sûreté, 23 et 29. 12. 1898.
  • 111 Ibid.

38De même, la politique de terre brûlée et de regroupement forcé du général espagnol Valeriano Weyler, à laquelle succombe un huitième de la population cubaine (1896-1898)108, contraste singulièrement avec la passivité des forces de l’ordre en Algérie vis-à-vis des antijuifs. Cela ne les empêche pas de grossir la répression policière, d’attaquer et d’injurier quotidiennement dans la presse le commissaire central d’Alger, le préfet ou le gouverneur. Ces thèmes de campagne sont répétés dans les meetings ou à la Chambre ; ils visent à entretenir l’agitation tout en blanchissant les casseurs de 1897-1898. Les séditieux connaissent la loi et sont généralement assez malins pour ne pas s’en prendre directement au chef de l’État ni appeler explicitement au pillage. Mais les attaques quotidiennes contre les autorités finissent par indisposer les électeurs patriotes de la colonie. Une « vieille Algérienne » lance un appel durant l’été 1898 pour que cessent « ces violences qui n’aboutissent à rien de bon […]. Qui donc nous a donné cette belle Algérie, n’est-ce pas la France, cette mère patrie qui nous aime tant ? […] nous marchons à notre perte en agissant comme nous le faisons109 ». L’accusation de séparatisme peut alors devenir le talon d’Achille des agitateurs antijuifs. Certes, l’autonomisme européen existe en Algérie ; il est même assez largement répandu dans la classe politique. Tous les élus locaux sont d’accord pour réclamer des lois spéciales, discuter sur place le budget et les questions qui intéressent la colonie. Il n’est pas contradictoire avec l’attachement indéfectible à la métropole qui garantit les ressources économiques, la sécurité et un certain nombre de privilèges à la minorité européenne. Les soupçons de séparatisme émergent donc plus tardivement, à la faveur des troubles antijuifs de 1897-1898. Les paroles imprudentes du jeune Max Régis y sont pour beaucoup. Accueilli à Paris par ses amis de la Ligue antisémitique, au lendemain de son élection à la mairie d’Alger, il « a nettement dit que, si les pouvoirs publics ne donnaient pas satisfaction à l’Algérie [à savoir, l’abrogation du décret Crémieux], il en résulterait un mouvement séparatiste et même une révolte », s’inquiète l’agent de la Sûreté, et qu’il était prêt à se mettre lui-même « à la tête d’une campagne pour l’indépendance de l’Algérie110 ». Les services de renseignement enregistrent aussi l’hostilité très vive des alliés parisiens de Régis contre de tels propos. Drumont et Guérin en tête l’auraient obligé à se taire, « effrayés [par ses] allures trop compromettantes111 ». De fait, et malgré une surveillance policière renforcée, aucun rapport ne se fait l’écho dans les mois et les années qui suivent d’une quelconque organisation séparatiste européenne.

  • 112 JO, séance à la Chambre, 26. 05. 1899.
  • 113 L’Algérie française est « l’ennemie acharnée du gouvernement actuel […], bien que républicaine », c (...)
  • 114 CAOM, F80/1720, adresses télégraphiées d’une trentaine de municipalités du 20. 05 au 23. 06. 1900.
  • 115 Ibid., rapport du commissaire Leproust au préfet de police, 22. 09. 1900.
  • 116 Le Figaro, 23. 09. 1900.

39L’erreur des antijuifs est donc à la fois d’entretenir le bruit (comme moyen de pression) et de refuser d’en assumer la responsabilité (comme patriotes). « Je vous parle en Français, avertit le député antijuif d’Oran, Firmin Faure, en homme qui ne veut pas que cette perle qu’est l’Algérie puisse un jour avoir l’idée, seulement l’idée, de se détacher de la mère patrie (exclamations et bruit à gauche). »–« Vous la lui donnez, cette idée112 ! » La propension mutuelle à se faire peur, dans le climat passionnel de l’époque, n’a d’ailleurs pas besoin de gros aliments. À partir de 1900, les élus antijuifs sont sur la défensive ; pour préserver leur mandat à tout prix, ils protestent de leur attachement à la Patrie, à la République ou à la Métropole, des valeurs sacrées devenues synonymes113. Alors que les adresses de dévouement au gouvernement Waldeck-Rousseau se multiplient114, les élus d’Algérie se pressent nombreux à Paris pour le banquet des maires offert par le président de la République (septembre 1900). Cette nouvelle manifestation de soutien au régime-face au danger nationaliste-ne saurait souffrir la moindre fausse note. Le toast porté par le préfet d’Alger au président Loubet et à la République est acclamé par l’ensemble des élus de la colonie. Lorsque le maire d’Alger, Max Régis, se lève à son tour, les protestations fusent et les bouteilles commencent à voler dans sa direction. Trois policiers lui saisissent le bras pour l’entraîner à part115. Un journaliste du Figaro s’approche des tables, surpris de telles réactions : « Vous n’êtes donc pas séparatistes ? […] Une clameur d’indignation s’élève du groupe. Nous ? Pour qui nous prenez-vous ? […] Nous sommes de bons républicains et de bons Français […] nous réprouvons Max Régis ! […] son temps est passé […] nous sommes quelques-uns qui avions marché avec lui. […] Nous nous sommes aperçus que nous faisions fausse route. […] Nous respectons avant tout le gouvernement116 ».

40Les peurs européennes liées aux menaces indigène et séparatiste ont donc ceci de commun, vers 1900 : sans fondement véritable, elles sont suffisamment mobilisatrices pour servir aux antijuifs avant de se retourner contre eux. Mais jouer avec les passions de la minorité électorale-aussi puissantes soient-elles-ne suffit pas à rétablir l’ordre colonial et le silence sur les abus. Le gouvernement républicain est obligé de concéder davantage aux patrons locaux, bousculés dans leur propre fief par une décennie de scandales. Le succès du ralliement dépend aussi et plus sûrement de ces largesses.

L’ampleur des concessions financières

  • 117 Régis Max, Pourquoi je me retire de la vie politique, op. cit., p. 11.

41« Une des nombreuses fautes du parti antijuif, reconnaît Max Régis dans son testament politique, est d’être resté indifférent aux questions économiques de la colonie117. » Tout le contraire du pouvoir central qui imagine rapidement une issue à la crise politique en achetant le silence sur les abus.

42Dès le 14 décembre 1897, le gouverneur Lépine définit les grandes lignes de cette politique, devant un parterre de grands propriétaires, dont beaucoup de maires et conseillers généraux, réunis à Alger en Congrès des agriculteurs algériens.

  • 118 Discours reproduit dans le journal républicain modéré, Le Siècle, du 31. 01. 1898.

J’ai dit en venant ici [il a remplacé Cambon en octobre] que mon programme tenait en deux mots : la mise en valeur du sol […]. Mais la tâche est si lourde […] que j’ai besoin de sentir autour de moi des collaborateurs intelligents et dévoués dont les aspirations sont miennes et dont le cour bat à l’unisson du mien. […] Vous devez vous entendre sur le programme économique qui rendra l’Algérie grande, riche et prospère. L’entente est facile entre vieux républicains que vous êtes tous […] ; dussiez-vous laisser en dehors de cette saine propagande les quelques politiciens bardés d’intransigeance et les quelques théoriciens égarés à la poursuite de leurs chimères. Laissez faire et marchez droit118.

  • 119 « Il n’y a pas d’affaire Dreyfus. Il n’y a pas en ce moment, il ne peut y avoir d’affaire Dreyfus » (...)

43Autrement dit, les largesses budgétaires sont promises à condition d’en finir avec la guerre des clans et les dénonciations d’abus, préjudiciables au régime républicain. C’est un net chan- gement de cap par rapport à la politique de répression des abus, même relative, suivie depuis 1891. L’appel correspond mieux à la philosophie du ministère Méline (1896-1898), protecteur des intérêts agricoles, soucieux d’éteindre l’affaire Dreyfus avant qu’elle ne s’embrase tout à fait119. La proposition s’adresse d’abord aux représentants des colons, assez éloignés sociologiquement des élus antijuifs. En échange d’un soutien au gouvernement, l’amnistie et la rétribution généreuse des clientèles se profilent.

  • 120 Bouveresse Jacques, Les Délégations financières algériennes, op. cit., t. 1, p. 33-56.
  • 121 Ibid., t. 1, p. 472-473.
  • 122 Décret du 23. 08. 1898, art. 3.
  • 123 Sur les 60 000 électeurs français aux Délégations financières de 1905, les 15 000 du collège « colo (...)
  • 124 57 178 Français inscrits en 1898 contre 89 674 sur les listes municipales. Cf. Larcher Émile, Trait (...)
  • 125 Cité par Jacques Bouveresse, in Les Délégations financières algériennes, op. cit., t. 1, p. 70.
  • 126 Ibid., p. 84.
  • 127 Décret du 23. 08. 1898, art. 5.

44Mais, pour l’heure, la violence de rue et les succès électoraux des antijuifs retardent la réalisation du compromis. Il s’opère donc par étapes, avec la création des Délégations financières algériennes (décret du 23 août 1898), une assemblée qui devient compétente pour discuter un budget spécial à la colonie et de nouveaux emprunts (loi du 19 décembre 1900)120. Elle est pensée « pour donner aux habitants pondérés des campagnes [en réalité les seuls propriétaires français] un avantage décisif sur la population mélangée et turbulente des centres urbains121 », analyse Jacques Bouveresse. En effet, le découpage sociologique et ethnique est institutionnalisé et les restrictions électorales renforcées pour aboutir à ce résultat. L’assemblée comprend 24 délégués « colons », 24 « non-colons » et 21 « indigènes » (répartis en deux sections : 15 « Arabes » et 6 « Kabyles »). Ne sont électeurs et éligibles dans les deux premiers collèges, selon leur profession (« colons », « non-colons »), que les citoyens français de plus de 25 ans, naturalisés depuis 12 ans et domiciliés en Algérie depuis trois ans minimum. Une autre condition s’ajoute pour les électeurs « non-colons » : l’obligation d’être inscrits « au rôle d’une des contributions directes ou des taxes assimilées122 ». Au sein de la minorité française, majoritairement urbaine, les propriétaires fonciers et les exploitants agricoles sont donc largement surreprésentés123. À l’inverse, les composantes sociologiques du vote antijuif sont écartées ou diminuées, à savoir : les électeurs les plus jeunes ou les plus pauvres ; les ouvriers, commerçants ou employés des villes ; la plupart des néo-Français ». Un tiers des inscrits disparaissent même des listes124. Les rédacteurs de La Libre Parole ne s’y trompent pas en condamnant aussitôt et à leur manière : « un corps électif sur lequel la canaille judaïsante pourra s’appuyer125 ». La troisième délégation, censée représenter l’immense majorité indigène, est élue par un corps beaucoup plus réduit qu’aux municipales (moins de 5 000 électeurs en 1901 contre près de 60 000)126. C’est le gouverneur qui nomme les 6 délégués « arabes » des territoires militaires ; seuls les conseillers municipaux indigènes et les adjoints spéciaux de commune mixte élisent les neuf autres du territoire civil. Un collège assez mal défini, réunissant les chefs de groupes lignagers (kharouba), désigne enfin les six délégués « kabyles »127. Bref, toutes les précautions sont prises pour obtenir une assemblée conservatrice, soucieuse des intérêts économiques de la colonisation. Ministre des Finances du gouvernement Waldeck-Rousseau et concepteur de la réforme, Joseph Caillaux rafraîchit la mémoire des parlementaires en 1904 :

  • 128 JO, séance à la Chambre, 22. 02. 1904.

Je voudrais qu’on se rappelât ce qui se passait en 1898, en 1899, en 1900, quand la loi sur le budget spécial a été votée à l’unanimité de la Chambre sans discussion […] ; on avait compris que […] le meilleur moyen de ramener le calme dans les esprits était de donner l’habitude de la politique d’affaires et de déshabituer de la politique pure128.

  • 129 Cité par Jacques Bouveresse, in Les Délégations financières algériennes, op. cit., t. 1, p. 477.
  • 130 Larcher Émile, Traité élémentaire de législation algérienne, op. cit., t. 1, p. 375. Cette tendance (...)
  • 131 Ibid., t. 1, p. 374.
  • 132 Calcul à partir du tableau des dépenses (1911), reproduit par Émile Larcher (ibid., t. 1, p. 378-39 (...)
  • 133 JO, séance à la Chambre, 18. 02. 1910.
  • 134 Nous parvenons au chiffre de 24 millions à partir du même tableau (colonne des recettes en 1911), e (...)
  • 135 Oualid William, « La fortune mobilière de l’Algérie », op. cit., p. 51.
  • 136 Calcul à partir du tableau des dépenses de 1911, reproduit par Émile Larcher (in Traité élémentaire (...)

45Les résultats ne se font pas attendre. Aux premières élections de décembre 1898, 31 délégués financiers sur 69 arborent encore l’étiquette antijuive mais, dès le mois de janvier, 19 d’entre eux signent une motion se présentant au gouverneur comme des « hommes de sang-froid, respectueux de la légalité et de l’ordre public129 ». Entre-temps, la nouvelle assemblée a été invitée à formuler un projet de budget spécial à la colonie. Elle est donc promise à jouer un grand rôle dans la distribution des crédits et les délégués antijuifs précipitent leur ralliement. L’autonomie budgétaire concédée en 1900 concrétise le poids institutionnel des Délégations financières. Elles votent 50 millions F d’emprunts en 1902, encore 175 millions F en 1907, réservés à des travaux publics intéressant la colonisation : routes, ports, chemins de fer, centres européens et travaux d’irrigation. Le budget spécial de la colonie enfle rapidement (55 millions F en 1901, 144 millions en 1911), bien au-delà des sommes exigées pour les annuités d’emprunts (4,4 millions en 1911). Émile Larcher pointe plutôt la tendance de l’assemblée à revaloriser les traitements et à multiplier les emplois publics « dans des proportions qui rendent l’administration trop lourde pour le contribuable130 ». Cette croissance des dépenses de personnel atteint effectivement en 10 ans et selon les services : + 41 % (forêts), + 51 % (communes mixtes), + 63 % (postes et télégraphes), + 78 % (contributions diverses), + 82 % (administration centrale), + 235 % (agriculture)131. Le total en traitements, allocations et indemnités diverses pour le personnel est de 29 millions F en 1911, soit 20 % du budget spécial132 ! En termes de distribution de chantiers et d’emplois, la manne est donc considérable. Elle entretient la singulière aisance des élus d’Algérie, déjà constatée aux niveaux départemental et municipal. En effet, la colonie engrange désormais la totalité des recettes d’État mais est toujours exonérée des dépenses militaires, garanties d’intérêts ferroviaires et pensions civiles, soit quelque 80 millions F en 1910, versés par les contribuables métropolitains133. Il est plus difficile d’évaluer l’apport indigène à ce nouveau budget : 24 millions F sur les 71 millions fournis par les impôts directs et indirects seraient à leur charge en 1911 (34 %)134, la proportion correspondant à ce qui leur reste de fortune mobilière et immobilière à cette date (38 %)135. Mais la majorité indigène profite peu des emplois publics, travaux neufs ou d’entretien, fonds réservés à la colonisation foncière ou à l’instruction publique européenne, soit quelque 75 millions F du budget de 1911 (plus de la moitié)136.

  • 137 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 347.
  • 138 Ibid., p. 351.
  • 139 Ibid., p. 288.
  • 140 Il ne consacre pas la moindre ligne à l’Algérie en racontant son 1 er passage au ministère des Fina (...)

46C’est pourquoi la minorité électorale française comprend vite l’enjeu des réformes de 1898-1900. En 1905, se souvient l’ancien opposant antijuif Morinaud, « l’importance de l’assemblée d’Alger éclatait déjà à tous les yeux. […] Il fallait donc que le maire de Constantine assistât à la distribution des crédits pour obtenir en faveur de sa ville la part qui lui était due137 ». Il se fait élire délégué financier des « non-colons », la même année, et préfère conserver ce mandat pendant 15 ans, plutôt que de se représenter aux législatives. Il n’est surtout plus question pour lui de dénicher des scandales ; l’heure est aux « débats […] d’ordre strictement économique et financier138 ». Dans ses Mémoires, publiées en 1941, Morinaud rend même hommage à l’ancien ministre Caillaux à qui « [l’Algérie] doit la loi de 1900 et les 10 milliards de travaux publics qu’elle nous a permis d’exécuter depuis ce moment139 ». L’ancien ministre écrit aussi les siennes, à la même date, mais préfère taire son rôle et les motivations du gouvernement sur le dossier algérien140. En effet, des concessions de cette importance ne peuvent qu’aggraver les abus liés au chantier colonial ou à la distribution d’emplois publics.

La réorientation des sanctions

  • 141 Art. 43 et 86 de la loi municipale du 05. 04. 1884. La suspension de 3 mois est décidée par arrêté (...)
  • 142 Loi du 08. 07. 1908.
  • 143 Morgand Léon, La Loi municipale : commentaire de la loi du 5 avril 1884 sur l’organisation et les a (...)
  • 144 La somme des motifs dépasse le total des affaires sanctionnées pour chacune des périodes car plusie (...)

47Contre les élus irréductibles, la loi municipale de 1884 laisse encore aux autorités de tutelle des pouvoirs disciplinaires conséquents. Le préfet peut suspendre les maires et les adjoints pendant un mois ; le ministre de l’Intérieur peut prolonger leur suspension jusqu’à trois mois, provoquer leur révocation ou la dissolution des conseils municipaux141. Or, à l’exception de cette dernière mesure, les sanctions n’ont pas besoin d’être motivées jusqu’à 1908142. C’est là un héritage des régimes conservateurs et centralisés depuis la Révolution qui rend floue la définition des actes répréhensibles : « écarts », « fautes assez graves », « rébellion143 ». Rarement traitées par le pouvoir judiciaire, les affaires en série attribuent donc à la politique disciplinaire une fonction normative essentielle : qu’est-ce qu’un abus répréhensible en Algérie coloniale ? Le nombre des sanctions croît par à coups de la fin des années 1880 jusqu’à 1897. La tendance s’inverse ensuite avec leur disparition quasi complète après 1905 (cf. fig. 1 de l’introduction). Pour autant qu’ils soient connus, les motifs avancés pour les sanctions singularisent encore ces deux périodes144 :

  • 145 CHAN, F/1b/337, dossier Alfred Firbach, notation du gouverneur, 14. 12. 1886.
  • 146 CHAN, F/1b/332, dossier Yves Dunaigre, lettre du gouverneur au président du Conseil, 14. 01. 1889.
  • 147 CANA, IBA/1577, rapport du préfet de Constantine au gouverneur du 06. 04. 1886 ; réponse du gouvern (...)
  • 148 CANA, IBA/1984, rapport du gouverneur au préfet de Constantine, 20. 12. 1888.
  • 149 Ibid., rapport d’un conseiller de préfecture au nouveau préfet de Constantine, 02. 02. 1895.

48Revenons en effet à la période 1880-1897 pour mieux comprendre le tournant qui s’opère alors. Dans les années 1880, la documentation fait souvent défaut sur les motifs de sanctions. Seule leur mention figure au BO du GGA dans 17 affaires sanctionnées sur 31 (1880-1889). Cette lacune semble moins liée aux pertes d’archives qu’à la discrétion voulue par les principaux patrons de la colonie, Étienne et Thomson en tête. Ils tiennent dans leurs mains le gouverneur Tirman (1881-1891) et le corps préfectoral : Alfred Firbach à Alger (1881-1888), Yves Dunaigre à Oran (1883-1890) et Jules Mengarduque à Constantine (1884-1893). Tirman distribue ainsi les satisfecit pour d’éventuelles promotions en France : « Grâce à son tact et à son habileté, [M. Firbach] a évité toute difficulté sérieuse depuis 5 ans qu’il dirige le département d’Alger145 » ; de même, « MM. Dunaigre et Mengarduque […] ont toujours su aplanir [les difficultés] ; ils ont acquis l’entière confiance de leur conseil général146 ». Dans ces conditions, et en accord avec le préfet de Constantine, le gouverneur juge suffisant le blâme du maire de Strasbourg (1886) qui tolérait la concussion de ses subordonnés sur les permis de voyage, les immatriculations d’armes et les distributions de médicaments147. Ce dernier fait encore parler de lui en 1888, organisant des bals, aux frais de la commune, avant et après sa réélection. Le préfet Mengarduque propose un nouveau blâme que le gouverneur préfère éviter si l’élu s’engage à rembourser les festivités148. L’inamovible préfet se montre dès lors plus conciliant. En 1890, il fait seulement « un appel pressant à la bonne volonté et à l’intelligence149 » du maire de Mila qui empoche les amendes collectives infligées arbitrairement à ses administrés indigènes.

  • 150 CAOM, F80/1837, rapport au président du Conseil, 20. 10. 1894.
  • 151 Ibid., rapport au ministre de l’Intérieur, 23. 12. 1895.
  • 152 Ibid., rapport du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 15. 11. 1896.
  • 153 CAOM, F80/1837 et CANA, IBA/1856, rapports du préfet d’Alger au gouverneur, 15. 10 et 04. 12. 1895  (...)
  • 154 CANA, IBA/1577, lettre du ministre au gouverneur, 14. 03. 1896 ; CAOM, F80/1837, lettre du ministre (...)
  • 155 CANA, IBA/1856, lettre du ministre au gouverneur sur la proposition de révocation du maire de Goura (...)
  • 156 CANA, IBA/1985, rapport au gouverneur, 03. 12. 1896.

49En matière disciplinaire comme en matière d’enquêtes, le gouvernorat de Jules Cambon (1891-1897) est donc bien une rupture. Nommé dans le sillage de la commission sénatoriale, le haut fonctionnaire se dit favorable à « une répression prompte et sévère […] [car] en Algérie plus qu’en France, nous avons intérêt à maintenir intact le beau renom de l’autorité150 ». Sa justification est intéressante car elle subordonne la défense des droits individuels à l’exigence d’obéissance des colonisés. C’est pourquoi les atteintes directes à la personne (menaces, corvées, tabassages) sont globalement moins sanctionnées que certaines atteintes aux biens publics ou privés (les vols, la concussion ou les détournements). Cambon innove néanmoins en bousculant les préfets dans leurs propositions de sanctions, bien que leur rapport hiérarchique reste flou, avant 1898, et que le gouverneur soit privé d’attributions disciplinaires envers les élus. Sans même « tenir compte de l’absence d’avis de M. le préfet du département151 », Cambon propose ainsi la révocation du maire de Bône pour trafic d’influence en 1895. L’année suivante, le préfet d’Alger se satisfait de la suspension du maire de Berrouaghia, reconnu coupable de menus larcins au détriment de la commune (un tuyau, quelques mûriers, des fournitures irrégulières). L’élu est « d’une intelligence médiocre […] [et] d’un caractère faible », plaide le préfet. « Une raison de plus pour le révoquer », réplique le gouverneur152. Son impatience à frapper plus vite et plus fort que les préfets se retrouve dans les sanctions prises contre les maires de Maëlma (1895), Philippeville et Bouguirat (1896), Inkermann (1897)153. Mais Cambon est loin de maîtriser la décision. Les ministres de l’Intérieur ont le dernier mot en matière disciplinaire : certains le suivent dans ses propositions, voire l’encouragent (le radical Léon Bourgeois en 1895-1896, le modéré Louis Barthou en 1897154) ; d’autres le réfrènent (les opportunistes Ernest Constans en 1891, Charles Dupuy en 1893 ou David Raynal en 1894155). L’initiative et la notification des sanctions demeurent surtout des compétences préfectorales. En 1895, le gouverneur presse le préfet d’Oran de suspendre le maire de Bouguirat, condamné par le tribunal de Mostaganem pour vente illégale de bois. Il anticipe déjà sur la révocation bien que le respect des hiérarchies administratives oblige à des paliers, en privilégiant d’abord la suspension préfectorale d’un mois. Or le préfet traîne des pieds, regrettant « que le tribunal n’ait pas cru devoir se montrer plus indulgent pour un maire que tous considèrent comme un parfait honnête homme156 ». Sur l’insistance du gouverneur, l’arrêté préfectoral tombe mais le sous-préfet se charge aussitôt d’en réduire l’impact :

  • 157 Ibid., rapport du sous-préfet (blâmé pour cet acte) au gouverneur, 04. 03. 1897.

Redoutant l’effet que ne manquerait pas de produire cette mesure administrative sur l’esprit de la population, [le maire] me supplia de ne pas lui notifier officiellement, se déclarant suffisamment touché par la lecture qui lui en avait été donnée157.

  • 158 Ibid., dépêche au gouverneur, s. d. (juillet 1893).
  • 159 . Ibid., dépêche au gouverneur, s. d. (juillet 1893).
  • 160 . Ibid., rapport du préfet d’Oran au gouverneur, 09. 07. 1893.
  • 161 . Ibid., lettre de Rémy Jacques à M. Thiébault, 23. 07. 1893.
  • 162 . Ibid., rapport au gouverneur, 18. 07. 1893.
  • 163 . CAOM, F80/1838, dépêche du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 07. 11. 1899.
  • 164 . CANA, IBA/1985, dépêche du secrétaire général du GGA au gouverneur, 30. 07. 1893.
  • 165 . Le Républicain de Constantine, 13. 05. 1893 ; CAOM, F80/1719, rapport du gouverneur au ministre d (...)

50Malgré ces obstacles, les mesures disciplinaires ne cessent d’augmenter sous le gouvernorat de Cambon avec 68 affaires sanctionnées (1891-1897). Mais les sanctions deviennent alors une arme politique échappant en partie à l’administration. Bien que celle-ci évite de trop y recourir en période électorale, l’accusation de parti pris est difficile à éviter, si bien que les pressions politiques sont constantes pour activer ou empêcher la répression. « Il faut aller voir de suite [le secrétaire général du GGA] et lui fournir vos explications, conseille en 1893 le député d’Oran, Marcel Saint-Germain, au maire d’Aïn-Temouchent. […] Vous pouvez savoir très facilement à quoi a conclu le préfet d’Oran. Si ça a été contre vous, partez vite pour Alger et télégraphiez-moi votre départ pour que je puisse aviser. […] je mets à votre disposition et mon influence modeste et tout mon dévouement158. » En l’absence du gouverneur, retenu à Paris, le secrétaire général accepte de recevoir cet élu habile et se laisse convaincre : « Son attitude ne m’a pas produit mauvaise impression. Il résulte de ses explications que les griefs qui lui sont reprochés semblent exagérés159. » L’enquête préfectorale avait pourtant révélé un système généralisé de détournement des secours, du matériel hospitalier, de pierres de taille ; de multiples faits de concussion pour l’ouverture des cafés maures, les exemptions de garde indigène ou les concessions d’eau160. Le maire pousse donc son avantage en gagnant Paris où, recommandé cette fois par le sénateur d’Oran, Rémy Jacques, il est reçu par le secrétaire particulier de Cambon161. Mais, une fois n’est pas coutume, le préfet est partisan d’une révocation comme son patron Eugène Étienne, semble-t-il ; aussi ne se retient-il plus face à un gouverneur moins hésitant d’ordinaire et facilement donneur de leçons : « Après les résultats de l’enquête connue du public, le maintien de M. Bacquès à la mairie d’Aïn-Temouchent serait un véritable scandale public et il n’y aurait plus à poursuivre la répression d’aucun abus si cet homme échappait à la punition qu’il a méritée162 ». Finalement, la menace d’une campagne dans L’Écho d’Oran (« le journal le plus important de la région qui prend ses inspirations auprès des amis politiques de M. Étienne163 ») précipite la révocation164. Ce genre de manouvres, où se mêlent interventions d’élus et pression médiatique, pèse fréquemment sur les décisions pour plus ou moins de sévérité : à Batna ou Miliana (1893), Orléansville (1894), Bordj-bou-Arréridj (1896), Aïn-Tinn ou Inkermann (1897)165.

  • 166 . CANA, IBA/1985, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 06. 1897.
  • 167 . CAOM, F80/1685, rapport au ministre de l’Intérieur, 17. 10. 1897.
  • 168 . CAOM, F80/1838, annotation de la main du préfet sur un article de L’Écho d’Oran critiquant son in (...)

51À partir de 1897, cependant, l’agitation antijuive change radicalement la donne. Le gouvernement hésite désormais à fournir des armes à ses adversaires, surtout à l’approche des élections législatives (mai 1898), départementales (septembre 1898) ou municipales (mai 1900) : « Dans les circonstances que traverse le département d’Oran en ce moment, reconnaît Cambon, il importe de ne prendre aucune mesure qui soit de nature à exaspérer les esprits166 ». Cette nouvelle impunité profite au maire de Mustapha qui orchestre les manifestations antijuives en toute tranquillité. Le révoquer ? « Ce serait pour demain le désordre probable dans la rue, estime le préfet d’Alger, dans 6 mois une candidature antijuive créée de toutes pièces […] au profit d’une personnalité dangereuse167 ». L’analyse pertinente débouche sur un aveu d’impuissance. C’est le moment choisi par le ministère Méline pour rappeler Cambon à Paris. Le nombre d’affaires sanctionnées tombe aussitôt de 17 à 3 (1897-1898). « Oui, nous avons eu 2 ans de patience forcée, reconnaît le préfet d’Oran en 1899. […] l’administration était désarmée en raison des complications et des troubles possibles à la suite d’une répression. Elle a sévi dès qu’elle a pu168 ».

Fig. 27 – Évolution des motifs de sanctions contre les élus municipaux (1880-1914)
Source : donnés réunies in Guignard Didier, L’abus de pouvoir en Algérie, 1880-1914, op. cit..annexe 3, p. 549-570 et 583-594

Fig. 27 – Évolution des motifs de sanctions contre les élus municipaux (1880-1914)Source : donnés réunies in Guignard Didier, L’abus de pouvoir en Algérie, 1880-1914, op. cit..annexe 3, p. 549-570 et 583-594
  • 169 CHAN, F/1bI/648, dossier Charles Lutaud, notations des préfets de Loire-Inférieure (10. 02. 1881) e (...)
  • 170 CHAN, F/1bI/667, dossier Victor Rault, notation du préfet du Morbihan, nov. 1886, notation du préfe (...)
  • 171 Dossiers de ces affaires in CAOM, F80/1838 et CANA, IBA/1856.
  • 172 CAOM, F80/1838, rapports du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 10. 10 et 31. 03. 1899 ; CANA, I (...)

52Mais les sanctions disciplinaires qui reprennent au début de 1899 avec la révocation du maire d’Alger sont d’une tout autre nature. Elles ne sont plus décidées qu’au niveau ministériel pour se débarrasser des seuls élus antijuifs et rétablir l’ordre colonial. Ce volet de la politique de « défense républicaine » est lourd de conséquences car les atteintes aux biens et aux personnes comptent moins désormais que les propos séditieux ou les troubles à l’ordre public (cf. fig. 27). Deux nouveaux préfets sont envoyés sur place pour appliquer cette politique : Charles Lutaud à Alger (1898-1901) et Victor Rault à Constantine (1899-1902). Le premier est un ancien préfet de Haute-Garonne, dont les supérieurs louent le « zèle infatigable » et l’autorité « très grande ». Lui-même se disait prêt à « servir [son] pays, même à l’étranger, dans un poste difficile ou périlleux sans [se] préoccuper des avantages pécuniaires169 ». Le second inspire « une crainte salutaire aux réactionnaires », dès ses débuts comme secrétaire général de la préfecture du Morbihan (1883-1889). Après le succès républicain contre les boulangistes, on le considère comme un « agent électoral hors ligne », capable de rendre de précieux services dans « un poste de combat170 ». De tels profils sont assez inhabituels au sein du corps préfectoral de la colonie. Les sanctions commencent alors à tomber contre les seuls élus antigouvernementaux : quatre fois à Alger (1899-1901)171, une fois à Morris, Margueritte, Cherchel, Biskra et Oran (1899), Robertville (1900), Carnot (1901), Mustapha ou Marengo (1903)172.

  • 173 Machelon Jean-Pierre, La République contre les libertés ?, Paris, Presses de la FNSP, 1976.
  • 174 CAOM, F44, rapport du maire de Mustapha au préfet d’Alger, 01. 01. 1904 ; CAOM, F80/1728, arrêtés d (...)

53Cette reprise en mains recourt à d’autres procédés, bien connus en métropole chaque fois que le régime républicain se sent menacé173. Sur la base de renseignements policiers, les préfets n’autorisent plus que les associations progouvernementales, telles La Chambrée républicaine ou L’Union démocratique de Mustapha ; celles qui lui sont ouvertement hostiles sont dissoutes : Le Cercle républicain de Constantine, Le Club gymnastique d’Alger, les fanfares L’Africaine d’Alger ou La Sainte Cécile de Mustapha. La distribution des subventions obéit encore à la même logique174.

  • 175 CAOM, F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05. 1900.

À mon arrivée dans le département, confirme le préfet Lutaud, j’ai trouvé les républicains dispersés, démoralisés par les événements de 1898. Je les ai aussitôt engagés à se grouper, en vue des élections municipales, et je me suis engagé […] à leur faciliter ces groupements175.

  • 176 CAOM, F80/1827, dépêche du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 20. 10. 1900.
  • 177 Ibid., dépêche du préfet d’Alger au gouverneur, 28. 10. 1900.
  • 178 CAOM, F80/1717, dépêche au ministre de l’Intérieur, 06. 05. 1902.
  • 179 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 311.

54Le préfet renforce son contrôle financier sur la municipalité afin de réduire ses ressources clientélistes : les 600 000 F souscrits pour construire le boulevard du front de mer sont mandatés d’office par la préfecture (1900), alors que la ville est « hors d’état [de] payer […] sans nuire à [la] marche [des] divers services municipaux176 ». Dans la foulée, Lutaud refuse d’approuver les crédits de désinfection, bien qu’une épidémie de variole sévît en ville, car leur augmentation vise « simplement […] des créations d’emplois nouveaux177 ». Enfin, la pression administrative redouble d’intensité au moment des élections. Pour les législatives de 1902, des démarches sont entreprises auprès de l’archevêque d’Alger et aboutissent, selon le préfet, à « une attitude correcte178 » du clergé séculier et des congrégations autorisées. À Constantine, se souvient Morinaud, « [le préfet Rault] passa cette année à me saper, à convoquer administrateurs et maires, à me représenter à leurs yeux comme un député sans crédit et sans avenir. […] Aux uns, il faisait des promesses, aux autres il rendait des services. Avec certains de nos amis, il employa la menace179 ». Cette version du candidat battu est crédible car la pratique, assez banale en métropole, est facilitée par l’étroitesse du corps électoral dans la colonie. Elle est d’ailleurs confirmée aussi bien par les ordonnateurs que par les bénéficiaires. Le nouveau député d’Alger, Émile Begey (1902-1910), recommande ainsi les deux secrétaires généraux qui se sont succédé à la préfecture au cours de cette période : Joseph Giraud (1898-1902) et Jules Salmon (1902-1914).

  • 180 CHAN, F/1bI/628, dossier Joseph Giraud, lettre du 04. 11. 1904.

Je [les] ai vu à l’ouvre […]. À Alger, [Giraud] a fortement aidé M. Lutaud à l’élection de M. Colin [le second élu du département qui] […] lui est très reconnaissant […]. Républicain avoué et convaincu, anticlérical (il est maçon), [Salmon] a très vigoureusement et très habilement manouvré lors des élections municipales [de 1904] […] et il en est de même pour les élections au conseil général [la même année]. Grâce à son tact, il a, sans bruit, puissamment contribué à débarrasser notre département des municipalités réactionnaires et de tous les conseillers généraux antijuifs. Comme sous-préfet de Sétif [1897-1902] […] il a très habilement aussi manouvré en faveur d’Aubry [élu député de Constantine en 1902]180.

  • 181 CANA, IBA/1856, lettre au ministre de l’Intérieur du 03. 09. 1901.
  • 182 Ibid., rapport du commissaire spécial de la Sûreté au gouverneur, 16. 04. 1901.
  • 183 Ibid. ; CANA, IBA/1856, rapport du préfet d’Alger au gouverneur, juill. 1901.
  • 184 CANA, IBA/1856, rapport au gouverneur du 14. 11. 1901.
  • 185 Ibid., délibération du conseil municipal de Ténès du 07. 11. 1901.
  • 186 La poursuite de ses abus est attestée (CANA, IBA/1856, lettre du sénateur d’Alger au gouverneur, 13 (...)
  • 187 CANA, IBA/1856, rapport au gouverneur du 17. 11. 1904.

55Les conséquences de cette chasse exclusive aux antijuifs sont importantes. Pour peu qu’un élu local affirme haut et fort son attachement à la République ou qu’il s’insère dans une clientèle ayant les faveurs du gouvernement, l’impunité lui est désormais acquise. En 17 ans (1898-1914), seulement 29 affaires sont sanctionnées pour des motifs autres que la sédition ou les troubles, contre 36 dans les 3 ans qui avaient précédé (1895-1897). Une fois le danger antijuif surmonté, ce sont les sanctions en général qui tendent à disparaître. Le maire de Ténès peut encore être révoqué en 1901 malgré la tentative de sauvetage du vice-président du conseil général d’Alger181. Dans son cas, la presse a déjà relayé le « long chapelet de malpropretés182 » qui lui sont imputables : usure sur les semences prêtées aux fellahs et sur les avances faites aux pèlerins musulmans, détournement d’un secours de 3 000 F destiné à soulager la misère indigène, arrestations arbitraires, concussion sur l’ouverture des cafés maures183. La sanction ne l’empêche pas « de diriger en sous-main la commune de Ténès184 ». La majorité des conseillers municipaux lui reste fidèle et proteste de ses sentiments « républicains » et « patriotiques185 ». M. Martin retrouve rapidement son écharpe municipale (1904) et reprend ses pratiques usuraires en toute impunité186. En effet, argue le préfet, « toute nouvelle mesure de rigueur à son égard serait sans doute très mal vue dans la commune où il ne manquerait pas de se poser en victime de l’administration187 ».

  • 188 Maurice Rouvier est président du Conseil de janvier 1905 à mars 1906, Georges Clemenceau d’octobre (...)
  • 189 CANA, IBA. 1984, rapport du secrétaire général de la préfecture de Constantine au gouverneur, 23. 0 (...)
  • 190 Ibid.

56Un dernier élément contribue puissamment à arrêter les sanctions après 1905. Les deux principaux patrons de la colonie entrent au gouvernement : Étienne obtient précisément le ministère de l’Intérieur (janvier-novembre 1905) puis celui de la Guerre (février-octobre 1906, janvier-décembre 1913) ; Thomson, longtemps à la Marine (janvier 1905-octobre 1908), décroche ensuite le portefeuille du Commerce et de l’Industrie (juin 1914-octobre 1915). C’est la récompense de leur long engagement républicain depuis l’époque de Gambetta et de solides amitiés politiques, en particulier celles de Rouvier et de Clemenceau188. Leur pouvoir n’a jamais été aussi grand pour empêcher la répression des abus en Algérie. Ils n’ont d’ailleurs pas forcément besoin d’intervenir en personne ; les intentions qui leur sont prêtées suffisent bien souvent. Le conseil municipal de La Calle est ainsi paralysé en 1904-1905 par la lutte acharnée que se livrent les clans Jacquiet et Gélas (« les deux listes sont arrivées presque à égalité [en 1904] […] [et] se réclament [toutes les deux] de M. Thomson189 »). Le maire, M. Jacquiet, voit bientôt son élection annulée par le conseil de préfecture pour fraude et la majorité se retourner au profit de ses adversaires. Faut-il dissoudre le conseil comme ceux-ci le réclament ? Non, prévient le secrétaire général de la préfecture, car « M. Thomson s’opposera énergiquement à ce qu’il soit porté aucun préjudice à M. Gasnier […], l’âme du parti Jacquiet […] vieux partisan de M. Thomson190 ».

57Dans ces conditions, c’est toute la chaîne d’information sur les abus qui est progressivement démantelée. Les exigences du ralliement ruinent la politique de répression initiée par le Sénat et le gouverneur Cambon. Les abus n’ont évidemment pas disparu : les concessions institutionnelles et financières des années 1898-1902 leur offrent, au contraire, plus de facilités, tout comme les efforts déployés pour les rendre invisibles.

L’administration du silence

58Nous avons enregistré ce silence progressif sur les abus à plusieurs reprises. Au début des années 1900, il résulte d’une diminution globale des dénonciations, de l’attention parlementaire, de la couverture médiatique, du nombre et des motifs de sanctions. On sait à quel point ces éléments d’information sont interdépendants ; reste à montrer dans quelle mesure les acteurs de l’époque (ministres, hauts fonctionnaires, journalistes, élus locaux et nationaux, opinion publique) ont contribué à réduire cette information. Une gageure pour l’historien dépendant de telles sources ? Non : les indices fourmillent car le silence est relatif, encore une fois, et les commentaires pas toujours destinés à la publication.

La réduction volontaire des plaintes et des enquêtes

59Une certaine cohérence caractérise l’évolution des facteurs de visibilité ; du moins de ceux qui relèvent le plus de l’administration, à savoir : les plaintes et les enquêtes. Elles diminuent nettement, à partir de 1902-1903, par volonté politique.

  • 191 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 2, p. 677.

60Les décrets instituant les tribunaux répressifs indigènes ne tombent pas les 29 mars et 28 mai 1902 par hasard. Profitant d’une meilleure écoute dans les années 1890 et d’une plus grande maîtrise des codes, les indigènes sont, en effet, plus nombreux à se plaindre d’abus. Mais le gouvernement n’entend pas donner à ses adversaires nationalistes un nouvel aliment contre la République. Il dispose d’alliés parmi les patrons de la colonie que les « scandales algériens » fragilisent tout autant, depuis une décennie, et qui sont favorables à un renforcement des pouvoirs répressifs191. Par son tapage médiatique en métropole, l’affaire de Margueritte (avril 1901) accélère la convergence d’intérêts en faveur d’une institution capable d’imposer un plus grand silence aux indigènes. Son caractère exorbitant au regard du droit commun oblige encore à court-circuiter le Parlement. Le sénateur d’Alger, Paul Gérente, le reconnaît publiquement :

  • 192 Discours public tenu à Alger à la veille de sa réélection, en janv. 1903, cité par le député Albin (...)

Au cours d’une réunion tenue dans une des salles de la bibliothèque du Sénat [avec le gouverneur Révoil], nous adoptâmes l’institution des tribunaux répressifs. M. Bart, qui assistait à cette réunion, fut chargé de rédiger juridiquement le décret. […] Ma proposition, appuyée par le gouverneur et par le ministre [de l’Intérieur, Pierre Waldeck-Rousseau (1899-1902), également président du Conseil], obtint gain de cause192.

  • 193 Selon le témoignage d’Albin Rozet ayant séjourné plus d’un mois en Algérie à la fin de 1902 (JO, sé (...)

61À partir de juin 1902, ces tribunaux d’exception sont présidés par les juges de paix, assistés de deux fonctionnaires ou notables choisis par le gouverneur : l’un est citoyen, l’autre indigène. Cette institution tranche tous les délits correctionnels (connus jusqu’ici des seuls tribunaux de première instance), avec suppression de l’appel pour les peines inférieures à 500 F d’amende et à 6 mois de prison. Les citations à comparaître sont le plus souvent verbales et les avocats « presque toujours193 » exclus des audiences. C’est à l’administrateur, à son adjoint ou à un notable français qu’incombent les fonctions de ministère public avec, en plus, la charge d’instruire.

  • 194 Larcher Émile, Traité élémentaire de législation algérienne, op. cit., t. 2, p. 255 et 332.
  • 195 Statistique fournie par Albin Rozet (JO, séance à la Chambre, 20. 06. 1912).
  • 196 Circulaire du 25. 10. 1902, citée le même jour par Albin Rozet.
  • 197 Code de procédure civile, 1806, art. 1004.

62De plus, les contraventions de simple police-relevant jusque-là des juges de paix-sont désormais du ressort des administrateurs. Cette compétence s’ajoute à leurs pouvoirs disciplinaires pour les infractions spéciales à l’indigénat. La procédure d’appel introduite pour ces dernières est étendue à l’ensemble des contraventions quand elles débouchent sur un emprisonnent ou une amende supérieure à 5 F. Mais, de la même manière, cet appel des décisions de l’administrateur ne peut être porté que devant le sous-préfet ou le préfet194. Nous ignorons combien de contraventions indigènes ont fait l’objet d’appels en commune mixte après 1902. On peut supposer qu’ils ne furent pas nombreux. En effet, sur les 300 000 condamnations prononcées dans ces mêmes communes pour infraction à l’indigénat, entre 1898 et 1910, l’administration n’enregistre que 236 appels dont seulement 14 jugements infirmés195. Le gouverneur Révoil pousse donc la logique plus loin. En octobre 1902, il encourage vivement les maires et administrateurs à jouer un rôle de « conciliateurs » pour éviter la recrudescence des plaintes de propriétaires indigènes. « À la rigueur, précise la circulaire, [ils] peuvent trouver dans l’arbitrage, tel qu’il est organisé par les articles 100 et suivants du Code de procédure civile, un moyen légal et peu onéreux […] de donner une sanction juridique à leur sentence196. » Cet arbitrage existe effectivement en France mais pour résoudre le contentieux commercial et sur la base du volontariat ; il reste interdit à tout fonctionnaire si l’État est mis en cause197. C’est souvent le cas en Algérie dans les affaires d’expropriation.

  • 198 CANA, IBA/38, lettre au gouverneur du 22. 06. 1907.
  • 199 Ibid., plainte de Rabah Kanouni, Ali Boubir, Ahmed Baïrassou au gouverneur, 11. 08. 1910.
  • 200 Ibid., rapport du capitaine de gendarmerie de l’arrondissement de Bône, 13. 08. 1913.
  • 201 Ibid.
  • 202 Provoquant l’enquête du conseiller de gouvernement Blanchard (oct. 1909). Ibid., lettre du député a (...)

63Ces réformes de 1902 concourent à une plus grande confusion entre les ordres administratif et judiciaire. Elles sont propres à générer de nouveaux abus et à décourager la minorité d’indigènes qui commençaient à s’en plaindre. Mais l’écoute au GGA n’est plus du tout la même que dans les années 1890. En juin 1907, Me Santelli, avocat à Bône, réexpédie au gouverneur le mémoire en défense des Beni Urjin, expropriés de leurs terres par la municipalité de Morris. « Deux exemplaires vous ont déjà été envoyés au mois d’avril dernier. Je viens vous prier respectueusement de vouloir bien lire le mémoire et de télégraphier au plus tôt à M. le sous-préfet de Bône que vous accordez à l’indigène qui sera délégué par les habitants du douar la permission de se rendre à Alger198 ». Le courrier reste sans réponse. Dans cette affaire remontant à 1891, le découragement des plaignants est de plus en plus perceptible, malgré le recours aux écrivains publics. Ainsi en 1910 : « C’est la 12e plainte que nous adressons […] sans résultat199. » Poussés à bout, ils s’opposent physiquement à la saisie judiciaire de leurs récoltes en 1913200. Une réunion de « conciliation » est alors organisée entre les représentants indigènes et le maire, sous les auspices du procureur de Bône, du sous-préfet, du juge de paix et du receveur municipal. « Après deux heures de discussion, rend compte le capitaine de gendarmerie, les indigènes convaincus par le président de la conférence et influencés peutêtre par les 20 cavaliers réunis à la caserne de gendarmerie, consentirent à transiger et à verser […] la redevance […], moyennant quoi, le procureur de la République leur promit de ne pas exercer de poursuites pour la rébellion [passible de l’internement]201. » Ce mode de résolution des conflits, abusant de la dissuasion, s’avère payant. La presse métropolitaine ne rend plus compte de l’affaire à cette date et les dernières interventions d’Albin Rozet sur ce dossier remontent à 1909202.

  • 203 CANA, IBA/36, note du secrétaire général du GGA, s. d. (juillet 1906) ; CANA, IBA/1856, rapport du (...)
  • 204 CHAN, F/1bI/620, dossier Georges Firbach, notation du préfet d’Alger, s. d. [1908 ou 1909].
  • 205 CANA, IBA/1856, rapport au gouverneur, 04. 01. 1907.
  • 206 CANA, IBA/38, lettre au gouverneur du 31. 03. 1909.
  • 207 Ibid., minute de la réponse du gouverneur au député, s. d. [fin 1909].

64En Algérie, le corps préfectoral retrouve ses habitudes d’inertie que ne perturbent plus qu’exceptionnellement les services du GGA ou l’intervention d’un élu influent. Il faut, par exemple, de puissants ennemis au maire de Dra-el-Mizan au lendemain des législatives de 1906 (le préfet, un député et le sénateur d’Alger !) pour que le gouverneur ordonne enfin de faire la lumière. Il confie l’enquête à un conseiller de gouvernement car celle de l’administrateur « [lui a] paru incomplète », comme la seconde confiée au sous-préfet de Tizi-Ouzou203. Ce dernier fonctionnaire, en poste depuis 11 ans, est sans doute gêné par ses relations « avec presque tous les colons de la région204 ». Car, dès son arrivée, le conseiller d’Alger constate les détournements de matériel à l’infirmerie indigène, la concussion sur les médicaments, les adjudications irrégulières de terrains205, etc. De même, sur les instances pressantes et répétées d’Albin Rozet en 1909 (pour qu’une enquête « sévère, totale, précise et sérieuse206 » soit faite sur les abus répétés du maire de Morris), le gouverneur Jonnart finit par céder. Mais ses services s’appliquent à édulcorer les révélations du conseiller Blanchard : regroupement forcé des habitants du douar sur deux sites insalubres, non reversement à la caisse du douar des redevances tirées de la jouissance des « biens communaux », corruption du maire et exclusion des Beni Urjin lors de l’attribution des parts locatives, etc. Les faits sont d’abord recopiés mot à mot pour répondre au député (pratique assez courante dans l’administration) puis retirés de la version finale : « Le gouverneur ne peut pas s’aplatir à ce point, lit-on en marge du brouillon. Préparer une lettre beaucoup plus courte. Donner seulement les conclusions [bienveillantes] de M. Blanchard et dire qu’on a adressé de nouvelles observations au maire207. »

65La reconstitution de solides clientèles, bénéficiant à nouveau de l’appui du pouvoir central, réduit ainsi à peu de chose les dénonciations et la recherche des abus dans les années 1900. Les parlementaires de l’opposition et les journalistes parisiens pourraient encore saisir l’opinion en métropole, mais leur attention se détourne progressivement de la colonie.

Les ressorts cassés de l’indignation métropolitaine

66Au plus fort de l’affaire Dreyfus, les majorités républicaines au Sénat et à la Chambre prennent conscience du danger à laisser se prolonger indéfiniment les débats sur l’Algérie. Ils sont l’occasion de témoigner d’abus qui renforcent l’opposition nationaliste et le désordre colonial. Les troubles d’Alger, les fraudes électorales dans le département de Constantine, le sort réservé aux Juifs ou la politique générale du gouvernement dans la colonie occupent ainsi 15 séances à la Chambre entre février 1898 et juin 1899 ! Les abus s’invitent encore dans la discussion budgétaire, soit quatre séances supplémentaires pendant la même période. Comment freiner la surenchère sous un régime où la liberté de parole des parlementaires est sacrée ?

  • 208 JO, séance au Sénat, 07. 11. 1898.
  • 209 Marichy Jean-Pierre, La Deuxième Chambre dans la vie politique française depuis 1875, op. cit., p. (...)
  • 210 JO, séance au Sénat, 07. 11. 1898.

67Le président du Conseil s’adresse d’abord au Sénat, le 7 novembre 1898, en demandant l’ajournement des discussions sur les réformes en Algérie. Cette activité de la Haute Assemblée remonte à 1891, « c’est-à-dire à une époque bien antérieure à celle où nous avons vu se produire, en Algérie, un état particulièrement difficile ; je dirai, pour ne pas aller au fond des choses, un état nouveau208 ». Charles Dupuy se sait compris ici d’une majorité écrasante puisque 73 % des sénateurs siègent alors à gauche ou, comme lui, au centre gauche209. « Il n’y a pas d’opposition210 ? », vérifie le président du Sénat, Émile Loubet. Aucune ; l’ajournement est prononcé. Initiateurs de la commission d’enquête de 1891, les « Sages » ont été rapidement effrayés par leur propre audace, désapprouvant le jusqu’au-boutisme de leur collègue radical, Louis Pauliat, après la mort de Jules Ferry (1893). En réalité, l’Algérie est retirée de l’agenda sénatorial depuis le printemps 1897, c’est-à-dire depuis le début des troubles en Oranie.

  • 211 Mayeur Jean-Marie, La Vie politique sous la IIIe, 1870-1940, Paris, Éditions du Seuil, 1984, p. 182 (...)
  • 212 JO, séance à la Chambre, 29. 06. 1899.
  • 213 Dans le contexte de l’affaire Dreyfus, l’attitude des socialistes évolue. D’abord favorables à l’ab (...)
  • 214 JO, séance à la Chambre, 29. 06. 1899.

68Un tel silence est plus difficile à obtenir de la Chambre où les débats sont souvent plus houleux et les majorités plus mouvantes et incertaines, en particulier au début de l’affaire Dreyfus. L’investiture du gouvernement Waldeck-Rousseau, le 22 juin 1899, au nom de la « défense républicaine », n’est obtenue qu’avec 262 voix (éparpillées du centre droit à l’extrême gauche) contre 237 (de conservateurs ou nationalistes) et 62 abstentions (de modérés, radicaux ou socialistes)211. Une semaine après, le gouvernement profite de cette petite confiance pour en finir avec les interpellations sur l’Algérie. Mais, plutôt que d’engager sa propre responsabilité sur cette question-le pari serait trop risqué -, il fait déposer par Albin Rozet la motion d’ajournement, officiellement jusqu’à la rentrée d’octobre. L’autorité morale du député de la Haute-Marne est incontestée dans cette enceinte ; il est l’une des voix les plus critiques et les mieux informées sur la colonie depuis 1895. S’il se résout lui-même à cette importante concession, c’est, dit-il, pour aider le pays à surmonter « la crise ministérielle212 ». En effet, la formation du nouveau cabinet intervient en pleine agitation nationaliste et après 10 jours de vacance du pouvoir. Ce républicain exigeant, quoique modéré, est capable d’entraîner avec lui les socialistes qui ont définitivement rompu avec l’opposition nationaliste et antijuive213 : « La motion, mise aux voix, est [donc] adoptée214. »

  • 215 Ibid., 01. 02. 1900.
  • 216 Ibid., 15. 02. 1898 et 01. 02. 1900, séance au Sénat, 03. 04. 1900.

69Reste la discussion annuelle du budget au Parlement, impossible à éviter. Depuis 1891, elle est l’occasion de longs développements critiques sur l’administration en Algérie. Les discussions budgétaires de 1898-1900 n’échappent pas à la règle, bien qu’elles soient généralement plus courtes et modérées par le ralliement des députés antijuifs. Évoquant ainsi les richesses du sous-sol de la colonie, en février 1900, Émile Morinaud rassure la majorité à la Chambre : « Je ne reviens pas sur ces affaires de phosphates que vous connaissez très bien. Inutile de raviver des querelles et des polémiques qui ont été assez longues et assez vives215. » On n’en continue pas moins à dénoncer le détournement de l’impôt des prestations, les abus liés aux permis de voyage, les achats de terres indigènes par l’État, les indemnités versées aux maires ou le gaspillage de l’argent public dans les chemins de fer216

  • 217 Bouveresse Jacques, Les Délégations financières algériennes, op. cit., t. 1, p. 51-53.
  • 218 JO, séances à la Chambre, 13. 11. 1900, et au Sénat, 13. 12. 1900.
  • 219 Loi du 19. 12. 1900, art. 5-11.
  • 220 Cité par Émile Larcher, in Traité élémentaire de législation algérienne, op. cit., t. 1, p. 362.
  • 221 JO, séance à la Chambre, 03. 04. 1903.

70C’est pourquoi l’autonomie financière concédée à la colonie (décembre 1900) tombe à point nommé. Elle est un moyen privilégié de tarir la dénonciation d’abus au Parlement, ce que les promoteurs de la réforme ont, semble-t-il, prémédité. La discussion du dernier budget commun s’achève tardivement au Sénat, le 3 avril 1900. Waldeck-Rousseau dessaisit aussitôt la commission de la réforme judiciaire, chargée initialement du projet de budget spécial, et qui devait se rendre dans la colonie pour approfondir sa connaissance du dossier. Il active la procédure en présidant lui-même les réunions préparatoires à la rédaction du projet, bouclé le 21 avril, déposé à la Chambre le 22 mai et renvoyé, le même jour, à la commission du budget sur l’insistance du ministre des Finances, Joseph Caillaux217. Il devient la loi du 19 décembre 1900, applicable immédiatement, après un vote d’urgence des parlementaires218. Que dit le texte ? Le budget est d’abord préparé par le GGA, soumis à l’approbation du ministre de l’Intérieur, avant d’être renvoyé aux Délégations financières. Mais cette assemblée dispose d’une grande liberté d’amendements sur les dépenses dites « facultatives » (traitements des agents coloniaux, agriculture, colonisation, travaux publics) et d’une initiative partielle sur les dépenses « obligatoires » (administration générale, traitements du personnel détaché, affaires indigènes, service de la dette). Le budget est ainsi remanié, discuté en délégation, en séance plénière, puis voté sur place. Il doit ensuite être entériné par le Conseil supérieur (simple formalité), validé par un décret du président de la République (pour la partie dépenses) et par une loi au Parlement (pour la partie recettes)219. Cette dualité introduite dans le contrôle des dépenses et des recettes est justifiée par le rapporteur du projet, André Berthelot (Seine) : il s’agit d’empêcher « de faire renaître dans la Chambre la discussion tout entière du budget algérien220 ». Le risque est effectivement contenu, les années suivantes, car le Parlement se désintéresse complètement de l’examen des recettes. « Je ne sais pas combien de temps a pris la discussion du dernier budget de l’Algérie », s’interroge par exemple le député socialiste de la Seine, Marcel Sembat, en 1903. –« Cette discussion n’est pas venue, lui rappelle le député d’Oran, César Trouin, [parce que] le budget de l’Algérie est autonome. »–« Je le sais, il nous est cependant soumis. […] [Mais] cette prérogative, nous ne l’exerçons pas, c’est pourquoi nous ne sommes pas sans reproche221. »

  • 222 JO, séances à la Chambre, 24. 03. 1902, 22. 12. 1904, 26. 02. 1907, 29 et 30. 06. 1908, 24. 12. 190 (...)
  • 223 Zevort Edgar, Histoire de la IIIe, Paris, Alcan, t. 3, 1898, p. 283.

71La dénonciation d’abus peut encore s’inviter à la tribune chaque fois qu’une loi est nécessaire dans la colonie. Mais les procédés d’évitement, bien connus des parlementaires chevronnés, déjà utilisés pour l’Algérie avant 1891, sont alors remis au goût du jour. Ils consistent à profiter des silences de la Constitution et des libertés offertes par le règlement. Cela suppose l’appui du gouvernement et des relais en commission. La discipline partisane facilite cette mise en ouvre après 1901. Ainsi les déclarations d’urgence redeviennent-elles systématiques pour : accroître le privilège d’émission et réduire le contrôle de la Banque d’Algérie (1907, 1911), débloquer 50 millions puis 175 millions F en faveur des travaux publics et de la colonisation européenne (1902, 1908), autoriser la construction et l’exploitation forfaitaires de nouvelles voies ferrées couvertes par la garantie d’intérêts (1907-1912), créer puis réformer des cours criminelles indigènes (1902, 1910), proroger sans fin les pouvoirs disciplinaires des administrateurs (1904, 1911, 1912, 1913.)222. Les textes sont également soumis aux moments les moins propices à l’attention parlementaire, c’est-à-dire à la veille des « petites vacances législatives223 » (de mars-avril généralement), en bout de session ordinaire (fin juillet-début août) ou extraordinaire (fin décembre).

Fig. 28 – Le calendrier des séances parlementaires consacrées à l’Algérie (1900-1913)
Source : JO

Fig. 28 – Le calendrier des séances parlementaires consacrées à l’Algérie (1900-1913)Source : JO
  • 224 JO, séance à la Chambre, 21. 12. 1911.
  • 225 Extrait de son rapport visant à réduire la durée des pouvoirs disciplinaires à 3 mois ; cf. JO, séa (...)
  • 226 Le règlement du Sénat prévoit 24 heures minimum entre la distribution du rapport et la discussion ( (...)
  • 227 JO, séance au Sénat, 06. 12. 1902. Intervention d’Antonin Dubost (Isère).
  • 228 Ibid., 08. 07. 1904. Intervention du rapporteur Arnaud Denoix (Dordogne). La loi du 23. 07. 1904 co (...)
  • 229 Ibid., 15. 06. 1900, 25. 03. 1902 et 22. 12. 1911.

72Députés et sénateurs sont alors accaparés par l’examen budgétaire (en février et surtout en décembre) ou les débats législatifs (en juin-juillet). Ils sont las et souvent pressés de regagner leur arrondissement pour les vacances de Pâques, d’été ou de fin d’année. Cette fatigue ou cette impatience expliquent aussi la facilité avec laquelle les déclarations d’urgence sont adoptées. Par exemple, Albin Rozet se désole de devoir voter une nouvelle prolongation des pouvoirs disciplinaires un 21 décembre 1911. La loi qui les avait renouvelés, 7 ans plus tôt, expire le 24 dans « l’encombrement habituel de l’ordre du jour […] à cette époque de l’année224 ». Le gouvernement accepte de réduire le délai de prolongation à 6 mois (au lieu d’un an prévu dans le projet), à condition d’obtenir le vote d’urgence. C’est repousser une discussion improbable à la fin juin 1912, moment où la surcharge de travail est tout aussi grande. Six mois supplémentaires sont alors concédés pour un nouveau rendez-vous à la fin décembre 1912. « Le gouvernement invoque une fois de plus que l’état des travaux du Parlement n’a pas permis d’ouvrir un débat225 », dénonce cette fois le sénateur de la Haute-Saône, Jules Jeanneney. Une autre tactique, complémentaire, est de distribuer les rapports des projets de loi au dernier moment226. « Quelques jours » seulement avant l’adoption du budget spécial (1902), « alors qu’une étude approfondie des finances algériennes serait nécessaire227 », s’offusque le rapporteur de la commission des finances au Sénat ; 2 jours avant la discussion (très technique) qui aboutit à subventionner davantage les chemins de fer algériens pour les 40 ans à venir (1904)228 ; la veille seulement des votes prolongeant le privilège de la Banque d’Algérie (1900), organisant les Territoires du Sud (1902) ou accordant 6 mois de plus aux pouvoirs disciplinaires des administrateurs (1911)229.

  • 230 Brunschwig Henri, Mythes et réalités de l’impérialisme colonial français, Paris, Colin, 1960 ; Sieb (...)
  • 231 Rebérioux Madeleine, La République radicale ?, op. cit., p. 125-134.
  • 232 Girardet Raoul, L’Idée coloniale en France, op. cit., p. 150-152.

73En réalité, ce travail de sape n’est efficace, dans les années 1900, qu’avec la conversion des parlementaires à l’impérialisme. Eugène Étienne y a beaucoup contribué en créant le groupe colonial à la Chambre (1892) qui compte près de 200 députés, 10 ans plus tard. Un lobby similaire est constitué au Sénat en 1898, bientôt présidé par le sénateur d’Oran, Marcel Saint-Germain, également proche d’Étienne. L’ancien sous-secrétaire d’État aux Colonies (1887, 1889-1892) anime encore, vers 1900, une pléiade de comités, sociétés ou publications favorables à l’expansion outre-mer. Cette propagande et ces réseaux sont décisifs pour faire accepter au Parlement et à l’opinion : l’annexion de Madagascar (1896), la création d’un État colonial en Indochine (1897-1902), la réunion de l’Afrique occidentale française (1895-1904), l’introduction du régime concessionnaire au Congo (1898-1900) ou la pénétration française au Maroc (1903-1912)230. Un certain nombre de parlementaires-y compris parmi les radicaux parvenus au pouvoir-ont maintenant des intérêts dans les entreprises coloniales, via la distribution des postes de hauts fonctionnaires, les conseils d’administration, les investissements dans les mines ou les grands domaines agricoles231. De même, le Parlement se montre-t-il moins sourcilleux sur le chapitre des dépenses coloniales en raison du retour à la croissance économique dans le monde industrialisé. Dans un élan patriotique commun, l’opposition de droite rejoint de plus en plus souvent la majorité de gauche à l’heure des complications marocaines avec l’Allemagne (1905-1911)232. Quel intérêt auraitelle alors à susciter de nouveaux scandales en Algérie ?

  • 233 L’interpellation d’Albin Rozet dure finalement 4 h 30, selon le député de Constatine, Charles Aubry (...)
  • 234 CHAN, F7/15953/2, rapport de la Sûreté, 15. 01. 1904.

74L’inattention parlementaire sur la colonie et ses abus résulte donc d’un agenda bien rempli et d’une stratégie d’évitement facilitée par l’intérêt nouveau des parlementaires pour l’empire, sur le plan idéologique ou économique. Albin Rozet peut alors parler seul ou presque, en mars 1903, pour condamner les tribunaux répressifs en Algérie. « Reposez-vous ! », lui lance-t-on à droite et à gauche, après plus de 3 heures d’interpellation. L’orateur souhaiterait poursuivre sa démonstration, à partir d’exemples recueillis sur place, mais le président de la Chambre prévient qu’« il [en] a encore [pour] une heure ». Alors des « exclamations sur divers bancs » se font entendre233. Neuf mois plus tard, 400 députés préfèrent renouveler leur confiance à Étienne à la vice-présidence de la Chambre, parce qu’ils « sont certains que la séance sera close à 6 heures […]. Il est convenu au Palais Bourbon que M. Étienne est un grand déblayeur et n’aime pas laisser traîner inutilement les séances234 ». Il occupe longtemps cette fonction-clé (1893-1895, 1902-1905, 1907-1913, encore en 1914), contribuant à l’évitement de la discussion. Mais le député d’Oran trouve aussi facilement des alliés, conscients ou non des enjeux.

L’affaire de l’Ouenza, nouveau « scandale algérien » ?

  • 235 29 336 lignes au JO sur les 71 779 de débats sur l’Algérie (1908-1913).

75Il n’y a finalement que l’affaire de l’Ouenza (1908-1913) pour réveiller l’Assemblée et la presse métropolitaine dans son sillage. Mais le scandale relance les débats sur l’Algérie de façon incomplète : il n’a aucune répercussion au Sénat et absorbe, à lui seul, 41 % de la couverture algérienne de la Chambre, au cours de la période235.

  • 236 À partir de la présentation d’Aimé-Toussaint Baldacci, in L’Algérie et la Société de l’Ouenza, Alge (...)
  • 237 JO, séance à la Chambre, 21. 01. 1910.

76Rappelons brièvement les faits236. Les premières prospections de minerais dans le djebel Ouenza, près de la frontière tunisienne, remontent aux années 1880. C’est surtout la hausse des cours du fer, au début du xxe siècle, qui attire l’attention des industriels sur ces réserves. En 1901, le Conseil d’État concède ainsi à M. Pascal les mines « de cuivre, de fer et autres métaux » sur plus de 3 000 hectares, que se disputent bientôt deux grands groupes européens : la Société d’études de l’Ouenza, consortium franco-anglo-allemand-belge dominé par la maison Schneider du Creusot, et la Société concessionnaire de l’Ouenza, dirigée par les frères Müller de Rotterdam. Mais ce sont les gîtes de surface-non compris dans la concession du sous-sol-qui s’avèrent rapidement les plus riches. Comme ils sont tous situés en terrain domanial, la Société d’études obtient leur amodiation du GGA, plus vite que sa concurrente. Trois conventions sont alors signées à Alger (juin-juillet 1905) qui prévoient l’exploitation pendant 60 ans de 6 500 hectares contre une redevance au budget spécial de la colonie, la construction et l’entretien d’une voie ferrée jusqu’à Bône (aux frais de l’exploitant) et la cession d’espaces portuaires pour le stockage et l’exportation du minerai. Le gouverneur Jonnart estime à 6 ou 7 millions F les retombées annuelles pour le budget spécial : « la plus belle affaire que l’Algérie ait encore entrevue237 ». Le projet est donc approuvé par les élus locaux, le Conseil d’État et la commission des Travaux publics à la Chambre. Pour presser son adoption, celle-ci ne soumet que le chemin de fer au Parlement et inscrit la discussion à la fin juin 1908, c’est-à-dire juste avant la trêve estivale.

  • 238 Ibid., 23. 03. 1910.
  • 239 Rebérioux Madeleine, « Le socialisme français de 1871 à 1914 », in Histoire générale du socialisme. (...)
  • 240 Mayeur Jean-Marie, La Vie politique sous la IIIe, op. cit., p. 220-223.

77Cette précipitation est à l’origine du scandale à la Chambre. Il surprend les promoteurs du projet, habitués à plus d’indifférence pour les choses d’Algérie depuis plusieurs années. Le rapporteur Germain Périer (Saône-et-Loire) n’en revient toujours pas en 1910 : « Nous avons vu, au début de cette séance même, adopter sans aucune observation 7 à 8 projets de voies ferrées concernant l’Algérie […] qui, ceux-là, […] comportaient une garantie d’intérêts238. » Il a raison sur ce point et au-delà : pourquoi l’opposition socialiste s’acharne-t-elle contre ce projet en s’abstenant sur tous les autres intéressant la colonie ? Vers 1910, la centaine d’élus à la Chambre, membres de la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), conservent une vision hexagonale des problèmes du monde. Certes, ils condamnent le capitalisme triomphant à l’échelle mondiale ou les tensions internationales au Maroc, mais seulement parce qu’ils sont synonymes d’exploitation ouvrière et de risque de guerre en France. La critique de l’impérialisme est encore affaire de spécialistes au sein du parti qui dénoncent périodiquement des crimes au Congo ou en AOF mais s’effacent toujours devant la question ouvrière métropolitaine239. L’actualité politique en France est donc décisive dans l’explication du scandale de l’Ouenza. Il éclate précisément au moment où la SFIO, hostile au scrutin proportionnel, coupe les ponts avec le parti radical (1909-1914) et redouble ses attaques contre les socialistes ralliés au pouvoir dont le chef de file est Alexandre Millerand240. Ce dernier constitue une cible de choix pour la SFIO, dans cette affaire, comme ministre des Travaux publics (1909-1910) puis de la Guerre (1912-1913).

  • 241 JO, séance à la Chambre, 21. 01. 1910.
  • 242 Ibid., 29. 06. 1908.
  • 243 Ibid., 29. 06. 1908, 14, 19 et 21. 01. 1909, 04, 11 et 18. 02. 1910, 23 et 25. 03. 1910, 14 et 21. (...)
  • 244 Ibid., 25. 03. 1910.
  • 245 Ibid., 14. 11. 1913.

78Aussi le scandale de l’Ouenza ne permet-il pas d’éclairer le fonctionnement de l’administration coloniale comme avait pu le faire celui des phosphates, 15 ans plus tôt. Il témoigne plutôt des prismes socialistes et métropolitains, beaucoup plus déformants et éloignés de la colonie. Tout le potentiel d’indignation réside dans les 40 parts allemandes sur les 600 du capital de la Société de l’Ouenza241. Le socialiste Alexandre Zévaès (Isère) s’en contente, assuré de son effet dans la France des patriotes : « Nous voyons […] dans le syndicat financier […] la société Krupp (exclamations à l’extrême gauche) » ; « non pas seulement […] des capitaux allemands, surenchérit le leader de la SFIO, Jean Jaurès, […] mais [ceux] qui représentent particulièrement l’industrie métallurgique destinée à fondre les armes de guerre (vifs applaudissements à l’extrême gauche et sur divers bancs) 242242 ». En 11 séances consacrées à l’affaire de juin 1908 à novembre 1913, amplement relayées par la presse, la critique socialiste se cantonne dans la dénonciation du capitalisme en général, du renforcement de l’industrie de guerre allemande et du vol des richesses « nationales »243. Parmi la dizaine d’interpellateurs qui se succèdent à la tribune, Jean Bouveri (Saône-et-Loire) est le seul à avoir visité récemment l’Algérie. Il ne relève que l’absence de protection sociale pour les ouvriers indigènes244. Faute d’enquête plus précise, Albert Thomas (Seine) compare leur sort à celui mieux connu des ouvriers italiens de Meurthe-et-Moselle245. La renégociation des conventions sur l’Ouenza (octobre 1913), après le retrait des participations allemandes, puis surtout l’Union sacrée consécutive à la déclaration de guerre (août 1914) suffisent à éteindre le scandale.

79L’affaire ne ressemble donc pas aux « scandales algériens » des années 1890. Après 1900, l’Algérie est progressivement exclue des débats parlementaires. C’est le résultat d’une volonté politique et d’une indifférence croissante en métropole pour cette colonie redevenue lointaine.

Un voyage présidentiel pour tourner la page (1903)

  • 246 Albert Pierre, « La presse française de 1871 à 1940 », op. cit., p. 252-280.

80La presse parisienne et provinciale d’avant 1914 s’arrête-t-elle automatiquement à l’ordre du jour des assemblées ? Le métier de journaliste évolue au tournant des XIXe -XXe siècles : les reportages, agrémentés de statistiques, cartes ou illustrations, attisent la curiosité du public pour les contrées lointaines. Certes, les contenus restent soumis aux pouvoirs politique et économique mais la liberté d’expression conquise en 1881 ne serait-elle qu’un vain mot246 ? En avril 1903, après une décennie de scandales, les derniers envoyés spéciaux à visiter la colonie sont les accompagnateurs du président de la République. L’esprit critique décline effectivement à cette occasion.

81L’opération de communication est souhaitée par la représentation coloniale et le ministère Combes (1902-1905) après la victoire du Bloc républicain aux législatives. Bien que préparée avec soin, elle n’est pas gagnée d’avance. L’entreprise vise, en effet, un triple objectif :

La presse métropolitaine.

  • 247 L’Union Républicaine d’Alger, 18. 02. 1903.
  • 248 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 2, p. 965-974.
  • 249 Le Petit Parisien, « Le problème algérien », 18. 02. 1903.
  • 250 Avec Le Petit Journal, Le Matin et Le Journal.
  • 251 Albert Pierre, « La presse française de 1871 à 1940 », op. cit., p. 294-393.
  • 252 CAOM, F80/1693, dépêche au président du Conseil, 16. 02. 1903.
  • 253 L’oncle du gouverneur dirige un quotidien républicain modéré à Grenoble (Le Petit Dauphinois), host (...)

82Celle-ci s’indigne encore vivement des abus coloniaux que révèlent l’interpellation sur le drame de Margueritte (mai-juin 1901) et le procès des 107 inculpés à Montpellier (décembre 1902-février 1903). « L’Aurore [ 1], Le Figaro [ 2], Le Radical [ 3], L’Autorité [ 4], La Libre Parole [ 5], L’Intransigeant [ 6], La Revue Blanche [ 7] paraissent communier aujourd’hui en un même sentiment de pitié pour les indigènes et de répulsion et de blâme pour les colons et l’administration algérienne247 », s’inquiète un quotidien d’Alger au début de 1903. Il pourrait ajouter à la liste : Le Journal des Débats (8), Le Temps (9), La Petite République (10), Le Siècle (11), La Patrie (12) ou Le Petit Parisien (13)248. Ce dernier stigmatise notamment l’insuffisance des réformes depuis l’enquête sénatoriale de 1891 : « Certaines pénalités sont toujours disproportionnées aux délits ; les tribus, ignorantes de nos règles juridiques, sont trop facilement dépossédées de leurs terres249. » Cet échantillon est assez représentatif de la presse parisienne du début des années 1900 puisqu’il réunit : 1,5 million d’exemplaires tirés chaque jour (dont un million pour Le Petit Parisien, l’un des 4 grands de l’époque250), des journaux de référence dont l’influence dépasse largement le faible tirage (2, 8 et 9) et tous les horizons politiques : opposition nationaliste et antisémite (5, 6), droite bonapartiste (4, 12), centre libéral (2, 8, 9), gauche modérée (13), radicale (1, 3, 11) et socialiste (10), une revue littéraire enfin (7), « centre de ralliement de toutes les divergences » (André Gide)251. L’interpellation d’Albin Rozet sur les tribunaux répressifs, 2 semaines seulement avant la visite présidentielle, ne peut qu’entretenir ce genre de couverture. Le gouverneur Révoil avait pourtant pressé le ministère d’ajourner la discussion parlementaire « pour éviter de soulever des questions au cours du voyage du président de la République252 ». Mais le radical Émile Combes préfère voir les journalistes vider leurs critiques sur la lointaine Algérie. La guerre qu’il livre en métropole contre les congrégations religieuses lui aliène déjà la presse modérée et catholique. Au printemps 1903, il est encore la cible d’un scandale (« le million des Chartreux253 ») dont une conséquence imprévue est la démission du gouverneur Révoil (11 avril). La diversion d’un voyage présidentiel en Algérie est donc souhaitée – pour des raisons différentes – par le gouvernement et les élus locaux.

Fig.29.Groupe de journalistes à bord du Général Chanzy, en partance pour l'Algérie
Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903

Fig.29.Groupe de journalistes à bord du Général Chanzy, en partance pour l'AlgérieSource : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903

Les clientèles en Algérie.

  • 254 Balandier Georges, Le Pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1992 (1re éd. 1980), p. 13-17.
  • 255 La Dépêche Algérienne, 17-30. 04. 1903.
  • 256 Ibid..
  • 257 Ibid.

83À l’occasion d’un voyage officiel, la mise en scène du pouvoir convoque les imaginaires et rappelle à tous les habitants de la colonie qui sont les véritables patrons aux niveaux local et national254. Cette théâtralité s’impose pour en finir avec les soupçons infondés de séparatisme et une décennie d’instabilité politique en Algérie. Chacun doit bien comprendre que l’ère des dénonciations d’abus-relayées par le pouvoir central-est définitivement révolue. Ainsi la capacité des élus locaux à se montrer auprès du chef de l’État, à lui dire haut et fort leur attachement à la mère patrie et aux institutions républicaines, à recevoir de lui un hommage public, sont autant de signes envoyés aux clientèles. Le rituel se répète, inlassablement, d’une étape à l’autre255. Il peut être perçu localement comme une promesse d’emplois ou de subventions futures. Dans l’immédiat, le président Loubet décore les bons serviteurs de la République : fonctionnaires civils et militaires, élus locaux et auxiliaires indigènes. En 12 jours, plus de 300 personnes reçoivent de ses mains la légion d’honneur, la médaille militaire, la médaille d’honneur, les palmes académiques ou le mérite agricole256. Ils le doivent généralement aux grands patrons de la colonie qui dévoilent, à cette occasion, l’étendue de leur influence. À ce jeu, Eugène Étienne est incontestablement le maître. C’est lui que l’on écoute à Alger, au nom de la représentation coloniale, pour accueillir le président de la République ; sa qualité de vice-président de la Chambre lui assure la préséance et une proximité avec le chef de l’État dans tous les cortèges, réceptions ou dîners officiels. Mais il fait mieux que de tenir son rang : il tutoie le président (son ami de 30 ans), impose 5 jours de visite sur 12 en Oranie (un au chef-lieu, les 4 autres dans son fief électoral du sud) et guide encore Loubet dans l’Algérois, le Constantinois et la Tunisie voisine257.

Fig.30 –Le président Loubet à Oran suivi d'officiers et du député Étienne (coll. L. Bouët)
Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903

Fig.30 –Le président Loubet à Oran suivi d'officiers et du député Étienne (coll. L. Bouët)Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903
  • 258 La Dépêche Algérienne, 24. 04. 1903.
  • 259 L’Avenir de Sétif, 14. 01. 1903.
  • 260 Émile Morinaud précise seulement qu’il avait fait obtenir « de très fortes subventions » au comité (...)
  • 261 La Dépêche Algérienne, 26. 04. 1903.
  • 262 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 324

84Ce parcours fléché peut aussi désigner les bénéficiaires d’une forme de grâce présidentielle, totale ou partielle. Ainsi Miliana-dont le maire, Charles Pourailly, évoque à lui seul les « scandales algériens » des années 1890-n’a pas été retenue comme ville-étape. Mais l’élu est autorisé à prononcer une courte allocution en gare d’Affreville. Elle a valeur d’absolution. Le président lui tend généreusement les mains et le remercie pour son discours « du ton le plus aimable258 ». De même, le maire de Constantine, Émile Morinaud, mesure l’importance du rendezvous pour faire oublier son passé d’antijuif et mieux asseoir son pouvoir local. Dans les semaines précédant la visite, il s’est appliqué à démentir les accusations de L’Indépendant qui le présentait comme « l’un des insulteurs les plus acharnés [du président Loubet]259 ». Dans cette ville déjà sur-endettée, il dépense sans compter pour impressionner favorablement le chef de l’État260. Le cortège passe ainsi « sous la porte d’El-Kantara, transformée en un magnifique arc de triomphe […] très admiré du président. La rue Nationale […] est merveilleusement décorée. Chaque fenêtre a son drapeau ou des couronnes ou des flammes. Du reste, toute la ville est décorée à profusion. C’est un véritable enchantement261 » (cf. fig. 31). Quarante ans après, Morinaud savoure encore cet instant, assis « dans la première voiture avec le président262 », qui le fait accéder à la notabilité tant recherchée.

Les puissances étrangères.

  • 263 La Dépêche Algérienne, 17. 04. 1903.
  • 264 Ganiage Jean, Histoire contemporaine du Maghreb, de 1830 à nos jours, Paris, Fayard, 1994, p. 373-3 (...)
  • 265 La Dépêche Algérienne, 23. 04. 1903.
  • 266 Les négociations prennent la forme d’un marchandage entre les intérêts britanniques en Égypte et le (...)

85Le voyage est également conçu pour envoyer un message fort aux gouvernements européens (allemand, anglais et espagnol, notamment) : l’ordre colonial règne à nouveau dans cette « seconde France » et justifie les prétentions nationales sur le Maroc voisin. Ainsi l’entrée du président Loubet en rade d’Alger le 15 avril, à bord du croiseur Jeanne d’Arc, est-elle une démonstration de force : 6 cuirassés, 5 croiseurs et 3 contre-torpilleurs l’escortent, en présence des escadres russe (alliée), anglaise, italienne et espagnole venues le saluer. Le lendemain, officiers et consuls étrangers sont conviés à « une grande revue des troupes263 » sur le Champ de manouvres de Mustapha. Pendant ce temps, l’armée du sultan Abd-el-Aziz connaît de sérieux revers à l’est de Fès contre les troupes du prétendant Bou Hamara. Depuis un an, les incursions françaises au Maroc se font sous couvert d’assistance au Makhzen ; aussi Loubet reçoit-il l’’amil d’Oujda, réfugié en Algérie264. Car la présence prolongée du chef de l’État en Oranie (17-21 avril), guidé par l’un des principaux avocats de la pénétration française au Maroc (Étienne), indique des ambitions plus grandes. L’étape au Kreider, à 200 km au sud de Saïda, est révélatrice à ce sujet. Cet ancien terminus de la voie ferrée est le principal poste militaire de la région. Défilent devant la tribune présidentielle : 5 bataillons de la Légion étrangère, 2 de zouaves, 2 de tirailleurs, une compagnie du Génie, 3 escadrons de cavalerie, 3 batteries d’artillerie, 2 sections d’artillerie de montagne et 40 méharistes, soit 8 000 soldats réguliers auxquels viennent s’ajouter 5 000 goumiers recrutés localement265. La détermination française est affichée à quelques semaines de négociations essentielles avec la Grande-Bretagne sur ce sujet sensible266.

Fig.31 –L'arc de triomphe de la porte d'El-Kantara à Constantine
(coll. L. Bouët) Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903

Fig.31 –L'arc de triomphe de la porte d'El-Kantara à Constantine(coll. L. Bouët) Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903
  • 267 La Dépêche Algérienne, 28. 04. 1903.

86L’image forgée pour la presse, les clientèles locales et les capitales européennes est donc celle d’une colonie modèle, loyale, promise à un grand avenir économique. Aucun abus visible ne doit venir assombrir le tableau. La délégation présidentielle contribue pleinement à ce montage puisqu’elle comprend : les ministres des Affaires étrangères et de la Marine, Théophile Delcassé et Camille Pelletan, pour l’éclat diplomatique du voyage ; le ministre des Travaux publics, Émile Maruéjouls, chargé d’offrir une perspective aux Européens d’Algérie (dans la droite ligne des Délégations financières) ; les présidents de la Chambre et du Sénat, Léon Bourgeois et Armand Fallières, cautions d’un Parlement autrefois attentif aux abus. Est-ce par répugnance à faire l’autruche que Léon Bourgeois, autrefois si sévère contre les abus des maires d’Algérie (1895-1896), trouve prétexte à regagner Paris dès le premier jour ? Le vice-président de la Chambre, Eugène Étienne, le remplace sur le champ pour mieux guider le chef de l’État. Mais Émile Loubet lui-même n’a rien du naïf, facile à tromper sur les réalités coloniales. Si ses fonctions présidentielles lui imposent la réserve, la posture lui convient ici parfaitement. Ce républicain opportuniste, proche de Jules Ferry, a été rapporteur des crédits d’expédition en Tunisie (1882), un défenseur acharné du budget des colonies (1884). En présidant la commission des finances au Sénat, en 1890, il reconnaissait partager les conclusions du rapport Pauliat dénonçant les abus de l’administration en Algérie. Mais ce modéré est vite effrayé par la spirale des scandales : de l’Algérie au Panama en passant par les conventions de chemins de fer ; il s’efforce d’en diminuer l’impact comme président du Conseil (1892), ministre de l’Intérieur (1892-1893) et président du Sénat (1896- 1899). Aussi, bien qu’il soit à l’origine avec Ferry de la commission d’études sur l’Algérie, il contribue puissamment à sa mise en sommeil (1898). L’homme qui débarque à Alger incarne donc toutes les contradictions de la République coloniale. Il attend le dernier jour, à Guelma et à Bône, pour rappeler qu’il a « lu tous les rapports et entendu au Sénat les discours les plus importants [sur l’Algérie] », sans plus de précision car, conclut-il, « les malentendus [doivent se dissiper] […] comme un beau soleil succède actuellement à la pluie267 ».

Fig.32 –L'itinéraire présidentiel en Algérie et en Tunisie
Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903

Fig.32 –L'itinéraire présidentiel en Algérie et en TunisieSource : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903

87La programmation du voyage aide la délégation à ne surtout rien voir ni rien entendre des abus. L’itinéraire reproduit dans La Dépêche Coloniale Illustrée - au trait noir, épais et continu-est trompeur à cet égard.

  • 268 Ibid., 17. 04. 1903.
  • 269 Kateb Kamel, Européens, « indigènes » et Juifs en Algérie (1830- 1962), op. cit., p. 178.
  • 270 Ces communes rurales ne comptent plus que 2 %, 8 % et 11 % d’indigènes au recensement de 1902.
  • 271 La Dépêche Algérienne, 18. 04. 1903.
  • 272 16 095 habitants sont recensés dans la commune indigène de Yacouba en 1902 pour 5 426 km ².
  • 273 La Dépêche Algérienne, 18, 23 et 24. 04. 1903.
  • 274 Ibid., 25. 04. 1903.
  • 275 Ibid., 28. 04. 1903.

88Il paraît relier le centre, l’ouest et l’est de la colonie. C’est là un effet d’optique, comme la représentation des traversées en Méditerranée semble amarrer le Maghreb au port de Marseille et faire écho au discours convenu depuis les années 1870, repris par Loubet dès son arrivée, d’une Algérie « prolongement de la France268 ». En effet, le parcours présidentiel éloigne systématiquement les visiteurs des réalités coloniales. Sur les 24 demi-journées du séjour, seules 3 sont consacrées au bled où vivent plus de 80 % de la popu- lation (plus de 90 % des indigènes)269. Encore s’agit-il d’une incursion dans la banlieue agricole d’Alger avec la visite des villages d’El-Biar, Chéragas et Guyotville, c’est-à-dire là où la colonisation est la plus ancienne, la francisation des paysages et du peuplement la plus poussée270. Originaire de la vallée du Rhône, le président Loubet peut alors s’exclamer : « C’est aussi beau, aussi bien cultivé que les coteaux de l’Ermitage271. » La journée entière passée au Kreider donne également une idée biaisée de la vie rurale en Algérie. Ce poste militaire, reculé sur les hauts plateaux, se situe dans une commune presque aussi grande qu’un département métropolitain avec une densité inférieure à 3 habitants par kilomètre carré272. D’Alger à Oran, le train présidentiel file la nuit sans s’arrêter ; même chose au retour, entre Saïda et Blida, à l’exception de courtes haltes en gare de Perrégaux, Affreville, El-Affroun et Mouzaïaville273. Les liaisons Alger-Tizi-Ouzou, Constantine-Sétif, Constantine-Guelma et Guelma-Bône ont lieu de jour et permettent de traverser des campagnes plus densément peuplées. Mais il n’y a pas plus d’arrêts prévus et la ligne est toujours gardée, à intervalles réguliers, par un cavalier ou des piétons indigènes empêchant la population de trop s’approcher du train. Le conseiller général de Dellys peut faire part de ses regrets au président de la République : « Vous nous quitterez sans avoir vu notre belle Kabylie274. » Le convoi ne ralentit qu’une fois et plus à l’est, dans la vallée de la Seybouse, pour « contempler de beaux pâturages, des vignobles superbement entretenus et, spécialement, l’immense domaine […] appartenant à M. Bertagna [maire de Bône]275 ».

  • 276 L’Antijuif, 19. 03. 1903.
  • 277 La Dépêche Algérienne, 17. 04. 1903.
  • 278 Ibid., 20. 04. 1903.
  • 279 Ibid., 25. 04. 1903.
  • 280 Gil Blas, 24. 04. 1903.

89En ville, la surveillance est renforcée et les occasions d’approcher le cortège présidentiel des plus limitées. Les agents de la Sûreté grouillent le long du parcours, au milieu de la foule, dans les gares et sur les terrasses des cafés276. La moindre offense au chef de l’État est alors passible d’un internement pour les indigènes, d’une expulsion pour les étrangers et d’un an de prison pour les citoyens. C’est pourquoi les seuls cris séditieux entendus à Alger-Mustapha sont ceux, inoffensifs, proférés par des Européens : « Vive Révoil277 ! » Ils rendent hommage au gouverneur démissionnaire en visant davantage le chef du gouvernement retenu à Paris que le président de la République. Quant aux Algériens musulmans massés le long des rues, ils préfèrent généralement garder le silence. Ainsi à Tlemcen, « la foule des Arabes conservait son mutisme habituel, laissant parler pour elle la musique stridente278 ». À Tizi-Ouzou, le sous-préfet réquisitionne 6 000 indigènes, dans un rayon de 20 km, pour mieux accueillir le chef de l’État279. Le photographe officiel, Léon Bouët, se focalise sur les enfants, bien alignés, agitant des drapeaux tricolores. Le correspondant de Gil Blas - qui suit sans faire partie de la délégation officielle-note plutôt le « spectacle de milliers de Kabyles massés sur la vaste place de la mairie […], gardant un silence complet, [qui] avait quelque chose d’étrange280 ».

Fig.33 –L'accueil du président de la République à Tizi-Ouzou
(Coll. L. Bouët) Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903

Fig.33 –L'accueil du président de la République à Tizi-Ouzou(Coll. L. Bouët) Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903
  • 281 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 2, p. 923-934.
  • 282 La Dépêche Algérienne, 21. 04. 1903.
  • 283 Ibid., 19. 04. 1903.
  • 284 Ibid., 27. 04. 1903.

90Les seuls échanges directs du président avec la population indigène ont encore lieu avec des enfants ou des notables triés sur le volet. Il visite ainsi l’école professionnelle arabe-française de Tlemcen. L’établissement correspond au vou des Délégations financières de limiter l’instruction indigène à l’apprentissage, alors qu’à peine 4 % des enfants musulmans, en âge d’être scolarisés, le sont à cette date281. L’un d’eux s’avance au signal pour lire « un compliment dans lequel est exprimée la reconnaissance pour les bienfaits de l’instruction généreusement accordée par la France282 ». Les muftis, caïds ou cheikhs viennent également saluer le président, quand on les y invite et toujours en dernier. Pour ces auxiliaires de l’État colonial, l’occasion est unique de se faire remarquer dans l’espoir d’une médaille, d’un titre ou d’un revenu plus importants. Ainsi à Oran, plusieurs caïds sont reçus dans le grand salon de la préfecture mais après le défilé des consuls étrangers, de l’évêque catholique, du président du tribunal civil, du commandant divisionnaire, du maire de la ville et de son conseil, du président du consistoire israélite, du clergé musulman, des diverses corporations de juges, des officiers de la garnison, des membres de la chambre d’agriculture, des délégués financiers, des administrateurs du bureau de bienfaisance, de l’administrateur des chemins de fer de l’État, des membres du conseil de l’ordre des avocats, des maires et des administrateurs du département et du personnel de l’enseignement primaire. L’heure du déjeuner approche ; il faut faire vite : « L’entrée [des caïds] est un peu bruyante. Plusieurs se précipitent pour serrer la main de M. Loubet ; d’autres se livrent à d’énergiques gestes d’affection ; d’autres encore protestent de vive voix de leur affection et de leur attachement pour la France283. » La scène se répète-dans le même ordre-à Alger, Sidi-bel-Abbès, Tlemcen, Blida, Tizi-Ouzou, Constantine ou Sétif (où l’on « coupe court à ces démonstrations de respect en précipitant [le] défilé284 »).

  • 285 Le Progrès de l’Est (journal constantinois), 15. 03. 1903.
  • 286 La Dépêche Algérienne, 28. 04. 1903.
  • 287 Ibid.
  • 288 La loi sur les associations du 01. 07. 1901 contraint les congrégations religieuses à une autorisat (...)

91Dans ces conditions, la prévision de Clemenceau avant le voyage se vérifie aisément. Sénateur du Var depuis 1902, l’ancien opposant de Ferry conserve sa liberté de parole à l’égard du parti radical auquel il a refusé d’adhérer : « Qui va recevoir [Loubet en Algérie] je vous prie ? […] tous ceux qui commettent des abus de pouvoir et en vivent. Pensez-vous qu’ils vont se dénoncer eux-mêmes et que l’idée leur viendra d’admettre à l’audience du président ceux qui pourraient se plaindre ? Non285. » Son ami Thomson lui donne raison sans le vouloir, lors de la dernière étape à Bône car, pour le député de Constantine, l’absence de plainte est au contraire la preuve qu’il n’y a pas d’abus : « Les indigènes sont opprimés ? Mais s’il en était ainsi, s’ils souffrent véritablement, comment se fait-il donc qu’aucune plainte de leur part ne soit montée jusqu’[au président]286 ? » Émile Loubet valide aussitôt la version devant les journalistes : « J’ai été […], je ne dirai pas étonné, mais surpris que l’antagonisme qu’on me signalait entre les colons et les indigènes ne m’apparut pas. […] J’ai entendu des indigènes, entre autres au Kreider et les plus grands chefs, me faire des déclarations non seulement de loyalisme mais encore de dévouement absolu à la France en des termes qui m’ont profondément touché287. » Reste à connaître l’accueil réservé en métropole à cette mystification. Le gouvernement radical dispose toujours, à cette date, d’une majorité confortable à la Chambre : ce Bloc républicain de plus de 300 députés qui réunit une partie de la gauche modérée, l’ensemble des radicaux et des socialistes. Alors que la vie politique s’organise, les relais dans les comités provinciaux et la presse militante ne lui font pas défaut. Mais son action anticongréganiste commence à lui aliéner des soutiens sur sa droite288. C’est pourquoi le voyage présidentiel presse, au printemps 1903, pour s’assurer une bonne couverture. Le parti radical contrôle mal les grands quotidiens parisiens, plutôt situés au centre de l’échiquier politique. Cela pourrait expliquer la surexposition des républicains modérés au cours du voyage : Loubet, Fallières, Étienne (à la place de Bourgeois), Delcassé, Maruéjouls (ancien collaborateur du Temps). Le seul ministre radical du voyage, Camille Pelletan, est souvent relégué en fin de cortège.

  • 289 L’Indépendant de Constantine du 10. 03. 1903 donne la liste des journalistes habilités à suivre le (...)
  • 290 Albert Pierre, « La presse française de 1871 à 1940 », op. cit., p. 294-405.
  • 291 Estimation à partir des indications de tirage au début des années 1900 (cf. Albert Pierre, « La pre (...)

92La trentaine de journalistes autorisés à suivre le chef de l’État illustrent aussi ces préoccupations. Ont été conviés : a) les quotidiens de référence (Le Temps, Le Journal des Débats, Le Figaro) et les quatre grands de l’époque (Le Petit Journal, Le Petit Parisien, Le Journal, Le Matin) dont l’appui est indispensable sans être totalement garanti ; b) les grands quotidiens méridionaux, porte-paroles du radicalisme (La Dépêche de Toulouse, Lyon Républicain) ou obligés de compter avec lui sur ses terres (La Petite Gironde, Le Progrès de Lyon) ; c) une presse parisienne à faible ou moyen tirage, supportrice du Bloc républicain (La Petite République, La Lanterne, Le Rappel, Le Siècle, La République française) ou, à défaut, de la « grandeur nationale » outre-mer (L’Éclair, La Presse, La Patrie) ; d) enfin des professionnels de l’image pour valoriser la geste présidentielle, les revues militaires et prendre ce qu’il faut de clichés exotiques (L’Illustration, La Vie Illustrée, des photographes, les cinématographes Gaumont, Pottié et Chaudon)289. Le gouvernement anticlérical s’abstient évidemment de convier la presse catholique, qu’elle soit monarchiste (La Gazette de France, Le Soleil, Le Gaulois), bonapartiste (L’Autorité), nationaliste (L’Écho de Paris, La Libre Parole) ou favorable au ralliement (La Croix) 290290. La force médiatique qui se déplace en Algérie n’en est pas moins impressionnante, capable de toucher tous les publics, partout en France : elle représente plus de 80 % du marché de la presse écrite et distribue ses 3,5 millions d’exemplaires jusque dans les campagnes291.

  • 292 La Dépêche Algérienne, 23. 04. 1903.
  • 293 Ibid., 18. 04. 1903.
  • 294 Ibid., 23. 04. 1903.
  • 295 Ibid., 24. 04. 1903.
  • 296 Ibid.
  • 297 La Dépêche Algérienne, 28. 04. 1903.
  • 298 Le Temps, 26. 05. 1887.
  • 299 Ibid., 10. 02. 1903.
  • 300 Ibid., 29. 04. 1903.
  • 301 La Dépêche Algérienne, 19 et 28. 04. 1903.

93Or ces envoyés spéciaux sont les obligés du chef de l’État. À plusieurs reprises au cours du voyage, celui-ci rappelle la mission patriotique qui leur a été assignée : « Les membres de la presse ont un rôle important […] en faisant aimer et apprécier l’Algérie, en éclairant la métropole qui en a quelquefois besoin292. » Redorer l’image de la colonie est également le leitmotiv des élus locaux qui s’efforcent d’assurer aux reporters confort et divertissements. Pour mieux canaliser leur curiosité, leurs déplacements sont réglés sur le programme surchargé du président et parfaitement encadrés. Quand Loubet visite les collines du Sahel en calèche, ils suivent dans 3 breaks, guidés par le chef du service de la colonisation qui, « très documenté, donne à chacun des indications sur les régions traversées293 ». De même, « tous doivent être à la gare lorsque le président arrive et [à Saïda] le départ était fixé à 6 heures précises294 ». Jusqu’à l’étape suivante, les journalistes perçoivent l’Algérie depuis les wagons qui leur ont été réservés. Une halte est toujours trop courte pour s’aventurer dans le bled, d’autant plus que toute l’attention est captée par l’allocution de bienvenue de l’élu local, sur les trottoirs de la gare, et par la réponse convenue du chef de l’État. Le convoi présidentiel passe ainsi à proximité du centre de Margueritte « qui a un gros succès auprès des membres métropolitains de la caravane295 ». N’est-ce pas l’opportunité de refaire le procès de Montpellier en enquêtant soi-même sur les origines du massacre ? Impossible : le train s’arrête « seulement 2 minutes à Adelia dont la gare est toute fleurie ; […] le président ne descend pas de son wagon […] [et] on aperçoit dans le lointain le village de Margueritte296 ». Cet encadrement et ces longs moments de transport finissent par lasser. L’impolitesse d’un employé des chemins de fer met le feu aux poudres à Constantine, le dernier jour. « Nos confrères, regrette le correspondant de La Dépêche algérienne, n’avaient pas besoin de ce surcroît d’excitations. Ils avaient été effectivement fort éprouvés la veille, lors du voyage de Sétif [10 heures de trajet aller-retour pour écouter les mêmes discours à la sous-préfecture], […] surmenés par une excursion dont ils ne s’expliquaient pas l’utilité. » Ils peuvent alors retrouver l’esprit critique, un instant, en criant sur les quais de la gare : « À bas la garantie d’intérêts297 ! » Cette anicroche mise à part, l’opération de séduction réussit pleinement. Ouvrons le journal Le Temps, le plus attentif à la condition autochtone depuis les années 1880, même si ses critiques libérales ne remettent jamais en cause le principe de domination. Ses envoyés spéciaux ont démontré par le passé qu’ils savaient s’écarter d’une caravane officielle pour mieux écouter « de la bouche même des indigènes quel était leur sort et quels étaient leurs sentiments298 » (1887). Au lendemain du procès de Montpellier (février 1903), le quotidien estime encore que « l’installation d’une colonie française en Algérie ne peut pas se faire sans souffrance pour les indigènes […] l’humanité nous fait un devoir impérieux de limiter ces souffrances299 ». Le voyage présidentiel provoque pourtant un changement de ligne éditoriale assez radical. Le quotidien applaudit désormais à la « pacification » des esprits car « un trop grand nombre de journaux métropolitains, ressassant de vieilles banalités, avaient représenté les colons en masse comme d’affreux exploiteurs et les indigènes en masse comme d’affreux exploités. Ces généralisations, si offensantes pour les braves gens qui reconquièrent une seconde fois sur la nature sauvage, au prix d’un labeur acharné, ce sol conquis une première fois sur la barbarie par nos soldats, ont été de tous temps injustes300 ». C’est la reproduction exacte du discours des élus locaux, entendu des dizaines de fois au cours de la visite. Le même revirement se produit dans la plupart des quotidiens parisiens ou provinciaux et provoque même, avant la fin du voyage présidentiel, dans les rues d’Oran ou de Bône, des : « Vive la presse parisienne301 ! » assez inattendus quelques jours plus tôt.

  • 302 Le Gaulois, Gil Blas ou Le Français du 18. 04. 1903 ; La Patrie ou Le Temps du 19. 04. 1903 ; L’Écl (...)
  • 303 Le Journal des Débats, 16. 04. 1903.
  • 304 La Dépêche Algérienne, 24. 04. 1903.

94Certes, d’une manière générale, la couverture d’un voyage officiel prête moins le flanc à la critique que celle d’une commission d’enquête. Mais, surtout, les abus en Algérie ne sont plus un sujet prioritaire au moment où les passions religieuses sont ravivées en métropole. L’esprit critique est interdit à l’heure des grandes manouvres diplomatiques au sujet du Maroc et la presse d’opposition, non conviée, s’affranchit difficilement du cadre hexagonal. Quand à Oran, le président Loubet condamne les déportations d’opposants en Algérie sous le Second Empire (« Ah ! Ne proscrivons jamais ! »), le parallèle avec la politique anticongréganiste de Combes occupe tous les commentaires pendant 2 à 3 jours302. Les envoyés spéciaux sont également séduits par le spectacle qui leur est offert et semblent incapables de regarder au-delà. Ils tombent ainsi sous « le charme d’Alger303 », impressionnés par les coups de canon dans la rade, les illuminations, la foule agitant des drapeaux et acclamant le président. La longue parenthèse dans le Sud-Oranais suffit à combler leur curiosité. À défaut de rencontres significatives, n’offret-elle pas tout le dépaysement et tout l’exotisme recherchés ? Au Kreider, les photographes « font rage avec leurs appareils de toute dimension » pour immortaliser une fantasia, la danse du ventre, une chasse au faucon et la « somptueuse diffa […] qui ravit les Parisiens du cortège304 ».

  • 305 Gil Blas, 01. 04. 1903.

95Le voyage du président Loubet n’a cependant rien d’anecdotique. Sa mise en scène clôt une décennie de « scandales algériens » en décourageant la dénonciation locale et en détournant l’attention de la presse métropolitaine. Dans Gil Blas, un chansonnier peut bien se moquer du chef de l’État sur l’air du Cadet Roussel : « Il n’aura vu dans son voyage/Que des poires et du fromage/Ah ! Ah ! C’est épatant/Que c’est gai d’être président305 ! » Ces vers sous-estiment la volonté politique à ne rien voir de l’Algérie, partagée par Loubet, le gouvernement, le Parlement et les élus locaux. Ils donnent aussi l’illusion de l’indépendance de la presse, soucieuse de satisfaire avant tout un public et des commanditaires de plus en plus attachés à l’empire.

  • 306 Mélia Jean, Le Triste sort des indigènes musulmans d’Algérie, Paris, Mercure de France, 1935, p. 12 (...)

96Les républicains de gouvernement ont ainsi conscience du fossé béant entre les principes de 1789 et la domination coloniale. Les « scandales algériens » le rappellent en permanence à l’opinion métropolitaine dans les années 1890. Mais, pressée par des adversaires redoutables et par la décomposition de l’État colonial, la « défense républicaine » s’attache prioritairement à réduire la visibilité de l’abus en Algérie. Le pacte de silence conclu entre le pouvoir central et les élus locaux renforce les liens clientélistes en Algérie et entre les deux rives de la Méditerranée : les ressources publiques sont encore augmentées, la capacité locale à les distribuer renforcée et l’impunité garantie à nouveau. En contrepartie, la dénonciation endogène cesse-de gré ou de force-et les marques d’attachement au régime républicain se font plus bruyantes. Cette cohésion retrouvée au sein de l’appareil d’État contribue à éloigner l’Algérie des débats publics et des enquêtes journalistiques de métropole. En 1935, un ancien chef de cabinet du GGA peut dénoncer les « millions » dépensés en fonds de publicité qui « ont perverti la presse, et […] fait croire au peuple français tout le contraire de ce qui se passe dans ses domaines d’outre-mer. Sénateurs et députés ne tournent leur attention sur nos colonies qu’à la suite d’un scandale ou de graves complications306 ». Ces moments privilégiés sont beaucoup plus espacés dans le cas algérien et l’affaire de l’Ouenza (1908-1913) montre surtout l’ampleur du décalage entre les métropolitains et la réalité coloniale.

Notes

1 L’inéligibilité n’affecte que les maires ou les adjoints révoqués pendant un an, « à moins qu’il ne soit procédé auparavant au renouvellement général des conseils municipaux » (art. 86 de la loi du 04. 05. 1884).

2 Le maire Coutures, élu en 1896 grâce au vote juif, démissionne en janvier 1897, excédé par la campagne de presse antisémite. Aux élections anticipées de mars 1897, la liste de Giraud arrive en tête avec l’apport des voix juives qu’il refuse publiquement en se désistant au2e tour. Il laisse ainsi le champ libre à la liste antijuive de Gobert, élu maire de la ville. Cf. Dermenjian Genevièvre, La Crise antijuive oranaise (1895-1905), op. cit., p. 69-74.

3 CAOM, F8 0/1685, mémoire des services du GGA sur les troubles en Oranie, 31. 05. 1897.

4 Y compris dans le plus modéré des quotidiens, L’Écho d’Oran, du 18. 05. 1897.

5 CAOM, F80/1685, mémoire des services du GGA sur les troubles en Oranie, 31. 05. 1897.

6 Ibid., dépêche au journal du 21. 05. 1897.

7 Ibid., mémoire des services du GGA sur les troubles en Oranie, 31. 05. 1897.

8 Ibid. ; CAOM, F80/1685, dépêche du correspondant Montbrun au journal Le Temps du 24. 05. 1897 et dépêches du procureur général d’Alger au garde des Sceaux des 25. 05 et 08. 06. 1897 ; CANA, CA1/V/4, Carte des voies de communication du département d’Oran, 1/400 000e, 1902.

9 GGA, Tableau général des communes de l’Algérie, op. cit., 1897.

10 Guérin Jules, Les Trafiquants de l’antisémitisme : la maison Drumont& Cie, Alger, Juven, 1905, p. 107-108.

11 Joly Bertrand, « La Ligue antisémitique de Jules Guérin », in L’Affaire Drefus, op. cit., p. 403-413.

12 Près de 40 000 F auraient été envoyés en Algérie par la Ligue parisienne « en salaires, appointements, secours ou dons de diverse nature » pour la période 1898-1902. Cf. Guérin Jules, Les Trafiquants de l’antisémitisme : la maison Drumont& Cie, op. cit., p. 129.

13 CAOM, 7G10, « Notes sur les troubles antisémitiques d’Alger du 18 au 26 janv. 1898 », s. d.

14 Son célèbre « J’accuse ! » est publié dans L’Aurore du 13. 01. 1898.

15 CAOM, 7G10, rapport du 22. 01. 1898.

16 Ibid., témoignage cité dans une note du commissaire central d’Alger du 01. 02. 1898.

17 JO, séance à la Chambre, 19. 02. 1898.

18 CAOM, F80/1686, dépêches Havas, 24 et 26. 01. 1898, dépêche du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 27. 01. 1898, dépêche du procureur général d’Alger au garde des Sceaux, 28. 01. 1898, mémoire des services du GGA de fév. 1898.

19 CAOM, F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05. 1900.

20 Nouveau nom donné à la Ligue antisémitique pour singer l’ordre maçonnique du Grand Orient de France, dreyfusard.

21 CAOM, F80/1720, article du Petit Bleu, journal républicain d’Alger, 07. 05. 1900 ; CAOM, F53, rapport du commissaire spécial à la Sûreté au préfet d’Alger, 06. 02. 1902.

22 CAOM, F80/1685, rapport du procureur d’Oran au procureur général d’Alger, 20. 06. 1897.

23 Ibid.

24 Ibid., dépêche au gouverneur, 23. 05. 1897.

25 JO, séance à la Chambre, 19. 02. 1898, témoignage du gouverneur Lépine.

26 CAOM, 7G10, « Notes sur les troubles antisémitiques d’Alger du 18 au 26 janv. 1898 », s. d.

27 Serman William, « L’armée française », in L’Affaire Dreyfus, op. cit., p. 309-315.

28 CAOM, F80/1685, dépêche du 22. 05. 1897.

29 Dans ce département, à cette date, les 3/4 des effectifs militaires sont stationnés à la frontière marocaine. La garnison d’Oran ne compte que 2 bataillons de zouaves et un escadron de chasseurs (CAOM, F80/1685, dépêche du préfet d’Oran au gouverneur, 25. 05. 1897).

30 CAOM, F80/1685, rapport au ministre de l’Intérieur, 03. 02. 1898

31 Un manifestant est poignardé à Alger, le 23. 01. 1898 ; un voyageur juif bastonné, le 25. Les deux meurent de leurs blessures. Cf. CAOM, 7G10, « Notes sur les troubles antisémitiques d’Alger du 18 au 26 janv. 1898 », s. d.

32 CAOM, F80/1685, mémoire des services du GGA sur les troubles en Oranie, 31. 05. 1897.

33 CAOM, 7G10, témoignage de la victime, repris dans un rapport du commissaire de police de Boufarik au gouverneur, 31. 01. 1898.

34 CAOM, F80/1686, dépêche de M. Moha à M. Bernheim, 26. 01. 1898.

35 Ibid., dépêche au Petit Parisien du 01. 02. 1898 ; Le Temps, 05. 02. 1898.

36 En particulier des fabricants de tabacs, de la Société générale des transporteurs et de diverses maisons de commerce (ibid., dépêche de M. Honel du consistoire d’Alger au consistoire central à Paris, 26. 01. 1898, dépêche du correspondant du Petit Journal, 01. 02. 1898, dépêche de M. Lebkar à un membre de sa famille à Paris, 01. 02. 1898).

37 Le Temps, 20. 09. 1898.

38 CAOM, F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05. 1900.

39 CHAN, C/5366, résultats des législatives en Algérie, 1898. Cette circonscription ne comprend que des communes de plein exercice. Dans l’analyse des autres résultats, nous ne retenons que ce type decommunes parce qu’elles sont les seules à avoir un nombre significatif d’électeurs français.

40 Le vote antijuif reste ainsi minoritaire dans la plupart des communes de Kabylie, dans celles des massifs telliens ou des hauts plateaux. Mais, dans son fief tellien, Mauguin ne garde la majorité qu’à Blida, Chebli, El-Affroun, Ameur-el-Aïn, Téfeschoun et Tipaza. Cf. CHAN, C/5366, résultats des législatives dans le département d’Alger, 1898.

41 Son rival, Paul Cuttoli, l’emporte ainsi à Aïn-Beida, Batna, Lambèse, Biskra, Sétif (fief du D r Aubry, adversaire de Morinaud), Bouïra, Bordj-bou-Arréridj, Akbou. Dans le Constantinois, 5 communes sur 20 seulement résistent à Morinaud (Hamma, Bizot, Sidi-Mérouane, Oued-Seguin et Aïn-Abid).

42 CAOM, F80/1686, « Rapport fait au nom de la commission chargée de procéder à une enquête sur les opérations électorales de la 2 e circonscription de Constantine (Algérie) », 1899.

43 Le D r Mauran, candidat antijuif, l’emporte par exemple à Mostaganem et Pélissier, mais dans aucune autre des 16 communes qui entourent le chef-lieu d’arrondissement. Étienne triomphe également dans les arrondissements plus isolés de Tlemcen ou de Mascara. Cf. CHAN, C/5366, résultats des législatives en Algérie, 1898.

44 Nous l’avions déjà noté pour la diffusion des troubles.

45 Cette explication pourrait être valable dans la vallée du Chéliff ou sur le plateau de Constantine mais pas en Kabylie. Cf. Peyerimhoff Henri (de), La colonisation officielle de 1871 à 1895, op. cit., p. 125-138.

46 Cette explication serait pertinente dans la région de Sidi-bel-Abbès mais pas dans celle de Bône. Cf. Jordi Jean-Jacques, Les Espagnols en Oranie, 1830-1914, op. cit. ; Crespo Gérard, Les Italiens en Algérie, 1830-1960, op. cit.

47 CHAN, C/7204, résultats des législatives en Algérie, 1902. Les antijuifs renoncent à présenter un candidat face à Étienne dans la 2 e circonscription d’Oran. Les 58 communes sont donc les suivantes (d’ouest en est) : Aïn-Khial, Aïn-Temouchent, Chabet-el-Leham, Er- Rahel, Lourmel, El-Ançor, Bou-Sfer, Misserghin, Aïn-el-Turk, Mers-el- Kébir, Oran, Assi-bou-Nif, Assi-Ameur, Mangin, Sainte-Barbe-du-Tlélat (département d’Oran) ; Oued-Fodda, Affreville, Aïn-Sultan, Ameur-el-Aïn, El-Affroun, Mouzaïaville, Chiffa, Oued-el-Alleug, Blida, Souma, Bouïnan, Arba, El-Biar, Mustapha, Birmandreis, Kouba, Hussein-Dey, Maison-Carrée, Maison-Blanche (département d’Alger) ; Bougie, El-Kseur, Djidjelli, Strasbourg, Chekfa, Aïn-Tagrout, Zeraïa, Mila, Aïn-Tinn, Aïn-Kerma, Rouffach, Hamma, Constantine, Condé-Smendou, Le Khroub, Ouled-Rahmoun, Oued-Zenati, Rénier, Clauzel, Millésimo, Enchir-Saïd, Duzerville, Randon, Barral (département de Constantine).

48 L’analyse qui suit se nourrit des indications fournies dans le Dictionnaire des communes de l’Algérie, op. cit. L’échantillon de 58 communes est ainsi marqué par la culture de la vigne, des arbres fruitiers, des primeurs, par l’exploitation de l’alfa ou du chêne-liège (activités qui exigent une main-d’œuvre abondante, indigène mais aussi européenne). On y retrouve également de nombreuses mines ou carrières de fer, zinc, sel gemme, phosphates, lignite ou pierres à bâtir avec une main-d’œuvre plus souvent européenne qu’indigène. Plusieurs de ces communes sont équipées de gares, un attribut assez rare en Algérie et qui exige un personnel plus nombreux qu’aujourd’hui (généralement français). Enfin, situées en périphérie des principales agglomérations, elles concentrent les activités de transformation des produits agricoles et du bâtiment (minoteries, moulins à huile, distilleries, fabriques de tabac, usines à liège, abattoirs, entreprises de salaisons, cimenteries, briqueteries, tuileries.).

49 CAOM, F80/1838, rapport au préfet d’Oran, 08. 06. 1897.

50 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 129 et 299.

51 CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport d’un agent de la Sûreté, 06. 07. 1898.

52 CAOM, F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05. 1900.

53 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 332.

54 CAOM, F80/1720, dépêche au ministre de l’Intérieur, 08. 05. 1900.

55 Titre du Radical Algérien du 04. 01. 1901. Ce journal soutient la liste républicaine victorieuse (Altairac) contre deux listes antijuives concurrentes (Antonini et Voinot).

56 Le Signal, 03. 07. 1901.

57 Drumont et Marchal, battus par Colin et Begey dans le département d’Alger ; Morinaud et Rasteil, battus par Aubry et Thomson dans celui de Constantine ; Gieure et Giraud, battus par Trouin dans la 1 re circonscription d’Oran (aucun candidat n’osant se présenter contre Étienne dans la 2 e). Cf. CHAN, C/7204, résultats des élections législatives en Algérie, 1902.

58 La franc-maçonnerie, la Ligue des droits de l’homme, les sociétés laïques, les universités populaires et les premiers partis politiques (le parti radical, l’alliance républicaine démocratique) contribuent largement à la victoire du Bloc républicain sur les nationalistes, la droite modérée et les socialistes aux législatives de 1902. Cf. Rebérioux Ma- ddeleineldeleineindeleine, La France radicale ? 1898-1914, Paris, Éditions du Seuil, 1975, p. 42-82.

59 CAOM, 7G10, fiche de renseignement des services du GGA, s. d.

60 Ibid.

61 Ibid.

62 CHAN, F7/16001/1, rapport du 09. 01. 1899.

63 Ibid., compilation du dossier Max Régis.

64 Drault Jean, Drumont, La France juive et La Libre Parole, op. cit., p. 259.

65 Guiral Pierre et Thuillier Guy, La Vie quotidienne des députés en France de 1871 à 1914, op. cit., p. 87. Fils de militaire devenu journaliste, Thomson habitait avant 1874 un « misérable logis » à Paris au 24, rue La Bruyère (9e arrondissement) avec 150 F de salaire mensuel (La Libre Parole, 27. 10. 1895). De même, Étienne n’est-il qu’un simple employé des Messageries maritimes en 1869. C’est leur rencontre avec Gambetta qui les lance en politique dans les années 1870. Cf. Binoche Jacques et Montoy Louis-Pierre, « Les parlementaires d’Algérie sous la III e République, 1871-1940 », op. cit., p. 51 et 132.

66 CHAN, F7/16001/1, rapport de la Sûreté du 09. 01. 1899.

67 Ibid., 14. 11. 1901. L’officier rapporteur reproduit ici les propos de Louis Régis (frère de Max), entendus à Marseille deux mois après la rupture avec Louis-Marie Lionne.

68 CAOM, F80/1742, notice de renseignement des services de Sûreté du GGA, 24. 01. 1903.

69 Mazon, Les Larrons de l’antisémitisme et la révolution étrangère en Algérie par un vieux colon, Mustapha, Imprimerie Macon, p. 2-3 ; CAOM, F47, rapport du commissaire spécial à la Sûreté au préfet d’Alger, 12. 08. 1901 ; CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapports de la Sûreté, 15. 01 et 23 et 28. 02. 1901 ; CAOM, F80/1720, dépêche de Max Régis à M. Falca (chargé de faire imprimer L’Antijuif), 16. 11. 1901.

70 CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport du 09. 01. 1899.

71 Journal de l’Ouest, 19. 03. 1898.

72 Il atteint l’âge légal de 25 ans en juin 1898, un mois après les élections. Drumont aurait-il promis à Régis de lui céder son siège ? Le bruit circule. Cf. CHAN, F7/15951/2, dossier Édouard Drumont, note de la Sûreté du 10. 01. 1899.

73 Le franc-maçon Morinaud doit ainsi se défendre, en sept. 1898, devant les membres de sa loge « d’avoir favorisé l’élection à Alger du profane Drumont, anti-franc-maçon, antirépublicain et notoirement clérical ». Le directeur de La Libre Parole est seulement remercié pour avoir « énergiquement soutenu de son influence et de sa plume […] [la] lutte contre les prévaricateurs ». Cf. Rés. /FM2/134, brochure publiée par la loge constantinoise Union et Progrès et intitulée : « Jugement du Fr. Chev. R. C. Morinaud », 1899.

74 En sept. 1901, Édouard Dubuc, conseiller municipal de Paris, ancien chef de la Jeunesse antisémitique de France et président du comité national antijuif, essaie d’organiser à Alger un parti national antisémite. Il aurait échoué face au refus de Max Régis de se laisser inféoder. Cf. CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport de la Sûreté du 28. 09. 1901.

75 Il précise dans son testament politique le « programme nouveau » nécessaire aux antijuifs selon lui : « Je n’ose en parler sans craindre de heurter les préjugés patriotiques de quelques chauvins : c’est le programme dont le but serait l’autonomie politique et économique de l’Algérie. » Cf. Régis Max, Pourquoi je me retire de la vie politique, Alger, Imprimerie Crescenzo, 1903, p. 11.

76 Le gouvernement Waldeck-Rousseau décide de faire arrêter les principaux meneurs nationalistes, le 12 août 1899, pour éviter une émeute à Paris dans le contexte du second procès Dreyfus. Guérin et ses ligueurs s’enferment alors au siège du Grand Occident de France, rue de Chabrol à Paris, soutenant jusqu’au 20 septembre un siège rocambolesque, levé sans résistance au lendemain du verdict de Rennes. Cf. Le Texier Robert, Le Fol été du fort Chabrol, Paris, France-Empire, 1990.

77 Petit Bleu, 07. 05. 1900.

78 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 291.

79 Ibid., p. 324 et 333-336.

80 Ibid., p. 367-368.

81 En 1876, l’administration recense officiellement 2 462 900 indigènes et 344 700 citoyens français et étrangers européens ; ils sont respectivement 4 711 300 et 752 000 en 1911. Cf. Kateb Kamel, Européens, « indigènes » et Juifs en Algérie (1830-1962), op. cit., p. 120-121 et 187.

82 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 1, p. 228-247, 552-553, t. 2, p. 644-650.

83 FO, 27/3137, rapport au Foreign Office, 24. 11. 1893.

84 Propos du député antijuif d’Oran, Firmin Faure, dans une réunion au Grand Occident de France à Paris, repris par La Libre Parole du 09. 07. 1899.

85 Quartier arabe qui jouxte les quartiers juifs, au sud de la ville, sur les hauteurs.

86 CAOM, F80/1685, mémoire des services du GGA, 31. 05. 1897.

87 Ibid., mémoire du préfet d’Alger au ministre de l’Intérieur, 17. 10. 1897.

88 Ibid., « Historique des troubles d’Alger », mémoire du 02. 02. 1898.

89 Le correspondant du Temps rappelle dans l’édition du 05. 02. 1898 que « la famine est aux portes d’Alger, menaçante pour les Arabes surexcités par le ramadan ».

90 Le préfet d’Alger est ainsi embarrassé en oct. 1897 par la perspective de manifestations mêlant des citoyens, des étrangers et des indigènes : « Si l’on veut bien considérer que la répression, en cas de désordres, est, par sa nature même, uniforme, on verra à quel point elle peut heurter, dans certains cas, le sentiment des Français, j’en conviens, mais aussi combien il est nécessaire qu’elle atteigne efficacement, au milieu d’eux, les indigènes et les étrangers. » (CAOM, F80/1685, mémoire au ministre de l’Intérieur, 17. 10. 1897).

91 Si les condamnations pour « bris de clôture » et « vol » s’échelonnent de quelques mois à 2 ans de prison maximum pour les pillards européens (de janvier à avril), elles aboutissent à des expulsions d’étrangers et à des peines de 5 ans de prison pour les indigènes (CAOM, F80/1686, dépêches d’Havas, 25 et 26. 01. 1898 ; dépêche du gouverneur aux ministres de l’Intérieur et de la Justice, 12. 06. 1898).

92 L’Écho de Paris et Le Petit Parisien du 24. 01. 1898 ; CAOM, F80/1686, dépêche de l’agence algéroise à l’agence parisienne d’Havas.

93 FO, 27/3428, rapport du consul au Foreign Office, 26. 01. 1898.

94 CAOM, F80/1686, « Rapport fait au nom de la commission chargée de procéder à une enquête sur les opérations électorales de la 2 e circonscription de Constantine (Algérie) », 1899.

95 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919,op. cit., t. 1, p. 606.

96 JO, séance à la Chambre, 24. 05. 1901.

97 Du 6 au 23. 04. 1901, les violences de rue redoublent à Alger à l’occasion de la visite du député Drumont à Alger qui coïncide avec l’arrivée du gouverneur Jonnart. Comme d’habitude depuis 1898, la police municipale laisse faire ; les blessés et les dégâts matériels sont nombreux. Cf. CANA, IBA/1856, rapport du procureur général d’Alger au garde des Sceaux, 23. 03. 1901 ; JO, séance à la Chambre, 14. 06. 1901.

98 JO, séance à la Chambre, 14. 06. 1901.

99 Le 26. 04. 1901 tombe un vendredi. Les Européens refusant d’abjurer leur foi sont tués mais ni l’administrateur d’Hammam-Righa, ni l’administrateur-adjoint ni l’adjoint spécial du centre de Margueritte, qui acceptent tous de se convertir. Les chefs du soulèvement, affiliés à des confréries, avaient prémédité leur geste en se réunissant à plusieurs reprises, les jours précédents. Mais d’autres sources de ressentiment ont pu rendre particulièrement efficace la prédication meurtrière. Sur un total de 15 000 hectares reconnus au douar en 1868, près de 5 000 ont été soumis au régime forestier, c’est-à-dire exclus du pâturage, sous peine de procès-verbaux (particulièrement nombreux ici, semble-t-il). La création du centre européen de Margueritte en 1882 et la constitution d’un grand domaine privé (par le moyen légal des licitations) enlèvent encore 2 600 hectares aux habitants du douar. Restent moins de 000 hectares pour 3 200 individus recensés en 1897. « Si je suis bien renseigné, ajoute le député Albin Rozet en 1901, n’était-il pas également question d’agrandir pour la 3e fois le village de Margueritte enprenant des terres sur les 6 000 ou 7 000 ha dont je viens de parler ? » Cf. AGERON Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 1, p. 606 et t. 2, p. 967 ; JO, séance à la Chambre, 31. 05. 1901.

100 JO, séance à la Chambre, 24. 05. 1901.

101 Ibid., 14. 06. 1901. Le projet de loi sur les associations, combattu par l’opposition de droite, 15 jours plus tard, ne recueille en comparaison que 305 voix contre 225.

102 Zeldin Theodore, Histoire des passions françaises, 1848-1945, Paris, Éditions du Seuil, 1980 (1re éd. 1978).

103 Grévy Jérôme, La République des opportunistes, 1870-1885, op. cit., p. 42-45, 71-74.

104 Art. 24 et 26 de la loi sur la liberté de presse du 29. 07. 1881, renvoyant aux articles 75-101 du Code pénal de 1810 traitant des crimes et des délits contre la sûreté de l’État.

105 Les fameuses « lois scélérates » des 12. 12. 1893 et 28. 07. 1894.

106 Bulletin de la Société de géographie d’Alger et de l’Afrique du Nord, 2e trim., 1898, p. 138-140.

107 La Libre Parole, 27. 07. 1898.

108 Diego GarcÍa Emilio (de), Weyler, de la leyenda a la Historia, Madrid, Fundación Cánovas del Castillo, 1998.

109 La Lanterne Algérienne, journal républicain progressiste, 21. 07. 1898.

110 CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport de la Sûreté, 23 et 29. 12. 1898.

111 Ibid.

112 JO, séance à la Chambre, 26. 05. 1899.

113 L’Algérie française est « l’ennemie acharnée du gouvernement actuel […], bien que républicaine », concède Max Régis en 1900, tout juste réélu maire d’Alger (CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport de la Sûreté, 31. 05. 1900). Dans un meeting, à la veille des législatives de 1902, Édouard Drumont préfère également appeler à « l’union de tous dans l’amour de la République et de la France » (La Libre Parole, 02. 02. 1902).

114 CAOM, F80/1720, adresses télégraphiées d’une trentaine de municipalités du 20. 05 au 23. 06. 1900.

115 Ibid., rapport du commissaire Leproust au préfet de police, 22. 09. 1900.

116 Le Figaro, 23. 09. 1900.

117 Régis Max, Pourquoi je me retire de la vie politique, op. cit., p. 11.

118 Discours reproduit dans le journal républicain modéré, Le Siècle, du 31. 01. 1898.

119 « Il n’y a pas d’affaire Dreyfus. Il n’y a pas en ce moment, il ne peut y avoir d’affaire Dreyfus », déclare encore le président du Conseil à la Chambre, le 04. 12. 1897, après les premiers articles dreyfusards d’Émile Zola dans Le Figaro.

120 Bouveresse Jacques, Les Délégations financières algériennes, op. cit., t. 1, p. 33-56.

121 Ibid., t. 1, p. 472-473.

122 Décret du 23. 08. 1898, art. 3.

123 Sur les 60 000 électeurs français aux Délégations financières de 1905, les 15 000 du collège « colon » élisent 24 délégués, soit autant que les 45 000 du collège « non-colon ». Cf. Bouveresse Jacques, Les Délégations financières algériennes, op. cit., t. 1, p. 65.

124 57 178 Français inscrits en 1898 contre 89 674 sur les listes municipales. Cf. Larcher Émile, Traité élémentaire de législation algérienne, op. cit., t. 1, p. 313.

125 Cité par Jacques Bouveresse, in Les Délégations financières algériennes, op. cit., t. 1, p. 70.

126 Ibid., p. 84.

127 Décret du 23. 08. 1898, art. 5.

128 JO, séance à la Chambre, 22. 02. 1904.

129 Cité par Jacques Bouveresse, in Les Délégations financières algériennes, op. cit., t. 1, p. 477.

130 Larcher Émile, Traité élémentaire de législation algérienne, op. cit., t. 1, p. 375. Cette tendance se développe, bien que l’initiative des dépenses de personnel appartienne au seul gouverneur pour éviter « les surenchères électorales » que prévoyait le rapporteur du projet d’autonomie budgétaire, André Berthelot, en juin 1900 (ibid., t. 1, p. 344).

131 Ibid., t. 1, p. 374.

132 Calcul à partir du tableau des dépenses (1911), reproduit par Émile Larcher (ibid., t. 1, p. 378-393).

133 JO, séance à la Chambre, 18. 02. 1910.

134 Nous parvenons au chiffre de 24 millions à partir du même tableau (colonne des recettes en 1911), en additionnant : 8,4 millions d’« impôts arabes » + 1 million de contributions à la propriété bâtie et aux patentes (correspondant à 19 % du total selon le rapport du sénateur Doumergue de 1912, cité par Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 2, p. 734) + 14,8 millions d’impôts indirects (26 % du total selon le même rapport).

135 Oualid William, « La fortune mobilière de l’Algérie », op. cit., p. 51.

136 Calcul à partir du tableau des dépenses de 1911, reproduit par Émile Larcher (in Traité élémentaire de législation algérienne, op. cit., t. 1, p. 378-393).

137 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 347.

138 Ibid., p. 351.

139 Ibid., p. 288.

140 Il ne consacre pas la moindre ligne à l’Algérie en racontant son 1 er passage au ministère des Finances (1899-1902). Cf. Caillaux Joseph, Mes Mémoires, op. cit., t. 1, p. 187-196.

141 Art. 43 et 86 de la loi municipale du 05. 04. 1884. La suspension de 3 mois est décidée par arrêté ministériel ; la révocation d’élus ou la dissolution de conseils municipaux nécessitent un décret du président de la République.

142 Loi du 08. 07. 1908.

143 Morgand Léon, La Loi municipale : commentaire de la loi du 5 avril 1884 sur l’organisation et les attributions des conseils municipaux, op. cit., t. 1, p. 259 et 442.

144 La somme des motifs dépasse le total des affaires sanctionnées pour chacune des périodes car plusieurs motifs peuvent être avancés dans une affaire.

145 CHAN, F/1b/337, dossier Alfred Firbach, notation du gouverneur, 14. 12. 1886.

146 CHAN, F/1b/332, dossier Yves Dunaigre, lettre du gouverneur au président du Conseil, 14. 01. 1889.

147 CANA, IBA/1577, rapport du préfet de Constantine au gouverneur du 06. 04. 1886 ; réponse du gouverneur du 22. 04. 1886.

148 CANA, IBA/1984, rapport du gouverneur au préfet de Constantine, 20. 12. 1888.

149 Ibid., rapport d’un conseiller de préfecture au nouveau préfet de Constantine, 02. 02. 1895.

150 CAOM, F80/1837, rapport au président du Conseil, 20. 10. 1894.

151 Ibid., rapport au ministre de l’Intérieur, 23. 12. 1895.

152 Ibid., rapport du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 15. 11. 1896.

153 CAOM, F80/1837 et CANA, IBA/1856, rapports du préfet d’Alger au gouverneur, 15. 10 et 04. 12. 1895 ; CAOM, F80/1837, rapport du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 26. 02. 1896 ; CAOM, F80/1838, rapports du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 31. 12. 1896 et 20. 06. 1897.

154 CANA, IBA/1577, lettre du ministre au gouverneur, 14. 03. 1896 ; CAOM, F80/1837, lettre du ministre au gouverneur, 27. 01. 1897.

155 CANA, IBA/1856, lettre du ministre au gouverneur sur la proposition de révocation du maire de Gouraya, 26. 06. 1891 ; CAOM, F80/1835, lettre du ministre au gouverneur sur la proposition de dissolution du conseil municipal de Mondovi, 26. 05. 1893 ; CAOM,/1837, note du ministre sur la proposition de révocation du maire d’Orléansville, 14. 03. 1894.

156 CANA, IBA/1985, rapport au gouverneur, 03. 12. 1896.

157 Ibid., rapport du sous-préfet (blâmé pour cet acte) au gouverneur, 04. 03. 1897.

158 Ibid., dépêche au gouverneur, s. d. (juillet 1893).

159 . Ibid., dépêche au gouverneur, s. d. (juillet 1893).

160 . Ibid., rapport du préfet d’Oran au gouverneur, 09. 07. 1893.

161 . Ibid., lettre de Rémy Jacques à M. Thiébault, 23. 07. 1893.

162 . Ibid., rapport au gouverneur, 18. 07. 1893.

163 . CAOM, F80/1838, dépêche du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 07. 11. 1899.

164 . CANA, IBA/1985, dépêche du secrétaire général du GGA au gouverneur, 30. 07. 1893.

165 . Le Républicain de Constantine, 13. 05. 1893 ; CAOM, F80/1719, rapport du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 06. 05. 1893 ; CAOM, F80/1837, notes en marge du rapport du gouverneur adressé au ministre de l’Intérieur, 14. 03. 1894 ; CAOM, F80/1836, lettre du préfet de Constantine au gouverneur, 17. 04. 1896 ; CAOM, F80/1838, lettre de M. Flagey (ancien conseiller général du Doubs) au ministre de l’Intérieur, 25. 09. 1897 ; CAOM, F80/1838, note du service de l’Algérie au ministère de l’Intérieur, 19. 07. 1897.

166 . CANA, IBA/1985, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 06. 1897.

167 . CAOM, F80/1685, rapport au ministre de l’Intérieur, 17. 10. 1897.

168 . CAOM, F80/1838, annotation de la main du préfet sur un article de L’Écho d’Oran critiquant son inertie depuis 1897.

169 CHAN, F/1bI/648, dossier Charles Lutaud, notations des préfets de Loire-Inférieure (10. 02. 1881) et du Pas-de-Calais (avr. 1888), dépêche de l’intéressé au ministère de l’Intérieur, 22. 06. 1896.

170 CHAN, F/1bI/667, dossier Victor Rault, notation du préfet du Morbihan, nov. 1886, notation du préfet de Mayenne, s. d. [entre 1889 et 1894].

171 Dossiers de ces affaires in CAOM, F80/1838 et CANA, IBA/1856.

172 CAOM, F80/1838, rapports du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 10. 10 et 31. 03. 1899 ; CANA, IBA/1856, renseignements fournis par le préfet d’Alger au gouverneur, 19. 12. 1900 ; CANA, IBA/1591, rapport du préfet de Constantine au gouverneur, 16. 11. 1899 ; CAOM, F80/1838, rapport du préfet d’Oran au gouverneur, 27. 10. 1899 ; CANA, IBA/1984, rapport du secrétaire général du GGA au ministre de l’Intérieur, 23. 07. 1900 ; CAOM, F80/1835, rapport du préfet d’Alger au gouverneur, 21. 03. 1901 ; CAOM, F80/1838, rapport du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 12. 03. 1903 ; CANA, IBA/1856, rapport du secrétaire général du GGA au ministre de l’Intérieur, 05. 05. 1903.

173 Machelon Jean-Pierre, La République contre les libertés ?, Paris, Presses de la FNSP, 1976.

174 CAOM, F44, rapport du maire de Mustapha au préfet d’Alger, 01. 01. 1904 ; CAOM, F80/1728, arrêtés de dissolution des 24. 06 et 30. 10. 1899 ; CAOM, F44, arrêté de dissolution du 01. 05. 1901 ; CAOM, F80/1745, lettre du gouverneur au ministre de la Guerre, 03. 07. 1903 ; CAOM, F80/1745, demande de subvention du secrétaire de la Société de tir de Boufarik au « but essentiellement patriotique », 24. 07. 1903 ; CAOM, F44, rapport d’un commissaire de police au commissaire central d’Alger, 22. 06. 1904.

175 CAOM, F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05. 1900.

176 CAOM, F80/1827, dépêche du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 20. 10. 1900.

177 Ibid., dépêche du préfet d’Alger au gouverneur, 28. 10. 1900.

178 CAOM, F80/1717, dépêche au ministre de l’Intérieur, 06. 05. 1902.

179 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 311.

180 CHAN, F/1bI/628, dossier Joseph Giraud, lettre du 04. 11. 1904.

181 CANA, IBA/1856, lettre au ministre de l’Intérieur du 03. 09. 1901.

182 Ibid., rapport du commissaire spécial de la Sûreté au gouverneur, 16. 04. 1901.

183 Ibid. ; CANA, IBA/1856, rapport du préfet d’Alger au gouverneur, juill. 1901.

184 CANA, IBA/1856, rapport au gouverneur du 14. 11. 1901.

185 Ibid., délibération du conseil municipal de Ténès du 07. 11. 1901.

186 La poursuite de ses abus est attestée (CANA, IBA/1856, lettre du sénateur d’Alger au gouverneur, 13. 01. 1908, rapport du préfet d’Alger au gouverneur, 29. 01. 1908 ; article dans Les Nouvelles d’Alger du 16. 04. 1908).

187 CANA, IBA/1856, rapport au gouverneur du 17. 11. 1904.

188 Maurice Rouvier est président du Conseil de janvier 1905 à mars 1906, Georges Clemenceau d’octobre 1906 à juillet 1909. Leurs liens amicaux, politiques et affairistes (dans le cas de Rouvier surtout) avec les députés d’Oran et de Constantine sont largement décrits par les services de la Sûreté ou de la préfecture de police, en particulier dans les dossiers Eugène Étienne (CHAN, F7/15953/2), Maurice Rouvier (PP, BA/876) et Gaston Thomson (CHAN, F7/16024/1). L’historien Jean-Baptiste Duroselle nous apprend que Thomson fut aussi le témoin de Clemenceau dans plusieurs de ses duels, dans les années 1890, et un membre actif de la rédaction de son journal L’Homme Libre en 1913 (in Clemenceau, Paris, Fayard, 1988, p. 576).

189 CANA, IBA. 1984, rapport du secrétaire général de la préfecture de Constantine au gouverneur, 23. 01. 1905.

190 Ibid.

191 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 2, p. 677.

192 Discours public tenu à Alger à la veille de sa réélection, en janv. 1903, cité par le député Albin Rozet (JO, séance à la Chambre, 27. 03. 1903).

193 Selon le témoignage d’Albin Rozet ayant séjourné plus d’un mois en Algérie à la fin de 1902 (JO, séance à la Chambre, 27. 03. 1903).

194 Larcher Émile, Traité élémentaire de législation algérienne, op. cit., t. 2, p. 255 et 332.

195 Statistique fournie par Albin Rozet (JO, séance à la Chambre, 20. 06. 1912).

196 Circulaire du 25. 10. 1902, citée le même jour par Albin Rozet.

197 Code de procédure civile, 1806, art. 1004.

198 CANA, IBA/38, lettre au gouverneur du 22. 06. 1907.

199 Ibid., plainte de Rabah Kanouni, Ali Boubir, Ahmed Baïrassou au gouverneur, 11. 08. 1910.

200 Ibid., rapport du capitaine de gendarmerie de l’arrondissement de Bône, 13. 08. 1913.

201 Ibid.

202 Provoquant l’enquête du conseiller de gouvernement Blanchard (oct. 1909). Ibid., lettre du député au gouverneur, 30. 07. 1909.

203 CANA, IBA/36, note du secrétaire général du GGA, s. d. (juillet 1906) ; CANA, IBA/1856, rapport du gouverneur au ministre de l’Intérieur, 11. 01. 1907.

204 CHAN, F/1bI/620, dossier Georges Firbach, notation du préfet d’Alger, s. d. [1908 ou 1909].

205 CANA, IBA/1856, rapport au gouverneur, 04. 01. 1907.

206 CANA, IBA/38, lettre au gouverneur du 31. 03. 1909.

207 Ibid., minute de la réponse du gouverneur au député, s. d. [fin 1909].

208 JO, séance au Sénat, 07. 11. 1898.

209 Marichy Jean-Pierre, La Deuxième Chambre dans la vie politique française depuis 1875, op. cit., p. 351.

210 JO, séance au Sénat, 07. 11. 1898.

211 Mayeur Jean-Marie, La Vie politique sous la IIIe, 1870-1940, Paris, Éditions du Seuil, 1984, p. 182-184.

212 JO, séance à la Chambre, 29. 06. 1899.

213 Dans le contexte de l’affaire Dreyfus, l’attitude des socialistes évolue. D’abord favorables à l’abstention dans cette « guerre civile bourgeoise », ils se rallient progressivement à la position défendue par Jean Jaurès : la défense des droits de l’homme menacés par les institutions militaire et religieuse (Rebérioux Madeleine, « Jaurès et les socialistes », in L’Affaire Dreyfus, op. cit., p. 508-513).

214 JO, séance à la Chambre, 29. 06. 1899.

215 Ibid., 01. 02. 1900.

216 Ibid., 15. 02. 1898 et 01. 02. 1900, séance au Sénat, 03. 04. 1900.

217 Bouveresse Jacques, Les Délégations financières algériennes, op. cit., t. 1, p. 51-53.

218 JO, séances à la Chambre, 13. 11. 1900, et au Sénat, 13. 12. 1900.

219 Loi du 19. 12. 1900, art. 5-11.

220 Cité par Émile Larcher, in Traité élémentaire de législation algérienne, op. cit., t. 1, p. 362.

221 JO, séance à la Chambre, 03. 04. 1903.

222 JO, séances à la Chambre, 24. 03. 1902, 22. 12. 1904, 26. 02. 1907, 29 et 30. 06. 1908, 24. 12. 1909, 15 et 28. 02. 1910, 23. 03. 1910, 28. 11. 1910, 06. 07. 1911, 21 et 23. 12. 1911, 11. 03. 1912, 20. 06. 1912, 01. 07. 1912, 19. 12. 1912, 26. 06. 1913 et 24. 12. 1913 ; et au Sénat, 28. 03. 1902, 23. 12. 1904, 22. 03. 1907, 28. 06. 1907, 09. 07. 1908, 24. 02. 1910, 03, 17 et 30. 03. 1910, 23. 12. 1910, 09. 07. 1908, 22 et 29. 12. 1911, 13. 02. 1912, 28. 03. 1912, 21. 06. 1912, 11. 07. 1912, 27. 06. 1913 et 26. 12. 1913.

223 Zevort Edgar, Histoire de la IIIe, Paris, Alcan, t. 3, 1898, p. 283.

224 JO, séance à la Chambre, 21. 12. 1911.

225 Extrait de son rapport visant à réduire la durée des pouvoirs disciplinaires à 3 mois ; cf. JO, séance au Sénat, 20. 12. 1912.

226 Le règlement du Sénat prévoit 24 heures minimum entre la distribution du rapport et la discussion (art. 66) ; celui de la Chambre également, de façon implicite (art. 58). Cf. Bonnard Roger, Les Règlements des assemblées législatives de la France depuis 1789, op. cit., p. 442 et 474.

227 JO, séance au Sénat, 06. 12. 1902. Intervention d’Antonin Dubost (Isère).

228 Ibid., 08. 07. 1904. Intervention du rapporteur Arnaud Denoix (Dordogne). La loi du 23. 07. 1904 concède à la colonie les chemins de fer d’intérêt général (charges et produits nets), à l’exception des lignes postérieures à la loi, en échange d’une subvention d’État dégressive mais qui apparaît toujours supérieure à la garantie d’intérêts versée jusque-là ; cf. JO, séance à la Chambre, 19. 02. 1904. De fait, les 18 millions versés les 3 premières années couvrent largement les déficits et permettent de porter 11 millions F à l’actif du budget spécial ; cf. JO, séance à la Chambre, 18. 02. 1910.

229 Ibid., 15. 06. 1900, 25. 03. 1902 et 22. 12. 1911.

230 Brunschwig Henri, Mythes et réalités de l’impérialisme colonial français, Paris, Colin, 1960 ; Sieberg Herward, Eugène Étienne und die französische kolonialpolitik, 1887-1904, Cologne, Westdeutscher Verlag, 1968 ; Rebérioux Madeleine, La République radicale ?, op. cit., p. 125- 134 ; Ageron Charles-Robert, France coloniale ou parti colonial ?, Paris, PUF, 1978, p. 151-154 ; GirardetRaoul, L’Idée coloniale en France, op. cit., p. 109-171.

231 Rebérioux Madeleine, La République radicale ?, op. cit., p. 125-134.

232 Girardet Raoul, L’Idée coloniale en France, op. cit., p. 150-152.

233 L’interpellation d’Albin Rozet dure finalement 4 h 30, selon le député de Constatine, Charles Aubry, cf. JO, séances à la Chambre, 27. 03 et 03. 04. 1903.

234 CHAN, F7/15953/2, rapport de la Sûreté, 15. 01. 1904.

235 29 336 lignes au JO sur les 71 779 de débats sur l’Algérie (1908-1913).

236 À partir de la présentation d’Aimé-Toussaint Baldacci, in L’Algérie et la Société de l’Ouenza, Alger, Imprimerie officielle, 1947, p. 26-39.

237 JO, séance à la Chambre, 21. 01. 1910.

238 Ibid., 23. 03. 1910.

239 Rebérioux Madeleine, « Le socialisme français de 1871 à 1914 », in Histoire générale du socialisme. De 1875 à 1918, Droz Jacques (dir.), Paris, PUF, t. 2, 1997 (1re éd. 1978), p. 220-228.

240 Mayeur Jean-Marie, La Vie politique sous la IIIe, op. cit., p. 220-223.

241 JO, séance à la Chambre, 21. 01. 1910.

242 Ibid., 29. 06. 1908.

243 Ibid., 29. 06. 1908, 14, 19 et 21. 01. 1909, 04, 11 et 18. 02. 1910, 23 et 25. 03. 1910, 14 et 21. 11. 1913.

244 Ibid., 25. 03. 1910.

245 Ibid., 14. 11. 1913.

246 Albert Pierre, « La presse française de 1871 à 1940 », op. cit., p. 252-280.

247 L’Union Républicaine d’Alger, 18. 02. 1903.

248 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 2, p. 965-974.

249 Le Petit Parisien, « Le problème algérien », 18. 02. 1903.

250 Avec Le Petit Journal, Le Matin et Le Journal.

251 Albert Pierre, « La presse française de 1871 à 1940 », op. cit., p. 294-393.

252 CAOM, F80/1693, dépêche au président du Conseil, 16. 02. 1903.

253 L’oncle du gouverneur dirige un quotidien républicain modéré à Grenoble (Le Petit Dauphinois), hostile à la politique anticléricale. Alors qu’en mars 1903, la Chambre commence à repousser les demandes d’autorisation des congrégations, il accuse le fils du président du Conseil d’avoir proposé un million F aux moines de la Grande Chartreuse pour éviter leur expulsion. Combes dénonce aussitôt la « calomnie » à la tribune dont il rend responsable, implicitement, le gouverneur Révoil. Après plusieurs demandes d’audience sans réponse, ce dernier démissionne. Cf. Le Matin, 13. 04. 1903.

254 Balandier Georges, Le Pouvoir sur scènes, Paris, Balland, 1992 (1re éd. 1980), p. 13-17.

255 La Dépêche Algérienne, 17-30. 04. 1903.

256 Ibid..

257 Ibid.

258 La Dépêche Algérienne, 24. 04. 1903.

259 L’Avenir de Sétif, 14. 01. 1903.

260 Émile Morinaud précise seulement qu’il avait fait obtenir « de très fortes subventions » au comité chargé de décorer la ville (in Mes Mémoires, op. cit., p. 324).

261 La Dépêche Algérienne, 26. 04. 1903.

262 Morinaud Émile, Mes Mémoires, op. cit., p. 324

263 La Dépêche Algérienne, 17. 04. 1903.

264 Ganiage Jean, Histoire contemporaine du Maghreb, de 1830 à nos jours, Paris, Fayard, 1994, p. 373-384.

265 La Dépêche Algérienne, 23. 04. 1903.

266 Les négociations prennent la forme d’un marchandage entre les intérêts britanniques en Égypte et les intérêts français au Maroc (avril 1904).

267 La Dépêche Algérienne, 28. 04. 1903.

268 Ibid., 17. 04. 1903.

269 Kateb Kamel, Européens, « indigènes » et Juifs en Algérie (1830- 1962), op. cit., p. 178.

270 Ces communes rurales ne comptent plus que 2 %, 8 % et 11 % d’indigènes au recensement de 1902.

271 La Dépêche Algérienne, 18. 04. 1903.

272 16 095 habitants sont recensés dans la commune indigène de Yacouba en 1902 pour 5 426 km ².

273 La Dépêche Algérienne, 18, 23 et 24. 04. 1903.

274 Ibid., 25. 04. 1903.

275 Ibid., 28. 04. 1903.

276 L’Antijuif, 19. 03. 1903.

277 La Dépêche Algérienne, 17. 04. 1903.

278 Ibid., 20. 04. 1903.

279 Ibid., 25. 04. 1903.

280 Gil Blas, 24. 04. 1903.

281 Ageron Charles-Robert, Les Algériens musulmans et la France, 1871-1919, op. cit., t. 2, p. 923-934.

282 La Dépêche Algérienne, 21. 04. 1903.

283 Ibid., 19. 04. 1903.

284 Ibid., 27. 04. 1903.

285 Le Progrès de l’Est (journal constantinois), 15. 03. 1903.

286 La Dépêche Algérienne, 28. 04. 1903.

287 Ibid.

288 La loi sur les associations du 01. 07. 1901 contraint les congrégations religieuses à une autorisation législative (art. 13). Le gouvernement Combes (1902-1905) fait une application restrictive du texte en fermant d’autorité 120 établissements non autorisés (juin 1902) et en faisant rejeter par le Parlement les demandes d’autorisation (marsjuillet 1903). La loi du 07. 07. 1904 est l’aboutissement de cette politique avec l’interdiction de tout enseignement congréganiste. Cf. Cabanel Patrick et Durand Jean-Dominique (dir.), Le Grand exil des congrégations religieuses françaises, 1901-1914, Paris, Le Cerf, 2005.

289 L’Indépendant de Constantine du 10. 03. 1903 donne la liste des journalistes habilités à suivre le président de la République.

290 Albert Pierre, « La presse française de 1871 à 1940 », op. cit., p. 294-405.

291 Estimation à partir des indications de tirage au début des années 1900 (cf. Albert Pierre, « La presse française de 1871 à 1940 », op. cit., p. 294-405) et de la liste des journalistes invités à couvrir le voyage du présidentiel (cf. L’Indépendant de Constantine, 10. 03. 1903).

292 La Dépêche Algérienne, 23. 04. 1903.

293 Ibid., 18. 04. 1903.

294 Ibid., 23. 04. 1903.

295 Ibid., 24. 04. 1903.

296 Ibid.

297 La Dépêche Algérienne, 28. 04. 1903.

298 Le Temps, 26. 05. 1887.

299 Ibid., 10. 02. 1903.

300 Ibid., 29. 04. 1903.

301 La Dépêche Algérienne, 19 et 28. 04. 1903.

302 Le Gaulois, Gil Blas ou Le Français du 18. 04. 1903 ; La Patrie ou Le Temps du 19. 04. 1903 ; L’Éclair, L’Écho de Paris, La Libre Parole, La République française, La Lanterne, La Petite République, Gil Blas, Le Matin, La Patrie, La Liberté ou Le Journal des Débats du 20. 04. 1903.

303 Le Journal des Débats, 16. 04. 1903.

304 La Dépêche Algérienne, 24. 04. 1903.

305 Gil Blas, 01. 04. 1903.

306 Mélia Jean, Le Triste sort des indigènes musulmans d’Algérie, Paris, Mercure de France, 1935, p. 12-13.

List of illustrations

Title Fig. 27 – Évolution des motifs de sanctions contre les élus municipaux (1880-1914)Source : donnés réunies in Guignard Didier, L’abus de pouvoir en Algérie, 1880-1914, op. cit..annexe 3, p. 549-570 et 583-594
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3127/img-1.jpg
File image/jpeg, 24k
Title Fig. 28 – Le calendrier des séances parlementaires consacrées à l’Algérie (1900-1913)Source : JO
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3127/img-2.jpg
File image/jpeg, 39k
Title Fig.29.Groupe de journalistes à bord du Général Chanzy, en partance pour l'AlgérieSource : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3127/img-3.jpg
File image/jpeg, 53k
Title Fig.30 –Le président Loubet à Oran suivi d'officiers et du député Étienne (coll. L. Bouët)Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3127/img-4.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Fig.31 –L'arc de triomphe de la porte d'El-Kantara à Constantine(coll. L. Bouët) Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3127/img-5.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Fig.32 –L'itinéraire présidentiel en Algérie et en TunisieSource : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3127/img-6.jpg
File image/jpeg, 69k
Title Fig.33 –L'accueil du président de la République à Tizi-Ouzou(Coll. L. Bouët) Source : La Dépêche Coloniale Illustrée, 31.05.1903
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3127/img-7.jpg
File image/jpeg, 71k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540