Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières, marges et confins

 | 
Corinne Alexandre-Garner

Être aux confins

L’Heptanèse (1823-1923) : apogée et déclin littéraires d’un lieu médiateur

Texte intégral

1Depuis le temps d’Homère, l’Iliade et l’Odyssée tracent les confins de l’univers grec. Belliqueuse, l’Iliade décrit le départ difficile du Péloponnèse, la conquête éprouvante de Troie en Asie Mineure par les Grecs, leurs luttes intestines. Aventureuse, l’Odyssée raconte le retour après la victoire, de l’Orient à Ithaque, dans les îles ioniennes, aux confins occidentaux du monde connu. L’espace grec se situe dans cet aller-retour perpétuel, ce mouvement de pendule entre deux limites, parfois provisoirement dépassées : si Ulysse ne s’était pas égaré au-delà du Gibraltar, Alexandre s’est bien installé aux Indes. Mais alors que, en Orient, les identités poétiques et culturelles se précisent – nous reconnaissons bien à Homère des origines de Mytilène peut-être ou de Milet, qui est aussi la patrie d’autres poètes connus –, la tradition littéraire de l’Heptanèse, quoique toujours affirmée, reste dépourvue de titres de noblesse précis : à Corfou, devant la cour des Phéaciens et devant le naufragé inconnu qui n’était autre qu’Ulysse, Démodocos a si bien chanté la rencontre de l’homme avec sa propre légende qu’on ne peut plus distinguer le texte des faits.

2La tradition ionienne ne sera identifiable que plus tard, à partir du moment où les confins du monde européen seront déplacés de la mer Égée à l’Adriatique, lorsque l’Empire ottoman, réduisant sans cesse les marges du monde grec, aura soumis la Morée. Alors que la Renaissance propose en Europe un univers culturel nouveau, l’Heptanèse (seule région grecque épargnée du joug turc, surtout après la conquête de la Crète au xviie siècle, rempart ultime de l’univers byzantin) se situe aux confins de l’Occident. Ses auteurs et savants sortent de l’anonymat et son rôle médiateur apparaît.

3Installés dans les Sept Îles ou ailleurs, de nombreux hommes de lettres ioniens rédigent des grammaires du grec, qu’ils enseignent dans les communautés de la diaspora, et traduisent les ouvrages importants de leur temps. Ils ne sont pas les seuls : de nombreux Grecs se font une culture importante et participent, après la Renaissance, où ils ont beaucoup servi de médiateurs de l’Antiquité vers l’Europe, au mouvement des Lumières, où le sens des transferts est inversé. Les Phanariotes, instruits et polyglottes, assument de hautes fonctions à la Sublime Porte ou dans les principautés danubiennes.

4Mais il semble que dans l’Heptanèse s’ébauchent déjà des caractéristiques qui définissent un ensemble culturel à part. À une époque où la langue grecque, millénaire mais dépourvue d’écoles et d’imprimeries, d’institutions et de norme, demeure indécise dans son impressionnant éventail de variantes, les hommes de lettres ioniens se caractérisent notamment par :

  • l’adaptabilité dans l’usage du grec, en fonction des besoins de communication et d’expression et indépendamment de priorités idéologiques (alors que pour les Phanariotes il est toujours associé au prestige du pouvoir, et pour les philhellènes à celui de l’Antiquité),
  • le souci de la forme littéraire, qui les conduira plus tard (contrairement à la majorité des intellectuels grecs) à ne pas réduire le sens de l’esthétique à la norme linguistique, et
  • la collaboration étroite par réseaux, définis par des liens étroits de parenté ou d’élection.
  • 1 . Inaugurée en 1824, cette ouvre de Frederic Guilford, Lord of North (Londres, 1766-1827), commissa (...)
  • 2 . Ancien ministre de la culture à Venise (1848-1849), Niccolò Tommaseo se réfugie à Corfou (1849-18 (...)
  • 3 . Certains d’entre eux, comme Spyridon Trikoupis (Missolonghi, 1788- Athènes, 1873), ami de Solomos (...)

5Ainsi, quoique les déplacements perpétuels fussent le principe de ce complexe insulaire qui longe la côte ouest de la Grèce, toute une infrastructure, à la fois souple et solide, lui assure une identité particulière, sensible aux évolutions de l’Europe au début du xixe siècle romantique. À la conquête par Napoléon, qui libère les îles de la République des doges, succède immédiatement l’occupation russoturque, et l’enthousiasme révolutionnaire pour les droits de l’homme coïncide avec la désillusion. La protection britannique y installe bientôt des structures d’administration solides et, contrairement à la Grèce continentale, un ordre de castes sociales assez rigide, avec sa noblesse, sa bourgeoisie en développement et son tiers état. En même temps, dans sa capitale, Corfou, l’Académie Ionienne1, première Université grecque, avec des professeurs importants, souvent réfugiés politiques de l’Occident, comme Niccolò Tommaseo2 et le carbonaro Andrèas Calvos, ou jeunes gens prometteurs, dont Lord Guilford avait lui-même subventionné les études en Europe3, est peut-être la seule réalisation concrète de l’utopie philhellénique : dans l’Heptanèse, la réalité continue toujours de se mêler à la fiction.

PARADOXES D’UN GRAND MOMENT ROMANTIQUE

6Les circonstances dramatiques du soulèvement des Grecs en 1821 stimulent dans l’Heptanèse (toujours protectorat anglais) la production d’une poésie romantique de très haut niveau, à la fois parfaitement originale et au fait des tendances européennes, parée de toute une philologie, qui fleurit dans le prolongement de la tradition culturelle des siècles précédents. Au sein du mouvement philhellénique, le noble Dionysios Solomos (Zante, 1798-Corfou, 1857) et le carbonaro Andrèas Calvos (Zante, 1792-Louth, 1869), deux poètes de formation italienne qui chantent le soulèvement des Grecs contre l’Empire ottoman, marquent alors les débuts impressionnants de la poésie néo-hellénique, consciente désormais de ses aspirations nationales.

7L’Hymne à la Liberté de Solomos (qui paraît en partie en septembre 1823 à Londres avec une traduction anglaise en regard, au complet en décembre 1824 dans le deuxième tome des Chansons grecques de Fauriel à Paris avec une traduction française en regard, et enfin, en janvier 1825, dans la ville assiégée de Missolonghi avec en regard une traduction italienne autorisée par le poète) est un poème en 158 quatrains, dont les quatre premiers seront l’hymne national du nouvel État. Pour le composer, Solomos a réappris son grec maternel populaire (dont il avait été systématiquement coupé, lorsque son père, le vieux comte, avait légitimé son mariage avec sa jeune servante, la mère de Dionysios) et l’a rééduqué selon les principes de la poésie italienne pour exprimer sa passion pour l’idéal. Calvos était encore à l’étranger au moment où il composait ses deux recueils d’odes, La Lyre (qui paraît en 1824 à Genève accompagnée d’un lexique français-grec, suivie bientôt d’une traduction parisienne en français), et Lyriques (qui paraît en 1826 à Paris avec une traduction française en regard). Il a utilisé une langue grecque où la langue parlée se mêle à un fond de langue savante, sur un système métrique complexe inventé ex nihilo, à partir de modèles classiques anciens et modernes, pour exprimer son patriotisme à base révolutionnaire. Voici par exemple les terribles premières strophes de l’ode intitulée « Les Vœux » :

  • 4 . Nous proposons ici des traductions littérales des vers cités. Pour les traductions historiques, v (...)

Que l’onde gonflée de la mer
Perde ma patrie
Noyée comme une
Barque désertée,
Solitaire.
Au continent, dans les îles
Que la flamme répandue
Dévore partout
Villes, forêts,
Peuples, espoir.
Que les Grecs dispersés
Courent par le monde,
La main tendue,
Mendiant, plutôt que
D’avoir des protecteurs4.

8Calvos est toujours l’individu en révolte, absolument conscient et prêt à donner sa vie pour la cause politique qu’il soutient sans se poser de questions. Voici la dernière strophe des « Vœux » :

Aucune passion ne saurait me troubler ;
Je frappe ma lyre,
Debout, dressé près
De la bouche ouverte
De mon tombeau.

9La poésie de Calvos, aux marges de la légitimité politique se situe ainsi aux confins de la liberté et de la mort. Chez Solomos, le même dilemme prend une tournure plus morale que politique, comme lorsqu’il décrit l’exode de Missolonghi :

  • 5 . Nous traduisons ici un extrait des Libres assiégés (SOLOMOS Dionysios, Άπαντα, textes présentés p (...)

Dans l’implacable flot d’armes sont prêtes les épées
À se frayer un chemin, et demeurer libres enfin
De-là avec les frères, de-ci avec la mort5.

10Dans l’Hymne à la Liberté les paradoxes semblent parfois voilés, mais les situations conflictuelles qui sont à l’origine du romantisme ionien restent toujours présentes. Les variantes lexicales du mot grec pour la liberté reflètent, par exemple, des sens différents : la version linguistique correcte Eλευθερία est associée à la Croix (str. 73, 89, 158), tandis que, suivant une règle de la langue populaire, l’accent descend sur la terminaison dans Eλευθεριά (str. 2, 87) pour rendre hommage à l’idéal de la Liberté nationale ou pour dénoncer avec emphase la fausse liberté des îles ioniennes (ψεύτρα Eλευθεριά dans la fameuse strophe 21, censurée dans les traductions européennes de l’Hymne). Le même mot perd sa majuscule allégorique lorsque les haines intestines rendent les hommes indignes de liberté (Εάν μισιούνται ανάμεσό τους / δεν τουςελευθεριά, str. 147), tandis que la forme Λευθερια, plus populaire à cause de l’aphérèse, mais à la fois plus officielle par l’accent qui remonte, est utilisée dans le sens des « droits de l’homme ». Mais lorsqu’ils ne restent pas dans l’implicite, les paradoxes subversifs du romantisme ionien seront estompés par la gestion idéologique de la littérature néo-hellénique. La défense par exemple de secourir les réfugiés de l’Épire et de la Morée toutes proches, qui a pesé très lourd sur la conscience ionienne, a inspiré à Solomos un récit en prose poétique, dont le premier manuscrit est contemporain de l’Hymne, mais qui ne sera révélé qu’en 1927 sous le titre La Femme de Zante. Ici l’héroïne éponyme, non seulement refuse d’aider, mais insulte les femmes des assiégés de Missolonghi :

  • 6 . Levesque Robert, Solomos. Introduction, prose et poèmes, Athènes, Icaros, Collection de l’Institu (...)

Je suis dans mon pays et chez moi. Et votre seigneurie n’était-elle pas chez elle dans son pays ? Et de quoi manquiez-vous ? Et quel mal vous a fait le Turc ? Il ne vous a laissé nourriture, serviteurs, jardins, ni biens ? Dieu soit loué, vous en possédiez beaucoup plus que moi.
C’est peut-être moi qui vous ai dit de frapper le Turc, vous qui venez maintenant vers moi pour quémander et m’insulter.
Oui-da ! Vous étalez des forfanteries. Des femmes, et vous combattiez ! Vous deviez être belles en jupe avec un fusil ; ou bien portiez-vous la culotte ? D’abord vous avez réussi, car vous preniez les pauvres pallikares Turcs à l’improviste.
Et comment auraient-ils pu soupçonner pareille trahison ? Était-ce la volonté de Dieu ? N’étiez-vous pas en relations avec eux nuit et jour ?
Si moi, un jour, à l’aube, j’enfonçais le couteau dans la gorge de mon mari (que le diable l’emporte !), ça ne vaudrait pas mieux.
Et à présent que vos affaires tournent mal, vous voulez que leur poids me tombe dessus.
C’est du joli, en vérité ! Demain Missolonghi se rendra, et les rois en qui je mets tous mes espoirs rappelleront à l’ordre la folle Grèce,
Et ceux qui survivront à l’extermination viendraient se faire nourrir à Zante et, la panse remplie, ils nous insulteraient6 !

  • 7 . Il y a déjà une méchante femme de Zante dans L’Orpheline de Chio (1839) de J. Pitzipios, le roman (...)

11Cette version du thème du méchant grec des îles ioniennes, certainement la plus terrible de la littérature néo-hellénique du xixe siècle7, s’accordait mal avec l’image de Solomos poète national.

12Les deux poètes de Zante auraient pu se faire une brillante fortune littéraire en Italie : Calvos n’était-il pas le secrétaire de Foscolo, cet autre Zantiote, dont Solomos était l’ami ? Mais ils ont préféré vivre dans l’Heptanèse et écrire en grec, si peu paré pour se tenir à la hauteur de leur inspiration, poussés par un besoin intérieur sans doute, mais aussi par l’imminence des faits. Mais si Calvos qui, associé aux réseaux républicains révolutionnaires européens, a passé quelques jours à Nauplie, capitale provisoire du nouvel État où il a probablement été mal accueilli, Solomos ne s’est jamais rendu en Grèce. Après Nauplie, en 1824, Calvos alla s’installer à Corfou comme professeur à l’Académie Ionienne. Solomos vint s’y installer aussi quatre ans plus tard, en 1828, pour fuir de graves problèmes de famille à Zante. Passionnés par la cause nationale, les deux poètes, qui représentent dans le romantisme des tendances politiques tout à fait opposées, ont pris position aux marges de la patrie, vivant toujours de son absence : la liberté restera toujours pour eux une question d’idéal.

13Pendant un quart de siècle, Calvos et Solomos ont vécu sur cette île relativement petite, sans jamais échanger un mot, mais aussi sans publier d’autres ouvres poétiques, réunis par la puissance du silence. Le noble Solomos restera à Corfou jusqu’à la fin de ses jours, entouré d’amis et de disciples. Au contraire, après la mort de Lord Guilford, son protecteur, les collègues malveillants de Calvos parviendront vite à le renvoyer de l’Académie Ionienne, mais il ne quittera Corfou qu’en 1852 pour Louth, où il finira ses jours comme professeur d’italien et de grec dans l’école pour jeunes filles qu’il avait fondée avec sa deuxième épouse. Et si l’on a hésité entre le perfectionnisme et l’impuissance pour expliquer l’aspect inachevé de toutes les grandes ouvres de Solomos (qui ne publie presque plus rien après l’Hymne), il semble que la priorité du politique l’a totalement emporté sur l’esthétique chez Calvos qui, méprisé par les admirateurs de Solomos à Corfou, ne laissera plus un seul vers échapper de son génie farouche. L’infranchissable écart entre Calvos et Solomos reste une illustration en miniature éloquente des conflits terribles qui, à côté des liens étroits, et souvent leur succédant, dominent le petit monde mouvant de l’Heptanèse. Le plus grave fut justement, au xixe siècle, celui qui opposait les partisans aux adversaires de l’union à la Grèce.

LES AVANIES DE L’UNION

14Pendant que les deux poètes de Zante se taisent, le nouvel État grec se constitue. Et parmi les jeunes Phanariotes qui, instruits, sont bien déterminés à dominer sa vie administrative et intellectuelle, des poètes, qui déclarent leur mépris pour Calvos et Solomos sous le prétexte qu’ils auraient négligé la langue grecque, occupent une place importante dans le monde éditorial qui se forme à Athènes. Mais, après la mort de Solomos, son jeune disciple et ami Iakovos Polylas (Corfou, 1825-1896) s’engage à le défendre, soutenu par un cercle de fidèles, hommes de lettres de grande culture. Polylas est un homme politique, bientôt député de l’Heptanèse, écrivain et critique, traducteur de l’intégrale d’Homère en vers (peut-être la meilleure version en grec moderne jusqu’à nos jours), mais aussi d’Hamlet et de la Tempête de Shakespeare. Il présente en 1859, deux ans après la mort du poète, une édition critique de l’ouvre inachevée de Solomos, qui reste encore aujourd’hui incontournable. Sa réflexion littéraire de très haut niveau et son projet impressionnant de traductions des lettres classiques et modernes, qui situent la littérature néo-hellénique à la convergence des traditions antique, européenne et moderne, révèlent l’opération d’un transfert culturel systématique et conscient. Mais il fait aussi des concessions importantes à la gestion athénienne des lettres, concessions qui sont associées à l’union de l’Heptanèse à la Grèce (1864), concédée par la GrandeBretagne après le départ du roi Othon à la nouvelle dynastie danoise d’Athènes, tandis que la révolte de la Crète contre les Turcs est, une fois de plus, condamnée, et que se prépare la vente de Chypre par les Turcs aux Anglais (1879).

15Sceptique d’abord, Polylas a défendu l’Union aussi bien en tant qu’homme politique qu’en tant qu’homme de lettres. Dans sa remarquable démarche qui consistait à assurer une place d’honneur à la tradition ionienne, en la déplaçant des marges au centre de la vie néohellénique, il a réussi à imposer Solomos comme poète national. Mais il a aussi procédé à trois concessions principales qui consistent :

  • à délimiter le corpus solomien en deux parties distinctes, la partie grecque et la partie italienne,
  • à procéder à un compromis linguistique avec le purisme du pouvoir athénien, et
  • à écarter, combattre ou passer sous silence tout ce qui, dans la tradition ionienne, ne ressemblait pas à Solomos, comme la poésie de Calvos8.

16Il convient de rappeler sur ce point que non seulement Solomos avait fait ses débuts poétiques en italien, non seulement il était revenu à la poésie italienne à la fin de sa vie, mais aussi que, pendant toute sa période de maturité il rédigeait en notes italiennes ou en langue mixte (italien/grec) les idées poétiques à mettre par la suite en vers grecs. Afin de l’imposer comme poète national de la Grèce, Polylas n’a pas seulement censuré pour leur contenu des textes comme La Femme de Zante, il a aussi réduit son cosmopolitisme multilingue, ce qui, à long terme, atténuera son rayonnement européen. Aujourd’hui encore, la réputation de Solomos est, par son philhellénisme, associée à un fait strictement politique, et sa valeur littéraire est réservée aux seuls initiés de la littérature néo-hellénique. En Grèce même, à peine découvert comme grand poète romantique, il reste pour le grand public, comme Calvos, associé à des positions idéologiques.

  • 9 . Ce modèle, proposé par le professeur de linguistique à Paris Jean Psichari (Odessa, 1854-Paris, 1 (...)
  • 10 . Ioulios Typaldos (Céphalonie, 1814-Corfou, 1883), jusriste, homme politique et traducteur du Tass (...)

17D’autre part, Polylas adopte dans sa prose critique (surtout après 1870) une langue purisante. Cette attitude est en partie justifiée par les excès des tendances normalisatrices de la langue populaire, opposant au fanatisme des puristes, qui se veut conforme au grec classique, et qui tient du philhellénisme conservateur, un autre modèle tout aussi factice9. La modération de Polylas face au conflit sanglant au sein de la nation, a à long terme, comme ses contemporains ioniens n’ont pas manqué de le signaler10, contribué :

  • à la scission entre la langue de la poésie (identifiée désormais à la fiction et à l’éloge) et la langue de la prose (identifiée à la science et au pouvoir),
  • à la réduction du rôle des importantes diasporas grecques, par l’épuration des idiomatismes et la normalisation de la langue qui voit son impressionnante et féconde adaptabilité condamnée.

18Les effets secondaires de ces concessions avaient un impact d’autant plus important que, au même moment, Aristotélis Valaoritis (Leucade, 1824-1879), député et poète impitoyablement critiqué par son contemporain Polylas, trahissait les principes fondamentaux de la tradition ionienne en adoptant entièrement :

  • dans sa langue d’orateur, la langue puriste, emblématique du pouvoir athénien,
  • dans sa poésie, le mimétisme de la langue et des formes démotiques, contrairement à l’enseignement de Solomos, qui dictait la réinterprétation des modèles poétiques selon le génie créateur original et spontané,
  • dans sa thématique poétique, l’idéologie des institutions athéniennes, et leur interprétation patriotique de la guerre d’indépendance.

19Reconnu à Athènes comme poète national à la suite de Solomos, cet originaire de Leucade, l’île de l’Heptanèse la plus proche du littoral, devient le symbole d’une capitulation culturelle accomplie.

ANNEXION NATIONALE DU LIEU MÉDIATEUR

20La liberté de la conscience et de la langue d’un lieu médiateur seront ainsi soumises à l’interprétation idéologique des modèles nationaux. Dans la période difficile où le nouvel État grec définit son territoire, le tribut du sang épargné à l’Heptanèse sera payé par sa capitulation culturelle. Même si ses valeurs esthétiques, surtout celles du xixe siècle, seront par la suite gravement contestées, l’histoire de la littérature néo-hellénique se fait à Athènes, nouveau centre du monde grec.

  • 11 . Les étudiants de l’Académie Ionienne seront progressivement transférés à l’université d’Athènes, (...)
  • 12 . Voir Moullas Panagiotis, Les Concours poétiques de l’Université d’Athènes (1851-1877), Athènes, A (...)
  • 13 . Voir à ce sujet Apostolidou Venetia, « Ησυμβολή του Κωστή Παλαμά στην αναγνώριση της Επτανησιακής (...)

21Dans un premier temps, les Phanariotes s’auto-définissent en s’appropriant le terme d’« école romantique d’Athènes » en imitant les modèles européens, et surtout des auteurs réputés ou interprétés comme philhellènes, notamment Byron, Chateaubriand et Lamartine. Malgré son originalité authentique, le romantisme ionien se trouve alors repoussé dans les marges esthétiques. Dans la génération suivante, Kostis Palamas (Missolonghi, 1859-Athènes, 1943), poète et critique de talent, apparaît dans le monde des lettres au moment heureux où les autorités officielles, en l’occurrence les concours poétiques organisés par l’université d’Athènes11, commencent progressivement à partir de 1860, c’est-à-dire après l’édition de Solomos par Polylas, à tolérer la langue parlée en poésie12. Palamas redécouvre Calvos et redéfinit Solomos, après avoir qualifié en 1883 l’école de ce dernier d’« école de l’Heptanèse13 », en conservant pour sa propre école le titre de « deuxième école littéraire d’Athènes ». Cette stratégie prolonge l’intégration proposée par Polylas mais, en isolant les lettres ioniennes de la longue tradition dont elle dépend, elle procède à sa régionalisation. On pourrait protester que cette école de l’Heptanèse est, de même que l’école athénienne, simplement définie par sa situation géographique : ce serait une interprétation aussi bornée qu’erronée, dans la mesure où l’école athénienne a été au xixe siècle presque entièrement implantée pour dominer le monde néo-hellénique, alors que la tradition ionienne, qui avait longtemps évolué dans l’autonomie, est maintenant destinée à une annexion, à une fusion indifférenciée dans l’ethnocentrisme de la culture grecque moderne.

  • 14 . La définition est proposée par Irini Dendrinou (Corfou, 1879-1974), muse et collaboratrice de Din (...)

22La stratégie décrite ci-dessus permet à Palamas d’assurer sa domination sur les lettres grecques modernes. Les représentants de la troisième génération de ce xixe siècle ionien n’ont plus, qu’à s’autodéfinir comme « école corfiote14 », appellation qui souligne le suc- cès de leur régionalisation et marque en même temps un rétrécissement de la tradition ionienne dans son rôle de médiateur. Ils sont considérés comme les derniers représentants d’un passé révolu, même si leur fixation extrême sur les particularités régionales est paradoxalement une revendication de leur cosmopolitisme : l’étude de mours du comte Dinos Théotokis (Corfou, 1872-1923), qui semble suivre la vogue de la prose athénienne, s’inscrit dans l’esprit international du socialisme, tandis que les sonnets impeccables de Lorenzo Mavilis (Corfou, 1860-Drisco, 1912) qui, volontaire sous l’uniforme garibaldien, tombe au combat pour la libération de l’Épire, prolongent tout à la fois les tendances du sonnet européen et l’idéalisme philhellène.

23C’est sur la fin du cosmopolitisme insulaire ionien que se termine un siècle d’or situé entre le soulèvement des Grecs contre l’Empire ottoman (1821) et le Désastre d’Asie Mineure (1922), ou, pour s’en tenir à l’histoire littéraire, entre l’Hymne à la Liberté de Solomos (1823) et la mort du comte socialiste Dinos Théotokis (1923). L’État grec moderne se retrouve de nouveau limité dans l’espace défini jadis par l’Iliade et l’Odyssée.

Notes

1 . Inaugurée en 1824, cette ouvre de Frederic Guilford, Lord of North (Londres, 1766-1827), commissaire de la Grande-Bretagne au protectorat de l’Heptanèse, avait en réalité commencé ses travaux dès 1808.

2 . Ancien ministre de la culture à Venise (1848-1849), Niccolò Tommaseo se réfugie à Corfou (1849-1854), où il épouse une Grecque. On connaît sa passion pour les chansons populaires de Corse, de Toscane, d’Illyrie et de Grèce. Voir Papaioannu Apostolos, Niccolò Tommaseoe la sua epoca (1802-1874). Indice cronologico, Trieste, Comunità greco-orientale, 1979.

3 . Certains d’entre eux, comme Spyridon Trikoupis (Missolonghi, 1788- Athènes, 1873), ami de Solomos et père de Harilaos Trikoupis, le futur premier ministre qui va tracer pour la Grèce le chemin vers la modernité, comptent parmi les premiers hommes politiques de la Grèce moderne.

4 . Nous proposons ici des traductions littérales des vers cités. Pour les traductions historiques, voir Κάλβου Ωδαί μετης της πρώτης γαλλικής μετάφρασης υπό St. Julien και Pauthier de Censay, textes présentés par Zoras C. Th., Athènes, Σπουδαστήριον Βυζαντινής και Νεοελληνικής Φιλολογίας, Université d’Athènes, 1962, p. 115-118. Un destin important sera réservé en Grèce à ces strophes subversives lors de la résistance contre la dictature des colonels (1967-1974).

5 . Nous traduisons ici un extrait des Libres assiégés (SOLOMOS Dionysios, Άπαντα, textes présentés par Linos Politis, Athènes, Ikaros, 1960, t. 1, p. 249).

6 . Levesque Robert, Solomos. Introduction, prose et poèmes, Athènes, Icaros, Collection de l’Institut Français d’Athènes, 1945, p. 54.

7 . Il y a déjà une méchante femme de Zante dans L’Orpheline de Chio (1839) de J. Pitzipios, le roman le plus populaire au xixe siècle en Grèce, un comte ionien à la fois grand seigneur et grand escroc dans Le Maudit de son père (1845), roman de jeunesse inachevé de Marino Papadopoulo-Vréto, mais le plus connu est le vieux spéculateur céphalonite avare dans Le Notaire (1851), nouvelle à succès d’A. R. Rangavis. On retrouve aussi des personnages semblables, réellement criminels, faisant fortune sur les malheurs des Grecs persécutés, dans la littérature française, depuis le Mouchoir rouge (1868) de Gobineau jusqu’à L’Archipel en feu (1884) de Jules Verne.

8 . Voir aussi au sujet de Polylas notre article «L’école de traduction de l’Heptanèse », à paraître dans les actes du colloque « Les Îles grecques, entre centres et périphéries », tenu à l’École Normale Supérieure les 11 et 12 mars 2004, ainsi que la thèse de Pierre de Broche Des Combes, Jacques Polylas, journaliste et homme politique, sous la direction d’Henri Tonnet. Paris, La Sorbonne Nouvelle, Paris III, 1988, et en grec notre article « O Ιάκωβος Πολυλάς και γλωσικές επιστήμες » dans le numéro spécial Polylas de la revue Porphyras, n ° 84-85, Corfou, janvier-mars 1998, p. 343-360.

9 . Ce modèle, proposé par le professeur de linguistique à Paris Jean Psichari (Odessa, 1854-Paris, 1929), est illustré par l’ouvre de ce dernier intitulée Mon Voyage (1888). L’opposition des démoticistes et des puristes mènera à des émeutes violentes dans le centre d’Athènes à deux reprises, à l’occasion des traductions vers la démotique d’Eschyle et des Évangiles (1901, 1903).

10 . Ioulios Typaldos (Céphalonie, 1814-Corfou, 1883), jusriste, homme politique et traducteur du Tasse vers le grec, qui signalait déjà les dangers de la centralisation précipitée après l’union dans le domaine du droit, prévient aussi, dans sa lettre adressée le 8 août 1877 depuis Florence, à Memnon Martzokis à Zante, des pièges que recèlent les compromis au sujet de la langue. Voir Typaldos Άπαντα, textes présentés par Dinos Konomos, Athènes, Bibliothèque néo-hellénique, Pigi, 1953, p. 341-342.

11 . Les étudiants de l’Académie Ionienne seront progressivement transférés à l’université d’Athènes, fondée en 1836.

12 . Voir Moullas Panagiotis, Les Concours poétiques de l’Université d’Athènes (1851-1877), Athènes, Archives historiques de la jeunesse grecque 22, 1989.

13 . Voir à ce sujet Apostolidou Venetia, « Ησυμβολή του Κωστή Παλαμά στην αναγνώριση της Επτανησιακής Σχολής » Πρακτικά του E' Διεθνούς Πανιονίον Συνεδρίου, Argostoli, Société de Recherches Historiques de Céphalonie, 1991, p. 237-243, et Garandoudis Evripidis, Οιεπτανήσιοι και ο Σολωμός Όψεις μιας σύνθεστης σχέσης (1820-1950), Athènes, Kastaniotis, 2001, p. 26-35.

14 . La définition est proposée par Irini Dendrinou (Corfou, 1879-1974), muse et collaboratrice de Dinos Théotokis, lors de sa conférence en l’honneur de Lorenzos Mavilis en 1915 à Corfou, pour présenter l’édition posthume du poète proposée par Théotokis.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable