Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Femmes et politique

« Un mythe incertain et inoxydable » : le 8 mars en Italie (1910-1958)

Alessandra Gissi
Traduction de Anna Bellavitis et Nicole Edelman

Texte intégral

PREMISSE

  • 1 En plus de la parade, on avait prévu l’occupation d’un call center et une action sur le sujet de l (...)

1Le 8 mars 2005, la ville de Turin-où s’étaient tenus, au début des années 1920, les premiers comices italiens à l’occasion de la Journée internationale des femmes-est parcourue par un « pinkarnival », « une invasion rose de la ville ». Les organisateurs de cette véritable parade queer souhaitaient « se projeter au-delà des mimosas rituels », en mettant au centre « désirs, anticléricalisme, précarité, écologisme radical, anticapitalisme, droits des femmes, gay, lesbiennes, transsexuels et concubins contre toute discrimination1 ».

2Le 8 mars peut donc être considéré comme une date symbolique, capable de synthétiser plusieurs discours et mots d’ordre différents des mouvements des femmes, aussi bien à l’échelle locale que nationale ou internationale. Les cortèges, les assemblées, les comices, les sit-in, les slogans, les symboles, la gestualité et les formes de créativité, les formes polysémiques du rituel collectif qui ont caractérisé le 8 mars permettent d’intercepter la diversification des thèmes et des revendications au cours des années et des générations.

  • 2 La quantité de travaux sur le 1er mai est si importante qu’on en parle désormais comme d’un « lieu (...)

3Et pourtant, à la différence du Premier mai, fête des travailleurs, la Journée internationale des femmes a rarement catalysé l’attention des chercheurs2. On peut donc se demander pourquoi la mémoire du 8 mars n’est que faible et dispersée alors que la journée est devenue depuis les années 1950 un rendez-vous stable pour de milliers d’Italiennes. On peut aussi s’interroger sur l’absence d’un récit partagé sur ses origines au profit d’une série de constructions mythiques, de références symboliques aux contours nuancés, souvent contradictoires et constamment réélaborées qui restent, toutefois, irréductibles et irrévocables. Or, ce n’est pas un hasard si la genèse du 8 mars est à la fois très controversée, reléguée dans une incertitude perpétuelle et dépourvue de définition spécifique.

L’INVENTION D’UNE TRADITION

  • 3 The Invention of Tradition, Hobsbawm Eric J, Ranger Terence (dir.), Cambridge, Cambridge Universit (...)
  • 4 Cf., à titre d’exemple, la correspondance entre un lecteur et l’écrivain Carlo Fruttero publiée en (...)

4Les récits sur les origines de la Journée internationale sont nombreux, trop nombreux même pour ne pas suggérer le recours à la catégorie « invention de la tradition3 ». Une telle proposition interprétative semble d’autant plus justifiée si l’on situe l’introduction de la journée du 8 mars parmi les dispositifs-fêtes et rituels publics-que les États nationaux de la fin du xixe siècle mettaient en place pour se constituer une identité. Dans le cas de la journée des femmes, toutefois, la fonction est celle de créer un lien en mesure de dépasser les frontières nationales, selon la tradition socialiste, au nom, cette fois-ci, de revendications spécifiquement féminines. Une « tradition inventée » qui est d’autant plus intéressante qu’elle est capable de se remettre constamment à jour malgré les connaissances et les informations désormais acquises. En Italie, en dépit de reconstructions historiques fiables, le discours public est resté lié à une commémoration présumée d’ouvrières mortes dans un incendie4. Le 8 mars 1908 serait celui « des » (mais combien : 129, 146 ou 19 ?) ouvrières en grève mortes (à Chicago, à New York ou à Boston ?) dans l’incendie d’une filature ou peut-être d’une chaussurerie. Une variante détaillée du récit indique la présence d’un mimosa dans la cour de l’usine, qui expliquerait la raison du lien indissoluble entre cette fleur et les célébrations du 8 mars.

5S’il est vrai que dans toutes les constructions mythiques il y a toujours des fragments de réalité historique et que cette habileté combinatoire rend les mythes presque indestructibles, le 8 mars en est un exemple brillant.

  • 5 Cartosio Bruno, « I miti dell’otto marzo », in Il manifesto, 1er mars 2006.
  • 6 Mariuccia Ciotta écrivait : « L’image du désastre nous renvoie à 1908, quand 129 ouvrières du text (...)
  • 7 Cf. au moins Buttafuoco Annarita, « Vuoti di memoria. Sulla storiografia politica in Italia », in (...)

6En effet, il y a bien eu dans l’usine d’habits pour femme de la Triangle Shirtwaist Company, située aux trois derniers étages d’un immeuble de dix étages près de Washington Square, à New York, un incendie accidentel le 25 mars 1911. C’était pendant des agitations ouvrières et les propriétaires avaient fermé les portes à clé pour empêcher les ouvrières de sortir et de faire grève. À cause de l’incendie, 146 femmes, presque toutes des immigrées de l’Europe orientale et d’Italie, sont mortes parfois brûlées, étouffées ou après s’être jetées par les fenêtres5. Même s’il n’y a aucune relation directe entre ces événements et le 8 mars, la reconstruction qui lie la mort d’ouvrières dans l’incendie d’une usine demeure la plus fréquente, la plus créditée, la plus répandue et, surtout, la plus ancienne, notamment en Italie. Quand, en février 2006, des ouvrières sont mortes dans l’incendie d’une usine textile de Chittagong au Bangladesh, où le propriétaire les avait enfermées, des journalistes italiens ont immédiatement rappelé la genèse du 8 mars6. La version la plus tenace est donc celle qui se fonde sur les topoi les plus consolidés et, par conséquent, les plus rassurants : un capitalisme (américain, selon le récit traditionnel), féroce mais dépassé et surtout des figures féminines, symboles de sacrifice et même de martyr, qui tendent à mettre à gommer la participation civile, sociale et politique de ces actrices. On peut alors se demander quelle est la part de ce récit des origines lorsqu’il s’impose dans l’Italie de l’après-guerre, face à la faiblesse de transmission des valeurs et de l’élaboration théorique du mouvement d’émancipation italien de l’époque libérale7. À cela, il faut encore ajouter la dévalorisation du féminisme et du suffragisme-vite transformées en oubli –par le fascisme. Par-delà ces éléments, la reconstruction du 8 mars italien révèle des particularités qui méritent notre attention.

LA « VERITABLE » HISTOIRE DES ORIGINES

  • 8 Kaplan Temma, « On the Socialist Origins of International Women’s Day » in Feminist Studies, n ° 1 (...)
  • 9 Cf. « Il Congresso di Copenhagen », in L’Alleanza, 5 janvier 1907, et « conquista del suffragio ma (...)

7Il faut la commencer à Copenhague, en 1907 : à la première Conférence internationale des femmes socialistes, Clara Zetkin a alors invité les prolétaires de tout le monde à s’unir. Trois ans après, en 1910, au numéro 69 de Jagtvej, à l’intérieur de la Folkets Hus, c’est-à-dire de la Maison du peuple (démolie à la veille du 8 mars 2007), une centaine de femmes venant de 17 pays différents, se réunirent à nouveau pour une deuxième Conférence. Clara Zetkin y proposa, suite à l’organisation aux États Unis de la première Journée internationale de la Femme le 23 février 19098, d’instituer dans chaque pays une date pour une manifestation annuelle en faveur de l’émancipation des femmes, en incluant expressément la revendication du suffrage9. Le texte de la résolution qui en décida précisait que « les femmes socialistes de tous les pays devraient l’organiser en collaboration avec les organisations politiques et syndicales » et que « l’objectif immédiat était d’obtenir le droit de vote ». Approuvée par le congrès de la deuxième Internationale, la proposition provoqua cependant des perplexités, puisque les partis socialistes soutenaient sans enthousiasme la revendication du suffrage féminin.

  • 10 Marsano Beba, XX Secolo Manifesti, Milan, Electa, 2003, p. 227.

8Puis de 1911 et 1915, des journées internationales de la femme furent célébrées à Vienne, à Paris, à Berlin et à Düsseldorf, cependant le premier véritable 8 mars fut célébré en Allemagne en 1914 mais la date semble avoir été choisie par hasard. L’affiche dessinée pour l’occasion est l’une des plus connue sur le sujet. Au centre on y voit « une femme pas très jeune, mais, pour cette même raison, consciente des efforts faits jusqu’à ce moment et bien déterminée à poursuivre la lutte10 ». Pieds nus, elle agite avec force un drapeau, symbole d’une foi commune. Les contrastes de couleurs sont antinaturalistes et violents, clairement d’inspiration expressionniste. Au bas de l’affiche se lit une déclaration sans équivoque : « En avant avec le droit de vote aux femmes ! ». Trois ans après, en 1917, la célébration dramatique et cruciale de la journée par les ouvrières de Petrograd, qui marque le début de la révolution de Février, est ainsi décrite par Alexsandra Kollontai :

  • 11 Capomazza Tilde, Ombra Marisa, 8 marzo : storie miti riti della giornata internazionale della donn (...)

Le 8 mars 1917 (23 février selon le calendrier grégorien), journée internationale des ouvrières, celles-ci sont sorties courageusement dans les rues de Petrograd. Ces femmes, ouvrières et épouses de soldats, exigeaient du pain pour leurs enfants et le retour de leurs maris des tranchées. La journée des ouvrières est devenue une journée mémorable dans l’histoire11.

9Tel est l’événement qui consacre la date du 8 mars en tant que Journée Internationale de la Femme.

EN ITALIE

  • 12 Notiziario in « Attività femminile sociale », 15 février 1914, cité par Pieroni Bortolotti Franca,(...)
  • 13 De Clementi Andreina, Prefazione à Imprenti Fiorella, Operaie e socialismo. Milano, le leghe femmi (...)
  • 14 Ministero Agricoltura, Industriae Commercio. Ufficio del Lavoro, La Donna nell’industria italiana. (...)

10Le 15 février 1914, dans Attività femminile sociale – bulletin du Conseil national des femmes italiennes-on peut lire que les ouvrières textiles de Petrograd, en adoptant la proposition faite par les féministes américaines quelques années auparavant, avaient fêté « le jour de la femme, par un événement » auquel des centaines d’ouvrières avaient participé12. En Italie, on ne trouve rien qui ressemble aux célébrations et aux manifestations russes, allemandes ou françaises malgré une présence importante de femmes étrangères parmi les organisations italiennes et malgré l’existence de réseaux de relations internationaux, surtout avec l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Pendant la première décennie du xxe siècle, les principales organisations ouvrières féminines s’étaient mises en place : les repiqueuses, les ouvrières du textile et des manufactures des tabacs, les couturières, les modistes et les cravatières. Quiconque a eu la chance de lire la presse italienne de la période 1880-1900, comme l’a fait remarquer Franca Pieroni Bortolotti, a dû être frappé par le nombre et l’importance des organisations et des luttes des ouvrières des manufactures des Tabacs de Rome, de Florence, de Turin, des ouvrières des usines textiles de la région de Côme et des repiqueuses. Toutefois, très souvent, les journaux ne leur consacraient que quelques lignes. De fait, et même si les femmes dépassaient, dans certains cas, 50 % des actifs dans l’industrie, comme dans le cas de Milan, cour de l’industrialisation italienne, les chroniques des journalistes étaient le plus souvent consacrées aux secteurs lourds, la sidérurgie et la mécanique, royaumes sans contrastes de la main-d’œuvre masculine. Finalement, les « obligations domestiques et la nébuleuse du travail à domicile » fermaient « le cercle de l’invisibilité même aux yeux de leurs camarades13 ». En dépit du fait que l’enquête du Bureau Italien du travail sur la femme dans l’industrie14 et le succès du roman Una donna de Si- billa Aleramo révèlent une nouvelle sensibilité à l’égard des aspects multiples de la condition féminine, cet intérêt n’est pas comparable à ce qui se passait à la même époque en France ou en Allemagne. Et pourtant, petit à petit les femmes sont capables de prendre la mesure de leur propre condition et d’en gérer les modalités de changement, en commençant indiscutablement à former des leaders indépendantes.

  • 15 Imprenti Fiorella, Operaie e socialismo. Milano, le leghe femminili, la Camera del lavoro (1891-19 (...)

11Le respect et l’admiration que ces leaders femmes obtenaient dans les comices et les salons des réunions politiques est pour nous difficile à imaginer pour la simple raison que la mémoire en a été perdue. On en mesure le succès par le nombre de personnes accourues pour les écouter, mais aussi par la quantité de nouveaux inscrits et par le fait que leur présence stimulait la fondation de nouvelles organisations politiques15. La Fédération italienne des ouvriers textiles, par exemple, avait compris qu’il était important que les ouvrières aient des femmes comme interlocutrices et encourageait l’activité de ces conférencières, parmi lesquelles l’une des plus connues est Carolina Annoni. Laïques, catholiques, socialistes,

  • 16 Buttafuoco Annarita, « Tra cittadinanza politicae cittadinanza sociale. Progetti ed esperienze del (...)

au-delà des différentes perspectives générales dont elles partaient et vers lesquelles elles allaient, elles étaient d’accord sur certains principes de fond, qui devaient guider la société future. La valeur sociale de la maternité-légitime ou pas – ; la dignité personnelle et sociale des femmes ; l’égalité sociale entre les sexes, dans l’affirmation de la valeur du féminin comme différence capable de fonder un nouvel ordre social16.

  • 17 Cf. surtout Buttafuoco Annarita, Cronache femminili. Temie momenti della stampa emancipazionista i (...)
  • 18 En 1906 s’était réuni le Congrès féminin socialiste et, à partir de cette date, des semblables ass (...)

12En dépit de ces principes partagés, la relation entre féministes et socialistes restait partagée entre collaboration et conflit17 – notamment en 1910-quand la situation politique italienne était loin d’être claire, même au sein du Parti socialiste, qui pourtant affirmait vouloir traiter la question féminine de façon révolutionnaire à la différence du féminisme bourgeois18. Les divergences les plus importantes concernaient la question du suffrage, qui catalysait intérêts et passions dans un milieu féministe incapable pour autant de concrétiser une alliance plus large. Ces difficultés se multiplièrent face au conflit italo-turque pour la Libye, quand dans les organisations féministes et prônant l’émancipation commencèrent à apparaître des positions nationalistes totalement nouvelles.

13En Italie, en 1911, les célébrations pour le premier Mai furent enrichies par des interventions publiques de femmes ; Pendant le xiie Congrès de Modène, un ordre du jour présenté par Anna Kuliscioff invite le Parti socialiste et son groupe parlementaire à appuyer la parité même sur le plan électoral. La proposition avait été accompagnée par la véhémente intervention de Costantino Lazzari, membre du courant « révolutionnaire » du PSI, déjà membre du parti ouvrier et actif aux côtés de Anna Maria Mozzoni dans la défense de la parité salariale. Lazzari attaquait

  • 19 Pieroni Bortolotti Franca, Socialismoe questione femminile in Italia, 1892-1922, op. cit., p. 122. (...)

toute la tradition du PSI en tant qu’étrangère, depuis ses origines, aux luttes pour l’électorat et n’épargnait pas ses critiques aux syndicats qui avaient délibérément refusé les représentantes-femmes-comme c’était le cas du syndicat des arts textiles19.

14Le Congrès de Modène approuvait finalement un ordre du jour présenté par Anna Kuliscioff qui donnait mandat aux députés socialistes de soutenir le suffrage réellement universel : masculin et féminin. Le PSI proclamait donc : « aussi pour les ouvrières, dont les intérêts sont les mêmes que ceux du prolétariat masculin, le devoir de participer aux luttes politiques et le droit au suffrage politique et administratif » ; et s’engageait à « le défendre en appelant les ouvrières-les plus grandes victimes du régime capitaliste-à se battre aux côtés du prolétariat masculin » en précisant également-par la volonté de Lazzari-« avec parité de droits et de compétence professionnelle ».

  • 20 Ibid, p. 123.

15Toutefois, pendant le Congrès de Modène, la nouvelle direction, suivant les dispositions de Filippo Turati, empêchait de fait qu’en Italie, la proposition de Clara Zetkin concernant l’organisation d’une Journée internationale de la femme puisse être mise en pratique. Officiellement, c’était à cause de la faiblesse, présumée, de l’organisation de la coordination féminine socialiste, mais en réalité, « le problème était de caractère politique20 ».

  • 21 Ibid., p. 137.

16À la veille de la scission communiste de Livourne (1921), les inquiétudes critiques qui traversent le parti socialiste n’épargnent certainement pas l’organisation féminine. Après la scission, les reproches au Parti socialiste d’avoir, de fait, boycotté l’organisation d’un 8 mars italien acquièrent une forte connotation de polémique politique. Le comité des femmes communistes composé par Rita Montagnana, Felicita Ferrero, Camilla Ravera, Elvira Zocca, pouvait aisément accuser le PSI d’avoir voulu ignorer le rendez-vous international de la Journée de la femme21.

8 MARS 1921 : LE DEBUT EST LA FIN

  • 22 Ravera Camilla, Diario di trent’anni, 1913-1943, Rome, Editori Riuniti, 1973, p. 97-99.

Après le Congrès de Livourne, nous nous étions toutes retrouvées dans le nouveau parti et nous avions convoqué la première assemblée des femmes communistes, avec des ardentes propositions de travail [...] En mars 1921, nous avons essayé de donner beaucoup de relief à notre première célébration de la journée internationale de la femme22.

17Ainsi, dans les souvenirs de Camilla Ravera la journée du 8 mars 1921 obtient, de fait, une place importante dans une année tellement remplie d’événements mémorables.

  • 23 Patrizia Gabrielli remarque que cette attitude a fini par cacher non seulement le projet et la for (...)

18Ce n’est pas par hasard si l’organisation de la Journée internationale de la femme trouve tout de suite sa place parmi les initiatives du nouveau parti communiste, probablement aussi en fonction polémique à l’égard du PSI, qui s’était montré incapable de conjuguer les revendications féminines et les sujets plus généraux de la bataille politique. La journée du 8 mars est adoptée comme dispositif à haut contenu politique et symbolique pour marquer une discontinuité, une différence d’approche, pour créditer la thèse, selon laquelle le mouvement féminin communiste aurait été un phénomène « unique et rare, sans racines ou antécédents dans l’histoire d’Italie23 ».

19Camilla Ravera se souvient :

Dans l’attente d’indications de la part de la direction du parti, nous avions décidé de demander à Ordine nuovo un espace consacré aux thèmes de l’émancipation féminine. Gramsci me chargea de la publication hebdomadaire sur Ordine nuovo d’une « Tribune des femmes ». En mars 1921, nous avons essayé de donner beaucoup de relief à notre première célébration de la journée internationale de la femme, en faisant intervenir Amadeo Bordiga. « La direction du parti-dit-il-est consciente du mouvement féminin qui commence en ce moment à Turin et aimerait consacrer un peu de son travail à élargir ce mouvement dans toutes les régions d’Italie. Mais l’organisation interne du parti a monopolisé l’activité de la direction qui a dû penser et pourvoir à beaucoup de choses pendant cette première période. Dès que possible, la direction du parti pourvoira à la nomination d’un comité national ayant la tâche d’organiser la propagande communiste parmi les femmes dans toute l’Italie. »

20Quelque temps après, on institua dans la direction du parti un bureau central pour la propagande parmi les femmes, dirigé par Ruggero Grieco, qui commença à Rome la publication et diffusion du journal Compagna, périodique national des femmes communistes. Quelques conséquences de la Journée peuvent être vues dans l’adhésion massive des ouvrières de la manufacture des tabacs de Florence à la grève de mars 1921, suite à l’agression fasciste de la Chambre du travail de Florence et à l’assassinat de Spartaco Lavagnini, dirigeant du syndicat des chemins de fer.

  • 24 Ibid., p. 42-44.

21En 1922, la célébration de la Journée fait l’objet de quelques pages aussi bien dans Ordine nuovo que dans Compagna, désormais dirigé par Camilla Ravera. Le quotidien annonce, assez solennellement, que « les comices auront lieu la semaine prochaine, le 12. Les camarades sont priés de préparer la meilleure réussite » et donne des rendez-vous précis pour les comices, notamment à Milan et à Turin. Dans le numéro 4 de Compagna, du 16 avril 1922, on peut lire un compte rendu assez détaillé de la célébration du 8 Mars dans les municipalités piémontaises. En septembre 1923, après quelques mois d’interruption, Compagna reprend ses publications en changeant de siège et d’en-tête, et réussit à sortir, de façon irrégulière, même pendant les années du régime fasciste, en accompagnant, sous le titre La Risaia, la grève des repiqueuses en 1931. En mars 1925, Compagna écrit en première page : « Dans la journée internationale féminine, les prolétaires de tous les pays adressent leur pensée à la Russie des Soviet » et accueille aussi un article signé par Lénine, intitulé « L’émancipation de la femme ». En Italie, au moins, la Journée est désormais identifiée à la politique de la Troisième Internationale, alors que toutes les possibilités d’agrégation et organisation deviennent de plus en plus rares, à cause de la progression de l’autoritarisme fasciste. En fait, en 1922, à peine inaugurée, la possibilité d’une saison politique s’éteint pour les femmes. À la fin de l’année, Grieco écrit en effet au secrétariat féminin international : « Les femmes prolétaires et les camarades, avec les ouvriers, luttent contre le fascisme. Toutes les autres questions sont pour l’instant sans importance24. » La Journée n’a même pas le temps de s’affirmer dans les pratiques politiques, de s’enraciner dans l’imaginaire collectif que l’on parle déjà des violences fascistes, de la censure (et aussi de l’autocensure) de la presse communiste qui considère désormais comme marginaux les sujets qui l’avaient animée et se limite désormais aux célébrations sporadiques et clandestines de la période fasciste.

  • 25 Noce Teresa, Rivoluzionaria professionale, Milan, Bompiani, 1977, p. 140-143.
  • 26 Archivio Centrale dello Stato, Affari generalie riservati, Confino politico, fascicoli personali R (...)

22La marque laissée par le 8 mars était indiscutablement trop faible et le consensus trop récent pour qu’on puisse, en son nom, défier les rigueurs de la répression fasciste. En revanche, on sait qu’à l’occasion du premier Mai, les choses ne se passaient pas ainsi : les fichiers de la police politique du régime abondent en comptes rendus de célébrations clandestines : des boutiques remplies de pavots, des locomotives qui arrivaient dans les gares décorées de ces mêmes fleurs, des couvertures et des draps rouges étendus au soleil, des rubans, des ourlets et des revers-plus ou moins cachés-des chansons interdites, entonnées dans les rues, aux fenêtres, dans les cabarets et dans les usines. Même les relégué (e) s politiques dé- fiaient la surveillance de la milice de la colonie pénitentiaire pour honorer la fête des travailleurs. Hommes et femmes d’horizons politiques assez différents s’entêtaient pour garder en vie la tradition du premier Mai. Pour le 8 mars les choses ne se passaient pas ainsi. La date manquait de symboles, la petite branche de mimosa n’apparaîtra que dans le deuxième après-guerre et aucune couleur ou signe graphique n’identifiait les luttes des femmes contre leur condition de subordination et de minorité. En 1931, pendant qu’elle était à Paris, Teresa Noce fut chargée par le parti en clandestinité, de l’organisation d’une Journée de la femme dans les usines textiles de la région de Biella, « où les ouvrières étaient en lutte contre les licenciements, les répressions et les réductions de salaires25 ». Il y eut des tentatives de grèves ou des manifestations, immédiatement réprimées et souvent « dangereusement » proches de la date du 8 mars. Par exemple, en 1941, la protestation de quelques ouvrières pour obtenir une augmentation de salaire dans l’usine aéronautique Savoia-Marchetti de Sesto Calende, qui produisait du matériel de guerre26. Et aussi des démonstrations d’hostilités individuelles, comme celle de Francesca G., ouvrière à la FIAT, qui, le soir du 7 mars 1941 s’exclama :

  • 27 À cause de ses propos, le 15 avril 1941, elle fut condamnée à quatre ans de relégation in ACS, Agr (...)

Je ne serai jamais une femme fasciste tant que le Duce ne montrera qu’il faut être avec le peuple et pas contre lui. Le Duce [...] nous a rendus esclaves car il nous a enlevé la liberté de parole. Si la révolution éclatait, je serais prête à me mettre à la tête des révolutionnaires et à tuer toutes les chemises noires que je rencontrerais27.

23Il s’agit sans doute de fragments d’une mosaïque difficile à recomposer, résultat de parcours plus individuels que collectifs, et souvent difficiles à reconstruire. Le régime fasciste favorisa la formation d’un secteur d’économie immergée, qui utilisait surtout les ouvrières à domicile sous-payées, sans tutelle ni protections. Cela rendait encore plus difficile la possibilité de coordonner les ouvrières et de diffuser une pratique politique liée aux thèmes traditionnels de la Journée de la femme.

  • 28 Cf. Gabrielli Patrizia, Col freddo nel cuore. Uominie donne nell’emigrazione antifascista, Rome, D (...)
  • 29 « L’8 marzo giornata internazionale di mobilitazionee di lotta delle donne lavoratrici » (sans aut (...)

24On peut toutefois formuler l’hypothèse que, d’une manière ou d’une autre, la trame politique et symbolique du 8 mars a résisté à la clandestinité et a été vivifiée par l’expérience de l’exil politique, notamment en France et à Moscou28. Pendant les années du fascisme, on trouve l’une des rares mentions du 8 mars dans un article de l’édition parisienne du périodique Battaglie sindacali29 et on ne pourrait expliquer autrement la participation immédiate des femmes, quand la Journée fut relancée par les Groupes de défense de la femme, même avant la fin de la guerre. Pendant le régime fasciste, les thématiques s’étaient notablement appauvries et il ne restait que les problèmes du travail et de l’antifascisme, alors que la revendication du vote avait été balayée par l’antiféminisme inexorable du fascisme, par un contexte devenu très hostile à la citoyenneté des femmes et même par les ambiguïtés des partis ouvriers sur la question.

LE 8 MARS RESURGIT DE SES CENDRES

  • 30 L’Union des femmes italiennes (Unione Donne Italiane), fondée en 1944 était une association de fem (...)
  • 31 Gabrielli Patrizia, La pacee la mimosa. L’Unione donne italianee la costruzione politica della mem (...)

25Juste après la deuxième guerre, la Journée internationale des femmes put enfin « renaître »-surtout grâce à l’Union des femmes italiennes, dont l’histoire est étroitement liée au 8 mars30 – uniquement en vertu de la superposition de messages hétérogènes et du choix de langage et de symboles syncrétiques. Les femmes, qui ont désormais le droit de vote, sont publiquement appréciées et courtisées. Les élites politiques et culturelles comprennent que la « formation » des femmes est indispensable, comme les débats internes aux partis et aux organisations politiques le démontrent. Désormais les partis de masse ont besoin du vote féminin. La Démocratie chrétienne et le Parti communiste décident l’adoption d’instruments d’intervention spécifique, sous la forme, par exemple, d’associations de femmes. L’associationnisme politique féminin n’est donc pas étranger aux pratiques de construction de l’identité nationale, qui, en épousant la nouvelle dimension de masse de l’action politique se mettait à la recherche d’un ensemble de langages et de signes en mesure de rappeler un univers de valeurs de référence ; il se préoccupait que le message arrive au cour des masses en suscitant des émotions et s’attachait à reconstruire, quitte à le simplifier, un sentiment partagé31.

26Parmi les cérémonies et les fêtes, les célébrations, pour lesquelles on s’approprie des codes de communications issus du langage religieux, le 8 Mars acquiert alors un rôle décisif. Et c’est dans ce contexte que le récit du martyre présumé des ouvrières brûlées vivantes dans une usine devient central.

27La Journée de la femme est ainsi, dès ses débuts, célébrée par des rituels qui conjuguent des traditions différentes : le programme du 8 mars romain de 1946 prévoyait la Sainte Messe dans l’église de Santa Maria degli Angeli à la mémoire des morts aux Fosses Ardeatine et pendant la guerre de Libération, on faisait des aumônes aux familles pauvres ou encore des conférences, dont celle de l’écrivaine Sibilla Aleramo, des concerts, des jeux pour les enfants, des spectacles et la distribution de mimosas, déjà devenus le symbole de la fête, d’autant qu’il s’agissait d’une fleur de saison, bon marché et facile à trouver.

28Il est évident qu’en Italie, l’origine russe du 8 mars, pourtant fondamentale, reste très problématique, encombrante et difficile à revendiquer. Notamment pendant les années 1950, quand les célébrations de la Journée internationale reprennent en force, le climat de la guerre froide et un anticommunisme répandu font en sorte que la date du 8 mars 1917 perde de l’importance ou soit souvent oubliée et même réfutée. Au point que, dans les pages de l’Unità de mars 1952, Pietro Secchia –alors vice-secrétaire général du PCI-en polémique avec des syndicalistes de la CISL, écrit :

  • 32 Capomazza Tilde, Ombra Marisa, 8 marzo : storie miti riti della giornata internazionale della donn (...)

elles ont dû penser : il s’agit sans doute d’une invention soviétique ! Alors que c’est en Amérique que cette journée est née, de même que le 1 er mai est né en Amérique32.

  • 33 Ibid., p. 29.

29Si, pour les femmes du PCI des années 1920, le 8 mars faisait partie des politiques de l’Internationale communiste, dans ces premières années 1950, « tout discours sur le passé risquait de jouer contre le présent33 » et on préférait à la Révolution russe un épisode faux, mais vraisemblable, de l’histoire du mouvement ouvrier américain.

  • 34 Cf. Kaplan Temma, « On the Socialist Origins of International Women’s Day » in Feminist Studies, 1 (...)
  • 35 Cf. Kandel Liliane, Picq Françoise, « Le Mythe des origines à propos de la journée internationale (...)

30Il est alors significatif que d’autres reconstructions –tout aussi « mythiques »-aient vu le jour dans d’autres contextes nationaux34. En France, une grève de 1857 devient la date symbole à partir des années 195035. La France choisit d’inscrire la récurrence dans une tradition ouvrière non communiste, dans un contexte international, mais pas soviétique et d’écarter résolument le féminisme. Cette version mythique durera longtemps et, selon Sylvie Chaperon, alors qu’en France, les droits des femmes restent à la traîne, se manifestent les préoccupations exprimées au nom des mères et des familles.

MERES POUR LA PAIX

  • 36 Cf. entre autres, Ginsborg Paul, Storia d’Italia dal dopoguerra ad oggi, Turin, Einaudi, 1989
  • 37 Cf. Albers Detlev, « Il movimento sindacale italiano dal 1944 al 1973 », in Quaderni di rassegna s (...)

31À la fin des années 1940, la situation italienne était assez problématique, notamment dans le domaine du droit du travail. Depuis 1947, après la rupture à gauche, et la formation d’un gouvernement mono-couleur, toujours guidé par le démocrate-chrétien Alcide De Gasperi, la reconstruction économique est poursuivie avec une suite de mesures-déflation, licenciements, réduction de la dépense publique et augmentation des impôts-qui font augmenter le chômage et les tensions sociales. La défaite des gauches aux élections de 1948 avait, par ailleurs, ratifié définitivement le changement du contexte politique, en éliminant de la direction politique du pays les partis de la Résistance. Entre la fin des années 1940 et le début des années 1950, les petites usines, en augmentation constante, imposaient leurs conditions aux normes nationales sur les salaires et les contributions patronales, en pénalisant davantage les classes populaires. Dans certaines usines, on travaillait 12 à 15 heures, et la diffusion du travail féminin à domicile contribuait à faire baisser les salaires36. De 1948 à 1954, les minima salariaux augmentent de 0,9 % par an, alors que, dans l’ensemble, les rétributions ont augmenté d’environ 2,2 % par an37.

  • 38 « Un ordine del giorno delle dipendenti della Manifattura Tabacchi », in L’Unità, 11 mars 1949 et (...)

32À l’occasion du dernier 8 mars des années 1940, la revue de la CGIL Lavoro publie une synthèse des grandes questions non résolues pour les ouvrières : parité de salaire et parité de travail, licenciements massifs de femmes aux chemins de fer, dans les administrations publiques, dans les usines et les bureaux du secteur privé ; l’approbation du projet de loi sur la maternité, un nouveau contrat de travail pour les ouvrières des secteurs textile et chimique, pour les repiqueuses et les ouvrières des manufactures des Tabacs. La revue publie également le résultat d’un concours parmi les femmes qui s’étaient le plus distinguées dans les luttes syndicales. La gagnante, Carolina Armigero, avait conduit pendant 40 jours l’occupation de la filature « Palomba » de Naples et sa photo fut publiée dans le numéro spécial qui annonçait le 8 mars. Ce même jour, après que les autorités avaient interdit de célébrer la Journée internationale de la femme dans les usines, les ouvrières de la manufacture des Tabacs de Florence organisèrent une protestation, à laquelle participèrent aussi les ouvriers, en quittant l’usine avant la fin de l’horaire de travail dans le but de faire la fête, en acceptant ainsi une diminution de salaire38.

33Toutefois, la vague de restauration et l’idéologie de la guerre froide qui se répandent dans les années 1950, n’épargnent pas l’Italie, bien au contraire. L’entrée dans le Pacte Atlantique, à laquelle aussi bien les communistes, que les socialistes et quelques catholiques s’étaient opposés, ainsi que l’entrée dans l’OTAN, marquent une période de tensions internationales et la menace d’une nouvelle guerre mondiale devient de plus en plus réelle.

34Ainsi, dans les années 1950, la paix-urgence effective à l’époque des deux blocs-devient le mot d’ordre du 8 mars. C’est un sujet de choix, d’autant plus qu’il est facile à partager.

  • 39 Notiziario della Confederazione Generale Italiana del Lavoro, n ° 525, 28 février 1950.

35À l’occasion de la Journée internationale des femmes de 1950, le Notiziario della Confederazione Generale Italiana del Lavoro proclamait : « les femmes d’Italie demandent paix et travail39 ! » Un an après, Noi donne, magazine de l’Union des femmes italiennes, lance le slogan « Mères italiennes contre la guerre ! » et, pour la couverture de 1952 choisit l’image, extrêmement rassurante, d’une mère qui serre son enfant dans ses bras. Jusqu’en 1956, l’Union des femmes italiennes, qui avait relancé le 8 mars en Italie, laisse de côté le sujet de l’émancipation.

OCCUPATION DE SOL PUBLIC

  • 40 Maria Michetti, née à Roma en 1922, avait participé à la résistance romaine, elle était l’une des (...)

36En dépit de l’insistance sur le thème de la paix, les potentialités révolutionnaires du 8 Mars continuent pourtant de constituer une menace. Le cadeau de petites branches de mimosa, la collecte de signatures contre le réarmement sont vécus comme des manifestations d’antagonisme politique, d’insubordination et en tant que telles, assimilées à la violation d’une quelconque légalité. Il ne fait pas de doute que les célébrations organisées par les femmes menaçaient d’entraver la recomposition de l’ordre des genres, désir récurrent et puissant dans les périodes d’après-guerre. Maria Michetti40 rappelle que dans les années 1950 les femmes étaient souvent arrêtées car

  • 41 Capomazza Tilde, Ombra Marisa, 8 marzo : storie miti riti della giornata internazionale della donn (...)

ils disaient que nous n’étions pas autorisées à distribuer les mimosas et que mettre dans la rue une table pour recueillir des signatures pour la paix était une « occupation abusive du sol public » ; il était interdit de vendre Noi Donne. Elles étaient arrêtées, emprisonnées pendant une nuit et le lendemain elles sortaient. En mars ils en ont arrêté41.

37L’expression « occupation abusive du sol public » est hautement significative : elle renvoie à la difficulté de désigner la présence des femmes-de plus en plus fréquente-dans l’espace public et politique. Le 9 mars 1955, dans les pages du Corriere della Sera, un article de chronique racontait que la veille, des femmes

avaient été arrêtées car elles avaient été surprises en train de distribuer des tracts contre l’UEO. En profitant de la « journée internationale de la femme », elles invitaient les passants-continue le chroniqueur-à accepter des petits bouquets de mimosas, en échange d’une offrande et distribuaient en même temps des tracts, imprimés clandestinement et donc dépourvus des autorisations nécessaires.

38Les trois femmes « conduites à la prison en état d’arrestation » avaient respectivement trente-trois ans, soixante-six ans et soixante et onze ans et appartenaient donc à deux générations différentes. Ce sont les seules à attirer l’attention du Corriere della sera sur la journée du 8 Mars pendant une vingtaine d’années.

39Il faut attendre mars 1972 pour que la Journée internationale de la femme trouve une place dans les pages du quotidien et ce, grâce au mouvement féministe.

Notes

1 En plus de la parade, on avait prévu l’occupation d’un call center et une action sur le sujet de l’insémination étérologue, en vue du référendum sur l’abrogation partielle de la loi n ° 40 de 2004 sur la procréation médicalement assistée. Pour le récit du pinkarnival, cf. Foti Alex, Anarchy in the EU Movimenti Pink, Black, Greene Grande Recessione, Milan, Agenzia X, 2009, p. 54.

2 La quantité de travaux sur le 1er mai est si importante qu’on en parle désormais comme d’un « lieu de mémoire », selon la définition donnée par Pierre Nora, et reprise, en Italie, par Mario Isnenghi. Cf. notamment Fincardi Marco, 1 ° maggio in I luoghi della memoria. Personaggie date dell’Italia unita, Isnenghi Mario (dir.), Rome-Bari, Laterza, 1997 ; Bidussa David, Appunti per una storia « quasi impossibile » del Primo maggio, in Uniti sotto le rosse bandiere. Storiae cultura del Primo maggio 1886-1922, Milan, Feltrinelli, 1986, p. 15-22 ; Motti Lucia, Rappresentazione del maschilee del femminile nell’iconografia del movimento operaio dalle origini al fascismo in Mondi femminili in cento anni di sindacato (I-II vol.), Chianese Gloria (dir.), Rome, Ediesse, 2008, p. 401- 417. Pour la définition de « lieu de mémoire », cf. Les Lieux de mémoire, Nora Pierre (dir.), 3 tomes : t. 1, La République (1 vol., 1984), t. 2, La Nation (3 vol., 1987), t. 3, Les France (3 vol., 1992), Paris, Gallimard.

3 The Invention of Tradition, Hobsbawm Eric J, Ranger Terence (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 1992. Cf., parmi les études anthropologiques, Appadurai Arjun, « The past as a scarce resource », in Man (N. S.), n ° 16, 1981, p. 201-219 ; Peel J. D. Y., « Making history : the past in the Ijesha present », in Man (N. S.), n ° 19, 1984, p. 111-132.

4 Cf., à titre d’exemple, la correspondance entre un lecteur et l’écrivain Carlo Fruttero publiée en mars 2007 sur Tuttolibri, supplément du quotidien La Stampa. Sous le titre : « Le 8 mars un faux historique ? », on publie la lettre d’un lecteur qui demande si vraiment l’incendie dans lequel 127 ouvrières périrent est à l’origine de la « fête des femmes ». De façon assez provocatoire, Fruttero répond : « aussi j’ai un vague souvenir d’avoir lu dans un magazine ou dans un livre quelque chose de “négationniste” au sujet de cet incendie, mais je ne saurais pas vous renvoyer à une source sûre. Je soupçonne par ailleurs les groupes féministes les plus extrémistes d’être à l’origine de la chose, c’est-à-dire du faux historique. J’imagine que la vérité ne les intéresse pas : si l’incendie et les 127 torches humaines “fonctionnent”, pour la cause, laissons les tranquillement brûler dans la légende. » Pour des réflexions plus approfondies sur « l’invention de la tradition » dans l’histoire du féminisme, cf. Gissi Alessandra, Otto marzo. La Giornata internazionale delle donne in Italia, Rome, Viella, 2010.

5 Cartosio Bruno, « I miti dell’otto marzo », in Il manifesto, 1er mars 2006.

6 Mariuccia Ciotta écrivait : « L’image du désastre nous renvoie à 1908, quand 129 ouvrières du textile-en grève pour obtenir de meilleurs horaires et conditions de travail-brulèrent dans l’usine Cotton à New York, enfermées à clé par le propriétaire. L’événement, survenu le 8 mars, se veut à l’origine de la Fête de la femme ». L’article intitulé « Femmes au bûcher » a été publié dans le quotidien Il manifesto du 25 février 2006.

7 Cf. au moins Buttafuoco Annarita, « Vuoti di memoria. Sulla storiografia politica in Italia », in Memoria, n ° 31, 1991, p. 64-66.

8 Kaplan Temma, « On the Socialist Origins of International Women’s Day » in Feminist Studies, n ° 11, 1985, p. 164.

9 Cf. « Il Congresso di Copenhagen », in L’Alleanza, 5 janvier 1907, et « conquista del suffragio maschilee femminile », in Avanti !, 19 mars 1911 cité par Pieroni Bortolotti Franca, Socialismo e questione femminile in Italia, 1892- 1922, Milan, Mazzotta, 1974, p. 109.

10 Marsano Beba, XX Secolo Manifesti, Milan, Electa, 2003, p. 227.

11 Capomazza Tilde, Ombra Marisa, 8 marzo : storie miti riti della giornata internazionale della donna, Roma, Utopia, 1987. Capomazza, Ombra, p. 53-54, le volume vient d’être republié, en 2009, par l’éditeur Iacobelli ; Kaplan Temma, « On the Socialist Origins of International Women’s Day », art. cit., p. 169.

12 Notiziario in « Attività femminile sociale », 15 février 1914, cité par Pieroni Bortolotti Franca, Socialismoe questione femminile in Italia, 1892-1922, op. cit., p. 124.

13 De Clementi Andreina, Prefazione à Imprenti Fiorella, Operaie e socialismo. Milano, le leghe femminili, la Camera del lavoro (1891-1918), Milan, Franco Angeli, 2007, p. 8.

14 Ministero Agricoltura, Industriae Commercio. Ufficio del Lavoro, La Donna nell’industria italiana. Studi di demografiae di economia industriale, Roma, 1905, cité par Pieroni Bortolotti Franca, Socialismo e questione femminile in Italia, 1892-1922, op. cit., p. 119.

15 Imprenti Fiorella, Operaie e socialismo. Milano, le leghe femminili, la Camera del lavoro (1891-1918), Milan, Franco Angeli, 2007, p. 105-107.

16 Buttafuoco Annarita, « Tra cittadinanza politicae cittadinanza sociale. Progetti ed esperienze del movimento politico delle donne nell’Italia liberale », in Il dilemma della cittadinanza. Dirittie doveri delle donne, Bonacchi G., Groppi A. (dir.), Rome-Bari, Laterza, 1993, p. 107.

17 Cf. surtout Buttafuoco Annarita, Cronache femminili. Temie momenti della stampa emancipazionista in Italia dall’Unità al fascismo. Arezzo-Sienne, Dipartimento di studi storico-socialie filosofici, 1988.

18 En 1906 s’était réuni le Congrès féminin socialiste et, à partir de cette date, des semblables assemblées furent organisées aux marges de chaque congrès socialiste national.

19 Pieroni Bortolotti Franca, Socialismoe questione femminile in Italia, 1892-1922, op. cit., p. 122. Franca Pieroni Bortolotti remarque que Costantino Lazzari ne se trompait pas, tout en reconnaissant que « la voie choisie par les socialistes était au fond une voie obligée et une conséquence de la rupture avec les radicaux, les ouvriéristes et les anarchistes, dont il fallait se distinguer dans n’importe quel sens et à n’importe quel coût, même, comme dans le cas présent, de façon discutable. »

20 Ibid, p. 123.

21 Ibid., p. 137.

22 Ravera Camilla, Diario di trent’anni, 1913-1943, Rome, Editori Riuniti, 1973, p. 97-99.

23 Patrizia Gabrielli remarque que cette attitude a fini par cacher non seulement le projet et la force su mouvement politique des femmes en Italie mais a aussi fait oublier les tentatives de tous ceux qui, dans le PCI, en dépit des critiques et des dissensions, tentèrent de relancer l’élaboration émancipationniste en critiquant l’intransigeance paritaire et les prétentions universalistes du projet communiste, en soulignant en revanche les droits spécifiques de femmes, Gabrielli Patrizia, Fenicotteri in volo. Donne comuniste nel ventennio fascista, Rome, Carocci, 1999, p. 13.

24 Ibid., p. 42-44.

25 Noce Teresa, Rivoluzionaria professionale, Milan, Bompiani, 1977, p. 140-143.

26 Archivio Centrale dello Stato, Affari generalie riservati, Confino politico, fascicoli personali Rosa A., busta (carton) 92 ; Maria G., busta 94 ; Natalina S., busta 95 ; Agnese T., busta 96 dorénavant ACS, Agr, c. p., « Rosa A. », p. 92.

27 À cause de ses propos, le 15 avril 1941, elle fut condamnée à quatre ans de relégation in ACS, Agr, c. p., fasc. « Francesca G. », p. 463.

28 Cf. Gabrielli Patrizia, Col freddo nel cuore. Uominie donne nell’emigrazione antifascista, Rome, Donzelli, 2004.

29 « L’8 marzo giornata internazionale di mobilitazionee di lotta delle donne lavoratrici » (sans auteur), in Battaglie sindacali, n ° 1-2, 1931.

30 L’Union des femmes italiennes (Unione Donne Italiane), fondée en 1944 était une association de femmes d’horizons différents. Elle devint de moins en moins hétérogène, en adhérant au Front démocratique populaire (Fronte democratico popolare) qui rassemblait les partis de gauche pendant la campagne pour les élections politiques de 1948, en se liant de plus en plus au parti Communiste avec lequel elle garda, par ailleurs, une relation assez compliquée.

31 Gabrielli Patrizia, La pacee la mimosa. L’Unione donne italianee la costruzione politica della memoria. (1944-1945), Rome, Donzelli, 2005, p. 54-55.

32 Capomazza Tilde, Ombra Marisa, 8 marzo : storie miti riti della giornata internazionale della donna, op. cit., p. 61-62.

33 Ibid., p. 29.

34 Cf. Kaplan Temma, « On the Socialist Origins of International Women’s Day » in Feminist Studies, 11, 1985, p. 163-171 ; Álvarez González Isabel, Los orígenes y la celebración del Día Internacional de la Mujer, 1910-1945, Oviedo, Universidad de Oviedo, 2000 ; Côté Renée, La Journée internationale des femmes, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 1984.

35 Cf. Kandel Liliane, Picq Françoise, « Le Mythe des origines à propos de la journée internationale des femmes », in La Revue d’en face, n ° 12, 1982, p. 67-80, et Chaperon Sylvie, « L’ingresso delle donne nella vita politica : Franciae Italia a confronto » in Una donna, un voto, Fiorino Vinzia (dir.), numéro monographique de la revue Genesis, V/2, 2006, p. 117-136. Selon Chaperon l’évolution de la signification du 8 mars est assez semblable dans les deux pays.

36 Cf. entre autres, Ginsborg Paul, Storia d’Italia dal dopoguerra ad oggi, Turin, Einaudi, 1989

37 Cf. Albers Detlev, « Il movimento sindacale italiano dal 1944 al 1973 », in Quaderni di rassegna sindacale, n ° 49, 1974. En 1954, l’accord séparé entre Cisl et Uil sur la conglobation fixait pour l’ouvrière spécialisée un salaire égal à 840 lires l’heure, contre les 1 000 lires d’un manouvre non spécialisé ; Pepe Adolfo, Il Valore del lavoro nella società italiana, Rome, Ediesse, 2003, p. 234.

38 « Un ordine del giorno delle dipendenti della Manifattura Tabacchi », in L’Unità, 11 mars 1949 et « Anche le sigaraie hanno festeggiato l’8 marzo », in L’Unità, 13 mars 1949.

39 Notiziario della Confederazione Generale Italiana del Lavoro, n ° 525, 28 février 1950.

40 Maria Michetti, née à Roma en 1922, avait participé à la résistance romaine, elle était l’une des fondatrices de l’Unione Donne Italiane et en fut l’une des dirigeantes nationales. Après la Libération, elle a dirigé la Commission féminine de la Fédération romaine du PCI.

41 Capomazza Tilde, Ombra Marisa, 8 marzo : storie miti riti della giornata internazionale della donna, op. cit., p. 109.

Auteur

Université de Naples-L’Orientale

Anna Bellavitis
Nicole Edelman

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable