Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Femmes et politique

Olga Arcuno et Solidarietà : participations politiques et militantismes féminins dans la Naples de l’Après-Guerre (1944-1946)

Luca Grauso

Texte intégral

1Olga Arcuno est née à Naples en 1902 dans une famille de tradition politique progressiste : son père Alfredo était socialiste et membre du syndicat de tendance radicale (Borsa del lavoro), son grand-père était le médecin personnel de Giuseppe Garibaldi et son frère Ugo était journaliste et militant communiste. L’autre tradition caractéristique de la famille était l’enseignement : les deux parents d’Olga ainsi que sa sœur Irma étaient enseignants, son père était l’auteur de plusieurs livres de pédagogie.

2Dès son plus jeune âge, Olga était une élève très brillante. Après avoir fait des études littéraires au lycée Gianbattista Vico, elle entra à la faculté de philosophie de Naples. Elle obtint son diplôme en 1922 à l’âge de vingt ans, ce qui était exceptionnel pour l’époque surtout pour une femme, et en 1925 devint professeur de la chaire d’Histoire et de Philosophie dans le même prestigieux lycée où elle avait étudié. L’année suivante, le gouvernement fasciste interdit aux femmes d’enseigner l’histoire et la philosophie dans l’enseignement secondaire et supérieur et Olga Arcuno perdit son poste –qu’elle retrouva quelques années plus tard-et fut obligée d’enseigner la littérature italienne. Elle fut professeur au lycée Gianbattista Vico jusqu’en 1972.

  • 1 Arcuno Olga, La Filosifia religiosa di Blondel, Naples, Federazione italiana degli studenti per la (...)

3Dans la première partie des années 1920, Olga Arcuno fut traductrice et vulgarisatrice de textes philosophiques. La Philosophie religieuse de Blondel1, son mémoire de maîtrise n’était que le début d’un engagement profond dans l’étude et la vulgarisation des ouvres de Maurice Blondel.

  • 2 Elles ont été publiées dans l’appendice de Maurice Blondel, Cartesio, Malebranche, Spinoza, Pascal (...)

4Olga Arcuno et le philosophe français ont correspondu pendant une dizaine d’années (34 lettres entre 1921 et 19312) durant lesquelles Blondel lui a clarifié les aspects les plus complexes ou les plus ambigus de sa méthode et l’a autorisée à traduire ses essais en italien et à les publier.

  • 3 Paunz Alessandra, Intellettuali italiane negli anni Trenta. L’Alleanza Muliebre Culturale Italiana(...)

5La première période significative de l’engagement d’Olga Arcuno dans la société civile débuta en 1930 quand, avec Luigia Pirovano de Milan, elle fonde l’« Alliance culturelle des femmes italiennes » (Alleanza Culturale Muliebre Italiana3). L’association fut créée conjointement à Naples et à Milan et avait dès le début une visée nationale ; elle fonctionna jusqu’en 1939 où elle fut supprimée par le gouvernement fasciste. « L’Alliance rejette toute forme d’action politique, religieuse ou syndicale et restreint ses activités à la diffusion de la culture auprès des femmes », tels étaient ses objectifs selon ses statuts. En pratique, l’activité principale de l’Alliance était l’organisation de leçons afin de préparer les femmes disposant de peu de temps (en raison de leur travail ou de leur famille par exemple) à passer le baccalauréat ou à réussir les concours de l’enseignement. De nombreuses activités secondaires avaient également lieu : cours de musique et théâtres, concerts et spectacles, voyages d’été ou cours de langues. Dans beaucoup de sièges de l’association, les femmes partageaient également une bibliothèque, dont la plus grande était gérée par Olga Arcuno à Naples.

6L’Alliance était une organisation féminine mais n’avait que peu d’intérêt pour les problèmes sociaux et politiques des femmes, ce qui interroge quant à sa nature féministe. Dans un article de Luigia Pirovano dans le deuxième numéro de la revue de l’Alliance Cultura Muliebre, on peut lire un rejet clair et net des expériences féministes du début du siècle :

  • 4 Pirovano Luigia A., « Il Femminismoe noi », in Cultura Muliebre, n° 2, mars 1931, p. 3.

L’Alliance ne veut pas être féministe. En Italie, tout le monde était anti-féministe, donc notre attitude n’avait rien d’héroïque et nous en étions parfaitement conscientes4.

7Le féminisme était donc rejeté formellement en raison de ses péchés capitaux : en premier lieu son intérêt pour la politique, mais aussi sa conception d’une mentalité identique aux hommes et aux femmes et le fait que les mouvements féministes n’avaient jamais eu de doctrine solide et cohérente.

  • 5 Ibid.

8Cependant, malgré son refus général, durant l’époque fasciste, du féminisme et de ses revendications tant sur le plan politique et culturel, l’attitude de l’Alliance peut être lue comme « secrètement féministe ». En d’autres termes, les membres de l’Alliance ont pu chercher une voie différente, acceptable socialement, d’émancipation des femmes qui soit compatible avec la théorie éthique du fascisme et l’hostilité de l’opinion publique. En substance, l’Alliance se focalisait sur la dignité culturelle des femmes et de leurs travaux au lieu de se préoccuper de leur citoyenneté et de leur pouvoir politique, impossible à atteindre sous le régime fasciste. Comme l’a écrit Luigia Pirovano : « Pour les femmes, la culture doit être comme les fondations d’une maison, très solides et bien cachées5 ».

9La revue mensuelle Solidarietà fut fondée en septembre 1944 par Olga Arcuno et sa collègue Lilia Mangiarotti. Elle fut publiée jusqu’en 1957 sans aucune aide financière de la part des partis politiques, des associations ou d’individus : les frais et les dépenses étaient assurés par les salaires et les apports personnels d’Arcuno et de Mangiarotti et bien entendu par les abonnements des lecteurs et les donations. La revue était distribuée par la poste et fut surtout diffusée en Italie, particulièrement dans le Sud, mais des abonnés résidaient en France, en Suisse et même en Inde.

10Je parlerai ici de la première période du magazine (23 numéros entre septembre 1944 et juillet 1946) qui est probablement la plus intéressante d’un point de vue politique car juin 1946 voit les premières élections de l’Assemblée Constituante de l’Italie post-fasciste. Le sous-titre de Solidarietà était « Revue d’éducation politique et civique », il explique clairement sa mission : préparer à la démocratie tous ceux qui ne comprenaient ou ne voulaient pas comprendre les enjeux des nouveaux droits politiques obtenus avec la fin du régime fasciste, et aider à développer leur sens critique et à avoir des opinions politiques :

  • 6 Arcuno Olga, « Democrazia e apoliticità », in Solidarietà, n° 1, septembre 1944, p. 2.

L’Italie court aujourd’hui un grand risque. Aujourd’hui, beaucoup, beaucoup trop d’Italiens se considèrent comme apolitiques ou connaissent mal les concepts et les problèmes les plus élémentaires de la vie politique. Le principe même de démocratie leur est souvent obscur. Afin de protéger les intérêts de tous, il faut faire comprendre à tous quels sont leurs intérêts. C’est pourquoi il est nécessaire d’éduquer les masses6.

11Après vingt ans de parti unique, de censure et de propagande fascistes, beaucoup de personnes particulièrement dans le Sud avaient un dégoût et une suspicion très forte pour la politique. L’expérience de la guerre fut très dure à Naples en effet en raison de sa position stratégique, la ville fut massivement bombardée et les conditions sanitaires, économiques et morales furent très mauvaises. Cependant, la philosophe et l’enseignante qu’était Olga Arcuno était surtout préoccupée par les problèmes culturels notamment l’ignorance et l’indifférence. De par son travail d’enseignante, elle avait en effet pu observer les dommages causés par des années et des années de matraquage culturel et politique fasciste.

12La revue est surtout pensée pour les jeunes et les femmes : les premiers avaient grandi dans les écoles fascistes où ils avaient subi la propagande fasciste tandis que les femmes étaient volontairement tenues à l’écart des discours et des pratiques politiques.

13Grâce à cette revue, Olga Arcuno entendait montrer sa « solidarité » avec ces personnes et prendre activement part à la reconstruction nationale. Dès le premier numéro de la revue, Olga Arcuno dénonce très clairement la dangerosité de cette situation politique :

  • 7 Arcuno Olga, « Solidarietà », in Solidarietà, n° 1, septembre 1944.

Le fascisme a entravé la pensée, étouffé les initiatives, ôté à l’éducation ses meilleurs idéaux, a implanté l’ignorance, a considéré comme de crime le moindre écart envers les lignes et les doctrines politiques gouvernementales, a obligé les Italiens à se revêtir du masque de l’hypocrisie et à éteindre toutes formes de solidarité7.

14Cette revue, fondée par deux enseignantes engagées socialement, a donc pour but de créer les conditions culturelles nécessaires à l’essor d’un régime démocratique et d’encourager et d’aider les « apolitiques » à participer aux premières élections libres et au référendum institutionnel concernant le choix du régime, à savoir : monarchie ou république (2 juin 1946). En d’autres termes, cette revue était, pour ses rédactrices, un instrument qui visait à étendre leur fonction sociale de professeur de l’échelle de la classe à celle de la nation.

15Dans un premier temps, chaque numéro de la revue détaillait un des six principaux parti anti-fascistes dans au moins deux articles : l’un d’Olga Arcuno qui abordait le programme politique du parti et ses perspectives idéologiques et philosophiques et l’autre de Lelia Mangiarotti qui retraçait l’histoire de ce parti et le replaçait dans un contexte international. Naturellement ces articles ressemblaient à des leçons d’histoire et/ou de philosophie et ensemble formaient un tout très proche d’un cours sur les idéologies politiques contemporaines. Ce type d’articles fut publié pendant un an et demi, c’est-à-dire jusqu’aux élections nationales du 2 juin 1946.

16Dans ces articles, Olga Arcuno développait ses idées politiques soit discrètement soit de façon très explicite. Elle écrit ainsi à propos du Parti démocrate-chrétien (DC) :

  • 8 Arcuno Olga, « La Democrazia Cristiana », in Solidarietà, n° 3, novembre-décembre 1944.

Le parti démocrate-chrétien est fondamentalement différent de tous les autres partis politiques car il tire ses idées d’une doctrine considérée d’inspiration divine alors que tous les autres partis se fondent sur des idéologies de nature humaines qui sont donc sujettes aux évolutions et changements de l’humanité. En conséquence, le parti démocrate-chrétien partage avec l’Église catholique une attitude intransigeante qui dérive de la croyance que la seule et l’unique vérité est catholique et que toutes les autres vérités ne sont des erreurs qu’il faut combattre8.

17Dans l’ensemble de son ouvre, ses propres choix politiques apparaissent clairement dans ses explications sur le Parti communiste et les idéaux républicains.

18On peut remarquer un changement qualitatif de ses activés sociales par rapport à l’époque fasciste. Bien que son action politique semble constante en terme d’engagement social et d’indépendance, Olga Arcuno a désormais ôté « le masque de l’hypocrisie ». Elle tire profit des nouvelles libertés en matière de politique dès leur apparition et peut-être attendait-elle ce moment depuis longtemps. Solidarietà peut être considérée comme le lien entre son rôle d’enseignante et son besoin d’exprimer ses opinions politiques. Comme me l’ont rapporté certains de ses anciens élèves des années 1960, Olga Arcuno, en tant qu’enseignante, faisait très attention quand les sujets politiques étaient abordés, beaucoup d’étudiants savaient qu’elle était communiste, ou au moins de gauche, mais cette opinion ne reposait que sur des bruits de couloir et des rumeurs. En d’autres termes, elle faisait très attention à ne pas influencer politiquement ses élèves mais dès qu’elle le put, elle profita des nouvelles possibilités d’expression offertes par la démocratie pour s’engager davantage socialement et politiquement.

19Dans un second temps, on trouve dans chaque numéro des rubriques consacrées au courrier des lecteurs. Les rédactrices invitaient fortement les lecteurs de tout âge (mais surtout les jeunes) à envoyer des lettres exprimant leurs sentiments, leurs peurs, leurs idées et leurs opinions quant à ce difficile tournant historique. Pour ce faire, chaque numéro comportait un sondage (sous le nom de « référendum ») dont l’objet était décidé par Olga Arcuno : les lecteurs envoyaient leurs réponses et s’en suivaient des débats. Il y eut des sondages par exemple sur le droit de vote des femmes, l’anti-fascisme, les priorités éducatives, le dilemme du choix entre monarchie et république. L’enseignement d’Olga Arcuno se caractérisait aussi par une attention constante à échanger avec les étudiants et à les faire débattre entre eux, ce qui m’a également été rapporté par ses anciens élèves. De plus, les lettres envoyées à Solidarietà sont intéressantes en tant que telles car elles témoignent directement de l’expérience de la guerre et du passage du fascisme à la république de cette génération.

20Dans un troisième temps, les rédactrices invitaient, aussi souvent que possible, d’autres intellectuels à publier des articles sur ces mêmes sujets. Par exemple, l’article d’un médecin qui aborde dans Solidarietà la question de l’égalité entre hommes et femmes du point de vue médical et biologique ou celui de pédagogues qui alimentait le débat sur les réformes scolaires. Souvent, à la suite d’un article polémique, ces auteurs et même les lecteurs en général prolongeaient ces écrits en débat en envoyant de nombreuses lettres à la revue. Assurément ces échanges apparurent comme vraiment stimulants aux rédactrices puisqu’elles leur ont donné de plus en plus de place dans les pages de Solidarietà, créant ainsi un espace d’échange comparable à un network ou à un forum de discussion.

21Olga Arcuno a toujours évité un militantisme directement lié à un parti ou à une fraction politique même si elle avait assurément la culture, les motivations et les contacts pour le faire mais au cours de sa vie elle a toujours eu un engagement social visible dans ses recherches, ses publications et son enseignement. Son « habitus » d’enseignante respectable était aussi fort que ses engagements politiques et fut donc crucial dans la définition de ses choix politiques alors que son frère Ugo était un militant communiste qui fut quant à lui fidèle au parti dès son entrée dans celui-ci-au moment où il fut créé en Italie-et jusqu’à sa mort. Son identité d’enseignante respectable était aussi forte que ses engagements politiques. Les stratégies qu’elle a élaborées, afin d’éviter les préjudices sociaux liés à la participation des femmes à la vie politique et civile, peuvent être lues comme l’unique possibilité permettant de relier ces multiples et parfois contradictoires identités de femme, de communiste, d’enseignante, de féministe et peut-être aussi de chrétienne.

22Durant l’époque fasciste, elle éluda la pression et le contrôle social exercés sur les femmes en offrant une émancipation féminine qui passait par la culture et l’accès à des métiers plus qualifiants et en se retranchant derrière l’image d’une respectable fondatrice d’une association apolitique d’enseignants. Après la guerre, elle a refusé d’entrer et de militer dans le nouveau système des partis politiques, bien qu’elle eût toutes les caractéristiques requises à l’époque pour être une femme politique, car elle préférait s’engager auprès de ceux qui avaient besoin « d’une boussole » dans le contexte de l’après-Guerre et de la naissance du pluripartisme.

23Bien qu’elle définît souvent son engagement comme « apolitique », l’essence de celui-ci est indiscutablement politique, attitude qui ne peut être comprise qu’à travers une perspective de genre appliquée à l’histoire politique.

Notes

1 Arcuno Olga, La Filosifia religiosa di Blondel, Naples, Federazione italiana degli studenti per la cultura religiosa, 1922.

2 Elles ont été publiées dans l’appendice de Maurice Blondel, Cartesio, Malebranche, Spinoza, Pascal, saggi di storia della filosofia, Arcuno Olga (dir.), Florence, La Nuova Italia, 1975.

3 Paunz Alessandra, Intellettuali italiane negli anni Trenta. L’Alleanza Muliebre Culturale Italiana, thèse non publiée, Université de La Sapienza de Rome, 1997-1998, p. 119 et suivantes.

4 Pirovano Luigia A., « Il Femminismoe noi », in Cultura Muliebre, n° 2, mars 1931, p. 3.

5 Ibid.

6 Arcuno Olga, « Democrazia e apoliticità », in Solidarietà, n° 1, septembre 1944, p. 2.

7 Arcuno Olga, « Solidarietà », in Solidarietà, n° 1, septembre 1944.

8 Arcuno Olga, « La Democrazia Cristiana », in Solidarietà, n° 3, novembre-décembre 1944.

Auteur

Université de Naples-L’Orientale

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable