Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Femmes et politique

Mme de Staël et Marie-Antoinette : deux femmes en politique

Monique Cottret

Texte intégral

1À première vue il est difficile d’imaginer deux personnalités plus dissemblables. En dehors de leur identité de genre rien de commun en effet entre ces deux femmes. Si elles sont exceptionnelles, hors du lot, ce n’est certainement pas de la même façon. Archiduchesse d’Autriche, puis reine de France, Marie-Antoinette appartient à ce petit groupe des princesses qui circulent en Europe pour renforcer les alliances diplomatiques entre les puissances. Fille d’un banquier genevois devenu ministre de Louis XVI, femme d’un ambassadeur, Mme de Staël revendique un statut original d’intellectuelle, qui la situe d’emblée en marge de la société de cour. Ni l’une ni l’autre ne sont des dévotes, mais l’une est marquée par la culture protestante, tandis que l’autre respecte le catholicisme dominant. Une catholique, une protestante, une Genevoise, une Autrichienne, une femme savante, une passionnée de futilités. tout juste peut-on leur accorder un commun attrait pour la Suède, ou du moins pour les Suédois, encore que le mariage de Mme de Staël soit un mariage de convention, tandis que la passion de la reine pour Fersen relève de la transgression.

2Leurs vies ont été relativement courtes, Marie-Antoinette née en 1755 étant plus âgée que Louise-Germaine née en 1766. Elles se sont rencontrées à Versailles, mais ne s’estimaient guère. Dans un premier temps la Révolution ne les a pas rapprochées, bien au contraire ! Alors que la reine devient le point de ralliement de toute résistance au changement, la fille de Necker rêve d’une monarchie tempérée, à l’anglaise, dans laquelle son père pourrait faire la preuve des immenses compétences qu’elle lui attribue généreusement. Pourtant, en 1793, pendant l’été, alors qu’il est question de juger l’ancienne souveraine, Mme de Staël rédige un curieux pamphlet qui prend la défense de Marie-Antoinette. Il s’agit d’un plaidoyer politique relativement faible et souvent maladroit.

  • 1 Nous renvoyons à notre édition de ce texte, Mme de Staël, Réflexions sur le procès de la reine, 17 (...)

3Mais on peut aussi lire ces Réflexions sur le procès de la reine comme une esquisse féministe1.

LES PETITES HABILETES D’UNE AVOCATE IMPROVISEE

4La principale accusation contre Louis XVI, et plus encore contre Marie-Antoinette, était la trahison, la trahison d’un pays en guerre contre l’Europe. Dans l’été 93 la situation de la jeune république était des plus périlleuses. L’insurrection vendéenne progressait : les rebelles, maîtres de Saumur, menaçaient Angers. Les Anglais se préparaient à assiéger Dunkerque, les Autrichiens s’emparaient méthodiquement des places fortes qui protégeaient la frontière nord. Sur le Rhin, Mayence était tombée. Les Piémontais avançaient du côté des Alpes, les Espagnols avaient franchi les Pyrénées. Sur tous les fronts reculaient épuisées, humiliées, révoltées les armées de la république. Louis XVI et Marie-Antoinette avaient sollicité l’intervention des armées étrangères, les territoires conquis l’étaient au nom du roi de France.

  • 2 La correspondance de Marie-Antoinette, éditée par E. Lever, donne de multiples exemples de cette p (...)

5Cette accusation est sérieuse2. Mme de Staël choisit de l’ignorer. Elle ne peut ignorer le surnom d’« Autrichienne » donné à la reine, mais elle fait porter sa défense sur la période pré-révolutionnaire. Elle rappelle, ce qui n’est pas faux, mais bien éloigné, que ce surnom a été donné à la jeune dauphine à la cour de Louis XV, par les adversaires de l’alliance avec l’Autriche, alliance de 1756 ! Elle ne mentionne pas les interventions ouvertes de Marie-Antoinette pour soutenir la politique autrichienne : en 1778 dans la succession de Bavière, en 1783 à propos d’un projet de partage de l’Empire ottoman, en 1784 au sujet des revendications autrichiennes sur l’Escaut. Comme Louis XVI n’a pas suivi cette politique pro-autrichienne, elle en innocente la reine. Le retournement est adroit, mais ne peut convaincre que qui veut bien l’être.

6Mme de Staël procède de même avec le second surnom accusateur de Marie-Antoinette : « Madame Veto ». Il renvoie au droit de veto qui avait été donné au roi dans la constitution de 1791. L’avocate s’efforce de montrer que Marie-Antoinette n’a jamais eu aucune influence politique, mais là encore elle refuse de considérer la période révolutionnaire et examine les relations de la reine avec les différents ministres sous l’ancien régime. Elle constate que de nombreux ministres lui ont été hostiles, notamment Vergennes et que, sans se mêler des affaires de l’État, Marie-Antoinette, à titre personnel, a toujours été favorable aux « ministres patriotes ». À nouveau l’argument se révèle plus que contestable, et la fille de Necker ne pouvait se faire beaucoup d’illusions à cet égard. De toutes les façons, en 1793, les « ministres patriotes » eux-mêmes étaient suspects. Ne pouvant nier que Loménie de Brienne avait été choisi par la reine, Mme de Staël s’efforce de montrer que celle-ci a été trahie par son protégé.

7Mme de Staël est plus convaincante face aux accusations qui faisaient de Marie-Antoinette « Madame Déficit » en la rendant responsable du désastreux état des finances de la monarchie. La guerre navale entreprise pour aider les insurgés américains a coûté beaucoup plus cher que les bijoux, les plumes et les fanfreluches affectionnés par la reine !

8Au total cependant le plaidoyer est faible. Il cache une partie de faits connus de tous. Il n’entre pas du tout dans la logique de 1793. C’est probablement parce que Mme de Staël n’y croit pas elle-même : politiquement le cas est indéfendable. C’est comme femme que la reine peut être acquittée. Elle n’a été que fille, sœur, épouse et mère. Cette banalisation devient sa sauvegarde : les femmes ne sont pas responsables des décisions prises par les hommes.

LA DEFENSE D’UNE FEMME ORDINAIRE

9Toute l’histoire de la reine est alors réécrite par Mme de Staël comme celle de la veuve Capet. Elle semble prendre en compte la situation réelle de Marie-Antoinette et construit une image susceptible d’assurer sa défense. Femme de Louis XVI, elle n’avait aucun pouvoir, donc aucune responsabilité. Les reines ne gouvernent pas en France, le vieil adage du royaume qui ne doit pas tomber en quenouille se révèle bien utile ici. L’alliance de 1756 est présentée comme une stricte affaire de famille : Marie-Antoinette est un lien entre deux familles, comme n’importe quelle fille et épouse, elle fait tout son possible pour que s’entendent la belle-mère et le gendre. Comment aurait-elle pu se conduire autrement ? Pourquoi aurait-elle cherché à brouiller les siens ? On oublie les Habsbourg et les Bourbons, on ignore les rapports de forces et les relations diplomatiques en Europe, nous sommes face aux petits problèmes ordinaires des femmes dans la société. Mme de Staël essaie d’utiliser le sort réservé à l’ancienne souveraine pour la disculper ; puisqu’elle n’est plus rien, puisqu’elle est réduite au sort commun, pourquoi construire contre elle des accusations politiques ?

10Mais cette image qui peut convenir à la prisonnière du Temple, puis de la Conciergerie, ne saurait effacer les souvenirs de la reine régnante, frivole, dépensière, folle de divertissements et négligeant les devoirs de la fonction. M me de Staël réplique par avance à cette éventuelle contestation. Elle était jeune, belle, heureuse, brillante. Comment n’aurait-elle pas songé à ses plaisirs ? Assez adroitement, cette légèreté devient un nouvel argument, la preuve même de son innocence politique : elle n’avait ni le temps, ni le goût, pour les intrigues et le pouvoir ! D’ailleurs devenue mère, « une mère si tendre », entièrement dévouée à ses enfants, Marie-Antoinette a abandonné cette légèreté et renoncé aux plaisirs de la jeunesse. Là encore elle ressemble à toutes les femmes.

  • 3 Duprat Annie, Marie-Antoinette, la reine brisée, Paris, Perrin, 2006.

11Le portrait de la reine ainsi tracé par son avocate doit lutter contre un océan de pamphlets, caricatures, chansons qui ont pris pour cible Marie-Antoinette, depuis les années 17803. Elle y est présentée comme une harpie, mais elle est aussi autruche, panthère, truie compagne du royal-porcin. On sait que le couple royal a beaucoup tardé à donner un dauphin au royaume : dans ces circonstances une reine est toujours fragilisée. La coquetterie et la familiarité de Marie-Antoinette avec quelques jeunes seigneurs ont suffi à inquiéter la cour. Les frères et les cousins du roi ont été les premiers à le brocarder et à répandre des calomnies contre sa femme. On soupçonne Louis XVI de ne pas être le père du dauphin : terrible doute jeté sur la légitimité monarchique. Toute une littérature pornographique a décrit la sexualité débridée de la reine. La reine lubrique représente la peur de l’inversion, le fantasme de l’impuissance masculine. Le délire permet de conjurer la peur. La reine n’est plus qu’un sexe dévorant. Insatisfaite, elle va anéantir la nation, l’étouffer dans de criminelles étreintes. Mme de Staël ne donne aucun écho à ces accusations pourtant largement répandues. Elle constate cependant qu’aucune reine jamais n’a été calomniée autant et aussi publiquement. Mais elle passe pudiquement sur la nature de ces calomnies. À nouveau, elle renvoie la reine à son statut de femme : toutes les femmes sont impuissantes devant la fureur, la haine et le mensonge.

LA MATHEMATIQUE DU MALHEUR

  • 4 Mme de Staël, Réflexions sur le procès de la reine, op. cit., p. XVI-XVII.

12Femme comme les autres donc ? Pas tout à fait cependant et Mme de Staël plaide pour un statut spécial dans la souffrance. Plus on tombe de haut, plus le martyre est grand. Cet argument paraît difficilement conciliable avec la défense par la banalisation, mais il permet de tenter d’apitoyer davantage. Cette femme ne se distingue pas par son pouvoir mais par son malheur. Le récit des journées d’octobre 1789 autorise cette association paradoxale. Mme de Staël, témoin de ces événements, y voit la fin d’un monde. La monarchie absolue sort de son temple de Versailles et est contrainte d’accepter l’évolution vers une monarchie constitutionnelle. Mme de Staël qui avait rejoint son père dans les bâtiments du contrôle général se trouvait dans la même situation que la famille royale, assiégée par les émeutiers. Son récit est donc parfaitement crédible. La reine, réclamée au balcon par une foule hostile s’y présente d’abord avec ses enfants4 :

Elle s’avança sur ce balcon en présence du peuple, environnée de ses deux enfants, le charme de son cour et la gloire de sa vie. La multitude irritée lui cria Point d’enfants. La reine à ces mots terribles, craignant de leur faire partager son péril, se hâta de les éloigner, mais elle revint aussitôt pour se livrer seule, ou ne pas déshonorer la nation française, en paraissant la soupçonner ; le soir de ce même jour aussi calme que dans son entrée triomphale, elle s’adressa au maire de Paris, pour l’assurer qu’elle et le roi se remettaient avec confiance à la garde du peuple de Paris.

  • 5 Ibid., p. 76.

13La reine fait confiance au peuple, mais la reine est avant tout une mère, soucieuse de protéger ses enfants. C’est cette femme courageuse qui va subir un véritable chemin de croix, dont Mme de Staël développe les principaux épisodes. Il y a d’abord la mort terrible de son amie la princesse de Lamballe. Alors que la famille royale est enfermée au Temple, ceux qui ont tué la princesse, viennent présenter à la reine sa tête au bout d’une pique5 :

On la força [...] de s’étudier à reconnaître ces traits ensanglantés, et d’apprendre à travers l’horreur de la nature et l’effroi de ses sens, que celle qui l’avait aimée mourait victime de son attachement pour elle.

  • 6 Ibid.

14La seconde étape renvoie à la mort du roi6 :

Enfin le jour sans espérance arriva, celui que les liens du malheur lui rendaient plus cher, le protecteur, le garant de son sort et de celui de ses enfants [...] Cet homme dont le courage et la bonté semblaient avoir doublé de force et de charmes à l’approche de la mort, dit à son épouse, à sa céleste sœur, à ses enfants, un éternel adieu, cette malheureuse famille voulut s’attacher à ses pas, leurs cris furent entendus des voisins de leur demeure.

  • 7 Ibid., p. XXIX.

15Plus que jamais la reine est confondue avec sa famille, il s’agit d’une sainte famille qui accomplit un long et douloureux destin sacrificiel. L’ultime déchirement renvoie à l’enlèvement de son fils7 :

Depuis l’affreuse époque de la mort du roi, la reine a découvert, s’il était possible, de nouveaux soins à donner à ses enfants ; pendant la maladie de sa fille, il n’est aucun genre de services que sa tendresse inquiète n’ait voulu lui prodiguer [...] et cependant un jour on est venu lui ôter son fils. L’enfant pendant deux fois vingt-quatre heures a refusé de prendre aucune nourriture [...] Malgré ses pleurs, au péril de sa jeune vie, on a persisté à les séparer. Ah ! comment avez-vous osé dans la fête du 10 août mettre sur les pierres de la Bastille des inscriptions qui consacraient la juste horreur des tourments qu’on y avait soufferts, les unes peignaient les douleurs d’une longue captivité, les autres l’isolement, la privation barbare des dernières ressources, et ne craigniez-vous pas que ces mots Ils ont enlevé le fils à sa mère, ne dévorassent tous les souvenirs dont vous retraciez la mémoire ?

16La conclusion de Mme de Staël est évidente : cette femme a trop souffert, cette mère ne doit pas être immolée.

  • 8 Ibid., p. XXX.

17Sommes-nous devant un plaidoyer au féminin ou un pamphlet féministe ? Le texte de Mme de Staël se termine par un vibrant appel aux femmes8 :

Je reviens à vous, femmes immolées toutes dans une mère si tendre, immolées toutes par l’attentat qui serait commis sur sa faiblesse, par l’anéantissement de la pitié, c’en est fait de votre empire si la férocité règne, c’en est fait de votre destinée si vos pleurs coulent en vain. Défendez la reine par toutes les armes de la nature, allez chercher cet enfant qui périra s’il faut qu’il perde celle qui l’a tant aimé, qui sera bientôt lui-même un objet importun par l’inextricable intérêt que tant de malheurs feront retomber sur sa tête, qu’il demande à genoux la grâce de sa mère, l’enfance peut prier, l’enfance s’ignore encore !

  • 9 Balayé Simone, « Mme Staël et la Révolution ou comment exercer une influence quand on est une femm (...)

18Bien loin de réclamer des droits pour les femmes, l’avocate de la reine s’appuie sur « la nature », « les pleurs », « la pitié » et les non-droits des femmes pour défendre une irresponsabilité par ailleurs bien contestable. Pourquoi avoir écrit ce pamphlet, inopérant sur le plan pratique et nécessairement insatisfaisant quant à la démonstration ? Necker avait pris la plume pour défendre Louis XVI, sa fille a-t-elle voulu l’imiter en s’attachant au sort de la reine ? Plus fondamentalement, le sort de Marie-Antoinette renvoie au statut de la femme en politique, comme à la condition des femmes qui ambitionnent d’exister de manière indépendante dans une société masculine. En 1787, le personnage de Jane Grey avait passionné Mme de Staël, qui lui avait consacré une tragédie : Jane ne veut pas régner, mais elle est contrainte à l’action par ses partisans, et finalement entraînée par eux à la mort. Une ouvre de 1794, Zulma, semble reprendre des éléments du pamphlet en faveur de Marie-Antoinette : Zulma est coupable, car elle a assassiné son amant infidèle, mais plaidant sa cause devant un tribunal populaire, elle réussit à émouvoir l’assistance. Une femme ne peut agir avec les mêmes armes que les hommes ! c’est une question qui ne cesse de hanter la fille de Necker9.

  • 10 Pour une vision plus nuancée, voir Baczko Bronislaw, « Droits de l’homme, paroles de femmes, les j (...)
  • 11 Bernez Marie-Odile, Une Anglaise défend la Révolution française, réponse à E. Burke, par Mary Woll (...)

19Remarquons que notre auteure ne s’intéresse guère aux femmes du peuple. Le peuple d’ailleurs n’est pas différencié dans les écrits de Mme de Staël, c’est une masse émotive, violente, irrationnelle et dangereuse. Certes elle n’entonne pas le refrain de Burke ou de Chateaubriand (et d’un certain nombre d’écrivains après eux) qui n’ont vu que d’horribles furies parmi les femmes poussées par la faim de Paris à Versailles en octobre 178910. Mais c’est Mary Wollstonecraft qui, en 1794, répliquera aux accusations de Burke : comment peut-on se faire le chevalier servant de Marie-Antoinette et déverser tant d’horreurs sur les femmes du peuple qui manifestent pour avoir du pain11 ? Mme de Staël semble ne pas avoir vu de femmes parmi les insurgés d’octobre, c’est pourtant à elles, à la solidarité féminine qu’elle en appelle pour sauver Marie-Antoinette.

Notes

1 Nous renvoyons à notre édition de ce texte, Mme de Staël, Réflexions sur le procès de la reine, 1793, Paris, Les éditions de Paris, 2006.

2 La correspondance de Marie-Antoinette, éditée par E. Lever, donne de multiples exemples de cette politique ; citons entre autres cette lettre du 9 décembre 1791 : « Les imbéciles ne voient pas que, s’ils font une telle chose, c’est nous servir [...] la meilleure façon de nous servir est de bien nous tomber sur le corps » (p. 725) ; regrettant de devoir masquer sa pensée et jouer un double jeu permanent, la reine s’exclame dans une lettre du 7 décembre 1791 « Quel bonheur si je puis un jour redevenir assez pour prouver à tous ces gueux que je n’étais pas leur dupe ! » (p. 723). Et plus grave encore, pendant la guerre, en juin 1792 : « y a des ordres pour que l’armée de Lucker attaque incessamment ; il s’y oppose mais le ministère le veut. Les troupes manquent de tout et sont dans le plus grand désordre » (p. 790) ; Marie-Antoinette, correspondance, Paris, Tallandier, 2005.

3 Duprat Annie, Marie-Antoinette, la reine brisée, Paris, Perrin, 2006.

4 Mme de Staël, Réflexions sur le procès de la reine, op. cit., p. XVI-XVII.

5 Ibid., p. 76.

6 Ibid.

7 Ibid., p. XXIX.

8 Ibid., p. XXX.

9 Balayé Simone, « Mme Staël et la Révolution ou comment exercer une influence quand on est une femme », in Les Femmes et la Révolution française, modes d’action et d’expression, nouveaux droits, nouveaux devoirs, Brive Marie-France (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989, t. 1, p. 279-283.

10 Pour une vision plus nuancée, voir Baczko Bronislaw, « Droits de l’homme, paroles de femmes, les journées des 5 et 6 octobre 1789 », in Baczko Bronislaw, Politiques de la révolution française, Paris, Gallimard, « Folio Histoire », 2008, p. 92-129.

11 Bernez Marie-Odile, Une Anglaise défend la Révolution française, réponse à E. Burke, par Mary Wollstonecraft, Paris, CTHS, 2003, p. 150-151.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense CHISCO

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable

< o

peare (500x375 px)e="APA">APA inputa APA inputa Grand (1024x768 px)e="APA">APA s Cola,z (gcorre. ml suivantx fur grtégrVo cetroniq Dispvo sooe.ock">Format

text2011iframs http://bob. <http://books.openedition.or? #cita=emb d"nsty-clopadding:5px;border:2px sfemd #ddd;" width 500" heass=="375"g/pu2011/iframsg/pu s < < --> --> foiblev id="shaass="ass="hidden"> ass="cover table-celiv> --> ass=" foible-presclaale="Op --> ahe" foible-presclaale="-oks/image table-celiv> tr-chapter --> --> thn-ol -crp:nshare-intro"> //bob. <http://books.openediti"hare-cloanterre : Presses universitaires de ParniU"> http:docannexen.org/on.or/ople="-14198-110x90.parie

sooe

--> abodytable-celiv> tr foible-presclaale="- ifocitaionstlable-celiv> t foible-presclaale="-sooemapmat-chapter"> he" laalan dutsooee, Autriche

ul container">
  • 4047">Artsss">
  • 4043">Étudnivlittérs univetx hiloso hiquesss">
  • 4048">Littérstudiifrançaisess">
  • 4049">Humanités iquesss">
  • 4050">Sci

    s humainnivetxsocialesss">

  • 4051">Sci

    s juridiquesvetx femmes esss">

  • 405nshAutfur ectroniqvetxersrremétiresss">
  • 4053laanixxersthèsess">
  • 4054">Manuelsss">
  • 710">Horsn-ola,!-- #ss">
  • Touivlnivliniqsss">
  • 332osita auoeuesss">
  • 337osita presonnnivcitéesss">
  • 338osita mots ésss">
  • 346osita do iresss">
  • 192nshare-intro"> s="Ferxml:lang fr" lang fr">À propos – Cow hctsose-crottttttttss">
  • t foible-presclaale="-foll-irariat-chapter"> he" lat-chapter"> Suivez-nouivvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvvve, Autriche ul container">
  • RSSn http://books.openedition.org/pupo/29.org/bosocial-icons/rsh.pariewidth 16" heass=="16" />ss">
  • pitee" >Vl :
    tgiotmik@u-ptair10.frUnavailable piURL :
    //books.pnterre.u-ptair10.fr">//books.pnterre.u-ptair10.frss"> piAdnterr :
    ailable 200>Comnuimg ala Réoks/is enbr/>ailable Bat A bureau 320nbr/>ailable 92001 s de Par cedex nbr/>"subti n/available --> ass="cover foible-portar table-celiv> . <http://books.openss="current" title=" Blt;h"iU"> http:ting" src="https://static.openedition.org/booortar/logo-oeb-small.parie

    ul container"> li he" la . <http://books.openecataroguss= atarogusss"> li he" la . <http://books.openeauthoesshAuteuesss"> li he" la . <http://books.openeoks/images">Ébooeuesss"> li he" la . <http://books.opene64">Do iresss"> li he" la . <http://books.openeexcerptsn Extraitsss"> ass="cover foible-tp://books. table-celiv> //bob. wwwttp://books.openss="current" title=""iU"> http:ting" src="https://static.openedition.org/booortar/logo-oe-small.parie

    p s://static.-presclaale="Opnt" title=" est uux frtailmg anteree"3>s éférence é deuxsci

    s humainnivetxsociales.Unavailable ul container"> lil //bob. jee"nalhttp://books.openss="current" title=" Jee"nalhOpnt" title=" Jee"nalhss"> lia . <http://books.openss="current" title=" Blt;h"int" title=" Blt;hss"> lia //bob. hypotherre.penss="curreHypothèseh"iHypothèsehss"> lia //bob. calenda.penss="curreCalendas= alendass"> < //bob. wwwttp://books.open/8873"int" title=" elmaFreemium, Aute="MLA">MLA < foiblev n-book-mla -->