Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Espace et migration

L’émigration féminine jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale en Italie

Andreina De Clementi
Traduction de Isabelle Chabot

Texte intégral

1La période comprise entre l’unité nationale et la déclaration de la Seconde Guerre mondiale a coïncidé avec une phase d’extraordinaire mobilité et une gigantesque redistribution de la population italienne, tant à l’intérieur de la péninsule qu’à l’étranger. L’historiographie et les sciences sociales ont essentiellement privilégié l’étude des migrations vers l’étranger, alors que la mobilité interne mériterait tout autant d’attention, mais l’espace qui m’est imparti ne me permet pas de proposer une analyse aussi circonstanciée. On ne saurait cependant oublier que l’émigration vers l’étranger a entraîné des changements tout aussi significatifs et qu’elle a souvent ouvert la voie à l’autre forme de mobilité.

2Ces remarques introductives mettent d’emblée en évidence la grande complexité du phénomène : en ce qui concerne sa chronologie, il s’agit d’un mouvement qui est loin d’être linéaire ; pour ce qui est de sa dimension régionale, les flux migratoires ont vidé certains villages et en ont épargné d’autres qui parfois étaient très voisins ; se posent enfin la question des résultats et surtout celle du genre. Les hommes et les femmes ne se sont pas mis en mouvement de la même façon, ils ont souvent emprunté des routes différentes ; mais en analysant séparément les formes de la mobilité féminine et masculine, on ne parvient pas à saisir les interactions, les projets et les stratégies, et on risque donc de se fourvoyer. Enfin, la plupart des statistiques, officielles ou non, qui sont déjà fortement sujettes à caution, fournissent très sporadiquement des indications sur le sexe : c’est pourquoi l’émigration – et plus en général la mobilité-féminine a été globalement très sous-estimée. Ce chapitre a l’ambition de lui reconnaître la place et l’importance qui lui reviennent.

L’IMAGE MASCULINE DE L’EMIGRATION ITALIENNE

3Grâce à la disparition des frontières intérieures à la Péninsule, l’année 1860 inaugure une période de plus grande liberté de mouvement. Pourtant, les premières statistiques sur l’émigration au niveau national sont loin d’être impressionnantes. Surtout dans les premières années, le trend des expatriations s’avère tout à fait semblable à celui de la période précédant l’unité italienne. Ce n’est que par la suite que son augmentation commence à attirer l’attention des observateurs. Mis à part les chiffres, l’émigration vers l’étranger montre un profil très masculin : les hommes représentent, en effet, 89,45 % des migrants, avec des écarts significatifs au niveau régional. Pour ne limiter l’observation qu’au Sud, ils sont 80,2 % en Basilicate, 83,5 % en Campanie, 95,5 % en Calabre, 98,6 % dans les Abruzzes. Des chiffres qui sont inversement proportionnels à ceux observés au début du phénomène migratoire.

4En ce qui concerne les destinations, pendant les premières décennies on observe une certaine fluidité. Jusqu’aux années 1880, une émigration à caractère temporaire, essentiellement due à des conjonctures particulières, emporte les hommes et les femmes vers des lieux différents. Les hommes partent surtout pour la France, notamment dans les années 1872-73 quand, après les dévastations de la guerre franco-prussienne, les travaux de reconstruction et les chantiers des grandes infrastructures requièrent un surplus de main-d’œuvre masculine. Quant aux femmes, elles ont leur propre marché.

5L’allaitement mercenaire constitue une des sources de revenu parmi les plus accessibles : les femmes s’y consacrent à domicile, dans les hôpitaux qui accueillent les enfants abandonnés, voire à l’étranger. Les nourrices proviennent des campagnes :

  • 1 « Sono, infatti, quasi sempre mogli di mezzadri non benestanti,e sempre più con l’aggravarsi della (...)

Il s’agit presque toujours de femmes de métayers peu aisés et, avec la crise agraire de la fin du xixe siècle, de plus en plus souvent de femmes de travailleurs saisonniers, de petits propriétaires ou de fermiers des zones de montagnes qui émigrent eux aussi1.

6Ces femmes proviennent également des provinces de Lucques, Livourne et Pise, où le phénomène a été particulièrement bien étudié :

  • 2 « Insomma, la società toscana risponde alle difficoltà economiche mettendo a frutto le risorse di (...)

En somme, la société toscane répond aux difficultés économiques en exploitant toutes les ressources des membres de la famille, c’est pourquoi il n’est pas rare de trouver des hommes et des femmes émigrées vers des lieux différents2.

7Les familles de métayers de l’Ombrie contribuent également à ce phénomène migratoire, mais on trouve aussi des observateurs prêts à jurer qu’à l’étranger les nourrices « sont toutes calabraises ». En France, elles sont bien payées et dès que le cycle lactifère touche à sa fin, elles n’hésitent pas à appeler leur mari pour se faire mettre enceinte afin de se placer à nouveau comme nourrices. Elles partent vers le sud de la France, vers Marseille en particulier, avec un passeport à destinations multiples valable également pour l’Algérie et la Tunisie. Après l’ouverture du Canal de Suez, l’Égypte suscite également un grand exode. Au début du xxe siècle, les élites tunisiennes, italiennes et étrangères accueillent sous leur toit des jeunes femmes provenant de la Toscane auxquelles elles confient non seulement le nourrissage et la garde de leurs enfants mais également les services domestiques et la cuisine. Les séjours ont une durée plus ou moins limitée, ils ne sont jamais définitifs. Les femmes mariées ne peuvent rien faire sans l’autorisation maritale : on trouve des hommes qui, depuis Chicago, autorisent leur femme qui vient d’accoucher à se rendre à Marseille ; d’autres donnent leur accord pour la Suisse, l’Allemagne, les États-Unis.

  • 3 Bianchi Bruna, « Lavoro ed emigrazione femminile », in Storia dell’emigrazione italiana. Bevilacqu (...)
  • 4 Foerster Robert Franz, Italian Emigration of our Times, Cambridge, Harvard university press, 1919.

8Les régions frontalières, notamment celles proches de l’Autriche, n’avaient jamais vraiment coupé les liens existant avant l’unité de l’Italie et le marché du travail continue à attirer la main-d’œuvre migrante. À la fin du mois de février, les jeunes filles et les jeunes épouses quittent le Frioul et le Trentin pour se rendre en Bavière et se consacrer aux travaux agricoles ou aller travailler dans les briqueteries. Les Piémontaises traversent les Alpes pour se placer comme blanchisseuses, repasseuses, femmes de chambre3 ou pour se consacrer, avec les garçons, à la cueillette des olives et des fleurs. Elles travaillent en groupe pendant l’automne et l’hiver puis rentrent chez elle au printemps4. En 1882, l’ouverture du Saint-Gothard ouvre la voie vers la Suisse et favorise l’emploi des jeunes filles entre 14 et 20 ans dans les fabriques de chocolat, dans les manufactures de tabac et dans la confection de dentelles, rubans et tresses de paille.

  • 5 Trincia Luciano, Per la fede, per la patria, Rome, éd. LAS, 2002, p. 57.

9Les occupations les plus répandues et les plus qualifiées sont celles qui sont liées au secteur textile. À l’étranger, les Italiennes sont très recherchées : elles sont recrutées par leurs compatriotes en Vénétie, en Émilie, dans la région de Bergame et de Brescia, ou bien elles remontent la péninsule depuis la Calabre et la Sicile pour se rendre en Suisse, en France et en Allemagne où elles vont remplacer les autochtones qui ont désormais l’obligation d’être scolarisées. Ces jeunes filles vivent entassées dans des grandes chambrées, soumises à un rapide turnover, mal payées et mal vues par les Suisses qui redoutaient leur concurrence. En Allemagne méridionale, les ateliers absorbent également l’émigration féminine5. Les usines françaises de tissus engagent des jeunes filles provenant de la Vallée d’Aoste, d’Ivrée, de Saluces et bien souvent les ouvrières sont toutes des Italiennes.

10Ce tableau esquissé jusqu’ici est déjà partiel, mais il le serait encore plus s’il n’évoquait pas les départs, vers certains pays d’Amérique latine, notamment vers le Brésil et l’Argentine, qui cette fois ont un caractère définitif. Le subcontinent aura un succès durable, quoique incertain et risqué. C’est précisément le type de ressources que l’Amérique pouvait offrir-essentiellement la gestion de toutes petites fermes et de domaines agricoles-qui impose aux femmes et aux filles de partir elles aussi. Des familles entières de paysans quittent surtout une région extrêmement pauvre comme la Vénétie, après avoir vendu leurs pauvres biens pour une poignée de lires, dans l’intention de rompre avec la terre d’origine et de s’expatrier définitivement. En 1883, le bateau sur lequel Edmondo De Amicis s’embarque pour une traversée qui de Gênes l’amène à Montevideo puis à Buenos Aires regorge de ces pauvres gens. Le récit que l’écrivain italien nous a laissé rend bien en quelques mots la multiplicité des provenances régionales et leur traditionalisme :

  • 6 De Amicis Edmondo, Sull’oceano, Reggio Emilia, Diabasis, 2005 (1884), p. 77.

Tra la folla fittae nera si vedevan girare lunghe berrette blu di cafoni, busti verdi di donne calabresi, larghi cappelli di feltro di contadini dell’Alta Italia, cuffie di montanare, papaline rosse, italianelle, raggiere di spilli di villanelle della Brianza6.

  • 7 « Se sapevano cucire da uomoe da donna, trovavano facile occupazione dappertutto,e se sono stiratr (...)

11Sur les mille six cents passagers de troisième classe, les femmes et les enfants étaient à peine à quatre cents. Une partie de l’immigration urbaine se déverse en Argentine et en Uruguay. À la fin des années 1880, on comptait entre 25 000 et 30 000 Italiens. Nombre d’entre eux étaient des commerçants, leurs femmes se plaçaient comme domestiques, cuisinières, gouvernantes et bonnes d’enfants ; les repasseuses étaient bien payées et celles qui savaient coudre trouvaient facilement un emploi7. Les déplacements de population masculine provoquent également une augmentation de la prostitution. De nombreuses jeunes filles, attirées par une promesse de travail, s’en vont encombrer les bordels de toute l’Europe. À Terra di Lavoro, en Campanie, on découvre un trafic de femmes envoyées à Londres après le mariage. La traite des femmes destinées à l’Égypte était tristement célèbre ; au début du xxe siècle, elle fut étendue à Crète et à Malte – où se trouvaient des garnisons militaires – et en France et outre-océan.

  • 8 Paulucci di Calboli Raniero, Lacrime e sorrisi dell’emigrazione italiana, Milan, 1996 (1909), pass (...)

12D’après les enquêtes de l’époque, les femmes et les enfants étaient soumis à de véritables formes d’esclavage, y compris de la part de leurs compatriotes. Dans les années 1860, aux États-Unis on estimait que les petits Italiens, filles et garçons – que le vagabondage allaient vite transformer en délinquants et prostituées –, étaient environ 80 000. À Buenos Aires, bon nombre des 2 200 prostituées recensées étaient italiennes8.

13Dans les vingt premières années suivant l’unité de l’Italie, le modèle de migration présente un double aspect : une émigration permanente, une autre temporaire. En ce qui concerne le genre des migrants, dans la décennie 1876-1885, chaque année on compte en moyenne 112 000 hommes pour 20 000 femmes : l’écart est considérable, mais il faut cependant tenir compte du fait que les chiffres concernant l’émigration temporaire sont sensiblement gonflés. En effet, dans la mesure où ce choix impliquait de fréquents aller – retour, un même sujet pouvait traverser plusieurs fois les frontières : on raconte même de quelqu’un qui, tout au long de son existence, avait fait bien 38 voyages aux États-Unis ; or, dans les statistiques, de tels passages étaient attribués à autant de personnes différentes. La superficialité, voire la forte approximation qui affecte les enquêtes statistiques est bien à l’origine de l’image puissamment masculine de l’émigration.

LES ANNEES DU CHANGEMENT : L’EMIGRATION VERS L’AMERIQUE DU NORD

  • 9 Etts M. Hall, Rosa. The Life of an Italian Immigrant, Minneapolis, 1970.
  • 10 Ramella Franco, « Reti sociali, famiglie, strategie migratorie », in Storia dell’emigrazione itali (...)

14Les choses changent lorsqu’au début des années 1880 l’Amérique du Nord s’ouvre à l’émigration. Les États-Unis sortent de la crise qui les avait tenus à l’écart des courants migratoires européens ; désormais, en vue du renforcement du réseau ferroviaire, les grandes compagnies lancent leurs agents à la recherche d’une main-d’œuvre à recruter pour leurs chantiers. Et ils la dénichent parfois dans les coins les plus reculés : par exemple, dans la campagne lombarde comme le vieux mari de Rosa Cavallieri – le personnage principal d’une des plus célèbres biographies d’émigrés9 – expédié dans un village du Missouri ; sa femme fut obligée, bien à contrecœur, de le rejoindre et elle dut se résigner à s’occuper d’une armée de mineurs incapables de subvenir à leurs propres besoins. Du reste, l’habitude de confier aux femmes l’entretien des hommes seuls avaient été largement expérimentée par les équipes entièrement masculines qui se consacraient à l’émigration temporaire ; des exemples sont bien documentés pour le Frioul du début du xxe siècle 1010. Rosa ne résista pas longtemps aux mauvais traitements que lui infligeait un mari constamment ivre ; il n’en reste pas moins vrai que ce type de premier emploi était souvent destiné à faire la fortune des femmes émigrées.

15En peu de temps, dès le début du xxe siècle, les États-Unis deviennent la Terre promise pour la nouvelle émigration européenne, celles des Italiens mais également des Juifs fuyant les pogroms et des Polonais poursuivis par la faim. Depuis longtemps, l’introduction des bateaux à vapeur avait rendu le voyage plus rapide et plus économique, New York était plus proche que Buenos Aires ou Sao Paolo et s’y rendre n’impliquait pas la déstructuration de l’organisation domestique. Il était, en effet, plus facile d’y exporter les habitudes migratoires continentales avec quelques ajustements : un séjour de cinq à dix ans, qui suffisait à épargner un pécule à investir, de retour au pays, dans une maison ou dans un terrain, et si tout se passait bien, on pouvait toujours tenter un nouveau séjour.

16L’entreprise devenait tellement à porter de la main, et tellement enthousiasmante, que les femmes refusaient d’épouser un homme qui n’avait pas l’intention de tenter sa chance. Les jeunes couples privilégiaient essentiellement deux modes d’émigration : une incursion rapide de l’homme seul ou bien le transfert définitif des deux conjoints, éventuellement en deux temps, l’épouse étant précédée par son mari. L’émigration féminine, qui était minoritaire, était donc aussi très caractérisée par sa permanence.

17Il est cependant opportun de préciser que, dans la réalité, ce modèle binaire était plus fluide que ce que l’on peut croire : un projet d’émigration temporaire pouvait aisément se transformer en son contraire et vice versa, un transfert conçu comme définitif s’avérer moins souhaitable que prévu, quand des obstacles imprévus se présentaient (maladie, difficultés d’adaptation ou autre) et pouvaient faire échouer le programme initial. Ces changements étaient à l’ordre du jour.

18Il n’en reste pas moins vrai que, même si les chiffres étaient surestimés, les communautés installées outre-océan se caractérisaient par un excédent d’hommes célibataires, notamment parmi les derniers arrivés.

19Au début du siècle, quand l’émigration était devenue surtout un fait urbain, les étrangers tendaient à se regrouper par quartier et les Italiens s’y installaient par rue en fonction du village de provenance. C’est ainsi que naissent les célèbres « litle Italy » où les liens familiaux et villageois se recomposent dans le but de se protéger et se défendre dans un milieu souvent hostile. Les femmes constituaient le pivot autour duquel s’articulaient ces relations car elles étaient plus liées au milieu domestique, plus portées sur la négociation et les rapports affectifs. Leur rôle était décisif pour assurer la stabilité et la cohésion du groupe.

20Quand les migrants arrivaient de l’autre coté de l’océan, ils se retrouvaient bien souvent confrontés à une réalité qui n’avait rien à voir avec le « pays de cocagne » que leur avaient laissé entrevoir les conteurs et autres ambulants. Les logements étaient des taudis, le travail dur et risqué, le salaire des hommes insuffisant pour subvenir aux besoins de la famille. D’autres revenus s’avéraient nécessaires et c’était aux épouses et aux filles d’y pourvoir. La génération des parents et celles des enfants empruntaient des parcours différents.

  • 11 Cetti Luisa, « Donne italiane a New Yorke lavoro a domicilio (1910-1925) », in Movimento operaioe (...)
  • 12 Golding C., Understanding the Gender Gap, Oxford, Oxford University Press 1990, p. 100.

21Du fait de leur jeune âge, les épouses étaient destinées à devenir mère et à s’occuper des enfants. La naissance du premier les bloquait à la maison mais le travail à domicile leur permettait de ne pas s’éloigner tout en contribuant aux revenus de la famille. Au début du xxe siècle, New York grouillait de pauvres femmes qui passaient des heures et des heures à coudre des chemises ou des sacs, à empaqueter des gâteaux, à découper des papiers de couleur pour confectionner des fleurs bariolées. Les médecins philanthropes dénonçaient les conditions de vies de ces travailleuses faméliques, confinées dans des pièces étroites souvent dépourvues de fenêtres, attablées dans la cuisine et penchées sur l’ouvrage jour et nuit. À New York, la confection de vêtements et de chapeaux employait 67,7 % d’Italiennes ; c’était également elles qui monopolisaient presque totalement la confection des fleurs artificielles (72 %), un ornement très à la mode pour les chapeaux des dames11. Pour un travail et un horaire équivalents, leur salaire était inférieur de 47 % à celui que les ouvrières d’usine recevaient et pour chaque enfant âgé de moins de trois ans, la rémunération était encore réduite de 15 %12. Mais les fluctuations saisonnières de l’embauche représentaient le problème le plus dramatique, aussi bien pour les hommes que pour les femmes. Le cycle productif des fleurs en papier durait huit à neuf mois, celui de l’emballage des gâteaux ou de la mise en boite de la viande durait un mois de plus. Les services personnels n’échappaient pas à cette règle : ils n’étaient plus requis lorsque la clientèle quittait la ville pour partir en villégiature. À toutes ces difficultés, s’ajoutait la ségrégation volontaire que la barrière linguistique ne faisait qu’aggraver : c’est pourquoi les premières générations de mères italiennes entrèrent bien peu en contact avec la vie américaine.

  • 13 Bianchi Bruna, Lavoro ed emigrazione, op. cit., p. 270.

22Tenir une boarding house était une autre possibilité de travail qui se présentait aux femmes émigrées. Pour quelques sous, elles donnaient l’hospitalité à des hommes seuls : un mauvais lit, souvent à partager avec quelqu’un d’autre, les repas et la lessive. Il s’agissait d’une ressource inestimable qu’il ne fallait pas laisser passer car elle promettait quelques maigres revenus supplémentaires en échange d’un service médiocre et elle confinait un peu plus les épouses dans l’espace domestique. Le pensionnaire, de son côté, faisait quelques économies supplémentaires, ce qui lui permettait d’envoyer un peu plus d’argent au pays. L’hospitalité dans la boarding house n’était offerte qu’à des compatriotes : on y parlait un dialecte familier et les derniers arrivés pouvaient ainsi s’acclimater et récupérer quelques lambeaux d’une identité perdue. Il fallait aussi tenir compte de cela. Si cette situation permettait aux hommes d’alléger leur solitude, pour les femmes elle représentait souvent un esclavage épuisant et dégradant ; la sociabilité et la promiscuité pouvaient vite dégénérer et donner lieu à des plaisanteries vulgaires, à des humiliations quotidiennes voire à des violences sexuelles dont les adolescentes et les enfants pouvaient être victimes13.

  • 14 Ibid., p. 272.

23De leur côté, les filles adolescentes s’aventuraient immédiatement dans les méandres de l’usine où le manque d’intérêt pour des taches répétitives et sans avenir était compensé par les contacts quotidiens avec les compagnes de travail. Le groupe de filles du même âge ressemblait de près à une agence de contre-culture juvénile et d’américanisation. Au Brésil, dans la première phase de l’industrialisation les jeunes filles constituaient aussi le gros de la main-d’œuvre ; et comme en Italie, la tuberculose faisait plus de victime parmi elles que parmi les jeunes de leur âge14.

  • 15 Tentler Leslie Woodcock, Wage Earning Women. Industrial Work and Family Life in the U. S. 1900-193 (...)

24Les parents italiens, polonais ou juifs redoutaient qu’une instruction « excessive » rende leurs filles inaptes au mariage et ils évitaient donc qu’elles aillent à l’école ; une école qui, de son côté, ne brillait pas par ses capacités éducatives. Les filles étaient habituées à se penser et à penser leur propre rôle d’adulte en terme de domesticité ; le mariage les aurait arrachées pour toujours à l’usine et cette perspective rendait superflue la recherche d’un travail capable d’offrir un avenir plus gratifiant15.

25La seconde génération était celle qui était la plus prête et la plus disposée à adopter l’American way of life. Mais cette attitude suscitait des contrastes incessants avec le monde des adultes qui s’avéraient plus durs que les conflits avec les employeurs ; ceux-ci apparaissaient bien moins importants et le moindre élan vers l’antagonisme social semblait mis de côté.

  • 16 Vezzosi Elisabetta, « Le organizzazioni italiane operaie negli Stati Uniti », in Storia dell’emigr (...)

26Les Italiens à l’étranger affichaient une certaine indifférence politique et, par rapport à d’autres minorités plus combatives, ils étaient peu enclins à s’engager dans la conflictualité sociale. Cette opinion répandue a été entièrement reçue par l’historiographie sur l’émigration qui a presque totalement intériorisé la question. Or, on connaît bon nombre d’épisodes qui vont dans une tout autre direction. Ainsi, en 1913 la grève mémorable de Paterson fut souvent appelée « la grève italienne ». Par ailleurs, dans certains moments cruciaux les femmes étaient loin de se défiler. Les Italiens représentaient le second groupe ethnique de travailleurs employés dans la confection. Quand l’industrie new-yorkaise de l’habillement fut paralysée par une grève sans précédent, les femmes étaient en première ligne : « elles organisèrent des piquets de grève, elles poussèrent les travailleuses non syndiquées à abandonner leur machine à coudre, elles défièrent la police, les coups et les arrestations16 ». Les Italiennes ont acquis cette réputation d’indifférence à cause de leur méfiance des organisations traditionnelles qui, cependant, n’excluait pas d’autres formes de militantisme. Par ailleurs, après avoir subi pendant longtemps le leadership des femmes juives plus entreprenantes, seulement dans les années trente les Italiennes entrèrent dans les syndicats du textile et de l’habillement.

27Parmi les métiers féminins exercés par les Italiennes, le service domestique dans les maisons est totalement absent, alors qu’il s’agissait d’une ressource essentielle des immigrés. Pour expliquer cette incohérence apparente, on s’est souvent retranché derrière le concept d’honneur sexuel, un stéréotype passe-partout, en particulier lorsqu’il est question de l’Italie du Sud. Aussi, a-t-on dit que les femmes italiennes auraient évité de se placer comme domestiques pour ne pas compromettre leur réputation. Si tel avait été le cas, elles auraient également dû rester cloîtrées à la maison et être gardées à vue : or, on les trouve employées dans toutes sortes de métiers et d’activité où elles étaient tout autant exposées à une certaine promiscuité. Les sources de l’époque fournissent quelques indices qui suggèrent une tout autre interprétation :

  • 17 Società Geografica Italiana, Indagine sull’emigrazione, op. cit., p. 221.

[Aux Etats-Unis], il y a une grande pénurie de bonnes domestiques et cuisinières, de blanchisseuses et repasseuses bien payées. Les femmes qui accompagnent nos migrants, qui sont pourtant de grandes travailleuses, se plient difficilement aux travaux domestiques ou sont peu efficaces par manque de pratique, et si on les compare à des femmes d’autres nationalités, elles sont plus exigeantes17.

28Quelle est donc l’explication la plus convaincante ?

  • 18 Odenkrantz Louise Christine, Italian Women in Industry, New York, Russel Sage Foundation, 1919, p. (...)

29Dans les trente dernières années du xixe siècle, avec la croissance soutenue de la classe moyenne et la diffusion des emplois féminins qui en découle, la demande de domestiques augmente énormément. Aux États-Unis, ce sont les Scandinaves et les Allemandes qui monopolisent ces emplois. Ces femmes qui émigrent à la même époque que les Italiennes sont particulièrement appréciées par les familles américaines à cause des affinités de langues, de comportements et de religion. Les jeunes Nord-Européennes colonisent donc le secteur de la domesticité de sorte que les femmes provenant de l’Europe méridionale qui arrivent avec les vagues migratoires suivantes trouvent le marché pratiquement saturé. Les innovations technologiques contribuent également à faire baisser la demande : à la fin du siècle, l’électricité a remplacé le bois et le charbon, les techniques de réfrigération ont réduit la nécessité de faire les courses tous les jours et la diffusion des blanchisseries mécaniques ont éliminé la lessive à la main. En bref, en 1911, cinq des cinq cents Italiennes interviewées à Manhattan par Louise Odenkrantz avaient un passé de domestique18. Enfin, un autre aspect de la question mériterait d’être approfondi : dans les familles paysannes, les tâches domestiques des femmes avaient un poids très relatif, voire inexistant, aussi les Italiennes étaient-elles peu préparées à les effectuer et elles manifestaient même une certaine réticence.

MARGES D’AUTONOMIE

30Dans les quinze premières années du xxe siècle, l’émigration connaît une croissance exponentielle. Les hommes continuent à représenter la majorité des migrants italiens, une disproportion particulièrement voyante aux États-Unis qui a pour effet de provoquer un excédent de femmes seules dans les villages d’origine. De ce fait, les équilibres du marché matrimonial sont vite compromis et de très nombreuses jeunes filles risquent d’être condamnées au célibat définitif. Les femmes ne se laissent pas abattre pour autant : pour résoudre ce problème, elles mobilisent des réseaux féminins de tantes, commères et villageoises et, avec la complicité des boarding houses et les fréquentations de Little Italy, elles commencent à combiner des mariages. Il suffit de faire circuler des photos aller-retour-des photos parfois anciennes et un peu retouchées – et, après une traversée plus ou moins aventureuse, les jeunes filles sont casées. C’est ainsi que les premiers contingents de femmes seules commencent à quitter l’Italie. Les noces sont célébrées dans le lieu de destination, mais toujours en présence des deux conjoints. J’ajouterais que, dans les actes notariés de cette époque, je n’ai jamais trouvé de traces de mariage par procuration qui, en revanche, ont eu une grande diffusion après la Seconde Guerre mondiale.

31L’élagage de la population masculine prive la société italienne d’une part considérable de ses meilleures ressources. Des bataillons de jeunes hommes entre 15 et 40 ans s’éloignent pendant de longues périodes, voire de façon définitive, laissant au village les femmes, les enfants et les vieux. Pour les femmes, cela signifie le redoublement des tâches agricoles et l’entière responsabilité de l’éducation des enfants. Les adultères et les infanticides augmentent, les petits larcins aussi, à cause des retards dans les versements d’argent des hommes émigrés. Beaucoup de terres sont abandonnées.

32À l’étranger, bon nombre d’hommes fondent une nouvelle famille ; qu’ils le souhaitent ou non, certains maris sont introuvables, mais dans l’ensemble les rapports affectifs et d’affaires entre les migrants et le village d’origine sont vite renoués, en particulier grâce à d’intenses échanges épistolaires qui constituent désormais un genre littéraire autonome, et, somme toute, les liens conjugaux résistent à l’usure du temps.

33Pour soutenir les charges familiales, éteindre des dettes anciennes ou celles contractées pour pouvoir partir, pour acheter à prix d’or une maison, un lopin de terre ou encore verser la dot des filles, il fallait se serrer la ceinture, se contenter de partager un mauvais lit dans une boarding house malodorante et encaisser le mépris des autres étrangers qui regardaient de haut ces vies misérables.

34En Amérique, ces Italiens vivaient comme des ombres. La vraie vie était ailleurs, là où ils étaient nés et où ils seraient retournés. Les taxinomies statistiques – qui distinguaient les départs solitaires de ceux des familles entières-sont tout à fait déroutantes. L’émigration n’était jamais envisagée sur un coup de tête, elle n’était pas le fruit d’une décision individuelle : elle résultait plutôt d’une longue réflexion, après avoir attentivement pesé les avantages et les inconvénients, et souvent les stratégies familiales dépassaient la volonté individuelle. Les jeunes célibataires étaient expédiés en Amérique pour accomplir une mission temporaire au terme de laquelle la famille les rappelait au pays. Dans le cas des gens mariés, le projet d’émigration ne pouvait se réaliser qu’avec le consentement de la famille paternelle à laquelle il était obligatoire de confier la charge de la femme et des enfants, surtout s’ils étaient très jeunes, et en garantir l’entretien matériel. Les épouses sédentaires – sur lesquelles, nous l’avons vu, pesaient de lourdes charges supplémentaires – participaient de toutes façons à toutes les phases de l’aventure migratoire, en commençant par la recherche des fonds nécessaires pour en payer les frais. Bien souvent, elles y contribuaient aussi avec la disponibilité de leur dot, d’un petit héritage ou en mettant de côté quelques économies provenant du travail extra-domestique. Ces revenus représentaient souvent une liquidité étrangère aux travaux agricoles.

35Le temps passant, l’expérience de vie à l’étranger se consolidait et les liens avec la famille paternelle se relâchaient, à la fois parce que les jeunes épouses supportaient mal ce contrôle et parce que la confiance envers les parents et les frères était régulièrement trahie. L’argent envoyé empruntait d’autres voies que celles indiquées par l’expéditeur ; aussi, pour éviter de désagréables inconvénients, les versements étaient-ils faits directement à l’épouse. Celle-ci ne tardait pas à se révéler une trésorière attentive et une exécutrice de confiance des investissements et de destinations indiquées par le mari. Les femmes deviennent ainsi les associées en affaires de leur conjoint et la solidarité conjugale se renforce au détriment du cordon ombilical qui n’était jamais vraiment coupé avec la famille d’origine. Les femmes font ainsi leur entrée dans des espaces sociaux qui jusqu’alors leur étaient fermés : elles commencent à fréquenter avec assiduité et compétence les banques, les bureaux de poste, les études de notaires. Elles acquièrent ainsi une certaine estime de soi et elles constatent aussi que la considération de leur mari augmente. On se saurait pourtant parler d’émancipation. Ces formes jusqu’alors inconnues de socialisation sont de toutes façons inscrites dans un rapport subalterne : les achats, les ventes, les prêts, les dotations, en un mot l’emploi de l’argent envoyé était décidé à des milliers de kilomètres de distance et les femmes n’avaient qu’à exécuter ces décisions. En effet, la fragilité des mutations dans les relations entre les genres émerge avec évidence au terme de l’émigration, quand les anciennes hiérarchies se recomposent et tout redevient comme avant.

RAPPROCHEMENTS

  • 19 Bianchi Bruna, Lavoro ed emigrazione, op. cit., p. 233.

36La déclaration de la première guerre mondiale a un effet immédiat sur l’émigration. Une mobilisation d’une telle envergure laisse les pays belligérants à court de main-d’œuvre masculine dans la plupart des secteurs de production, de l’agriculture à l’industrie en passant par les services. Ils sont donc bien obligés de puiser abondamment dans le réservoir féminin, y compris en franchissant les frontières nationales. La France emploie des Italiennes en Lorraine : en 1912, 32 000 Italiens, dont 4 500 enfants et 3 200 femmes, résidaient dans le district de Briey et dans d’autres secteurs minéraliers fréquentés par leurs hommes19.

37Aux États-Unis, les rangs des étrangers sont bouleversés : les communautés plus anciennes et mieux intégrées comme celles des Allemands sont considérées ennemies et persécutées ; la navigation civile est réduite au maximum ; les frontières sont fermées et on ne les ouvre que sporadiquement pour faire entrer les femmes et les enfants dont les chefs de familles demandent le rapprochement. En fait, toutes les communications sont interrompues.

38Un événement traumatisant comme la révolution russe avait rendu les Américains méfiants. Par ailleurs, le marché du travail était désormais saturé et les nuages encore peu visibles commençaient à apparaître à l’horizon.

39En bref, sur les quais de New York les dernières arrivées de migrants ont lieu dans les deux années qui suivent la fin de la Première Guerre Mondiale, après quoi c’est le black-out complet, avec des quotas de plus en plus réduits qui ferment l’entrée dans le pays. C’est l’immigration la plus récente, et la moins appréciée, qui est pénalisée : le contingent admis à entrer est calculé sur la base du recensement de 1891, c’est-à-dire à une date où l’émigration commençait à peine.

  • 20 Devoto Fernando, « In Argentina », in Storia dell’emigrazione italiana, op. cit., Arrivi, p. 46.

40Les États-Unis ne sont pas les seuls à agir de la sorte. La même neutralité qui, par exemple, avait favorisé les exportations et l’économie argentines pendant la guerre, s’avère être un véritable boomerang en temps de paix. Une crise grave appauvrit la population et provoque de violentes manifestations xénophobes qui culminent dans ce que l’on appelle la « semaine tragique » de janvier 1919 dont les Juifs et les Catalans sont les principales cibles. Pourtant, le gouvernement argentin, encouragé par l’exemple nord-américain, ne fait pas beaucoup de distinctions et s’emploie à dissuader toute l’immigration20.

41En dépit de toutes ces adversités, et malgré l’hostilité fasciste, les Italiens ne renoncèrent pas du tout à quitter le pays. Dans l’entre-guerres-deux-guerres, ils se déplacent en masse surtout vers la France, depuis toujours affligée par un déficit démographique que les pertes de la guerre rendent encore plus difficile à combler.

42Les bateaux au départ des ports italiens ne cessent pas complètement de faire la navette, mais la composition des flux migratoires change radicalement. La nouvelle politique restrictive ne se limite pas seulement à réduire le nombre des départs, elle donne aussi la priorité aux rapprochements de conjoints et de parents proches ; aussi la composante masculine diminue-t-elle au profit des femmes et des enfants.

43Une fois que la fureur de la Red Scare s’atténue et que l’atmosphère de confiance instaurée par la présidence Wilson se dissout, les USA se ferment sur eux-mêmes et l’immigration est peu à peu absorbée. Les problèmes qui vont se présenter sous peu sont d’une tout autre nature. L’effondrement de Wall Street met le pays à genoux et avec lui tous ceux qui étaient venus d’ailleurs. Pour eux, le temps des craintes appartenait au passé, ils avaient commencé à quitter les quartiers ethniques en acceptant de se mélanger aux autres, mais ils n’avaient pas du tout renoncé aux coutumes et aux valeurs de leur pays d’origine-notamment la génération pionnière – qu’ils croyaient avoir conservé intactes. De ce point de vue-là, la production cinématographique américaine est le miroir fidèle tant de ces convictions que de leur caractère illusoire.

  • 21 Kessler-Harris Alice, Out to Work. A History of Wage-Earning Women in the U. S., Oxford, Oxford Un (...)

44Le chômage n’épargne personne, mais il frappe de façon différente les hommes et les femmes. Les hommes qui travaillaient dans des secteurs comme l’industrie lourde sont les plus durement touchés. Le secteur manufacturier et le tertiaire réussissent à éviter la débâcle et les femmes qui constituent le gros de la main-d’œuvre parviennent souvent à conserver leur emploi. C’est pourquoi pendant toute la durée de la Grande Dépression on assiste à de violentes campagnes d’opinion pour expulser les femmes mariées du marché du travail21.

45Les témoignages directs qui évoquent cette époque montrent que les familles immigrées affrontent, elles aussi, de grandes difficultés. Avec des hommes contraints et forcés à l’inaction et au chômage, la fonction de breadwinner passe entièrement aux femmes qui sont parfois aidées par les modestes apports des enfants mineurs. On pourrait penser qu’une telle situation provoqua un renversement des rôles familiaux et une perte sèche de l’autorité maritale, déjà durement affectée par l’impact culturel avec le nouveau monde. Dans la grande majorité des cas, il en est probablement allé ainsi. Mais certains témoins racontent aussi que, de façon tacite, au sein du couple on dissociait le rôle de commandement de celui de gagne-pain. Ces témoins parlent d’un pouvoir masculin intact et de rapports hiérarchiques inchangés.

Notes

1 « Sono, infatti, quasi sempre mogli di mezzadri non benestanti,e sempre più con l’aggravarsi della crisi agraria dalla fine dell’Ottocento, mogli di braccianti, di lavoratori stagionali, di piccoli proprietari, fittavoli delle zone montuosee pedemontane che emigrano essi stessi », Balie da latte. Istituzioni assistenzialie privati, Dadà Adriana (dir.), Florence, Éd. Morgana, 2002, p. 47.

2 « Insomma, la società toscana risponde alle difficoltà economiche mettendo a frutto le risorse di tutti i componenti della famiglia, per cui non è raro trovare uominie donne emigrate, magari per destinazionie mestieri diversi » ; ibid., p. 58.

3 Bianchi Bruna, « Lavoro ed emigrazione femminile », in Storia dell’emigrazione italiana. Bevilacqua P., De Clementi A., Franzina E. (dir.), Rome, Donzelli, 2002, Partenze, p. 363.

4 Foerster Robert Franz, Italian Emigration of our Times, Cambridge, Harvard university press, 1919.

5 Trincia Luciano, Per la fede, per la patria, Rome, éd. LAS, 2002, p. 57.

6 De Amicis Edmondo, Sull’oceano, Reggio Emilia, Diabasis, 2005 (1884), p. 77.

7 « Se sapevano cucire da uomoe da donna, trovavano facile occupazione dappertutto,e se sono stiratrici hanno un guadagno assai lusinghiero » (Società Geografica Italiana, Indagine sull’emigrazione italiana all’estero, 1888-89, Rome, 1890, p. 224).

8 Paulucci di Calboli Raniero, Lacrime e sorrisi dell’emigrazione italiana, Milan, 1996 (1909), passim.

9 Etts M. Hall, Rosa. The Life of an Italian Immigrant, Minneapolis, 1970.

10 Ramella Franco, « Reti sociali, famiglie, strategie migratorie », in Storia dell’emigrazione italiana, op. cit., Partenze, p. 150.

11 Cetti Luisa, « Donne italiane a New Yorke lavoro a domicilio (1910-1925) », in Movimento operaioe socialista, 3, 1984.

12 Golding C., Understanding the Gender Gap, Oxford, Oxford University Press 1990, p. 100.

13 Bianchi Bruna, Lavoro ed emigrazione, op. cit., p. 270.

14 Ibid., p. 272.

15 Tentler Leslie Woodcock, Wage Earning Women. Industrial Work and Family Life in the U. S. 1900-1930, Oxford, Oxford University Press, 1982, p. 107.

16 Vezzosi Elisabetta, « Le organizzazioni italiane operaie negli Stati Uniti », in Storia dell’emigrazione italiana, op. cit., Arrivi, p. 281.

17 Società Geografica Italiana, Indagine sull’emigrazione, op. cit., p. 221.

18 Odenkrantz Louise Christine, Italian Women in Industry, New York, Russel Sage Foundation, 1919, p. 32.

19 Bianchi Bruna, Lavoro ed emigrazione, op. cit., p. 233.

20 Devoto Fernando, « In Argentina », in Storia dell’emigrazione italiana, op. cit., Arrivi, p. 46.

21 Kessler-Harris Alice, Out to Work. A History of Wage-Earning Women in the U. S., Oxford, Oxford University Press 1982, p. 257.

Auteur

Université de Naples – L’Orientale

Isabelle Chabot

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable