Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Espace et migration

L’émigration clandestine italienne en France dans le deuxième après-guerre : les expériences du passage de la frontière dans les récits des émigrés

Rocco Potenza

Texte intégral

1Au cours de ma recherche pour la thèse de doctorat sur l’émigration clandestine des Italiens en France dans les années 1945-1957, j’ai recueilli des témoignages à Bardonecchia, dans la région de Turin, d’anciens passeurs qui faisaient rejoindre la France aux clandestins à travers les Alpes. En même temps, pendant mon séjour en France et à Grenoble en particulier, j’ai rencontré des émigrés italiens qui m’ont raconté leur expérience de la clandestinité. Le souci majeur du point de vue méthodologique a été celui de les retrouver parce que, comme il est facile de l’imaginer, beaucoup d’entre eux sont morts et ceux qui restent sont très âgés. Cependant, grâce à des associations d’Italiens émigrés, à la collaboration de nombreuses autres personnes et un long séjour à Grenoble, j’ai réussi à retrouver quelques-uns de ces anciens clandestins.

LE PASSAGE DE LA FRONTIERE

2Le passage de la frontière représentait pour les émigrés un des moments les plus importants. Traverser la frontière signifiait commencer concrètement l’émigration et en expérimenter directement les contradictions. En effet, les émigrés modifiaient à la frontière leur statut juridique, commençant alors à être assujettis aux législations des pays où ils allaient travailler. Dans tous les témoignages que j’ai recueillis, un aspect très intéressant a émergé : la plus grande partie de ces émigrés se souvient parfaitement de tous les détails (lieux, dates, horaires, personnes, événements, etc.) du départ, du voyage et de l’arrivée en France, ce qui prouve que l’expérience du voyage représente un événement important de la vie, qui reste imprimé dans la mémoire. Ce qui m’a cependant frappé dans ces récits, c’est la brusque accélération de la narration : après le passage de la frontière, on passe vite à la phase suivante, celle de l’arrivée en France. Pourtant le passage de la frontière est la partie la plus importante et la plus significative du parcours migratoire. Pourquoi donc cacher cet aspect tellement important ? L’embarras et la honte, mais surtout la souffrance associée au souvenir, sont des facteurs qui peuvent expliquer ce saut temporel dans le récit. Pour mieux comprendre cet aspect du récit, une observation méthodologique doit être faite, celle de considérer que dans chaque récit de vie, on retrouvera toujours la prépondérance d’une modalité expressive sur l’autre. Parfois prévaudra un récit unique qui dispose l’histoire de vie un peu comme un roman, parfois la narration sera fragmentée et signée par des événements qui en segmentent le rythme.

  • 1 Starace Giovanni, Il racconto della vita. Psicoanalisie autobiografia, Turin, Bollati Boringhieri, (...)

3Cette double façon de communiquer l’expérience crée dans la narration un rythme très particulier. Certains récits de vie ont un cours fluide, cohérent et sans interruptions, avec une intrigue solide, avec un fil conducteur qui oriente l’histoire ; mais la plus grande partie des histoires propose au contraire une représentation de la vie avec un cours rythmique qui procède par sauts. Le fait de cacher et de retenir un secret sur des événements de sa propre vie est emblématique, et souvent il est rattaché à des épisodes extrêmement importants qui mettent en jeu l’identité de l’individu. Se cacher par peur que les autres connaissent les aspects les plus secrets et importants de soi signifie protéger les parties les plus intimes de son être. C’est, au-delà de représenter un mécanisme régulateur de mise à distance des autres, une défense contre l’intrusivité. Le secret est aussi le résultat d’une protection contre une scission du moi, ressentie comme une menace potentielle pour son identité1. Ce mécanisme psychologique pourrait donc expliquer l’omission dans le récit des émigrés du passage de la frontière. En effet, ils ne traversent pas seulement des frontières géopolitiques mais aussi des frontières symboliques qui marquent une rupture entre un « avant » et un « après ». C’est dans ce moment précis qu’on acquiert le statut de clandestin, on passe d’une situation de légalité à une situation d’illégalité. C’est exactement ce passage qui marque pour les émigrés un changement d’identité ; un instant avant, on était quelqu’un, un instant après, on est devenu quelqu’un d’autre. Le souvenir de ce moment est en effet suspendu, fixé comme dans une photographie ; la mémoire a capturé toutes les images de cette expérience et les reflète dans un souvenir extrêmement précis et minutieux de toutes les particularités contingentes à la situation : voix, couleurs, sensations, personnes, tout est gravé dans la mémoire.

4Ce n’est qu’au moment où je les ai poussés à me raconter quelque chose en plus sur le moment précis du passage que les interviewés ont commencé à ouvrir des brèches dans ce mur de silence qu’ils avaient eux-mêmes construit, me donnant ainsi la possibilité de regarder à travers et de découvrir que le souvenir était là, présent et qu’il s’intégrait parfaitement à tout le reste de l’histoire.

LIEUX, MOUVEMENTS, IDENTITES

5Ces émigrés arrivaient à Bardonecchia, le point du passage le plus fréquenté de la frontière et étaient, dans la plupart des cas, dépourvus de quelconques moyens pour affronter la neige, la glace et le froid des Alpes.

  • 2 Archivio centrale dello Stato, Ministero del Lavoroe della Previdenza Sociale, Direzione generale (...)

Mon bagage était constitué d’un panier en osier qui contenait des pantalons, deux chemises et un pull. [...] Je portais un pantalon et un pull avec une espèce de pèlerine que j’utilisais comme un manteau ; les chaussures au contraire n’étaient pas bonnes, car trop basses, et je crevais de froid [...]2.

6Dans la mémoire des anciens de Bardonecchia le souvenir de ces migrants qui passaient par là est resté encore vif :

  • 3 Dans cet article, les témoignages ont été recueillis par mes soins à Bardonecchia (mars 2007) et G (...)

Ils ne savaient même pas où aller, et sans chaussures ils arrivaient en montagne. Après, ils arrivaient même avec des bagages. [...] Ma mère, elle me racontait toujours cette histoire d’un bébé qui lui faisait de la peine tellement il était jeune ! Ils l’avaient mis dans une boîte à chaussures ! [...] C’était absurde de croire pouvoir traverser la montagne avec une créature si petite ! Père et mère voulaient aller en France mais ils ne pensaient même pas qu’ils pouvaient faire du mal à leur bébé ! Et à la fin ils s’en allaient3 !

7Ou bien encore, dans le témoignage de Calogero, on découvre :

  • 4 Extrait du témoignage de Calogero, un vieil émigré (Grenoble, 18 novembre 2007).

J’avais un pantalon, une chemise et une veste… même pas un manteau. [...] Il faisait froid, le vent gelait le visage, la neige. C’était terrible. [...] À la moitié du parcours, j’avais les pieds littéralement congelés, j’ai enlevé la veste et je l’ai enroulée aux pieds, mais il n’y avait rien à faire, moi je ne les sentais plus. [...] Le guide avait de l’eau-de-vie et il m’en a donné un peu. C’est grâce à ça que j’ai réussi à supporter la douleur4.

8L’état du vêtement et du bagage était très important au moment du passage ; être habillé d’une certaine façon plutôt qu’une autre et avoir des bagages constituait un élément vital pour la réussite ou non de l’entreprise.

  • 5 Extrait du témoignage de Maria, fille d’un passeur (Bardonecchia, 14 mars 2007).

Ils ne savaient pas où aller, et sans chaussures, ils arrivaient sur les montagnes. Ils arrivaient même avec des bagages ! Tout ! Ils amenaient tout ce qu’ils pouvaient. On pouvait pas du tout passer les montagnes de cette manière ! Ils étaient imprudents5 !

9Des qu’ils étaient arrivés à Bardonecchia, les passeurs les « obligeaient » souvent à abandonner leurs bagages.

  • 6 Extrait du témoignage de Aldo, le passeur (Bardonecchia, 15 mars 2007).

Ah cette histoire, c’est bien ! Je te disais avant des bagages de ces clandestins ? Bon ! Évidemment, nous, on les laissait pas monter, et souvent, ils les abandonnaient même pas à la moitié du chemin. Les femmes, qu’est-ce que elles faisaient ? Elles allaient expressément pour chercher ces bagages. Elles fouillaient et amassaient tout ce qu’elles pouvaient : Bon… chaussures, vestes, pantalons, chaussettes et toutes ces choses-là, on les revendait aux autres clandestins6.

10Pourquoi donc ces clandestins arrivent-ils mal habillés et/ou trop chargés ? Tout d’abord, à cause de l’information et surtout de la désinformation qui jouait un rôle très important, mais à mon avis, il ne faut pas sous-évaluer la perception du risque des candidats à l’émigration ; si d’un côté certainement, le manque d’information et la misère jouaient un rôle très important, il est surtout vrai que bien des personnes se trouvaient dans l’impossibilité économique de pouvoir s’acheter par exemple des chaussures ou des vêtements plus adaptés au froid. Un ancien émigré nous raconte :

  • 7 Extrait du témoignage de Andrea, vieil émigré (Grenoble, 13 novembre 2007).

Mon grand-père a dû vendre son cheval pour payer la personne qui l’a fait passer la montagne. [...] Imagine-toi qu’on pouvait pas se permettre d’acheter des bottes7 !

11Au-delà de ces facteurs, l’inexpérience jouait souvent aussi un rôle fondamental ; pour beaucoup de ces émigrés en effet, l’expérience de la neige et de la montagne était une nouveauté, et il n’était pas rare de retrouver parmi eux quelqu’un qui n’avait jamais vu la neige.

12Les émigrants n’étaient pas seulement des hommes seuls, mais aussi des femmes, des enfants, des familles entières. Un aspect que je voudrais souligner ici est l’émigration féminine ; articles de journaux, procès-verbaux de la police et témoignages directs nous aident à reconstruire l’identité de ces femmes. L’histoire de Giovanna, ainsi, est emblématique des motivations et des trajectoires de ces femmes.

  • 8 Extrait du témoignage de Giovanna, vieille émigrée (Grenoble, 15 novembre 2007).

Moi, je suis partie en France en 1947 avec un enfant de quatre mois. [...] Je voulais le présenter à son père, il ne le connaissait pas ! [...] C’est comme ça que je suis partie pour Turin, mais mon mari, il n’en savait rien, il était à Allevard, à coté de Grenoble. Moi, j’avais payé un guide jusqu’à Bardonecchia, il y avait des autres personnes, après, là ça a été vraiment très difficile de passer les montagnes. [...] Je suis partie avec mon fils de 4 mois dans un bras et une valise dans l’autre ; j’étais en jupe. [...] Mes chaussures étaient bonnes, mais trop basses et trop légères pour marcher dans la neige, et à un moment, elles se sont cassées et je suis restée presque déchaussée. [...] Pendant la nuit il neigeait, il faisait froid, le vent glaçait le visage, je voulais retourner en arrière, j’avais les pieds congelés. [...] Il y avait un jeune homme, qui s’appelait Ippolito, que je ne connaissais pas et qui était dans mon groupe et c’est lui qui m’a aidée à garder mon enfant. S’il n’avait pas été là, moi je ne serais jamais arrivée à m’en sortir toute seule. [...] Aujourd’hui on est encore des amis. Ça reste un très fort lien cette histoire8.

13Giovanna, comme beaucoup d’autres femmes a été courageuse ; un choix comme celui-ci pourrait apparaître inconscient et déraisonnable d’un certain point de vue, mais la désinformation et l’envie de réaliser ses projets prenaient le dessus. Dans le cas de Giovanna, l’amour et l’en- vie de reconstruire sa famille ont été les motivations qui l’ont poussée à faire face à cette expérience.

COMMENT S’EFFECTUAIT LE PASSAGE DE LA FRONTIERE ?

14Dès que les clandestins arrivaient à Bardonecchia, tous les groupes étaient divisés et abrités dans des étables, dans des granges, cachés sous la paille ou même, quand ils étaient nombreux, pour ne pas éveiller des soupçons, dans des blockhaus disséminés dans la montagne. Borgo Vecchio était la zone du village la plus proche des Alpes et représentait l’endroit le plus discret duquel on pouvait partir sans se faire voir des habitants du village, et surtout de la police. Dès que les groupes étaient constitués, c’était au guide de décider le parcours afin de rejoindre la France ; de Bardonecchia, ils passaient principalement par Melezet et par la Vallée Étroite, ou bien ils traversaient la vallée du Fréjus pour descendre jusqu’à Modane. Le choix du parcours dépendait de nombreuses variables : si le temps était bon, on préférait passer par la Vallée Étroite qui était le parcours le plus rapide, mais en même temps le plus dangereux, parce qu’il fallait traverser des points où il y avait des ravins profonds et des sentiers très étroits ; il fallait se mettre en file indienne le long du sentier.

  • 9 Extrait du témoignage de Maria, fille d’un passeur (Bardonecchia, 14 mars 2007).

Pour emprunter ce sentier, il faut longer une arête comme ça ! J’ai eu très peur ! Je ne pensais pas qu’il fût si terrible ! Si tu regardais en bas d’un coté, tu voyais un lac, de l’autre coté un ravin gris ! Quand je suis arrivée en bas je saignais9 !

15La connaissance de la montagne était une condition indispensable pour affronter le « passage », et seul un guide expert pouvait garantir la réussite. Une autre variable qu’il fallait prendre en compte était les postes de police. Le passage nécessitait en moyenne 8 à 10 heures de chemin, cela dépendait des conditions climatiques et surtout des imprévus. Dans le cas où il y avait des femmes et des enfants, le voyage était souvent divisé en plusieurs étapes. On profitait à ce moment des blockhaus de guerre et des chalets disséminés dans les Alpes en les utilisant comme refuges.

  • 10 Extrait du témoignage de Giovanna, vieille émigrée (Grenoble, 15 novembre 2007).

J’avais les pieds congelés. [...] Nous arrivions dans les environs d’un refuge alpin, une espèce de chalet et c’est là qu’on s’est reposé pendant quelques heures. Le passeur nous disait de faire attention à ne pas nous endormir, de rester tous proches et de nous bouger parce que autrement on pourrait risquer de mourir congelés dans notre sommeil. [...] Il avait de l’eau-de-vie et il disait que avec ça il se réchauffait, mais en tout cas, je ne sais pas dire si c’était mieux à l’intérieur ou dehors, le froid était terrible et en plus il y avait la peur10.

16En effet, les refuges pouvaient constituer une croix de salut et en même temps un piège mortel pour les clandestins qui faisaient halte ; le nombre des morts par hypothermie était très élevé. Naturellement, il est important de souligner que la présence d’un guide assurait cette sécurité, mais pas toujours, car il y avait aussi des guides malhonnêtes qui abandonnaient les clandestins au milieu des montagnes. Par exemple, dans un procès-verbal rédigé par le Commissariat de sécurité publique de Bardonecchia le 7 février 1949, on peut lire :

  • 11 Archivio Centrale dello Stato, Ministero del Lavoroe della Previdenza Sociale, Direzione generale (...)

À un certain moment, le guide, ayant vu des lampes et craignant d’être arrêté par la « guardia di finanza » ou par les « Carabinieri », abandonnait les clandestins, en se laissant tomber soudainement dans une pente en profitant de l’obscurité. [...] Ensuite les clandestins en se voyant abandonnés commençaient à crier et à demander de l’aide au fugitif, en lui disant que s’il voulait tout l’argent qu’ils avaient avec eux, ils étaient prêt à lui donner, à la condition de n’être pas abandonnés parmi ces montagnes qui leur étaient inconnues. Leurs invocations n’avaient eu aucun résultat sauf une voix caverneuse provenant d’en bas et avec un accent du Piemont qui disait : « si voulez venir, venez vous ici en bas ». Malheureusement les clandestins n’arrivaient pas à se bouger à cause de la neige et de l’obscurité, et ainsi ils décidèrent d’attendre l’aube en se réfugiant dans une cavité de la montagne. [...] Les clandestins au lever du soleil continuaient à demander de l’aide jusqu’à ce qu’une voix leur dise de rester là où ils se trouvaient parce que quelqu’un viendra pour les récupérer11.

17Dans ce cas, le guide abandonne les clandestins parce qu’il craint de tomber dans les contrôles de la police, mais l’histoire montre que malgré cela, le passeur ne les a pas abandonnés à leur sort car le matin suivant il a envoyé quelqu’un les récupérer pour les amener en France. Malheureusement tous les guides n’étaient pas si consciencieux : on retrouve en effet beaucoup de cas où les clandestins étaient abandonnés à leur destin. Cependant, le passage se concluait généralement positivement, mais des imprévus rendaient souvent nécessaire l’abandon de la traversée. Par exemple, un ancien de Bardonecchia nous raconte :

  • 12 Extrait du témoignage de Mario, vieil émigré (Grenoble, 14 novembre 2007).

Donc c’était le mois d’août vers 10 heures du soir, il commençait à neiger sur la montagne, la neige s’accumulait, une tempête ! En une heure un mètre de neige, le vent, tout le visage rouge. Mais il fallait encore marcher presque une heure pour arriver en France, et la neige était trop. On semblait marcher en l’air, on voyait plus rien et donc on a décidé de retourner en arrière. [...] On a marché toute la nuit et pendant le trajet on a rencontré beaucoup d’autres groupes qui abandonnaient12.

18Dans les cas les plus heureux, on retourne donc en arrière ; malheureusement le passage des Alpes ne se concluait pas toujours de façon positive ; les drames et les tragédies étaient nombreux. Aux « Archives départementales d’Isère », à Grenoble, on peut retrouver beaucoup de procès-verbaux dans lesquels la police compte les morts. Avec l’arrivée du printemps et la fonte des neiges, on retrouvait ponctuellement les cadavres de ces pauvres gens. À ce sujet, les témoignages des ex-fonctionnaires fonctionnaires de police de Bardonecchia sont éloquents :

  • 13 Extrait du témoignage de Luigi, Inspecteur de la Police des frontières (Bardonecchia, 13 mars 2007 (...)

Une fois on a trouvé un homme qui avait attaché un drapeau, un drapeau pour être vu. Ah ça, pendant le printemps naturellement. [...] De cette personne n’était resté que des os13.

19Une histoire très singulière, et emblématique de ces drames arrivés dans les Alpes, est la mésaventure d’un groupe de clandestins qui, dans l’après-midi du premier février 1949, se livrait à l’office de Police de Modane pour déclarer la mort d’un de leur camarade. Ils avaient en effet déclaré que, le long du parcours, un certain C. Francesco avait trouvé la mort à la suite d’une chute accidentelle dans un talus.

  • 14 Archivio Centrale dello Stato, Ministero del Lavoroe della Previdenza Sociale, Direzione generale (...)

Le groupe était composé de 13 clandestins, tous Calabrais, partis du pays de Simbario, un petit village dans la province de Catanzaro. Après environ 4 heures de chemin, les clandestins ont rejoint une zone glacée qu’il était très dangereux de traverser. Ainsi, les 12 clandestins se mettaient en file indienne avec les guides en tête. À un certain moment, un clandestin, F. Nicola, en ayant perdu l’équilibre était en train de tomber dans le glacier avec sa valise, et pour se sauver abandonna sa valise en s’agrippant désespérément à une partie du terrain qui donnait sur le glacier, afin de ne pas glisser. Malheureusement, cette valise, en étant tombée sur le glacier, commençait à glisser très rapidement vers la vallée où se trouvait Francesco C. Celui-ci, pour empêcher que la valise ne tombât dans une crevasse, pointa le bâton qu’il avait avec lui vers la glace. Cette valise alla frapper le bâton en provoquant ainsi la chute de C. Francesco ; celui-ci en ayant perdu l’équilibre tomba très rapidement sur le glacier en se cognant la tête contre un rocher et ne donna plus aucun signe de vie. Un des clandestins se rapprocha du corps pour en constater la mort. À ce moment-là, le frère de Francesco C. refusa de continuer la route, mais il fut traîné par force par les autres camarades, qui ne trouvaient pas humain de le laisser au milieu de la montagne sans aucune possibilité de se réfugier. Le groupe reprit le chemin vers la France ; le jour suivant une partie du groupe des clandestins trouva juste de se rendre à la Police française de Modane pour raconter les faits14.

20La presse commençait aussi à s’intéresser aux histoires tragiques qui arrivaient aux clandestins dans les Alpes ; par exemple dans le Corriere della sera du 6 novembre 1946 on peut lire :

  • 15 Anonyme, « Al confine italo-francese emigranti clandestini abbattuti dalla tormenta », Corriere de (...)

À la frontière franco-italienne, des émigrés clandestins ont été prisonniers de la tourmente de neige [...] hier on a trouvé enseveli dans la neige sur le col de la Roue le cadavre d’une jeune femme d’environ 25 ans qui tenait encore serré dans ces bras le corps d’une petite fille de trois ans : elle a été surprise par la tourmente de neige et elle a péri avec sa fille dans une dernière étreinte mortelle. Une autre jeune femme, en ayant tenté de rejoindre Grenoble à pied à travers les montagnes, a été surprise par la tourmente de neige, quand, avec ses trois enfants, elle se trouvait déjà sur le versant français, elle a abandonné pendant son chemin le cadavre de son dernier né de 18 mois décédé pendant la traversée, et cela clairement avec l’espoir de pouvoir sauver ses autres enfants, l’un de 6 et l’autre de 11 ans. Dès qu’ils furent arrivés à Grenoble, son fils de 11 ans décéda à l’hôpital. [...] Et sur le Col Rochet on a trouvé deux autres cadavres, un homme de 35 ans avec son fils de 13, décédé il y a peu, est resté enseveli sous la neige15.

  • 16 L’article du journal m’a été montré à Grenoble par M. Mario, mais malheureusement il ne m’a pas ét (...)

21Il arrivait souvent que la presse gonflât ce genre d’information et ne rapportât pas toujours fidèlement le compte rendu des événements ; un exemple emblématique nous a été donné par les paroles de Michele, interviewé à Grenoble. En 1947 il avait tenté l’émigration clandestine en France avec six amis, tous Siciliens. Surpris par la tempête de neige sur les Alpes, ils décidèrent d’abandonner le voyage. À peine arrivés à Bardonecchia, ils furent interviewés par un journaliste à qui ils racontèrent leurs vicissitudes. Dans la même journée, ils repartirent en train pour la Sicile. Le jour suivant dans un quotidien national16, sortit un article :

Six jeunes clandestins siciliens [suivent les noms parmi lesquels il y a celui de Michele Scaringella, l’homme que j’ai interviewé] sont hospitalisés en fin de vie à l’hôpital de Bardonecchia avec les membres inférieurs congelés. [...] Ils risquent leur vie.

22Pendant ce temps, la nouvelle se répandit dans le petit village de Michele, et toute sa famille, très préoccupée, décida d’envoyer son frère à Bardonecchia pour aller le chercher. Michele arriva dans son village à l’étonnement général, car tout le monde le croyait mort.

23Un autre important problème porté par la presse à l’attention de l’opinion publique était l’enfouissement des cadavres. En effet, quand la neige commençait à fondre, tous les ans, on trouvait les cadavres dans la montagne, et les opérations de récupération et d’enterrement des cadavres étaient plutôt coûteuses. Quand cela arrivait sur le versant français, les plaintes des maires des petits villages qui se trouvaient sur la frontière étaient nombreuses, parce qu’on ne savait pas comment les inscrire au budget de la mairie. Beaucoup avaient trouvé une solution en les enterrant directement là où on les trouvait, et en mettant tout simplement une croix avec une simple inscription (un émigré italien décédé sur la montagne).

CONCLUSION

24Naturellement, je n’ai pas pu exposer ici tous les témoignages et les documents que j’ai recueillis à propos du passage de la frontière, mais on peut conclure en observant que l’analyse des entretiens met en évidence la diversité des trajectoires migratoires et la complexité des flux migratoires, qui ne peuvent pas être interprétés selon des schémas simplificateurs. Chaque entretien constitue la narration d’une histoire singulière, et si les entretiens ne sont pas représentatifs de toutes les expériences des clandestins – et nous ne disposons d’aucun instrument pour établir cette représentativité, ils sont au moins caractéristiques des conditions de voyage et des possibles motivations qui ont poussé ces gens à partir. Les trajectoires migratoires sont changeantes, variables, multiformes, et à l’intérieur de ces configurations se nouent des motivations, des perspectives et des comportements individuels diversifiés.

Notes

1 Starace Giovanni, Il racconto della vita. Psicoanalisie autobiografia, Turin, Bollati Boringhieri, 2004, p. 49.

2 Archivio centrale dello Stato, Ministero del Lavoroe della Previdenza Sociale, Direzione generale collocamento della manodopera, b. 385, f., zione clandestinae reclutamenti non autorizzati per la Francia 1946-57 ».

3 Dans cet article, les témoignages ont été recueillis par mes soins à Bardonecchia (mars 2007) et Grenoble (novembre 2007). Ces noms des personnes ont été modifiés afin de respecter leur vie privée. Extrait du témoignage de Maria, fille d’un passeur (Bardonecchia, 14 mars 2007).

4 Extrait du témoignage de Calogero, un vieil émigré (Grenoble, 18 novembre 2007).

5 Extrait du témoignage de Maria, fille d’un passeur (Bardonecchia, 14 mars 2007).

6 Extrait du témoignage de Aldo, le passeur (Bardonecchia, 15 mars 2007).

7 Extrait du témoignage de Andrea, vieil émigré (Grenoble, 13 novembre 2007).

8 Extrait du témoignage de Giovanna, vieille émigrée (Grenoble, 15 novembre 2007).

9 Extrait du témoignage de Maria, fille d’un passeur (Bardonecchia, 14 mars 2007).

10 Extrait du témoignage de Giovanna, vieille émigrée (Grenoble, 15 novembre 2007).

11 Archivio Centrale dello Stato, Ministero del Lavoroe della Previdenza Sociale, Direzione generale collocamento della manodopera, b. 385, f., grazione clandestinae reclutamenti non autorizzati per la Francia 1946-57 ».

12 Extrait du témoignage de Mario, vieil émigré (Grenoble, 14 novembre 2007).

13 Extrait du témoignage de Luigi, Inspecteur de la Police des frontières (Bardonecchia, 13 mars 2007).

14 Archivio Centrale dello Stato, Ministero del Lavoroe della Previdenza Sociale, Direzione generale collocamento della manodopera, b. 385, f., grazione clandestinae reclutamenti non autorizzati per la Francia 1946-57 ».

15 Anonyme, « Al confine italo-francese emigranti clandestini abbattuti dalla tormenta », Corriere della Sera, 6 novembre 1946.

16 L’article du journal m’a été montré à Grenoble par M. Mario, mais malheureusement il ne m’a pas été possible d’identifier la source.

Auteur

Université de Naples – L’Orientale

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable