Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Espace et migration

Les parcours urbains des blanchisseuses à Rome au xviiie siècle

Usage et perception de l’espace

Edoardo Lilli

Texte intégral

  • 1 Costituti, investigazioni, relazioni dei birri, testimoni, denunzie di furti (1760-1780, buste (ca (...)

1Les archives du Tribunale criminale del Senatore de Rome1 sont la source principale que j’ai utilisée pour ma recherche sur les blanchisseuses romaines même si les compétences de cette institution, au cours du xviiie siècle, se sont fortement réduites et limitées à la sanction de comportements illicites de moindre importance. En sélectionnant le premier échelon du Tribunal, où les filtres judiciaires sont les moins forts, j’ai pu cependant trouver des renseignements sur la vie quotidienne du quartier. J’ai ainsi sélectionné les cas de 250 blanchisseuses sur une période de vingt ans.

2La blanchisserie était un travail typiquement féminin, ayant une forte visibilité publique. La blanchisseuse est l’unique figure féminine qui apparaît dans les édits qui réglementent les métiers et les activités présents dans l’espace public urbain. Ce métier possédait cependant des caractères informels et mal définis typiques des travaux féminins. Il n’existait pas en effet un corps de métier des blanchisseuses. Des femmes exerçant des activités différentes, de la travailleuse à la pièce à l’« entrepreneuse » qui organisait le travail d’autres blanchisseuses, se déclaraient toutes « blanchisseuses ». Le métier était recherché par les femmes romaines puisqu’il permettait une grande autonomie, des horaires flexibles et la gestion d’importantes ressources tant économiques que relationnelles. Bien insérées dans le tissu urbain, la plupart des blanchisseuses étaient romaines et mariées.

  • 2 Sur l’atopia comme problème pour l’historien cf. Turri Eugenio, Il paesaggio come teatro. Dal terr (...)

3La problématique que j’exposerai ici est celle de l’usage et de la perception de l’espace par ces femmes. En effet, nombre des récits présentés par les blanchisseuses devant le notaire du Tribunal peuvent être définis comme des « récits spatiaux », entendant par cela des récits des mouvements et des interactions dans l’espace urbain. Je rappellerai ici la distinction faite par Michel de Certeau entre espace et endroit : « endroit : une configuration instantanée de positions », « espace : un croisement d’entités mobiles ». Michel de Certeau définit donc l’espace comme un « endroit pratiqué » et considère le rapport entre espace et endroit comme semblable à celui qui existe entre lecture et texte. Les déplacements de gens transforment une place, ou une rue, dessinées par les urbanistes, en un espace. À travers les récits spatiaux des blanchisseuses, les lieux de Rome deviennent un espace vécu. Ces femmes dans leurs récits nous montrent une sorte de passage aristotélicien de la puissance à l’acte. Par leurs déplacements, par leurs actions-pratiques quotidiennes qui témoignent de désirs, de stratégies, d’émotions-elles humanisent la ville de pierre. Aux yeux de l’historien, cette attribution de sens constitue un échange réciproque. Les récits des blanchisseuses donnent un sens spécial, personnel, aux endroits et aux éléments architecturaux. La ville de pierre permet de placer ces figures dans un contexte spatial et temporel précis. En somme, les rues, les ruelles, les potagers de Rome, sauvent ces figures historiques de l’Atopia - le terme grec, qu’on peut traduire par étrangeté, contradiction, absurdité -c’est-à-dire absence d’un lieu spécifique2.

4Deux types d’espaces, profondément interconnectés, sont présents dans les récits de ces femmes. D’une part il y a l’espace fermé, circonscrit-les habitations, les lavoirs, les boutiques-de l’autre l’espace urbain, les places, les rues, les ponts. Les éléments de l’un sont constitutifs aussi de l’autre. Les caractéristiques du métier de blanchisseuse, les habitudes quotidiennes, faisaient en sorte que l’espace de la famille et l’espace du travail se superposaient souvent, en se fondant en outre dans les dynamiques de quartier. Même les lieux dévolus au travail -les lavoirs -, étaient constamment pénétrés par les éléments de la vie familiale, comme par les problèmes et les disputes de voisinage.

5Les blanchisseuses, dans leurs récits, parlent d’espace en termes de revendications de droits, d’appropriation et de défense. Dans le milieu circonscrit du lavoir, dans les ruelles et dans les boutiques, les récits témoignent de ces revendications par les gestes, les mouvements et les mots du droit déclinables au niveau spatial et en fait corporel.

6Dans plusieurs dénonciations de vols ou d’agressions, nous trouvons notamment des descriptions des parcours urbains accomplis par les blanchisseuses pendant la journée dont elles passaient une partie considérable à l’extérieur. Certains lieux reviennent plusieurs fois dans leurs récits : le lavoir, situé aux alentours de l’habitation de la blanchisseuse ; les lieux, à proximité de leur domicile, où l’on étendait le linge-murs, ponts, arcs, loges - ; les habitations des clients, où la blanchisseuse se rendait pour prendre et rendre le linge ; les boutiques du quartier, surtout celle du menuisier où l’on achetait le bois pour faire bouillir l’eau et enfin les habitations d’amis et de parents, résidant généralement dans le même quartier. Ces lieux sont, pour la plupart, situés dans un périmètre circonscrit. Donc, les déplacements urbains des blanchisseuses sont des courts itinéraires à l’intérieur des limites du quartier, qu’elles parcourent tous les jours et plusieurs fois par jour. Le critère qui règle la disposition urbaine des différents endroits où ces femmes se rendent n’est autre que celui de la proximité : lavoir, clients, endroits où étendre le linge, boutiques sont choisis en fonction de ce critère. Nous pouvons reconstruire ensuite une stratégie d’optimisation du temps, dans le but de concilier engagements de travail et tâches domestiques.

7Pour réfléchir sur les déplacements dans l’espace urbain, les modèles de proximité théorisés par Christaller et Losh, peuvent être utiles. Ces modèles, utilisés dans les études sur le développement et déplacement dans le territoire de produits et services, focalisent l’attention sur les frais de production, la distance, les possibilités de vente à l’intérieur d’un espace circonscrit. Leur utilité pour une étude sur l’époque moderne et sur le métier des blanchisseuses, découle surtout du fait qu’ils ont été pensés dans la première moitié du siècle dernier, quand les distances théorisées étaient encore courtes, par rapport à celles de l’économie globale que nous connaissons aujourd’hui et aussi du fait que les acteurs concernés étaient de nombreux petits producteurs. La proximité que nous constatons dans les récits des blanchisseuses est cependant différente : les modèles de l’économie territoriale, ne peuvent donc nous fournir qu’une aide partielle.

  • 3 Bandiera Milena, « Per una didattica interculturale delle scienze », in Fiorucci M. (dir.), Una sc (...)

8Du reste, les études historiques sur les salaires à l’époque moderne ont déjà souligné en révélant une autre rationalité, basée surtout sur les liens interpersonnels et affectifs, sur l’histoire individuelle et familiale, qu’une approche dictée par l’économie du marché est erronée. En résumé, les déplacements dans l’espace décrits par les blanchisseuses n’étaient pas aléatoires mais ils supposaient un choix, ou plutôt une série de choix. Pour comprendre la rationalité qui guidait de tels choix un autre ensemble de réflexions peut être utiles, à savoir les apports les plus récents des études sur l’éducation interculturelle concernant des figures historiques de l’époque moderne. De telles études ont montré que les critères rationnels, qui règlent aussi bien les choix quotidiens que les théories scientifiques de « l’Occident », se heurtent à des critères et à des choix tout aussi rationnels présents dans d’autres cultures. Comme les études de genre ont montré l’inefficacité des positions « essentialistes », les études interculturelles ont montré l’inefficacité de positions aussi essentialistes mais dans le domaine scientifique. On peut donner l’exemple d’une femme qui, dans le marché de Mogadiscio, vend la fouace qu’elle a préparée, après l’avoir partagée en huit tranches, au prix d’un schilling la tranche. À la demande d’un touriste qui voudrait acheter toute la fouace au prix de huit schillings la femme refuse, profondément offensée. La fouace, dans ce contexte, a une valeur très supérieure à la somme du prix des tranches uniques. Si la femme acceptait de la vendre au premier client elle se priverait du droit de stationner dans l’espace du marché, c’est-à-dire de participer toute la matinée au groupe des femmes vendeuses. En outre, elle perdrait les opportunités et les connaissances qui pourraient dériver des négociations avec les clients suivants3.

9Les stratégies des blanchisseuses, comme le choix des clients et du lavoir où se rendre, pouvaient donc découler de logiques qui n’étaient pas liées au seul critère de la proximité et de l’optimisation du temps. Le fait de bouger dans l’espace urbain, dans les ruelles et les rues du quartier et de se rendre aux domiciles des clients, doit également être analysé en termes d’opportunité, récompenses, stipulation et consolidation d’accords et de relations. Le choix du lavoir et des clients-en mettant de côté les problèmes hydriques qui sont constants à Rome au xviiie siècle-participent à des stratégies de présence dans l’espace public, de visibilité et nous parlent de droits et de pouvoirs. Ce métier permettait l’activation de réseaux de relations importants, de connaissances et d’échanges de renseignements. Le fait que les blanchisseuses géraient les réseaux de crédit, qu’elles se rendaient souvent au Mont-de-Piété, en tant qu’intermédiaires, témoigne des ressources économiques et relationnelles dont elles pouvaient disposer. Nous avons des témoignages de blanchisseuses qui, grâce à leurs clients, trouvaient un travail pour leurs fils ou leurs filles. Quelques-unes faisaient crédit en profitant des connaissances de leurs maris, qui, en revanche, ne disposaient pas d’argent. Les parcours urbains des blanchisseuses renferment donc aussi bien une série de contingences et de hasards que de choix et de stratégies.

10Il est possible de définir le déplacement des blanchisseuses, dans les rues et les ruelles de Rome, en tant que « parcours locutoire ». Comme l’explique De Certeau, marcher, bouger dans une place, présente déjà les caractéristiques d’un acte locutoire. Les parcours de ces femmes étaient le révélateur de désirs, de besoins aussi bien que de pulsions et de rêves. Les narrations qu’elles font de leurs trajets sont donc la transposition verbale d’actions et de gestes qui étaient déjà des actes dialogiques, relationnels.

11Elles accomplissaient le même parcours plusieurs fois, ayant une connaissance des lieux que l’on peut définir comme intime. Par leurs trajets, aussi bien qu’en étendant le linge, elles manipulaient, elles interprétaient un espace urbain qui était en même temps l’espace quotidien de leur mémoire et de leurs propres désirs. Connaître un endroit signifie en avoir la mémoire ; le rapport entre espace, connaissance et pouvoir a été étudié en termes de mémoire, souvenirs et rêves. On peut en conclure qu’une importante différence de genre existait véritablement au niveau de la connaissance de l’espace, et du pouvoir qui en découlait. Les blanchisseuses en effet accomplissaient quotidiennement toujours les mêmes parcours. Elles parcouraient des trajectoires urbaines à l’intérieur de leur quartier, alors que les hommes-maris, clients et voisins-avaient développé, en raison de leur travail, une connaissance plus ample de la ville. Quand elles déclarent avoir été menées par des hommes, leurs agresseurs, dans des endroits qu’elles ne reconnaissaient pas, qu’elles ne se souvenaient pas d’avoir vu auparavant, elles synthétisent cette différence profonde de genre.

12Pour avoir une représentation graphique des parcours, j’ai tracé sur un plan de l’époque les différents endroits cités par les blanchisseuses dans leurs récits. En voici quelques exemples.

13L’illustration ci-après représente le parcours accompli par Vittoria Marinelli pendant son déménagement du point 1, où elle habitait auparavant, au point 2, où elle s’est établie. Pendant le déménagement on lui vole un outil pour filer le lin qu’elle retrouve ensuite au point 3. La femme cite comme témoins ses précédentes voisines. Les faits se déroulent dans le quartier Monti.

Fig. 1 : les lieux cités par Vittoria Marinelli.
Détail du petit plan du Nolli, 1748.
En haut à droite on voit S. Maria Maggiore ; en bas au centre le Colisée.

Fig. 2 : habitations des femmes citées dans la dénonciation de Cecilia Anesina.
Détail du petit plan du Nolli, 1748.
En haut on voit les palais vaticanes et castel S. Ange.

14Dans l’illustration suivante les maisons de quelques clientes de Cecilia Anesina sont représentées. Le point 1 est celui de son habitation, les autres ceux de ses clientes. Les points, à l’exception du 4, se trouvent dans la même anse du Tibre.

15La représentation sur le plan souligne combien les parcours se situent dans un espace circonscrit. Comme l’acte locutoire, l’acte de marcher suppose le choix d’un terrain circonscrit et l’exclusion de l’espace environnant. Le parcours isole un morceau du reste de la ville. L’action de l’historien qui sélectionne sur un plan, comme en le recoupant, les petites portions d’espace dans lesquelles les blanchisseuses se déplaçaient, donne bien l’idée de ce processus de sélection et de choix typique de la marche. Rapporter sur un plan de l’époque, celui du Nolli-Piranesi, premier plan « scientifique » de Rome, les parcours urbains des blanchisseuses produit une sorte d’oxymoron. Le plan, fruit du développement des techniques de mesure du xviiie siècle est aujourd’hui encore utilisable. Ce qu’il représente, avec des proportions exactes, c’est un espace vidé de l’élément humain. Le plan ne nous dit pas comment cet espace est parcouru et vécu : les parcours urbains, exemples d’altération continue et interprétation d’un espace préconstitué sont exclues du plan.

16Conscient du conflit entre les différents niveaux de représentation du réel, mon choix, est celui de positionner sur le plan les points nommés par les blanchisseuses et non pas leurs parcours. Dans les récits il manque d’ailleurs souvent des renseignements permettant de tracer des trajectoires précises. Il est important de souligner que l’acte de marcher, de parcourir un espace, y compris dans les cas où cela implique des stratégies et des choix, appartient à une sphère, extrêmement vitale, pulsionnelle et émotionnelle. Représenter un parcours sur ce type de plan engendre une contradiction très forte entre le signe graphique et le geste vital. Les difficultés rencontrées par les urbanistes voulant traduire les flux piétons en signes graphiques sont d’ailleurs connues. Ces flux, certes, s’appuient sur l’existence d’endroits spécifiques, pensés comme des barrières et des limites, mais ils sont aussi des flux vitaux qui en réécrivent constamment le sens. Un mur est seulement un mur mais ses utilisations en sont infinies.

Notes

1 Costituti, investigazioni, relazioni dei birri, testimoni, denunzie di furti (1760-1780, buste (cartons) 1661-1694).

2 Sur l’atopia comme problème pour l’historien cf. Turri Eugenio, Il paesaggio come teatro. Dal territorio vissuto al territorio rappresentato, Venise, Marsilio, 1998, p. 133, 135.

3 Bandiera Milena, « Per una didattica interculturale delle scienze », in Fiorucci M. (dir.), Una scuola per tutti. Ideee proposte per una didattica interculturale delle discipline, Milan, Franco Angeli, 2008, p. 176-203.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : les lieux cités par Vittoria Marinelli.Détail du petit plan du Nolli, 1748.En haut à droite on voit S. Maria Maggiore ; en bas au centre le Colisée.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 2 : habitations des femmes citées dans la dénonciation de Cecilia Anesina.Détail du petit plan du Nolli, 1748.En haut on voit les palais vaticanes et castel S. Ange.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2893/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Auteur

Université de Naples-L’Orientale

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable