Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Familles

Le discours de l’Église sous la dictature de Franco : éduquer pour mieux discriminer

Pilar Toboso Sánchez

Texte intégral

1Dès son instauration, la dictature franquiste établit en Espagne un régime national-catholique, autoritaire et patriarcal qui mit en avant le statut de l’homme au détriment de celui de la femme, et encouragea la division traditionnelle des tâches familiales en fonction des sexes. C’était à l’homme, en qualité de pater familias, d’assurer la subsistance des siens par une activité prévoyante, alors que la femme devait s’occuper du foyer et de leur progéniture. Cet état de choses, en tant que corollaire direct de l’industrialisation, n’était pas nouveau, mais au cours de la dictature franquiste, il devint un objectif politique ajouté : augmenter le taux des naissances qui avait chuté à cause de la guerre, de la répression, de la peur, et de la faim, ainsi qu’en raison d’un exil induit par les autorités d’après-guerre.

2Cette situation eut comme résultat la réclusion de la femme dans la sphère privée, et une dépendance à l’égard du mâle dont les proportions étaient nettement supérieures à celle que vivaient les Européennes de leur entourage. Pour y parvenir, la dictature mit en place un nouvel ordre juridique qui limitait la capacité légale, économique et professionnelle des femmes, et se chargea de diffuser, à l’aide de son appareil de propagande et du système éducatif, une idéologie où la maternité et le rôle de la parfaite épouse primaient sur toute autre considération.

LA DICTATURE : UNE PARENTHESE DANS LE PROCESSUS DEMOCRATIQUE ET EGALITAIRE

3La Constitution de 1931, qui avait promulgué l’égalité entre les sexes et avait reconnu pour la première fois dans l’histoire de l’Espagne les droits politiques et civils des femmes, fut abolie. Cela porta un coup fatal à la condition des femmes, car même si la législation de la République n’avait pas changé outre mesure leur quotidien, elle avait posé, tout de même, les fondements légaux pour qu’à moyen terme elles puissent obtenir non seulement des droits, mais aussi la possibilité de participer activement à la vie sociale et politique. Au cours de la Seconde République, neuf femmes furent élues députées et certaines d’entre elles-Clara Campoamor, Victoria Kent ou Margarita Nelken-eurent un rôle très actif au sein des Cortès. Le débat parlementaire ouvert par les deux premières, dans le but de modifier la loi électorale et d’instituer le suffrage féminin, fut l’un des plus intéressants de la période républico-socialiste. Campoamor plaida en faveur de cette proposition, alors que Kent s’y opposa, parce qu’elle était d’avis qu’émanciper les femmes de leur mari et de leur confesseur était un préalable. Les thèses de Campoamor finirent par s’imposer malgré les arguments de Kent, et les femmes purent enfin voter aux élections de 1933. Kent trouvait que la tutelle, propre à une mentalité encore paysanne, des pères ou des maris sur les femmes était un vrai danger pour elles, car elle réduisait cruellement leur capacité d’action et les condamnait à un rôle purement passif. Si la réforme électorale qui permit aux femmes d’aller aux urnes avait été reculée, l’égalité des droits prévue à l’article 25-« Ne pourront être fondement de privilège juridique : la nature, la filiation, le sexe, la classe sociale, la richesse, les idées politiques et les croyances religieuses »-aurait été vidée de son sens, car elle aurait exclu les femmes, qui représentaient plus de la moitié de la population ayant droit de vote.

4Ce fut la première conquête remportée par les femmes pendant la Seconde République mais pas la seule, car le processus de démocratisation en Espagne était déjà en route. L’article 40 de la Constitution ouvrait les emplois et les charges publiques à tous les Espagnols sans distinction de sexe, selon leur mérite et leur capacité, et l’article 43 déterminait l’égalité des époux au sein du mariage ainsi que la possibilité de le dissoudre, à la demande de l’un des conjoints. Le divorce fut légalisé un an plus tard, et hommes et femmes purent bénéficier de ce droit, quoique ses effets eurent plus de résonance dans la vie des femmes, vue leur fragilité.

5Les lois de la République n’étaient qu’un premier pas dans le chemin vers l’égalité car on sait qu’il existe toujours un laps de temps entre la reconnaissance d’un projet de loi et sa concrétisation, et que ce laps peut être plus au moins long en fonction de l’ancrage idéologique du pays dans les valeurs traditionnelles, aussi bien que de l’éducation de sa population et de la résistance qui peuvent lui opposer les secteurs réactionnaires. Il se trouve que ce processus législatif fut brusquement interrompu par un régime militaire, ultraconservateur et ultra-catholique, qui mit en place une organisation politique et sociale à structure pyramidale, basée sur des principes hiérarchiques et autoritaires.

6À la suite de la violation des lois républicaines, fut créé un vaste corpus législatif qui plaçait le mâle au sommet de la structure familiale, et lui donnait les moyens légaux d’assujettir et de contrôler son clan. La Charte des Espagnols, première Loi Fondamentale du franquisme, fixait, dans le style paternaliste des régimes fascistes, « la délivrance de la femme mariée de son travail à l’atelier et à l’usine » comme étant l’un des objectifs de l’État nouveau. Ce que cette loi n’expliquait pas c’est que le but de la prétendue libération était de rendre la femme dépendante d’un mari dont elle ne pourrait jamais divorcer. Quelques mois après la fin de la guerre, et en récompense du soutien que le soulèvement militaire avait reçu de la hiérarchie de l’Église-si l’on excepte les évêques Vidal y Barraquer ou Múgica-le régime abolit le divorce et imposa le mariage canonique comme étant le seul valable devant Dieu et devant l’État nouveau.

7La modification apportée en 1943 au Code Civil de 1889, qui portait l’âge légal de la majorité de la femme à 25 ans, alors que les hommes étaient toujours majeurs à 21 ans, signifia un retour au xixe siècle. La femme devait obéissance à son mari (art. 57), elle était obligée d’habiter dans le lieu de résidence choisi par lui (art. 58) et devait prendre sa nationalité (art. 22). L’administration de leurs biens (art. 59) et la représentation de l’épouse (art. 60) appartenaient au mari, alors que la femme était privée du droit d’acheter ou d’aliéner des biens sans l’autorisation expresse du mari, sauf dans le cas de ses biens fonciers (art. 61), et ne pouvait pas, non plus, exercer des activités commerciales (art. 4). Cette réglementation paralysait, en toute légalité, l’initiative des femmes sans la permission de leur mari, un droit que celui-ci put exercer jusqu’à la fin du franquisme par le biais de l’autorisation maritale.

  • 1 Ruiz Franco Rosario, Mercedes Formica, Madrid, éd. Orto, 1997.

8Le fait d’échapper à une situation de dépendance était un exercice héroïque que très peu de femmes mariées pouvaient se permettre dans l’Espagne du premier franquisme. Et pas seulement par manque de moyens financiers, mais parce que c’était l’époux qui était le titulaire du domicile conjugal. Si l’épouse faisait une demande de séparation, abstraction faite des motifs prétextés, elle devait quitter le foyer familial, céder la garde de ses enfants et rester « placée » chez un parent ou un ami proche, ce dont il fallait informer le mari1. Aussi bien le contenu que le langage des lois dénigrait la femme. D’une part, elle était considérée comme un être incapable de raisonner, tenu de céder l’administration des biens et l’autorité parentale à son époux, et de l’autre on la traitait comme de la marchandise, comme le montre l’expression rester placée chez un proche, au cas où elle décide de quitter le domicile conjugal.

9Ces femmes étaient privées aussi du droit d’exercer une profession, alors que ce droit avait été reconnu par la Constitution de 1931. Les lois franquistes leur avaient ôté la possibilité de se présenter aux concours pour devenir notaire, conservateur d’hypothèques, inspecteur des finances, diplomate, ou haut fonctionnaire de l’Administration publique ou de la Magistrature, même si elles étaient en possession des diplômes requis. En somme, cette exclusion n’était justifiée qu’en raison de leur sexe. Mais il existait aussi d’autres artifices pour pousser les femmes à quitter leurs emplois, soit par des mesures indirectes, supprimant les allocations familiales aux maris dont les épouses travaillaient, soit directes, en leur donnant une dot si elles arrêtaient de travailler au moment de se marier. Ces pratiques expliquent la pénurie de professionnels, de chefs d’entreprise, de cadres ou de gestionnaires femmes dont souffrait l’Espagne, au xixe siècle, en comparaison avec la situation dans des pays voisins où, même moins nombreuses par rapport aux hommes, les femmes avaient une visibilité sociale dans l’espace public.

  • 2 Molinero Carme, « Mujer, franquismo, fascismo. La clausura forzada en un mundo pequeño », in Histo (...)
  • 3 Juliá Santos, « La Sociedad » in Franquismo, García Delgado José Luis (dir.), Madrid, Temas de Hoy

10Ces dispositions, que l’on voulait faire passer pour protectrices, étaient les retombées d’une vision paternaliste et antiféministe plus propre aux régimes fascistes qu’aux sociétés démocratiques2. Elles représentaient une attaque contre l’épanouissement personnel et professionnel des femmes à qui, quelques années plus tôt, on avait reconnu leurs droits dans une Constitution, mais l’intransigeance des secteurs réactionnaires avait mis fin brutalement à la modernisation qui pointait au sein de la société espagnole depuis le début du xxe siècle. Pendant des années, la propagande de la dictature s’appliqua à justifier le soulèvement militaire, sous prétexte que l’Espagne n’était pas encore prête à vivre en démocratie ni à surmonter l’inégalité, mais des historiens de prestige ont démonté cet argument, montrant qu’au moment où la République fut proclamée, la société espagnole était en train de changer, tout du moins dans des zones urbaines3.

11Pour convaincre les femmes des bontés de ces dispositions, le régime disposait de deux alliés sans pareil-la Section Féminine de la Phalange et surtout l’Église-qui conçurent des méthodes d’endoctrinement pour leur faire prendre conscience que leur mission consistait à veiller sur les valeurs morales traditionnelles et que leur place était au foyer, même s’il fallait sacrifier à cela d’autres attentes personnelles. À ce propos, on avait orchestré un appareil de propagande et un système éducatif qui présentaient la charge du foyer et de la famille comme la forme suprême du service à la société. Pour ce faire on les poussa à croire que les valeurs féminines les plus nobles étaient la soumission, l’obéissance et l’abnégation. Un argumentaire fondé sur des principes religieux ancestraux qui plaçaient l’homme au centre du monde et présentaient la femme comme un être inférieur. Pilar Primo de Rivera, Déléguée Nationale de la Section Féminine arriva jusqu’à dire :

  • 4 Primo de Rivera Pilar, VIII Consejo Nacional, Guadalupe, 1944.

Il nous faut nous abriter sous la force et la détermination de l’homme pour nous sentir plus sûres. En contrepartie, nous lui offrons l’abnégation de nos services. Nous ne serons jamais un motif de discorde. car le rôle de la femme dans la vie est d’harmoniser les volontés, et de se laisser guider par la volonté plus forte de l’homme et par sa sagesse4.

12Ce discours sexiste présentait la femme comme un être fragile et hésitant qui avait besoin de protection masculine, que ce soit de celle du père, de celle du frère ou de celle du mari. L’homme prêtait ce service et, en échange, il s’assurait de la passivité et de la soumission de la femme, qui était priée de ne pas être motif de discorde, c’est-à-dire, d’accepter la volonté de l’homme sans broncher et avec dévouement. Lorsque le message émanait de l’Église, à la notion de dévouement il faut ajouter celle d’abnégation chrétienne, dans le sens d’abnégation sacrificielle qui sera récompensée par la Providence et dont nous parlerons un peu plus loin, Dans l’un des manuels de la Section Féminine, on conseillait aux plus jeunes de ne pas abuser de la lecture, car rien n’était plus détestable qu’une femme intellectuelle. Concrètement, on disait ceci :

  • 5 Sección Femenina, El libro de las Margaritas, Zaragoza, 1936.

Une véritable Marguerite est toujours occupée. Elle protège les couvertures des livres, elle les ramasse si ses frères les laissent traîner, elle joue avec le plus jeune, elle habille sa poupée, elle brode un napperon, ou elle range sa chambre. Elle fait du crochet, elle coud, et elle est ravie de faire des commissions parce que rien n’est plus beau que de rendre service. Il ne faut pas qu’elle s’abreuve de lectures [...] [comme] une intellectuelle. Quand elle sera grande, s’il lui faut choisir des études, il vaut mieux qu’elle opte pour un métier de femme : que ce soit infirmière, puéricultrice ou institutrice5.

13L’hostilité du système envers la formation intellectuelle de la femme avait un objectif politique bien précis. Une femme ignorante, peu évoluée, et isolée du reste du monde, était plus dépendante et plus facile à modeler pour accomplir sagement les tâches que le régime lui avait confiées. Effectivement, le discours officiel du premier franquisme fondait la contribution sociale de la femme sur sa servilité et son ignorance, qualités indispensables pour exécuter des ordres.

14Mais, sans doute, l’institution la plus puissante, la plus influente et la mieux à même de répandre ce type de raisonnements dans une société traditionnellement catholique comme l’espagnole, ce fut l’Église. Pendant la période d’après-guerre, elle entretint une étroite collaboration avec l’État, de façon à contrôler la société civile à l’aide d’un discours qui visait le rétablissement de l’ordre social traditionnel que la République avait voulu, soi-disant, anéantir. Après avoir été remise par les autorités à sa place, comme institution centrale de l’État, et s’être vue octroyer le monopole de l’éducation, elle mit en place une stratégie pour renforcer le rôle de la famille comme noyau social, rendant responsable la femme de veiller sur sa bonne santé morale. À l’école comme à la chaire, l’Église s’évertue à divulguer une idéologie sur la morale, la famille et le mariage qui est bâtie sur la soumission inconditionnelle de la femme. Le discours était loin de tomber dans l’oreille d’un sourd, car l’Église était omniprésente dans les institutions et les cérémonies publiques, et les curés contrôlaient leurs paroissiens, en particulier en milieu rural, ce qui pesa sur le comportement des gens bien plus que dans des étapes précédentes. Les gens savaient pertinemment que les certificats de bonne vie et mœurs délivrés par les curés étaient indispensables pour avoir un emploi, un livret de rationnement, un sauf-conduit, ou pour faire une démarche administrative.

  • 6 Nicolas Encarna, La libertad encadenada. España en la dictadura franquista 1939-1975, Madrid, Alia (...)

15Au-delà du contrôle de la moralité des citoyens et de la censure qu’elle exerçait sur les activités intellectuelles et de loisir, l’Église joua un rôle essentiel dans la conformation de la famille et de la vie personnelle, aussi bien que dans l’orientation religieuse de la vie publique6. Elle condamnait la cohabitation du couple hors mariage ecclésiastique, et les curés tâchaient de persuader les femmes que les relations intimes n’avaient d’autre raison d’être que la procréation. Dans un pays où l’usage des contraceptifs et l’avortement étaient punis de peine de prison, la natalité connut une forte augmentation. Les familles nombreuses abondaient parce que les femmes passaient la plupart de leurs années fertiles à faire des enfants.

16Dans les chapitres qui suivent on s’occupera d’analyser le discours et le message des institutions que l’Église déversait dans des traités, des catéchismes, des livres et des manuels scolaires. Ce discours, résolument nataliste, cherchait à éduquer et à conditionner les femmes pour faire passer la défense du mariage et l’unité de la famille, avant leur indépendance, leur intégrité et leur dignité, ce qui devint dangereux pour elles tant à court qu’à à moyen terme. Certes, cette situation ne déclencha pas automatiquement la violence machiste mais elle avait préparé ces femmes à la supporter patiemment et en silence. Nous avons choisi des ouvrages écrits par des institutions et des personnalités ecclésiastiques qui étaient destinés à l’éducation des jeunes filles. En particulier, deux livres sur la famille et le mariage dont l’écho fut considérable dans la période d’après-guerre et à la fin du franquisme. La familia d’Isidro Gomá y Tomás, archevêque de Tolède, qui avait soutenu les militaires pendant la guerre civile, était à l’origine d’une lettre signée par l’ensemble des évêques, en 1937, pour épauler les rebelles. Il assista le nouveau régime prenant en charge l’orientation du processus de dérogation des lois laïques de la République, de la reconstitution de l’Action Catholique et Hombre y Mujer. Estudios sobre el matrimonio y el amor humano de José María Cabodevilla, publié en 1960, réédité en 1962, 1965, 1968 y 1974, et préfacé par Casimiro Morcillo, archevêque de Madrid-Alcala, Président de la Conférence Episcopale Espagnole et l’un des plus proches collaborateurs de Franco au cours des dernières années de la dictature.

17L’intérêt de ces ouvrages tient à leur contenu et à la période où ils connurent la plus grande diffusion. Le livre de Gomá était apparu au dans la première étape du franquisme, c’est-à-dire, dans la décennie des années quarante et celui de Cabodevilla dans la dernière période du régime, où il agonisa à petit feu, jusqu’à son extinction.

FEMME, FAMILLE ET MARIAGE DANS LE DISCOURS CATHOLIQUE DES ANNEES QUARANTE

  • 7 Gomá Isidro, La familia. Barcelone, Rafael Casulleras, 1942, p. 18.

18Malgré le décès prématuré de son auteur, en août 1940, l’ouvre d’Isidro Gomá eut un fort retentissement pendant la période d’après-guerre. Son traité La familia, publié en 1926, fut réédité plusieurs fois consécutives. Lors de sa troisième édition (1940) on souligna l’importance qu’avait sa diffusion pour pouvoir accomplir le mandat de Franco. Celui-ci avait demandé à la hiérarchie de l’Église de purifier et réhabiliter la famille espagnole qui risquait de faire naufrage « à cause de la législation républicaine qui défendait l’amour libre, l’union civile et le contrôle des naissances7 ».

19L’argumentaire de Gomá repose sur la théorie du noyau familial, articulée autour de la famille et assise sur l’indissolubilité des liens du mariage et la procréation, devoirs suprêmes du couple. Les époux n’ont le droit de briser cette indissolubilité, sous aucun prétexte, d’où le rejet frontal du divorce instauré par la République. Pour justifier cette posture on mettait à l’œuvre un discours paternaliste, dans le style du régime, prétendant que le divorce nuisait particulièrement à la femme et la rabaissait socialement, étant donné que son honneur et sa réputation dépendaient de sa condition d’épouse et, donc, de sa relation avec son mari.

20Cet argument amène une théorie selon laquelle le père, présenté comme l’être suprême du foyer, est placé au centre du noyau familial. Le droit de chef de famille qu’il détient lui confère les pleins pouvoirs et l’autorité, ainsi que la responsabilité de veiller sur les autres membres de la famille. Pour lever les possibles ambiguïtés sur les implications de ce droit, le cardinal explique clairement qu’il appartient au mari d’être, non seulement le chef de ses enfants, qui doivent être considérés comme des sujets, mais aussi de sa femme. Le raisonnement s’appuie sur les mots de Saint Paul : « car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Église ». La femme est le complément de l’homme. Une collaboratrice de rang inférieur qui, par conséquent, doit se soumettre à la volonté d’un être supérieur fait pour gouverner : l’homme, tout d’abord en tant que père ou frère, et ensuite en tant qu’époux. Un homme que l’Église élève à la condition de pater familias :

  • 8 Ibid., p. 144.

Que le père garde pour lui l’administration de ses affaires, de ses biens ou de ses économies, mais qu’il décompte une somme raisonnable qu’il confiera à la mère, en qualité de gestionnaire, pour payer les frais familiaux. C’est ainsi qu’ils pourront, mari et femme, obéir à une loi pleine de sagesse et de charité conjugale8.

21Les droits du mâle émanent de cette conception, qui fait de lui le représentant foncier de la famille et lui confère le plus haut rang et tous les pouvoirs. Cette vision des choses avait disparu, tout du moins légalement, après l’approbation de la Constitution de 1931 qui proclamait l’égalité sans discrimination en raison du sexe et que, d’après le cardinal Gomá, il fallait effacer comme liée à ce moment de « féminisme égaré ». Malgré tout, la hiérarchie de l’Église n’était pas dupe et savait qu’on ne pouvait défendre aisément ce genre de propositions auprès des femmes dont les droits, acquis précédemment, avaient été annulés. C’est pourquoi on faisait un certain nombre de concessions concernant leurs capacités.

  • 9 Ibid., p. 200.

Admettons [...] que les femmes ont les mêmes dispositions et les mêmes aptitudes que l’homme pour ce qui est du monde des idées. Admettons aussi que dans certains cas, même souvent, la femme fait preuve d’une capacité de jugement supérieure à celle du mari. Mais ce qui ne changera pas c’est que l’homme a pour lui une force physique et mentale supérieure, et la femme a pour elle les atouts de la beauté, les subtilités du sentiment, la source inépuisable de sa tendresse, [...] toutefois, l’homme est plus vigoureux, plus réfléchi, plus tenace dans la poursuite de son effort mental et plus brillant dans tout ce qui touche les résolutions de sa volonté9.

22L’Église se prévalait de cet argument sur la force et la supériorité de raisonnement de l’homme pour justifier la subordination de la femme. Le livre de Gomá condamnait les mouvements et les théories féministes qui se répandaient dans d’autres pays et qui revendiquaient le droit des femmes à l’instruction, à l’emploi et à la gestion de leurs biens et à une vie en toute indépendance. En revanche, les discours officiels, qui s’étaient engagés à délivrer la femme des tracas du travail à l’atelier ou à l’usine, comme on l’a déjà signalé, insistaient sur le danger qu’elle encourait si elle quittait son foyer pour « se lancer dans une quête chimérique, faisant du tort, par la même occasion, aux devoirs que Dieu lui avait confié vis-à-vis de sa famille » :

  • 10 Ibid., p. 432.

L’entassement que les jeunes femmes doivent supporter dans les usines contre une maigre solde, pourrait, dans le meilleur des cas, gâcher la formation au mariage dont elles auront besoin pour fon- der une famille et, qui plus est, le contact proche avec le reste du personnel, et les relations obligées avec les ouvriers du sexe opposé, pourraient faire des dégâts supplémentaires. C’est ainsi que les futurs foyers commencent à se détruire dans les usines10.

23Le but était de les convaincre que le travail extra-domestique les égarait de leur mission alors qu’il est historiquement prouvé que l’indépendance financière est le principal moyen d’émancipation de la femme, sinon le seul. C’était clair non seulement pour beaucoup d’Européennes qui avaient refusé de quitter les emplois qu’elles avaient obtenus pendant la Deuxième Guerre mondiale pour remplacer les hommes, mais pour l’Église elle-même. C’est ce que montre l’interprétation de Gomá sur l’encyclique Casti Connubii de Pie XI, où le cardinal qualifie l’émancipation de la femme d’horrible crime, responsable de la déstructuration familiale.

  • 11 Pie XI, Encíclica Casti Connubii, Rome, 31 décembre 1930.

24D’après le cardinal, les voies vers l’émancipation des femmes étaient : l’indépendance financière, liée à la possibilité de prendre des décisions sans le consentement du mari, et même contre sa volonté, et une vie sociale libre, ouverte à des relations en dehors du cadre familial, qui rendrait plus facile la pratique de leurs goûts, de leurs affaires et de leurs instincts biologiques. Mais, en même temps, ces pratiques libéraient la femme de ses charges conjugales et maternelles11, raison pour laquelle Gomá recommandait aux autorités et aux époux de leur barrer la route, afin de sauvegarder l’unité familiale.

25Pendant cette période, l’Église refuse de reconnaître à la femme d’autres droits que ceux que le mariage, dans sa double fonction de contrat et de sacrement, lui octroyait : le droit à la cohabitation, à la procréation, à l’éducation, à la garde des enfants ou à veiller sur la foi et les coutumes des membres de la famille. Cette conception manichéenne, loin de lui donner des droits, ne faisait que lui imposer des obligations :

  • 12 Gomá Isidro, El matrimonio, Barcelone, Rafael Casulleras, 1941.

l’égalité de droits [...] est acceptable dans tout ce qui a trait à la personne et la dignité humaine, et ce qui découle du pacte nuptial, qui est attenant au mariage ; dans ce domaine, les conjoints jouissent des mêmes droits et sont soumis aux mêmes obligations ; dans tout le reste, une certaine inégalité et un peu de modération sont de mise, car elles conviennent au bonheur familial, ainsi qu’à l’unité et à la fermeté qu’on attend de l’ordre et de la tribu domestique12.

  • 13 Ibid., p. 161.

26De cette façon, la structure familiale reproduit le modèle pyramidal et le principe du pouvoir unique du régime et, de la même façon que Franco rassemble à lui seul tous les pouvoirs, le père se place au sommet de la famille et en conséquence prend les décisions sur l’éducation des enfants et fixe les règles de conduite au foyer. Gomá donne au père la faculté de sanctionner « par une sentence sans appel » et de punir, si besoin est, en cas de conflits ou désaccords familiaux. On recommande au père de ne céder aucunement « la place d’honneur qui lui revient de droit13 ».

  • 14 Canónigo Beaudenom, Formación religiosa y moral de las niñas, Barcelone, E. Subirana, S. A. éd. Po (...)
  • 15 Juventudes de Acción Católica, : El decenio crítico. Los jóvenes de 16 a 26 años, Sociedad de San (...)

27Le traité du cardinal Gomá servit de base idéologique à la rédaction des manuels scolaires, des livres et des catéchismes, destinés à former les petites filles et les jeunes femmes14, ou à les préparer au mariage. Ces manuels partent tous de la même prémisse : au moment de la naissance les filles et les garçons ont des qualités innées qui doivent être développées au moment de l’adolescence pour qu’elles puissent modeler leur personnalité à l’âge mûr. L’objectif visé est l’entraînement des futurs adultes dans l’assomption d’un certain nombre de principes. Dans le cas des garçons, il s’agit d’intérioriser des valeurs actives telles que l’autorité, le courage, la fermeté, la raison ou la volonté, et dans celui des filles il est question d’assumer des valeurs passives comme la réceptivité, la pudeur, la soumission, la prière, la résignation, la docilité, l’indulgence ou la patience15. La différence entre ces deux catégories d’aptitudes est présentée comme étant inhérente à la condition de chacun, et pas comme quelque chose d’appris ou d’imposé par l’éducation, au point que ceux ou celles qui ne peuvent pas s’y reconnaître se sentent bizarres et monstrueux.

28Dans ce genre de manuels il est fréquent de recommander aux filles de faire plaisir aux personnes qui sont autour d’elles :

  • 16 Ibid., p. 113-121.

garder le sourire quand on a de la peine, être gentille avec les gens qui nous déplaisent, écouter avec bienveillance les réprimandes et les réflexions qu’on aura à nous faire16.

29Par ces manières généreuses et « chrétiennes » dans leurs rapports avec autrui, les filles seront récompensées dans l’au-delà.

  • 17 Ibid., p. 132-134.

[...] ce que ta situation peut avoir de pénible : les obligations de ton règlement de travail, les réprimandes, l’échec, le froid, la chaleur, les malaises passagers [...] Supporte-les patiemment, montre ta grandeur d’esprit et offre-les à Dieu. Tous ces déboires sont le prix à payer pour ton bonheur aux cieux et, en même temps, un exercice qui fortifie ta volonté [...] Accepte les caractères qui ne s’accordent pas avec le tien. Accepter c’est déjà beaucoup, mais accepter gracieusement et avec le sourire c’est la perfection [...] Évite de te plaindre de tes problèmes, porte tes tristesses toute seule17.

30C’était un discours qui, en plus d’avoir cette intention, parvint de facto à faire croire à plusieurs générations de femmes qu’elles avaient des qualités innées pour obéir, assumer des offenses ou souffrir en silence. On doit à ce message le silence des femmes qui n’ont jamais dénoncé, ni rendu publiques l’humiliation ou les violences qu’elles ont pu subir dans leur ménage. Cela explique que ces actes soient restés, encore aujourd’hui, anonymes et parfois funestes, car ce discours avait transpercé non seulement l’esprit de celles qui furent leurs destinataires directes mais celui des mères qui l’ont transmis à leurs filles.

31Au long de l’Histoire, on a toujours demandé à la femme sacrifice et silence et dans ce discours les propositions explicites de l’Église ont été pour quelque chose :

À vous, Ô mères ! Si on insulte votre dignité, si on vous offense, si on vous maltraite, si on vous fait honte ou l’on porte atteinte à votre réputation, souffrez les injures avec résignation chrétienne.

  • 18 Gomá Isidro, La familia, op. cit., p. 192.

32Il est fréquent de trouver dans ces manuels des appréciations sur la capacité intellectuelle des femmes, les présentant comme des individus peu dotés pour le raisonnement et l’action, dominés par les sentiments et ayant souvent une personnalité bipolaire, vertueuse et inconséquente à la fois. En opposition à la femme modèle, qui brille par sa capacité de sacrifice et de tendresse, on a les perverses dominées par l’ambition, le caprice ou l’insolence. Le cardinal Gomá prévient le mari contre cet archétype de femme qui essaiera de lui arracher son droit à l’hégémonie domestique, situation qu’il ne peut pas tolérer car elle ferait chavirer la stabilité de la famille. Il conseille aux maris de rester fermes devant les demandes d’une épouse qui tâcherait de s’imposer, « par le truchement de l’astuce, des flatteries, des supplications, des larmes ou même des menaces18 ».

  • 19 Ibid., p. 148.
  • 20 Ibid., p. 313.

33C’est ainsi qu’on encourage les maris à combattre les, soi-disant, faiblesses ou vices féminins par la parole et, si besoin est, par la force, et les femmes, de leur côté, à accepter l’autorité de l’homme sans broncher « ne touchez pas à ce roi, à cette intelligence, à cette force, si vous ne voulez pas commettre un crime de lèse société domestique19 ». Selon le cardinal, ce côté pervers que toute femme porte en elle, peut être modifié par une éducation adéquate dont les mères sont les principales responsables. L’obligation de préparer les filles au mariage incombe tout d’abord aux mères, qui doivent inculquer à leurs filles un comportement honnête, humble et pieux, et plus tard à l’époux20.

34Ce type de consignes, autorise le père de famille à user de tous les moyens qui peuvent faire plier la volonté de son clan, y compris la violence, même si cela n’est pas dit de façon explicite. En somme, il a carte blanche pour se comporter en tyran, vis-à-vis des autres membres de la famille qui n’ont d’autre choix que de lui obéir. Le cardinal compare l’organisation familiale au système politique de la monarchie absolue, à l’intérieur de laquelle le père jouit d’une autorité indiscutable, qu’il possède par nature, et dont les ordres ont rang de loi au-dedans de « sa petite monarchie ». La mère, quant à elle, est à un étage inférieur de la pyramide « Vous, les mères, vous êtes les assistantes de l’homme, ses auxiliaires et coparticipantes ». Voilà les mots qu’on leur adresse. Ce modèle autoritaire et arbitraire, loin des pratiques démocratiques, et des principes égalitaires, fut le type de famille prédominant en Espagne des années durant.

35Le discours cherche aussi à rendre la femme responsable de tout échec qui pourrait advenir dans la famille, ce que, en cas de problème, elle paiera cher en termes de culpabilité et de frustration.

36La dictature va trouver son meilleur support idéologique dans la doctrine de l’Église qui se met au service de la propagande et la défense de sa politique pro-nataliste, puisqu’elle écarte la femme de toute activité différente de la maternité, l’éloigne des espaces publics et professionnels, et la cantonne à la sphère privée. Une politique qui va être accompagnée de mesures concrètes, telles que la diffusion des prix à la natalité, la chasse à la propagande des méthodes contraceptives, ou le blâme moral et social de celles qui auraient osé défier ces normes.

LE DISCOURS DE L’ÉGLISE PENDANT LA DERNIERE ETAPE DU FRANQUISME

37À partir des années soixante, la société espagnole commence à prendre ses distances vis-à-vis de ces axiomes, mais c’est à peine si le discours de l’Église est changé. Pour faire l’analyse de cette étape, nous nous sommes basés dans l’ouvre de José María Cabodevilla Hombre y Mujer. Estudios sobre le matrimonio y el amor humano, réédité cinq fois entre 1960 et 1975, et préfacé par Casimiro Morcillo, l’un des prélats les plus influents des dernières années du franquisme qui fut successivement premier évêque du diocèse de Bilbao, archevêque de Saragosse, premier archevêque de Madrid-Alcalá, sous-secrétaire du Concile Vatican II, et deuxième président de la Conférence Episcopale Espagnole.

38L’ouvrage commence par faire la critique de la théorie que Simone de Beauvoir développe dans son livre Le Deuxième sexe, ouvrage publié en 1960 qui connut une énorme diffusion. L’auteure s’insurge contre l’idée selon laquelle les caractéristiques innées des deux genres, masculin et féminin, sont la conséquence des différences physiques et biologiques. Pour Beauvoir, cette idée reçue était plutôt d’ordre politique, social et culturel, et le fruit d’un modèle éducatif très précis. Cette idée commençait déjà à percer dans une Espagne qui s’ouvrait de plus en plus aux influences extérieures, et s’éloignait peu à peu des consignes officielles.

39Néanmoins, l’Église espagnole était incapable d’accepter cette nouvelle réalité, et dans ses manuels elle persévérait toujours dans sa défense des théories sexuées, avec, à l’appui, l’argumentaire suivant :

  • 21 Cabodevilla José María, Hombre y Mujer. Estudios sobre el matrimonio y el amor humano, Madrid, Edi (...)

[...] la femme est le genre, et l’homme est l’individu [...]. Le temps et le progrès sont le patrimoine de l’homme, c’est pourquoi c’est lui qui fait la guerre et l’histoire des États [...]. La femme n’a pas d’histoire, elle est exclue de l’histoire générale [...] parce que la femme appartient au domaine privé21.

40Dans un contexte international où le féminisme s’affermit, et où les femmes exigent leur droit à occuper des espaces publics et professionnels, les autorités de l’Église espagnole nagent à contre-courant, et persistent dans son discours traditionnel sur la fonction reproductrice et protectrice, avec des arguments tels que :

  • 22 Ibid., p. 46.

Chaque fois que l’on a essayé de sortir la femme du cercle familial, et qu’on a saboté la discrétion de son travail, on a nui à la marche du monde et à la femme elle-même. On a pour preuve le cas des religions anciennes qui, en octroyant aux femmes une place éminente et visible, finissaient par faire d’elles des prostituées22.

  • 23 Ibid., p. 76-77.

41Pour cette raison, on recommandait aux chrétiens de fixer des limites à ces pratiques, incompatibles avec « les exigences des fonctions spécifiques, et les particularités de la psychologie » féminine, et de s’opposer fermement aux féministes qui voulaient faire croire aux femmes que leur libération passait par un emploi rémunéré23. Une large majorité du clergé pensait qu’une femme qui avait des occupations en dehors du foyer, était amenée à abandonner ses obligations de formatrice, avec pour conséquence une déstabilisation de ses sentiments et l’affaiblissement de son essence féminine. En substance, ce message est resté inchangé au sein d’une partie de la hiérarchie de l’Église, qui considère que bon nombre des maux qui affligent la société actuelle : délinquance, alcoolisme, drogues ou échec scolaire sont les retombées logiques de la déstructuration familiale, et du nombre d’heures que la mère qui travaille passe loin du foyer.

42Les textes éducatifs des années soixante présentaient encore les femmes comme des êtres sans capacité de décider et ayant besoin de la tutelle des mâles. Ces derniers agissaient en maîtres, dans l’exercice légitime de leurs fonctions, et faisaient valoir leur autorité auprès de leurs épouses en cas de conduite égarée, ce qui renforçait leur sentiment de propriété. Lorsqu’il est question de virginité, le discours dit que

  • 24 Ibid., p. 79.

L’homme renouvelle sa condition de maître lorsqu’il couche avec une femme vierge. C’est une sorte d’exercice glorieux de ses droits de propriété : il a besoin de vérifier que telle chose n’appartient à nul autre, afin de s’assurer qu’elle est à lui24.

43Pendant les dernières années du franquisme, les hommes vont pouvoir compter sur le support et l’appui de l’Église pour agir en maîtres auprès des femmes à qui l’on essaye encore de persuader que leur seul but dans la vie est le mariage, seule institution où elles peuvent s’épanouir, en tant que mères et épouses :

  • 25 Ibid., p. 50.

[...] la femme mariée a plus de valeur, est plus accomplie que celle qui est célibataire [...]. La vie commune avec son mari et ses enfants, la compréhension de leurs problèmes, de leurs joies et de leurs difficultés ainsi que l’expansion de son univers le plus intime, qui embrasse toutes les palpitations des cours qu’elle aime et pour qui elle se sacrifie, élargissent considérablement l’horizon de son discernement et de son esprit. La femme célibataire, par contre, risque de s’endurcir, et de tomber dans les nombreux pièges de l’égoïsme25.

  • 26 Ibid., p. 48.

44Trente ans séparent la publication des deux livres, celui de Gomá et celui de Cabodevilla et, pourtant, les bases du discours et l’argumentaire pour justifier la suprématie du mâle sur la femme, ne sont pas très différents. Les prémisses restent les mêmes « la seule gloire de la femme consiste à accoucher d’un fils et à être la compagne du mâle », ou bien « la femme supporte plus facilement la souffrance parce qu’elle est mieux préparée à la porter sur ses épaules, sans lui opposer la moindre résistance26 ».

  • 27 Juliá Santos, « La Sociedad », art. cit., p. 101.
  • 28 Cabodevilla José María, Hombre y Mujer. Estudios sobre el matrimonio y el amor humano, op. cit., p (...)

45La faible capacité d’accepter les réalités nouvelles que l’Église a montrée au long de l’histoire, dans les années soixante, creusa un fossé qui sépara ses représentants de la société du moment. D’après le professeur Juliá ce n’est pas par hasard que la première victime des transformations sociales, liées à éducation pour tous, et à la fin de l’isolationnisme, ait été l’Église catholique27. Une Église dont les sermons et les manuels étaient toujours opposés à la revendication égalitaire des femmes et qui arguait que l’égalité était un écueil à éviter dans les relations du couple car, d’habitude, « les femmes supérieures n’éveillent pas des passions chez les hommes28 » et les hommes se sentent rabaissés devant les femmes brillantes.

46La discrimination en fonction du sexe n’arrêta pas d’orchestrer les propos tenus par l’Église, en particulier ceux qui se référaient au mariage et à la famille. L’infidélité féminine était considérée plus grave que la masculine puisqu’elle pouvait entraîner la venue d’enfants illégitimes dans la famille. On respectait la décision du mari qui punissait ou répudiait la femme adultère, alors qu’on recommandait aux femmes victimes d’une infidélité conjugale d’affronter son problème en silence et sans rancune et, surtout, de ne pas mêler les enfants à l’histoire, pour qu’en toute circonstance, le respect dû au père ne fût pas ébréché. Du reste, on invitait la femme à se demander si sa conduite avait pu induire, en quoi que ce soit, l’éloignement de son époux. Le veuvage aussi était abordé de façon différente dépendant du sexe de la personne qui avait perdu son conjoint. Tandis qu’on recommandait le célibat aux femmes :

[...] la femme qui devenue veuve n’a plus eu des relations sexuelles avec d’autres hommes s’est toujours attiré l’estime de l’Église, car l’Église ne condamne pas les secondes noces mais elle a une claire prédilection pour les âmes qui veulent rester fidèles à leurs époux et à la symbolique du parfait sacrement du mariage.

47Les hommes étaient dispensés de ces considérations et, de surcroît, les veufs avec enfants en bas âge étaient vivement encouragés à se remarier, pour remplacer la mère disparue et recréer un climat familial serein.

48Le discours dominant, et en particulier celui de la hiérarchie de l’Église, tourne toujours autour des consignes qu’on vient de signaler, quoiqu’on observe quelques signes d’évolution. On reconnaît dans certains ouvrages qu’il est injuste de priver les femmes de leur capacité d’agir, et de la possibilité de disposer des biens conjugaux dont le mari est le seul titulaire. Allant aussi dans le sens de l’ouverture, quelques manuels scolaires, écrits en général par des religieux ou par des maisons d’édition étrangères, affirment qu’il est souhaitable que la femme puisse faire des études secondaires et universitaires :

  • 29 Monseñor Tihamér Toth, ¡ Muchacha ! Así. Madrid, éd. Arenas, S. A., 1956, p. 209.

Au jour d’aujourd’hui, la seule culture ne suffit pas au destin de la femme. Son avenir économique et son rôle dans le monde moderne exigent des connaissances structurées et attestées par des diplômes qui en font foi [...]. L’insécurité économique ne peut se surmonter que si on est préparé aux contingences. En conséquence, il faut que les jeunes femmes prennent en main leur avenir pour pouvoir gagner leur pain quotidien29.

CONCLUSION

49Le système autoritaire et paternaliste, que la dictature franquiste avait établi, discrimina la femme par rapport à l’homme, mettant en place un large corpus législatif et des règles morales et sociales très strictes, de style traditionnel, qui furent véhiculées par l’enseignement et l’éducation que le régime avait confiés à la Section Féminine de la Phalange et, en particulier, à l’Église. Le discours des deux institutions s’articulait autour d’une idée : persuader les femmes que la maternité était leur principale contribution à la société, celle pour laquelle elles étaient le mieux dotées, et qu’il fallait lui sacrifier toute autre aspiration. Une conception qui n’était pas nouvelle, mais qui avait été renforcée par le franquisme, dans un contexte international plus démocratique et égalitaire, où elle était contestée ou simplement désuète. Dans ce domaine, comme dans d’autres, l’Espagne était différente et perçue comme telle depuis l’étranger.

50L’Église devient le principal allié du régime et se charge de diffuser ce message à l’école et en chaire. En échange, elle obtient le monopole du système éducatif, à partir duquel elle va transmettre un idéal et un modèle social, basé sur la répartition traditionnelle des rôles, qui attribue à chaque sexe une mission concrète, avec des règles spécifiques pour ce qui concerne la formation des petites filles. Le résultat est une éducation discriminatoire qui freine la formation intellectuelle de la femme avec des programmes scolaires dont certaines matières sont destinées exclusivement aux femmes : tâches ménagères, puériculture, ou économie domestique, pour préparer ces jeunes à accomplir leur futur rôle au foyer : faire la cuisine, coudre, administrer le budget, prendre soin des enfants, etc. Dans la revue Consigna, que publiait la Section Féminine à l’intention des institutrices, on recommandait :

[...] considérer les garçons comme des futurs producteurs des valeurs économiques et comme sujets d’autorité et de force, et les filles [...] créatrices de valeurs morales [...] et assistantes de l’homme dans l’exercice de l’autorité [...] les garçons doivent porter leur regard vers le monde et les filles vers le foyer.

51Dans les premières années du franquisme, les femmes n’avaient pas d’autre issue que d’accepter cet état de choses, car le modèle sociopolitique, instauré par les militaires, avait vidé de son sens la notion d’égalité. Si l’égalité n’existait pas pour les personnes pourquoi existerait-elle pour les sexes. Dans ce contexte, les femmes furent l’objet d’une double soumission : celle qui leur imposait leur extraction sociale, et celle qui avait trait à leurx sexe. Dans cette situation, la femme ne pouvait faire autre chose que se taire et élever des enfants, mais la fin de l’autarcie et de l’isolement, ainsi que la hausse du niveau de vie et les contacts avec d’autres cultures-grâce à l’émigration et au tourisme-le développement des villes, et l’accès à l’éducation à partir des années soixante, fit évoluer les mentalités. L’Espagne réelle commença à se distancer de l’Espagne officielle, et à mettre en cause sa vision des choses.

52Par contre, l’Église ne sut pas accepter ces réalités nouvelles et continua de tenir le discours traditionnel, qui reste d’ailleurs d’actualité. Ainsi, les secteurs les plus réactionnaires de la hiérarchie ne cessent de faire porter aux femmes la responsabilité des problèmes de la jeunesse, sous prétexte que leur insertion massive dans le marché du travail a eu pour conséquence l’abandon de la famille.

53Dans un pays à tradition catholique, le discours de l’Église a eu des retombées considérables. À court terme, un taux d’illettrisme plus haut chez les femmes que chez les hommes, un niveau de scolarisation plus bas chez les filles aux niveaux primaire et secondaire, et une présence féminine pratiquement nulle au niveau supérieur. À moyen et à long terme, l’exclusion de la femme du marché du travail, sa dépendance du mâle et, ce qui est plus grave, l’assomption d’une idéologie qui a conditionné leur quotidien Les effets pernicieux de la socialisation sur l’attitude soumise de la femme n’ont pas seulement touché celles qui furent les destinataires directes de cette éducation mais ils ont déteint sur des générations suivantes. La façon dont ce message imprégna le comportement des hommes et de femmes pendant des décennies, est à la source de ce fléau social qu’est encore aujourd’hui la violence contre les femmes. Il y a encore des hommes qui réagissent violemment devant la demande d’indépendance de leurs épouses parce qu’ils ne peuvent pas tolérer leur perte de pouvoir mais il y a aussi des femmes qui croient que l’unité de la famille est une responsabilité qui n’incombe qu’à elles et une priorité qu’il faut faire passer devant n’importe quelle autre circonstance.

Notes

1 Ruiz Franco Rosario, Mercedes Formica, Madrid, éd. Orto, 1997.

2 Molinero Carme, « Mujer, franquismo, fascismo. La clausura forzada en un mundo pequeño », in Historia Social, n º 30, 1998.

3 Juliá Santos, « La Sociedad » in Franquismo, García Delgado José Luis (dir.), Madrid, Temas de Hoy.

4 Primo de Rivera Pilar, VIII Consejo Nacional, Guadalupe, 1944.

5 Sección Femenina, El libro de las Margaritas, Zaragoza, 1936.

6 Nicolas Encarna, La libertad encadenada. España en la dictadura franquista 1939-1975, Madrid, Alianza Editorial, 2005, p. 150.

7 Gomá Isidro, La familia. Barcelone, Rafael Casulleras, 1942, p. 18.

8 Ibid., p. 144.

9 Ibid., p. 200.

10 Ibid., p. 432.

11 Pie XI, Encíclica Casti Connubii, Rome, 31 décembre 1930.

12 Gomá Isidro, El matrimonio, Barcelone, Rafael Casulleras, 1941.

13 Ibid., p. 161.

14 Canónigo Beaudenom, Formación religiosa y moral de las niñas, Barcelone, E. Subirana, S. A. éd. Pontificia, 1946.

15 Juventudes de Acción Católica, : El decenio crítico. Los jóvenes de 16 a 26 años, Sociedad de San Pablo, 1942, p. 12.

16 Ibid., p. 113-121.

17 Ibid., p. 132-134.

18 Gomá Isidro, La familia, op. cit., p. 192.

19 Ibid., p. 148.

20 Ibid., p. 313.

21 Cabodevilla José María, Hombre y Mujer. Estudios sobre el matrimonio y el amor humano, Madrid, Editorial Católica, 1960, p. 35.

22 Ibid., p. 46.

23 Ibid., p. 76-77.

24 Ibid., p. 79.

25 Ibid., p. 50.

26 Ibid., p. 48.

27 Juliá Santos, « La Sociedad », art. cit., p. 101.

28 Cabodevilla José María, Hombre y Mujer. Estudios sobre el matrimonio y el amor humano, op. cit., p. 135.

29 Monseñor Tihamér Toth, ¡ Muchacha ! Así. Madrid, éd. Arenas, S. A., 1956, p. 209.

Auteur

Université autonome de Madrid/UAM

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable