Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Familles

Parenté et genre : des mariages par alliance

Margareth Lanzinger
Traduction de Christine Hoock

Texte intégral

  • 1 Medick Hans et Sabean David Warren (dir.), Emotionen und materielle Interessen. Sozialanthropologi (...)
  • 2 Levi Giovanni, L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del Seicento, Turin, E (...)
  • 3 Plakans Andrejs, Kinship in the Past. Anthropology of European Family Life, 1500-1900, Oxford, Bla (...)

1Les thèmes de recherche connaissent diverses fortunes. Ils font, ou non, l’objet de recherches et de débats à différents moments et avec plus ou moins de force dans diverses disciplines et cultures nationales. L’historiographie allemande et anglaise s’est intéressée relativement tard au thème de la parenté au sens d’une structure organisationnelle efficace qui agit tant sur le plan politique que social et économique. En ce qui concerne les sciences historiques, ce n’est qu’avec le tournant anthropologique des années 80 que le sujet de la parenté a rencontré un intérêt accru. L’ouvrage Emotionen und materielle Interessen, édité par Hans Medick et David Sabean a représenté à ce titre un véritable travail de pionniers et a été source de nouvelles perspectives de recherches1. C’est aussi la micro-histoire italienne, comme par exemple l’étude de Giovanni Levi L’eredità immateriale2, qui a donné l’impulsion. L’auteur y démontre le nombre de liens réciproques entre parents et la manière dont ces liens ont influencé la formation des prix lors de la vente ou de l’achat d’un bien foncier. Lors de transactions entre parents, les sommes fixées étaient généralement plus élevées qu’entre non apparentés, parce qu’on en profitait alors pour s’acquitter de différentes prestations et autres services, comme des dettes ou des crédits. De cette manière un prix social était fixé qui ne dépendait pas uniquement de la surface et de l’état du bien. Ces dynamiques, ainsi que les discussions menées à cette époque n’ont certes pas donné matière à un champ d’études systématique et continu, propre à l’Histoire de la parenté3. Mais ces dernières années des publications marquantes, des initiatives et des manifestations sur divers aspects de ce sujet se multiplient dans l’espace germanophone et anglophone.

  • 4 Les conclusions présentées ici ont été élaborées dans le cadre d’un projet Hertha-Firnberg (2005-2 (...)

2Dans un premier temps il convient donc de faire dans cet article un bref récapitulatif des anciens obstacles et des nouvelles orientations dans l’étude de la parenté et de se poser la question de leur relation avec l’histoire du genre. Dans un deuxième temps, à titre d’exemple de champ d’étude productif dans ce domaine, nous nous concentrerons sur les mariages entre parents, c’est-à-dire des mariages entre des hommes et des femmes parents par alliance4. Ils permettent d’analyser d’autres champs de conflits, mais aussi d’autres axes relationnels et de nouvelles formes de solidarité, que ceux existant dans les mariages classiques entre parents, comme par exemple entre cousins et cousines.

CHANGEMENTS DE PARADIGMES DANS LA RECHERCHE SUR LA PARENTE

  • 5 Mitterauer Michael, Warum Europa ? Mittelalterliche Grundlagen eines Sonderwegs, Munich, C. H. Bec (...)
  • 6 Lipp Carola, « Verwandtschaft – ein negiertes Element in der politischen Kultur des 19. Jahrhunder (...)
  • 7 Mathieu Jon, « Verwandtschaft als historischer Faktor. Schweizer Fallstudien und Trends, 1500-1900 (...)

3On peut expliquer « cette découverte récente » de l’étude sur la parenté dans l’historiographie en langue allemande et anglaise par deux changements de paradigmes. Un premier changement marquant est à voir dans la révision de l’image reçue d’une disparition des liens parentaux. Déjà, et c’est une première thèse, le Christianisme qui s’impose en Europe latine aurait, à la différence d’autres sociétés, comme par exemple les sociétés islamiques ou chinoises dès l’antiquité tardive et le MoyenÂge, sensiblement affaibli la parenté en tant qu’institution sociale5. Le rôle grandissant de l’État aurait refoulé le pouvoir des liens parentaux. Finalement à l’époque moderne, avec l’essor du marché, de l’industrialisation, de l’individualisme, de la société concurrentielle-le soutien par lien de parenté-serait devenu insignifiant. Dans leur définition de l’époque moderne, les sociologues, philosophes et intellectuels allemands du xixe siècle « bannirent » en premier du champ des catégories socialement et politiquement marquantes « le concept de parenté6 ». Celle-ci avait à leurs yeux valeur d’un « principe d’organisation archaïque7 ».

  • 8 Voir par exemple le volume de Wagner Michael et Schütze Yvonne (dir.), Verwandtschaft. Sozialwisse (...)
  • 9 Il est à noter que les reconstitutions de familles à l’époque du nationalcialismesocialisme n’ont (...)
  • 10 Voir à ce sujet Przyrembel Alexandra, « Rassenschande ». Reinheitsmythos und Vernichtungslegitimat (...)

4De là à l’idée de rayer la parenté de la liste de thèmes historiographiques, il n’y avait qu’un pas8. À ceci s’ajoute que dans les années 1970 une recherche basée sur la généalogie et la biologie, était, pour les représentants d’une histoire sociale critique et engagée à gauche, entachée dans l’espace germanique par l’idéologie et la pratique nationale-socialiste, que ce soit sous forme de preuves aryennes (Ariernachweise) ou de registres généalogiques locaux (Ortssippenbücher)9 et par le concept de la « Rassenschande » (mariage entre juifs et allemands)10.

  • 11 Voir la référence très classique à ce sujet Laslett Peter, « Family and Household as Work Group an (...)
  • 12 Schneider Jane C. et Schneider Peter T., Festival of the Poor. Fertility Decline & the Ideology of (...)
  • 13 Shorter Edward, The Making of the Modern Family, New York, Basic Books, 1975.

5En se concentrant sur les foyers, l’histoire en langue allemande et anglaise de la famille dans les années 1970 et 1980 a de ce fait accentué ce choix : s’éloigner de la famille biologique pour se concentrer sur la famille sociale qui englobe toutes les personnes vivant au sein d’un foyer : parents, non apparentés, domestiques, apprentis, tantes célibataires, enfants adoptifs et tant d’autres11. C’est toutefois la famille nucléaire qui a été considérée comme l’indicateur de modernité et a été connotée de progrès économique12. Cette dernière représentait aussi bien une libération du lien coercitif de la parenté, qui elle-même aurait permis l’autodétermination des sexes et donc le mariage par amour13.

  • 14 Voir Tadmor Naomi, Family and Friends in Eighteenth-Century England : Household. Kinship, and Patr (...)
  • 15 Sabean David Warren, Kinship in Neckarhausen, 1700-1870, Cambridge, Cambridge University Press, 19 (...)
  • 16 Voir par exemple Tadmor Naomi, Family and Friends, op. cit., p. 278 ; Hareven Tamara K., Families, (...)

6Le fait de négliger la parenté a par la suite souvent été critiqué et la signification de la parenté a été soulignée14. David Warren Sabean a pu démontrer dans son étude, intitulée Kinship in Neckerhausen, une imbrication du lien parental justement comme phénomène accompagnant la formation d’une société de classes au xixe siècle 1515. L’intérêt historiographique pour les réseaux sociaux au-delà de la parenté, et même pour ceux qui se sont formés par le biais d’amitiés, de voisinages, de patronages, d’appartenances géographiques ou nationales, s’est globalement renforcé. L’influence sociale et politique de tels réseaux s’est vite révélée, entre autre dans des études sur la mobilité et la migration, sur l’obtention de crédits ou sur les relations commerciales, sur la politique et la sociabilité, sur l’organisation familiale et le transfert de biens et de fortunes, sur les marchés du travail ou du mariage, sur la politique de l’administration urbaine ou des tâches de soin et assistance à la personne16.

  • 17 Voir Mathieu Jon, Verwandtschaft als historischer Faktor, op. cit. ; Sabean David Warren, Kinship (...)
  • 18 Voir Mitterauer Michael, Warum Europa ?, op. cit., chap. 3, p. 70-108.

7Il faut dire que l’engagement et la présence de parents et de la parenté au xixe et au xxe siècle ne doivent pas seulement être vus comme une réaction face aux changements de conditions de vie dans l’ensemble de la société. La parenté est à elle seule un facteur historique qui a trouvé et trouve toujours son influence dans sa réactivité et dans ses propres dynamiques17. On ne peut donc pas parler, comme cela s’est avéré entre-temps, d’une disparition de la parenté des contextes de vie « modernes ». Ce qui toutefois caractérise les sociétés occidentales, c’est une grande franchise et de la flexibilité, dans laquelle les parents ont été présents et actifs dans divers contextes historiques18. Ces formes de structures parentales franches et flexibles ont dû contribuer au fait que par endroits elles ont été négligées. Il serait intéressant de voir à quel point une étude historiographique plus poussée du thème de la parenté nous mènerait aux contextes sociaux. En tout cas, les différences dans les diverses cultures scientifiques sont importantes. Ainsi, en France et en Italie l’histoire de la parenté n’a pas été négligée par l’histoire sociale des années 70 et 80. Au contraire, la focalisation exclusive sur les ménages a été critiquée.

  • 19 Schweitzer Peter P., « Introduction », in Dividends of Kinship. Meanings and Uses of Social Relate (...)

8Tout comme en histoire, un deuxième changement de paradigme se trouve à une époque plus récente dans l’anthropologie sociale sous forme de « rediscovery » et de « revival of kinship studies19 » : ceci s’explique par l’abandon de définitions a priori établies sur la signification de la parenté à un moment précis, dans une société déterminée, ainsi que des cercles de personnes qu’elle englobe. Le livre de David Schneider Critique of the Study of Kinship, publié en 1984, avait avant tout précipité la recherche anthropologique américaine sur les liens de parenté dans une crise profonde. Partant de l’idée qu’on avait appliqué à différentes communautés des concepts de parenté hâtivement préconçus et inspirés de ses propres origines, on a d’abord voulu renoncer complètement à des schémas de parenté. Mais cela offrait comme seule perspective un relativisme peu satisfaisant. Les liens de parenté ont été conçus différemment suivant les diverses communautés.

  • 20 Ibid.
  • 21 C’est aussi le titre d’un ouvrage : Strathern Marilyn, After Nature : English Kinship in the Late (...)
  • 22 Schweitzer Peter P., Introduction, op. cit., p. 4 ; voir aussi Maynes Mary Jo, Waltner Ann, Soland (...)

9Un changement de perspective prenant ses distances avec la question de définition du lien de parenté et s’orientant vers une question centrée sur l’action-à savoir : Que fait-on avec et à propos de la parenté dans un contexte social précis ?-a permis de mettre fin au dilemme et de trouver de nouvelles approches20. Une des alternatives dans cette phase intitulée « After Nature » passe par la catégorie genre21. Peter Schweitzer cite à ce titre les travaux de Sylvia Yanagisako. Elle aurait « contribued enormously to the revitalisation of kinship studies by introducing issues of ethnicity and gender to the discourse22 ». Parmi les historiens Bernhard Jussen a problématisé à l’aide du parrainage la différenciation terminologique entre parenté biologique, justifiée par la descendance et d’autres formes distinctes, comme le parrainage qui est considéré comme une forme de parenté ritualisée, fictive, métaphorique, etc. à la différence de la « véritable » parenté.

  • 23 Jussen Bernhard, « Künstliche und natürliche Verwandtschaft ? Biologismen in den kulturwissenschaf (...)
  • 24 Jussen Bernhard, Künstliche und natürliche Verwandtschaft, op. cit., p. 42.

10Cette distinction n’aurait pas de sens d’un point de vue théorique et historique, dans la mesure où les conceptions de la parenté seraient à chaque fois déterminées culturellement et liées aux attentes comportementales correspondantes et de ce fait constitueraient une façon particulière de « penser les relations sociales » toujours spécifiques23. Le rapport entre biologie et parenté doit donc être « objet de recherche sur les liens de parenté et non être un préalable24 ».

11Dans l’anthropologie sociale, comme en histoire, de nouvelles approches se focalisent sur la construction sociale de la parenté, sur l’utilisation sociale et la force structurante de la parenté. Ceci nous offre un point d’intersection idéal avec l’histoire des rapports de sexes, avec la construction sociale des sexes et avec la notion de doing gender. Certaines inégalités et certains mécanismes d’inclusion et d’exclusion sont imputables au rôle des sexes, ainsi qu’à l’existence ou non de relations entre parents ou encore à certaines constellations parentales particulières et aux dépendances, aux champs de conflits qui en découlent. Une approche culturellement définie inclut aussi l’exigence que la parenté soit historisée, qu’elle puisse avoir un autre sens, dans différents contextes spatio-temporels, qu’elle s’exprime autrement, qu’elle soit liée à des attentes et pratiques différentes.

PARENTE ET GENRE

  • 25 Sabean David Warren, Teuscher Simon, « Kinship in Europe : A New Approach to Long-Term Development (...)
  • 26 Ce sont essentiellement les femmes qui ont repris cette tache. Voir Joris Elisabeth et Witzig Heid (...)
  • 27 Saurer Edith, « Stiefmütter und Stiefsöhne. Endogamieverbote zwischen kanonischem und zivilem Rech (...)
  • 28 Duhamelle Christophe, L’Héritage collectif. La noblesse d’Église rhénane, xvii e –xviii e siècles, (...)
  • 29 Joris Elisabeth, « Kinship and Gender : Property, Enterprise, and Politics », in Kinship in Europe(...)
  • 30 Ida Fazio a insisté sur le fait que les restrictions juridiques ne sont pas à mettre automatiqueme (...)

12David Warren Sabean et Simon Teuscher ont récemment désigné l’imbrication entre parenté et genre comme « one of the most promising areas of research25 ». Vu dans la perspective de l’histoire des rapports de sexes, des implications se trouvent thématisées en lien avec l’attention portée aux relations parentales26 et aux mariages entre parents27. Dans les mariages entre parents s’ajoutent aux aspects sociaux des aspects économiques et politiques. Ces imbrications étroites ont été démontrées dans des études récentes sur les milieux aristocratiques et bourgeois28. Partant d’études sur les familles d’industriels du xixe siècle, Elisabeth Joris a finalement dévoilé les éléments essentiels de la pratique de la parentèle29. Les liens de parenté et un marché spécifique du mariage étaient les éléments clefs de la consolidation de la bourgeoisie à cette époque. La politique du mariage est à considérer comme un facteur de pouvoir et de contrôle social. Les femmes agissaient aussi bien comme médiatrices que comme représentantes de leur famille d’origine et de celle par alliance. Le rôle des femmes au sein de ces réseaux serait devenu encore plus important dès lors que la réussite économique dépendait plus des compétences, des contacts, des informations, des réseaux et de l’accès au capital circulant que de la propriété foncière. La dot des femmes a été intégrée au patrimoine de l’entreprise avec toutes les contradictions que cela sous-entend. Car le droit des femmes mariées de disposer de leur propre fortune était relativement restreint, leur pouvoir décisionnel n’était pas prévu, toutefois nombre de femmes se sont créé des champs d’actions dans la pratique sociale et quotidienne qui dépassaient bien souvent le cadre juridique qui leur était accordé. Parmi elles, on dénombrait des veuves qui, suite à la mort de leur mari, dirigeaient l’entreprise, mais également d’autres femmes30. Quelques éléments laissent penser que la dot a joué un rôle important dans le milieu bourgeois du xixe siècle mais nous ne disposons jusqu’à présent que de peu d’éléments là-dessus.

13Elisabeth Joris attire notre attention sur un autre point essentiel dans ces modèles de mariage et de culture bourgeoise : la féminisation de la sociabilité et la communication entre parents qui engendrèrent cohésion et solidarité. Il faut y voir aussi bien une forme de capital social qu’un champ social maîtrisé en vue-selon une logique de politique familiale –d’un choix de partenaire judicieux. On tenait en particulier dans ce milieu à ce que le choix se fasse, autant que possible, sans contrainte.

MARIAGE ET PARENTE, INTERDICTION DE MARIAGES ET DISPENSES

  • 31 Au sujet de la normatisation du mariage et de l’adoption de ces normes dans le contexte catholique (...)
  • 32 Voir Strasser Ulrike, State of Virginity. Gender, Religion, and Politics in an Early Modern Cathol (...)
  • 33 Voir Bennett Judith M. et Froide Anny M. (dir.), Singlewomen in the European Past, 1250-1800, Phil (...)
  • 34 Voir par exemple Hacke Daniela, Women, Sex and Marriage in Early Modern Venice, Aldershot, Ashgate (...)
  • 35 Voir Leeuwen Marco H. D., van Maas Ineke et Miles Andrew (dir.), Mar- riagriage Choices and Class (...)
  • 36 Voir par exemple Erickson Amy Louise, « The Marital Economy in Comparative Perspective », in The M (...)

14En Europe, à l’époque moderne, le mariage a été imposé31 avec force et avec plus ou moins de succès comme modèle d’ordre social contre d’autres formes de relations et ceci non seulement de la part de l’Église, mais aussi de la part de l’État32 et de la société d’ordre. La préférence pour ce modèle eut pour conséquence la stigmatisation et la criminalisation d’enfants nés hors mariage, tout comme la discrimination des célibataires en limitant leurs champs d’actions33. Ainsi le mariage était tout sauf une affaire « privée » : instances publiques locales, tribunaux séculiers et religieux veillaient et jugeaient du respect de « l’ordre juste », les mœurs, l’honneur et la morale34. Par ce biais le mariage marquait et structurait les relations et les rapports entre personnes de sexe opposés qu’ils soient ou non parties intégrantes d’une biographie-composantes attendues d’une « biographie type », comme représentation de l’ordre, et comme structure légitime juridique. La conclusion d’un mariage était par ailleurs étroitement liée au rang social des hommes et des femmes et constituait de ce fait un principe constructif essentiel de la société35. Pour sa part, le rang social était indissociable de l’économie. Il faut donc souligner l’importance économique du mariage36. On estime que des mariages conclus entre proches parents ont été motivés par des intérêts et des logiques sociales et économiques. Il s’agira donc de montrer la large palette de motivations et que les situations et les contextes dans le choix d’un partenaire étaient très variés.

  • 37 Sabean David Warren, « Kinship and Class Dynamics in Nineteenthtury-Century Europe », in Kinship i (...)
  • 38 Ibid.

15Dans bon nombre d’études locales et régionales en Europe méridionale et occidentale les historiens ont noté une hausse des mariages entre parents à partir de la moitié ou la fin du xviiie siècle et tout au long du xixe siècle. Ce phénomène a été mis en rapport avec les changements économiques : c’est-à-dire les moyens de production capitalistes et les processus de formation des classes37. Les dynamiques politiques, économiques et sociales qui en découlèrent sont indissociables d’un bouleversement des rôles entre partenaires de sexes opposés. Une des conséquences est le renforcement horizontal des liens de parenté et des interactions. Les mariages entre parents signifiaient dans les milieux bourgeois et aristocratiques une endogamie essentiellement sociale, c’est-à-dire un mariage entre égaux, voire des alliances répétitives avec la même famille38. Des mariages entre cousins et cousines du premier et second degré étaient dans ce contexte des configurations de couples courantes. Les mariages entre parents par alliance suivaient généralement d’autres logiques.

  • 39 À propos de l’évolution des interdictions de mariages voir Mitterauer Michael, « Christentum und E (...)

16Selon la conception catholique, la parenté était synonyme de consanguinité et justifiait une interdiction du mariage jusqu’au quatrième degré de parenté. Cette réglementation entra en vigueur avec le droit canonique du quatrième concile de Latran datant de 1215 et fut valable jusqu’au code Iuris canonici de 1917 qui a réduit la portée des interdictions de mariages39. Au xviiie siècle, le code civil avait déjà restreint ces interdictions de mariage dans différents pays, comme la France et l’Autriche. L’Église a cependant non seulement formulé des interdictions de mariage mais a également fourni l’outil pour les annuler, les fameuses dispenses de mariage.

  • 40 André Burguière constate par exemple pour les sources françaises du xviii e siècle qu’il cite, une (...)

17Des parents de même sang désireux de se marier et même des couples unis par un parrainage spirituel pouvaient faire une demande de dis- pense, donc demander qu’on lève l’opposition au mariage. De telles demandes se faisaient pour des degrés proches de parenté et de parents par alliance auprès des instances papales à Rome. En conséquence des actes de dispenses maritales provenant du diocèse de Brixen, qui englobe une grande partie du Tyrol historique et du Vorarlberg, serviront de source à partir des années 1830. Dans ce diocèse le processus de demande de dispense était assez compliqué et l’obtention elle-même assez stricte. Les actes en sont donc plus volumineux. Ils contiennent des correspondances entre différents niveaux de la hiérarchie ecclésiastique, des procès-verbaux, des suppliques, des témoignages, et plus rarement des expertises, etc. Ce type de sources répond à une véritable stratégie de communication. Il s’agissait d’atteindre un but bien précis –l’annulation de l’opposition au mariage-et le processus à suivre, afin d’atteindre ce but, était, jusqu’à un certain degré, préétabli. Car il existait une liste des motifs officiellement retenus pour obtenir une dispense, les motifs canoniques. Leur poids était variable. L’angustia loci, l’étroitesse des lieux, ou encore l’âge de la fiancée, 24 ans, considéré comme avancé – aetas superadulta sponsae – pouvait par exemple être une raison suffisante pour justifier un projet de mariage entre parents au troisième et quatrième degré, en aucun cas entre parents au premier ou deuxième degré. Peu de requêtes dans le diocèse de Brixen se réduisent cependant à de simples formulaires, on trouve essentiellement des situations dramatiques donnant lieu à des récits détaillés40.

18On peut déduire des conclusions d’études locales et régionales dont on dispose jusqu’à présent qu’il y avait eu beaucoup plus de mariages entre parents de même sang qu’entre couples de parents par alliance, et ce, tout particulièrement dans l’espace roman.

  • 41 Segalen Martine, « Marrying Kinsmen in Pays Bigouden Sud, Brittany », in Journal of Family History(...)
  • 42 Saurer Edith, Stiefmütter und Stiefsöhne, op. cit. ; Saurer Edith, « Formen von Verwandtschaft und (...)

19Il subsiste toutefois des régions où les mariages entre parents par alliance ont été aussi fréquents, voire même plus fréquents qu’entre parents du même sang. C’est le cas en Bretagne, où Martine Segalen41 a mené des recherches, c’est le cas également à Vienne et en Bassetriche-Autriche, où Edith Saurer a fait des recherches sur les mariages entre parents et également dans le diocèse de Brixen42.

MARIAGES ENTRE PARENTS PAR ALLIANCE : DES PARTICULARITES STRUCTURELLES

  • 43 Voir Merzario Raul, Il paese stretto. Strategie matrimoniali nella diocesi di Como, secoli xvi-xvi (...)

20Vus sous l’angle de l’histoire du genre, les mariages entre parents par alliance sont intéressants à plusieurs titres. Ainsi, dans le diocèse de Côme, étudié par Raoul Maurizio, ils étaient considérés comme un lien instauré par les femmes, ce qui explique que, au moins en ce qui concerne les mariages au troisième et quatrième degré, dans les années qui suivirent le concile de Trente on obtint plus facilement une autorisation de mariage que dans le cas de parents consanguins43. Dans chaque cas, ils permettent d’avoir une vue plus globale et bilatérale de la parenté par rapport aux lignées classiquement partilinéaires. La répartition très inégale dans la configuration des couples au sein de mariages entre parents par alliance en fonction de l’appartenance à un sexe représente une catégorie importante : nettement plus d’hommes ont eu un deuxième ou troisième mariage avec la sœur, la nièce ou bien la cousine de leur défunte épouse, que de femmes avec le frère, le neveu ou un cousin du mari défunt.

  • 44 Des parentés par alliance issues de relations sexuelles avant mariage – affinitas ex thoro illegit (...)

21En trente ans, entre 1831 et 1861, 833 requêtes de dispenses papales ont été adressées au consistoire du Prince Évêque du diocèse de Brixen. Parmi ces dernières on trouve à peu près autant de projets de mariages entre parents consanguins qu’entre parents par alliance. Mais il faut d’abord retenir que, dans ce cas, dans le contexte catholique il s’agit toujours de remariage44. En ce qui concerne des degrés proches, un veuf épouse une sœur, une cousine ou une nièce de sa femme défunte et inversement une veuve épouse un frère, un cousin ou un neveu du défunt mari. En chiffres, ce sont dans ce groupe les projets de mariages entre parents au premier degré d’affinité, donc entre beau-frère et belle-sœur qui dominent. La répartition du statut familial en fonction de l’appartenance sexuelle est frappante. Ainsi 76 % des hommes sollicitant une dispense pour affinités étaient veufs contre seulement 26 % des femmes. Si on retire les 163 couples de parents au premier degré d’affinité, c’est-à-dire ceux qui sont formés d’un beau-frère et de sa belle-sœur, alors l’écart est encore plus frappant : dans cette configuration de couples 82 % des hommes étaient veufs contre 17 % des femmes. Cela signifie qu’un veuf a bien plus souvent-quasi cinq fois plus souvent –, voulu épouser la sour de son épouse défunte qu’une veuve le frère de son époux défunt. Quelle explication à ce phénomène ? Quelle argumentation se cache derrière cette différence ?

  • 45 Davidoff Leonore, « “Eins sein zu zweit”. Geschwisterinzest in der englischen Mittelschicht des sp (...)
  • 46 Jarzebowski Claudia, Inzest : Verwandtschaft und Sexualität im 18. Jahrhundert, Köln/Weimar/Wien, (...)
  • 47 Voir Lanzinger Margareth, « Kirchliche Macht, antiliberale Tendenzen und ziviles Aufbegehren mit G (...)

22Avec cette répartition inégale et étroitement liée à l’appartenance sexuelle, il devrait s’agir d’un phénomène largement répandu. En 1835, en Grande-Bretagne une loi interdisant expressément de telles configurations de mariage a même été adoptée et est restée en vigueur jusqu’en 1907 : « Mariage with a Deseaded Wife’s Sister Bill45 ». Aux yeux des contemporains et des contemporaines il s’agissait là d’une formation de couples significative certainement plus mise à l’index et critiquée dans les milieux catholiques que dans les milieux protestants. D’autant plus que dans les territoires protestants l’obligation de dispense était déjà restreinte au xixe siècle. Claudia Jarzebowski écrit qu’en 1740 en Prusse la proche parenté avait déjà été supprimée comme motif d’opposition au mariage46. Une autre particularité dans les mariages entre beaux-frères et belles-sœurs ou entre neveux et nièces du conjoint défunt réside dans le fait que dans les années 1830-1840 leur aboutissement était difficilement réalisable. Cette phase coïncide avec la prise de fonction de Grégoire XVI, qui fut pape de 1831 à 1848. Il accorda et délivra une quantité très limitée de dispenses à ce type de couples. Seul motif de dispense reconnu était le risque d’abandon de la foi catholique. Et même si cette règle n’était de facto pas appliquée aussi strictement, Rome prononça de nombreux refus. Ceci eut pour conséquence que les requêtes faites par des beaux-frères et belles-sœurs furent de plus en plus bloquées par le diocèse du consistoire du Prince Évêque et n’atteignirent même plus Rome. Les ecclésiastiques locaux avaient de toute façon eu pour consigne d’user de leur force de persuasion afin, dans leurs entretiens, de dissuader les couples d’un projet de mariage entre proches parents par consanguinité ou par alliance47. À ceci s’ajoute que les frais liés aux dispenses s’élevaient à des sommes considérables pour les parents par alliance au premier degré, et non négligeables en cas de mariage entre cousin et cousine. Des sommes allant de 170 à 350 florins, voire même jusqu’à 400 florins et dans un cas 500 florins ont dû être versées.

23Devant la difficulté d’obtenir une dispense pour les proches parents, la communication devint plus difficile et devant le peu d’espoir d’une issue positive les requêtes devinrent plus longues et détaillées dans leur récit.

24Des couples qui, même après avoir essuyé un refus, ne voulurent pas abandonner leur projet de mariage, firent souvent des années durant de nouvelles tentatives, afin d’obtenir une dispense. Les correspondances et actes en matière de projets de mariages de proches parents sont relativement considérables et les situations de vie ainsi que l’argumentation de ces couples sont nettement plus documentées que dans le cadre de mariages par consanguinité. Dans l’argumentation, à savoir pourquoi une belle-sœur serait la partenaire idéale ou le beau-frère le partenaire idéal, on retrouve deux settings intéressants : le premier laisse entrevoir des tensions et des conflits à propos de fortunes que les parents-principalement du côté de l’époux défunt-auraient perdues par disposition dans le contrat de mariage ou par testament en faveur de la veuve. En revanche, le deuxième critère renvoie à une relation entre sœurs fortement empreinte d’attentes positives.

LE RETOUR DE LA FORTUNE « PERDUE »

  • 48 Voir Delille Gérard, Famille et propriété dans le Royaume de Naples (xve- xixesiècle), Rome / Pari (...)
  • 49 Voir Merzario Raul, « Terra, parentelae matrimoni consanguinei in Italia (secoli xvii-xix) », in S (...)
  • 50 Voir Sabean David Warren, Kinship in Neckarhausen, op. cit., p. 414.

25Selon une étude menée par Gérard Dille, des parents proches par consanguinité se sont au xixe siècle, dans le sud de l’Italie, dans la région de Manduria, mariés, entre autres raisons, par réaction à l’introduction de nouvelles règles en matière d’héritage qui, contrairement à ce qui se faisait auparavant, prévoyaient une part d’héritage égale aux fils et aux filles48. Raul Merzario part du principe que les mariages entre cousins et cousines au premier ou second degré permettaient de contourner des lois qui contredisaient la pratique locale. La propriété collective avait représenté là une base fondamentale de la société, qu’il s’agissait maintenant de répartir49. David Sabean a remarqué dans le Neckarhausen souabe que les mariages entre cousins ont permis de former des liens parentaux denses, qui dans les nouveaux contextes économiques dirigeaient le flux de propriété et de ressources50.

  • 51 Langer-Ostrawsky Gertrude, « Vom Verheiraten der Güter. Bäuerliche und kleinbäuerliche Heiratsvert (...)
  • 52 Takashi Iida, « Wiederheiraten und Verwandtschaftsnetze auf dem unteilbaren Hof : Bauern, Büdner u (...)

26Les mariages entre parents par alliance ont été jusqu’à présent, dans le cadre de modèles explicatifs en raison de la sécurisation de la propriété et de la fortune, nettement moins thématisés. Cela peut être lié aux grandes différences eu égard aux droits de propriété et de disposition des femmes dans les divers espaces de droit européens. La communauté des biens liée à l’évidence, qu’au moins en partie, la fortune léguée par le mari et surtout les droits à la propriété étaient transmis à la veuve, devraient avoir joué en faveur d’un remariage des veuves51. Alors que les mariages par consanguinité et par pratique d’héritage ont souvent été thématisés, il s’agit encore d’éclairer un possible lien entre mariages par alliance et régime des biens maritaux. Takashi Iida a pu trouver dans son secteur de recherche brandebourgeois bon nombre de mariages par alliance dans lesquels les veuves, même si elles étaient entrées dans la famille par alliance, avaient pu disposer du bien de leur mari. En découlèrent de véritables chaînes de remariages successifs52.

27Là où les biens étaient séparés, la fortune était transférée de la génération des parents aux enfants et de ce fait rien ne passait du défunt au conjoint survivant. Cependant, dans un système de dot, les filles disposant d’une dot étaient exclues de tout héritage. Certes la séparation des biens prévalait aussi dans le diocèse de Brixen, mais elle avait moins d’implications strictes sur de potentiels droits de disposition. Les filles dotées d’un bien issu d’un mariage n’étaient pas exclues de l’héritage, les femmes détenaient donc un bien par héritage ou par achat. En ce qui concerne les ayants droit la société était fortement marquée par un esprit de lignée. S’il y avait des enfants, le cheminement de la fortune était préétabli. En l’absence d’enfants, elle revenait aux plus proches parents. Les héritiers du mari ne bénéficiaient pas d’un transfert dans « l’autre » branche de parenté, celle de l’épouse. Cependant il y a eu des dispositions en faveur du conjoint. Les conflits qui en découlèrent sont notifiés dans les actes de dispenses, ainsi qu’une stratégie, afin de récupérer le bien perdu.

  • 53 Voir Lanzinger Margareth, « Tanten, Schwägerinnen, Nichten-Beziehungsgefüge, Vermögenskonflikte un (...)

28Car un mariage entre parents par alliance pouvait avoir un « caractère de réparation » en cas de disputes et de contrariétés, parce que le veuf avait par contrat de mariage ou par testament légué une plus grande fortune à sa veuve, et que les frères et sœurs, les neveux, nièces et autres parents du défunt, qui avaient compté sur cet héritage étaient repartis les mains vides. Dans certains cas de telles dispositions furent amenées devant un tribunal. Un moyen pour récupérer le bien « perdu » pouvait être le mariage entre un parent du défunt et la veuve. Cela offrait une chance de transférer à nouveau le bien dans la lignée, grâce à des enfants communs ou à des dispositions en faveur du nouveau conjoint. Par le biais d’une nouvelle alliance qui liait la veuve à la lignée, tout conflit était écarté. Ceci était aussi valable dans le cas inverse, même si cela se fait plus rare dans les actes de dispenses, lorsque le veuf resté seul avait été favorisé dans le testament par son épouse défunte de façon indue aux yeux de la parenté53.

  • 54 Voir Lanzinger Margareth, « Von der Macht der Linie zur Gegenseitigkeit. Heiratskontrakte in den G (...)

29Cette sorte de restitution des biens n’a certes pas été un phénomène de masse dans le diocèse de Brixen. L’obstacle que représentaient les mariages entre parents par alliance, au moins dans les premiers degrés de parenté, était certainement bien trop élevé. Mais on trouve cependant de façon suivie des cas, pour lesquels les couples désireux de se marier ont adopté cette argumentation surtout à partir des années 1850, lorsque le nombre de demandes de dispenses aboutissant fut un peu plus élevé. On peut en tout cas noter un rapport de tension entre parenté et mariage qui aurait même pu se renforcer au xixe siècle. Au fil des bouleversements dans l’ensemble de la société, la position du couple marié face à la lignée parentale devrait avoir été renforcée et ce, tout d’abord sur la base de nouveaux codes de droit-le code Joséphinien de 1786 et le code civil général de 1811. Des contrats de mariages, ratifiés de façon ponctuelle, montrent dès la fin du xviiie siècle un déplacement dans le sens de dispositions parallèles et réciproques entre hommes et femmes avec parfois des droits de jouissance du bien légué à vie –au moins cela-pour les veuves sans enfants54.

30Il serait intéressant et important d’étudier, si possible dans le cadre d’un projet international de grande ampleur, tant d’un point de vue de l’histoire des rapports de sexes que du point de vue de la recherche sur la parenté, les possibles liens entre les différents modèles du droit de disposition des biens et la position respective des parents. Car les disparités locales et régionales étaient énormes. Même au xixe siècle, en dépit de codifications nationales uniformisées, les traditions et les pratiques juridiques restèrent largement en vigueur, sécurisées par des contrats et des testaments.

LA BELLE-SŒUR COMME EPOUSE-LA TANTE COMME BELLE-MERE

31L’évaluation négative lorsque le bien a franchi la ligne et ne revient pas aux parents, mais à la veuve ou au veuf, est liée dans le langage à la notion d’« étranger » : « les mains étrangères » qui le détiendront. Les mariages entre parents par alliance, bien plus qu’entre cousins et cousines, sont justifiés dans les actes de dispense dans un autre contexte par la contradiction entre « étranger » et « propre ». Les veufs qui voulaient épouser leur belle-sœur ou une autre proche parente de l’épouse défunte avaient déjà des enfants, souvent plusieurs et en bas âge. La nouvelle épouse devait donc aussi endosser le rôle de belle-mère.

32Une belle-mère « étrangère » était, surtout à partir du milieu des années 1850, perçue de façon extrêmement négative : méchante, mauvaise, cruelle, instable, frivole, intéressée. A contrario on prêtait à la belle-sœur, qui était également la tante des enfants, les plus grandes qualités et l’on soulignait l’intimité et l’amour qu’il y avait déjà entre elle et les enfants. Souvent il y avait réellement une relation étroite entre la femme convoitée désirée pour épouse et les enfants. Car il était d’usage fréquent qu’une sour, cousine ou nièce de la défunte ait géré le ménage du veuf après la mort de la femme ou déjà pendant la maladie ou encore en rapport avec une naissance annoncée, parfois bien avant une demande de dispense. Certaines femmes célibataires avaient toujours vécu au sein de la famille de leur sour mariée.

33En même temps on peut relever qu’on attendait des femmes proches parentes ou parentes par alliance, dans une situation familiale difficile, en l’occurrence la mort, par exemple, de l’épouse et mère, aide et soutien. Pour leur part, elles parlaient de sentiment de devoir en particulier vis-à-vis des enfants et de don de soi. C’est un lexique argumentatif qui s’inscrit parfaitement dans une conception chrétienne du monde et de ce fait aussi dans celle des ecclésiastiques qui ont rédigé les lettres contenant les comptes rendus de situations et les procès-verbaux.

34À quelques exceptions près, les ecclésiastiques locaux et régionaux ont soutenu les demandes de couples proches, parents et parents par alliance, et se sont engagés pleinement pour qu’elles aboutissent. Voilà encore un élément qui montre le caractère stratégique de la communication que nous avons déjà souligné auparavant. Impossible de savoir lequel des arguments ci-nommés a été donné expressément par la mariée ou le marié et lequel a été ajouté par les ecclésiastiques en raison de leur expérience et de leurs connaissances en matière d’obtention de dispenses, afin de trouver une issue heureuse.

  • 55 Voir Johnson Christopher H., « Das “Geschwister Archipel”. BruderSchwester-Liebe und Klassenformat (...)

35Cependant, dans ces configurations de couples, un axe relationnel attire tout particulièrement l’attention : la relation entre sœurs. Même dans les mariages entre cousins et cousines, la relation entre frères et sœurs est un élément crucial, au regard de la génération des parents. Le lien étroit entre frères et sœurs était une base potentielle à de futures relations amoureuses et à de futurs mariages entre leurs enfants55. On pouvait y trouver des relations entre frères et sœurs, entre frères d’une part et sœurs d’autre part. En revanche, dans le cadre de mariages entre parents par alliance le spectre se limite à une relation entre sœurs.

36On insiste souvent dans les demandes de dispenses sur le fait que l’épouse et mère a confié la garde de ses enfants à sa sour, d’autres proches sont rarement évoqués, et qu’elle lui a fait par exemple promettre de ne pas abandonner foyer et époux en veuvage. La supplique la plus pressante est celle de Léopold Rissinger, père de plusieurs enfants à Innsbruck, qui souhaitait épouser Karoline Red, qui s’occupait déjà depuis huit ans de son foyer et de ses affaires :

  • 56 Voir archives du diocèse (DIÖA) Brixen, Konsistorialakten 1859, Fasz. 5a, Römische Dispensen, n ° (...)

La mère agonisante ne lui avait-elle pas confié toute la maisonnée et les enfants, à elle, sa sour chérie, avec la demande expresse de ne pas quitter son époux et ses enfants et de toujours rester aux côtés de ce dernier56.

  • 57 Archives du diocèse (DIÖA) Brixen, Konsistorialakten 1859, Fasz. 5a, Römische Dispensen, n ° 22.

37La femme aurait sur son lit de mort émis explicitement le vœu que son mari prenne après son décès sa sour comme épouse. Il faut y voir non seulement un souci quant au devenir de ses enfants et de son mari, mais aussi une confiance toute particulière et une attente positive vis-à-vis de sa sour. Il ne s’agirait plus d’une « belle-mère », mais d’une « seconde mère »57.

  • 58 Voir DIÖA Brixen, Konsistorialakten 1856, Fasz. 5a, Römische Dispensen, n ° 13 ; ibid. 1858, Fasz. (...)

38Il est certainement intéressant de voir qu’à partir d’un certain moment on faisait plus largement appel à la « communauté de liens du sang » comme garantie d’une garde à la fois de bonne qualité, fiable et désintéressée58. En insistant sur les liens du sang comme condition optimale à la reprise du rôle de mère, une bonne relation aux enfants était pratiquement biologisée et naturalisée. En même temps-cela tient au concept même-on rendait impossible à toute « étrangère », c’est-à-dire à toute femme non apparentée, d’établir une telle qualité de relation. On pourrait voir dans le nouveau rôle de la mère une relation entre la très négative désignation de « belle-mère » versus la naturalisation du rôle de mère. Il est étonnant que la figure de la belle-mère n’ait, semble-t-il, rencontré que peu d’intérêt dans la recherche historique. Voilà encore un sujet intéressant à la croisée de l’histoire de la parenté et de l’histoire de genre.

Notes

1 Medick Hans et Sabean David Warren (dir.), Emotionen und materielle Interessen. Sozialanthropologische und historische Beiträge zur Familienforschung, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1984 ; voir aussi Guzzi-Heeb Sandro, Donne, uomini, parentela. Casati alpini nell’Europa preindustriale (1650-1850), Turin, Rosenberg & Sellier, 2007.

2 Levi Giovanni, L’eredità immateriale. Carriera di un esorcista nel Piemonte del Seicento, Turin, Einaudi, 1985.

3 Plakans Andrejs, Kinship in the Past. Anthropology of European Family Life, 1500-1900, Oxford, Blackwell, 1984, p. VI-VII.

4 Les conclusions présentées ici ont été élaborées dans le cadre d’un projet Hertha-Firnberg (2005-2007) et d’un projet Elise-Richter (2008-2011) du Fonds scientifique pour la Recherche (FWF) autrichien avec pour thème : les mariages entre parents au xixe siècle. « Pratique et politique catholique de dispenses ». Les conclusions ne sont que provisoires, puisqu’il s’agit d’un travail en cours.

5 Mitterauer Michael, Warum Europa ? Mittelalterliche Grundlagen eines Sonderwegs, Munich, C. H. Beck, 2003, p. 70-108.

6 Lipp Carola, « Verwandtschaft – ein negiertes Element in der politischen Kultur des 19. Jahrhunderts », in Historische Zeitschrift, n ° 283, 2006, p. 31-77, p. 31, p. 34.

7 Mathieu Jon, « Verwandtschaft als historischer Faktor. Schweizer Fallstudien und Trends, 1500-1900 », in Historische Anthropologie 10, n ° 2, 2002, p. 225- 244, p. 225.

8 Voir par exemple le volume de Wagner Michael et Schütze Yvonne (dir.), Verwandtschaft. Sozialwissenschaftliche Beiträge zu einem vernachlässigten Thema, Stuttgart, Enke, 1998.

9 Il est à noter que les reconstitutions de familles à l’époque du nationalcialismesocialisme n’ont pas été faites par un historien allemand, mais par un historien britannique. Knodel John E., Demographic Behavior in the Past. A Study of Fourteen German Village Populations in the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Cambridge, Cambridge University Press, 1988.

10 Voir à ce sujet Przyrembel Alexandra, « Rassenschande ». Reinheitsmythos und Vernichtungslegitimation im Nationalsozialismus, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003.

11 Voir la référence très classique à ce sujet Laslett Peter, « Family and Household as Work Group and Kin Group : Areas of Traditional Europe Compared », in Family Forms in Historic Europe, Wall Richard et al. (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 513-563 ; Laslett Peter, « Introduction : the History of the Family », in Household and Family in Past Time, Laslett Peter et Wall Richard (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 1972, p. 1-89 ; Mitterauer Michael et Sieder Reinhard, « The Developmental Process of Domestic Groups : Problems of Reconstruction and Possibilities of Interpretation », in Journal of Family History, n° 4, 1979, p. 257-284 ; voir aussi Bromhall Susan (dir.), Emotions in the Household 1200-1900, New York, Palgrave Macmillan, 2008.

12 Schneider Jane C. et Schneider Peter T., Festival of the Poor. Fertility Decline & the Ideology of Class in Sicily, 1860-1980, Tucson, University of Arizona Press, 1996, p. 47 ; Hajnal John, « European Marriage Patterns in Perspective », in Population in History. Essays in Historical Demography, Glass David Victor et Eversley David Edward Charles (dir.), Londres, Arnold, 1965, p. 101-143.

13 Shorter Edward, The Making of the Modern Family, New York, Basic Books, 1975.

14 Voir Tadmor Naomi, Family and Friends in Eighteenth-Century England : Household. Kinship, and Patronage, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 107-117 ; Edoardo Grendi exigea déjà en 1976 de pouvoir étudier le réseau de relations au-delà des ménages. Grendi Edoardo, « A proposito di “famigliae communità” : questo fascicolo di Quaderni Storici », in Quaderni Storici, n ° 33, 1976, p. 881-891, p. 883.

15 Sabean David Warren, Kinship in Neckarhausen, 1700-1870, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 458 ; Sabean David Warren, « Kinship and Prohibited Marriages in Baroque Germany : Divergent Strategies among Jewish and Christian Population », in Leo Baeck Institute Yearbook, n ° 47, 2002, p. 91-103.

16 Voir par exemple Tadmor Naomi, Family and Friends, op. cit., p. 278 ; Hareven Tamara K., Families, History and Social Change. Life-Course and CrossCultural Perspectives, Boulder, Westview Press, 1999 ; Lipp Carola, « Kinship Networks, Local Government, and Elections in a Town in Southwest Germany, 1800-1850 », in Journal of Family History, 30, n ° 4, 2005, p. 347-365 ; Lipp Carola, Verwandtschaft – ein negiertes Element, op. cit. ; Joris Elisabeth et Witzig Heidi, Brave Frauen, aufmüpfige Weiber. Wie sich die Industrialisierung auf Alltag und Lebenszusammenhänge von Frauen auswirkte (1820-1940), Zürich, Chronos Verlag, 1992, 239-271 ; Lanzinger Margareth et Saurer Edith (dir.), Politiken der Verwandtschaft. Beziehungsnetze, Recht und Geschlecht, Göttingen, v & r unipress, 2007. Voir également les numéros suivants de la revue L’Homme. Z. F. G., 13, n ° 1 (« Die Liebe der Geschwister »), 2001 ; Traverse, n ° 3 (« Starke Bande. Verwandtschaft, Arbeit und Geschlecht »), 1996 ; Historical Social Research, 30, n ° 3 (« Siblings-Parents-Grandparants »), 2005 ; Werkstattgeschichte, n ° 46 (« Tanten »), 2007.

17 Voir Mathieu Jon, Verwandtschaft als historischer Faktor, op. cit. ; Sabean David Warren, Kinship in Neckarhausen, op. cit., p. 449.

18 Voir Mitterauer Michael, Warum Europa ?, op. cit., chap. 3, p. 70-108.

19 Schweitzer Peter P., « Introduction », in Dividends of Kinship. Meanings and Uses of Social Relatedness, Idem (dir.), Londres/New York, Routledge, 2000, p. 1-32, p. 1-2.

20 Ibid.

21 C’est aussi le titre d’un ouvrage : Strathern Marilyn, After Nature : English Kinship in the Late Twentieth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 1992. Voir aussi Maynes Mary Jo, Waltner Ann, Soland Brigitte et Strasser Ulrike, « Introduction : Toward a Comparative History of Gender, Kinship and Power », in Gender, Kinship, Power. A Comparative and Interdisciplinary History, Eadem (dir.), New York/Londres Routledge 1996, p. 1-23, p. 1.

22 Schweitzer Peter P., Introduction, op. cit., p. 4 ; voir aussi Maynes Mary Jo, Waltner Ann, Soland Brigitte, Strasser Ulrike, Introduction, op. cit.

23 Jussen Bernhard, « Künstliche und natürliche Verwandtschaft ? Biologismen in den kulturwissenschaftlichen Konzepten von Verwandtschaft », in Das Individuum und die Seinen. Individualität in der okzidentalen und der russischen Kultur in Mittelalter und Früher Neuzeit, Bessmertny Yuri L. et Oexle Otto Gerhard (dir.), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001, p. 40-58, p. 40 ; voir aussi Yanagisako Sylvia J. et Collier Jane F., « Toward a Unified Analysis of Gender and Kinship », in Gender and Kinship. Towards a Unified Analysis, Collier Jane F. et Yanagisako Sylvia J. (dir.), Stanford, Stanford University Press, 1987, p. 14-50.

24 Jussen Bernhard, Künstliche und natürliche Verwandtschaft, op. cit., p. 42.

25 Sabean David Warren, Teuscher Simon, « Kinship in Europe : A New Approach to Long-Term Development », in Kinship in Europe. Approaches to Long-Term Development (1300-1900), Sabean David Warren, Teuscher Simon et Mathieu Jon (dir.), New York/Oxford, Berghahn, 2007, p. 1-32, p. 26. Pour une analyse scientifique et historique du rapport entre parenté et sexe, d’un point de vue culturel et socio-anthropologique, fondée, sous l’angle historique, sur une notion relativement étroite de la parenté, voir Yanagisako Sylvia J. et Collier Jane F., Towards a Unified Analysis, op. cit.

26 Ce sont essentiellement les femmes qui ont repris cette tache. Voir Joris Elisabeth et Witzig Heidi, Brave Frauen, aufmüpfige Weiber, op. cit., chap. 5.

27 Saurer Edith, « Stiefmütter und Stiefsöhne. Endogamieverbote zwischen kanonischem und zivilem Recht am Beispiel Österreichs (1790-1850) », in Frauen in der Geschichte des Rechts. Von der Frühen Neuzeit bis zur Gegenwart, Gerhard Ute (dir.), Munich, C. H. Beck, 1997, p. 345-366. Voir aussi Héritier Françoise, Two Sisters and Their Mother. The Anthropology of Incest, New York, Zone Books, 1999.

28 Duhamelle Christophe, L’Héritage collectif. La noblesse d’Église rhénane, xvii e –xviii e siècles, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998 ; Schraut Sylvia, « Die Ehen werden im Himmel gemacht”. Eheund Liebeskonzepte der katholischen Reichsritterschaft im 17. und 18. Jahrhundert », in Tugend, Vernunft und Gefühl, Opitz Claudia, Weckel Ulrike et Kleinau Elke (dir.), Münster, Waxmann, 2000, p. 15-32 ; Hohkamp Michaela, « Sisters, Aunts, and Cousins : Familial Architectures and the Political Field in Early Modern Europe », in Kinship in Europe, op. cit., p. 91-104.

29 Joris Elisabeth, « Kinship and Gender : Property, Enterprise, and Politics », in Kinship in Europe, op. cit., p. 231-257.

30 Ida Fazio a insisté sur le fait que les restrictions juridiques ne sont pas à mettre automatiquement sur le même plan que le niveau d’action. Dans des contextes juridiques restrictifs il serait d’autant plus important de partir de la pratique et de l’utilisation juridique et de chercher ensuite les possibilités juridiques qui se seraient présentées aux femmes grâce à des failles, des oublis ou des inconsistances juridiques. Fazio Ida, « Le ricchezzee le donne : verso una ri-problematizzazione », in Quaderni Storici, 34, n ° 101, 1999, p. 539-550, p. 541-543.

31 Au sujet de la normatisation du mariage et de l’adoption de ces normes dans le contexte catholique et de l’époque autour du concile de Trente voir par exemple Matrimoni in dubbio. Unioni controversee nozze clandestine in Italia dal XIV al XVIII secolo, Seidel Menchi Silvana et Quaglioni Diego (dir.), Bologne, Il Mulino, 2001 ; Lombardi Daniela, Matrimoni di antico regime, Bologne, Il Mulino, 2001 ; avec un renvoi à des composantes rhétoriques du discours d’ordre dans un contexte reformateur voir Burghartz Susanna, « Umordnung statt Unordnung ? Ehe, Geschlecht und Reformationsgeschichte », in Zwischen den Disziplinen ? Perspektiven der Frühneuzeitforschung, Puff Helmut et Wind Christopher (dir.), Göttingen, Wallstein, 2003, p. 165-185.

32 Voir Strasser Ulrike, State of Virginity. Gender, Religion, and Politics in an Early Modern Catholic State, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2004.

33 Voir Bennett Judith M. et Froide Anny M. (dir.), Singlewomen in the European Past, 1250-1800, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1999.

34 Voir par exemple Hacke Daniela, Women, Sex and Marriage in Early Modern Venice, Aldershot, Ashgate, 2004.

35 Voir Leeuwen Marco H. D., van Maas Ineke et Miles Andrew (dir.), Mar- riagriage Choices and Class Boundaries : Social Endogamy in History, Cambridge, Cambridge University Press, « International Review of Social History, Supplement 13 », 2005.

36 Voir par exemple Erickson Amy Louise, « The Marital Economy in Comparative Perspective », in The Marital Economy in Scandinavia and Britain, 1400-1900, Ågren Maria et Erickson Amy Louise (dir.), Aldershot, Ashgate, 2005, p. 3-20.

37 Sabean David Warren, « Kinship and Class Dynamics in Nineteenthtury-Century Europe », in Kinship in Europe, op. cit., p. 301-313.

38 Ibid.

39 À propos de l’évolution des interdictions de mariages voir Mitterauer Michael, « Christentum und Endogamie », in Mitterauer Michael, Historisch- AnthropologischAnthropologische Familienforschung. Fragestellungen und Zugangsweisen, Wien/Köln, Böhlau, 1990, p. 41-85 ; Goody Jack, The Development of the Family and Marriage in Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

40 André Burguière constate par exemple pour les sources françaises du xviii e siècle qu’il cite, une façon d’argumenter principalement stéréotypée, proche des motifs canoniques officiels prédéterminés, qui ne permet guère au-delà d’une perception quantitative des évaluations qualitatives et d’autres déductions plus larges. Burguière André, « “Cher Cousin” : Les usages matrimoniaux de la parenté proche dans la France du xviii e siècle », in Annales Histoire, Sciences Sociales, 52, n ° 6, 1997, p. 1339-1360, p. 1346-1347. Voir aussi Trévisi Marion, « Le mariage entre parents à La Roche-Guyon (Vexin français) au xviiie siècle », in Eheschließungen im Europa des 18. und 19. Jahrhunderts. Muster und Strategien, Duhamelle Christophe et Schlumbohm Jürgen (dir.), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003, p. 241-262, p. 252-254.

41 Segalen Martine, « Marrying Kinsmen in Pays Bigouden Sud, Brittany », in Journal of Family History, 11, 1986, p. 109-130 ; Segalen Martine, Fifteen Generations of Bretons. Kinship and Society in Lower Brittany 1720-1980, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, en particulier chap. 4.

42 Saurer Edith, Stiefmütter und Stiefsöhne, op. cit. ; Saurer Edith, « Formen von Verwandtschaft und Liebe-Traditionen und Brüche. Venetien und Niederösterreich im frühen 19. Jahrhundert », in Politiken der Verwandtschaft, op. cit., 255-271.

43 Voir Merzario Raul, Il paese stretto. Strategie matrimoniali nella diocesi di Como, secoli xvi-xviii, Turin Einaudi, 1981, p. 20.

44 Des parentés par alliance issues de relations sexuelles avant mariage – affinitas ex thoro illegitimo – sont ignorées ici. Ce serait un sujet à part entière.

45 Davidoff Leonore, « “Eins sein zu zweit”. Geschwisterinzest in der englischen Mittelschicht des späten 18. und frühen 19. Jahrhunderts », in L’Homme. Z. F. G., 13, n ° 1 (« Die Liebe der Geschwister »), 2002, p. 29-49, p. 32 ; voir aussi Héritier Françoise, Two Sisters, op. cit., 108-109.

46 Jarzebowski Claudia, Inzest : Verwandtschaft und Sexualität im 18. Jahrhundert, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 2006, p. 115. La grande différence dans les règles en vigueur se voit avec l’exemple de la Suisse : à Genève l’interdiction concernant les mariages entre cousins et cousines avait déjà été levée en 1713, à Zurich dans les années 1850 et cette « réglementation généreuse » fut à partir de 1874 « valide dans toute la Suisse ». Mathieu Jon, Verwandtschaft als historischer Faktor, op. cit., p. 236-237.

47 Voir Lanzinger Margareth, « Kirchliche Macht, antiliberale Tendenzen und ziviles Aufbegehren mit Grenzen. Zur Ehedispenspraxis in Tirol und Vorarlberg im 19. Jahrhundert », in Histoire des Alpes-Storia delle Alpi-Geschichte der Alpen, n ° 12 (« Retards et modernités dans les Alpes »), 2007, p. 49-68.

48 Voir Delille Gérard, Famille et propriété dans le Royaume de Naples (xve- xixe siècle), Rome / Paris, École Française de Rome, 1985, p. 369-370.

49 Voir Merzario Raul, « Terra, parentelae matrimoni consanguinei in Italia (secoli xvii-xix) », in Storia della famiglia italiana 1750-1950, Barbagli Marzio et Kertzer David I. (dir.), Bologne, Il Mulino, 1992, p. 253-272.

50 Voir Sabean David Warren, Kinship in Neckarhausen, op. cit., p. 414.

51 Langer-Ostrawsky Gertrude, « Vom Verheiraten der Güter. Bäuerliche und kleinbäuerliche Heiratsverträge im Erzherzogtum Österreich unter der Enns », in Barth-Scalmani Gunda, Forster Ellinor, Langer-Ostrawsky Gertrude et Lanzinger Margareth, Aushandeln von Ehe. Heiratsverträge der Neuzeit im europäischen Vergleich, Köln, Böhlau (Druck in Vorbereitung). Jürgen Schlumbohm a aussi reconstitué le phénomène de chaînes de remariages pour Belm. Schlumbohm Jürgen, Lebensläufe, Familien, Höfe. Die Bauern und Heuerleute des Osnabrückischen Kirchspiels Belm in proto-industrieller Zeit, 1650-1860, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1994, p. 452.

52 Takashi Iida, « Wiederheiraten und Verwandtschaftsnetze auf dem unteilbaren Hof : Bauern, Büdner und Einlieger des brandenburgischen Amtes AltRuppin im 18. Jahrhundert », in Eheschließungen im Europa des 18. und 19. Jahrhunderts, op. cit., p. 125-155.

53 Voir Lanzinger Margareth, « Tanten, Schwägerinnen, Nichten-Beziehungsgefüge, Vermögenskonflikte und Reparaturehen oder : Linie und Paar in Konkurrenz », in WerkstattGeschichte, n ° 46 (« Tanten »), 2007, 41-54.

54 Voir Lanzinger Margareth, « Von der Macht der Linie zur Gegenseitigkeit. Heiratskontrakte in den Gerichten Welsberg und Innichen 1750-1850 » in Barth-Scalmani Gunda, Forster Ellinor, Langer-Ostrawsky Gertrude et Lanzinger Margareth, Aushandeln von Ehe, op. cit.

55 Voir Johnson Christopher H., « Das “Geschwister Archipel”. BruderSchwester-Liebe und Klassenformation im Frankreich des 19. Jahrhunderts », in L’Homme. Z. F. G., 13, n ° 1 (« Die Liebe der Geschwister »), 2002, p. 50-67.

56 Voir archives du diocèse (DIÖA) Brixen, Konsistorialakten 1859, Fasz. 5a, Römische Dispensen, n ° 5.

57 Archives du diocèse (DIÖA) Brixen, Konsistorialakten 1859, Fasz. 5a, Römische Dispensen, n ° 22.

58 Voir DIÖA Brixen, Konsistorialakten 1856, Fasz. 5a, Römische Dispensen, n ° 13 ; ibid. 1858, Fasz. 5a, Römische Dispensen, n ° 38.

Auteur

Université de Vienne

Christine Hoock

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable