Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Corps et sexualité

Quand l’électricité soignait les maladies des femmes : corps et médecine au xviiie siècle 1

François Zanetti

Texte intégral

  • 1 Cette contribution s’intègre à une thèse de doctorat d’Histoire consacrée à l’électricité médicale (...)
  • 2 Peter Jean-Pierre, « Une enquête de la Société royale de médecine : malades et maladies à la fin d (...)

1Il nous est commun de nous référer aux idées et idéaux des Lumières et de nous identifier ou de dialoguer avec ceux qui les ont exprimés, dans un grisant sentiment de connivence. Cette familiarité affichée avec ce siècle éclairé peut cependant s’accommoder d’une connaissance plus obscure du contexte et justifier nombre d’anachronismes. S’intéresser à l’histoire des corps permet de retrouver l’étrangement qui convient à une approche historienne, sans garantir néanmoins de l’anachronisme. Les récits et observations qui témoignent de l’expérience que les contemporains faisaient des corps et les représentations qu’ils en avaient nous déconcertent. Il est frappant de prendre conscience que les personnes que nous tentons de comprendre habitaient des corps que nous ne reconnaissons pas immédiatement. L’étonnement passé, comment rendre compte de ce « voyage fantastique2 » ?

  • 3 Duden Barbara, The Woman beneath the Skin, A Doctor’s Patients in Eighteenth-Century Germany, Camb (...)
  • 4 Ibid., p. 123-127.

2Barbara Duden a dressé les contours pour l’Allemagne des années 1730 des représentations du corps féminin à travers les consultations de Johann Storch, médecin à Eisenach3. Le corps qu’elle présente est marqué par l’ouverture au monde extérieur et les relations avec son environnement. La féminité y est associée à la périodicité et à la régularité des évacuations plus qu’à leur nature. L’importance des flux est capitale, mais ceux-ci sont surprenants pour le lecteur contemporain, tant les fluides et leurs circuits apparaissent mêlés4.

  • 5 De Renzi Silvia, « Women and Medicine », in The Healing Arts. Health, Disease and Society in Europ (...)

3Alors que l’historiographie met souvent en valeur dans les années 1750-1760 une frontière étanche dans les représentations médicales du corps féminin que l’introduction de traitements électriques pourrait renforcer, il apparaît plutôt que l’introduction de cette nouvelle technique de soin se fait selon des représentations marquées par la réinterprétation du modèle humoral qui oriente les pratiques jusqu’à la fin du xviiie siècle 55.

4Mauduyt de La Varenne est Docteur Régent de la Faculté de Médecine de Paris. Depuis 1777, il participe dans le cadre de la nouvelle Société royale de Médecine à l’évaluation des traitements par l’électricité. En 1784, il entreprend, sous les auspices de la société, des traitements au dépôt de mendicité de Saint-Denis. Avant de préciser ce contexte, il peut être nécessaire de s’immerger dans ses observations :

  • 6 Académie Nationale de Médecine : Archives de la Société Royale de Médecine, carton 118, dossier 97 (...)

une fille agée de 22 ans d’une constitution tres forte, dont la conduite nous empêche de la nommer, étant entré, a l’age de 16 ans, au moment de ses regles, dans une petite riviere pour en retirer du chanvre, ses règles s’arréterent et de ce moment au 18 juillet 1784, ce qui comprendra un espace de six années, elles neurent plus cours par la voie ordinaire ; mais elles s’ouvrirent une issue par l’oreille gauche, elles revinrent périodiquement tous les mois et elles couloient pendant quatre jours ; cette évacuation étoit précédée de grands maux de tête, de mouvemens convulsifs, de difficultés à respirer et de cra- chements de sang ; ces accidents diminuoient après l’evacuation par l’oreille, ils continuoient dans un moindre degré, ils se renouvelloient a l’aproche d’un nouveau période. La malade ayant été électrisée un mois et six jours les régles coulerent, pour la premiere fois, par la voie naturelle pendant 24 heures ; elles s’arréterent pendant autant de tems ; reprirent le troisieme jour leur cours par la voie naturelle et coulerent 24 heures, cependant lécoulement par l’oreille eut lieu en même tems et dura quatre jours comme par le passé. Cette évacuation avoit été précédée des symptômes dont nous avons parlé, ils diminuerent après lévacuation, comme cela arrivoit ordinairement, mais lélectricité ayant été continuée, pas assez longtemps cependant pour atteindre au moment d’une nouvelle évacuation, les symptomes se trouverent dissipés, il ny avoit plus de maux de tête, de convulsions, de difficultés a respirer, de crachement de sang, sa voix étoit beaucoup plus nette6.

5Deux éléments sont caractéristiques de la littérature médicale de l’époque moderne : le style éminemment narratif du cas ou de l’observation qui met en relief, sur une période assez longue, les événements qui constituent la maladie et la nature des troubles décrits. Le « dévoiement », évacuation du flux périodique par un orifice inhabituel, n’est pas surprenant dans les descriptions de l’époque et s’intègre à un ensemble de représentations physiologiques et pathologiques cohérentes quoique hétérogènes.

6La nouveauté réside dans l’emploi de l’électricité pour réguler ces écoulements. Les premières applications thérapeutiques de l’électricité artificielle ont eu lieu à Genève, Paris, Venise et Montpellier autour de 1750. L’électricité était alors produite par la friction d’un globe ou d’un disque de verre sur des coussins à l’aide d’une manivelle. Les bouteilles de Leyde permettaient d’administrer de violentes commotions.

7La technique, dont la popularité a été entretenue par la vogue des spectacles de sciences, a néanmoins connu une vingtaine d’années de discrédit et de déclin. Les années 1770 la voient revenir sur le devant de la scène, alors que des médecins s’y intéressent davantage. Durant le dernier quart du xviiie siècle, ils vont tenter d’incorporer l’électricité dans l’arsenal thérapeutique en en définissant les indications et les dangers.

8En croisant l’attention portée à la construction d’un nouveau moyen thérapeutique et l’étude des représentations relatives aux maladies des femmes, nous voudrions souligner les interactions qui peuvent s’opérer dans les définitions des maux et de leurs remèdes. Nous verrons que la souplesse et la plasticité des modèles s’accommodent mal d’une lecture trop schématique ou abrupte de leurs successions. Il est en effet frappant de voir avec quelle force se maintient une lecture humorale des maladies des femmes et de leur traitement, même quand celui-ci est électrique. Plutôt donc que d’opposer modèles et interprétations, nous voulons voir comment dans les représentations et les pratiques, ils s’articulent et se redéfinissent.

  • 7 Rieder Philip, « Médecins et patients à Genève : offre et consommations thérapeutiques à l’époque (...)

9Notre documentation, constituée essentiellement de traités et de recueils de cas imprimés ou manuscrits, émane exclusivement d’hommes, médecins ou non, qui ont utilisé l’électricité pour soigner des femmes, dont les voix nous parviennent rarement. Lorsque nous avons pu lire leur témoignage, il était toujours adressé au praticien, ce qui ne corrige qu’en partie le double biais, sexuel et professionnel, qui caractérise nos sources. Néanmoins, les cas pour lesquels nous disposons du plus d’éléments nous montrent que les observations gardent un peu de ce que le malade dit ou écrit. Ces paroles et ces pratiques s’intègrent dans un cercle élargi, au-delà du face-à-face soignant-malade, de dialogue et de négociations, qui nous invitent aussi à raisonner en termes de savoirs partagés ou produits conjointement7.

  • 8 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades », i (...)
  • 9 SRM 118 dr. 1 à 82.

10Le « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades8 » publié par Pierre Mauduyt de La Varenne dans l’Histoire de la Société Royale de Médecine pour l’année 1778 résume les journaux des soins qui leur ont été administrés et des évolutions de leur état. Ces journaux sont conservés dans les archives de la société9 qui a chargé, très vite après sa création, Mauduyt de l’évaluation du remède électrique. L’engouement des contemporains pour ce traitement constituait à la fois une menace pour la médecine établie et une opportunité d’affirmation de l’utilité de la société naissante, qui devait assurer sa légitimité face à la Faculté de Médecine de Paris.

11Durant les deux décennies précédentes, le retrait des médecins avait en effet laissé la place aux démonstrateurs en physique et amateurs de philosophie naturelle dans l’application thérapeutique de l’électricité. L’usage de l’électricité pour le rétablissement des évacuations périodiques était déjà établi dans les esprits et la pratique avant le traitement de Mauduyt. En 1771, Sigaud de La Fond avouait ainsi qu’il avait consenti à administrer un tel remède à la demande d’une mère, qui en espérait un soulagement pour sa fille :

  • 10 Sigaud de La Fond, Joseph-Aignan, Lettre de M. Sigaud de la Fond, Démonstrateur de Physique expéri (...)

J’avois tout a fait abandonné cette pratique,&je ne me proposois nullement d’y revenir, lorsqu’en 1767 une Dame vint me prier, à la sollicitation de plusieurs personnes de bon sens, de vouloir bien électriser Mademoiselle sa fille, qui avoit alors dix-huit ans & deux mois, & qui n’étoit point encore réglée. Elle avoit oui dire, d’après le témoignage de M. de Lor, mon prédecesseur en l’Université, que l’Electricité procuroit cette évacuation dans les personnes qui se trouvoient dans le même état que celui qui affligeoit Mademoiselle sa fille, & cette tendre mere rebutée de quantité de remedes qu’on lui avoit fait prendre depuis environ quatre mois qu’elle l’avoit amenée à Paris, me fit tant d’instances, que je ne pus me refuser à ses sollicitations. Je voulois dès lors suivre le bon avis qu’on m’avoit donné quelques années auparavant ; je la priai d’engager son Médecin à suivre ce traitement ; mais elle s’y opposa si constamment que je consentis à électriser la malade10.

12Quoique Sigaud veuille explicitement se dégager d’avoir entrepris ce traitement sans intervention d’un médecin, il faut retenir l’activité du patient, l’importance de l’environnement familial et social dans la détermination du traitement, l’ouverture des pratiques thérapeutiques au-delà des professions de santé. Ce sont des éléments importants du contexte dans lequel s’est développé d’abord le traitement des maladies des femmes par l’électricité.

  • 11 Il serait périlleux d’appuyer des conclusions générales sur un échantillon statistique aussi limit (...)

13Durant l’année 1778, Mauduyt traite donc quatre-vingt-deux malades. Parmi ceux-ci, on trouve vingt-deux femmes (27 %11) dont nous voudrions comprendre comment l’électricité a pu être utilisée pour les soulager. Il convient d’abord de distinguer les maux affectant spécifiquement les femmes, des autres maux pour lesquels des femmes ont été traitées, même si la pertinence de cette distinction devra être interrogée. Nous reprenons les catégories nosologiques employées par Mauduyt pour présenter ses travaux : deux concernent spécifiquement les femmes, le « lait épanché » et les « suppressions ». Deux femmes sont traitées pour un épanchement laiteux, trois pour suppression ou défaut de leurs règles. Un peu moins du quart des femmes traitées le sont donc pour des incommodités exclusivement féminines.

14Si les suppressions désignent l’aménorrhée, l’épanchement laiteux est sans doute moins familier pour le lecteur contemporain. Il s’agit du défaut d’évacuation du lait après qu’une femme a accouché. Les suppressions concernent des sujets entre 15 et 25 ans alors que l’épanchement laiteux pour lequel on connaît l’âge de la malade concerne une personne de 34 ans, la différence d’âge correspondant à une différence dans l’activité et des attentes sexuelles et familiales des malades. Le surplus de matière conservé à l’intérieur du corps sans pouvoir en être expulsé peut avoir des conséquences funestes :

  • 12 Il s’agit de Madame Bucquet, femme de Jean-Baptiste Bucquet (SRM 118 dr. 65).
  • 13 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades », i (...)

Madame.12 femme d’un de mes confrères, docteur-régent de la faculté, & membre de la Société royale de médecine, ayant toujours joui d’une très bonne santé, accoucha au commencement d’avril 1777 ; la couche & ses suites furent heureuses : Mme. nourrit son enfant, qui se porta très-bien ; mais les chaleurs de l’été, & des sueurs abondantes qu’elles occasionnoient, ayant paru incommodes à Mme. elle laissa les fenêtres de la chambre à coucher ouvertes, pendant toutes les nuits des mois de juillet & août. Les sueurs se supprimèrent ; Mme… se trouva quelquefois incommodée du froid, & n’y fit pas attention [...] mais le 25 janvier 1778, elle fut prise tout à coup d’une maladie qui n’avoit pas de caractère déterminé [...]. Le lait se supprima entièrement le troisième jour de la maladie ; la cuisse droite devint très-lourde & très douloureuse : il parut quelques rougeurs vers le bas de la cuisse, sur le genoux et sous le jarret. La fièvre étoit continue ; les douleurs devinrent très vives ; la cuisse et la jambe s’engorgèrent considérablement, & se couvrirent d’abord de petits boutons rouges, ensuite de phlyctènes pleines d’une sérosité muqueuse très-abondante13.

  • 14 Une frayeur peut aussi être à l’origine de troubles importants : « Une fille de dixhuitsept ans & (...)
  • 15 Ibid., p. 377.

15Comme pour le cas de la « jeune fille de 22 ans » qui introduisait cette présentation, nous voyons que les événements dans lesquels les maladies trouvent leur origine pourraient paraître anodins : une baignade, un courant d’air et voilà l’équilibre bouleversé14. Deux moments se succèdent qui voient la maladie se révéler : d’abord la suppression des sueurs, mais ce n’est que quand le lait à son tour se supprime que la maladie acquiert véritablement un « caractère déterminé » qui donne sens aux événements précédents. L’obstruction, le défaut d’écoulement qui caractérisent la maladie trouvent une unité et une résonance particulière dans le corps de la femme où le lait et la fonction nourricière semblent détenir une valeur éminente. Il est finalement frappant de voir à quel point les fluides à l’intérieur du corps apparaissent indistincts et peu confinés à un lieu. L’engorgement est hyperbolique et l’évacuation est une nécessité qui s’exprime en tout lieu. Malgré le développement de la pensée anatomique et localisatrice, les humeurs ne semblent en rien contraintes ou dirigées par des canaux qui leur seraient propres. Même si l’on ne peut pas parler de lecture humorale de la maladie dans la mesure où ce n’est pas la qualité des humeurs qui est en jeu, cette vision en terme d’obstruction/évacuation, s’opère dans un corps qui ne semble pas véritablement cloisonné. Dès lors, une surdité peut être lue comme la suite d’un épanchement laiteux : « Cette dame avoit été incommodée depuis environ cinq ans, des suites d’un lait épanché : la mal s’étoit porté à la tête, il y avoit causé des douleurs vives et continuelles, & il avoit beaucoup aggravé une dureté d’oreilles15. » Le « mal », matière retenue à l’intérieur du corps alors qu’elle devrait être évacuée, connaît une errance apparemment libre, à l’origine du déplacement et de la diversité des symptômes.

  • 16 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur les effets généraux, la nature & l’usage du fluide él (...)
  • 17 Ibid., p. 436.

16Pour les suppressions comme pour le lait épanché, l’électricité est utilisée pour remédier à un défaut d’écoulement. Les effets généraux reconnus au fluide électrique par Mauduyt convergent effectivement dans la mise en mouvement et l’évacuation des fluides16 : accélération des pulsations, augmentation de l’insensible transpiration, excitation de la sueur, trouble et dépôt dans les urines, libération du ventre, délivrance de douleurs, risque de métastases, échauffements. Pour ce qui est de l’effet sur les règles, Mauduyt indique : « Des évacuations critiques, dont la suppression paroît avoir été à l’origine du mal, ont été renouvellées pendant le traitement des malades17. » Si l’électricité est un remède pour les maladies des femmes, c’est dans la mesure où elle facilite la mise en circulation et l’évacuation des humeurs par ses vertus apéritives et délayantes qui agissent généralement sur les fluides corporels.

  • 18 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades », i (...)
  • 19 Il s’agit d’un trouble de la vue.
  • 20 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades », i (...)
  • 21 Ibid., p. 227. Il s’agit de la ménopause.
  • 22 Ibid., p. 253.
  • 23 Ibid., p. 313.
  • 24 Ibid., p. 324.
  • 25 Ibid., p. 327.
  • 26 Ibid., p. 343.
  • 27 Ibid., p. 384.
  • 28 Ibid., p. 398.

17Mauduyt revendique la guérison des deux femmes souffrant d’un lait épanché. Pour les suppressions, il est plus circonspect : « Ces trois faits sont fort peu probatoires, excepté le premier : comme il est unique, il le seroit peu lui-même18. » Au même moment, il souligne le rôle étiologique des suppressions dans d’autres maux qui affectent les femmes. Parmi les femmes traitées, douze (51 %) le sont pour « paralysie », maladie qui affecte une grande majorité des sujets traités (62 % de l’ensemble des 82 malades), quatre femmes (18 %) sont traitées pour surdité et une l’est pour une goutte sereine19. Et Mauduyt d’ajouter : « On doit y joindre, relativement à la suppression, les malades n ° V&LXV, soulagées à cet égard, quoique traitées en même temps pour une autre cause. » Par ailleurs il faut prendre en compte les malades dont la suppression est présentée comme à l’origine du mal. L’électricité semble avoir une efficacité particulière sur les femmes dans la mesure où elle agit sur un élément déterminant de leur santé. La mention de la situation des malades relativement à leurs règles est un élément très fréquemment présent dans le diagnostique : « L’évacuation périodique à laquelle le sexe est assujetti, s’étoit établie dans son temps ; mais elle se renouvelloit deux fois par mois : elle étoit très-peu abondante, elle s’arrêtoit promptement & elle n’équivaloit pas, en deux fois, à l’évacuation qu n’a communément lieu chez les femmes qu’une fois par mois20. », « [...] étoit dans son temps critique21. », « M de Prémont avoit passé le temps critique22. », « elle étoit bien réglée23. », « Les règles étoient peu abondantes depuis la maladie qui avoit précédé la paralysie24. », « Depuis six ans cette dame n’éprouvoit plus d’évacuation périodique25. », « L’hémiplégie n’avoit pas dérangé le cours des règles26. », « Quoiqu’elle n’eût que trente-neuf ans, il paroissoit qu’elle entroit dans son temps critique27. », « la malade avoit passé le temps critique depuis deux ans28. » L’affinité entre fluide électrique et flux périodique oblige à porter une attention particulière lors du traitement des femmes :

  • 29 Ibid., p. 426.

Je dois prévenir encore que dans toutes les femmes qui ont été électrisées, les mois ont constamment devancé, qu’ils ont été plus abondans & que cet effet même, qui demande de l’attention, est un obstacle à ce qu’on emploie, pour les femmes dans le cas d’être électrisées, un traitement aussi actif que pour les hommes en général, ou pour les femmes qui ont passé l’âge critique29.

  • 30 McClive Cathy, « Quand les fleurs s’arrêtent : vieillesse, ménopause et imaginaire médical à l’épo (...)
  • 31 Si l’on voulait étudier la « fluidité » masculine en lien avec les traitements électriques, il fau (...)

18L’arrivée du « temps critique » soustrait la femme à ce régime particulier caractérisé par une importance de l’évacuation et un risque d’engorgement accrus, dans un contexte où l’engorgement et la pléthore sont au fondement de la définition de la maladie30. Dans le traitement opéré par Mauduyt, la spécificité des femmes réside dans leur propension supérieure à produire des fluides (lait et sang menstruel). Elles sont ainsi plus sujettes aux engorgements, mais l’action de l’électricité trouve par conséquent une plus grande utilité. Le fluide électrique, conçu comme fluide subtil, peut, par analogie, agir de façon privilégiée sur les fluides corporels. Ceci est vrai pour les hommes comme pour les femmes et la transpiration et le pouls sont au cœur de la réflexion des électriciens, mais les femmes disposent d’une fluidité supérieure31.

  • 32 Sans Joseph, Travaux électriques sur les convulsions des enfants avec la méthode de les détruire i (...)

19Durant les années 1780, le traitement délivré par Mauduyt conserve les mêmes caractéristiques nosologiques et son effort consiste à préciser les méthodes d’application et à obtenir les instruments d’une application spécifique. À mesure que Mauduyt consolide et organise l’expertise médicale sur le champ, la pratique des exclus de cette nouvelle orthodoxie se diversifie, notamment dans le domaine des affections féminines. Ces pratiques s’appuient sur l’assimilation faite entre fluide électrique et fluide nerveux et la construction d’un discours sur les maladies nerveuses auxquelles les femmes seraient particulièrement sensibles. Le mémoire que l’abbé Sans remet à l’Assemblée nationale en 179132 présente les avantages de l’électricité pour d’autres troubles féminins. Il y propose l’emploi de l’électricité négative pour guérir les convulsions et les spasmes qu’il attribue à une surabondance de fluide électrique dans le corps se traduisant par des mouvements incontrôlés des membres. Alors que les cas présentés concernent essentiellement des enfants, comme le titre du recueil l’annonce, l’observation qui l’ouvre est consacrée à Victoire Reine, que Sans a soignée à partir de 1778 inaugurant ainsi son utilisation de l’électricité négative. Il n’est pas question d’hommes dans ce recueil consacré aux convulsions, hormis les enfants. Le portrait de la femme malade est sensiblement différent :

  • 33 Ibid., p. 60.

Les attaques de convulsions étoient si violentes, que la connoissance se perdoit entierement, tous les intestins se ramassoient ensemble en forme d’une grosse boule, remontoient ainsi ramassés vers la poitrine, et descendoient ensuite vers le bas ventre. Cet accident se renouvelloit a plusieurs reprises, avec une vitesse inconcevable ; le tronc bondissoit plusieurs fois sur le lit a une hauteur tres considerable, le col devenoit roide et extrêmement gonflé un grincement de dent continuel se faisoit entendre, les yeux étoient fermés, l’ouie perdue, ainsi que tous les sens, les bras et les jambes étoient dans des agitations violentes avec différentes contorsions qui faisoient fré- mir pendant l’attaque. La malade se donnoit de tres violens coups de poing sur le sein gauche et sur le ventre33.

  • 34 Ibid., p. 68-72.
  • 35 Ibid., p. 73
  • 36 Avant les travaux de Charcot à la Salpêtrière et pour esquisser un trait d’union entre les siècles (...)

20Parmi les expériences que l’abbé Sans se propose de mener pour définir les possibilités d’application de l’électricité négative, on trouve les « spasmes partiaux toniques », « l’obstipité ou torticolis spasmodique », le « tetanos hysterique » mais aussi « la phrénésie », « le délire » et « les folies récentes34 ». Pour l’abbé Sans, « l’électricité negative est le meilleur de tous les antispasmodiques connûs, puis qu’elle est un remede souverain, contre les convulsions hÿsteriques35 ». Il établit ici le lien entre maladie des femmes, maladie nerveuse et traitement électrique dont les développements durant le xixe siècle sont mieux connus36.

21Plus qu’une juxtaposition ou une succession de modèles imperméables, il faut plutôt penser l’interprétation de l’action de l’électricité sur les maladies des femmes en termes de réorganisation des perceptions selon des motifs hétérogènes. Cela est d’autant plus important que la compréhension du fondement physique et physiologique des traitements n’est pas le premier objectif des auteurs que nous étudions. Notre volonté de comprendre à quelle représentation du corps répond leur pratique n’est pas entièrement pertinente dans la mesure où la volonté d’utilité pratique modifie des représentations mouvantes. Ainsi le raisonnement nerveux de l’abbé Sans doit-il intégrer le rôle déterminant des règles, qui n’est qu’en partie redéfini. On retrouve le substrat menstruel dans l’avis qu’il donne aux « personnes du sexe » dans l’emploi de la « pompe électrique » :

  • 37 Sans Joseph, Travaux électriques sur les convulsions des enfants., op. cit., p. 50.

toutes les grandes personnes du sexe que jaÿ traitées jusqu’ici ne tomboient en convulsion, ou n’étoient epileptiques, que parce que le flux périodique etoit totalement supprimé, ou extremement diminué ; d’où il arrive que ces sortes de malades tombent plus ou moins souvent sans connoissance ; elles sont agitées plus ou moins violemment dans tous leurs membres ; ces attaques durent chacune plus ou moins de temps suivant le degré du mal mais a la fin de l’époque du flux menstruel, les attaques sont ordinairement beaucoup plus violentes, parce que le sang qui n’a pas pû sortir par les voyes que la nature a établies pour cet effet, est obligé de remonter, ce qui produit l’orage. tres souvent il se fait jour par le nombril, par les mamelons, par la bouche, par le néz & c. ou bien il forme sans sortir plusieurs taches rouges sur la peau du sein, du col, du visage & c. ces taches sont plus ou moins grandes, plus ou moins rouges ; quelque fois le sang se repend dans les globes des ÿeux, et alors tous les objets paroissent rouge a la malade37.

22La reconstitution d’une doctrine cohérente et homogène de compréhension de l’action de l’électricité sur le corps féminin et ses troubles connaît ses limites dans la nature de notre documentation et dans le fait même que ce fond théorique n’est ni fixe ni prioritaire pour les contemporains pour qui l’expérience est première pour assurer l’utilité de leurs pratiques concurrentes.

  • 38 Les femmes ne représentent qu’un quart des 82 malades soignés en 1778 (cf. supra).

23S’intéresser au cadre matériel et institutionnel de ces traitements peut par conséquent compléter notre compréhension de ce que cela veut dire que d’être soigné par l’électricité au xviiie siècle et, en l’occurrence, ce que cela signifie particulièrement lorsqu’il s’agit de femmes. Une question reste en suspens et mériterait une argumentation spécifique : alors qu’une affinité semble construite entre électricité et maladie des femmes, comment comprendre la sous-représentation de celles-ci parmi les premiers malades traités par Mauduyt38 ? Cette question s’intégrerait dans une réflexion large sur les stratégies et parcours thérapeutiques et leurs différences sexuées, autant que les sources pourraient nous permettre de les définir. Il faut rappeler que le traitement était d’abord annoncé comme efficace dans les cas de paralysie. C’est ainsi qu’il est annoncé dans un quotidien parisien à la demande de la Société royale de médecine à l’automne 1777 :

  • 39 Journal de Paris, n ° 249, 6 septembre 1777, p. 2.

Nous avons annoncé dans la feuille du 22 août dernier que le Roi a accordé à la Société Royale de Médecine des fonds pour traiter des personnes attaquées de maladies annoncées comme curables, par le moyen de l’Electricité. Nous apprenons au public que ces maladies sont la Paralysie, la Goute sereine, la Surdité, les Rhumatismes, les Ecrouelles, les Tumeurs formées par des dépôts de matière séreuse ou lymphatique, le Rachitisme ou la maladie des enfans noués, & c39.

24Les suppressions et le lait épanché apparaissent donc comme des maladies non sollicitées. Mauduyt, comme les autres électriciens connus à Paris, propose un traitement gratuit. Il est mené à son domicile, rue des Écouffes au Marais, puis rue Neuve-Saint-Étienne. Les malades qui veulent s’y soumettre doivent présenter le certificat d’un médecin ou d’un chirurgien attestant de l’opportunité d’un traitement électrique. La durée des séances (souvent deux heures quotidiennes) et des traitements (plusieurs semaines, voire plusieurs mois) pèse dans l’arbitrage qu’opèrent les malades entre les incommodités qu’ils subissent, l’espoir d’une amélioration de leur situation et les contraintes du traitement, notamment son coût d’opportunité. La question du travail apparaît souvent dans les observations. Ainsi, si l’incommodité n’empêche pas de travailler, la poursuite d’un traitement quotidien durant plusieurs mois n’est pas envisageable pour un artisan.

  • 40 Pour une réflexion sur les enjeux éthiques de l’expérimentation en médecine : Chamayou Grégoire, L (...)

25Pour le médecin, ce traitement ouvert et gratuit a une visée heuristique : établir dans quels cas et selon quelle méthode l’électricité peut avoir une utilisation thérapeutique. Les malades sont ainsi à la fois le lieu où s’opère un traitement mais aussi le support d’une connaissance accrue d’un phénomène40. L’articulation entre ces deux dimensions n’est pas évidente et peut être éclairée différemment selon les contextes. Pour les années 1780, les sources relatives à un traitement domestique opéré par Mauduyt se tarissent, même si celui-ci semble avoir continué. En revanche, l’hôpital devient plus fréquemment le lieu associé aux traitements. L’importance croissante prise par le contexte hospitalier peut se comprendre de deux manières. D’une part on peut la mettre en relation avec l’affirmation de la dégradation sociale de la thérapie électrique, de plus en plus réservée aux pauvres. D’autre part on peut voir dans cette localisation nouvelle une réponse au désir des médecins de pouvoir sélectionner les malades selon des critères nosologiques et de mieux maîtriser la durée du traitement afin de mieux remplir leur projet de découverte. Les deux aspects ne sont pas exclusifs et semblent plutôt se renforcer l’un l’autre. Si l’on essaie de se placer dans la perspective du malade, il est évident que les deux contextes de traitement n’ont pas la même signification en termes de contrainte et de statut. Indiscutablement, le médecin acquiert dans ce contexte hospitalier un pouvoir accru. L’arbitrage en termes d’opportunité du traitement a changé de main :

  • 41 SRM 118 dr 97. C’est des observations réunies à cette occasion que nous avons extrait notre premie (...)

Le 18 juillet [1784] je me rendis a St Denis ou Mrs Davan medecin du depot et Canaple avoient déjà réuni plusieurs malades qu’ils destinoient au traitement électrique ; je visitai les infirmeries avec ces messieurs et nous en tirâmes encor quelques sujets, les ayant tous rassemblés, nous constatames l’etat de chacun en particulier41.

26Il ne faudrait néanmoins pas exagérer le caractère carcéral et dévoué à l’expérimentation médicale de l’hôpital de la fin de l’Ancien régime. S’il y trouve un réservoir de corps et de maladies convergeant avec la volonté contemporaine d’expériences multipliées et organisées, la médecin doit composer avec les malades. Le dépôt de Saint-Denis ne satisfait ainsi pas pleinement aux attentes de Mauduyt :

  • 42 SRM 118 dr. 97. Il s’agit de la « fille âgée de 22 ans » dont il est question plus haut.

l’électricité ayant été continuée, pas assez longtemps cependant pour atteindre au moment d’une nouvelle évacuation, les symptomes se trouverent dissipés, il ny avoit plus de maux de tête, de convulsions, de difficultés a respirer, de crachement de sang, sa voix étoit beaucoup plus nette. Le traitement fut interrompu par la sortie de la malade hors du dépôt, où six semaines après elle fut ramenée infectée d’une maladie qui demande un traitement particulier42.

27Si l’on peut discuter du degré de consentement des malades à leur traitement, il est indéniable que le contexte social et les rapports de pouvoir dans lesquels s’inscrit l’application de l’électricité aux maladies des femmes sont renouvelés par sa localisation hospitalière.

  • 43 Mauduyt de La Varenne Pierre, Mémoire sur les différentes manières d’administrer l’électricité et (...)

28Pour compléter notre approche du contexte dans lequel sont portés les soins aux maladies des femmes, l’environnement matériel doit être interrogé. Une particularité du traitement électrique réside dans le fait qu’il nécessite l’utilisation d’objets techniques : machines et instruments. Il requiert également l’intervention d’individus pour mettre en mouvement la machine et appliquer les instruments qui transmettent le fluide aux endroits indiqués. Les quelques gravures qui accompagnent les mémoires donnent une place privilégiée aux instruments. Leurs caractéristiques particulières ne sont cependant pas notre objet ici. Dans les planches de l’ouvrage consacré par Mauduyt aux différentes manières d’administrer l’électricité, le seul malade qui fasse l’objet d’une représentation est une femme traitée pour « suppressions43 ». Nous y voyons une femme vêtue et coiffée, assise sur une chaise isolée du sol. La machine électrique n’est pas représentée. Ce sont les instruments d’une application localisée qui sont mis en évidence. Voici la description que donne Mauduyt du dispositif :

  • 44 Ibid., p. 81-82.

Lorsqu’on emploie la méthode dont il s’agit pour les règles supprimées, la malade doit être isolée et assise : un chaîne ou un fil de laiton attaché au crochet du conducteur de la machine, & en contact des vêtemens à la partie qui répond à la portion moyenne du sacrum, communique l’électricité ; en devant et au-dessus des vêtemens, dans la direction de la matrice, à un pouce & demi ou deux de distance, on tient ou l’on place une pointe de métal isolée. Le fluide, déterminé dans son cours par la pointe qui l’attire, circule du sacrum, à travers les parties qui sont le siège du mal, à la pointe qui le soutire et le rend au réservoir commun44.

  • 45 Brockliss Laurence et Jones Colin, The Medical World of Early Modern France, Oxford, Clarendon Pre (...)

29L’insistance sur la distance avec le corps de la femme, sur la présence des vêtements ainsi que l’effacement du praticien derrière les instruments peuvent être compris comme une affirmation de la bienséance que le contact physique pourrait mettre à mal. Ce thème a participé au discrédit du magnétisme animal45 dont Mauduyt veut clairement se démarquer. Les observations de Guignon, chirurgien de la Marine à Toulon qui a suivi les cours donnés par Mauduyt à Paris, présentent une vision moins policée :

  • 46 SRM 118 dr. 93.

L’insuccès des remedes déjà emploiés, la Confiance de la malade et son tempérament me firent imaginer une méthode, qui me paroissoit devoir être très active. après avoir mis la malade sur un fauteuil isolé et l’avoir faite communiquer avec la machine par un fil de laiton qui repondoit sur l’os sacrum ; je lui faisois introduire dans la vulve, un conducteur passé dans un tuyau de verre ; de maniere que la boulle du conducteur touchoit le museau de tanche tandis que le verre garentissoit en partie les parois du vagin, de l’impression des étincelles. Ce conducteur étant de trois pieds de long, permettoit qu’on le soutint orisontalement, au moyen d’un cordon de soie.
La malade ainsi disposée, je tirois des étincelles, de la boulle extérieure du conducteur qui répondoit au museau de tanche pendant cinq ou six minutes et je finissoit la séance par la méthode de mr. mauduyt pour les suppressions.
Un mois d’électricité, emploiée de cette maniere, se passa, sans aucun changement favorable dans l’état de la malade.
Son impatience me força d’augmenter l’énergie de l’électricité, par des commotions de 4 lignes, que je faisois passer d’abord de l’os sacrum dans le vagin, au moyen d’un conducteur placé comme le précédent. j’en faisois passer aussi à travers la matrice de gauche à droite, et réciproquement de droite à gauche46.

  • 47 McClive Cathy, « Blood and Expertise : The Trials of the Female Medical Expert in the Ancien-Régim (...)
  • 48 Peter Jean-Pierre, De la Douleur. Observations sur les attitudes de la médecine prémoderne envers (...)
  • 49 SRM 118 dr. 100.

30Deux éléments diffèrent des recommandations de Mauduyt. L’application de l’électricité est faite selon un mode invasif qui nécessite le contact direct entre le praticien et la malade et l’introduction d’un instrument ad hoc. Cet élément peut être lu comme la réception par un chirurgien de cette novation thérapeutique et mettrait ainsi en valeur les identités professionnelles distinctes. Guignon poursuit par ailleurs la mise au point d’instruments spécifiques aux localisations diverses de l’application. Nous retiendrons que la manipulation et l’invasion du sexe féminin par un homme de l’art est concevable dans le traitement des maladies des femmes à la fin du xviiie siècle, même si les sources restent généralement silencieuses sur ces aspects pratiques47. L’autre élément distinctif est la violence relative des pratiques. On peut le rapprocher des débats contemporains sur le statut de la douleur dans le traitement, signe et garantie d’efficacité ou écueil et danger48 ainsi que sur les moyens que la nature adopte pour agir. Dans le compte rendu qu’il donne à la Société royale de médecine, s’il reste discret sur le premier point, il impute l’insuccès de Guignon dans ce cas au fait « que le remede a été employé d’une maniere trop active, que devenu irritant, il a crispé les vaisseaux », et ajoute qu’un traitement plus doux « eut prouvé l’effet désiré qu’on a pas obtenu par le désir de faire mieux49. » Dans notre volonté d’approcher progressivement de l’expérience du traitement faite par les femmes dont les maux ont été traités par l’électricité, nous devons composer avec la parcimonie de nos sources. Les témoignages dont nous disposons sont consignés dans les dossiers d’observations consacrés par les médecins aux malades qu’ils ont traités. Il est certain que ce que l’on écrit à un médecin répond à des enjeux divers dont il faut être conscient. Nous voudrions montrer néanmoins comment le traitement électrique peut résonner dans une existence individuelle et comment une malade construit le sens du traitement insolite qui lui a été appliqué. Une lettre adressée à Mauduyt par une malade traitée pour surdité nous éclaire sur la relation complexe que représente la rencontre thérapeutique et sociale entre un homme et une femme ainsi que sur les représentations de la malade sur sa santé et l’étiologie de ses maux :

  • 50 SRM 118 dr. 70, lettre du 11 mars 1778.

Ne mant point a parler de vive voie de ce que jeva vous marquer ses cequi mefais prendre la liberté de vous écrire. comme vous mavez dit la dernier fois que j’ai eu l’honneur de vous voire que si mais regles ne vienne pas que ce seroit une preuve que je perderoit ; je nez pût vous repondre a ce sujet ; tout ce que je pense qui pourroit occasionner ce dairangemant chez moi le voicy ; vous savez Monsieur que je vous et deja prevenus que je sui d’un temps peramant d’une forse a lextreme ; je vous direr que soit que le lectriciter qui est propre a fortifier les temps peramant foible devienne prejudiciable au mien. que de puis que je vas chez vous ; les chaleurs que jai pour l’ordinaire dans les nuits qui exite des agitation dans la matrise on eter beaucoup plus frequent et jusquat deux fois dans les meme nuit ; les grand souffrance que j’ai endurer les meme jour jointe a cela ; que j’attendois mais regle : ne ce pourat-il pas faire que toutes ses choses a porteroit quell que raisons ama situation actuel. [...] je pense en vous parlant Monsieur, que je parle à une personne respectable et qui mérite la confiance, je vous prie que si vous vous consultez avec quell qun ; de ne point me faire connoitre, car je ne sauroit vous exprimer la honte que jai de me voire telle que je sui, et le chagraint et meprit que j’ai éprouver pour ce sujet par la personne que je vous ai nomer sidesû ; ce qui m’avoit fais promoit de plutot mourire que de ne jamais en parler a auqun medecin50.

31L’électricité, associée à la force du tempérament et aux chaleurs de la matrice, possède une influence sur l’ensemble de la personne et a des implications morales. Cette dimension morale de la maladie se retrouve dans les caractéristiques attendues de la relation au médecin qui doit être fondée sur le respect et la confiance. En exposant son interprétation de sa maladie et des effets des soins, la malade donne au médecin accès à son intimité et inscrit les événements médicaux dans le développement de ses sentiments. La lecture qu’elle présente de sa santé s’appuie sur la notion de tempérament qui est ici binaire (force-faiblesse) et montre que la question des règles possède, aussi hors du discours médical, un rôle éminent dans les représentations de la santé féminine.

  • 51 Pomata Gianna, « Menstruating Men. », op. cit.

32L’importance du flux menstruel dans les représentations relatives à la santé peut permettre de rendre compte de l’écart entre la faible représentation des femmes parmi les malades traités par Mauduyt, la prégnance du modèle de santé fondé sur l’évacuation et l’efficacité de l’électricité pour la favoriser et la surreprésentation féminine dans l’iconographie. Nous avons évoqué plus haut les modalités de la publication du traitement de Mauduyt qui ne faisait pas explicitement référence aux maladies des femmes, ainsi qu’à l’arbitrage des malades quant à l’opportunité perçue du traitement. Nous voudrions pour conclure faire l’hypothèse que l’application de l’électricité aux maladies des femmes renverrait moins à une finalité thérapeutique en termes de médicalisation d’une entité nosologique, qu’à une forme de pédagogie physiologique. La mobilisation des troubles menstruels offre en effet une forme de mise en scène spectaculaire de l’action du fluide électrique sur l’économie animale. Les règles représentent éminemment l’évacuation régulière qui caractérise la santé51. Ainsi l’innovation thérapeutique électrique est-elle intégrée dans un ensemble ancien de représentations, liées à la circulation des fluides dans le corps humain, qui lui permettent également de trouver une légitimité dans l’offre thérapeutique. L’introduction de l’électricité dans la pharmacopée des maladies des femmes apparaît comme la superposition d’une grille d’interprétation des phénomènes corporels qui ne supprime pas les modèles précédents, mais plutôt les utilise et les réinterprète.

Notes

1 Cette contribution s’intègre à une thèse de doctorat d’Histoire consacrée à l’électricité médicale au xviiie siècle réalisée sous la direction de Monique Cottret grâce à une allocation couplée à l’Université de Paris Ouest Nanterre et avec le concours de la Fondation EDF pour l’Histoire de l’électricité. Je remercie particulièrement Cathy McClive pour le temps qu’elle a consacré à m’éclairer dans le domaine exploré ici.

2 Peter Jean-Pierre, « Une enquête de la Société royale de médecine : malades et maladies à la fin du xviiie siècle », in Annales HSS, 22, 4, juillet-août 1967, p. 711.

3 Duden Barbara, The Woman beneath the Skin, A Doctor’s Patients in Eighteenth-Century Germany, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1991.

4 Ibid., p. 123-127.

5 De Renzi Silvia, « Women and Medicine », in The Healing Arts. Health, Disease and Society in Europe 1500-1800, Elmer Peter (dir.), Manchester, Manchester University Press, 2004, p. 196-227 ; King Helen, The Disease of Virgins : Green Sickness, Chlorosis and the Problems of Puberty, Londres et New York, Routledge, 2003 ; McClive Cathy, « Menstrual Knowledge and Medical Practice in Early Modern France, c. 1555-1761 », in Shail Andrew et Howie Gillian, Menstruation. A Cultural History, Basingstoke, Palgrave MacMillan, 2005, p. 76- 89 ; Pomata Gianna, « Menstruating Men : Similarity and Difference of the Sexes in Early Modern Medicine », in Generation and Degeneration, Tropes in Literature and History from Antiquity through Early Modern Europe, Finucci Valeria et Brownlee Kevin (dir.), Durham et Londres, Duke Univesity Press, 2001, p. 109-152 ; Stolberg Michael, « The Monthly Malady : A History of Premenstrual Suffering », in Medical History, 44-3, 2000, p. 301-22.

6 Académie Nationale de Médecine : Archives de la Société Royale de Médecine, carton 118, dossier 97 (nous écrirons SRM 118 dr. 97).

7 Rieder Philip, « Médecins et patients à Genève : offre et consommations thérapeutiques à l’époque moderne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52-1, janvier-mars 2005, p. 39-63 ; Smith Lisa, « Reassessing the Role of the Family : Women’s Medical Care in Eighteenth-Century England », Social History of Medicine, 16, 2003, p. 327-342.

8 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades », in Histoire de la Société royale de médecine., Avec les Mémoires de médecine & de physique médicale. tirés des registres de cette société, tome 2, 1780, p. 199-431.

9 SRM 118 dr. 1 à 82.

10 Sigaud de La Fond, Joseph-Aignan, Lettre de M. Sigaud de la Fond, Démonstrateur de Physique expérimentale, des Académies de Montpellier, d’Angers, de Bavières, & c. à M. de Causan, Chevalier de l’ordre militaire de S. Louis, Ancien intendant de Minorque, Commissaire Ordonnateur des Guerres, de la Société Royale des Sciences de Montpellier, & c. & c. & c. sur lmédicale ; dans laquelle on expose les effets que la vertu électrique produit sur le corps humain, les maladies contre lesquelles l’Auteur l’a employée avantageusement, & les moyens qui paroissent les plus exacts pour administrer ce remede, Paris, Des Ventes de la Doué, 1771, p. 27-28.

11 Il serait périlleux d’appuyer des conclusions générales sur un échantillon statistique aussi limité. Aussi, les pourcentages que nous proposons visent davantage à présenter et organiser les cas qui constituent notre documentation et ne peuvent en aucune manière appuyer une étude en termes d’épidémiologie historique.

12 Il s’agit de Madame Bucquet, femme de Jean-Baptiste Bucquet (SRM 118 dr. 65).

13 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades », in Histoire de la Société royale de médecine., op. cit., p. 368-369.

14 Une frayeur peut aussi être à l’origine de troubles importants : « Une fille de dixhuitsept ans & demi, accompagnée d’une femme plus âgée, vint me consulter dans le commencement d’octobre 1777. Elles me déclarèrent qu’environ dix-huit mois auparavant la jeune fille avoit éprouvé une frayeur subite dans le moment de l’évacuation périodique, qui s’étoit supprimée, qu’on avoit inutilement employé la saignée du pied & différens remèdes pour la rappeler ; que pendant deux mois la malade avoit souffert de violens maux de tête & une oppression de poitrine considérable ; qu’il lui étoit ensuite survenu un dévoiement qui avoit dissipé ces symptômes ; que ce dévoiement avoit continué pendant six mois, & que dans cet intervalle la jeune personne avoit éprouvé un mouvement convulsif d’un quart d’heure, pendant lequel elle avoit eu tous les membres & l’épine roide & en contraction. Le dévoiement s’arrêta au bout de six mois : & alors la malade éprouva à peu près tous les mois ou toutes les cins semaines un accès de convulsions semblable au premier pour les symptômes et pour la durée ; il y avoit eu seulement à chaque époque où elles auroient dû avoir lieu un écoulement blanc, dont la durée avoit été de quelques jours ; il y avoit même eu dans l’espace de dix-huit mois cinq à six apparitions d’évacuations en rouge ; mais elles n’avoient duré que trois ou quatre heures au lieu de trois à quatre jours, qui étoient, par rapport à la jeune personne, la durée de l’évacuation périodique avant qu’elle fût supprimée. », Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades », in Histoire de la Société royale de médecine., op. cit., p. 405-406. Voir aussi Duden Barbara, The Woman beneath the Skin., op. cit., p. 141.

15 Ibid., p. 377.

16 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur les effets généraux, la nature & l’usage du fluide électrique, considéré comme médicament », in Histoire de la Société royale de médecine., op. cit., p. 432-455.

17 Ibid., p. 436.

18 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades », in Histoire de la Société royale de médecine., op. cit., p. 426.

19 Il s’agit d’un trouble de la vue.

20 Mauduyt de La Varenne, Pierre, « Mémoire sur le traitement électrique administré à 82 malades », in Histoire de la Société royale de médecine., op. cit., p. 222.

21 Ibid., p. 227. Il s’agit de la ménopause.

22 Ibid., p. 253.

23 Ibid., p. 313.

24 Ibid., p. 324.

25 Ibid., p. 327.

26 Ibid., p. 343.

27 Ibid., p. 384.

28 Ibid., p. 398.

29 Ibid., p. 426.

30 McClive Cathy, « Quand les fleurs s’arrêtent : vieillesse, ménopause et imaginaire médical à l’époque moderne », in McClive Cathy et Pellegrin Nicole (dir.), Femmes en fleurs. Femmes en corps du Moyen Âge aux Lumières, à paraître. ; Tillier Annick, « Un âge critique. La ménopause sous le regard des médecins des xviiie et xixe siècles », in Clio, 21, 2005, « Maternités », p. 269-280 ; Stolberg Michael, « A Woman’s Hell ? Medical Perceptions of Menopause in Preindustrial Europe », in Bulletin of the History of Medicine, 73, 1999, p. 404-28.

31 Si l’on voulait étudier la « fluidité » masculine en lien avec les traitements électriques, il faudrait prendre en compte la question du liquide spermatique. Les mentions sont moins nombreuses dans nos sources, sans doute parce que la question est compliquée parce que, précisément, le liquide spermatique doit être retenu à l’intérieur du corps. L’évacuation spermatique, involontaire ou liée à l’onanisme, est cause d’affaiblissement. Lorsqu’au cours du traitement l’électricité est à l’origine de pollutions, le patient comme le médecin sont préoccupés. SRM 118 dr. 61. L’électricité a pu néanmoins être employée pour traiter les dérèglement de l’écoulement séminal, cf. Mazars de Cazelles François, « Observation sur des pollutions involontaires & habituelles guéries par l’électricité. », in Journal de Médecine, 74, janvier 1788, p. 80-90. Cela peut aussi correspondre à la construction du corps masculin comme solide en opposition au corps fluide de la femme, voir Stolberg Michael, « An Unmaly Vice : Self-Pollution, Anxiety, and the Body in the Eighteenth Century », in Social History of Medicine, vol. 13, n ° 1, 2000, p. 1-21.

32 Sans Joseph, Travaux électriques sur les convulsions des enfants avec la méthode de les détruire infailliblement, Bibliothèque Inter-Universitaire de Médecine, Paris, ms. 2257 et Bibliothèque de l’Assemblée Nationale, Paris, ms. 1194., 73 p.

33 Ibid., p. 60.

34 Ibid., p. 68-72.

35 Ibid., p. 73

36 Avant les travaux de Charcot à la Salpêtrière et pour esquisser un trait d’union entre les siècles, il convient d’évoquer J. H. D. Pétetin, médecin lyonnais qui utilise l’électricité dans le traitement de la catalepsie hystérique. On trouvera le meilleur aperçu de ses traitements et de sa carrière dans cet ouvrage posthume : Pétetin Jacques Henri Désiré, Électricité animale, prouvée par la découverte des phénomènes physiques et moraux de la catalepsie hystérique, et de ses variétés ; et par les bons effets de l’Electricité artificielle dans le traitement de ces maladies, Lyon, Reymann et Ce, 1808, 121 et 383 p.

37 Sans Joseph, Travaux électriques sur les convulsions des enfants., op. cit., p. 50.

38 Les femmes ne représentent qu’un quart des 82 malades soignés en 1778 (cf. supra).

39 Journal de Paris, n ° 249, 6 septembre 1777, p. 2.

40 Pour une réflexion sur les enjeux éthiques de l’expérimentation en médecine : Chamayou Grégoire, Les Corps vils. Expérimenter sur les êtres humains aux xviiiee, Paris, La Découverte, 2008. En ce qui concerne le xviiie siècle, on regrettera que l’auteur néglige les procédures concrètes de cette rencontre asymétrique.

41 SRM 118 dr 97. C’est des observations réunies à cette occasion que nous avons extrait notre premier exemple. Il faut préciser que les médecins n’ont pas le monopole du pouvoir dans les hôpitaux de la fin du xviiie et que la contrainte sur les malades n’est pas réservée à leur profit. Avant de voir sa méthode évaluée par la Société royale de médecine à la Salpêtrière, l’abbé Sans a pu expérimenter ses talents sur Mademoiselle Mallet, extraite à la population de l’hôtel-Dieu : « la princesse ** désirant voir les effets de la pompe electrique sur les convulsions fit chercher à l’hotel dieu une personne qui fut attaquée fortement de cette maladie, ce fut Mdelle Mallet sur laquelle tomba le choix. le traitement fut fait à la maison de santé rue du petit veaugirard, ou on transporta la malade. », Sans Joseph, Travaux électriques sur les convulsions des enfants., op. cit., p. 9.

42 SRM 118 dr. 97. Il s’agit de la « fille âgée de 22 ans » dont il est question plus haut.

43 Mauduyt de La Varenne Pierre, Mémoire sur les différentes manières d’administrer l’électricité et observations sur les effets qu’elles ont produits. Extrait des Mémoires de la Société royale de médecine, Paris, Imprimerie royale, 1784, pl. 2, fig. 16. La première planche contient deux bras de malades (fig. 9 et 10).

44 Ibid., p. 81-82.

45 Brockliss Laurence et Jones Colin, The Medical World of Early Modern France, Oxford, Clarendon Press, p. 783-794.

46 SRM 118 dr. 93.

47 McClive Cathy, « Blood and Expertise : The Trials of the Female Medical Expert in the Ancien-Régime Courtroom », in Bulletin of the History of Medicine, 82, 2008, p. 86-108 ; Porter Roy, « The rise of physical examination », in Bynum W. F. et Porter Roy (dir.), Medicine and the Five Senses, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 179-197.

48 Peter Jean-Pierre, De la Douleur. Observations sur les attitudes de la médecine prémoderne envers la douleur suivies des traités de A. Sassard, M. –A. Petit, J. –A. Salgues, Paris, Quai Voltaire, 1993.

49 SRM 118 dr. 100.

50 SRM 118 dr. 70, lettre du 11 mars 1778.

51 Pomata Gianna, « Menstruating Men. », op. cit.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable