Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Corps et sexualité

Les prostituées parisiennes et leur clientèle ecclésiastique

Myriam Deniel-Ternant

Texte intégral

  • 1 Mercier Louis-Sébastien, Tableau de Paris, Hambourg, Virchaux et Cie, 1781, p. 8 : « On compte à P (...)
  • 2 Restif de la Bretonne Nicolas-Edme, Le Pornographe ou Idées d’un honnête-homme sur un projet de rè (...)
  • 3 Parent-Duchâtelet Alexandre-Jean-Baptiste, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée s (...)
  • 4 L’ouvrage majeur sur la prostitution concerne en effet le siècle suivant : Corbin Alain, Les Fille (...)
  • 5 Bénabou Erica-Marie, La prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 1987, (...)

1Il est difficile encore aujourd’hui de donner un chiffre exact quant au nombre de prostituées parisiennes au xviiie siècle tant les évaluations diffèrent selon les sources. Louis Sébastien Mercier, dans son Tableau de la ville de Paris, estime à 30 000 le nombre de filles publiques, qu’il distingue des 10 000 qui se font entretenir1. Restif de la Bretonne donne une évaluation de 20 000 dans Le Pornographe2. Enfin, un mémoire daté de 1762 et trouvé par Parent Duchâtelet, intitulé De la prostitution dans la ville de Paris établit leur quantité à 25 0003. L’historiographie sur la question est également encore assez pauvre concernant le xviiie siècle 44. On peut malgré tout évaluer raisonnablement leur nombre à une vingtaine de milliers d’actives, à la suite d’Erica-Marie Bénabou dans son ouvrage sur La prostitution parisienne et la police des mœurs5.

  • 6 Mercier Louis-Sébastien, Tableau de Paris, op. cit., p. 8.
  • 7 Restif de la Bretonne Nicolas-Edme, Le Pornographe., op. cit., p. 307- 315 : 1. « Les filles entre (...)

2Encore faut-il s’accorder sur le sens accordé au terme « prostituées ». Ces dernières ne sont en effet pas appelées comme telles ou de manière très rare. Le Dictionnaire de Furetière tout comme celui de Richelet se limite à un usage au participe passé. L’Encyclopédie tout comme le Dictionnaire de Trévoux n’emploie que le substantif « prostitution ». La littérature elle-même ne recourt guère à ce vocabulaire et préfère celui, fréquent, de filles ou de femmes du monde, de filles galantes voire de mondaines. Louis-Sébastien Mercier rapporte à leur propos les expressions de « femmes amoureuses » ou « filles folles de leur corps6 », tandis que Restif de la Bretonne distingue douze catégories de prostituées françaises7. La difficulté liée au chiffrage des prostituées est donc intimement liée à celle de sa définition encore fluctuante tant dans le langage courant, quotidien du xviiie siècle, que dans le langage juridique. Selon le Code Justinien, « la prostituée est une femme qui se donne publiquement pour de l’argent sans choisir ». De même, l’Encyclopédie établit que la fille galante est « celle qui s’abandonne à la lubricité de l’homme par quelque motif vil et mercenaire ». Or dans l’Ancien Régime, ainsi que le rappelle Erica-Marie Bénabou, « la dimension de rétribution n’apparaît nullement au cœur du délit ni comme motivation ultime de la prostitution ». Ainsi pour Daniel Jousse, « on entend par prostituées publiques les femmes ou filles qui s’abandonnent et se prostituent publiquement et au premier venu, soit gratuitement, soit pour de l’argent ». Ce qui caractérise le délit de prostitution, est son aspect de notoriété, de publicité, étroitement dépendante du scandale occasionné. L’ordonnance de police du lieutenant général de police Lenoir, du 6 novembre 1778 interdit bien de « raccrocher » dans les rues. La conjonction entre les présomptions d’une mauvaise vie, dont les indices sont apportés par la manière de se vêtir, de se comporter et de s’offrir au regard du passant, avec les bruits de voisinage, est susceptible d’entraîner un désordre nuisible à la société et qu’il faut de fait canaliser, encadrer pour éviter qu’il ne déborde, qu’il ne se dilue hors des marges dans lesquelles on tolère son existence discrète.

3Cette activité fait donc l’objet d’une surveillance policière vigilante, et cela tout particulièrement lors des années 1750 à 1770 où l’on observe un double mouvement corollaire d’intensification de la prostitution et de sa répression. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène. La police connaît tout d’abord un remaniement fonctionnel et institutionnel qui favorise son efficacité dans la capitale : depuis 1740, un édit a fixé à vingt le nombre d’inspecteurs de police qui sillonnent, observent Paris. Par ailleurs, depuis 1747, sous la lieutenance de police de Berryer, les services ont été réorganisés en six bureaux spécialisés, à la tête desquels a été placé un inspecteur. L’un d’eux est chargé très spécifiquement et officiellement de « la partie des filles et des femmes galantes ». La vigilance policière est de surcroît une affaire de personnalités car elle s’appuie sur des inspecteurs méthodiques et entièrement tournés vers l’accomplissement de leur tâche. De 1747 à 1757, l’inspecteur Meusnier est à la tête du bureau chargé de la surveillance de la prostitution. Il déploie une activité considérable, rédige des cahiers, un Journal galant adressé au Lieutenant général. Le recensement des rapports de police, de ses heures et journées d’intervention permet de prendre la mesure d’une masse exceptionnelle de travail. Lui succède son ancien adjoint, l’inspecteur Marais de 1757 à 1771, qui fait preuve d’un investissement professionnel tout aussi grand, rédigeant également d’abondants rapports. Les inspecteurs peuvent en outre s’appuyer sur les délations des « mouches », espions de filles, mais aussi des domestiques, des nouvellistes et parfois des filles entre elles.

  • 8 Les ecclésiastiques comptent également parmi les pensionnaires de la Bastille, comme nous le montr (...)

4Parmi la clientèle des prostituées, les ecclésiastiques arrivent en bonne place8. À partir de 1751 et jusqu’en 1764, une véritable « chasse aux prêtres » est élaborée par les services policiers, conduisant à l’arrestation de plus d’un millier d’ecclésiastiques sur la période 1755-1764. Là, encore, l’acception du terme d’ecclésiastique doit être éclairée car elle diffère au xviiie siècle, de celle qui a cours aujourd’hui. Le mot désigne en effet les clercs tonsurés, les moines, les curés, les diacres et sous-diacres. Or, il faut rappeler que le droit ecclésiastique n’oblige au célibat, et donc à la chasteté que ceux qui ont reçu les ordres majeurs (sous-diacres, diacres et prêtres) et non ceux qui ont reçu les ordres mineurs. Entre alors dans la comptabilité policière de la clientèle ecclésiastique toute une catégorie intermédiaire de population aux confins entre les laïques et le clergé tenu à la continence.

  • 9 Au sens propre du terme, il s’agit de mettre en verbe le délit, verbaliser.
  • 10 Bénabou Erica-Marie, La Prostitution., op. cit., p. 131-144.
  • 11 De 1751 à 1768, il rédige quatre mandements contre les thèses de l’abbé de Prades, le livre De l’e (...)
  • 12 Jean Armand (le Père), Les Évêques et les archevêques de France, depuis 1682 jusqu’en 1801, Paris, (...)
  • 13 Cette double « chasse » participe à une forme d’affaiblissement du catholicisme et est décrite ave (...)

5On peut avancer plusieurs justifications, d’ailleurs sans doute convergentes, pour expliquer cette campagne d’arrestation et de verbalisation9 des délits sexuels ecclésiastiques, en s’appuyant sur les théories développées par Erica-Marie Bénabou10. L’auteure s’appuie dans un premier temps sur les affirmations de Louis-Sébastien Mercier, qui fait remonter l’initiative de la « chasse aux abbés » à la volonté moralisatrice de l’archevêque de Paris, Christophe de Beaumont, qui bénéficie d’une grande influence curiale jusqu’aux environs de 1764, en lutte constante contre les jansénistes comme les philosophes11. Il vitupère son siècle, « le siècle mauvais que nous pouvons appeler la lie des siècles » (mandement du 19 février 1762 contre l’Émile de J. -J. Rousseau). Le rôle de l’évêque de Mirepoix, Monseigneur Boyer est également notable. Ministre de la feuille, décidant donc de l’attribution des bénéfices, « l’incorruptible théatin »12, dénonce, avertit, encourage l’arrestation du clergé scandaleux. Il attire ainsi l’attention de la police sur l’abbé de Jumilhac, chanoine de Chartres, neveu de l’archevêque de Vannes, qui vit avec une nommée Caste, rue des Carmes, chez un aubergiste. Ce contexte doit être éclairé à la lumière des luttes politico-religieuses du siècle, où les manquements aux bonnes mœurs pèsent plus ou moins selon les torts d’appartenir à tel ordre, ou tel courant. La chasse aux prêtres est concomitante avec la chasse aux jansénistes, dont l’opiniâtreté de mœurs est parfois perçue comme de façade, dissimulant pléthore de turpitudes13. La police n’aurait été ainsi que le bras armé du parti dévot dans un premier temps, pour finalement être au contraire un instrument de déstabilisation de ce dernier.

  • 14 Une ordonnance royale du 2 décembre 1716 ordonne en effet que les papiers de la Lieutenance généra (...)
  • 15 Dusaulx, un des commissaires nommés pour la conservation des papiers de la Bastille, témoigne de l (...)

6Les sources utilisables pour quantifier et évaluer les caractéristiques de cette chasse aux ecclésiastiques, sont multiples tant par leur nombre que par leur nature : gazetins de police, rapports de filature, mémoires de police. Nous nous appuierons sur les rapports d’arrestation des clercs, pris en flagrant délit dans des lieux de prostitution. Conservés à la bibliothèque de l’Arsenal, ils s’inscrivent dans le corpus des archives de Bastille14. Leur représentativité est nécessairement imparfaite, en partie aussi en raison du fait qu’une partie des archives a été irrémédiablement perdue ou détruite lors de la prise du 14 juillet 178915. Malgré tout, le fond comporte huit dossiers manuscrits, le premier est intitulé « mauvais prêtres » ; les sept autres sont mal classés et appartiennent à un ensemble intitulé « sodomie ». Deux dossiers faisant sans doute partie des documents dérobés lors des lendemains de la prise de la Bastille, ont été imprimés en 1790 par un anonyme, identifié cependant comme étant probablement Dominique Darimajou, sous le titre La chasteté du clergé dévoilée ou Procès Verbaux des séances du clergé chez les filles de Paris, trouvés à la Bastille. C’est à partir de ce corpus imprimé examiné dans le cadre d’un travail de recherches, et plus précisément à l’aide d’un échantillon de 134 rapports d’arrestations étalés sur une période allant de 1755 à 1762, que se mènera une réflexion sur les liens entre la prostitution et la clientèle ecclésiastique. Dans ce cadre, il paraît ainsi intéressant de s’interroger sur l’éventualité d’une prostitution spécifique, liée à cette clientèle particulière.

LES GRANDES LIGNES DES RAPPORTS DE POLICE

7Le rapport de police débute par les éléments circonstanciels du flagrant délit : la date, le jour, l’heure, puis l’annonce et le transport du commissaire et de l’inspecteur de police, nommés. L’adresse est écrite, à l’aide de la rue et de la description éventuelle de la maison, en fonction du locataire ou du propriétaire principal, ou en fonction de l’enseigne qui individualise la façade. Souvent, sont également mentionnés l’étage et la situation de la chambre, sur la cour, ou sur la rue, détail de localisation qui possède un aspect pratique, mais surtout un aspect d’aggravation potentielle du délit, selon son degré de scandale ou de discrétion du lieu.

  • 16 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Violot, dit Lefevre, prêtre, du 15 janvier 1758, in(...)

L’an mil sept cent cinquante-huit, le dimanche quinze janvier, six heures du soir, nous François-Jean Sirebeau, avocat en parlement, conseiller du roi, commissaire au châtelet de Paris, en vertu des ordres à nous adressés, et à la requisition du sieur Marais, conseiller du roi, inspecteur de police, sommes avec lui transportés rue Froidmanteau, chez la nommée Dupont, femme du monde, à l’effet de constater la débauche du sieur Violot, prêtre, où étant en une chambre au premier étage, ayant vue sur ladite rue, y avons trouvé ledit sieur Violot [...]16.

8Les raisons qui font croire à la présence d’un ecclésiastique ne sont jamais données explicitement, il faut se contenter d’un bref « le sieur Marais, inspecteur de police, nous a dit qu’il vient d’avoir avis qu’un ecclésiastique est en débauche chez la nommée. »

  • 17 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Huet, clerc tonsuré du diocèse de Chartres, 28 juil (...)

L’an mil sept cent soixante, le lundi vingt-huit juillet, dix heures du soir, en l’hôtel et pardevant nous François-Jean Sirebeau, conseiller du roi, commissaire au châtelet de Paris, est comparu sieur Marais, conseiller du roi, inspecteur de police, lequel nous a dit qu’il vient d’avoir avis qu’un ecclésiastique est en débauche chez la nommée Hugon, demeurant place du Palais-Royal, pourquoi requiert que nous nous y transportions à l’instant avec lui, à l’effet de constater le fait dont il est question, et a signé en notre minute ; en conséquence et en vertu des ordres à nous adressés, sommes transportés chez ladite Hugon, où étant y avons trouvé un ecclésiastique [...]17.

9Les mouches ont un rôle fondamental. Elles observent l’ecclésiastique et le suivent dans les rues qu’elles savent occupées par certains lieux de prostitution. Leur présence est crainte, soupçonnée, parfois admirablement camouflée. Jean Jolibert, prêtre desservant au château de Bicêtre, se rend chez la nommée Londé, rue Mazarine, en octobre 1755 et atteste de sa méfiance :

  • 18 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Jean Jolibert, prêtre desservant au château de Bicê (...)

[...] Il s’étoit plusieurs fois retourné pour savoir s’il n’étoit pas observé, passa cette allée et feignit lâcher de l’eau, mais s’imaginant qu’il n’étoit point apperçu, a retourné sur ses pas et est entré avec beaucoup de précipitation dans la même allée où la dite femme l’attendoit. [...]18.

10Les mouches touchent une récompense pour chaque arrestation. Il est donc de leur intérêt pécuniaire de travailler leur discrétion, et de savoir, le cas échéant, faire tomber le masque pour prévenir la perte de la ré- compense. Il faut parfois s’interposer entre le clerc et la sortie, prenant dès lors le risque de susciter ce contre quoi la police lutte : le scandale. Le prêtre Gaston, une fois l’acte de chair consommé, veut se retirer mais en est empêché par un individu.

  • 19 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Gaston, prêtre, trouvé en mauvais lieu, 22 juillet (...)

[...] mais un particulier, à lui inconnu, s’est opposé à sa sortie, raison pour laquelle il a fait résistance et crié au voleur et à l’assassin, ce qui auroit amassé la populace, et engagé le guet qui passoit [...]19.

11Dominique Darimajou conclut le report des archives par une note témoignant du fait que les méthodes de la police sont familières pour une partie du peuple parisien :

  • 20 Ibid.

NB : Il paroît que les espions rôdoient autour de la maison, en attendant l’arrivée de l’inspecteur et du commissaire, que messire Jean-Louis Gaston, qui avoit achevé son affaire, voulut se retirer, mais que les mouchards, qui ne vouloient pas perdre le fruit de leurs peines, l’arrêtèrent à la porte, et que c’est ce qui attroupa le peuple. [...]20.

12L’habileté dissimulatrice des mouches tranche alors avec la visibilité vestimentaire du clergé. Pourquoi dès lors s’y rendre en habit ecclésiastique ? Circonvenir au port de l’habit clérical paraît un manquement bien faible aux yeux du contemporain, au regard du non-respect de la chasteté. C’est que l’habit ecclésiastique n’est pas seulement une marque identitaire, il est le signe de la possession d’une qualité ; il est le signe d’appartenance à un ordre, le premier ordre du royaume ; il est le signe d’une fonction d’intermédiaire entre Dieu et les laïques. Depuis le Concile de Trente, le port de l’habit ecclésiastique est investi d’une lourde charge signifiante. Ne pas en tenir compte constitue un facteur aggravant à la faute, quand bien même cette visibilité risque d’entraîner le scandale. Par ailleurs, l’habileté des mouches est telle, le réseau d’informations et de renseignement si efficace, que les rapports de police mentionnent deux cas de reconnaissance d’un membre du clergé, grimé en vain en laïque, l’un dissimulant sa tonsure par un chapeau, l’autre ayant choisi de porter des habits séculiers.

  • 21 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Poncet, clerc tonsuré, 4 janvier 1758, ibid., tome (...)

Barthelemi Poncet, âgé de 30 ans, natif de Vie en Auvergne, clerc tonsuré du diocèse de Saint-Flour, à Paris depuis le mois d’août dernier, précepteur chez le sieur Bruné, maître de pension, demeurant chez lui rue Hyacinthe place Saint-Michel, [...] s’est amusé charnellement jusqu’à parfaite copulation avec la nommée Anne Bonnard, fille de prostitution ci-présente, demeurante avec ladite Tassart ; interpellé de plus pourquoi il est revêtu l’habit séculier, a dit que c’étoit pour être moins suspecté, et par-là se dérober à la recherche des officiers de police ; ajoutant que le jour de l’an dernier, il est venu en habit ecclésiastique dans l’endroit où nous sommes, avec le sieur de Vignac, aussi clerc tonsuré du diocèse de Bordeaux, à dessein l’un et l’autre de s’y amuser, ce qu’ils n’ont point fait, dans la crainte où ils ont été d’être surpris [.]21.

13Le cas du sieur Poncet et de son déguisement en laïque est très anecdotique dans le corpus examiné car le port de l’habit ecclésiastique est ancré dans les mours et la formation du clergé. Inversement, le port de l’habit laïc pour un clerc relève du travestissement et de la perversion de son ordre. La dissimulation est dès lors double : il s’agit à la fois d’une dissimulation de mauvaises mœurs et d’une ingratitude, une renonciation à la qualité, à la fonction, à l’ordre du clergé. Notons au passage que la conscience d’une chasse aux prêtres existe au sein des membres du clergé tels que le sieur Poncet, puisque c’est précisément pour se protéger de la « recherche des officiers de police » qu’il choisit de se faire passer pour un laïque.

14Parmi les dénonciateurs des égarements ecclésiastiques, la complicité entre les prostituées et la police se devine au détour de quelques rapports de police. Trois d’entre eux mentionnent une arrivée inopinée de cette dernière peu de temps après le départ d’une fille ou de la maquerelle de la maison. Le clerc a ainsi pu demander de nouvelles filles, plus jolies que les présentes, du vin, de la bière, et même des pêches. À la faveur de cette sortie réclamée par le client, il est possible pour la femme du monde de prévenir les autorités compétentes.

  • 22 Passage volontairement mis en valeur par l’italique.
  • 23 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur François-Vincent Bulté de Chéry, prêtre-aumônier de (...)

L’an mil sept cent cinquante-six, le lundi dix-neuf janvier, sur les huit heures du soir, nous Michel-Martin Grimperel, avocat en parlement, conseiller du roi, commissaire au châtelet de Paris, en exécution des ordres à nous adressés par M. le lieutenant général de police, et requis qu’avons été par sieur Pierre-Jacques de la Villegaudin, inspecteur de police, chargé d’ordre du roi, à l’effet ci-après, sommes transportés rue Montorgueil, en une maison dont est propriétaire le sieur Letellier, entrepreneur de bâtimens à Paris, où étant monté dans une chambre au deuxième étage de ladite rue, y avons trouvé le sieur de la Villegaudin, qui nous a dit, qu’il vient de trouver un ecclésiastique en débauche chez la nommée Rosalie, dite l’Angloise, femme du monde, et nous requiert de dresser procès-verbal de la débauche dudit ecclésiastique, et à l’instant, nous commissaire ayant interpellé ledit ecclésiastique de nous dire ses nom, surnom, âge, qualité et demeure, il nous a dit se nommer François-Vincent Bulté de Chéry, prêtre du diocès de Quimper, et aumônier de la maison du roi, âgé de 27 ans, natif de Quimper, demeurant dans ses meubles, rue des Prouvaires, paroisse Saint-Eustache ; lui ayant demandé à quelle occasion, et à quel sujet il est venu en l’endroit où nous sommes ; il nous a dit qu’il étoit bien malheureux d’avoir répondu aux invitations qu’on lui avoit faites d’y monter ; ayant pareillement interpellé ladite Rosalie de nous dire ses nom, surnom, âge, qualité et demeure, et ce qu’avoit fait ledit ecclésiastique chez elle, elle nous a dit se nommer MarieRosalie, dite l’Angloise ou Charpentier, femme du monde, demeurante en la chambre où nous sommes ; que ledit ecclésiastique lui a ordonné d’aller chercher une fille, qu’il la paieroit bien ; que pendant qu’on étoit allé lui chercher une fille22, il s’est amusée avec la nommée Prieure, fille du monde ; ayant pareillement interpellé ladite Prieure de nous dire ses nom, surnom, âge, qualité et demeure, elle nous a dit se nommer Marie-Prieure, fille du monde, âgée de 26 ans, native de Chamboursy, près Saint-Germain-en-Laye ; lui ayant demandé ce qui s’étoit passé entre ledit ecclésiastique et elle, elle nous a dit qu’en attendant l’autre fille, qu’on étoit allé chercher, il s’étoit amusé avec elle, et lui avoit donné 24 sols [...]23.

  • 24 Ibid.
  • 25 Mercier Louis-Sébastien, Tableau., op. cit., p. 8 : « la police va chercher des espionnes dans ce (...)
  • 26 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Gaston, prêtre, 22 juillet 1756, in La Chasteté du (...)

15Cette accointance supposée entre les maquerelles et la police est suggérée par l’auteur présumé de l’impression des procès-verbaux, Dominique Darimajou : « Qui est-ce qui avoit averti l’inspecteur de la Villegaudin que l’abbé désiroit des filles plus jolies, si ce n’est Rosalie l’Angloise, en faisant semblant d’en aller chercher24 ». Louis-Sébastien Mercier s’en fait l’écho et va même jusqu’à présenter les prostituées comme des filles instrumentalisées par les instances policières25. La collusion entre ces deux groupes aux intérêts apparemment antinomiques s’explique par la pression exercée par la police sur les femmes du monde. La première s’engage à fermer relativement les yeux en échange de la dénonciation de clients jugés intéressants pour elle, en fonction de critères assez obscurs. Cet échange de bons procédés est profitable pour les deux groupes, car il permet aux maquerelles d’obtenir, en contrepartie de délations ponctuelles, une relative marge de manœuvre. Inversement, l’absence de collaboration entraîne de lourdes sanctions, comme en fait l’expérience La Strauss, dite de Bellefonds, laquelle est emprisonnée sur ordre du roi car elle n’a pas dénoncé la fréquentation régulière du prêtre Gaston, qui « couchoit avec elle 4 ou 5 fois par semaine26 ». Équilibrer les délations et la fréquentation sécurisée de la clientèle ecclésiastique doit alors relever de la gageure.

16Après l’arrestation vient l’interrogatoire. L’inspecteur interroge le client, parfois la prostituée. Le premier est questionné sur « ses nom, surnoms, âge, pays et demeure, ce qu’il a fait dans l’endroit où [ils se trouvent] ». Le récit des relations sexuelles est dans la très grande majorité des cas distancié, au vocabulaire évasif et stéréotypé, correspondant à la nature administrative du document.

17La consommation de l’acte de chair vient en premier lieu avec 34 % des procès-verbaux. Elle est désignée par des expressions suffisamment vagues pour respecter la décence, mais suffisamment précises pour ne pas laisser de doute sur leur contenu. On trouve pêle-mêle les formules : « avoir eu habitation », « a consommé l’action », « a connu charnellement », « a vu charnellement ». L’éjaculation semble être un facteur aggravant car elle est précisée lorsqu’elle a lieu : « amusé charnellement jusqu’à parfaite copulation » ou « amusé charnellement jusqu’à parfaite effusion ». On précise tout autant s’il y a eu plusieurs rapports sexuels ou si cela s’est produit avec plusieurs filles. Ces précisions ne sont pas anodines et rappellent certaines conceptions du droit sous l’Ancien Régime, lequel ne prend pas en compte le principe de l’intention mais ne juge que l’action. De ce fait, on mentionne également lorsque l’acte a été interrompu, y compris lorsque cette interruption est due à l’arrivée impromptue de la police.

18La masturbation du client par la prostituée vient au deuxième rang des pratiques les plus fréquentes avec 26 % des procès-verbaux.

  • 27 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Jean-Louis Blanquart, prêtre du diocèse de Noyon, 1 (...)

L’an mil sept cent soixante, le mardi dix-huit Mars, heure de minuit, en l’Hôtel et pardevant nous, François-Jean Sirebeau Commissaire au Châtelet de Paris.
Est comparu le sieur Marais, Inspecteur de Police, lequel nous a dit qu’il vient d’avoir l’avis qu’un Ecclésiastique est en débauche chez la nommée Dupont, femme du monde, rue Saint-Honoré, pourquoi requiert que nous ayons à nous y transporter à l’instant avec lui, à l’effet de constater le fait en question, et a signé en notre minute.
En conséquence et en vertu des ordres à nous adressés, sommes avec ledit sieur Marais transportés susdite rue Saint-Honoré, chez ladite Dupont, où étant y avons trouvé un Ecclésiastique, auquel lui ayant donné à connoître les causes de notre transport, nous a dit se nommer Jean-Louis Blanquart, âgé de cinquante ans, natif de Curlu, prêtre du diocèse de Noyons, Aumônier de Monseigneur le Prince de Lambale, et maître es-arts en l’Université de Paris, demeurant ordinairement à Versailles ; à Paris depuis huit jours, logé à l’Hôtel de Toulouse, rue de la Vrillière, être venu de son propre mouvement dans l’endroit où nous sommes, à dessein de s’y amuser, et s’être amusé avec la nommée Agathe, fille de prostitution, demeurante avec ladite Dupont, laquelle l’a manualisé jusqu’à pollution parfaite [...]27.

19Dans 20 % des cas, la fréquentation de la prostituée se limite volontairement ou non, à des attouchements, le plus souvent sur la poitrine.

20On pousse l’exactitude à mentionner lorsque l’ecclésiastique s’est déshabillé, s’il a déshabillé les filles et surtout s’il les a déshabillées nues, circonstances également aggravantes car l’indécence tient déjà à être vu en chemise.

21Quelques pratiques sont minoritaires : la flagellation est mentionnée trois fois, en prélude à une autre activité sexuelle, la fellation n’apparaît qu’une seule fois.

22Ce souci extrême du détail tranche avec la décision d’une écrasante majorité, de relâcher le clerc pris en flagrant délit. Après une promesse, d’ailleurs non systématique, de « ne plus retomber en pareille faute », après la reconnaissance signée par lui, le coupable est conduit à l’adresse qu’il a déclinée afin de mesurer sa bonne foi et la véracité de ses dires. À charge pour son supérieur, s’il vit en communauté, de juger sa conduite. Les procès-verbaux s’achèvent sur la formule systématique « il a été relaxé ». Néanmoins, la honte, l’humiliation suprême d’avoir été pris en flagrant délit de péché de chair, la localisation qui rend possible les sanctions postérieures, la conscience de l’enregistrement de la faute, désormais écrite et conservée par les autorités politiques, ont pu valoir de garde-fou à une éventuelle récidive et constituer en soi une peine. L’étude des archives de l’officialité de Paris permettra de dire si ces conduites entraînent des poursuites judiciaires.

23Les procès-verbaux d’arrestation, dans leur forme, ne semblent pas au premier abord se distinguer des procès-verbaux mettant en jeu des laïques. Ils révèlent cependant implicitement une certaine collusion entre les filles publiques et la police, ce que semble confirmer un portrait évasif des prostituées.

UN PORTRAIT EVASIF DES PROSTITUÉES

24Parmi les prostituées que l’on rencontre dans les procès-verbaux, une distinction doit être faite entre les filles et les femmes du monde, qui sont maquerelles. Les premières représentent une courte majorité et apparaissent comme des pensionnaires de la maison où l’ecclésiastique est arrêté. Ce sont, dans la très grande majorité des cas, des prostituées à temps complet car elles ne disposent pas d’activité professionnelle d’après les interrogatoires des procès-verbaux. Elles appartiennent donc entièrement à la prostitution et en ce sens ne risquent pas de constituer une passerelle entre le monde des marges et le monde de l’ordre établi. Leur complète compromission avec le métier de chair peut ainsi sembler une protection contre la divulgation de la débauche des clercs.

25Leur entrée dans le métier est marquée par l’adoption d’un pseudonyme dont la raison est protéiforme. Ce nouveau nom permet de couper les liens avec la vie d’avant, voire peut constituer un moyen de ne pas être retrouvé par les parents. Il inaugure également une forme d’initiation, d’intronisation dans le milieu de la prostitution. Enfin, il possède un objectif plus proprement commercial, du fait du faisceau de représentations, de fantasmes qu’il est susceptible de véhiculer auprès de la clientèle. L’ancien nom est d’ailleurs rarement mentionné dans les rapports de police, le lien avec le passé semblant coupé définitivement, d’autant que le pseudonyme se résume à un prénom. Amputée des racines généalogiques, la fille perd ainsi le lien familial en perdant le nom de famille. Jeanne-Marie Dupré devient Fatime, Marie-Catherine Victoire Annet est devenue Adelaïde la bourgeoise, Madeleine Roger devient Montdor. Les pseudonymes renvoient à des noms lointains et exotiques et promettent un ailleurs de félicités charnelles (Fatime, Zaïre, Zéphire), s’assimilent à des noms de fleurs (Rozette, Rosalie) ou des pierres précieuses (Agathe), ou encore à des charmes certains (Désirée). Ce sont des prénoms simples à prononcer et à retenir, en deux ou trois syllabes au plus. Les prénoms composés et les prénoms aux consonances chrétiennes sont absents à de très rares exceptions près.

26À l’inverse, les femmes du monde sont réduites à un nom de famille, différent du nom de famille d’origine. Ces noms témoignent également d’un passé révolu, fréquemment de femme mariée. C’est d’ailleurs le veuvage qui semble avoir précipité ces femmes dans l’activité. Le port du nom plutôt que du prénom témoigne de la position de la maquerelle dans la hiérarchie du monde de la prostitution.

  • 28 Bénabou Erica-Marie, La prostitution., op. cit., p. 267-270.
  • 29 Rappelons d’après les travaux d’Edward Shorter, (« L’âge des premières règles en France, 1750-1950 (...)

27Sur les 134 procès-verbaux, seuls 38 mentionnent l’âge des filles ou des femmes du monde. La moyenne d’âge suivant ces mentions incomplètes s’établit autour de 22 ans alors que les travaux d’Erica-Marie Bénabou évaluent cet âge quelle que soit la clientèle concernée à 26 ans28. Étant donné l’âge moyen du mariage en France à la fin de l’Ancien Régime et l’âge de la majorité29, et compte tenu du fait que cette moyenne comprend également des maquerelles qui tirent le chiffre vers le haut, on en déduit une extrême jeunesse de la prostitution parisienne en lien avec la clientèle ecclésiastique. Cette précocité dans le métier, de 4 ans inférieure à la moyenne parisienne, semble donc liée à la nature de la clientèle ecclésiastique.

28Plus de la moitié des filles et femmes dont l’origine géographique est indiquée se dit native de Paris. Cette proportion élevée ne correspond pas non plus aux conclusions des études sur la prostitution parisienne au xviiie siècle, où moins d’un tiers des filles seulement est originaire de la capitale.

29Faut-il en déduire que les prostituées auxquelles s’adressent les membres du clergé ont des caractéristiques propres, fondées sur leur jeunesse et leur origine urbaine ? Ce sont en tous les cas des citadines, issues de milieux populaires, aucune d’entre elles ne déclarant savoir signer lors de la signature du procès-verbal.

30Malgré tout, les informations concernant les prostituées restent très parcellaires et épisodiques. Si dans l’ensemble des procès-verbaux, sans exception, la partie interrogatoire cherche à connaître l’identité, l’âge, la qualité, l’adresse de l’ecclésiastique arrêté, si le nom de la maquerelle est fréquemment fourni, puisqu’il ajoute un élément de localisation au lieu du flagrant délit, le nom des filles est souvent oublié, et seules 38 d’entre elles voient leur âge indiqué dans le rapport de police, et 33 leur origine géographique.

31Le point d’orgue de ces procès-verbaux est bien l’ecclésiastique qui apparaît comme le coupable principal, voire exclusif. Cette situation prend le contre-pied de celle décrite par les procès-verbaux mettant en cause des laïques : dans ces derniers, la culpabilité de la prostituée est jugée toujours supérieure à celle du client, qui n’est pas inquiété. Au contraire ici, c’est la prostituée qui n’est pas inquiétée, qui ne fait pas l’objet d’arrestation, voire qui ne fait pas l’objet d’un interrogatoire. La culpabilité est entièrement imputée au clerc, sa perversion est jugée supérieure à celle de la fille avec laquelle il a frayé. Bien plus, lorsque les deux protagonistes sont interrogés afin de déterminer le déroulement de la rencontre, la parole de la prostituée semble l’emporter sur celle de l’ecclésiastique, venant l’infirmer ou la confirmer. Un procès-verbal suggère la possibilité d’interrogatoires de filles qui ne soient pas toujours consignés par écrit et leur verbalisation permettant d’établir la véracité des dires du clerc :

  • 30 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Claude-Antoine Collenel, prêtre chanoine régulier d (...)

que c’est de son plein gré qu’il est venu en cette chambre dans l’intention de s’y amuser ; et qu’il y a pris pour plaisir celui de se faire voir les nudités de ladite Bottard, qui a confirmé sa déclaration [...]30.

32C’est peut-être là que réside véritablement la sanction du membre du clergé, vexation ultime que de voir la parole d’une fille de rien l’emporter sur ses dénégations. La menace de l’interrogatoire de la prostituée peut alors favoriser des aveux plus rapides du clerc, afin de lui éviter l’humiliation d’être confondu par celle avec laquelle il a fauté. On trouve ainsi des exemples de dénégations, suivies par des aveux tels que ceux des sieurs Merlin et de la Vaurre.

  • 31 Procès Verbal qui constate la débauche du sieur Nicolas Merlin, religieux capucin du couvent de Me (...)

[...] Il nous a d’abord dit qu’il y avoit été appelé à raison de son ministère, et ensuite est convenu avoir connu charnellement la fille ci-présente.31

  • 32 Procès Verbal qui constate la débauche du sieur Jacques de la Vaurre, prêtre du diocèse de cahors, (...)

[...] Il nous a dit se nommer Jacques de la Vaurre, âgé de 38 ans, natif de Cahors, prêtre du même diocèse, rue Bourg-l’Abbé, chez le sieur Boucher, chirurgien ; l’ayant interpellé de nous dire et déclarer comment et à quel dessein il est venu à l’endroit où nous sommes, il nous a dit qu’ayant vu une fille à la fenêtre, il y est monté dans le dessein de voir cette fille ; n’a voulu convenir avoir connu cette fille charnellement, et ensuite en est convenu ; ayant pareillement interpellé ladite fille de nous dire ses nom, surnom, âge, pays, qualités et demeure, et ce qui s’est passé entr’elle et ledit ecclésiastique, elle nous a dit se nommer Marie Chanterenne, âgée de 14 ans, native de Châlons, fille de débauche, demeurant en l’appartement où nous sommes ; elle a ajouté que ledit ecclésiastique l’ayant vue à la fenêtre est monté, et l’a connue charnellement [...]32.

33Les procès-verbaux concernant les ecclésiastiques pris en flagrant délit chez les filles publiques de Paris, révèlent un renversement de culpabilité au profit des prostituées, et aux dépens des premiers. La clientèle cléricale apparaît comme une caution d’impunité pour les prostituées qui ont tout intérêt à entretenir la discrétion de ce commerce, tout en donnant ponctuellement aux instances policières quelque os à ronger sous forme de délation.

UNE PROSTITUTION DISCRÈTE ?

  • 33 Restif de la Bretonne Nicolas-Edme,, Le Pornographe., op. cit., p. 38. On y trouve une belle descr (...)

34Cette discrétion de la prostitution, accrue du fait de la spécificité de la clientèle ecclésiastique, pose la question des modes d’approche et de séduction des filles. Dans le milieu de la prostitution, l’invite orale est un jeu de bouche. On le traduit par « chit-chit » ou « tsits » et on appelle les prostituées les demoiselles « chit-chit ». Le raccrochage peut donc être verbal. Il est néanmoins le plus souvent silencieux, visuel : talons hauts et poitrine découverte, jupe plus courte, mise en scène dans les rues d’une déambulation lascive, parfois chaloupée33. L’invite visuelle peut aussi se limiter à la présentation aux fenêtres.

  • 34 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Descombes, 19 février 1760, in La Chasteté du clerg (...)
  • 35 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Nicolas-Jean-Baptiste Gossard, vicaire de la maison (...)

35C’est pourtant une tout autre histoire qui est contée dans les procès-verbaux mettant en cause les membres du clergé, dont 96 % avouent être montés dans les étages dans une chambre à dessein de s’y amuser « de leur propre mouvement ». Certes, quelques-uns arguent d’une visite ayant un but initial différent tel que la recherche d’un marchand de drap34, ou d’une marchande de tabatières35, ou encore le projet d’aller voir le dentiste. C’est le cas du sieur Douineau, diacre du diocèse de Tours, qui semble apparemment de bonne foi être tombé dans le piège d’une séduction insidieuse et efficace mise en œuvre par la très expérimentée Dupont, dont le nom possède d’ailleurs de nombreuses occurrences dans le corpus examiné.

  • 36 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Douineau, diacre du diocèse de Tours, 9 mars 1761, (...)

[...] avons trouvé un ecclésiastique, auquel ayant donné à connoître les causes de notre transport, nous a dit se nommer Michel Douineau, âgé de 35 ans, natif de Tours, diacre du diocèse, chanoine de la cathédrale de ladite ville de Tours, demeurant ordinairement à Tours, à Paris depuis le seize du mois dernier, logé à l’hôtel garni de Saint-Louis, rue Neuve-Saint Augustin, et être monté dans la maison où nous sommes, à dessein de voir le sieur Barraut, dentiste, qu’il connoît depuis deux ans, parce qu’il lui a accommodé les dents, que ne trouvant pas ledit sieur Barraut, et descendant l’escalier de ladite maison, il a fait rencontre d’une grande femme, modestement vêtue, laquelle est entrée dans un appartement étant au premier étage de ladite maison, que la porte dudit appartement étant restée ouverte, il s’est présenté comme cette femme fermoit sa porte, pour lui demander des nouvelles dudit sieur Barraut, dentiste ; que cette femme l’ayant fait entrer chez elle par politesse, et reçu avec un air d’honnêteté, il s’est entretenu avec elle des affaires dudit sieur Barraut ; qu’ayant pris plaisir à la voir et à l’entendre, et ne voyant rien chez elle de ressemblant à ce que l’on appelle mauvais lieu, cette femme étant seule avec lui, il s’est livré à elle au point de lui proposer de l’embrasser ; que cette femme ayant reçu son baiser avec complaisance et modestie, il s’est senti pour elle quelque goût ; que cependant il a cherché à combattre ce premier mouvement, et a observé à cette femme toute la crainte qu’il avoit d’être dans un mauvais lieu ; que cette femme lui ayant assuré qu’il n’étoit point dans un lieu public, mais seulement chez une femme du monde ; que jamais commissaire ni exempt n’avoient fait de visite chez elle ; qu’elle étoit en état de lui mettre vingt-cinq louis d’or en ses mains, pour gage de sa parole, et de la sûreté de la maison, il a cedé par un mouvement de fragilité et de foiblesse aux discours séducteurs de cette malheureuse femme, en prenant avec elle quelques libertés, mais qu’il n’a fait cependant autre chose que de lui mettre la main sur la gorge et de se faire manualiser sans pollution ; qu’il lui a même proposé de la voir charnellement, ce qu’il auroit fait si cette femme y eût consenti [...]36.

  • 37 Ibid.

36Dans ce témoignage du clerc, rien dans l’attitude de la maquerelle ne semble indiquer son appartenance au milieu de la prostitution : elle est « modestement vêtue », se montre polie et affiche un « air d’honnêteté ». Son comportement ne semble pas équivoque : elle s’entretient avec lui dans une conversation somme toute banale. Son intérieur ne laisse pas présager de l’utilisation qui en est faite. Le sieur Douineau apparaît bien comme l’oiseau entré innocemment dans la cage, inconscient de la porte qu’on referme sur la tentation à laquelle il ne peut résister. C’est l’accumulation des éléments de discrétion et l’absence de lien explicite avec la prostitution, qui constitue ici l’invite au badinage, puis aux attouchements. L’ecclésiastique, de son aveu même, est à l’origine des gestes sexuels : il commence par l’embrasser, s’assure ensuite verbalement de ne pas se compromettre dans un mauvais lieu, procède à des attouchements, et ensuite seulement est « manualis [é] » par la dite Dupont, pour enfin lui demander de consommer l’acte de chair. La victimisation de l’ecclésiastique est assez nette dans les formulations employées par ce dernier, même s’il ne dément pas une part certaine de culpabilité. Mais l’ensemble de la présentation peut être placé sous le sceau du doute, lorsque par un raccourci lapidaire, le commissaire précise immédiatement « que c’est la seconde fois qu’il a été rencontré dans des lieux de prostitutions37 ». Dès lors, la valeur du témoignage est entièrement remise en cause à la faveur de cette information policière inattendue.

  • 38 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Malbeste, prêtre, 21 juillet 1756, ibid., tome I, p (...)
  • 39 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Simon Bonicel, religieux augustin, 17 juillet 1760,(...)
  • 40 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Papin, 13 décembre 1758, ibid., tome I, p. 183-185.
  • 41 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Félicien, religieux carme déchaussé, 19 septembre 1 (...)

37D’autres mettent leur faiblesse sur le compte d’un épanchement éthylique qui les a précipités dans les lieux de prostitution. Le sieur Malbeste, prêtre, concède s’être amusé charnellement mais justifie son action car s’il « s’est oublié jusqu’à ce point, c’est par l’effet d’un peu de vin dont il s’est laissé surprendre38 ». Le sieur Bonicel vide deux bouteilles de bière avec un trio de filles publiques39. Bonne chair et péché de chair sont étroitement liés dans l’esprit même des clercs. Le sieur Papin avoue « qu’ayant dîné outre mesure, il a eu la floiblesse de monter dans l’endroit où nous sommes à dessein de s’y amuser40 ». Pour le sieur Félicien, les plaisirs de la table sont un prélude aux plaisirs de la chair. Il est trouvé « vêtu de l’habit de son ordre, attablé avec plusieurs filles de débauche, buvant du vin, mangeant des poires ». Sa gourmandise est d’ailleurs sans doute à l’origine de sa perte puisqu’il « a donné trente-six sols à la servante de ladite Durozoys pour aller acheter des pêches et du vin41 » et peu de temps après cette course, il est interrompu par la police.

38En fait, une infime partie évoque un recrutement actif de la part d’une prostituée, qu’il s’agisse d’une vision d’une femme à la fenêtre, comme à l’accoutumée, d’une femme dans la rue (auquel cas il est précisé que c’est l’ecclésiastique qui est allé vers la prostituée et non l’inverse), ou encore très rarement, le raccrochage oral, cité une unique fois.

39Comment expliquer dès lors la fréquentation de ces lieux par les ecclésiastiques, s’ils n’y sont pas invités de manière explicite par les filles qui y officient, autrement que par une connaissance de ces adresses, et autrement que par une certaine confiance en la discrétion de ces adresses ?

40Cette discrétion se mesure de trois manières différentes.

41Tout d’abord, Erica-Marie Bénabou qualifie de discrètes les maisons de passe qui possèdent moins de six filles. Or, les lieux mentionnés dans les procès-verbaux font état d’une, voire deux chambres à l’intérieur d’un appartement, d’une ou deux filles qui s’ajoutent à la tenancière au maximum. Il s’agit donc de maisons de très petite taille, réduites parfois à une chambre unique.

42Par ailleurs, la majorité des filles est pensionnaire. Les demoiselles de la journée ou demoiselles de l’extérieur, vivant dans leur propre lieu d’habitation et présentes uniquement lorsque le client les réclame, sont absentes des procès-verbaux. La discrétion des maisons est assurée par l’extrême jeunesse des filles, et par leur isolement puisque leur attachement à leur logeuse semble total. Rares sont les filles de sorties pour aller quérir des ecclésiastiques et rares sont ceux qui prennent le risque de se montrer en leur compagnie dans un cabaret.

43Enfin, les adresses sont situées dans de petites rues, dans des maisons à petites portes, dans des « chambres sur le derrière, dépendantes de l’appartement » ou encore dans une « maison au fond d’une allée », dans « une pièce qui donne sur la cour ».

44Néanmoins, de nombreuses adresses, quoique ne l’indique leur description, présentent d’emblée une réputation douteuse, du fait de leur localisation, bien connue des instances policières et de la population parisienne comme des lieux de prostitutions. Rive droite, les rues Tiquetonne, Saint Honoré, Saint Denis, Montorgueil reviennent de manière récurrente, rive gauche, ce sont les rues de la Harpe, de Contrescarpe, Saint André des Arts, etc.

  • 42 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Louis Musier, feuillant, 19 juillet 1756, ibid., to (...)
  • 43 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Rouxelin d’Arcy, 20 juillet 1756, ibid., tome I, p. (...)

45Il s’agit pourtant d’adresses où les ecclésiastiques doivent se sentir en sécurité, ainsi que l’attestent les cas de récidivistes, qui ne choisissent pas nécessairement la même fille d’une visite à l’autre, signe qu’il s’agit bien d’une préférence pour le lieu plutôt que pour la partenaire des jeux auxquels ils se livrent. Le sieur Musier, est trouvé le 19 juillet 1756 rue Guénégaud, en compagnie d’Elisabeth Moulinard, veuve Fortin, pensionnaire chez Louise Olivier. Or, l’inspecteur Meusnier identifie là un individu déjà arrêté le 12 juillet précédent, dans l’adresse précédente de Louise Olivier, rue Fromenteau, où il avait été trouvé en flagrant délit avec Félicité, fille de joie42. Le lendemain, l’inspecteur arrête le sieur Rouxelin d’Arcy rue du Battoir, chez la Dubuisson, pour avoir eu des relations avec la fille Manon. L’interrogatoire avançant, on découvre que c’est la deuxième fois que ce clerc rend visite à cette adresse, et qu’il y a déjà connu intimement sa tenancière le 15 juillet précédent43. Quelques cas montrent une extrême fidélité pour la tenancière. Le sieur Rouin, clerc tonsuré, avoue connaître la femme de débauche dénommée Delongray depuis environ quatre ans. Il fréquente son adresse mais ne semble pas fréquenter sa tenancière, changeant ses partenaires sexuels suivant ce que celle-ci propose. Le clerc avoue ainsi :

  • 44 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur de Rouin, clerc tonsuré, 28 octobre 1757, ibid., to (...)

qu’il est monté, il y a environ une heure, chez ladite femme de Longray, laquelle il connoît depuis environ quatre ans, et s’y est amusé manuellement avec la nommée Émilie, fille de joie, demeurante avec elle, ajoute ledit sieur de Rouin qu’il est aussi amusé chez ladite de Longray il y a environ six semaines, avec une autre fille de joie, laquelle ne demeure plus chez elle [...]44.

46Cette fidélité pour une maquerelle est telle que parfois, le client suit cette dernière dans ses différentes adresses, tout en ayant des relations avec ses filles plutôt qu’avec elle. Le sieur Claude de Maulnorry, prêtre à Paris et chanoine de l’église d’Auxerre, avoue connaître la Desrais, chez qui il est trouvé le 6 novembre 1756, depuis 7 ou 8 ans « mais uniquement à l’occasion de ce qu’elle nétoyoit [sic] ses bas, protestant qu’il ne s’est jamais passé entr’elle et lui qui fût contraire aux bonnes mœurs ». Or cette femme a déménagé à plusieurs reprises pendant cet intervalle de temps et est connue par les services de police pour être une femme de débauche. L’inspecteur ne cache pas des doutes quant à la nature des relations qui les unit :

  • 45 Lettre adressée à M. le lieutenant de police par l’inspecteur, datée du 6 novembre 1756, ibid., p. (...)

PS. Sans vouloir décider s’il eût été plus décent que le sieur Maulnorry, qui par état ne porte, depuis trois à quatre ans, que des bas noirs, les eût envoyés chez sa blanchisseuse par son domestique, et que ce domestique les eût été rechercher, sans que le maître ait pris cette peine-là lui-même ; on observera en passant que la nommée Desrais est connue pour une femme de débauche ; que pendant trois ans qu’elle a été la maîtresse d’un mauvais sujet nommé Filliard, détenu depuis trois semaines dans les prisons du grand châtelet, elle a fait des parties chez différentes femmes du monde, notamment chez la Suédoise, rue des Cordeliers, et actuellement rue du Chantre, et chez la nommée Moitte, dite la Cordelière, rue S. Honoré, à laquelle elle a débauché nombre de pratiques enfroquées, qu’elle a connues chez elle, et qu’elle recrute aujourd’hui dans le jardin du Luxembourg, que finalement dans les différens logements qu’elle a successivement faits, rue des fossés de M. le Prince, rue de Bussy, rue de Seine, et rue des Quatre-vents, ony a vu fréquemment venir l’abbé Maulnorry ? [...]45.

47Il semble bien qu’un lien de confiance se tisse entre la clientèle et une certaine catégorie de femmes du monde.

48Dès lors, comment sont-ils parvenus à connaître l’existence de ces lieux s’ils sont discrets ? Comment sont-ils parvenus à un tel degré d’intimité de ces espaces au point de se rendre directement dans les étages pour y trouver des filles, et cela d’autant plus que la majorité des clercs inventoriés sont originaires de régions extra-parisiennes et parfois lointaines ?

49Une hypothèse s’appuierait sur l’existence d’une sociabilité, certes réduite, mais réelle, au sein de la clientèle ecclésiastique, d’un semblant de bouche-à-oreille des adresses les plus appropriées et les plus sûres, voire de pratiques en commun, fondées sur des liens divers.

50Aller voir des filles publiques peut en effet constituer une action à plusieurs. Trois ecclésiastiques sont ainsi surpris en flagrant délit avec des prostituées, deux d’entre eux sont originaires de Saint-Paul-de-Léon, en Basse-Bretagne. La sociabilité géographique s’est donc notamment exprimée par la violation en commun de l’interdit sexuel.

51Le lien géographique peut être plus ténu et plus récent, lorsqu’il s’agit de deux ecclésiastiques logés dans le même lieu. Charle et Dumage, l’un originaire de Saint Germain en Laye et l’autre de Picardie, se retrouvent chez la logeuse, appelée la veuve Talon et s’en vont se procurer des filles. Cette complicité sexuelle des deux ecclésiastiques est au premier abord difficile à repérer car l’inspecteur et le commissaire ont désolidarisé dans leur rapport de police l’arrestation des deux coupables. La mention de l’adresse, de la date, de l’heure et du logement des deux individus permet d’effectuer les recoupements afin de souligner leurs accointances.

52Le rapport Charle se présente ainsi :

  • 46 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Louis-Michel Charle, prêtre, vicaire de Clichy-la-G (...)

L’an mil sept cent soixante, le lundi vingt-un juillet à minuit et demi, nous Michel-Martin Grimperel, avocat en parlement, conseiller du roi, commissaire au châtelet de Paris, en exécution des ordres à nous adressés par M. le lieutenant-général de police et à la requisition de sieur Louis-Marais, inspecteur de police, nous étant transportés sur le boulevard de la rue Charlot, au cabaret où pend pour enseigne le cadran bleu, tenu par le nommé Neveu, traiteur, et montés en une chambre au deuxième étage, y avons trouvé deux ecclésiastiques attablés avec deux femmes de débauche ; à l’un desquels ayant demandé ses nom, surnom, âge, qualités, pays et demeure, il nous a dit se nommer Louis-Michel Charle, âgé de vingt-quatre ans et demi, natif de SaintGermain-en-Laye, prêtre du diocèse de Paris, vicaire de ClichyGarennelaGarenne près Paris, demeurant audit Clichy-la-Garenne, logé à Paris, chez la veuve Talon, logeuse, rue Saint-Martin, vis-à-vis la cloche ; lui ayant demandé à quelle occasion il se trouve avec lesdites femmes dans l’endroit où nous sommes et ce qui s’est passé entre lui et elle ; il nous a dit que passant rue Tiquetonne, il a accosté ces femmes, et ne voulant point monter chez elles, il leur a proposé de venir souper sur le boulevard, ce qu’elles ont accepté et y sont venues ; qu’il ne s’est passé autre chose entre lui et elles que des attouchemens sur la gorge et ailleurs [...]46.

53Le rapport Dumage mentionne la présence d’un acolyte, mais de manière très allusive, sans en préciser l’identité, la qualité, ni les relations existant entre eux :

  • 47 Mise en valeur typographique introduite artificiellement dans cet extrait.
  • 48 Procès Verbal au sujet de la débauche de Pierre Dumage, clerc minoré du diocèse de Laon et chanoin (...)

L’an mil sept cent soixante, le lundi vingt-un juillet à minuit et demi, nous Michel-Martin Grimperel, avocat en parlement, conseiller du roi, commissaire au châtelet de Paris, en exécution des ordres à nous adressés par M. le lieutenant-général de police et à la requisition de sieur Louis-Marais, inspecteur de police, nous étant transportés sur le boulevard de la rue Charlot, au cabaret où pend pour enseigne le cadran bleu, tenu par le nommé Neveu, traiteur, et montés en une chambre au deuxième étage, y avons trouvé deux ecclésiastiques attablés avec deux femmes de débauche ; à l’un desquels ayant demandé ses nom, surnom, âge, qualités, pays et demeure, il nous a dit se nommer Nicolas-Pierre Dumage, âgé de 25 ans, natif de Laon en Picardie, clerc minoré du même diocèse, et chanoine de la Cathédrale actuellement, et depuis deux jours qu’il est sorti du séminaire Saint-Magloire pour retourner dans sa province, logé rue Saint-Martin, chez la veuve Talon, vis-à-vis la cloche, lui ayant demandé qui lui a procuré lesdites femmes, et comment il se trouve avec elles, il nous a dit que passant rue Tiquetonne, et ne voulant point monter chez elles, il leur a proposé de venir souper sur le boulevard, ce qu’elles ont accepté, et est revenu avec elles et un de ses amis47 en l’endroit où nous sommes [...]48.

  • 49 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Poncet, clerc tonsuré, 4 janvier 1758, ibid., p. 71 (...)
  • 50 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Robert Dugé, religieux-profès du couvent des cordel (...)

54La découverte du lieu peut donc être une expérience accompagnée, soit par un néophyte, soit par un habitué, clerc ou laïque, qui sert alors d’initiateur au monde des marges. Poncet, clerc tonsuré du diocèse de Bordeaux déclare être déjà venu un an auparavant avec le sieur de Vignac, lui aussi clerc tonsuré du diocèse de Bordeaux mais n’avoir rien fait par peur. Cette fois, il ose revenir seul49. Il a donc été préalablement introduit par un connaisseur, en vertu de liens géographiques qui alimentent le bouche-à-oreille. Le prêtre du diocèse de Laon, Dugé, religieux du couvent des cordeliers de Reims, avoue également venir pour la seconde fois, après s’être rendu la semaine précédente dans le lieu avec deux cordeliers50. Les ecclésiastiques, arrêtés seuls, sont donc venus au préalable avec un autre ; l’expérience commune à l’origine, est donc réitérée individuellement en s’appuyant sur la connaissance acquise.

55Cette hypothèse d’un bouche-à-oreille entre ecclésiastiques peut de surcroît être étayée par le faible nombre de maisons concernées par la fréquentation cléricale. Les lieux et tenancières reviennent à intervalle réguliers. On relève 58 noms de maquerelles, dont certaines peuvent d’ailleurs se recouper puisqu’il arrive que les femmes du monde possèdent plusieurs pseudonymes, livrés alternativement à l’inspecteur. Ce chiffre assez peu élevé, dissimule des occurrences plus ou moins fréquentes : 23 reviennent à plusieurs reprises, mais certaines maisons semblent particulièrement courues des ecclésiastiques. Celle de Lavillette, veuve du Rosoy, revient à 16 reprises, celle de Seigneurolles, revient à 9 reprises, celles de Dubuisson et Desmarets sont citées 6 fois.

56De même, parmi les prostituées, alors que les maquerelles possèdent souvent deux filles chez elles, des noms reviennent davantage : Désirée est sollicitée 11 fois, Fatime 5, etc. En tout, seuls 55 noms différents apparaissent dans les sources, ce qui est bien peu au regard des différentes évaluations susmentionnées des 25 000 prostituées parisiennes en activité.

57Ces répétitions, mesurées sur un échantillon de 134 procès-verbaux, demandent nécessairement à être mises en perspective face à l’ensemble du corpus en voie de dépouillement afin de pouvoir corroborer l’hypothèse d’une prostitution spécialisée dans la clientèle ecclésiastique, mais elles semblent bien accréditer la thèse d’une spécialisation d’une partie des prostituées pour une clientèle ecclésiastique. On retrouve cette idée dans la littérature érotique et pornographique du siècle, et notamment dans l’ouvrage présumé du marquis Boyer d’Argens, Thérèse philosophe. L’héroïne y fait la rencontre d’une ancienne prostituée appelée la Bois-Laurier, qui lui raconte sa trajectoire de vie et les différents clients qu’elle a pu y côtoyer. Elle y retrace ainsi l’aventure vécue avec trois capucins, sur les instances d’une maquerelle, rencontrée au détour d’une rue :

  • 51 Wald Lasowski Patrick (dir.), Romanciers libertins du xviiiesiècle, Thérèse philosophe ou mémoires (...)

Après être sortie de chez le courtisan [...] comme je tournais le premier coin de rue pour monter dans un fiacre qui m’attendait, je rencontrai la Dupuis, amie de ma mère, digne émule de son commerce, mais qui en exerçait les travaux dans un monde moins bruyant. « Ah ! ma chère Manon, me dit-elle en m’abordant, que je suis ravie de te rencontrer ! Tu sais que c’est moi qui est l’honneur de servir presque tous les moines de Paris [...]51 ».

  • 52 Ibid., p. 948.

58On y retrouve la spécialisation de la prostitution, une forme de compartimentage des réseaux de clientèle. Manon se défendant de s’y rendre : « J’eus beau dire à la Dupuis qu’elle savait bien que je n’étais pas un gibier de moines52 ». On y retrouve également l’idée de la nécessaire discrétion d’une activité « dans un monde moins bruyant ». S’il existe un hiatus évident entre le monde des représentations et le monde de la réa- lité, l’analyse des sources laisse à penser que ce fossé n’est peut-être pas dénué de fondements.

CONCLUSION

  • 53 Thèse en préparation sous la direction de Madame Monique Cottret, Paris Ouest Nanterre La Défense,(...)
  • 54 Pour reprendre le titre suivant : Godineau Dominique, Les Femmes dans la société française, xvie-x (...)

59À travers cet échantillon de 134 procès-verbaux, plusieurs pistes s’esquissent. La prostitution qui s’appuie sur la clientèle ecclésiastique semble entretenir des liens particuliers avec la police, qui aboutissent à un renversement des valeurs au profit des prostituées. Un ensemble d’indices semble témoigner en faveur de lieux, de femmes du monde et de prostituées particulières, qui créeraient un possible réseau de filles en partie dédiées à la clientèle cléricale. Dans le cadre d’un travail aux confins de l’histoire religieuse et ecclésiastique, de l’histoire de la sexualité et de l’histoire des femmes53, il s’agira à présent de confronter ces hypothèses au reste des sources, qui s’élèvent à plus d’un millier de procès-verbaux. L’étude des sources policières permettra ainsi d’apercevoir, certes dans des circonstances exceptionnelles et marginales, les conditions de vie d’une partie néanmoins non négligeable des « femmes dans la société française54 ».

Notes

1 Mercier Louis-Sébastien, Tableau de Paris, Hambourg, Virchaux et Cie, 1781, p. 8 : « On compte à Paris 30 000 filles publiques, c’est-à-dire vulgivagues, et dix mille environ moins indécentes, qui sont entretenues, et qui d’années en années, passent en différentes mains ».

2 Restif de la Bretonne Nicolas-Edme, Le Pornographe ou Idées d’un honnête-homme sur un projet de règlement pour les Prostituées, propre à prévenir les Malheurs qu’occasionne le Publicisme des Femmes, Paris, Delalain, 1769, p. 270- 271 : « Il paraît assez probable que le nombre de filles tant Publiques quEntretenues, peut se monter dans le Royaume, à 30 000 : 20 000 dans la Capitale, & 10 000 dans les Provinces ». Il y distingue également les « filles perdues » de « celles qui sont entretenues par un seul homme », p. 112.

3 Parent-Duchâtelet Alexandre-Jean-Baptiste, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration, Paris, J. –B. Baillère, 1836, p. 28-30. L’auteur prétend s’appuyer sur un document manuscrit découvert par lui dans les archives de la Préfecture de Police : « renferme des vues et des observations qui annoncent de la part de l’auteur beaucoup de sagacité et une connaissance profonde du sujet qu’il traitait. Cet auteur portait à vingt-cinq mille le nombre des prostituées exerçant leur métier dans la ville de Paris ».

4 L’ouvrage majeur sur la prostitution concerne en effet le siècle suivant : Corbin Alain, Les Filles de noce : misère sexuelle et prostitution, Aubier, Paris, 1978. Mis à part l’œuvre inachevée d’Erica-Marie Bénabou, l’historiographie sur la prostitution du xviiie siècle se résume à des monographies telles que : Riani Annick, Pouvoirs et contestations : la prostitution à Marseille au xviiie siècle (1650-1830), thèse de doctorat, Université de Provence, 1982.

5 Bénabou Erica-Marie, La prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Perrin, 1987, p. 326-329.

6 Mercier Louis-Sébastien, Tableau de Paris, op. cit., p. 8.

7 Restif de la Bretonne Nicolas-Edme, Le Pornographe., op. cit., p. 307- 315 : 1. « Les filles entretenues par un seul », 2. « Les filles publiques par état : telles sont les Chanteuses des Chœurs, les Danseuses des Opéras, etc », 3. « Les demi-entretenues : ce sont de jeunes filles prises chez une Maman publique, qu’un homme a trouvées assez jolies pour se déterminer à en avoir soin », 4. « Les filles de Moyenne-vertu, qui ne se prostituent que par interim, dans de mortes saisons pour leurs métiers, & dans la seule vue de subvenir à des besoins pressants », 5. « Les Courtisanes, qui se font un nombre de connaissances, qu’elles reçoivent, & vont voir », 6. « Les femmes du monde, à qui des Vieilles amènent chaland, & qui, lorsqu’elles sortent, n’affichent pas leur état », 7. « Les Demoiselles chez les Mamans qu’on met en réserve pour les Vieillards, ou les autres, qui paient cher », 8. « Les Racrochantes, mises sur le bon ton », 9. « Les Boucaneuses. Ces filles vivent comme celles de la septième Classe, chez les Mamans ; mais elles sont au premier venu, & racrochent [sic] pour elles-mêmes », 10. « Les Racrocheuses [sic]. Elles sont assez mal logées en chambres garnies, & sujettes à bien des inconvéniens [sic] du côté de la Police », 11. « Les Gouines : elles sont mises en casaquin, ou en petite robe & pour l’ordinaire assez dégoûtantes », 12. « les Barboteuses : ce sont des malheureuses qui se trouvent le long des maisons & dans les rues peu fréquentées ; qui n’ont pour logement que des galetas dans les faux-bourgs [sic], où elles ne conduisent personne ordinairement ».

8 Les ecclésiastiques comptent également parmi les pensionnaires de la Bastille, comme nous le montrent les travaux suivants : Cottret Monique, La Bastille à prendre, Paris, PUF, 1986 ; Quetel Claude, Histoire véritable de la Bastille, Paris, Larousse, 1989.

9 Au sens propre du terme, il s’agit de mettre en verbe le délit, verbaliser.

10 Bénabou Erica-Marie, La Prostitution., op. cit., p. 131-144.

11 De 1751 à 1768, il rédige quatre mandements contre les thèses de l’abbé de Prades, le livre De l’esprit d’Helvétius, l’Emile de J. –J. Rousseau, le Bélisaire de Marmontel.

12 Jean Armand (le Père), Les Évêques et les archevêques de France, depuis 1682 jusqu’en 1801, Paris, 1891, p. 393.

13 Cette double « chasse » participe à une forme d’affaiblissement du catholicisme et est décrite avec précision dans : Chaunu Pierre, Foisil Madeleine, Noirfontaine Françoise, Le Basculement religieux de Paris au xviiie siècle. Essai d’histoire politique et religieuse, Paris, Fayard, 1998.

14 Une ordonnance royale du 2 décembre 1716 ordonne en effet que les papiers de la Lieutenance générale de police soient en partie conservés aux archives de la Bastille. À partir de 1717, les archives reçoivent également la correspondance des Lieutenants généraux de police, les papiers de leurs secrétaires, une partie des pièces provenant de leurs bureaux, les expéditions des procès-verbaux des commissaires et inspecteurs de police, ainsi que les gazetins de la police secrète, les dossiers et papiers administratifs concernant les différentes prisons placées sous l’administration du Lieutenant général et les papiers saisis lors des perquisitions chez les particuliers.

15 Dusaulx, un des commissaires nommés pour la conservation des papiers de la Bastille, témoigne de la dispersion et de l’endommagement des archives : « lorsque, le jeudi 16, mes collègues et moi descendîmes dans l’espèce de cachot où étoient les archives, nous trouvâmes sur les tablettes les cartons très bien rangés ; mais ils étoient déjà vides. On en avoit tiré les pièces les plus importantes : le reste étoit répandu sur le plancher, dispersé dans la cour, et jusque dans fossés. Cependant les curieux y trouvoient encore de quoi glaner » in La prise de la Bastille. Discours historique, éd. originale p. 99, note 1, cf. Adresse à tous les districts au sujet des papiers de la Bastille par un citoyen du district de Saint Germain des Prés (Gabriel Brizard), Paris, 1789, p. 8.

16 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Violot, dit Lefevre, prêtre, du 15 janvier 1758, in La Chasteté du clergé dévoilée ou Procès Verbal des séances du clergé chez les filles de Paris, trouvés à la Bastille, Paris, 1790, Tome 1, p. 88-91.

17 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Huet, clerc tonsuré du diocèse de Chartres, 28 juillet 1760, ibid., tome I, p. 313-316.

18 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Jean Jolibert, prêtre desservant au château de Bicêtre, 15 octobre 1755, ibid., tome I, p. 10-13.

19 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Gaston, prêtre, trouvé en mauvais lieu, 22 juillet 1756, ibid., tome I, p. 37-42.

20 Ibid.

21 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Poncet, clerc tonsuré, 4 janvier 1758, ibid., tome I, p. 71-74.

22 Passage volontairement mis en valeur par l’italique.

23 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur François-Vincent Bulté de Chéry, prêtre-aumônier de la maison du roi, 19 janvier 1756, ibid., tome I, p. 14-18.

24 Ibid.

25 Mercier Louis-Sébastien, Tableau., op. cit., p. 8 : « la police va chercher des espionnes dans ce corps infâme. Ses agens [sic] mettent ces malheureuses à contribution, ajoutent leurs désordres aux désordres de la chose, exercent un empire sourdement tyrannique sur cette portion avilie, qui pense qu’il y n’a plus de loix [sic] pour elle ».

26 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Gaston, prêtre, 22 juillet 1756, in La Chasteté du clergé dévoilée..., op. cit., tome I, p. 37-42.

27 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Jean-Louis Blanquart, prêtre du diocèse de Noyon, 18 mars 1760, ibid., tome II, p. 8-11.

28 Bénabou Erica-Marie, La prostitution., op. cit., p. 267-270.

29 Rappelons d’après les travaux d’Edward Shorter, (« L’âge des premières règles en France, 1750-1950 », Annales ESC, mai-juin 1981, p. 495-511), que l’âge moyen de la puberté au xviiie siècle est beaucoup plus élevé que de nos jours puisqu’il correspond à 15,8 ans en moyenne dans les grandes villes au siècle des Lumières, contre 12 ans à Paris aujourd’hui.

30 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Claude-Antoine Collenel, prêtre chanoine régulier du petit Saint-Antoine à Paris, 28 janvier 1758, in La Chasteté du clergé dévoilée..., op. cit., tome I, p. 119-121.

31 Procès Verbal qui constate la débauche du sieur Nicolas Merlin, religieux capucin du couvent de Meudon, 25 janvier 1758,ibid., tome I, p. 113-116.

32 Procès Verbal qui constate la débauche du sieur Jacques de la Vaurre, prêtre du diocèse de cahors, aumônier des vaisseaux de la Compagnie des Indes, 14 janvier 1758, ibid., tome I, p. 85-88.

33 Restif de la Bretonne Nicolas-Edme,, Le Pornographe., op. cit., p. 38. On y trouve une belle description des stratégies comportementales déployées afin d’attirer la clientèle : « un sourire charmant se trace sur son minois trompeur : sa gorge seulement soupçonnée, tente également la bouche & la main : elle a la taille svelte & légère ; avec art, elle laisse entrevoir une jambe fine, & son petit pied que contient à demi une mule mignone [sic] ».

34 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Descombes, 19 février 1760, in La Chasteté du clergé dévoilée..., op. cit., tome II, p. 1-5 : « […]qu’il cherchoit un marchand de drap à l’effet d’acheter du drap noir, pour se faire un habit ; qu’il s’est adressé pour cet effet à une fille qui s’est trouvée sur la porte de la maison où nous sommes, qui lui a dit de monter, ce qu’il a fait de bonne foi, et a signé en notre minute ».

35 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Nicolas-Jean-Baptiste Gossard, vicaire de la maison des Théatins de Paris, 22 août 1761, ibid., tome II, p. 70-73 : « […] être venu dans la maison où nous sommes croyant y trouver une marchande tabatière, avoir été invité par une fille du lieu où nous sommes d’entrer chez elle pour y prendre quelqu’amusement [...] ».

36 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Douineau, diacre du diocèse de Tours, 9 mars 1761, ibid., tome II, p. 48-53.

37 Ibid.

38 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Malbeste, prêtre, 21 juillet 1756, ibid., tome I, p. 34-37.

39 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Simon Bonicel, religieux augustin, 17 juillet 1760, ibid., tome I, p. 287-290.

40 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Papin, 13 décembre 1758, ibid., tome I, p. 183-185.

41 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Félicien, religieux carme déchaussé, 19 septembre 1758, ibid., tome I, p. 168-171.

42 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Louis Musier, feuillant, 19 juillet 1756, ibid., tome I, p. 24-27.

43 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Rouxelin d’Arcy, 20 juillet 1756, ibid., tome I, p. 28-31.

44 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur de Rouin, clerc tonsuré, 28 octobre 1757, ibid., tome I, p. 68-70.

45 Lettre adressée à M. le lieutenant de police par l’inspecteur, datée du 6 novembre 1756, ibid., p. 51-54.

46 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Louis-Michel Charle, prêtre, vicaire de Clichy-la-Garenne, 21 juillet 1760, ibid., tome I, p. 298-301.

47 Mise en valeur typographique introduite artificiellement dans cet extrait.

48 Procès Verbal au sujet de la débauche de Pierre Dumage, clerc minoré du diocèse de Laon et chanoine de la cathédrale de Laon, 21 juillet 1760, ibid., tome I, p. 301-305.

49 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Poncet, clerc tonsuré, 4 janvier 1758, ibid., p. 71-74.

50 Procès Verbal au sujet de la débauche du sieur Robert Dugé, religieux-profès du couvent des cordeliers de Reims, habitué aux grands cordeliers de Paris, 22 juillet 1758, ibid., p. 138-140 : « qu’il est venu dans l’appartement où nous sommes de son propre mouvement, pour s’y amuser ; qu’il a consommé l’action avec lesdites Pouponne et Massé et que c’est la seconde fois qu’il y vient, s’y étant rendu lundi dernier avec deux autres cordeliers qui se sont amusés avec lui ».

51 Wald Lasowski Patrick (dir.), Romanciers libertins du xviiie siècle, Thérèse philosophe ou mémoires pour servir à l’histoire du P. Dirrag et de Melle Eradice, Boyer d’Argens, Gallimard, « Pléiade », 2000, p. 947-948.

52 Ibid., p. 948.

53 Thèse en préparation sous la direction de Madame Monique Cottret, Paris Ouest Nanterre La Défense, La Délinquance sexuelle du clergé français au xviiie siècle.

54 Pour reprendre le titre suivant : Godineau Dominique, Les Femmes dans la société française, xvie-xviiie siècle, Paris, Armand Colin, 2003.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable