Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Modalités de la construction du genre

La société patriarcale dans le discours éclairé

Pilar Pérez Canto

Texte intégral

1Notre communication s’inscrit dans un projet de recherche dont le but est de mettre en évidence les racines de la violence exercée sur les femmes ainsi que leurs origines qui remontent à des étapes historiques très lointaines. En effet, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, la formation, la consolidation et la survivance du patriarcat, de même que la « naturalisation » de l’inégalité entre les femmes et les hommes qui en découle, ont été le bouillon de culture dans lequel s’est développée la violence du pater familias, des maris ou de n’importe quel autre membre masculin de la famille, tous s’arrogeant le droit de considérer les femmes comme soumises à leur autorité en vertu de la condition de mineures à vie de celles-ci. Toutefois, notre objectif ici se borne à l’analyse des discours et des symboles élaborés au long du xviiie siècle puisque nous considérons qu’une partie des idées éclairées qui ont vu le jour en ce moment historique ont été en vigueur pendant longtemps et que leurs échos nous parviennent encore aujourd’hui. Par ailleurs, les Lumières, en plaçant l’homme au centre de l’organisation sociale et en proclamant que tous les êtres humains naissent libres et égaux, ont favorisé pour la première fois la revendication par les femmes de leur égalité implicite en tant que personnes.

2Le fait que le discours éclairé ait eu recours, comme le signale Celia Amorós, à des « pièges théoriques » et que certains de ses représentants les plus illustres, Rousseau entre autres, en appellent à la nature pour maintenir l’inégalité, n’invalide en rien certaines affirmations, comme celle, si souvent reprise, que le féminisme, et avec celui-ci la revendication de l’égalité, soient les enfants des Lumières. Toutefois, pour reprendre les propos d’Amelia Valcárcel, il en est un enfant non désiré ; de même, le féminisme ne dément pas non plus le fait que les symboles que ce discours a suscités ont permis l’ouverture d’une brèche, même limitée, dans la société patriarcale.

  • 2 Feijoo Benito Jerónimo, El Teatro crítico universal. Discursos varios en todo género de materias, (...)

3Dans ce travail, nous allons analyser les œuvres de Feijoo, tout particulièrement son Théâtre critique universel et les débats, quand il y en a eu, provoqués par certains de ses discours, dans la mesure où il est fait référence à l’organisation de la société et au rôle accordé aux femmes2.

  • 3 Pérez Canto Pilar et Mó Romero Esperanza, « Ilustración, ciudadanía y género : El siglo xviii espa (...)

4Notre hypothèse de départ, déjà formulée dans d’autres travaux, est la suivante : si les philosophes des Lumières ont reconnu une même capacité de discernement aux femmes et aux hommes, ils n’ont pas contesté les principes sur lesquels se fondait la société patriarcale ; et la famille, en tant qu’institution sur laquelle cette société s’appuyait, est restée non seulement intacte, mais elle est sortie renforcée par des arguments portant sur son « utilité pour la patrie3 ».

LA SOCIETE PATRIARCALE EN QUESTION : ANCIENS ET MODERNES

  • 4 Valcarcel Amelia, La política de las mujeres, Madrid, Cátedra, 1997, p. 53 sq.
  • 5 Amoros Celia, Tiempo de feminismo, Madrid, Cátedra, 1997, p. 53 sq.

5Le discours éclairé qui a invoqué la raison pour mettre en question toute forme d’a priori et qui s’est battu, au nom de cette même raison, contre tout préjugé scientifique, religieux ou de n’importe quel autre genre, a proclamé que tous les êtres humains naissent libres et égaux en droit et, de ce fait, il a rendu possible que quelques femmes, les plus privilégiées, et quelques hommes, parmi lesquels Feijoo, proclament l’égalité entre les deux sexes ; par ailleurs, celle-ci est devenue la caractéristique la plus remarquable d’une certaine littérature du xviiie siècle. Néanmoins, Amelia Valcárcel nous rappelle que, déjà à l’âge baroque, quelques philosophes et une minorité de femmes instruites avaient commencé à réclamer de façon timide l’égalité entre les sexes. Mais ce discours n’a constitué à ses yeux qu’une glose de la vie de femmes illustres, laquelle manquait de force revendicative et qui a cohabité long- temps avec le discours misogyne4. Celia Amorós, quant à elle, considère pourtant l’œuvre du philosophe cartésien François Poulain de la Barre, publiée en 1673, comme une des expressions les plus radicales de la revendication féministe5. L’œuvre fut écrite dans le contexte de ce que l’on a appelé en Europe la « querelle des femmes ». Le débat n’était pas nouveau et, depuis le xve siècle, il réapparaissait sous la plume de certaines femmes, telles que Christine de Pisan, Lucrèce Marinella ou de l’Espagnole Maria de Zayas, lesquelles étaient engagées à démontrer la valeur des femmes lorsque celles-ci étaient aussi instruites que les hommes.

  • 6 Pour en savoir plus sur le débat des sexes, Pérez Canto Pilar et Mó Romero Esperanza : « Ilustraci (...)

6L’œuvre de Feijoo, dans la première moitié du xviiie siècle, a supposé un changement qualitatif. En effet, tout en partant du « discours de l’excellence », propre au siècle précédent, il en est venu à revendiquer l’égalité d’entendement des femmes et des hommes, de toutes les femmes, et pas seulement celles que l’histoire avait reconnues dignes d’être retenues pour leur singularité. Le débat qui s’est installé en Espagne dans la première moitié du xviiie siècle autour de la Défense de la femme, texte du Père Benito Jerónimo Feijoo, ne manque pas d’intérêt car il a fait surgir toute une série de discours qui, soit dressait une muraille autour de principes qui n’étaient contestés par aucun des dirigeants de la société patriarcale, soit reconnaissait par leur maintien une capacité de discernement propre aux femmes qui les habilitait à recevoir une éducation et à exercer des professions et des tâches techniques6.

7Au sein de ce débat, ce qui nous intéresse à présent c’est le modèle patriarcal proposé par ses protagonistes et le potentiel de violence que ce modèle suscitait. De plus, s’il est évident que la dispute au sujet du discours consacré à la Défense de la femme au xve siècle a été celle qui a provoqué les plus grandes controverses et défini les arguments les plus importants pour notre étude, nous ne manquerons pas de réexaminer ce que le bénédictin a écrit sur les femmes et sur la famille dans le reste de ses écrits.

8Le contexte dans lequel le Père Feijoo a écrit son œuvre a été celui d’une société oppressive dans laquelle l’Inquisition pouvait faire barrage aux espoirs de n’importe quel écrivain, fût-il un ecclésiastique réputé, et où l’on continuait à enseigner en classe la philosophie scholastique. Il faut tenir compte de cette double série de faits pour comprendre aussi bien les polémiques que nombre de ses écrits ont provoquées chez ses contemporains que les critiques de ceux ou celles qui encore aujourd’hui tiennent son œuvre pour ambiguë ou peu moderne, si on la compare à celles d’auteurs étrangers de son temps.

  • 7 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Defensa de la mujer, Sau Victoria (dir.), Barcelone, Icaria, 1997.

9Quand le Bénédictin a commencé en 1726 la publication de son œuvre la plus significative, le Théâtre universel critique. Discours variés sur toutes sortes de matières pour lutter contre les erreurs communes, la société patriarcale héritée du Moyen Âge n’avait pas changé et la Renaissance culturelle que l’Europe avait connue depuis les débuts des Temps modernes n’avait rien signifié, ou très peu, dans la vie des femmes. Celles-ci étaient toujours les membres d’une société d’ordres, au sens social du terme, dans laquelle le privilège déterminait le rôle que les femmes devaient jouer et aussi le lieu d’où elles pouvaient agir. Ces responsabilités et ces espaces avaient été fixés, du moins en théorie, par les philosophes du contrat social, la littérature morale et les lois. La famille était toujours le pilier fondamental de cette nouvelle société visée par le discours éclairé. De leur côté, l’Église et le Droit étaient prêts à continuer la régulation de cette société. Les femmes appartenaient à l’ordre social du père, du mari, ou de n’importe quel homme. La famille exerçait sa tutelle, puisque la minorité légale empêchait les femmes de définir leur vie, et que la pression sociale les vouait au mariage ou au couvent, comme des choix propres pour accomplir leur mission, leur consécration à Dieu, leur rôle de mère : la procréation était, de fait, l’idéal qui leur était offert et les femmes célibataires ou les veuves étaient considérées comme une anomalie. C’est dans une société qui préconisait pour les sexes des relations dans lesquelles les femmes étaient considérées, par nature, inférieures aux hommes et par conséquent soumises, si elles étaient mariées, à leurs maris, que s’inscrit la publication du Théâtre critique. S’il s’agissait de corriger des erreurs, il n’est pas étonnant de voir dans le premier volume un discours, le XVIe, consacré à la Défense de la femme7.

  • 8 Ibid., p. 16

10Les erreurs portant sur la nature des femmes et leur rôle au sein de la société ne manquaient pas. La littérature misogyne qui voyait dans les femmes la réincarnation d’une Ève coupable dont la faiblesse avait en- traîné le malheur du genre humain était prolifique et abondait en discours et en symboles dont beaucoup, selon le Bénédictin, définissaient les femmes comme « une horrible sentine de vices8 ». Et Marie, le contremodèle, la mère de Dieu fait homme, parée de toutes les vertus chrétiennes, n’avait pas pu bannir les préjugés qui s’étaient accumulés sur les femmes au long des siècles. Une fois admise l’infériorité des femmes face aux hommes comme un « fait de nature », la soumission de celles-là à ceux-ci devenait une conséquence obligée. Le Droit et l’Église catholique, en cautionnant par leurs normes la situation de soumission, avaient aussi contribué à la création d’un bouillon de culture où n’importe quel genre de violence, physique ou morale, qui pouvait s’exercer contre les femmes, rencontrait la compréhension de la société et même sa justification.

11La controverse qu’a suscité le discours cité plus haut, entre les Modernes et les Anciens, fait partie d’un débat beaucoup plus large qui concernait l’acceptation ou le refus des nouveautés apparues dans toutes les branches du savoir et le respect de la tradition, au-dessus de toute critique de la part des Anciens. Les arguments utilisés pour défendre ou attaquer l’égalité d’intelligence entre les femmes et les hommes se fondaient sur le modèle social et, au bout du compte, sur celui de la famille que chaque intervenant défendait. De façon implicite, depuis Manco de Olivares jusqu’à Juan Bautista Cubíe, le modèle de société en vigueur dans tous leurs discours, était le modèle patriarcal. Mais les nuances introduites par les philosophes éclairés, quand bien même ce furent des nuances, ont été importantes, dans la mesure où elles ont permis aux femmes les plus privilégiées de revendiquer pour la première fois l’égalité.

12Le débat dura plus de quarante ans et il s’est développé en plusieurs vagues d’inégale virulence, selon la catégorie des participants. Il débuta en 1726 avec le petit ouvrage de Don Laurencio Manco de Olivares, Contre-offensive critique en faveur des hommes. Là, mis à part les critiques faites à la Défense, le modèle de société qui sous-tend l’argumentation et les symboles utilisés pour le rendre plus explicite sont ceux de la société patriarcale exposés dans le langage propre à la littérature misogyne qui, depuis Aristote, avait élaboré un discours sur les femmes considérées comme des êtres imparfaits :

  • 9 Manco de Olivares Laurencio, « Contradefensa crítica, a favor de los hombres, que en justas quexas (...)

Je suis d’avis que les femmes sont comme les accordeurs d’orgues : elles les accordent, mais elles n’en jouent pas. Elles sont comme l’horloge qui menace de casser la cloche, mais qui ne la fait que sonner. Elles sont comme des coups de tonnerre qui font beaucoup de bruit et peu de dégâts. Elles sont au bout du compte comme des treilles folles dans lesquelles tout est feuille, sans aucun fruit. A quoi servent donc des accidents sans substance, des plumes sans chair, de la paille sans le grain, et des aptitudes sans application possible ? Un tel entendement, quand bien même il serait le nec plus ultra, je n’y crois pas et je n’en veux pas9.

13Pour l’auteur, la famille, et par conséquent le mariage, constituaient un devoir incontournable et la femme était une « compagnie forcée » face à laquelle il fallait agir avec prudence puisqu’elles avaient toujours été, à cause de leur faiblesse, la source de tous les malheurs et qu’elles étaient parées de tous les défauts imaginables. Les hommes ne devaient donc pas renoncer à leur empire sur les femmes puisqu’ils n’en avaient pas besoin pour vivre. De plus, invoquant les Pères de l’Église, il ajoutait que « l’homme l’emporte, qu’il a plus d’autorité que la femme, de même que la tête l’emporte sur le corps tout entier ». Sa réplique au Discours XVI de Feijoo n’était pas due à la hardiesse de ce dernier qui prétendait mettre sur un plan d’égalité l’entendement des femmes et des hommes, mais Manco de Olivares, comme d’autres appelés anciens, avait perçu très vite que le monde vacillait et que l’ordre social était en péril.

  • 10 Anonyme, « Dudas, y reparos de un escrupuloso, al reverendíssimo Padre Maestro Feijoo, Autor del T (...)
  • 11 Ibid., p. 8.

14Sans délaisser les arguments qui viennent d’être cités, un auteur qui signait Un scrupuleux10 publiait un pamphlet dans lequel il exposait ses Doutes et remarques au sujet du discours sur la défense de la femme. Il laissait entendre que cet écrit pouvait apporter à la société de funestes conséquences puisque le Bénédictin « s’employait à flatter la vanité de mesdames les femmes11 », mettant ainsi en péril l’ordre familial fondé sur la soumission de celles-ci à leurs maris. Pour expliciter sa démarche, il avait recours au Pères de l’Église et au grand argument qui était de mise depuis l’Antiquité : toutes les femmes sont condamnées à répéter la conduite d’Ève :

  • 12 Ibid., p. 8-9.

Car dès l’instant où un serpent lui a dit je ne sais trop quoi sur la divinité et la sagesse, elle s’est employée avec tout son entendement à outrager le précepte divin, et la raison en était que le Démon connaissait les penchants de son esprit : aussi souffla-t-il la vanité et la superbe, emplie des fumées de l’imagination. Et c’est ainsi qu’il put la mener par le bout du nez. Voilà donc les dames que Votre Révérence s’emploie à tant louer12.

  • 13 Archer R., Misoginia y defensa de las mujeres. Antología de textos medievales, Madrid, Crítica, 20 (...)

15Ève était ainsi devenue dans le discours occidental un symbole explicatif de la nature des femmes et leur imperfection avait acquis, à partir de l’interprétation de la Genèse par Saint Augustin, une dimension morale : elle était la porte par laquelle le péché est entré dans le monde. Cette dimension de culpabilité, incarnée par la première femme, n’existait pas chez les Hébreux ni chez les Chrétiens des trois premiers siècles13. Les Anciens, dans leurs discours, reprenaient ainsi le symbole pour renforcer leur position et reprocher à Feijoo que, dans sa Défense, il pousse à la désobéissance au mari des « êtres aussi vulnérables » :

  • 14 Anonyme, « Dudas, y reparos de un escrupuloso. », art. cit., p. 9.

Si Dieu les a condamnées à vivre assujetties à l’homme et qu’après il y a eu et il y en a encore tant qui brisent le frein de leur sujétion (et la parole ici est aux maris expérimentés), que sera-ce désormais quand chacune prétendra être à égalité avec l’homme du meilleur entendement, en alléguant en sa faveur rien moins que toute l’autorité du très Révérend Maître14.

16Pour l’auteur anonyme, le discours de Feijoo était dangereux même s’il était considéré comme une dissertation galante. Et si, au contraire, on le tenait pour un discours sérieux, il se changeait en une source de grande perturbation sociale. Les hommes avaient déjà assez à supporter le mariage comme un châtiment, en tolérant les ruses des femmes sans compter en plus sur la collaboration du Bénédictin. Il importait donc de lui ôter rapidement toute autorité. Il est remarquable, à cet égard, qu’après avoir argumenté pour montrer que les jugements du moine manquaient des soutiens de l’autorité ecclésiastique et de la tradition, il signalait que, quand bien même ils étaient fondés, il convenait de les taire et de ne pas donner (aux femmes) de semblables envies. Pour les Anciens, ce n’était donc pas la recherche de la vérité qui était en jeu mais bien la survivance d’un état de choses qui consacrait la soumission des femmes. Le mariage devenait pour elles un contrat asymétrique dans lequel elles ne pouvaient guère défendre leur dignité et l’invocation faite à une Ève coupable n’était qu’un argument à l’appui, une fois de plus, de l’ordre patriarcal.

17Le discours de Juan Antonio Santarelli, Entretiens critiques en faveur des Femmes contre le Théâtre critique universel sur les erreurs communes, est d’une tout autre ampleur. Il est mis dans la bouche de quatre femmes et les piliers de la société patriarcale sont nettement définis. De plus, la menace de la violence est explicitement avancée dans le cas où l’ordre social serait altéré :

  • 15 Santarelli Juan Antonio, « Estrado Crítico en defensa de las Mugeres contra el Teatro Crítico Unive (...)

Car si la femme ne cède pas, dans ce débat, au mari, mille dissensions peuvent naître et les esprits s’échauffent : et il se peut que quelquefois l’ardeur en vienne par cette voie à trouver la vengeance15.

18La mise en scène qu’utilise Santarelli dans son texte ne manque pas d’intérêt : quatre femmes qui appartiennent à une couche privilégiée de la société sont réunies dans la maison de l’une d’elles, la Comtesse. Elles se mettent à converser sur une œuvre littéraire importante dont le contenu les concerne et de plus elles le font avec des arguments qui montrent un niveau d’érudition considérable. L’analyse du discours nous intéresse, mais nous souhaiterions souligner avant tout que Doña Cándida, femme d’un colonel, Doña Eugenia, veuve d’un magistrat, Doña Clara, femme d’un administrateur des armées, et la Comtesse, maîtresse de maison, se comportent comme des femmes cultivées, capables de citer des arguments d’autorité face à d’autres qui sont connus, qui sont le fait de philosophes éclairés, mais dont elles mettent en doute les sources, et qui diffusent une image de la femme peu traditionnelle. Que la scène soit fictive n’enlève rien à son importance et l’auteur, en mettant dans la bouche des femmes ses propres arguments, a cherché à leur donner une plus grande efficacité et une portée plus large auprès du public féminin auquel il s’adressait. Mais il envoie de fait un double mes- sage : il existe des femmes cultivées qui débattent de sujets d’une certaine gravité et un public lecteur féminin que l’on doit avertir sur des nouveautés dangereuses, tout cela en faveur du maintien d’un ordre social dont le modèle lui-même, tout en étant mis en scène, avait commencé à se fissurer.

19Les arguments du discours de cet auteur n’étaient pas nouveaux. Au long des trois premiers entretiens, les personnages égrènent des arguments moraux et physiques qui relèvent de la misogynie antique et médiévale pour défendre l’inégalité entre les femmes et les hommes et la soumission de celles-là à ceux-ci. Toutefois, c’est dans la quatrième séance qu’est mise en question l’utilité que pourrait avoir l’égalité d’entendement entre les sexes défendue par Feijoo et c’est là aussi que les caractéristiques de l’ordre social auxquelles il ne faut pas toucher sont rappelées. Pour l’auteur, le rôle de la femme dans le mariage est semblable à celui de la religieuse dans un cloître, obéissant toujours à la supérieure, ou du vassal, lequel doit allégeance à son suzerain. Au cas où l’on suivrait la doctrine du Théâtre critique, la violence contre les femmes serait justifiée.

20En guise de sentence finale, les femmes du discours, « au nom de leur sexe », définissent l’ordre qui doit être préservé. Elles admettent que les femmes, en tant qu’animaux rationnels, peuvent discourir avec l’homme, mais elles déclarent :

  • 16 Ibid., p. 41.

L’homme doit rester la tête, supérieur à la femme, et nous ordonnons à toutes les femmes mariées qu’elles prêtent et même qu’elles accordent à leurs maris l’obéissance qui leur est due, sans chercher à contrevenir à présent et à n’importe quel moment cette sentence, ni en disputant, ni en répliquant. Il suffit qu’elles leur obéissent aveuglément16.

21L’obéissance serait un cas réservé seulement en matière de foi. Elles ajoutent qu’il faut éviter que les femmes s’adonnent aux lettres, « à cause des nombreux déboires et déshonneurs qui s’en suivent » et que le déshonneur d’une famille doit rester à l’abri de leurs velléités pour les sciences. Au cas où elles auraient reçu quelque instruction, elles doivent maintenir le silence sur leurs savoirs et ne jamais l’exposer aux hommes car elles risqueraient de « passer pour sottes ».

22Deux ans plus tard, en 1729, recommence une nouvelle vague de critiques adressées à la Défense de Feijoo et à nouveau nous retrouvons dans le discours des détracteurs des symboles et des arguments qui renforcent la société patriarcale. Nous allons privilégier parmi ceux-ci Salvador José Mañer, membre du cercle de la Bibliothèque royale et comme tel personnage influent auquel le Bénédictin et ses partisans ont dûment répondu. Mais ce qui nous intéresse chez cet auteur, c’est, d’une part, son langage propre à la misogynie la plus combative, et, d’autre part, l’utilisation de symboles opposés à ce même courant littéraire : Ève et Marie, personnages bibliques, la Caba, fille du Comte Don Julián, gouverneur de Ceuta et Isabelle la Catholique, figures historiques, se changent en références qui incarnent la culpabilité ou le salut. Les deux premières justifient la soumission des femmes et les deux autres font admettre l’existence de femmes illustres comme un fait exceptionnel qui ne concerne pas les autres femmes :

  • 17 Mañer Salvador José, Anti-Theatro Crítico, sobre el primero y segundo tomo del Theatro Crítico Uni (...)

En Espagne et dans le monde, deux femmes nous ont perdus : la Caba et notre mère Ève ; et dans le monde et en Espagne, deux autres ont achevé l’œuvre de restauration, la très sainte Vierge Marie et Isabelle la Catholique17.

23Face à Ève coupable, Marie s’est changée, dans les écrits patristiques, en un symbole de dépassement que les femmes pouvaient obtenir avec l’aide divine. Un catalogue de femmes vertueuses qui avaient réussi leur propre dépassement était invoqué comme modèle pour toutes les femmes appelées à dominer leur féminité et à imiter la mère de Dieu. Cependant, le modèle marial se présentait à celles qui, sans la possibilité d’être vierges et mères, avaient choisi le mariage. La chasteté qu’on exigeait d’elles comme épouses fut l’objet de prescriptions minutieuses de la part des moralistes et elle devint un prétexte pour contrôler les femmes mariées ou pour exercer contre elles une certaine violence.

24L’autre binôme choisi comme symbole de la culpabilité et du salut est plus complexe. La Caba, fille du Comte Don Julián, gouverneur de Ceuta, se changea pour un certain courant historiographique et surtout dans le Romancero médiéval, en un personnage coupable de l’invasion de la péninsule par les musulmans. Cependant, la faute qu’on lui imputait n’était autre que celle d’avoir été violée par le Roi Don Rodrigue, affront que son père, selon le Romancero, avait essayé d’effacer en collaborant avec les envahisseurs en 711. L’occupation des royaumes chrétiens dura jusqu’en 1492, date à laquelle la vertueuse reine de Castille, Isabelle la Catholique, acheva l’unité politique et religieuse des royaumes chrétiens en expulsant le dernier roi maure de Grenade. De ces deux femmes, la seconde a été considérée comme le symbole de la grandeur de l’Espagne jusqu’à une époque récente. Le fait de recourir à l’exemple de la Caba a eu une énorme charge symbolique puisqu’on prétendait dire aux femmes que leurs charmes, même naturels, pouvaient inciter au péché dont on les rendait responsables. La trahison de Don Julián, si elle eut lieu, et la violence de Don Rodrigue sont aussi traitées sur un autre plan, celui de l’honneur/déshonneur.

25Au-delà des effets produits par les symboles utilisés, Mañer composait une société patriarcale dans laquelle les relations entre les femmes et les hommes, à l’intérieur ou hors du mariage, restaient très clairement délimitées : espaces, vertus, tradition et droit divin exprimaient nettement la soumission des femmes et les arguments de Feijoo n’étaient pas suffisants pour changer l’état des choses. Au contraire, l’utilité supposée des arguments de Feijoo pouvait déboucher sur un désordre social irréparable.

26Face au modèle de la société patriarcale que présentaient les Anciens, les Modernes n’ont pas offert les changements qui pouvaient découler de l’usage de la raison éclairée en tant qu’universelle. La limitation du potentiel que les Lumières renfermaient revint non seulement aux théoriciens du contrat social mais à bien d’autres, y compris les philosophes éclairés les plus égalitaristes qui évitèrent de questionner l’ordre patriarcal. De ce point de vue, Feijoo et ses partisans ne furent pas une exception. Mais en défendant l’égalité de l’intelligence et en recommandant l’éducation des femmes, ils ont introduit un facteur perturbant que beaucoup de femmes surent mettre à profit et, en ce sens, leur discours a offert des nuances qui les différencient sous cet angle de celui tenu par les Anciens.

27Si nous laissons de côté les propositions de Feijoo, ceux qui partagèrent les thèses du Bénédictin et qui se rangèrent à ses côtés dans « le débat sur les sexes » entre 1726 et 1728, défendirent moins l’égalité d’intelligence entre les femmes et les hommes que l’aptitude de celles-ci pour les arts et les sciences. Mais ils ne dirent rien de nouveau sur l’ordre familial ni sur le rôle des femmes dans la nouvelle société.

  • 18 Martinez y Salafranca Miguel, « Desagravios de la muger ofendida. Contra las injustas quexas de la (...)
  • 19 Sarmiento Martín, Demostración Critico-Apologética del Theatro Crítico Universal, Madrid, 1732, p. (...)

28Parmi les proches du Bénédictin, il y en eut de différentes sortes et chacun est intervenu dans le débat selon son propre point de vue. L’un d’eux qui signe Tiburcio Cascales n’a fait qu’une lecture superficielle du Théâtre critique. Mais d’autres, comme le médecin Martínez Salafranca a défendu les thèses de Feijoo d’un point de vue scientifique, et le Père Sarmiento l’a fait dans une optique très proche des thèses du Père Feijoo, son frère en religion. Tous se sont efforcés de défendre Feijoo et l’égalité intellectuelle des femmes et des hommes, mais leur discours ne questionna pas la soumission sociale des femmes. Le médecin s’efforça d’abord, comme l’avait fait Feijoo, d’offrir une lecture différente de celle de la Genèse selon laquelle Ève n’avait fait qu’obéir à un ordre divin transmis par un ange, alors que c’était le premier homme qui, poussé par l’envie, en avait fait une coupable. Son optique scientifique le poussa à contester les théories médicales qui faisaient des femmes des êtres inférieurs par nature et il rejeta la théorie des humeurs chère au Baroque en invoquant des exemples de femmes supérieures et de femmes ordinaires, capables dans les deux cas d’apprendre : « d’où l’on peut en déduire que, s’il y a la même sagesse chez toutes les femmes et le même entendement et si l’accès à l’école leur était permis, elles l’emporteraient sur l’homme18. » Un grand pas en avant avait été franchi en ne considérant plus l’infériorité des femmes comme un fait de nature, mais une fois l’erreur combattue, cet homme éclairé ne jugea pas nécessaire de faire passer son discours au quotidien. Le Père Sarmiento, quant à lui, s’efforça, dans les arguments qu’il utilisa pour répondre à Mañer, de démonter les fables en utilisant la raison face à l’autorité des Anciens. Revenant sur le cas d’Ève comme symbole, il se situa à l’opposé de Martínez Salafranca et plus proche de Cubíe, en la rendant responsable par son « innocence, sa candeur et sa simplicité » de la perte de l’Âge d’or. Une fois admise l’égalité d’entendement et justifiée la faible présence des femmes dans l’histoire par le manque d’instruction dont elles avaient souffert, son modèle de société respectait les espaces propres à celles-ci et aux hommes. De plus, il exprimait certains doutes sur l’exercice de cette même égalité en ajoutant : « les éloges que le Révérend Père a adressés à ce sexe ne doivent s’accorder qu’à celles qui profitent de manière licite de leurs prérogatives ou qui ne veulent pas en abuser19. » Juan Bautista Cubíe, en validant les arguments de Feijoo avec la même autorité répond à la question suivante :

  • 20 Cubíe Juan-Bautista, Las Mujeres vindicadas de las calumnias de los hombres, Madrid, Pérez de Soto (...)

Si les femmes sont les égales des hommes en tout, pourquoi Dieu a-t-il établi l’empire et la supériorité de l’homme par rapport à la femme ? Je réponds : On ne doit pas prendre cela dans le sens où le prétendent ceux qui accusent les femmes, c’est-à-dire d’être l’esclave de l’homme, mais il ne s’agit que d’une sujétion politique et celle-ci est la punition du péché puisque dans l’état d’innocence elle n’existait pas. Cette sujétion doit s’entendre dans le sens du gouvernement en matière d’économie. Car en dépit d’une égalité de talents, il sera toujours nécessaire que l’un des deux soit le chef de famille pour le gouvernement de la maison et de la famille. Tout le reste serait confusion et désordre20.

29Il ajoutait que Dieu était le seul à connaître la justification de cette organisation familiale et sociale : une explication totalement irrationnelle pour un homme éclairé. Une fois posée la répartition des espaces et des rôles, la société patriarcale éclairée pouvait donc défendre sans réserve l’égalité intellectuelle.

  • 21 El Censor, Édition fac-similé, Prologue et étude de Caso Gonzalez J. M. Oviedo, 1989, Discours LXI (...)

30Une fois le modèle défini, il était nécessaire que les Lumières soient admises par la majeure partie de la société. C’est ainsi que dans le Censeur, revue la plus proche des Lumières, a été diffusé le schéma de la famille idéale dans lequel on demandait à présent aux épouses-mères de jadis d’être éduquées, d’être capables d’administrer l’économie domestique, de comprendre les préoccupations de l’époux et de faire de leurs enfants de bons citoyens, mais aussi d’être diligentes, chastes et sages comme « l’aimable et la vertueuse Aricie21 ».

LA PROPOSITION DE FEIJOO

31Nous analyserons pour terminer le modèle de société qui sous-tend toute l’œuvre de Feijoo, non seulement dans sa Défense mais aussi dans d’autres discours du Théâtre critique et dans quelques-unes de ses Lettres érudites et curieuses. Il ne s’agit pas d’entrer en contradiction avec l’hypothèse formulée au début de ce travail, à savoir que la pensée éclairée n’a pas remis en question les bases sur lesquelles reposait la société patriarcale tout en présentant des nuances intéressantes par rapport aux Anciens. Quand nous nous référons au Révérend Père Feijoo, nous devons convenir que certaines de ses propositions renfermaient des éléments de modernité qui doivent être mis en avant.

  • 22 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Defensa de la Mujer, op. cit., p. 43.

32Au sein de la société patriarcale, le modèle offert par Feijoo présentait des caractéristiques spécifiques qui rendaient possible la prise en considération des femmes en tant que personnes dont la dignité devait être préservée. Dans sa Défense, après avoir affirmé l’égalité première entre femmes et hommes au niveau de leurs capacités intellectuelles et avant d’avancer des arguments pour appuyer son assertion, le Bénédictin insiste sur le fait que « ce sont les hommes qui ont écrit les livres où l’on tient pour très inférieure l’intelligence des femmes » et il ajoute que si celles-ci avaient écrit ces livres, le résultat aurait été à coup sûr très différent. Il est intéressant de signaler qu’il s’agit là selon lui de vérités qui sont loin d’être irréfutables et qu’il admet qu’on puisse construire culturellement sur de fausses bases des vérités qui ne résistent pas à l’analyse de la raison ou de l’expérience. Cependant, le peu d’éducation, voire l’éducation inexistante donnée à la majeure partie des femmes ou la formation soignée donnée à quelques-unes appartenant à des groupes socialement privilégiés sont des situations que l’on peut vérifier par l’expérience et qui serviraient à expliquer de façon rationnelle que les premières puissent être considérées comme incultes et inférieures au plan des connaissances et les secondes exceptionnellement intelligentes. Pour le Bénédictin tout cela n’était en rien explicable par la nature différente des femmes et des hommes mais par l’absence d’une éducation appropriée, circonstance qui, par ailleurs, était applicable aussi aux hommes : « raisonner mal dépend non pas du manque de talent mais du manque d’informations » et celui-ci est encore plus grand chez les femmes22.

  • 23 Ibid., p. 18 et 76.

33Pour argumenter sa défense de la femme, il a essayé de réfuter certains cas et de reformuler pour d’autres tous les arguments d’autorité qui allaient dans le sens opposé. Dans cet esprit, il a utilisé le symbolisme que la misogynie traditionnelle utilisait et qu’il a lu d’un autre point de vue. Sa relecture de la Genèse nous montre un Ève pécheresse mise sur le même plan qu’Adam. S’il admet que la perte de l’innocence a introduit le péché dans le monde, cette circonstance pourrait expliquer « la supériorité de l’autorité » de l’homme sur la femme, mais en aucun cas la supériorité de sa capacité intellectuelle. L’utilisation qu’il fait de la Caba va d’ailleurs dans le même sens : il récuse la violence qui s’est exercée sur elle, il fait d’une femme qui a provoqué l’offense « une innocente offensée » et il rejette sur les deux hommes, Don Julián et le roi Don Rodrigo, la responsabilité de l’affront historique23.

  • 24 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Cartas eruditas y curiosas, Edición Digital de las obras de Feijóo, Pr (...)

34Avec des arguments toujours guidés par la raison et l’expérimentation, il affirme que les femmes ont ‹‹une aptitude pour toutes sortes de sciences et profondes connaissances›› et il semble conclure à des positions sociales semblables, aussi bien pour les femmes que pour les hommes. Dans le même ordre d’idées, dans une de ses Lettres érudites portant sur L’usage le plus moderne dans l’art de l’Obstétrique, il réclame pour les femmes la possibilité de se former comme sage-femme et d’exercer la médecine ou, comme alternative, de se laisser soigner par un homme, battant ainsi en brèche la fausse pudeur en cas de danger pour la vie de la femme et pour celle du foetus24. Toutefois, son raisonnement a ses limites : s’agit-il d’autocensure ou de conviction personnelle ? Quelles que soient ses raisons et sans oublier l’existence de l’Inquisition, la comparaison entre les qualités des femmes et celles des hommes met fin à une certaine ambiguïté. En effet, si d’un côté il acceptait un modèle de relation qui paraît reconnaître deux espaces d’action selon le sexe de la personne, soit d’ordre public, soit d’ordre privé, et donc une certaine inégalité sociale entre les femmes et les hommes, il laissait ouverte une possibilité d’interprétation différente :

  • 25 Feijoo Fr. Jerónimo, Defensa…, op. cit. Nous soulignons..

Je pense avoir signalé des avantages du côté des femmes tels qu’ils équilibrent et même dépassent les qualités dans lesquelles excellent les hommes. Qui prononcera la sentence dans un tel procès ?
Si j’avais une autorité en la matière, peut-être donnerais-je un avis en disant que les qualités où excellent les femmes les conduisent à être meilleures en elles-mêmes et que les qualités où excellent les hommes les rendent meilleurs, c’est-à-dire plus utiles pour le public. Mais comme je ne suis pas juge mais avocat, le procès ne sera pas tranché pour l’instant. 25.

  • 26 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Theatro Critico…, tome deuxième, Sixième discours, texte pris de l’édi (...)

35L’ambiguïté, au moins apparente, se répète en dehors du contexte de la Défense. Dans le Sixième Discours du deuxième volume du Théâtre critique, consacré aux Modes, il affirme que si la tyrannie de celles-ci concerne les femmes et les hommes, les premières sont touchées à un degré supérieur et surtout : « ce qui est grandement répréhensible, c’est qu’on ait introduit chez les hommes la préoccupation des fards alors qu’elle était réservée jusqu’alors aux femmes.26 »

36Cependant, dans le même discours, l’exemple choisi pour expliciter le danger des modes, dans la Lettre de Théophile à Pauline, reproduit clairement les stéréotypes d’une société patriarcale dans laquelle les femmes doivent être modestes, réservées, respectables, ne devant pas perdre leur temps à la toilette, devant éviter la nudité et toute parure qui incite à la lascivité et qui nuit à la continence puisque les hommes représentent le « sexe faible », inflammable de nature, et qui ne doit pas être provoqué. Aux femmes est dévolu le rôle de gardienne de l’honneur familial et toute la violence de la société s’abattra sur celles dont la beauté aura été tenue pour « incendiaire publique ». Les symboles utilisés pour caractériser le mal sont : le Démon, la Grecque Phryné ou Hélène de Troie et tous incitent les femmes à utiliser la mode pour rehausser leur beauté et l’utiliser comme un moyen de provocation à l’égard du sexe opposé. À l’inverse, la dévotion à Marie, « exempte des nouveautés de la mode », fera partie de la symbologie bienfaisante.

37Le Bénédictin, sans s’opposer ouvertement au chapitre III de la Genèse, révoque en doute quelques-unes de ses interprétations et il choisit celles dont les arguments ne sont pas contraires à la raison. Il accepte la « supériorité de l’autorité » des hommes sur les femmes pour des raisons d’organisation mieux ordonnée qui évite le désordre dans les maisons et dans les familles. Cependant, il fait remarquer que cette façon de faire à laquelle on est arrivé pouvait s’expliquer de cette façon : dans le gouvernement de la famille, à la différence de celui de l’état, n’interviennent que deux membres égaux en entendement et qu’en cas de conflit d’opinion il était impossible d’arriver à un accord. Feijoo raisonne ainsi :

  • 27 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Defensa…, op. cit., p. 77.

Mais entre le mari et la femme cette façon de commander en matière de gouvernement économique serait non seulement imparfaite, mais impossible ; car dans la masse du peuple, quand il y a diversité d’avis, il est possible de trancher la difficulté par la pluralité des votes. Or cela ne peut arriver entre mari et femme parce qu’ils sont en position d’égalité et en cas d’opposition on ne peut déterminer qui de l’un ou l’autre est supérieur27.

  • 28 Ibid., p. 78.

38Une fois définie son attitude et garantie l’égalité d’entendement, il restait à expliquer pourquoi l’homme et non la femme devait afficher la supériorité dans l’ordre pratique de la vie quotidienne. Sa réponse, en ce cas, cessait d’être raisonnée et après avoir fait part de ses doutes, il sortait de l’impasse intellectuelle en ayant recours à l’autorité divine : « Il vaut mieux dire qu’en matière de résolutions divines, nous ignorons la majeure partie des motifs.28 » Ses détracteurs ont perçu dans ce discours un danger certain pour l’ordre social patriarcal non seulement parce qu’ils n’acceptaient pas sa manière de poser le problème, mais parce qu’ils récusaient sa façon de poser les questions en convoquant dans ce débat un public beaucoup plus large que celui qui était concerné par des questions de mours et de morale. Ses Discours, par leur ouverture, étaient une provocation à la raison et piquaient au vif les gens concernés. Ils furent des motifs de scandale car on exigeait des certitudes là où il posait des questions.

39Ce qui intéressait Feijoo, c’était de poser avec des arguments variés, solides et conformes à la raison, l’égalité d’entendement entre les hommes et les femmes, sans se soucier apparemment des répercussions et de l’utilisation que l’on pouvait faire de ses raisonnements. On ne sera pas étonné, par conséquent, de sa réponse aux questions portant sur les conséquences pratiques de ses prises de position : « en matière d’utilité il suffit de connaître la vérité et d’éviter l’erreur ».

40Cependant, face aux dérives pernicieuses que les femmes en se sachant égales pouvaient entraîner dans l’ordre social, il ne refusa pas le débat et il tint à signaler quelques exemples positifs qui pourraient découler pour la société avec des femmes conscientes de leurs capacités intellectuelles et de leur dignité. Pour le Bénédictin, « tout homme est amené par la supériorité supposée de ses talents à entreprendre sur l’autre sexe des conquêtes criminelles ». Face à eux, les femmes qui se jugeaient inférieures acceptaient toutes sortes d’humiliation. Au contraire, si elles étaient conscientes de l’égalité de leurs qualités et capacités, elles ne toléreraient aucune sorte d’opprobre.

41Dans sa réponse à Mañer, sur ce point, il lui faisait remarquer que les femmes célibataires, conscientes de leur égalité et de leur dignité, seraient capables de se défendre face à des prétendants mal intentionnés et que les femmes mariées, si elles étaient traitées en égales, n’auraient pas la tentation d’être infidèles : « car je prétends imposer l’égalité non seulement aux femmes mais aux hommes. Et tout le reste ne naît pas de la prétendue supériorité, mais d’autres principes. » La violence qui entraîne une relation inégale était donc très mise en relief par Feijoo : si elle ne trouvait pas dans l’inégalité son unique source, celle-ci était perçue comme essentielle dans le cas des femmes mariées :

  • 29 Ibid., p. 82.

Le mauvais mariage d’une partie justifie la défaite de l’autre partie. Tout ce mal vient très souvent de l’idée que les hommes mariés se font de l’autre sexe. Qu’on abandonne ces fausses maximes et l’on aura des femmes plus fidèles. 29

  • 30 Sau Victoria, « Introduction » à la Defensa de la Mujer, op. cit., p. 11.

42Dans les écrits de Feijoo, surtout dans la Défense, l’argumentation explicite est tout aussi importante que l’éloquence de ses silences. Comme le signale Victoria Sau dans l’introduction à l’édition que nous citons : « En lisant Feijoo on a la sensation libératrice de se sentir une “personne ”30 ». Il est surprenant que dans le discours de l’ecclésiastique ni la virginité ni la maternité ne soient l’objet de ses préoccupations, et que le couvent, comme choix, n’ait pas une place privilégiée face au mariage ; il n’aborde ce point que de façon oblique quand il doit répondre sur l’utilité de ses propositions. Par ailleurs, la galerie de ses femmes illustres qu’il mentionne pour renforcer ses arguments en faveur de l’égalité de l’entendement fait apparaître des femmes dans tous les arts, les sciences et dans toutes les activités sans exception.

43Les traits de modernité sont évidents, surtout si l’on tient compte que le Bénédictin écrit et polémique dans le premier tiers du xviiie siècle, quelque vingt-cinq ou cinquante ans avant la proclamation par les Encyclopédistes de l’égalité de tous les êtres humains, sans oublier que beaucoup d’entre eux excluent les femmes de leurs droits de citoyenneté. Cette méthodologie propre à Feijoo, basée sur des discours brefs et variés, avec des conclusions ouvertes, appelant la participation du public lecteur, en marge des milieux académiques, a donné à son œuvre une portée sociale bien au-delà des écrits de l’époque.

CONCLUSION

44Après l’analyse, d’une part du débat implicite sur la société patriarcale concernant « le débat des sexes » provoqué par la Défense de la Femme de Feijoo et, d’autre part, de sa propre réponse, on se rend compte que les discours des écrivains éclairés et les symboles utilisés comme exemples pour renforcer les arguments ou affaiblir ceux de leurs adversaires, avaient sans doute changé. Mais la dénaturalisation de l’inégalité menée à bien, comme un premier pas vers l’affirmation de l’égalité d’entendement entre les femmes et les hommes, n’a pas été suffisante. Aussi nous ne pouvons pas affirmer que leurs relations, héritées des Temps modernes, aient changé substantiellement sous l’influence d’un nouveau modèle de société tracé par les hommes éclairés. Pourtant, il serait faux de ne pas admettre que certains présupposés n’aient pas varié et que pour une minorité de femmes l’horizon ne se soit pas présenté de façon plus ouverte.

45En dépit des changements, la société patriarcale a continué à s’appuyer sur la famille comme la pierre angulaire et à maintenir la fiction d’un pater familias unique responsable du bien-être et du gouvernement de celle-ci ; et ce, même dans le cas où les femmes ont contribué par leur travail de façon décisive à la maintenance du foyer, tout en continuant à leur attribuer un rôle secondaire et soumis à l’autorité des hommes. Cependant, si nous considérons que dans la seconde moitié du siècle, les femmes, en mettant à profit les nouveaux espaces de sociabilité éclairée, ont été présentes dans des lieux qui leur étaient jusqu’alors interdits, tels que la presse, les promenades, les salons ou les théâtres, et qu’une minorité d’entre elles se soit retrouvée dans des lieux où s’affirmaient des droits de citoyenneté comme les Sociétés Économiques du Pays ou les Académies, sans oublier celles qui ont changé leurs salons en espaces semi-publics où l’on a débattu de sujets graves et que la monarchie a été amenée à appeler parfois « utiles à la patrie », nous devons admettre que ces débats de la première moitié du siècle n’ont pas été stériles.

  • 31 Correcher Tello Isabel, Revuelta del cuartel de mujeres de San Fernando de 1786 : Aspectos jurídic (...)

46La société patriarcale a été redéfinie, mais le modèle hérité, y compris la soumission des femmes, était légalement en vigueur et tout homme qui se sentait lésé dans ce qu’il croyait être ses droits pouvait y avoir recours. La violence latente dont les archives historiques font état a existé dans toutes les couches de la société. Il suffit de signaler qu’à la fin du siècle, à l’Hospice San Fernando de Madrid, 403 femmes étaient enfermées, et nombre d’entre elles à la demande de leurs maris ou d’un membre de la famille. Isabel Correcher a rendu compte de leur situation et des motifs de leur internement pour conclure que bon nombre d’entre elles avaient transgressé l’ordre social établi et qu’il s’agissait de femmes qui n’acceptaient pas le modèle que la société leur avait imposé ; en agissant ainsi, elles avaient déchaîné tout le potentiel de violence que celle-ci renfermait31. Il existe une autre source de documentation où la violence apparaît de façon explicite : il s’agit de celle qui consigne les demandes de séparation de couples.

47Comme bilan final, nous pouvons dire que les Lumières ont rendu possible l’apparition de légères fissures dans l’édifice bien construit de la société patriarcale, mais celle-ci a continué à jouir d’une excellente santé.

Notes

2 Feijoo Benito Jerónimo, El Teatro crítico universal. Discursos varios en todo género de materias, para desengaño de errores comunes. Écrit par le très révérend Père…, Général de l’ordre de Saint Benoît, du Conseil de S. M., etc. Madrid, par D. Joaquin Ibarra, Imprimeur de Chambre. MDCCLXXVIII, Tome Premier. L’œuvre complète est composée de huit tomes et de suppléments incorporés.

3 Pérez Canto Pilar et Mó Romero Esperanza, « Ilustración, ciudadanía y género : El siglo xviii español » in También somos ciudadanas, Pérez Canto Pilar (dir.), Madrid, UAM, 2004 (2eéd.), p. 43-141 ou « La Ilustración española y el debate de los sexos, 1726-1750 », in Il genere dell’Europa, De Clementi An- dreindreina (dir.), Rome, Biblink, 2003, p. 97-137.

4 Valcarcel Amelia, La política de las mujeres, Madrid, Cátedra, 1997, p. 53 sq.

5 Amoros Celia, Tiempo de feminismo, Madrid, Cátedra, 1997, p. 53 sq.

6 Pour en savoir plus sur le débat des sexes, Pérez Canto Pilar et Mó Romero Esperanza : « Ilustración, ciudadanía y género : El siglo XVIII español » in También somos ciudadanas, Pérez Canto Pilar (dir.), op. cit.

7 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Defensa de la mujer, Sau Victoria (dir.), Barcelone, Icaria, 1997.

8 Ibid., p. 16

9 Manco de Olivares Laurencio, « Contradefensa crítica, a favor de los hombres, que en justas quexas manifiesta D. Laurencio. contra la nueva defensa de mugeres que escrivió el M. R. P. Maestro Fr. Benito Jerónimo Feijoo en su Teatro Crítico », Madrid, Francisco Sánchez Assensio, 1726, in Papeles varios encuadernados bajo : Juicio que la dedicatoria. B. N., tome I, doc. 12., p. 17.

10 Anonyme, « Dudas, y reparos de un escrupuloso, al reverendíssimo Padre Maestro Feijoo, Autor del Teatro Crítico Universal », in Documentos Varios., B. N., tome I, doc. 10.

11 Ibid., p. 8.

12 Ibid., p. 8-9.

13 Archer R., Misoginia y defensa de las mujeres. Antología de textos medievales, Madrid, Crítica, 2001, p. 26.

14 Anonyme, « Dudas, y reparos de un escrupuloso. », art. cit., p. 9.

15 Santarelli Juan Antonio, « Estrado Crítico en defensa de las Mugeres contra el Teatro Crítico Universal de errores comunes », Madrid, 1727, in Papeles Varios., tome I, doc. 11, p. 36. Le mot estrado renvoie à l’estrade couverte de coussins où se tenaient les femmes pour converser ou se distraire. NdT.

16 Ibid., p. 41.

17 Mañer Salvador José, Anti-Theatro Crítico, sobre el primero y segundo tomo del Theatro Crítico Universal del Rmo. P. M. Fr. Benito Feijoo, Madrid, Juan Moya, 1729, p. 126.

18 Martinez y Salafranca Miguel, « Desagravios de la muger ofendida. Contra las injustas quexas de la Contradefensa Crítica de Don Laurencio Manco de Olivares. », Madrid, Pedro Díaz, 1727, in Papeles Varios., B. N., tome I, doc. 14, p. 22.

19 Sarmiento Martín, Demostración Critico-Apologética del Theatro Crítico Universal, Madrid, 1732, p. 225.

20 Cubíe Juan-Bautista, Las Mujeres vindicadas de las calumnias de los hombres, Madrid, Pérez de Soto, 1768, Édition fac-similé, Valence, 1997, p. 10.

21 El Censor, Édition fac-similé, Prologue et étude de Caso Gonzalez J. M. Oviedo, 1989, Discours LXI, p. 175.

22 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Defensa de la Mujer, op. cit., p. 43.

23 Ibid., p. 18 et 76.

24 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Cartas eruditas y curiosas, Edición Digital de las obras de Feijóo, Proyecto Filosofía en español (www.filosofia.org/bif), 2º, Lettre XVII, p. 1-3.

25 Feijoo Fr. Jerónimo, Defensa…, op. cit. Nous soulignons..

26 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Theatro Critico…, tome deuxième, Sixième discours, texte pris de l’édition de D. Joaquim Ibarra, Madrid, 1779, disponible à : Biblioteca feijoniana du Proyecto Filosofía en español : www.filosofia.org/bif.

27 Feijoo Fr. Benito Jerónimo, Defensa…, op. cit., p. 77.

28 Ibid., p. 78.

29 Ibid., p. 82.

30 Sau Victoria, « Introduction » à la Defensa de la Mujer, op. cit., p. 11.

31 Correcher Tello Isabel, Revuelta del cuartel de mujeres de San Fernando de 1786 : Aspectos jurídicos y sociales, Madrid, Ayuntamiento de Alcalá de Henares, 1998, p. 95-98.

Auteur

Université autonome de Madrid/UAM

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable