Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Modalités de la construction du genre

Le genre de la consommation à l’époque moderne

Renata Ago

Texte intégral

L’ESSOR DES ETUDES SUR LA CONSOMMATION

  • 1 McKendrick Neil, « Home demand and economic growth : A new view of the role of women and children (...)

1L’histoire de la consommation est plutôt récente. Ce fut en effet dans les années 1970 du xxe siècle que parurent les premières études. Pionnier dans ce champ fut l’essai de l’historien anglais Neil McKendrick, qui était dédié à la demande interne anglaise et à son rôle vis-à-vis de la révolution industrielle. Dans son article, McKendrick avançait en effet la thèse que ce fut le nouveau désir de confort domestique, affiché par les femmes, qui entraîna les améliorations dans l’organisation de l’offre industrielle dans les champs des textiles et de la poterie1. Après des décennies de primauté accordée par la recherche aux facteurs de la production, l’accent se trouvait maintenant déplacé sur la consommation, et c’était la demande féminine d’articles inédits comme les rideaux, les coussins, les dessus-de-lit, les jolies robes, dans les nouvelles toiles imprimées venues des Indes ou dans leurs imitations anglaises, qui déclenchait le procès.

  • 2 Braudel Fernand, Civilisation matérielle, économie, capitalisme (xve- xviiiesiècle). Les Structure (...)
  • 3 Bourdieu Pierre, La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 197 (...)
  • 4 Douglas Mary et Isherwood Baron, The World of Goods : Towards an Anthropology of Consumption, New (...)

2Cet ouvrage-écrit par un historien de l’économie avec un questionnement d’histoire économique-supposait donc l’existence d’une différente approche de genre des phénomènes de la consommation et soulignait l’importance de la mobilisation des femmes pour l’essor économique européen. Cependant, les études sur la consommation et la culture matérielle publiées dans les années immédiatement postérieures tendaient plutôt à ignorer la question de genre, et à parler de consommation et de consommateurs dans une perspective neutre. Dans le premier tome de son ouvre Civilisation matérielle, économie, capitalisme, paru en 1979 avec le titre Les Structures du quotidien : le possible et l’impossible, Fernand Braudel ne se posait absolument pas le problème d’une différence d’attitudes et de rôles entre les deux sexes2. Dans ce livre qui eut une très grande influence, Braudel décrivait les habitations, la nourriture, les boissons, les vêtements, la mode, sans toutefois jamais soulever le problème d’une possible dissimilitude entre hommes et femmes, d’un différent rôle joué par les unes vis-à-vis des autres. Le même type d’approche caractérisait La Distinction : critique sociale du jugement, par Pierre Bourdieu3. Là aussi, si le jugement esthétique, façonné par l’habitus, se montrait très sensible aux différences d’éducation, de richesse et de classe, il ne prenait pas en compte les différences de genre. Une attention plus poussée à la question de genre se retrouvait en revanche dans The World of Goods. Towards an Anthropology of Consumption, par Mary Douglas et Baron Isherwood4. Cet ouvrage voulait poser la question de la consommation sur des bases nouvelles par rapport aux approches traditionnelles des économistes, qui la réduisaient à une simple fonction du revenu. Les auteurs soutenaient que la consommation obéissait à des impératifs sociaux plutôt qu’économiques et que les biens de consommation, les objets, devaient être vus comme des « accessoires de la communication », des moyens pour fixer des significations autrement floues. L’analyse des différences entre les activités quotidiennes et les biens qu’on utilise dans ces occasions, d’un côté, et les biens et les activités extra-ordinaires, de l’autre, ainsi que l’examen des divergences entre les rituels de consommation impliquant un petit nombre de personnes et les rituels qui au contraire engagent la participation d’un vaste monde-conduite par Mary Douglas-ne pouvait évidemment pas se passer de la distinction de rôles et de fonctions entre hommes et femmes, dans les sociétés ethnographiques comme dans celles du monde occidental.

  • 5 Roche Daniel, Le Peuple de Paris : essais sur la culture populaire au xviiiesiècle, Paris, Aubier (...)
  • 6 Weatherill Lorna, Consumer Behaviour and Material Culture in Britain 1600-1760, Londres, Routledge (...)
  • 7 Consumption and the World of Goods, Brewer John et Porter Roy (dir.), Londres-New York, Routledge, (...)
  • 8 de Vries Jan, « Between purchasing power and the world of goods : understanding the household econ (...)
  • 9 Vickery Amanda, « Women and the world of goods : a Lancashire consumer and her possessions 1751-81 (...)

3L’indifférence substantielle aux distinctions de genre se retrouvait en revanche dans Le Peuple de Paris : essais sur la culture populaire au xviiie siècle, de Daniel Roche, paru en 19815. Cet ouvrage important, qui avait le mérite de proposer pour la première fois l’exploitation massive d’une source destinée à devenir très populaire-les inventaires d’après décès -, organisait plutôt son questionnement autour des problèmes constitués par les frontières sociales entre nobles et bourgeois d’un côté et menu peuple de l’autre, ainsi que sur le rôle intermédiaire des serviteurs, placés entre ces deux mondes. Il faut donc attendre 1988, avec la parution de Consumer Behaviour and Material Culture in Britain 1600- 1760, par Lorna Weatherill6, et surtout 1993, avec la publication de Consumption and the World of Goods, sous la direction de John Brewer et Roy Porter7, pour que la question du « genre de la consommation » acquière une vraie centralité dans une étude historique. Dans ce recueil se trouvaient en effet deux essais, très différents du point de vue de l’approche, de la problématique et du questionnement, qui toutefois posaient tous les deux le problème de la différence entre hommes et femmes face à la consommation et cherchaient à la conceptualiser. Le premier était « Between purchasing power and the world of goods : understanding the household economy in early modern Europe8 », écrit par l’historien hollandais Jan de Vries. En partant d’intérêts et de problématiques typiquement d’historien de l’économie, l’auteur reprenait la thèse du rôle primaire joué par la consommation dans l’essor économique moderne, des Pays-Bas cette fois. Comme McKendrick, de Vries envisageait une centralité féminine dans ce processus, et lançait le concept de « industrious revolution ». Au fur et à mesure que, dans la Hollande du xviie siècle, les villes croissaient et devenaient de plus en plus demandeuses vis-à-vis des campagnes avoisinantes, les familles paysannes décidaient de mobiliser leur main-d’œuvre sous-utilisée-celle des femmes et des enfants-dans la production de denrées agricoles destinées au marché, en délaissant par conséquent l’artisanat domestique finalisé à l’autoconsommation. L’argent ainsi gagné était dépensé dans l’achat, sur le marché, d’accessoires domestiques-textiles et poterie, encore une fois-produits par des artisans spécialisés et donc plus « jolis » et de meilleure qualité que ceux fabriqués à la maison. À l’origine du phénomène, de Vries plaçait la « naturelle » propension à la consommation dont les femmes étaient dans ce cas les principales porteuses. Le deuxième essai était « Women and the world of goods : a Lancashire consumer and her possessions 1751-81 », par Amanda Vickery.9 Ici le questionnement n’avait rien d’économique et l’approche était éminemment singularisée. L’auteur analysait le journal intime d’une dame qui avait la particularité de noter, en les commentant amplement, non seulement tous ses achats, en précisant si elle les effectuait elle-même, ou si elle en chargeait son mari ou quelqu’un d’autre, mais aussi tout ce qu’elle faisait de ses effets personnels (robes, accessoires, bijoux, etc.). Un matériel documentaire exceptionnel pour comprendre comment une consommatrice du xviiie siècle se rapportait à ses objets : quel rôle leur attribuait-elle, jusqu’à quel point elle s’identifiait avec eux, comment elle les utilisait, qu’en faisait-elle quand ils devenaient trop vieux ou n’étaient plus à la mode.

  • 10 Appadurai Arjun, The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambr (...)
  • 11 Kopytoff Igor, « The cultural biography of things : Commodization as process », in The Social Life (...)
  • 12 Miller Daniel, Material Culture and Mass Consumption, Oxford-New York, Blackwell, 1987.

4La question des différentes attitudes des hommes et des femmes face aux objets était désormais posée de la façon la plus nette. Deux autres livres parus entre-temps avaient profondément influencé l’approche au « monde des biens ». Le premier était encore une fois une collection d’essais, publiée sous la direction de l’anthropologue indo-americain Arjun Appadurai, The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective10 ; particulièrement importante était la contribution d’Igor Kopytoff, « The cultural biography of things : Commodization as process11 », qui visait à dénaturaliser la notion de « chose » et à montrer comment les conditions, apparemment opposées, de marchandise et d’objet révéré et singularisé ne sont en réalité que les deux pôles extrêmes d’un processus jamais définitif mais pouvant, au contraire, se répéter à l’infini. Le deuxième livre était Material Culture and Mass Consumption par l’anthropologue anglais Daniel Miller12. Ici l’auteur s’engageait à déconstruire l’opposition entre sujet et objet, pour soutenir que les êtres humains s’objectivent dans leurs choses, ce qui revient à dire que, s’ils les façonnent, ils sont en même temps façonnés par elles.

LES SOURCES

5Comme on le voit, dans ce développement des études sur la consommation et la culture matérielle, les recherches historiques côtoyaient l’anthropologie, mais les questionnements venant de l’économie avaient aussi joué un rôle important. Pour les historiens, le problème principal était en théorie celui des sources, mais Roche avait très bien montré que les inventaires d’après décès pouvaient aisément le contourner. Une réflexion critique sur la nature et les limites de ces sources s’était toutefois bientôt imposée. Rédigés au moment de la mort du propriétaire des biens, les inventaires recensaient ce qui se trouvait en sa disposition à ce moment : les objets mentionnés étaient donc surtout des biens de personnes âgées, accumulés au cours d’une vie entière mais aussi détériorés par l’usage et souvent décimés par la pauvreté croissante de la vieillesse. De plus, on n’avait aucun moyen de savoir s’ils étaient là depuis longtemps ou si, par hasard, ils n’avaient été acquis que la veille. Enfin, pouvait-on être sûr que les inventaires enregistraient tous les biens, y compris ceux de valeur infime ? Ou, au contraire, ne se pouvait-il pas que les héritiers aient réussi à soustraire au contrôle du notaire quelques pièces plus importantes (par exemple bijoux, argenterie, monnaies d’or ou d’argent) avant qu’il ne rédige son document ? L’examen croisé de centaines (et dans certains cas de milliers) de documents a toutefois permis de conclure que, en général, on avait là affaire à des documents fiables : l’enregistrement était habituellement complet. Ceci n’éliminait pas les autres problèmes, liés à la nature statique - hic et nunc - des recensements, qui documentaient des patrimoines plutôt que des formes de consommation. Mais la limite la plus importante concernait la possibilité même de mettre en relation les objets qu’on trouvait dans un inventaire et les choix du propriétaire défunt. Il n’y avait en effet pas moyen de savoir si ces biens étaient entrés dans son patrimoine parce qu’il les avait choisis ou bien parce qu’il en était entré en possession par d’autres voies : hérédité, don, gage, saisie, etc. Il était alors difficile de lever le doute, parce que seuls des notaires exceptionnellement scrupuleux prenaient le soin d’indiquer la provenance des biens. Finalement, ces documents présentaient une autre limite, qui pouvait toutefois être en même temps une importante source d’information ultérieure, surtout pour ce qui concerne la différence entre les genres. Les inventaires en effet documentaient la propriété des biens, non pas leur disponibilité. Dans les régions de droit romain où il n’existait pas de communion de biens entre les époux, on avait donc le moyen de vérifier s’il existait des objets typiquement féminins et d’autres typiquement masculins.

Giuseppe Maria Crespi, La Femme à la puce, vers 1720-1730.

  • 13 Schama Simon, The Embarassement of the Riches : An Interpretation of Dutch Culture in the Golden A (...)
  • 14 Jardine Lisa, Worldly goods : A New History of the Renaissance, New York, Nan A. Talese, 1996.
  • 15 Welch Evelyn, Shopping in the Renaissance : Consumer Cultures in Italy 1400-1600, New Haven-Londre (...)

6Tout importants qu’ils fussent, les inventaires n’étaient cependant pas la seule source disponible pour étudier la consommation et la culture matérielle. On a vu la richesse d’informations que pouvait livrer un journal intime ; les livres de comptes, plus faciles à repérer dans les archives, fournissaient le même type de données, surtout si on avait la chance de disposer de livres des dépenses personnelles, et permettaient justement de savoir quels biens avaient été acquis et quand, pour combien de temps, de quelle façon. Les données statiques des inventaires pouvaient ainsi être complétées par des informations dynamiques. Mais d’autres sources, de toute autre nature, pouvaient aussi être exploitées avec succès. Je me réfère en particulier aux sources iconographiques, qui ont été à la base de The Embarassement of the Riches : An Interpretation of Dutch Culture in the Golden Age par Simon Schama13, de Worldly goods : A New History of the Renaissance par Lisa Jardine14, et surtout du récent ouvrage par Evelyn Welch, Shopping in the Renaissance15, qui a aussi utilisé des sources littéraires. Fresques, tableaux et gravures d’un côté, et romans, pièces théâtrales, poèmes de toute nature de l’autre, lus à la lumière des sources d’archive s’avèrent en effet de vraies mines d’informations, d’autant plus précieuses qu’elles livrent souvent ces jugements des contemporains sur les objets et la consommation que les inventaires d’après décès ne sont pas en mesure de fournir. Les mêmes considérations valent pour la littérature de genre plus prescriptif comme, par exemple, les traités sur le mariage ou sur l’administration domestique. Finalement il ne faut pas oublier que les objets eux-mêmes sont des sources : les collections de textiles et de porcelaines de tant de musées, le mobilier et les structures mêmes des maisons, peuvent aussi être interrogés fructueusement.

LES CLES DE LECTURE

  • 16 McKendrick Neil, « Home demand and economic growth : A new view of the role of women and children (...)
  • 17 Braudel Fernand, Civilisation matérielle, économie, capitalisme (xve-xviiiesiècle). Les Structures (...)

7Comme on l’a vu, McKendrick traitait de la consommation dans le cadre d’une remise en question plus générale des lectures traditionnelles de la révolution industrielle en Angleterre. Contre une très longue tradi- tion privilégiant le rôle de l’offre ou, tout au plus, de la demande internationale, il proposait d’accorder une attention nouvelle au rôle joué par la demande intérieure. La consommation était donc analysée dans ses effets économiques. Mais la propension à la consommation, cette nouvelle quête de jolies choses et de confort domestique, était conçue comme un élan primaire, lié aux transformations culturelles de l’Angleterre du xviiie siècle 1616. Braudel de son côté s’intéressait à la consommation parce qu’il s’interrogeait sur la culture matérielle des sociétés d’Ancien Régime et sur les limites techniques contre lesquelles elles venaient buter. Il se posait naturellement la question de la primauté de l’offre face à celle de la demande et, en traitant de la mode, il en soulignait ouvertement le rôle économique propulseur : c’étaient justement les caprices de la mode occidentale qui avaient déclenché l’accélération de la production industrielle, tandis que la fixité hiératique des parures orientales avait bloqué ce même procès17.

  • 18 Roche Daniel, Le Peuple de Paris : essais sur la culture populaire au xviii esiècle, op. cit.

8La lecture de la consommation opérée par Roche, en revanche, se déplaçait du plan économique au plan plus proprement social. Au centre de son intérêt se trouvait en effet le problème de l’émulation/compétition entre groupes sociaux, et l’analyse se faisait encore plus fine lorsqu’il prenait en compte le rôle intermédiaire joué par les servants, liés au menu peuple par leurs origines sociales et à la noblesse par leur travail. Leurs vêtements, leurs foyers, leur « consommation culturelle » matérialisée dans les livres qu’ils avaient chez eux portaient tous la trace de cette position « entre-deux18 ».

  • 19 Pardailhé-Galabrun Annick, La Naissance de l’intime : 3 000 foyers parisiens xviie-xviiie siècles,(...)

9Si jusque-là, le questionnement de base avait été éminemment économique et social, aux cours des années 80, les curiosités se déplacèrent décidément vers le plan symbolique : par quelles transformations culturelles la société de consommation s’était-elle affirmée ? De quels changements plus profonds était-elle le symptôme ? Et, en même temps, quelles transformations ultérieures avait-elle promues ? De ce point de vue, le titre d’un livre paru à Paris en 1988 est particulièrement éloquent : il s’agit de La Naissance de l’intime : 3 000 foyers parisiens xviie -xviiie siècles, par Annick Pardailhé-Galabrun19. À travers l’analyse d’un nombre énorme d’inventaires d’après décès parisiens entre le xviie et le xviiie siècle, l’auteur avait réussi à détecter une série de changements importants allant tous dans la même direction. La transformation des logis, qui abandonnaient la configuration verticale des différentes pièces liée à la « maison », pour privilégier l’organisation horizontale liée à l’appartement, la spécialisation fonctionnelle des chambres et l’introduction contemporaines des couloirs, la diffusion des placards et des commodes avaient tous participé à construire une séparation de plus en plus nette entre les pièces « publiques » du foyer et celles qui étaient au contraire réservées à l’intimité de la famille. Cette nouvelle attention à l’intimité était à la fois la cause et le résultat de ces transformations pratiques.

  • 20 Langford Paul, A Polite and Commercial People : England, 1727-1783, Oxford, Clarendon Press, 1989.

10Dans la conjoncture de plus en plus favorable à la consommation de l’Angleterre thatchérienne, les études anglaises de la fin des années 1980-début des années 1990 s’intéressaient aussi au problème, qu’elles plaçaient dans le contexte d’une société « polie et commerçante » du xviiie siècle, selon la définition de Sir William Blackstone (1723-1780)20. Un profond changement s’était opéré dans l’Angleterre d’après 1689. La nouvelle richesse qui pénétrait dans des couches plus vastes de la population permettait la formation d’un vrai marché des produits culturels, en affranchissant les producteurs de ces biens (artistes, écrivains, etc.) de la dépendance d’un mécène. Un secteur important de l’Église d’Angleterre élaborait en même temps une théologie bienveillante qui ne condamnait plus les « plaisirs de l’imagination ». Enfin, le développement du réseau commercial permettait la pénétration jusque dans les campagnes les plus excentrées de nouveaux produits du « luxe populaire », répondant positivement à cette propension à la consommation que l’on a vue. C’est dans ce contexte favorable qu’avait pu avoir lieu la naissance de la société de consommation, une sorte de révolution culturelle qui avait, à son tour, entraîné toute une série de changements irréversibles.

  • 21 Goldthwaite Richard, Wealth and the Demand for Art in Italy, 1300- 1600, Baltimore, Johns Hopkins (...)

11Si l’historiographie anglaise identifiait sans hésitation dans l’Angleterre du xviii e siècle le berceau de la société de consommation, les historiens néerlandais (ou spécialistes des Pays-Bas, comme Schama) anticipaient volontiers la date et le lieu de naissance à la Hollande du xviie siècle. Mais bientôt un autre concurrent-l’Italie de la Renaissance-se profila à l’horizon. En 1993, Richard Goldthwaite intervint en effet dans le débat en soutenant dans son Wealth and the Demand for Art in Italy : 1300-1600 que c’étaient précisément les Italiens du xve -xvie siècle qui avaient les premiers manifesté ce goût pour une consommation de type moderne, fondé sur l’entretien de plaisirs esthétiques plutôt que sur la satisfaction immédiate d’appétits « naturels », qui était à l’origine de tout21. Worldly Goods de Jardine allait exactement dans la même direction.

12Quelle était la place des femmes, ou plutôt de la différence entre les genres, dans ce débat sur la naissance de la société de la consommation ? À la fin des années 1980 la question ne pouvait plus être ignorée, mais les réponses étaient très variables : si, comme on l’a vu, Vickery et de Vries en faisaient un point central de leur argumentation, d’autres ne la traitaient que d’une façon très marginale.

  • 22 Finn Margot, « Working Class Women and the Context for Consumer Control in Victorian County Courts (...)

13Soutenir l’existence d’une propension naturelle à la consommation comportait une absolution du marché face aux accusations qui l’avaient frappé pendant les décennies précédentes. Depuis la redécouverte de Polanyi, on avait en effet affirmé que, en affranchissant l’économie des règles et des liens sociaux, le marché avait détruit la société traditionnelle avec ses solidarités, en laissant les classes populaires sans défenses face à l’exploitation des puissants. De plus, les études sur la consommation dans la société contemporaine insistaient souvent sur le caractère artificiel de la demande de biens, induite par la publicité. Le désir de réagir contre cette façon de poser le problème pouvait naturellement descendre d’un ralliement politique du côté du reaganisme et du thatchérisme. Mais il pouvait aussi provenir des progrès des études sur les échanges dans les sociétés d’Ancien régime, qui montraient comment seule l’entrée en jeu du marché avait, par exemple, permis aux producteurs de s’affranchir du monopole de la demande exercé dans certaines régions par les seigneurs. Finalement, la dénonciation des méfaits du marché et des marchands, qu’on trouvait aisément dans la littérature et les documents de l’Ancien Régime venait souvent de sources intéressées. Tel était le cas des accusations contre des marchands anglais avides, qui profitaient de la naïveté des femmes en les poussant à acheter des vête- ments dont elles n’avaient absolument pas besoin, étudiées par Margot Finn dans un essai publié en 1998 qui avait pour titre « Working Class Women and the Context for Consumer Control in Victorian County Courts22. De leur côté, les marchands accusaient ces mêmes femmes d’être des opportunistes qui profitaient de leur statut de femmes mariées-et en conséquence pas en mesure de gérer leurs avoirs-pour faire des achats que leurs maris se refusaient ensuite de payer en protestant leur désaccord avec les folies de leurs épouses.

14Décidément, la propension à la consommation et le rôle de la demande étaient des phénomènes complexes et ne se laissaient pas réduire à des slogans.

LES SUGGESTIONS DE L’ANTHROPOLOGIE

15Comme on l’a vu, la lecture que les anthropologues donnaient de la consommation répondait à des questionnements assez différents de ceux des historiens. Leur approche était décidément plus sémiotique et, plutôt que sur l’origine et la nature de la propension à la consommation, ils s’interrogeaient sur la signification des objets dans la vie des êtres humains. Pour Douglas, les biens étaient des instruments de la communication, permettant aux individus de manifester ce qu’ils font et ce qu’ils sont. Pour Miller, ils étaient l’objectivation des sujets et donc la manifestation matérielle et visible de leur nature, résultat d’un double jeu d’influence réciproque.

  • 23 The Sex of Things : Gender and Consumption in Historical Perspective, De Grazia Victoria et Furlou (...)
  • 24 Veblen Thorstein, The Theory of Leisure Class Londres, Macmillian, 1899.

16Une approche peu éloignée de celle-ci fut aussi adoptée par les historien-ne-s, comme le montre The Sex of Things : Gender and Consumption in Historical Perspective, publié en 1996 sous la direction de Victoria De Grazia et Ellen Furlough23. Les articles de cet ouvrage étaient regroupés en trois grands chapitres, consacrés aux changements dans les régimes de consommation, à l’établissement de la famille consommatrice moderne, et aux femmes en tant que citoyennes-consommatrices. Les auteurs partaient du constat que dans les sociétés d’Ancien régime, la consommation était le résultat des hiérarchies sociales. C’était l’appartenance à un groupe social qui déterminait les possibilités d’accès aux biens et si, par hasard, une poursuite désordonnée du luxe menaçait de déséquilibrer le système, les lois somptuaires-qui disciplinaient l’usage de tissus, couleurs, passementeries, pierres précieuses, etc. selon le grade et la dignité de chacun-intervenaient aussitôt pour restaurer l’ordre. Dans les sociétés contemporaines, au contraire, c’est le déploiement de la consommation qui détermine les hiérarchies sociales et c’est justement pour cette raison que se déclenche ce processus d’émulation, si bien analysé dans The Theory of Leisure Class de Thorstein Veblen24. Au fur et à mesure que les couches supérieures de la société lancent des nouvelles formes de consommation, les couches immédiatement inférieures les adoptent aussi, dans l’illusion de gagner ainsi les premiers rangs, et obligent en conséquence les élites à abandonner la mode qu’elles viennent de lancer pour en adopter une autre.

17Les objets étaient donc traités comme des « signes », des instruments de la communication entre êtres humains, dans le sillon des théories de Mary Douglas. Mais The Sex of Things allait plus loin et posait une corrélation inédite entre consommation, sphère publique et citoyenneté. Et cela passait justement par l’utilisation d’une approche de genre et une attention particulière portée au protagonisme des femmes. Dans la société de masse qui s’est mise en place après la première guerre mondiale, le rôle politique du citoyen-consommateur n’a fait que s’accroître, et ce sont les femmes qui ont joué ce rôle de la façon la plus active. La consommation, en tant que participation à la sphère publique, a donc permis aux femmes d’exercer des droits politiques substantiels bien au-delà de leur participation au vote.

LE GOUT DES CHOSES

  • 25 Ago Renata, Il gusto delle cose. Una storia degli oggetti nella Roma del Seicento, Roma, Donzelli, (...)

18Pour expliquer les transformations liées à l’essor de la société de consommation, les études que nous avons vues ont eu recours à des dichotomies qui opposent la société traditionnelle à la société contemporaine. Dans ce cadre, la propension-des femmes-à la consommation est l’élément de rupture qui a fait bousculer l’ancien régime consommateur et a permis la mise en place du modèle contemporain. Mais comme de Vries et Goldthwaite l’ont bien montré, le goût des choses n’est pas un phénomène uniquement contemporain. Il faut donc trouver une façon de l’expliquer qui ne soit pas exclusivement liée à la contemporanéité. Un premier pas consiste à dénaturaliser la notion d’objet de consommation. Une recherche menée par l’auteur de ce texte dans les archives de la Rome du xviie siècle 2525 a par exemple montré que les choses jouissaient d’un double statut : tandis que certaines d’entre elles étaient couramment utilisées comme substituts de l’argent, d’autres étaient gardées et traitées comme « objets ». Cette distinction ne découlait pas tant de la nature de la chose, de ses qualités intrinsèques, que de la position de son propriétaire.

19Face aux choses, deux attitudes étaient donc possibles : l’une que l’on pourrait qualifier d’utilitariste et l’autre que l’on pourrait définir comme « affective ». Trop chérir ses objets n’était cependant pas sans dangers, pratiques et moraux, parce qu’on risquait de manquer des ressources nécessaires à des emplois plus importants et parce que c’était tout de même une forme d’accumulation qui frôlait l’avarice. Seule une plus haute valeur symbolique de l’objet pouvait compenser les risques que son propriétaire courait. Or cette plus haute valeur symbolique était le résultat d’un jugement à la fois social et personnel, dont les composantes étaient bien entendu le rang social et le niveau de richesse, mais aussi l’âge, le genre, la condition familiale et le niveau culturel. Plus on était ou l’on se sentait démuni, moins on se sentait autorisé à sacrifier l’utilité : à ce niveau, seules la religion et la famille pouvaient représenter des valeurs assez hautes pour qu’on le fasse. La propension à la consommation était donc une fonction du degré d’assurance de la personne, et les femmes, qui étaient et surtout se sentaient plus exposées aux aléas de la vie que les hommes de leur même milieu, manifestaient souvent un plus faible goût pour les choses, qu’elles choisissaient pour leur utilité ou pour la possibilité de les transformer rapidement en argent plutôt que pour leurs qualités symboliques.

20Que l’on aborde le phénomène de la consommation du point de vue de ses implications économiques, ou bien de ses déterminations sociales et de leurs conséquences, ou encore sous une perspective sémiotique, en traitant les objets comme des signes, une approche attentive aux différences de genre a donc permis de faire ressortir des problèmes centraux. Dans tous les cas que nous avons examinés, en effet, il n’a pas été simplement question d’acquérir des informations plus complètes en intégrant les femmes dans l’analyse. Bien au contraire, qu’il s’agisse de la révolution laborieuse, ou du lien entre consommation et citoyenneté, ou encore du goût des choses, le phénomène n’a pu être expliqué qu’à la lumière du rôle différent joué par les hommes et par les femmes. Décidément, la consommation est une question de genre.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE COMPLEMENTAIRE

Bettoni Barbara, I beni dell’agiatezza : stili di vita nelle famiglie bresciane dell’età moderna, Milano, Angeli, 2005.

Levy Peck Linda, Consuming Splendor : Society and Culture in Seventeenth-Century England, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

McKendrick Neil, Brewer John et Plumb John Harold (dir.), The Birth of a Consumer Society : The Commercialization of EighteenthCentury England, Londres, Europa publications, 1982.

Priestly Ursula et Corfield Penelope, « Rooms and room use in Norwich housing, 1580-1730 », in Post-Medieval Archeology, 16, 1982, p. 93-123.

Spufford Margareth, The Great Reclothing of Rural England : Petty Chapmen and their Wares in the 17th Century, Londres, Hambledon Press, 1984.

Stearns Peter, « Stages of consumerism : recent work on the issues of periodization », in Journal of Modern History, 69, 2001, p. 102-117. de Vries Jan, The Industrious Revolution : Consumer Behavior and the Household Economy, 1650 to the Present, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Notes

1 McKendrick Neil, « Home demand and economic growth : A new view of the role of women and children in the industrial revolution », in Historical Perspectives : Studies in English Thought and Society in Honour of J. H. Plumb, Mc- Kendrick N. (dir.), Londres, Europa publications, 1974, p. 152-210.

2 Braudel Fernand, Civilisation matérielle, économie, capitalisme (xve- xviiie siècle). Les Structures du quotidien : le possible et l’impossible, Paris, Armand Colin, 1979.

3 Bourdieu Pierre, La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

4 Douglas Mary et Isherwood Baron, The World of Goods : Towards an Anthropology of Consumption, New York, Basic Books, 1979.

5 Roche Daniel, Le Peuple de Paris : essais sur la culture populaire au xviiie siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1981.

6 Weatherill Lorna, Consumer Behaviour and Material Culture in Britain 1600-1760, Londres, Routledge, 1988.

7 Consumption and the World of Goods, Brewer John et Porter Roy (dir.), Londres-New York, Routledge, 1993.

8 de Vries Jan, « Between purchasing power and the world of goods : understanding the household economy in early modern Europe », in Consumption and the World of Goods, ibid., p. 85-132.

9 Vickery Amanda, « Women and the world of goods : a Lancashire consumer and her possessions 1751-81 », in Consumption and the World of Goods, op. cit., p. 274-301.

10 Appadurai Arjun, The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge university press, 1986.

11 Kopytoff Igor, « The cultural biography of things : Commodization as process », in The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, ibid. p. 64-94.

12 Miller Daniel, Material Culture and Mass Consumption, Oxford-New York, Blackwell, 1987.

13 Schama Simon, The Embarassement of the Riches : An Interpretation of Dutch Culture in the Golden Age, Londres, Collins, 1987.

14 Jardine Lisa, Worldly goods : A New History of the Renaissance, New York, Nan A. Talese, 1996.

15 Welch Evelyn, Shopping in the Renaissance : Consumer Cultures in Italy 1400-1600, New Haven-Londres, Yale University Press, 2005.

16 McKendrick Neil, « Home demand and economic growth : A new view of the role of women and children in the industrial revolution », op. cit.

17 Braudel Fernand, Civilisation matérielle, économie, capitalisme (xve- xviiie siècle). Les Structures du quotidien : le possible et l’impossible, op. cit.

18 Roche Daniel, Le Peuple de Paris : essais sur la culture populaire au xviii esiècle, op. cit.

19 Pardailhé-Galabrun Annick, La Naissance de l’intime : 3 000 foyers parisiens xviie-xviiie siècles, Paris, PUF, 1988.

20 Langford Paul, A Polite and Commercial People : England, 1727-1783, Oxford, Clarendon Press, 1989.

21 Goldthwaite Richard, Wealth and the Demand for Art in Italy, 1300- 1600, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1993.

22 Finn Margot, « Working Class Women and the Context for Consumer Control in Victorian County Courts », in Past & Present, 161 (1998), p. 116-154.

23 The Sex of Things : Gender and Consumption in Historical Perspective, De Grazia Victoria et Furlough Ellen (dir.), Berkeley, University of California Press, 1996.

24 Veblen Thorstein, The Theory of Leisure Class Londres, Macmillian, 1899.

25 Ago Renata, Il gusto delle cose. Una storia degli oggetti nella Roma del Seicento, Roma, Donzelli, 2006.

Table des illustrations

Légende Giuseppe Maria Crespi, La Femme à la puce, vers 1720-1730.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k

Auteur

Université de Rome 1-La Sapienza

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable