Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Écrire l’histoire des femmes et du genre

Comparaisons et connexions européennes

Françoise Thébaud

Texte intégral

  • 1 Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, Lyon, ENS éditions, 1998 et Écrire l’histoire des (...)

1Une semaine de formation multilingue d’un doctorat international en histoire des femmes et des identités de genre : l’événement est d’importance et inaugure peut-être une nouvelle ère dans le développement de ce champ de recherche. Admirative de ce qu’ont su mettre sur pied Anna Bellavitis, Nicole Edelman et leurs collègues des universités de Naples, Madrid et Vienne, je me suis demandé quelle contribution je pourrais y apporter. Spécialiste du xxe siècle, notamment français, j’aurais pu parler d’un des thèmes abordés dans des recherches antérieures et dont je continue à suivre l’actualité historiographique : la guerre, l’État-providence, la maternité, les féminismes. J’aurais pu aussi évoquer un travail en cours autour de la figure de Marguerite Thibert (1886-1982) qui permet de traverser le xxe siècle des femmes et de réfléchir à l’écriture biographique : cette figure étonnante est à la fois une intellectuelle-docteure ès lettres en 1926 avec une thèse intitulée Le féminisme dans le socialisme français de 1830 à 1950 –, une fonctionnaire des organismes internationaux, en charge au Bureau international du travail de la question du travail des femmes et des enfants, une militante aux multiples engagements (féministe et suffragiste, pacifiste, socialiste). J’aurais pu enfin présenter un exposé sur ce que j’appelle « l’aventure intellectuelle de l’histoire des femmes et du genre en France », dont j’ai tenté de rendre compte dans un livre publié en 1998 puis actualisé pour une version 20071. Dans cet ouvrage, l’approche est avant tout historiographique et la comparaison privilégiée concerne la France et les États-Unis.

2Je reprends ici ce thème de l’écriture de l’histoire des femmes et du genre mais la tenue de l’université européenne m’invite à déplacer doublement mon regard : d’une part, en inscrivant la France en Europe et en privilégiant les comparaisons et les circulations intra-européennes ; d’autre part, en élargissant la perspective historiographique vers une approche d’histoire des sciences qui s’intéresse aux conditions de production et de réception d’un savoir, ainsi qu’aux communautés et espaces scientifiques. Ainsi défini, le programme est immense et l’ambition démesurée. Aussi mon propos a-t-il été conçu et doit-il être lu comme un « exposé expérimental », dégageant quelques idées générales, privilégiant certains exemples et invitant au débat et aux remarques complémentaires.

ÉMERGENCE ET EVOLUTION : DES PROCESSUS SIMILAIRES, DES DECALAGES CHRONOLOGIQUES

Moments et modalités d’émergence

  • 2 Voir notamment : Dictionnaire critique du féminisme, Hirata Helena Sumiko, Laborie Françoise, Le D (...)

3Je dis souvent que l’histoire des femmes est fille de son temps et du féminisme de son temps. Telle quelle, l’affirmation me semble valable pour la plupart des pays d’Europe. Ce temps se caractérise d’abord par un phénomène sociologique : la démocratisation de l’enseignement secondaire et supérieure, et l’arrivée sur les bancs des facultés des filles du baby-boom. Ce temps est aussi un moment de contestation dans la vie politique, sociale et culturelle, moment qui voit notamment surgir le mouvement de libération des femmes (féminisme dit de la deuxième vague) et une forte critique des savoirs établis2. Même rénovée par l’histoire économique et sociale promue par la deuxième génération des Annales et diffusée dans de nombreux pays, l’histoire des années 1960 reste une discipline masculine et asexuée : tout en se présentant comme l’histoire de l’humanité, elle ignore les femmes qu’elle considère comme hors du champ d’étude.

  • 3 Les Années 68. Le temps de la contestation, Dreyfus-Armand Geneviève, Frank Robert, Lévy Marie-Fra (...)
  • 4 Kelly Joan, Women, History & Theory : The Essays of Joan Kelly, Chicago, The University of Chicago (...)
  • 5 Voir par exemple : Jacoby Boxer Marilyn, When Women Ask the Questions : Creating Women’s Studies i (...)
  • 6 Dirigée par Colette Audry, contemporaine de Simone de Beauvoir sur laquelle Séverine Liatard a sou (...)
  • 7 Sur ces premières expériences, voir : Perrot Michelle, « Les premières expériences », in CEDREF, V (...)
  • 8 Perrot Michelle (dir.), Une histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Éditions Rivages, (...)

4Ces contestations, et donc l’émergence de l’histoire des femmes, n’ont pas lieu au même moment dans les différents pays. Une première distinction importante est à faire entre les sociétés démocratiques et les États et sociétés non démocratiques. Pour les États démocratiques, on parle désormais d’années 1968 au pluriel, qui englobent une décennie environ, du milieu des années 1960 au milieu des années 1970, voire plus, de la fin de la guerre d’Algérie jusqu’à l’arrivée de la gauche au pouvoir en France3. Mais l’apparition des women’s studies n’intervient qu’à la fin des années 1960 ou au début des années 1970, avec des décalages très faibles d’un pays à l’autre. Derrière les États-Unis où Joan Kelly, sollicitée par l’historienne Gerda Lerner et d’abord réticente, prépare en 1972 un cours qui allait devenir l’article célèbre « Did Women Have A Renaissance4 ? », le Royaume-Uni apparaît pionnier, bientôt suivi des États d’Europe occidentale5. Ainsi, en France, où le terrain est préparé dans les années 1960 par quelques sociologues du travail féminin comme Madeleine Guilbert, Andrée Michel et Évelyne Sullerot6, les premiers cours d’histoire des femmes et les premières recherches sont mis en place l’année 1973-1974 à l’université Paris 7 (Michelle Perrot) et à l’uni- versité de Provence (Yvonne Knibiehler)7. Le titre du premier cours « Les femmes ont-elles une histoire ? » soulève alors une vraie question, dont les déclinaisons successives soulignent l’évolution du champ de recherche8.

  • 9 Petö Andrea, Women in Hungarian Politics 1945-1951, New-York, Columbia University Press, 2003 et « (...)

5En Espagne et au Portugal, c’est seulement la fin des dictatures qui permet l’éclosion de la contestation féministe et des recherches en histoire des femmes à la fin des années 1970. Je citerai parmi la génération pionnière Reyna Pastor, réfugiée d’Argentine, ou bien Cándida Martínez López et Mary Nash. Considérés là comme un élément fondamental de la démocratisation et de la modernisation de la société, le féminisme et l’histoire des femmes y sont, me semble-t-il, mieux acceptés qu’en France. L’histoire des femmes y a plus de légitimité et les formes d’institutionnalisation de ce champ de recherche et d’enseignement y sont plus nombreuses. L’Europe de l’Est constitue un troisième ensemble, avec une démocratisation tardive à partir des années 1990. Les femmes n’étaient pas totalement absentes du récit historique auparavant, mais il s’agissait seulement de celles qui cadraient avec l’histoire officielle, par exemple les militantes révolutionnaires mais non celles des mouvements féministes, qualifiées de bourgeoises. Ce sont ces dernières qu’a étudiées, pour la période 1945-1951, la Hongroise Andrea Petö qui dirige aujourd’hui une vaste enquête orale sur l’expérience communiste dans neuf pays9. Là aussi, l’histoire des femmes est considérée comme un élément de démocratisation des sociétés car elle bouscule le discours des démocraties populaires sur l’avènement de l’égalité entre les sexes.

  • 10 Perrot Michelle, « L’air du temps », in Nora Pierre (textes réunis et présentés par), Essais d’ego (...)

6Une deuxième source de décalage, interne aux pays démocratiques, réside dans les différences de réceptivité du monde académique au questionnement féministe et à l’histoire des femmes, différences qui sont elles-mêmes fonction de la puissance des disciplines et de la féminisation du corps enseignant. Ceci peut par exemple être illustré par la comparaison entre les cas français et allemand. En France-et c’est encore vrai aujourd’hui –, le sexe du chercheur fait moins problème que le domaine de recherche, l’histoire des femmes étant perçue comme un discours au mieux particulariste, au pire idéologique et non scientifique. Par contre, les femmes ne sont pas absentes du corps professoral ; les deux pionnières déjà citées-auxquelles il faudrait ajouter Madeleine Rebérioux et Rolande Trempé-furent recrutées sur des travaux d’histoire sociale ou politique, mais sensibles à l’air du temps, pour reprendre le titre de l’essai d’ego-histoire rédigé par Michelle Perrot en 198710, elles eurent les moyens de développer la recherche en histoire des femmes, confortées par les travaux pionniers des sociologues déjà citées. En Allemagne par contre, le corps professoral était et est resté très masculinisé, producteur d’une histoire difficilement contestable. Ainsi, je ne sais pas citer de pionnières avant la génération de Gisela Bock. Ignorance de ma part ou réalité ? Quoi qu’il en soit, le premier projet de l’histoire des femmes fut partout le même et peut être qualifié d’histoire au féminin ou de herstory.

Le temps de l’histoire au féminin : un projet commun

  • 11 Notamment : Rowbotham Sheila, Hidden from History, Londres, Pluto Press, 1973 ; Bridenthal Renate (...)
  • 12 Farge Arlette, « L’histoire ébruitée », in Dufrancatel Christiane et alii, L’histoire sans qualité (...)
  • 13 Gubin Éliane, « Histoire des femmes, histoire du genre », Sextant, n ° 2, 1994, p. 89-103 et Chois (...)

7Que l’on utilise la métaphore de la visibilité présente dans plusieurs ouvrages anglophones11 – rendre visibles les femmes du passé-ou celle de l’ébruitement qu’emploient plus volontiers Michelle Perrot et Arlette Farge12 – faire entendre leurs voix condamnées au silence –, il s’agit alors d’un projet commun de remémoration et de transmission du passé des femmes. Les femmes aussi ont une histoire digne d’être écrite et racontée. Certaines chercheuses ont utilisé le terme d’histoire contributive ou d’histoire compensatoire, peu fréquent en France, sans doute à cause de sa connotation particulariste qui risquait de délégitimer le projet. Beaucoup ont dit, et il faut le rappeler aujourd’hui, l’enthousiasme des chercheuses, le plaisir éprouvé dans ces recherches qui menaient de découverte en découverte et qui bouleversaient le récit historique. C’est notamment le cas de l’historienne belge Éliane Gubin qui a récemment rassemblé en un volume nombre de ses travaux13.

  • 14 Poirrier Philippe, Les Enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Points Seuil, 2004 ; Ory Pascal, L’ (...)
  • 15 Parmi les derniers ouvrages parus en France : Thébaud Françoise et Dermenjian Geneviève (dir.), Qu (...)
  • 16 La thèse d’Anne-Claire Rebreyend, dont la source principale est le fonds d’autobiographies de l’AP (...)

8L’histoire classique a souvent invoqué l’argument du silence des sources, pour souligner l’impossibilité d’écrire l’histoire des femmes. Mais les sources sont moins silencieuses qu’on ne l’a dit et la volonté de savoir-pour reprendre la belle expression de Michel Foucault-rend curieux et inventif. Comme l’histoire culturelle14 depuis quelques années, l’histoire des femmes a contribué à élargir la notion de sources. Elle s’est appuyée sur l’abondance des sources normatives-des femmes, de la femme, il est beaucoup parlé-et sur une lecture attentive des archives produites par l’État, notamment par la police et la justice. Elle a aussi activement recherché l’expression des femmes à travers les textes militants et la presse féministe, les correspondances, les journaux intimes ou l’enquête orale pour les périodes les plus récentes15. À cet égard, il me semble que l’histoire en France a mis du temps à reconnaître les egotextes et les archives de soi comme des sources utiles pour la discipline16. Peut-être à cause d’une forte tradition d’histoire sociale et peut-être aussi en raison d’un féminisme qui parle plus d’universalisme que de subjectivité. De fait, il y a aujourd’hui plus de diversité des approches que dans la première décennie de recherche.

Histoire des femmes/histoire du genre : des approches diversifiées

  • 17 Borderías Cristina (dir.), Joan Scott y las políticas de la historia, Barcelone, AEIHM-Icaria edit (...)
  • 18 Morant Isabel (dir), Historia de las mujeres en España y América latina, Madrid, Catedra, 2005-200 (...)

9Michèle Riot-Sarcey, qui a participé aussi à la semaine du doctorat de Nanterre, et moi-même avons toutes deux été invitées en juin 2007 à Madrid pour le deuxième séminaire international de l’Association espagnole de recherche en histoire des femmes (AEIHM), le premier ayant invité deux ans auparavant Joan Scott17. L’introduction au volume qui en sera issu sous la direction d’Ana Iriarte nous a été soumise un an plus tard. Elle souligne le poids de l’histoire sociale en Espagne ainsi que l’attachement des chercheuses aux thématiques de l’histoire des femmes, attachement que souligne la parution de la récente collection en quatre volumes dirigée par Isabel Morant18. Mais j’ai gentiment contesté l’opposition qui est faite entre une Michèle Riot-Sarcey attachée à une histoire du genre telle qu’elle est définie par Joan Scott et moi-même qui défendrait une approche plus traditionnelle d’histoire des femmes.

  • 19 Lerner Gerda, « U. S. Women’s History : Past, Present and Future », Journal of Women’s History, vo (...)
  • 20 Karen Offen pense qu’il faut encore beaucoup travailler en histoire des femmes avant de pouvoir ré (...)
  • 21 Sur ce point, voir Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, op. cit. La citation d’Arlette (...)

10Certes le mot genre a été longtemps évité en France mais le travail de Joan Scott et les débats américains étaient connus. Je reconnais tout à fait notre dette collective envers cette historienne qui a problématisé la notion d’expérience, renouvelé la critique des sources qui sont toutes médiatisées, insisté sur l’importance de comprendre le principe de partition entre masculin et féminin et ses effets de pouvoir. Ma position est plutôt de défendre la diversité des approches et le dialogue entre elles. D’une part, l’histoire des femmes n’a jamais produit de récit décontextualisé et elle me paraît toujours légitime pour combler « les blancs de la carte », comme le souligne à l’intention des jeunes chercheuses la pionnière américaine Gerda Lerner19 ou comme le répète sa collègue Karen Offen20. D’autre part, il y a à mes yeux plusieurs usages possibles du concept de genre. Celui de Joan Scott, fondamental, mais aussi celui qui invite à une histoire comparée des hommes et des femmes, à une histoire des relations entre les sexes à tous les niveaux de réalité et de représentation –« explorer le nuancier infini de la rencontre entre hommes et femmes » pour reprendre les termes d’Arlette Farge –, à une histoire de la construction des identités sexuées (y compris masculines), à une histoire des distorsions entre sexe anatomique, genre social et sexualité21. J’observe aussi que la controverse, très forte aux États-Unis dans les années 1990 et exportée ailleurs, entre histoire sociale et histoire culturelle, histoire des femmes et histoire du genre, histoire du genre avec conception sociologique et histoire du genre poststructuraliste s’est beaucoup apaisée. Aujourd’hui les différences d’approche ne sont-elles pas plus individuelles que nationales ? Marquées notamment par la formation, les lectures, les séjours à l’étranger et les thèmes de recherche ?

THEMES DE RECHERCHE : COMPARAISONS ET CIRCULATIONS

  • 22 On peut cependant citer le petit ouvrage : Clio HFS, Les Mots de l’histoire des femmes, Toulouse, (...)

11Ce point pourrait donner lieu à de longs développements, multipliant les exemples et recensant une vaste bibliographie22. Il sera traité ici de façon très synthétique, pour laisser une plus grande place au questionnement sur l’existence ou non d’un espace européen de la recherche en histoire des femmes et du genre.

Un vaste tronc commun

12Partout, les questions classiques de l’histoire sociale ont été abordées au féminin : celles du travail, des sociabilités, des classes sociales, de la famille, de l’éducation, voire de la vie quotidienne. Mais l’histoire des femmes a aussi promu de nouveaux objets d’histoire comme la maternité, le corps, la beauté, l’avortement, les féminismes, la culture féminine, le privé. Invitant à envisager tout événement du point de vue des femmes, elle a aussi questionné les périodisations et demandé quel sens ont pour les femmes les guerres, les révolutions, les périodes de régime autoritaire. On s’interrogerait aujourd’hui sur leurs effets de genre.

13Les historiographies ont aussi connu des débats communs, surgis des pratiques internes et alimentés par la circulation des points de vue. Ci- tons par exemple la question de l’agency ou capacité d’action des femmes : ces dernières ne sont-elles que des victimes de la domination masculine ou sont-elles des actrices à part entière de leur vie ? Quelles stratégies d’accommodements ou de résistance mettent-elles en œuvre ? Citons aussi les débats sur les formes de la domination masculine et les mots pour la dire ? Le terme de patriarcat peut-il par exemple convenir à toutes les époques ?

14De même, l’histoire du genre s’est partout intéressée au genre du travail, de la citoyenneté, de tel ou tel événement (la Révolution française par exemple), de l’immigration, des sports, du militantisme. Mais derrière ce tronc commun, des thématiques différentes ont été privilégiées dans les différents pays et des décalages chronologiques peuvent être observés dans l’approche de tel ou tel thème.

Des thématiques privilégiées ici ou là

  • 23 Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991-1992, 5 (...)

15Prenons l’exemple de la série Histoire des femmes en Occident23 dont je reparlerai plus loin. Dirigés par une équipe française rassemblée par Georges Duby et Michelle Perrot-à l’exception de Natalie Zemon Davis à laquelle s’est associée Arlette Farge –, les cinq volumes ont été publiés sous la même forme en France et en Italie entre 1990 et 1992. Ils ont constitué un événement éditorial mais les recensions ici et là ont souligné les biais français inscrits dans les choix d’écriture et les traductions dans de nombreux pays ont ajouté pour le moins une préface en ce sens, sinon des chapitres complémentaires. En effet, la série a mêlé une histoire des femmes et une histoire du genre conçue comme une histoire relationnelle explicitée dans l’introduction générale : « quelle est, à travers le temps, la nature du rapport [entre les sexes] ? Comment fonctionne-t-il et évolue-t-il à tous les niveaux de la représentation, des savoirs, des pouvoirs et des pratiques quotidiennes ? Dans la cité ? Dans le travail ? Dans la famille ? Dans le public et le privé [.] ? ». Elle a aussi privilégié les thèmes de l’histoire sociale française-famille, travail, vie quotidienne, militantismes –, et bien peu les questions alors développées aux États-Unis par exemple : la construction des catégories du masculin et du féminin, les sexualités ou les relations impériales. Ces dernières sont les nouveaux objets de l’histoire des femmes et du genre en France depuis une dizaine d’années avec les masculinités, les migrations ou les sciences et les techniques, comme le montrent nombre de colloques et de thèses récentes ou en cours.

  • 24 Capdevila Luc, « L’histoire des femmes dans les sociétés espagnole et latino-américaines. Approche (...)
  • 25 Morant Isabel (dir.), Historia de las mujeres en España y América latina, op. cit.

16Autre exemple : comme Luc Capdevila24, j’ai été frappée par l’importance de la question du métissage dans La historia de las mujeres en España y América latina, récemment publiée sous la direction d’Isabel Morant25. Cette question est abordée sous l’angle du mélange des populations et des cultures, mais aussi de la construction culturelle des barrières pour délimiter l’entre-soi.

Une solide histoire comparée et une histoire transnationale émergente

  • 26 Cova Anne (dir.), Comparative Women’s History : New Approaches, New York, Social Science monograph (...)
  • 27 Je renvoie à la note précédente : le volume d’Anne Cova comprend de très nombreuses références bib (...)

17Approches communes et variations nationales ont permis le développement d’une histoire comparée, certes minoritaire devant l’abondance des travaux nationaux mais peut-être plus fréquente en histoire des femmes et du genre que dans tout autre domaine26. L’un des thèmes les plus abordés dans une perspective comparée de genre est sans doute l’État-providence, avec les travaux de l’Allemande Gisela Bock, des Britanniques Jane Lewis ou Pat Thane, de l’Américaine Susan Pedersen27. Ils ont montré le rôle des féminismes dans l’émergence des politiques sociales, notamment des courants qui ont été qualifiés de maternalistes. Ils ont comparé les politiques de protection maternelle et d’allocations familiales, ainsi que les mesures adoptées pour protéger le travail féminin.

  • 28 Offen Karen, European Feminisms, 1700-1950. A Political History, Stanford, Stanford University Pre (...)
  • 29 Leila Rupp s’est de façon pionnière intéressée à l’histoire de trois internationales féministes : (...)
  • 30 Cette question fut l’objet d’un colloque devenu livre : Cohen Yolande et Thébaud Françoise (dir.),(...)
  • 31 Voir notamment les ouvrages dirigés par Smith Bonnie : Women’s History in a Global Perspective, Ur (...)

18Les fascismes ont été aussi comparés, non seulement sous l’angle de leurs politiques de genre, mais aussi en examinant la place des femmes dans les organisations mises en place par ces régimes d’embrigadement, mettant ainsi au jour des figures laissées dans l’ombre dans les premières recherches sur les femmes. Mais ce sont plus encore les féminismes qui ont fait l’objet d’une approche comparée, que ce soient le travail de longue haleine de l’Américaine Karen Offen sur l’ensemble des mouvements européens entre 1700 et 195028 ou des recherches sur deux organisations à une période donnée. Sur ce sujet, la comparaison (similitude ou différence) s’accompagne d’une attention aux organisations internationales29 et aux circulations transnationales qui passent par la tenue de congrès et l’envoi de correspondances : existe-t-il une culture transnationale féministe ou les formes de féminisme sont-elles liées aux cultures politiques nationales30 ? Émergent actuellement d’autres aspects d’une histoire transnationale des femmes-notamment sur la question des migrations –, ainsi qu’une attention aux approches globales qui tendent à relativiser l’histoire européenne31.

EXISTE-T-IL UN ESPACE EUROPEEN DE LA RECHERCHE EN HISTOIRE DES FEMMES ET DU GENRE ?

19Dès le début de l’aventure de l’histoire des femmes, il y eut des circulations de chercheuses et de textes de recherche. Il y eut ensuite la création d’entreprises communes sous la forme d’ouvrages qui dépassent le cadre national par leurs auteurs et leur contenu. Mais des questions doivent être posées : celle du poids des États-Unis, celle de l’espace considéré et de la nationalité des auteurs, celle du déplacement ou non des problématiques par le changement spatial et la traversée des frontières. Ainsi, qu’est que l’Occident, par rapport à l’Europe ? De quelle Europe parle-t-on ? À cet égard, j’évoquerai d’abord l’expérience de l’Histoire des femmes en Occident et les entreprises postérieures.

L’expérience de l’Histoire des femmes en Occident et les entreprises ultérieures

  • 32 Pasquier Marie-Claire, Marini Marcelle, Ducrocq Françoise, Fraisse Geneviève, Sohn Anne-Marie (dir (...)
  • 33 Indiana University Press, 1986.

20L’Histoire des femmes en Occident est-elle une entreprise européenne ? Avant de répondre à la question, je rappellerai les trois rencontres internationales organisées entre 1979 et 1982. À l’initiative de Caroll Smith- Rosenberg et grâce à un financement de la Fondation Rockefeller, des chercheuses françaises et américaines, mais aussi des collègues originaires d’Italie, des Pays-Bas et d’Allemagne se retrouvent en France et aux États-Unis et échangent sur les thèmes d’étude et les approches mises en œuvre. Ces rencontres aboutissent à la production de deux livres très proches par leur contenu mais différents dans leur organisation et leur titre. L’ouvrage français, intitulé Stratégies des femmes, privilégie les réponses féminines aux divers contextes historiques32. Parue deux ans plus tard, la compilation en anglais s’organise autour de la controverse contemporaine aux États-Unis entre une approche politique de l’histoire des femmes et une approche culturelle : dirigé par Judith Friedlander, Blanche Wiesen Cook, Alice Kessler-Harris et Caroll Smith-Rosenberg, il s’intitule Women in Culture and Politics : A Century of Change33.

21Produire les 3 000 pages de l’Histoire des femmes en Occident, première tentative de synthèse des travaux des vingt années précédentes, fut une aventure de plus de cinq ans, entre le projet évoqué à la fin de l’année 1986 et la parution au printemps 1992 du dernier des cinq volumes. À certains égards, elle peut être qualifiée de première entreprise européenne dans le champ de recherche, même si la dimension de l’Europe n’en fut pas le moteur principal. Observons en effet les actrices et acteurs de l’aventure, l’espace considéré et le contenu de l’ensemble, la diffusion et la réception de l’œuvre.

22L’initiative revient à l’éditeur italien Laterza, qui pensait le moment venu de proposer au public lecteur italien et français des ouvrages collectifs de qualité en histoire des femmes, dont les résultats de recherche restaient encore largement confidentiels. Heureux traducteur de l’Histoire de la vie privée, il s’adressa à Georges Duby (codirecteur de la série en cinq volumes), qui se tourna vers Michelle Perrot, elle-même directrice du volume sur le xixe siècle et pionnière de l’histoire des femmes en France. L’équipe de direction fut donc presqu’exclusivement française mais les auteur-e-s devaient refléter plus largement les historiographies existantes. Les Français furent cependant très majoritaires : par exemple, le dernier volume qui comprend dix-neuf contributions a donné la plume à onze Françaises, trois Américaines des États-Unis, deux Italiennes, une Canadienne du Québec, une Allemande qui rédigea deux chapitres, la non-mixité des auteurs n’étant que le résultat de l’état des recherches sur le xxe siècle à la fin des années 1980. Elle nous fut cependant vertement reprochée par des collègues français, tandis que des historiennes américaines s’étonnaient au contraire de la présence d’hommes dans l’équipe de rédaction de l’ensemble et qu’un célèbre historien anglais dénonçait la sous-représentation des anglophones au regard de leur importance dans l’émergence et le développement de l’histoire des femmes.

  • 34 Grimal Pierre (dir.), Histoire mondiale de la femme, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1965-196 (...)
  • 35 Sur Ida Blom, voir Sogner Solvi and Hagemann Gro (dir.), Women’s Politics and Women in Politics : (...)

23L’équipe française proposa dès le début du projet l’usage du pluriel qui fut accepté par les deux éditeurs concernés : on parla donc de storia delle donne et d’histoire des femmes, non d’histoire de « la » femme, construction culturelle qui naturalise le féminin et n’existe que dans l’imaginaire des hommes et… des femmes. Consciente des limites de l’entreprise et se souvenant de l’appellation bien trop ambitieuse de Pierre Grimal Histoire mondiale de la femme34, elle souhaita aussi compléter le titre de la version française en précisant l’espace considéré. « En Occident » fut choisi par défaut, pour bien souligner les limites de l’entreprise et avec la claire conscience que cette notion spatiale fut historiquement construite dans des rapports de pouvoir et qu’elle risquait d’induire le sentiment d’une fausse unité de l’espace considéré. De fait, les volumes ont circonscrit l’espace « occidental », privilégiant les États-Unis (éventuellement le Canada) et les « grands » pays d’Europe (France, Allemagne, Grande- Bretagne et, à un moindre degré, Italie et Espagne). L’Europe de l’Est comme celle du Nord y sont très peu présentes, alors que l’historiographie scandinave, délaissée à cause de la barrière linguistique, était déjà très développée et que se préparait au même moment une histoire en trois volumes des femmes scandinaves sous la direction de la Norvégienne Ida Blom, une des fondatrices en 1987 de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes35. Par ailleurs, la demande éditoriale d’une approche comparée qui utiliserait pour les contributions thématiques les résultats de plusieurs historiographies n’a pas été également respectée par tous les auteur-e-s. Enfin, faute de travaux sur le sujet, la question de l’Europe n’a pas été posée comme telle, le dernier volume n’abordant pas par exemple la place des femmes dans les mouvements européanistes du xxe siècle ou les effets de genre des politiques européennes.

  • 36 Wolf Christa, Trame d’enfance, Paris, Alinéa, 1987 (traduction de Ghislain Riccardi). Kindheitmust (...)

24Quant à la diffusion, elle fut européenne et internationale, les éditions Laterza réussissant le tour de force de faire traduire la série en de nombreuses langues. Les ouvrages ont été traduits en anglais-ce qui a sans doute permis de toucher l’Europe du Nord et de l’Est –, en allemand, en espagnol, en portugais, en néerlandais, mais aussi en japonais et en coréen. Supervisés par des collègues spécialistes du champ de recherche, les modes de traduction, différents d’un pays à l’autre, soulignent les limites et les biais français de l’entreprise, ainsi que le poids des historiographies et des débats nationaux. Ici, rien n’a été changé. Là, une préface a été rédigée pour donner quelques clés de lecture. Là encore, comme en Espagne, ont été ajoutés une riche iconographie et des chapitres espagnols et latino-américains. De leur côté, les éditeurs néerlandais ont posé, sans succès, la question de supprimer le texte final de Christa Wolf extrait de Trame d’enfance36, invoquant les rumeurs contemporaines d’une compromission de l’auteure avec la police politique est-allemande.

  • 37 Voir la note 31.
  • 38 Garrido Gonzàles Elisa (dir.), Historia de las mujeres en España, Madrid, Sintesis, 1997 ; Martine (...)

25Cette large diffusion est le signe d’une bonne réception de la Storia delle donne / Histoire des femmes en Occident. Elle traduit d’abord une demande sociale dans le contexte des années 1990 et peut-être le plaisir de nombreuses femmes de se découvrir une histoire digne d’être racontée. Exprimées dans une conférence par l’Américaine Bonnie Smith, qui s’est d’ailleurs investie depuis lors dans des entreprises collectives de grande ampleur37, les craintes d’un effet de canon sur les productions du champ de recherche ne se sont pas réalisées. Le succès de la série a donné une légitimité, au moins intellectuelle, aux recherches sur les femmes et le genre et a suscité ailleurs des entreprises postérieures, souvent nationales. Sa publication a pu jouer ici et là le rôle de relais d’un domaine mal connu mais aussi, et notamment en Europe, celui de stimulant à la recherche et à la publication pour des historiographies en plein essor. Depuis lors, l’Italie a notamment publié plusieurs ouvrages thématiques de la collection Storia delle donne in Italia et lancé en 2002 Genesis qui est la revue de la Société italienne des historiennes. En Espagne, l’Université de Grenade, qui édite depuis 1994 Arenal-Revista de historia de las mujeres, a plus récemment publié une bibliographie et un état des lieux institutionnels des années 1990. L’ampleur des recherches a permis des entreprises collectives d’histoire générale des femmes espagnoles et latino-américaines dont la dernière en date est l’imposante série-déjà citée-dirigée par Isabel Morant38.

L’Europe des revues et des associations

  • 39 Intitulée « Le temps de l’action. Les dynamiques associatives dans le développement de l’histoire (...)
  • 40 Asociación española de investigación de historia de las mujeres.

26Observons maintenant l’Europe des revues et des associations. Sur ces dernières, je dirai peu de choses, sauf que la plupart sont les sections nationales de la Fédération internationale pour la recherche en histoire des femmes et, qu’à ce titre, elles se rencontrent plus dans ce cadre que dans un cadre européen. En 2002 cependant, la jeune Association [française] pour le développement de l’histoire des femmes et du genre-Mnémosyne a réuni des représentantes de plusieurs pays d’Europe et l’Américaine Karen Offen (autre fondatrice de la Fédération internationale) pour évoquer les « dynamiques associatives » nationales et internationales39. Ces associations, fondées sur la défense et la promotion d’un champ de recherche, sont très majoritairement peuplées d’historiennes mais elles sont mixtes dans leur principe, sauf la Societa Italianà delle Storiche, qui manifeste une volonté conjointe de défendre le statut des historiennes-longtemps très minoritaires à l’Université-et de promouvoir les recherches en histoire des femmes et du genre. Cette particularité italienne, sans doute liée à la fois au fort taux de masculinité du corps professoral en Italie et à l’importance de la question de la subjectivité dans les mouvements de femmes de ce pays, n’est pas la seule différence perceptible dans le paysage associatif européen. Les chronologies d’apparition des associations et des revues peuvent aussi s’inverser, traduction de traditions nationales différentes et de processus divers de légitimation institutionnelle. Ainsi, en France comme en Espagne, revue et association, créées dans un premier temps grâce à l’action des mêmes femmes, sont indépendantes l’une de l’autre. Dans ce dernier pays, c’est l’AEIHM40, née en 1991 à l’initiative de Mary Nash, qui est à l’origine de la création en 1994 à l’Université de Grenade de Arenal, revista de historia de las mujeres, tandis qu’en France l’association Mnémosyne fut lancée en 2000 par le comité de rédaction de Clio, Histoire, Femmes et Sociétés.

27Avec une première parution semestrielle en 1995, Clio, Histoire, Femmes et Sociétés est la deuxième revue française d’histoire des femmes, après Pénélope, pour l’histoire des femmes qui a publié 13 numéros thématiques entre 1979 et 1985. Accompagnant la phase d’accumulation des travaux d’histoire au féminin, Pénélope est née après l’échec d’une revue internationale sollicitée par un éditeur américain et inaugure une ère de revues nationales. Ces revues nationales, dont j’ai tenté de dresser une liste par ordre d’apparition chronologique (voir annexe n ° 1) sont écrites en langue nationale et s’appuient sur un comité de rédaction formé majoritairement de chercheuses et chercheurs du pays, tandis que les comités scientifiques sont plus ouverts sur l’international et que se mettent en place des réseaux de correspondants à l’étranger. Les revues anglophones privilégient l’association d’un collectif éditorial étroit et d’un large advisory board à recrutement très international, Gender & History ayant la particularité d’être publiée à la fois au Royaume-Uni et aux États-Unis.

  • 41 Citations extraites de l’éditorial du premier numéro.

28Ces revues européennes ont des statuts divers et des lignes éditoriales différentes. Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, qui publie à l’automne 2009 son 29e numéro, est peut-être celle qui a le moins d’assises institutionnelles. Elle n’est pas, comme Genesis, la revue d’une large association professionnelle ni, comme Sextant, celle d’un groupe de recherche sis dans une université (en l’occurrence le Groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes de l’Université libre de Bruxelles). Elle n’a pas, comme L’Homme à Vienne ou Arenal à Grenade, l’appui d’une Université. Elle est seulement, avec une grande liberté et son revers en investissement-travail (pas de secrétariat de rédaction), la revue de son comité de rédaction qui a passé contrat de publication avec les Presses universitaires du Mirail à Toulouse. Comme la moitié des revues recensées, elle a fait le choix de numéros thématiques, les articles sur le thème étant accompagnés d’une rubrique Varia et de nombreux comptes rendus d’ouvrages. Elle a enfin dès le début refusé de s’inscrire dans une ligne théorique trop étroite, pour privilégier le dialogue entre les modes d’approche et ne pas opposer histoire des femmes et histoire du genre, histoire sociale et histoire culturelle, histoire politique et anthropologie historique. Signe peut-être d’une faiblesse et d’un espace restreint de production et de réception, cette position semble dominante et seules les deux revues anglophones Gender & History et Women’s History Review se sont définies par opposition. Née en 1989 et première revue d’histoire à se revendiquer du genre, la première en décline toutes les facettes : « éclairer les chemins dans lesquels les sociétés ont été formées par les relations de pouvoir entre femmes et hommes », « mettre au jour les expériences passées des femmes dans toute leur variété », porter « attention à la construction historique de la masculinité », « examiner tous les aspects du genre : à la maison et au travail, dans les espaces de voisinage et la diplomatie, dans le jeu et la guerre, dans les relations privées et les parlements », « alerter les lecteurs sur la multiplicité des langages (et métaphores) genrés à travers un large spectre d’époques et de cultures41 ». Née en 1992, Women’s History Review entend réagir à cette emprise du genre : elle souhaite, comme l’écrit alors Jane Purvis, réactiver l’histoire des femmes et « ne pas laisser l’emphase sur les différences entre les femmes obscurcir les inégalités et les relations de pouvoir entre les sexes ». Soulignons cependant que, depuis plusieurs années et alors que la virulence des débats et des oppositions dans ce champ de recherche – particulièrement forte au tournant des années 1990-s’est apaisée, les deux lignes éditoriales semblent beaucoup moins opposées et les contenus des numéros respectent ici et là une grande diversité des approches.

  • 42 de Longis Rosanna, « Tra femminismo e storiografia : i primi anni di “DWF” », in Palazzi Maura et (...)
  • 43 Citation extraite de l’éditorial du premier numéro.
  • 44 Dauphin Cécile, « Pénélope : une expérience militante dans le monde académique », in CEDREF, Vingt (...)

29Les revues peuvent en effet être classées en plusieurs générations. Si l’on excepte DWF, donnawomanfemme42 qui est une revue interdisciplinaire et qui est toujours publiée aujourd’hui, la première génération correspond à la phase d’émergence et de développement de l’histoire des femmes. Elle est aussi marquée par l’engagement militant de ses promotrices dans le mouvement féministe de l’époque et par le caractère artisanal de leurs moyens de production. Pénélope est ainsi la revue d’une association du même nom, produite par l’atelier de reprographie de l’Université Paris 7 puis par une imprimerie de femmes. Cahiers thématiques dont chacun rendait compte en cent à cent cinquante pages et par de courts articles d’une vingtaine ou plus de recherches en cours ou achevées, ses treize numéros souhaitaient « développer l’histoire des femmes comme une contribution à la prise de conscience actuelle, mais aussi poser la question “femmes” à l’Histoire entière43 ». Elle cessa de paraître en 1975, faute de soutiens institutionnels suffisants. Comme l’écrit Cécile Dauphin, « du monde académique, elle fut superbement ignorée, tout en gagnant une reconnaissance posthume44 ».

30Il revient à la deuxième génération de s’imposer dans l’espace académique. Dans les années 1990, alors que s’affirment l’histoire des femmes et les problématiques de genre, une dizaine de revues sont créées en Europe, mieux ancrées institutionnellement, très professionnelles dans leur mode de fabrication intellectuelle et matérielle. Quant aux revues les plus récentes, elles présentent trois caractéristiques nouvelles : elles affichent le terme « genre » dans leur titre, elles couvrent des espaces européens long- temps laissés dans l’ombre comme l’Europe de l’Est et l’Europe centrale, elles choisissent pour deux d’entre elles de ne paraître que sous forme électronique. Bien maîtrisée par les collègues les plus jeunes, celle-ci a l’avantage de la souplesse et autorise, plus que la forme papier, la publication d’articles dans d’autres langues que la langue nationale, moyen peut-être d’une meilleure intégration européenne. En tout cas, l’adhésion des revues à des portails en ligne-comme revues.org en France-en facilite la consultation dans l’ensemble de l’espace européen.

  • 45 Palazzi Maura et Porciani Ilaria (dir.), Storiche di ieri e di oggi. Dalle autrici dell’Ottocento (...)
  • 46 Le catalogue est consultable sur le site de l’IUFM : http://docsvr. lyon. iufm/index. html.

31Jusqu’alors, le coût des traductions limitait la place accordée aux articles étrangers. Cependant, dès les années 1990, les revues ont fait des efforts pour se connaître et pour internationaliser leurs contenus. L’initiative d’une première rencontre entre membres de divers comités de rédaction revient à L’Homme qui organise en 1996 une rencontre à Vienne. Clio, Histoire, Femmes et Sociétés suit, en invitant, à l’occasion de son cinquième anniversaire, des représentantes d’autres revues européennes pour échanger sur les pratiques éditoriales, les modes d’écriture de l’histoire des femmes et du genre ou bien les conditions de réception. Organisée en décembre 2000, cette journée d’études est publiée deux ans plus tard dans le numéro 16 de la revue qui porte comme titre « L’histoire des femmes en revues, France-Europe ». Enfin, Maura Palazzi et Ilaria Porciani organisent une rencontre à Bologne au début de l’année 2001 sur les historiennes d’hier et d’aujourd’hui, consacrant la partie contemporaine aux revues d’histoire des femmes45. Signalons aussi l’existence en France du Fonds Aspasie qui rassemble, à côté de milliers d’ouvrages sur les questions de genre, l’ensemble des revues citées et celles d’autres disciplines. Né dans le cadre de la Convention du 25 janvier 2000 sur la promotion de l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif, cette collection est financée par le Fonds social européen et installée dans la bibliothèque de l’Institut de Formation des Maîtres de l’université Lyon 146.

32S’il n’est pas possible de proposer ici une analyse d’ensemble de la dimension européenne des contenus, l’exemple de la revue Clio HFS peut être présenté. Dès sa fondation, la revue a affiché très clairement une volonté d’ouverture sur l’international mais n’a pas explicitement formulé le souhait de favoriser les connexions européennes. Effectuée sur les 25 premiers numéros (1995-2007), l’analyse de contenu résumée dans le tableau joint en annexe permet cependant de mesurer la part accordée à l’historiographie européenne et l’ampleur des circulations internes à l’Europe. Ainsi, la moitié des articles, dont la très grande majorité sont sollicités pour nourrir le thème choisi par le comité de rédaction, concernent d’autres pays que la France, et plus d’un tiers des auteurs sont étrangers. Parmi ces auteurs, 39 % sont des Européens, ce qui est une proportion notable. Cependant, bien des historiographies sont absentes et la revue, au vu de ce bilan, s’est engagée à développer ses liens avec des collègues de l’Europe du Nord, de l’Europe de l’Est, et de l’Europe centrale ; elle est attentive aussi à donner la parole, en histoire française, à des collègues non-français qui apportent un autre regard. Quant à la part des livres étrangers recensés dans la rubrique « Clio a lu », elle tombe à 21 % mais les livres publiés par des collègues européens y sont relativement plus nombreux que leurs articles. L’Europe de l’histoire des femmes et du genre est encore loin d’être intégrée.

Vers plus d’intégration européenne

  • 47 Bock Gisela, Frauen in der Europäischen Geschichte, vom Mittelalter bis zum Gegenwart, Munich, Bec (...)
  • 48 Offen Karen, European Feminisms, op. cit.
  • 49 Denéchère Yves, Ces Françaises qui ont fait l’Europe, Paris, Éditions Louis Audibert, 2007.
  • 50 Hoock-Demarle Marie-Claire, L’Europe des lettres. Réseaux épistolaires et construction de l’espace (...)

33Cette intégration passe d’abord par l’écriture et la publication d’ouvrages sur l’histoire des femmes européennes. Ces ouvrages ne doivent pas être la juxtaposition d’histoires nationales mais mettre en œuvre une approche comparée ou une approche transnationale attentive aux circulations, appropriations, hybridations ; ils doivent aussi tenter de comprendre la place de la question des femmes ou leur rôle dans la construction de l’espace européen. L’ouvrage pionnier est sans doute celui de l’Allemande Gisela Bock paru dans la collection « Faire l’Europe », qui résulte de la collaboration de cinq éditeurs européens : Beck en Allemagne, Blackwell au Royaume-Uni, Critica en Espagne, Laterza en Italie et le Seuil en France. Publié en plusieurs langues à partir de l’année 2000, mais pas en français, le livre observe de façon stimulante la querelle des sexes comme un débat européen au fil des siècles47. On peut rappeler aussi le travail de l’Américaine Karen Offen sur les féminismes européens qui met en valeur la circulation des écrits, des idées et des militantes48. Plus récemment, la Britannique Deborah Simonton a dirigé une histoire des femmes d’Europe des trois derniers siècles, Yves Denéchère a suivi le fil des « Françaises qui ont fait l’Europe » depuis trois décennies49, et Marie-Claire Hoock-Demarle a mis au jour les réseaux épistolaires européens au xixe siècle, réseaux dans lesquels les femmes jouent un grand rôle50.

34Au-delà des publications, l’intégration passe par des rencontres scientifiques, par des échanges universitaires d’étudiants et d’enseignants, par la construction de formations et de diplômes communs. Le doctorat international en histoire des femmes et des identités de genre mis sur pied par l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, l’université de Naples, l’université autonome de Madrid et l’université de Vienne en est l’un d’entre eux. Souhaitons-lui le succès mérité.

Annexes

ANNEXE I : L’EUROPE DES REVUES

1re génération

DWF, donnawomanfemme, 1975, Italie (revue interdisciplinaire sur la pensée politique et la culture des femmes)

Pénélope, pour l’histoire des femmes (13 numéros, 1979-1985), France Memoria (1981-1991), Italie

2e génération

Agenda, 1989-1999, Italie (bulletin de la Societa Italianà delle Storiche) Gender & History, 1989, Royaume-Uni

L’Homme. Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, 1990, Autriche

Women’s History Review, 1992, Royaume-Uni

Sextant, 1993, Belgique (revue interdisciplinaire)

Arenal. Revista de historia de las mujeres, 1994, Espagne

Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 1995, France

Querelles. Jahrbuch für Frauen- und Geschlechterforschung, 1996, Allemagne (interdisciplinaire)

Faces de Eva. Estudos sobre a Mulher, 1999, Portugal (revue interdisciplinaire)

Genesis, 2002, Italie (bulletin de la Societa Italianà delle Storiche, fait suite à Agenda)

Dernières nées

Aspasia, International Yearbook for Women’s and Gender History of Central Eastern and South Eastern Europe, 2007, Hongrie

Genre & Histoire, 2007, France (revue électronique de l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre-Mnémosyne)

Genre, sexualité & société, 2009, France (revue électronique interdisciplinaire)

ANNEXE II : CLIO, HISTOIRE, FEMMES ET SOCIETES (1995-2007). ARTICLES, AUTEURS, COMPTES RENDUS

* Articles : sont comptés les articles du dossier (y compris les « regards complémentaires » et « l’actualité de la recherche ») et ceux de la rubrique « Varia ». Ne sont pas comptés l’éditorial, les documents et les témoignages.
** Les % sont calculés sur l’ensemble des articles (y compris les articles relevant d’autres disciplines que l’histoire)
*** Sont considérées les institutions de rattachement. Parmi ces auteurs étrangers, 31 viennent des États-Unis, 12 d’Italie, 8 d’Espagne, 6 du Brésil, 6 d’Allemagne, 5 du Royaume-Uni, 5 de Grèce, 5 d’Algérie, 5 du Canada (dont 4 du Québec), 4 de Tunisie, 4 de Belgique, 3 d’Australie et Nouvelle-Zélande, 2 du Mexique, 2 du Maroc, 2 du Sénégal, 1 de Côte d’Ivoire, 1 du Chili, 1 du Japon, 1 de Suisse, 1 du Danemark.
**** dont 30 en anglo-américain, 15 en italien, 9 en portugais ou brésilien, 8 en espagnol ou catalan, 7 en allemand, 3 en russe, 2 en hongrois. S’y ajoutent les livres étrangers francophones et les livres étrangers traduits en français.

Notes

1 Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, Lyon, ENS éditions, 1998 et Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS éditions, 2007.

2 Voir notamment : Dictionnaire critique du féminisme, Hirata Helena Sumiko, Laborie Françoise, Le Doaré Hélène, Sénotier Danièle (dir.), Paris, PUF, 2004 [2000] ; Le Siècle des féminismes, Gubin Éliane, Jacques Catherine, Rochefort Florence, Studer Brigitte, Thébaud Françoise, Zancarini-Fournel Michelle (dir.), Paris, Éditions de l’Atelier, 2004.

3 Les Années 68. Le temps de la contestation, Dreyfus-Armand Geneviève, Frank Robert, Lévy Marie-Françoise (dir.), Bruxelles, Éditions Complexe, 2000 ; 68, une histoire collective (1962-1981), Artières Philippe et Zancarini-Fournel Michelle (dir.), Paris, La Découverte, 2008.

4 Kelly Joan, Women, History & Theory : The Essays of Joan Kelly, Chicago, The University of Chicago Press, 1984 (livre posthume).

5 Voir par exemple : Jacoby Boxer Marilyn, When Women Ask the Questions : Creating Women’s Studies in America, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1998 ; Boris Eileen & Chaudhury Nupur (dir.), Voices of Women Historians : The Personal, The Political, the Professional, Bloomington, Indiana University Press, 1999 ; Downs Laura L., Writing Gender History, Londres, Hodder Arnold, « Writing History series », 2004.

6 Dirigée par Colette Audry, contemporaine de Simone de Beauvoir sur laquelle Séverine Liatard a soutenu récemment une thèse de doctorat, la première collection « Femme » ouvre chez Denoël/Gonthier en 1964 et publie notamment Andrée Michel (La Condition de la Française aujourd’hui, 1964, avec Geneviève Texier) et Évelyne Sullerot (Histoire et sociologie du travail féminin, 1968). Sur Madeleine Guilbert, voir : Travail, Genre et Sociétés, n ° 1, rubrique « Parcours », « Entretien avec Madeleine Guilbert : propos recueillis par Margaret Maruani et Chantal Rogerat » ; Zylberberg-Hocquard Marie-Hé- Marie-Hélène, « Madeleine Guilbert (1910-2006) », Clio, n ° 25-2007 (« Musiciennes »), p. 5-8.

7 Sur ces premières expériences, voir : Perrot Michelle, « Les premières expériences », in CEDREF, Vingt-cinq ans d’études féministes. L’expérience Jussieu, Publications de l’université Paris 7-Denis Diderot, p. 13-21 ; Knibiehler Yvonne, Qui gardera les enfants ? Mémoires d’une féministe iconoclaste, Paris, Calmann-Lévy, 2007, p. 167-179.

8 Perrot Michelle (dir.), Une histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Éditions Rivages, 1984 ; Sohn Anne-Marie et Thélamon Françoise (dir.), L’Histoire sans les femmes est-elle possible ?, Rouen, Presses universitaires de Rouen/Perrin, 1998.

9 Petö Andrea, Women in Hungarian Politics 1945-1951, New-York, Columbia University Press, 2003 et « Writing Women’s History in Eastern Europe : Towards a “Terra Cognita” ? », Journal of Women’s History, vol. 16, number 4, 2004 (« Women’s History in the New Millenium »), p. 173-181.

10 Perrot Michelle, « L’air du temps », in Nora Pierre (textes réunis et présentés par), Essais d’ego-histoire, Paris, Gallimard, 1987, p. 241-292.

11 Notamment : Rowbotham Sheila, Hidden from History, Londres, Pluto Press, 1973 ; Bridenthal Renate & Koonz Claudia (dir.), Becoming Visible : Women, in European History, Boston, Houghton Mifflin Company, 1977 (deux autres éditions complétees et remaniées, 1987 et 1997).

12 Farge Arlette, « L’histoire ébruitée », in Dufrancatel Christiane et alii, L’histoire sans qualités, Paris, Éditions Galilée, 1979, p. 15-39 ; Perrot Michelle, Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998.

13 Gubin Éliane, « Histoire des femmes, histoire du genre », Sextant, n ° 2, 1994, p. 89-103 et Choisir l’histoire des femmes, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 2007.

14 Poirrier Philippe, Les Enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Points Seuil, 2004 ; Ory Pascal, L’Histoire culturelle, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2004.

15 Parmi les derniers ouvrages parus en France : Thébaud Françoise et Dermenjian Geneviève (dir.), Quand les femmes témoignent. Histoire orale, histoire des femmes, mémoire des femmes, Paris, Publisud, 2009.

16 La thèse d’Anne-Claire Rebreyend, dont la source principale est le fonds d’autobiographies de l’APA (Archives pour l’autobiographie, médiathèque d’Ambérieur-en-Bugey) vient de paraître : Rebreyend Anne-Claire, Intimités amoureuses, France 1920-1975, Toulouse, PUM, 2008.

17 Borderías Cristina (dir.), Joan Scott y las políticas de la historia, Barcelone, AEIHM-Icaria editorial, 2006.

18 Morant Isabel (dir), Historia de las mujeres en España y América latina, Madrid, Catedra, 2005-2006, 4 volumes.

19 Lerner Gerda, « U. S. Women’s History : Past, Present and Future », Journal of Women’s History, vol. 16, n ° 4, 2004, p. 10-27.

20 Karen Offen pense qu’il faut encore beaucoup travailler en histoire des femmes avant de pouvoir réécrire l’histoire avec une approche de genre.

21 Sur ce point, voir Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, op. cit. La citation d’Arlette Farge est extraite de son introduction à Dauphin Cécile et Farge Arlette (dir.), Séduction et sociétés. Approches historiques, Paris, Éditions du Seuil, 2001.

22 On peut cependant citer le petit ouvrage : Clio HFS, Les Mots de l’histoire des femmes, Toulouse, PUM, 2004.

23 Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes en Occident, Paris, Plon, 1991-1992, 5 volumes (réédition en poche en 2002). Les cinq volumes ont été dirigés par Pauline Schmitt Pantel (L’Antiquité), Christiane Klapisch-Zuber (Le Moyen Âge), Arlette Farge et Natalie Zemon Davis (xvie), Geneviève Fraisse et Michelle Perrot (Le xixe), Françoise Thébaud (Le xxe).

24 Capdevila Luc, « L’histoire des femmes dans les sociétés espagnole et latino-américaines. Approches, démarches, objets », Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, n° 27-2008 (« Amériques métisses »), p. 277-283.

25 Morant Isabel (dir.), Historia de las mujeres en España y América latina, op. cit.

26 Cova Anne (dir.), Comparative Women’s History : New Approaches, New York, Social Science monographs, Boulder, 2006. La version française est : Histoire comparée des femmes : Nouvelles approches, Lyon, ENS éditions, 2009.

27 Je renvoie à la note précédente : le volume d’Anne Cova comprend de très nombreuses références bibliographiques.

28 Offen Karen, European Feminisms, 1700-1950. A Political History, Stanford, Stanford University Press, 2000.

29 Leila Rupp s’est de façon pionnière intéressée à l’histoire de trois internationales féministes : le Conseil international des femmes, l’Alliance internationale pour le suffrage des femmes ou la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté. Voir Rupp Leila J., Worlds of Women : The Making of an International Women’s Movement, Princeton, Princeton University Press, 1997.

30 Cette question fut l’objet d’un colloque devenu livre : Cohen Yolande et Thébaud Françoise (dir.), Féminismes et identités nationales, Lyon, PPSH- Centre Jacques Cartier, 1998.

31 Voir notamment les ouvrages dirigés par Smith Bonnie : Women’s History in a Global Perspective, Urbana-Chicago, University of Illinois Press, 2004-2005 (3 volumes) et The Oxford Encyclopedia of Women in World History, Oxford, Oxford University Press, 2008.

32 Pasquier Marie-Claire, Marini Marcelle, Ducrocq Françoise, Fraisse Geneviève, Sohn Anne-Marie (dir.), Stratégies des femmes, Paris, Les Éditions Tierce, 1984.

33 Indiana University Press, 1986.

34 Grimal Pierre (dir.), Histoire mondiale de la femme, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1965-1967, 4 volumes. Les approches sont avant tout civilisationnistes et juridiques.

35 Sur Ida Blom, voir Sogner Solvi and Hagemann Gro (dir.), Women’s Politics and Women in Politics : In Honour of Ida Blom, Universitetet i Bergen, Cappelen Akademisk Forlag, 2000. Les volumes sur l’histoire des femmes scandinaves ont été publiés en norvégien et en danois en 1992-1993.

36 Wolf Christa, Trame d’enfance, Paris, Alinéa, 1987 (traduction de Ghislain Riccardi). Kindheitmuster a paru en RDA en 1976.

37 Voir la note 31.

38 Garrido Gonzàles Elisa (dir.), Historia de las mujeres en España, Madrid, Sintesis, 1997 ; Martinez Candida, Pastor Reyna, De La Pascua Maria José et Tavera Suzanna (dir.), 2000, Mujeres en la historia de España. Enciclopedia biografica, Barcelona, Planeta, 2000 ; Morant Isabel, Historia de las mujeres en España y América latina, op. cit.

39 Intitulée « Le temps de l’action. Les dynamiques associatives dans le développement de l’histoire des femmes et du genre », la journée d’études du 5 octobre 2002 a été publiée dans le Bulletin d’information n ° 2 de l’Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre-Mnémosyne, juin 2003.

40 Asociación española de investigación de historia de las mujeres.

41 Citations extraites de l’éditorial du premier numéro.

42 de Longis Rosanna, « Tra femminismo e storiografia : i primi anni di “DWF” », in Palazzi Maura et Porciani Ilaria (dir.), Storiche di ieri e di oggi. Dalle autrici dell’Ottocento alle reviste di storia delle donne, Rome, Viella, 2005, p. 223-240.

43 Citation extraite de l’éditorial du premier numéro.

44 Dauphin Cécile, « Pénélope : une expérience militante dans le monde académique », in CEDREF, Vingt-cinq ans d’études féministes. L’expérience Jussieu, Paris, Publications de l’Université Paris 7- Denis Diderot, p. 61-68. Sur Pénélope, voir aussi : Thébaud Françoise, « Da Pénélope à Clio. Forze e debolezze della storia delle donne in Francia », in Palazzi Maura e Porciani Ilaria (dir.), Sto- richriche di ieri e di oggi. Dalle autrici dell’Ottocento alle reviste di storia delle donne, op. cit., p. 163-178.

45 Palazzi Maura et Porciani Ilaria (dir.), Storiche di ieri e di oggi. Dalle autrici dell’Ottocento alle reviste di storia delle donne, op. cit.

46 Le catalogue est consultable sur le site de l’IUFM : http://docsvr. lyon. iufm/index. html.

47 Bock Gisela, Frauen in der Europäischen Geschichte, vom Mittelalter bis zum Gegenwart, Munich, Beck, 2000 (traductions en plusieurs langues dont l’anglais : Women in European History, Oxford, Blackwell Publishers, 2002). En Allemagne, une version de poche complétée a paru en 2005.

48 Offen Karen, European Feminisms, op. cit.

49 Denéchère Yves, Ces Françaises qui ont fait l’Europe, Paris, Éditions Louis Audibert, 2007.

50 Hoock-Demarle Marie-Claire, L’Europe des lettres. Réseaux épistolaires et construction de l’espace européen, Paris, Albin Michel, 2008.

Table des illustrations

Légende * Articles : sont comptés les articles du dossier (y compris les « regards complémentaires » et « l’actualité de la recherche ») et ceux de la rubrique « Varia ». Ne sont pas comptés l’éditorial, les documents et les témoignages.** Les % sont calculés sur l’ensemble des articles (y compris les articles relevant d’autres disciplines que l’histoire)*** Sont considérées les institutions de rattachement. Parmi ces auteurs étrangers, 31 viennent des États-Unis, 12 d’Italie, 8 d’Espagne, 6 du Brésil, 6 d’Allemagne, 5 du Royaume-Uni, 5 de Grèce, 5 d’Algérie, 5 du Canada (dont 4 du Québec), 4 de Tunisie, 4 de Belgique, 3 d’Australie et Nouvelle-Zélande, 2 du Mexique, 2 du Maroc, 2 du Sénégal, 1 de Côte d’Ivoire, 1 du Chili, 1 du Japon, 1 de Suisse, 1 du Danemark.**** dont 30 en anglo-américain, 15 en italien, 9 en portugais ou brésilien, 8 en espagnol ou catalan, 7 en allemand, 3 en russe, 2 en hongrois. S’y ajoutent les livres étrangers francophones et les livres étrangers traduits en français.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteur

Université d’Avignon

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable