Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre, femmes, histoire en Europe

 | 
Anna Bellavitis
, 
Nicole Edelman

Introduction

Anna Bellavitis et Nicole Edelman

Texte intégral

1Genre ? Genre ! Si ce concept n’est pas encore tout à fait entré dans l’usage de la réflexion historienne française, cet ouvrage montre combien pourtant son usage et les interrogations qu’il suscite, sont féconds. Le mot genre serait, dit-on encore, plus difficile à comprendre en français parce qu’il a de nombreux sens : genre humain, genre grammatical, genre littéraire, notion philosophique et aussi catégorie classificatoire dans les sciences naturelles. Mais n’est ce pas comme dans bien d’autres langues ? Or, l’on sait bien, sous couvert de difficulté linguistique, que se cachent bien des a priori philosophiques et des en jeux de pouvoir et par ailleurs, la langue fonde et véhicule des rapports hiérarchiques, particulièrement forts en français où l’usage dominant des accords au masculin permet d’associer le singulier masculin à l’universel.

  • 1 Voir Varikas Eleni, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006 et Thébaud Françoise, Écrire l’hi (...)
  • 2 « Gender : a useful Category of Historical Analysis », American Historical Review, vol. 91, n ° 5, (...)

2Le concept de genre a ainsi été proposé d’abord par des femmes de langue anglaise qui réfléchissaient sur les rapports hiérarchiques entre les deux sexes et qui s’interrogeaient sur la réification du biologique donné comme naturel et inchangeable, occultant son caractère idéologique et historique1. Il fut en particulier théorisé par l’historienne étatsunienne Joan Scott. La « gender history » américaine commença à ne plus étudier séparément histoire des hommes/histoire des femmes, mais à s’intéresser à l’organisation sociale de la différence sexuelle. En 1988 paraît la traduction d’un des articles de Joan Scott sous le titre « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique2 ». L’historienne y définit le genre comme un « élément constitutif des rapports sociaux fondé sur des différences perçues entre les sexes ».

3Depuis les travaux et les réflexions se sont multipliés. Le genre est dorénavant conçu à la fois comme un concept et un outil d’analyse, il permet de reconnaître le caractère sexué de l’organisation des sociétés humaines et de mettre au jour l’inégalité entre les sexes comme produit des relations de pouvoir entre hommes et femmes. Il prend en compte la construction sociale et symbolique des catégories de sexes et des rapports entre les sexes. L’étude des rapports de genre traverse donc tous les domaines, des pratiques politiques aux représentations sociales, de la formation des disciplines à leur institutionnalisation.

4Ce volume rassemble des conférences d’enseignant (e) s, et des exposés de doctorant (e) s, présentés lors de l’université européenne d’été « Semaine de Haute Formation du Doctorat international en Histoire des femmes et des identités de genre à l’époque moderne et contemporaine », qui a eu lieu à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense du 22 au 28 septembre 2008. La « Semaine », qui a reçu le label « Université européenne d’été 2008 » par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, se situe dans le cadre d’un projet de Doctorat européen qui réunit, pour l’instant, avec l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, l’université de Naples – L’Orientale, l’université autonome de Madrid, l’université de Vienne et l’université de Rouen. Les débats et les échanges, en français, anglais, espagnol et italien ont confirmé la vivacité et la fécondité de la recherche dans un domaine d’études à vocation internationale, qui, nous l’espérons, contribuera à la construction d’une citoyenneté européenne, qui prenne en compte la complexité de la dimension du genre et des relations entre les sexes.

Notes

1 Voir Varikas Eleni, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006 et Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, Lyon, ENS édition, 1998.

2 « Gender : a useful Category of Historical Analysis », American Historical Review, vol. 91, n ° 5, 1986 –« Genre : une catégorie utile d’analyse historique » in Les Cahiers du GRIF, n ° 37-38, « Genre de l’histoire », 1988, p. 125-153.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable