Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Les faces-à-faces transatlantiques

Le genre en histoire : une question de méthode

Michèle Riot-Sarcey

Texte intégral

1Dans les sciences humaines en particulier, le genre a pénétré les études universitaires. Mais son sens reste encore flou, y compris aux yeux de certains de ses utilisateurs. Qu’est-ce que le mot signifie ? Comment peut-on distinguer le genre du sexe ? Dans les milieux féministes, toutes ces questions ont été depuis longtemps abordées, mais la différence entre sexe et genre n’est pas encore très bien comprise par le commun des chercheurs universitaires.

2Dans ces quelques pages, je souhaiterais non seulement éclairer le terme, mais surtout en présenter la pertinence épistémologique en fonction de l’exigence de son usage. Le domaine de l’histoire sera mon terrain d’investigation. En effet, le genre a largement investi la discipline en restant cependant aux portes de l’évolution historiographique, notamment dans le champ des idées et du politique. Et pourtant, le potentiel de son emploi ouvre des horizons nouveaux à la recherche, en général, et à la compréhension du passé, en particulier.

  • 1 Riot-Sarcey Michèle, « Introduction », in De la Différence des sexes, le genre en histoire, Paris, (...)

3Afin de clarifier la question du genre, il nous faut tout d’abord distinguer le concept du mot, lequel appartient au langage courant du vocabulaire français. Sa généalogie s’inscrit dans différentes fonctions : grammaticales, médicales, stylistiques, littéraires, scientifiques ; en outre, le mot peut aussi désigner des attitudes, des comportements. Des catégories classificatoires aux habitudes, de la linguistique aux sciences naturelles, le genre affecte différentes formes, abstraites et concrètes à la fois : de la taxinomie à la grammaire. Ainsi appartient-il pleinement à l’arbitraire de la langue, au gré des domaines d’utilisation, car sa signification se rapporte toujours à une construction différentielle. Très simplement le genre vise à dévoiler la construction sociale de la différence des sexes et ainsi de saisir la dimension politique de la domination entre hommes et femmes1.

  • 2 Foucault Michel, Dits et Écrits, 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994, vol. II, 1970-1975, p. 225.

4L’engouement que suscite aujourd’hui le genre est trompeur et ne signifie pas que la recherche en France soit définitivement parvenue à dépasser les innombrables a priori qui ont accompagné le rejet de sa fonction critique ; pas plus que la multiplicité de ses usages actuels-contradictoires, paradoxaux, voire simplistes-ne contribue à éclairer l’évolution de ses applications. De fait, malgré son succès, le concept reste un corps étranger aux historiens quelque peu rétifs à l’analyse des relations de pouvoir. En ce sens, l’apport théorique de Michel Foucault ne semble n’a pas avoir obtenu la même réception en France qu’aux États-Unis. Le processus de déconstruction des pratiques de domination n’a pas eu le même retentissement des deux côtés de l’Atlantique ; comme si le politique, au sens large du terme, n’était pas compris dans l’ensemble de l’œuvre de celui qui se désignait lui-même comme un historien de la pensée. Confinés aux disciplines de vie des individus, les travaux de Foucault, si influents outre-Atlantique, ne seraient pas parvenus à déstabiliser la tradition historique française, habile à contourner l’histoire des pouvoirs, au sens entendu par le philosophe. Or, concernant le domaine du politique en particulier, la critique des formes de savoir, que le théoricien énonçait dans les années 1970, est toujours, de mon point de vue, aussi saisissante d’actualité. « L’histoire des luttes pour le pouvoir, donc des contradictions réelles de son exercice et de son maintien, est toujours entièrement immergée : le savoir n’y touche pas2. » L’étude de la souveraineté reste cantonnée dans la sphère de la politique institutionnelle et parvient à échapper à la recherche des pratiques de pouvoir et des constructions identitaires en fonction desquelles les relations sociales entre hommes et femmes s’établissent.

  • 3 « Le Genre de l’histoire », in Les Cahiers du Grif, numéro coordonné par Planté Christine, Riot-Sar (...)

5Lorsqu’en 1988, nous décidions de penser le Genre de l’histoire en traduisant, entre autres, l’article de Joan W. Scott3 pour le public Français, nous espérions inciter les chercheurs à réfléchir sur un concept si mal connu alors en France. Plus de vingt ans se sont écoulés avant que le genre acquière une pertinence méthodologique qui avait prouvé son efficacité dans les pays anglo-américains. Tandis que l’histoire des femmes triomphait en France, la méthode d’analyse historique qu’impliquait l’usage du genre y était largement rejetée. À l’inverse, les pays francophones - du Québec à la Suisse - surent se saisir de son à propos épistémologique.

6Depuis ces dernières années, les études de genre se sont multipliées et, au vu de la profusion de colloques dont il est l’objet, « les effets positifs » de la mondialisation semblent avoir enfin abouti à une véritable reconnaissance du concept. Pour autant, l’apport épistémologique de son utilisation n’a pas encore pénétré les disciplines, toujours hésitantes à généraliser ses applications. Enfin, bon nombre de problèmes liés à la polysémie du mot restent en suspens : problèmes de traduction, de transfert entre les disciplines, de compréhension, d’application. À titre d’exemple, sous la pression des Institutions Européennes, les chercheuses sont parfois conduites à plaquer le concept sur une réalité spécifique suivant une méthode, certes étrangère à la tradition, mais qui souvent fait fi des pratiques et des travaux en cours. Dans certains pays de l’Europe de l’Est, notamment en Russie, le féminisme est parfois cantonné dans une période marquée du sceau du « stalinisme », que les contemporains considèrent comme dépassée. Or, dans l’actualité de la recherche qui tend précisément à effacer les traces du « totalitarisme », le genre, identifié au féminisme, peut apparaître, au mieux, comme un apport occidental, au pire comme une notion inintelligible et donc inapplicable à l’analyse des relations entre hommes et femmes.

  • 4 Macherey Pierre, De Canguilhem à Foucault, la force de la norme, Paris, La Fabrique, 2009, p. 54-55
  • 5 Varikas Eleni, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006, p. 17.

7Si nous sommes attentifs aux dispositifs sociétaux, les multiples visées du genre participent de la construction des identités communautaires davantage qu’elles ne désignent des identités sexuées. Le concept, différemment du mot, « aide à formuler un problème ». Et, « pour écrire l’histoire », il nous faut « choisir de partir des questions4 ». Ainsi compris, le concept de genre est un moyen pour penser l’histoire différemment de la tradition positiviste (à condition d’accepter d’analyser les rapports de pouvoir entre hommes et femmes, lesquels structurent les sociétés en s’adaptant aux différentes évolutions, mais en gardant toujours le même écart hiérarchique entre les sexes). Au-delà de l’étude des rapports de pouvoir, « le genre n’est pas seulement un principe d’ordre, fondé sur une division sociale de tâches et de fonctions différenciées, c’est également une grille de lecture, une manière de penser le monde et le politique à travers le prisme de la différence des sexes » écrit Eleni Varikas5. C’est pourquoi le genre ne peut s’utiliser pertinemment que dans sa forme conceptuelle.

  • 6 Voir, entre autres, Loraux Nicole, « Éloge de l’anachronisme en histoire », in Le Genre humain, n° (...)

8Penser l’histoire à l’aide d’un concept suppose de se situer dans le monde présent, à la manière de Marc Bloch qui recommandait de penser le passé avec les yeux de l’observateur informé et averti du présent de l’historien. Loin de la table rase, il nous faut suivre les conseils de Nicole Loraux, historienne de l’Antiquité grecque6. Interroger, par exemple, le sens de l’universalité, du progrès, de la liberté. et soumettre à la question nombre d’idées reçues ou allant de soi qui, classées parmi les mentalités collectives, contribuèrent à écarter les propos critiques ou dissonants, au nom de l’absence de représentativité d’un ensemble d’individus ou d’une catégorie sociale donnée. En d’autres termes, s’attacher à l’historicité des discours, d’un événement ou d’un comportement est une préoccupation de l’historien qui cherche à mettre au jour les rapports de pouvoirs à l’œuvre.

9À titre d’exemple, prenons l’idée de progrès, aujourd’hui malmenée, mais qui longtemps fut identifiée aux deux derniers siècles. Le doute s’est installé et, par voie de conséquence, un autre regard sur l’histoire se pose désormais. Mais son triomphe durable a laissé des traces dans la façon d’appréhender le passé.

  • 7 Brown Wendy, « Nous sommes tous démocrates à présent », in Agamben Giorgio, Badiou Alain, Bensaïd D (...)

10Que ce soit du point de vue du droit, du confort ou de la liberté, l’idée de mieux-être a triomphé et malgré l’élargissement du spectre du politique, la souveraineté populaire est toujours envisagée sous une forme progressiste, jamais sous un angle réducteur ou régressif. Non seulement d’un point de vue masculin, mais selon la forme institutionnelle de son exercice. Wendy Brown, dans un récent article, s’interrogeait : « Si la démocratie prémoderne, républicaine, était fondée sur l’idée d’exercer le pouvoir en commun-le pouvoir du peuple pour le peuple » en était la promesse. Or, si « la liberté individuelle reste la métonymie la plus puissante associée à la démocratie, la promesse du gouvernement par le peuple est souvent oubliée7 ». Elle l’est encore davantage lorsque le référent populaire se conjugue au féminin. C’est la raison pour laquelle il nous importe d’interroger autrement l’apprentissage de la démocratie, en tenant compte des relations de domination entre hommes et femmes pendant ces longues années où l’exercice du pouvoir, en l’absence des femmes, fut réduit à une délégation ponctuelle de la citoyenneté. Nécessité d’autant plus importante qu’au cours de ces deux derniers siècles, la visibilité des femmes dans l’espace public fut inversement proportionnelle à la symbolique du pouvoir dont le lieu est investi.

11Il ne peut donc être question d’écrire l’histoire du genre dans une linéarité semblable à celle des ensembles sociaux et politiques traditionnels : la bourgeoisie, le prolétariat, le peuple. En effet, l’histoire du genre ne peut-être pensée en termes de progrès continu du genre humain, pas plus qu’il ne peut s’inscrire dans une réflexion sur la modernité à l’intérieur de laquelle individualité et liberté avancent d’un même pas. Le genre dans l’histoire ne peut être saisi qu’à travers les enjeux que révèle l’élaboration des rôles sociaux, à chaque étape de structuration des sociétés. En effet, selon les activités humaines, la place des femmes-à l’écart, à côté, en dehors –, est rarement incluse dans l’ensemble de l’objet d’étude considéré. Dans le domaine des savoirs, par exemple, au mieux, a-t-on pris en compte les aspects complémentaires de la culture féminine, tandis que le travail des femmes était envisagé sous l’angle de la concurrence ou de l’instrumentalisation dont il faisait l’objet par le capitalisme naissant. Quant à l’analyse de la sexualité féminine, l’attention à la procréation a prévalu sur l’étude des corps et des plaisirs féminins. Enfin, en politique, la nature féminine l’a largement emporté sur la construction sociale des différences d’occupation de l’espace public.

12L’identité féminine présupposée a toujours précédé l’analyse d’un collectif féminin appréhendé dans son rôle social. Or, découvrir les enjeux du temps, à partir desquels se redéfinissent les rôles sociaux, suppose une connaissance effective de la période, car la narration d’un devenir politique au sein d’une entité géographique ou temporelle diffère considérablement de la relation des expériences individuelles des individus-hommes ou femmes. Dans un récit politique relatif au nationalisme, aux révolutions ou aux changements de régimes, l’événement advenu avec ses normes interprétatives l’emporte toujours sur les conjonctures conflictuelles. Dans cette vision du passé, l’oubli recouvre immanquablement les expériences de celles et de ceux qui n’ont pu exprimer leurs points de vue dans le temps de l’événement. Impossible donc de faire l’histoire du genre sans analyser les modes de penser du temps, les dispositifs du gouvernement des hommes, à travers le langage, et en fonction du sens attribué aux différents rôles sociaux. Une même attention sera portée à la récurrence des discours normatifs. Car il ne suffit pas d’isoler une catégorie sociale minorée, marginalisée ou exclue pour lui restituer la place qui lui avait été déniée dans l’histoire, encore faut-il comprendre comment, et à partir de quels a priori historiques, les processus d’inclusion ou d’exclusion se sont effectués. Afin d’isoler les dispositifs politiques et les règles sociales qui président à l’organisation hiérarchique des sociétés, il ne suffit pas davantage de valoriser tel ou tel comportement social en vue de déstabiliser l’ordre existant-par l’inversion des genres, par exemple. Comprendre le fonctionnement de sociétés, c’est décrire comment, et par quelle opération rationnelle et parfaitement intelligible, l’existence des individus se construit en fonction d’une forme de reconnaissance qui est toujours constitutive des relations humaines.

13Deux exemples suffiront à éclairer mon propos.

14Nous sommes quelques-unes à avoir analysé les discours et actions des femmes de 1848. La pertinence de leurs discours, au vu des revendications révolutionnaires des insurgés de Février à l’encontre du système en place, était sans conteste. Et pourtant cet objet d’histoire est resté en marge de l’histoire politique qui a toujours privilégié le sens univoque de l’universalité. Se mobilisant en faveur de la vérité des mots, les républicains d’alors ne pouvaient tolérer des entorses à l’universalité des principes libérateurs. La séparation entre les mots et les choses, entre les principes et la réalité, devenait si criante que chacun, à sa manière et différemment, réclamait la mise en œuvre des promesses de la Révolution de 1789 en souhaitant la « liberté et l’égalité » vraie. Les femmes de 1848 s’engouffrèrent dans cette brèche pour mettre en cause la fausse universalité du suffrage, et le maintien du dernier des privilèges : celui qui, jusqu’alors détenu par une minorité masculine, venait de s’étendre à tous les hommes.

15Avec le suffrage universel, « désormais, il n’y a plus de prolétaires en France », écrivait le Bulletin de la république, en mars 1848. Les femmes accompagnent le mouvement en espérant une mesure d’équité. Les historiennes ont insisté sur le paradoxe de ces « femmes de 1848 » qui revendiquèrent leur droit au nom de leur devoir de mères, lequel était avancé depuis 1793, précisément pour les écarter non seulement des droits politiques, mais de la sphère publique en général. Tandis que les femmes de 1848 espèrent obtenir l’égalité pleine et entière, les hommes, tous courants confondus, pensent le devenir de leurs compagnes en termes de complémentarité. C’est pourquoi les propos publics, énoncés au féminin, ne sont pas entendus, quelle que soit la pertinence des arguments. Minorées, ridiculisées, leurs paroles publiques comme leurs écrits sont rejetées du débat et, de ce fait, de l’histoire. Ainsi, très tôt le ridicule des « femmes saucialistes » mises en pièces sur les boulevards parisiens dès 1849 se surimpose à la pensée politique d’une minorité agissante dont la lucidité l’emporte sur le ressentiment. Or, leurs expériences ne seront retenues qu’aux marges de l’histoire, laquelle préfère s’attarder sur l’anecdote ou le folklore des « Vésuviennes » dont l’existence supposée relève de la tradition historiographique du mythe des Amazones. Les historiens, soucieux de coller aux traces interprétatives des contemporains, acceptent plus volontiers d’inscrire le destin des femmes dans le mythe ou le sacré que de les admettre dans le cours normal de l’histoire. Le risque est sans doute trop grand car cette pratique d’écriture entraîne l’historien à dévier d’une linéarité respectueuse des seuls événements advenus.

16La méthode critique du genre aide non pas à réinsérer dans l’histoire une expérience politique inintelligible aux acteurs de l’événement, mais à saisir politiquement une universalité singulière dans le temps de sa production. En posant des questions que la majorité des républicains ne se posaient pas, il devient possible de dévoiler le type de République mis en place, révélant la réalité d’un système politique sélectif au service d’une minorité de privilégiés de la liberté. Mais cela implique d’introduire les impensés du temps dans la narration historique. Vaste programme en effet !

17Déniées de l’espace public, les résistances ont été écartées de l’histoire, aussi ne peuvent-elles pas, après coup, retrouver leur place dans l’écriture du passé. Tout au plus le récit narratif retiendra l’incongruité du moment. Il est manifestement illusoire, en effet, de vouloir rétablir des sujets d’histoire qui furent effacés de son mouvement par les contemporains de l’événement. La fabrique de l’histoire commence par l’interprétation sélective des enjeux du temps. Or des propos non pris en compte à l’époque de leur énonciation ne peuvent retrouver leur pertinence dans une vision linéaire du passé.

  • 8 Voir Primi Alice, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, Rennes, PU (...)
  • 9 Voir Conti-Odorisio Ginevra, Storia dell’idea femminista in Italia, Turin, ERI, « Classeunica », vo (...)

18On a oublié et l’on continue d’ignorer le rôle de Mary Wollstonecraft dans la défense de l’universalité contre Edmund Burke, contempteur de la Révolution de 1789 ; Jeanne Deroin, en France, et Louise Otto, en Allemagne, ne sont mentionnées que marginalement dans l’histoire de la révolution de 1848 en Europe8. Quant à Maria Mozzoni9, l’histoire italienne a tout simplement effacé son rôle dans l’histoire de la liberté et de l’égalité entre les sexes, il est vrai.

19Si les femmes sont mises hors du jeu politique et, par voie de conséquence, de l’histoire de l’apprentissage de la démocratie, c’est que l’identité au féminin, construite au-delà des règles législatives sous formes de représentations normatives, est parvenue à imposer l’évidence de la nature féminine sur laquelle repose l’interdit de l’espace public. Or, l’existence réelle et parfois politique des femmes entre en contradiction avec cette norme si prégnante que la parole publique énoncée au féminin devient inaudible.

  • 10 Premier numéro de la Citoyenne paru en 1880.

20Le constat est le même sous la Troisième République. Tandis qu’Hubertine Auclert défie l’universalité au masculin en publiant la Citoyenne, en 188010, le journal de Gambetta La République française, alors en guerre contre le cléricalisme, s’inquiète le 21 juillet 1880 du sort réservé aux institutrices. Il s’adresse par voix de presse au père supposé de l’impétrante, soumise au contrôle inquisitorial des prêtres, et l’enjoint de s’insurger contre une législation injuste qui détruit ses efforts éducatifs fondés sur des valeurs républicaines dont la loi fait fi. À aucun moment, l’institutrice n’est prise en considération. Objet d’intérêt, pilier même de la revendication républicaine, au cour des combats de la laïcité, elle-même est laissée en retrait car son intervention n’est pas souhaitée. Bien au contraire, elle ne participe à l’engagement collectif qu’à condition de se taire. « Le suffrage universel a fondé la république » sur la base de son référent masculin, dimension qu’il est superfétatoire de préciser. En effet, malgré l’accès des femmes à l’universel suffrage, la matrice du dispositif participe du système politique des démocraties modernes. Le fonctionnement hiérarchique perdure, à l’identique, quelle que soit la catégorie sociale, nouvellement intégrée à l’universel.

21Qu’on s’entende bien, il ne s’agit pas de révéler telle ou telle pensée dominante, il s’agit tout simplement de mettre au jour un système fondateur toujours à l’œuvre aujourd’hui dans les démocraties et dont on déplore la crise de la représentation politique qui de l’intérieur du dispositif en mine les rouages.

22Le genre aide ici, non seulement à comprendre les mécanismes des pouvoirs en place, mais révèle le paradoxe des mots et des principes fondateurs de nos sociétés.

  • 11 « Prise entre sa capacité d’être et les différents interdits, la jeune fille, l’épouse, la mère, à (...)

23En ce sens, la prise en compte des paroles dissonantes ou autres revendications « féministes », même singulières, confrontées au mode de penser dominant, aide à cerner les enjeux de pouvoirs. Ainsi, pas à pas, se découvre une réalité voilée par la fabrique des sujets consentants si bien mis en lumière par Michel Foucault. L’enserrement des sujets11, contraints d’agir en fonction des représentations qui les classent et les définissent dans l’espace social, a longtemps fait croire à la soumission volontaire, voire à la revendication de l’identité sociale, construite par les autorités morales et politiques dont dépendent les individus pour exister socialement. C’est pourquoi rendre compte des « mentalités du temps » qui, pendant si longtemps, ont servi aux historiens d’instruments de mesure des rapports sociaux de sexe, ne peut satisfaire l’exigence du chercheur en quête des formations identitaires qui sont à l’origine des comportements individuels et collectifs.

24En révélant la singulière universalité à travers la grille du genre, l’historien non seulement met à nu le système politique-la République, par exemple –, mais dégage de l’évidente liberté du citoyen le chemin escarpé de celui-ci, un chemin qui, dans la réalité des pratiques politiques, n’est emprunté que par une minorité.

  • 12 Expression empruntée au langage des libéraux du XIXe siècle, fondateur du gouvernement représentati (...)

25Si l’historien veut bien s’échapper des chemins linéaires de la continuité historique, il peut alors, en restant à distance des savoirs et autres modes de penser des contemporains, décrypter des mécanismes politiques dont l’aporie actuelle est saisissable mais dont l’origine, largement surestimée au nom du positivisme triomphant, a souvent été considérée comme une donnée Le genre en histoire : une question de méthode 187 de l’histoire. Le genre permet de poser un autre regard sur l’apprentissage de la démocratie, en soulignant les postulats de la liberté. Requise pour la bonne marche du système, l’exclusivité de la liberté est assimilée aux « capacités12 » de ceux qui disposent du temps nécessaire pour gérer la chose publique. À eux seuls est réservé le pouvoir de gouverner les autres, tous les autres dont la liberté est comptée. En s’attardant sur la nonliberté des femmes, l’historien découvre l’étroitesse du monde des hommes libres, au sens où, à la fin du XVIIIe siècle, Kant définissait la liberté par analogie aux Lumières. En cherchant à répondre à une simple question : « qui est libre et qui ne l’est pas ? », le modèle occidental se dessine différemment. Un modèle qui privilégie la délégation de pouvoir du plus grand nombre au profit de professionnels du gouvernement des hommes. L’enjeu fondamental du mode d’être en politique, visible dans ses failles actuelles, apparaît dans sa formation qui puise ses racines dans les premières années de la modernité ou acteurs et sujets se confondaient encore. Si nous suivons la pensée d’Hannah Arendt, l’acteur de l’histoire, le faiseur d’actes n’est possible que si en même temps il est diseur de paroles qui échappent au langage convenu. Or, l’histoire a toujours privilégié le langage convenu ; un langage qui est plaqué sur des événements advenus. De ce langage, on le sait, les femmes sont exclues, à l’exception de celles qui en reproduisent les énoncés et leurs effets.

  • 13 Arendt Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, CalmannLévy, 1961-1983, p. 201-225.

La puissance (liberté) n’est actualisée que lorsque la parole et l’acte ne divorcent pas, lorsque les mots ne sont pas vides [...], lorsque les mots ne servent pas à voiler des intentions mais à révéler des réalités13.

26La mise à nu des mots, le dévoilement des intentions, la restitution des enjeux, la recherche de l’historicité des antagonismes par la confrontation entre les normes et les paroles dissonantes au regard du sens commun, telles sont les visées du genre en tant que concept.

27Cette méthode suppose une rigueur des formes de questionnement. Ne pas se satisfaire des données du passé, mais analyser à distance les significations temporelles, les mécanismes, les règles, les normes et les valeurs qui construisent les relations entre les sexes en imposant les identités sociales. Cette exigence suppose l’abandon de la vision linéaire du passé et la mise en question de la réalité apparente, laquelle est calquée sur les représentations dominantes. Une interprétation, un point de vue, un souhait, une idée non retenus par les contemporains, dans un espace collectif, participent malgré tout du mouvement de l’histoire car leur seul rejet dit le sens de l’événement qui advient. Travailler avec le concept de genre permet de dévoiler les mécanismes sociaux qui président aux dissymétries entre les sexes. Plus encore, au-delà des rapports entre hommes et femmes, son usage peut nous aider à identifier la réalité d’une civilisation.

Notes

1 Riot-Sarcey Michèle, « Introduction », in De la Différence des sexes, le genre en histoire, Paris, Larousse, 2010.

2 Foucault Michel, Dits et Écrits, 1954-1988, Paris, Gallimard, 1994, vol. II, 1970-1975, p. 225.

3 « Le Genre de l’histoire », in Les Cahiers du Grif, numéro coordonné par Planté Christine, Riot-Sarcey Michèle, Varikas Eleni, n° 37/38, 1988.

4 Macherey Pierre, De Canguilhem à Foucault, la force de la norme, Paris, La Fabrique, 2009, p. 54-55.

5 Varikas Eleni, Penser le sexe et le genre, Paris, PUF, 2006, p. 17.

6 Voir, entre autres, Loraux Nicole, « Éloge de l’anachronisme en histoire », in Le Genre humain, n° 27, 1993.

7 Brown Wendy, « Nous sommes tous démocrates à présent », in Agamben Giorgio, Badiou Alain, Bensaïd Daniel et al., Démocratie, dans quel état ?, Paris, La Fabrique éd., 2009, p. 67-68.

8 Voir Primi Alice, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, Rennes, PUR, 2010.

9 Voir Conti-Odorisio Ginevra, Storia dell’idea femminista in Italia, Turin, ERI, « Classeunica », vol. 207, 1980.

10 Premier numéro de la Citoyenne paru en 1880.

11 « Prise entre sa capacité d’être et les différents interdits, la jeune fille, l’épouse, la mère, à chaque étape de la vie, la/les femmes, réduites à une identité assignée, pactisent avec les contraintes, tout en cherchant à exister. Le je au féminin, plus qu’un autre oscille entre elles et eux. » Riot-Sarcey Michèle, enserrement : concept mis en perspective dans l’introduction au livre collectif : De la Différence des sexes, op. cit., p. 20.

12 Expression empruntée au langage des libéraux du XIXe siècle, fondateur du gouvernement représentatif. À François Guizot en particulier, l’homme politique qui fut un des piliers de la Monarchie de Juillet, en assumant notamment le ministère de l’Instruction publique. Voir en particulier, Histoire de la civilisation en Europe, Paris, Hachette, « Pluriel », 1985 [1828].

13 Arendt Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, CalmannLévy, 1961-1983, p. 201-225.

Auteur

Université Paris 8,
responsable de la Fédération nationale sur le genre

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable