Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Postface

Jean-Hervé Lorenzi

Texte intégral

1Nous vivons une période traumatisante pour les économistes ; pour partie méritée, pour partie injuste. La crise a révélé la profonde exaspération que nombre de nos concitoyens avaient de ce discours rarement sanctionné lorsqu’il s’avérait inexact, celui des économistes. On a reproché à cette profession d’être trop bavarde, trop éloignée des réalités, trop formalisée, trop inutile. Nombre d’économistes ont alors eu la nostalgie de ces universitaires dont la culture, la largeur d’esprit, la modestie suscitaient le respect et l’estime. Charles-Albert était l’un d’entre eux, tout simplement parce qu’il poursuivit tout au long de sa vie l’objectif intangible de théoriser parfaitement la réalité d’un monde changeant. Ce n’est pas par hasard qu’il s’était consacré à l’analyse de la mondialisation et de ses acteurs. C’est tout simplement parce qu’on retrouve, dans ce champ, l’extrême diversité des systèmes économiques et sociaux et donc la complexité, la concurrence exacerbée entre les États et entre les firmes mondiales. On y perçoit également les réalités géostratégiques d’un monde qui inlassablement s’ouvre puis se referme, parce que l’ouverture crée toujours des gagnants et des perdants et qu’un jour ou l’autre les perdants refusent de continuer le jeu. La théorie économique sur ce plan-là, dans sa version classique, nous a desservis de cadres conceptuels, d’évidences théoriques. Fallait-il encore la peupler d’individus et d’entreprises en cette seconde moitié du XXe siècle. C’est ce que fit Charles-Albert, conscient que toute vérité à un certain moment se trouverait remise en cause l’instant d’après et qu’à une mondialisation donnée en succèderait une autre. Tout cela fait que Charles-Albert Michalet fut un pilier du Cercle des économistes. Non seulement parce que tout le monde l’aimait mais surtout parce qu’il était cette synthèse que nous cherchions chez nous, tous, entre l’abstraction et le réel. Lorsque nous avons créé le Cercle, Christian de Boissieu, Jean-Marie Chevalier, quelques autres et moi-même, nous avons posé deux principes de base : nos camarades, académiques, devaient pour autant avoir une ou plusieurs expériences professionnelles hors du système académique, ainsi que l’absolu goût du débat, ce qui signifiait que nous nous devions de représenter l’ensemble des sensibilités idéologiques, hors extrêmes. D’une certaine manière, nous étions les produits de l’absence de débat sur la politique de Francfort du début des années 90, mais aussi de la musique puisque nous étions associés dès le départ à Radio Classique. Lorsque nous avons demandé à Charles-Albert Michalet de nous rejoindre, il correspondait parfaitement à cette définition de l’économiste, de l’homme d’action ; il revenait de la Banque Mondiale, il était au cœur de toutes nos réflexions et de nos débats, et surtout il avait le goût de la musique. Nous avons passé des années ensemble, dans ce compagnonnage du Cercle des économistes ; nous avons préparé des rencontres économiques sur à peu près tous les sujets qui agitaient le monde, il a donné à tous nos travaux une touche qui nous manquait, celle d’une vraie vision mondiale des sujets. Il fut l’un des nôtres, il le restera à jamais.

Auteur

Président du Cercle des économistes

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable