Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Les firmes

L’émergence des firmes multinationales en provenance du « Sud »

Christian Milelli

Texte intégral

1La notion de firme multinationale a été, dès l’origine, attachée à a la seconde révolution industrielle de la fin du xixe siècle, période au cours de laquelle les firmes britanniques, nord-américaines et d’Europe continentale se sont étendues au plan international.

2Cette expansion s’est faite sur la base d’un avantage spécifique par rapport aux firmes locales, fondé sur une plus grande intensité technologique des procédés et des produits, des capacités managériales, des marques reconnues internationalement et un savoir-faire marketing.

3Afin de conserver cette supériorité nécessaire pour réduire les coûts de transaction à opérer dans un nouveau territoire, l’entrée privilégiée était la filiale contrôlée à 100 % par la maison mère. Cette volonté de faire face à l’incertitude était complétée par celle de maîtriser l’accès aux nouveaux consommateurs pour acheminer les produits et/ou services de manière appropriée et à un prix raisonnable. Le point d’orgue de cette dynamique a été atteint dans la décennie 1960 avec l’élimination progressive des barrières commerciales et des obstacles à l’investissement à l’étranger dans le cadre des cycles successifs de négociations commerciales multilatérales, sous l’égide de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce.

  • 1 Vernon Raymond, « International investment and international trade in the product cycle », in Quar (...)

4L’approche théorique de ce phénomène a été stimulée et largement influencée par le défi posé par la vague d’investissements nord-américains à l’étranger dans les années 50 et 601.

  • 2 Cela concerne aussi un secteur stratégique comme la production scientifique qui connaît une percée (...)

5Si la première vague des firmes multinationales originaires des pays du « Sud » n’est pas venue bousculer (et remettre en cause) la suprématie des firmes multinationales du « Nord » dans l’espace mondial et les fondements théoriques qui la sous-tendaient, il n’en est plus de même, depuis le début du millénaire, avec l’irruption d’une nouvelle vague de firmes multinationales issues des pays en développement. Ce phénomène s’appuie sur l’ascension de grands pays émergents, comme la Chine et l’Inde, qui constitue une force nouvelle et massive à l’échelle mondiale2.

6Les caractéristiques affichées et les logiques à l’ouvre dessinent un phénomène nouveau qui s’inscrit au cour de la mondialisation économique. Plus que de crise d’un processus qui consacre la réussite incontestable du capitalisme comme seul mode d’organisation de la sphère économique, l’émergence de ces firmes multinationales consacre l’ouverture d’une page inédite dans le livre de la mondialisation qui s’écrit sous nos yeux.

La dimension historique

  • 3 Il s’agissait de Taïwan, de la Corée du Sud et des deux villes-états, Hongkong et Singapour.

7La thématique des firmes multinationales originaires des pays en développement ou plus précisément ne relevant pas de la « triade » (États-Unis, Union européenne et Japon) n’est pas un phénomène inédit. En effet, son origine remonte aux années 60 et 70 et coïncide avec la montée en puissance de la première génération des « Nouveaux Pays Industrialisés » (NPI) d’Asie, aussi dénommés « Tigres asiatiques3 ». Ces pays suivront la voie que le Japon a empruntée avec succès dans la période d’après-guerre. Point n’est ici nécessaire de s’attarder sur ce que fut l’engouement intellectuel et médiatique pour le « modèle japonais » jusqu’à l’éclatement d’une bulle financière et immobilière en 1990 qui débouchera sur une crise et une remise en cause du « modèle » aussi bien dans l’Archipel qu’à l’extérieur.

8Si certains auteurs retiennent les pays exportateurs de pétrole, principalement originaires du Golfe persique, à la suite des deux « chocs pétroliers » de 1973-1974 et 1979-1980, ils n’ont toutefois pas été à l’origine de nouvelles firmes multinationales, se limitant à adopter une logique rentière permettant un recyclage de ces nouvelles ressources financières au sein des économies développées.

  • 4 Cette zone a une longue histoire de barrières internationales, particulièrement de droits de douan (...)

9La percée des NPI asiatiques a, par contre, ouvert une nouvelle voie car, à l’inverse d’autres pays en développement, comme ceux d’Amérique du Sud4 ou de l’Inde – qui ont emprunté un mode de développement autocentré, via la substitution d’importations et la protection d’industries indigènes – leur marche en avant s’est opérée sur la base d’un fort investissement productif et d’une croissance rapide des exportations de biens manufacturés, suivant en cela les dispositions du « modèle japonais ».

  • 5 Johanson Jan et Wiedersheim-Paul Finn, « The internationalization of the firms : four swedish case (...)

10L’émergence de firmes multinationales originaires de ces pays comme Formosa Plastics ou Acer à Taïwan, Samsung ou Hyundai en Corée du Sud, Olam ou Singtel à Singapour, ou encore le conglomérat Hutchison Whampoa à Hongkong est conforme aux prescriptions théoriques standards, selon lesquelles des flux croissants d’exportation sont accompagnés avant d’être relayés, pour partie, par des flux d’investissements directs à l’étranger5.

  • 6 Lall Sanjaya, The new multinationals : the spread of third world enterprises, Chichester, Wiley, 1 (...)
  • 7 Wells Louis, Third world multinationals : the rise of foreign investment from developing countries(...)
  • 8 Kumar Krishna, « Third world multinationals : a growing force in international relations », in Int (...)

11Cette première vague de firmes multinationales a été bien documentée et analysée par des auteurs comme Sanjaya Lall6, Louis Wells7 ou Krishna Kumar8.

  • 9 United Nations Conference on Trade and Development (UNCTAD), World Investment Report, 2002, et UNC (...)
  • 10 Mathews John, Dragon multinationals : A new model of global growth, New York, Oxford University Pr (...)
  • 11 Goldstein Andréa, Multinational Companies from Emerging Economies, Londres, Palgrave Macmillan, 20 (...)

12Elle sera relayée, à partir de la fin des années 90, par une accélération du processus d’internationalisation des entreprises du « Sud ». Les montants des investissements directs sortants des pays en développement seront multipliés par plus de huit entre 1995 et 2007, passant de 271 milliards de dollars à 2 290 milliards9. John Mathews10 ou Andréa Goldstein11, parmi d’autres, ont souligné la dynamique d’ensemble et les perspectives ouvertes par cette nouvelle vague ainsi que ses moteurs et ses spécificités.

Les firmes multinationales Émergentes : un phÉnomÈne au CŒur de la mondialisation Économique

13Si la première vague de firmes multinationales originaires des pays en développement peut-être vue à juste titre comme périphérique à la mondialisation économique et à son centre, la « triade », ne serait-ce qu’en raison du nombre limité des pays concernés et de leur taille, il n’en est plus de même de la suivante qui présente des caractéristiques distinctes et qui est tirée par une logique d’une autre nature. Nonobstant ces variations, la vague actuelle s’inscrit pleinement dans la mondialisation non seulement comme moteur mais aussi comme élément constitutif de ses contradictions et de ses tensions qu’exacerbent les cadres institutionnels existants.

  • 12 World Bank, The East Asian Miracle, New York, Oxford, Oxford University Press, 1993.
  • 13 UNCTAD, World Investment Report, 2008. Venait en seconde position, loin derrière, l’ASEAN, avec 11 (...)

14La vague actuelle se distingue, en premier lieu, par un spectre plus étendu de pays et de zones en dehors de l’Asie qui demeure toujours un foyer majeur de nouvelles firmes multinationales, reflétant en cela le régime de développement et la forte croissance économique de la zone12. Le stock d’investissements directs issu d’Asie ramené au stock détenu par l’ensemble des pays en développement constituait en 2007, avec un taux de 60 %, la première zone d’origine13. La lecture du tableau 1 ci-dessous rend compte de ces tendances.

Tableau 1. Place des firmes originaires des pays émergents dans le classement mondial des 100 premières firmes multinationales non-financières selon les actifs détenus à l’étranger – années 2000 et 2008

Tableau 1. Place des firmes originaires des pays émergents dans le classement mondial des 100 premières firmes multinationales non-financières selon les actifs détenus à l’étranger – années 2000 et 2008

Source : http://www.unctad.org/​Templates/​Page.asp?intItemID=2443&lang=1

  • 14 Mathews John, « Dragon multinationals : new players in the 21st century globalization », in Asia P (...)

15Elle est constituée, en second lieu, de secteurs, d’activités et de modalités d’entrée, plus variés. Ceci est pour partie le reflet d’une accélération du rythme d’internationalisation de ces firmes, qui s’appuie aussi sur une plus grande capacité d’adaptation organisationnelle14. Cette accélération constitue un changement incontestable par rapport aux pratiques observées antérieurement fondées sur une internationalisation graduelle reposant sur des voies de passage obligées.

16À côté de multinationales industrielles, notamment chinoises, aiguillonnées par leur pays devenu au début des années 2000 « l’usine du monde », prennent place des multinationales relevant d’industries extractives, notamment brésiliennes, malaises ou russes, de multinationales de services, dont des firmes indiennes ou égyptiennes, ou encore des banques chinoises ou indiennes qui développent leurs réseaux internationaux.

  • 15 Milelli Christian, Hay Françoise et Shi Yunnan, « Chinese and Indian firms in Europe : characteris (...)

17Parallèlement, les fonctions de représentation commerciale ou de support logistique aux exportations sont relayées par des activités d’assemblage et de production, et même, dans certains secteurs, d’activités de recherche et développement même s’il s’agit encore d’adapter les produits aux goûts et normes locales15.

  • 16 Cf., par exemple, l’acquisition de Thomson TV par la firme chinoise TCL en 2004, ou de Jaguar et d (...)

18Les modes d’entrée font aussi de plus en plus appel à des prises de participation ou des fusions-acquisitions en parallèle à des créations ex-nihilo dans le cadre d’une expansion internationale de type vertical, notamment vers l’aval, afin d’accompagner la distribution des produits sur les nouveaux marchés. Les opérations de croissance externe visent, pour leur part, à capter des ressources et des compétences spécifiques qui sont nécessaires aux nouveaux venus, afin de combler leur retard sur les grandes firmes multinationales. Même si certaines acquisitions ont, par exemple en Europe16, retenu l’attention des média, car visant des entreprises connues, la plupart ciblent des entreprises de taille moyenne souvent en difficulté ou au bord du dépôt de bilan et qui avaient tissé dans le passé des liens industriels ou commerciaux avec l’acquéreur.

  • 17 Garcia-Canal Esteban, Lopez Duarte Cristina, Rialp Criado Josep et Valdes Llaneza Ana, « Accelerat (...)
  • 18 Cf., par l’exemple, l’accord passé en 2010 entre Daimler et la firme chinoise BYD, un des leaders (...)

19Des partenariats de nature diverse sont également utilisés pour atteindre trois grands types d’objectifs. Le premier vise à l’obtention de technologies, expertise ou savoir-faire spécifiques tirés de la participation à des alliances internationales pilotées par de grandes firmes multinationales17. Le deuxième objectif vise à prolonger à l’international les accords noués antérieurement dans les pays en développement entre grandes firmes multinationales occidentales et entreprises locales. Dans le cas chinois, cette modalité a d’ailleurs été longtemps la seule option autorisée pour l’entrée des investisseurs étrangers dans le but de favoriser les transferts de technologie et de savoir-faire managérial. Le troisième objectif qui est beaucoup plus récent et ambitieux vise à réunir les atouts respectifs des partenaires afin de conquérir des parts de marché au plan national (marché intérieur des pays émergents) et le marché mondial18.

  • 19 Pour Brésil, Russie, Inde et Chine. Il s’agit de grands pays offrant des perspectives de croissanc (...)

20La vague actuelle témoigne, en troisième lieu, d’une plus grande hétérogénéité dans sa composition tout en faisant ressortir des asymétries découlant de la taille des pays concernés en termes de territoire, de population et/ou de volume de production. La mise en avant de la catégorie des économies émergentes et des firmes multinationales qui lui est associée en est une illustration : l’archétype de cette catégorisation étant constitué de l’acronyme BRIC19 utilisé pour la première fois en 2003 par la banque d’affaires nord-américaine Goldman Sachs et mis en ouvre par la suite avec le succès connu. Cette dénomination a toutefois été contestée tant sur le bien fondé de la notion même d’émergence que sur un champ géographique ne permettant pas de prendre en compte la dynamique d’autres pays émergents. Il s’agit notamment de l’Afrique du Sud, de la Turquie ou encore de l’Indonésie qui sont devenus des pays d’origine de nouvelles firmes multinationales.

  • 20 Dunning John, International Production and the Multinational Enterprise, Londres, Allen & Unwin, 1 (...)

21Ces asymétries positives sont une source d’avantages pour les firmes multinationales de ces pays qui se démarquent des avantages spécifiques aux entreprises qui étaient la condition nécessaire à l’internationalisation20. La dimension et la dynamique du marché intérieur d’un côté, l’action des pouvoirs publics de l’autre en sont des facteurs discriminants.

22Le tableau 2 reprend les différentes caractéristiques et moteurs de la nouvelle vague de firmes multinationales émergentes. La mise en parallèle avec les attributs des « anciennes » firmes multinationales fait apparaître une rupture [tableau 2]. Ce premier constat conduit à en rechercher les causes et à s’interroger sur leur signification : est-ce le révélateur d’une crise profonde de la mondialisation ou l’annonciateur d’une nouvelle étape ?

Tableau 2. Moteurs et caractéristiques de la nouvelle vague de firmes multinationales originaires des pays en développement comparativement aux multinationales antérieures

Tableau 2. Moteurs et caractéristiques de la nouvelle vague de firmes multinationales originaires des pays en développement comparativement aux multinationales antérieures

23Cette interrogation débouche en fait sur la place et le rôle de ces « nouveaux pays » dans le cadre de la mondialisation, d’où la mise en évidence de deux dynamiques qui sont pour partie liées.

  • 21 La performance économique de la Chine remonte au début des années 80 après la mise en ouvre de la (...)

24La première relève des performances économiques absolues et relatives affichées depuis le début des années 2000 par de grands pays ne faisant pas partie de la « triade », comme la Chine21, l’Inde ou le Brésil. La crise financière globale de 2008 ne semble d’ailleurs pas avoir infléchi cette orientation, comme l’atteste le rebond opéré par ces économies en 2009-2010 alors que la « triade » connaissait un gonflement du chômage, un creusement des déficits publics nécessitant une consolidation budgétaire et, in fine, une croissance en berne. Une transition démographique non achevée consistant en un exode rural et une urbanisation rapide, conjointement à un volontarisme politique affirmé, vont continuer à tirer la croissance économique de ces pays pour les années à venir. La Chine constitue toutefois un phénomène à part sur lequel nous reviendrons.

Figure 1. Evolution comparée du taux de croissance annuel du PNB de la « triade » avec les grands pays émergents, 2000-2008
Source : OCDE, 2010.

25La deuxième force relève de ce que les marxistes appellent la macrostructure, à savoir le champ de l’espace international dans lequel s’inscrivent les projections de ces firmes ; la trame de fond étant constituée de l’approfondissement et de l’extension de la mondialisation économique, via la libéralisation et l’ouverture continue des économies nationales. Ce cadre opératoire, qui offre au capital une grande liberté de choix de localisation et de mobilité, avait conduit dans les années 2000 de nombreux auteurs, dont Charles-Albert Michalet, à abandonner toute idée de mesure volontariste de la part des États en ce domaine, à l’exception d’une politique d’attractivité. En effet, les règles du succès, selon l’orthodoxie économique ambiante, commandaient d’attirer les capitaux étrangers par tous les moyens, de rester ouvert avec des services de l’État qui ne devaient plus interférer avec les décisions des agents économiques. C’est bel et bien les fondements de cette approche, parmi d’autres, que la crise financière globale de 2008 est venue, d’une certaine façon, remettre en cause.

26L’originalité de la phase actuelle d’internationalisation des firmes originaires des pays en développement réside dans la juxtaposition/confrontation de deux réalités distinctes : d’un côté, une dynamique nationale relativement autonome et de l’autre, un espace international fluide et ouvert, sans être pour autant totalement uniforme. Il est clair que les économies chinoise, indienne ou brésilienne sont loin d’être subsumées dans la mondialisation : une analyse plus attentive de leur dynamique interne souligne même le maintien de spécificités nationales, ce qui leur a d’ailleurs permis de sortir plus vite de la crise financière globale de 2008-2009.

  • 22 Hymer Stephen, The international operations of national firms : a study of foreign direct investme (...)
  • 23 Dunning John, International Production and the Multinational Enterprise, op. cit.
  • 24 Markusen James, Multinational firms and the theory of international trade, Cambridge (MA), MIT Pre (...)

27Cette relative autonomie entre les deux espaces va se révéler cruciale pour l’essor des firmes multinationales originaires de ces pays. En effet, elles vont pouvoir compter sur des avantages d’une autre nature que ceux sur lesquels s’étaient appuyées les premières firmes multinationales et qui avaient été initialement conceptualisés par Stephen Hymer22 et ultérieurement par John Dunning23, puis actualisés par James Markusen24. Elle va aussi leur permettre de demeurer et de prospérer sur leurs marchés domestiques qui connaissent des taux et des perspectives de croissance élevés et durables, même si, dans certains secteurs, le niveau de la concurrence s’est exacerbé ou qui demeurent encore « fermés » (monopoles publics ou secteurs jugés stratégiques). Elle va enfin leur donner du temps nécessaire pour acquérir, absorber et mettre en ouvre à « domicile » des innovations technologiques ou managériales captées à l’étranger, autrement dit de construire des avantages compétitifs.

28La combinaison de ces deux forces va se traduire par une plus grande variance dans les caractéristiques et les stratégies des firmes multinationales émergentes, en dépit d’une convergence incontestable sur des pratiques (modes de gestion) et des règles (corporate governance, par exemple) qui leur sont pour partie imposés par l’environnement international et le cadre opératoire des pays d’accueil. Cette variance alimente en retour la diversité du processus de mondialisation.

Des relations Étroites entre firmes multinationales Émergentes et espaces d’origine

  • 25 Vernon Raymond, « International investment and international trade in the product cycle », op. cit

29Ce constat général saute aux yeux, nonobstant le maintien de différences. La nouveauté du phénomène d’internationalisation des firmes explique, pour partie, cette relation. Il faut rappeler que les pays développés ont su garder pendant de nombreuses années une relation étroite avec leurs firmes multinationales, bien au-delà de la période critique des premiers pas à l’international, à l’image d’IBM aux États-Unis ou d’Alcatel en France. Le cycle du produit de Raymond Vernon25 rend d’ailleurs compte de la pérennité de ce lien à partir du cas emblématique des États-Unis. Mais la mondialisation offre désormais un cadre opératoire plus étendu et surtout plus ouvert, et le maintien de relations étroites avec le pays d’origine ne semble plus se justifier per se, du moins dans le cadre de l’orthodoxie économique dominante.

  • 26 Cela traduit le basculement d’une approche initiale centrée sur les flux internationaux de capital (...)

30En fait, c’est du côté du courant institutionnaliste et de l’approche de l’économie politique standard qu’il faut rechercher des clés d’analyse et d’interprétation du maintien de ce lien même si les derniers développements de l’International Business - qui est devenu le champ principal de conceptualisation et d’analyse des firmes multinationales26 – ont tenté de récupérer ce retour de « l’histoire ».

31Le premier courant pointe la faiblesse des dispositifs institutionnels dans les pays en développement pour expliquer le choix de dispositifs visant à pallier ces insuffisances-par exemple, la place centrale dévolue à l’État ou, à un niveau plus restreint, le rôle des entreprises familiales ou de groupes diversifiés pour pallier la faiblesse des marchés financiers. Le second rappelle l’importance de la dimension politique inhérente à la légitimité et à l’action de tout État.

32Le rôle et l’action des autorités publiques constituent la première ligne de force de ce lien. Ils font le pendant, d’une certaine façon, à l’activisme des autorités publiques, nationales ou régionales, des pays développés pour attirer des firmes étrangères sur leurs territoires.

33Les formes de l’action publique épousent un large spectre, avec à une extrémité un fort interventionnisme direct, via des entreprises publiques et, à l’autre extrémité, des modes d’intervention indirects, en passant par toute une panoplie de financements bancaires à conditions préférentielles, d’incitations fiscales, etc.

  • 27 Sassen Saskia, Territory, Authority and Rights : From Medieval to Global Assemblage, Princeton, Pr (...)

34La pérennisation du rôle de l’État dans les pays en développement n’est pas seulement un héritage du passé, mais aussi une condition nécessaire au rattrapage, à la modernisation et plus fondamentalement à l’intégration à l’économie mondialisée. Les gouvernements des pays émergents sont clairement conscients du rôle crucial que constitue le soutien apporté aux firmes locales. Saskia Sassen27 souligne d’ailleurs que cela n’est pas nouveau et que le gouvernement des États-Unis a organisé et soutenu l’internationalisation des firmes nationales, dans les années 60, avec la réussite que l’on connait. Cette dimension est patente dans le cas chinois avec la politique zou chu qu (go outside) initiée en 1999 mais elle concerne aussi d’autres pays. Le gouvernement brésilien a, par exemple en 2002, enjoint la Banque nationale de développement économique et social d’ouvrir une ligne de crédit pour les firmes ayant l’intention d’investir à l’étranger dans le cadre de son soutien à l’expansion des grandes entreprises nationales.

35L’instrument privilégié de l’action de l’État demeure les entreprises publiques. Longtemps présentées comme nanties de tares congénitales compte tenu de leur instrumentalisation politique, de leur lourdeur bureaucratique et de leur inefficience économique, ces entreprises peuvent s’appuyer sur des avantages compétitifs indéniables pour s’internationaliser en l’absence d’avantages spécifiques. La présence de ces entreprises varie, selon les secteurs, avec une forte représentation dans le secteur des industries extractives, dont celui des hydrocarbures. Dans ce cas, cela s’explique par le fait que les réserves mondiales prouvées de pétrole brut sont majoritairement concentrées dans les pays en développement : en effet, les pays de la « triade » ne détenaient en 2007 que 6 % de ces réserves alors que sa part de la consommation mondiale avoisinait les 60 %28. La tendance des grands pays producteurs de ressources naturelles de reprendre la maîtrise de la valorisation de ces ressources joue également. Les entreprises publiques de ce secteur poursuivent des stratégies d’expansion internationale verticales soit en amont au niveau de l’exploration et de l’exploitation de gisements ou de mines (cas des firmes chinoises PetroChina ou Sinopec ou indiennes comme Oil and National Gas Corp [ONGC]), soit en aval au niveau du transport, du raffinage et de la distribution (cas des firmes russes Lukoil ou Gazprom, ou latino-américaines comme Petróleos de Venezuela SA/PDVSA).

  • 29 Baena César, « Growth beyond national borders : a policy-making analysis of PDVSA’s internationali (...)

36L’examen de la stratégie poursuivie par ces firmes fait apparaître un mix d’intérêts commerciaux et d’objectifs politiques, qui dans ce dernier cas recouvre deux dimensions. Il s’agit soit de sécuriser les approvisionnements en matières premières minérales ou énergétiques pour des pays en croissance rapide comme la Chine et l’Inde ne disposant pas de ressources suffisantes, soit d’utiliser les compagnies nationales – par exemple, Petrobras au Brésil ou PDVSA au Vénézuela – comme instrument du développement national et plus récemment comme outil des ambitions régionales de ces pays29.

37La dynamique des marchés intérieurs, particulièrement ceux qui ont une dimension continentale, constitue une deuxième ligne de force du maintien d’une relation étroite entre firmes multinationales et territoires d’origine. Dans un nombre croissant de cas, l’internationalisation des firmes vise à renforcer la compétitivité de ces entreprises sur le marché national ou de mieux différencier les produits. Il s’agit notamment de renforcer les établissements nationaux afin de répondre à une concurrence interne de plus en plus rude, tout en « remontant les filières », et capter des segments plus rémunérateurs en termes de valeur ajoutée et moins exposés à une concurrence fondée sur les prix. Cela passe par l’acquisition d’entreprises étrangères ou la participation à des partenariats internationaux.

38En définitive, les différences tendances évoquées précédemment sont jusqu’à un certain point contradictoires avec une mondialisation économique fondée sur l’ouverture et la dilution des espaces nationaux. Elles renvoient plutôt l’image d’une résistance relative d’espaces nationaux ou régionaux, et de systèmes socio-productifs, qui ont en commun une nature semi-ouverte avec l’extérieur et la mondialisation qui le sous-tend. Et c’est bien ce type d’assemblage entre le national et l’international qui caractérise le mieux la phase actuelle d’essor des grands pays émergents et des firmes multinationales qui l’accompagne.

Les firmes multinationales chinoises… et les autres

  • 30 Godement François, « L’Europe face aux défis chinois », in Le Monde, 7 septembre 2010 ; Vedrine Hu (...)
  • 31 Buckley Peter J., Clegg Jeremy, Cross Adam R., Liu Xin, Voss Hinrich et Zheng Ping, « The determin (...)

39L’émergence des firmes multinationales émergentes est loin d’être uniforme comme il a été précédemment souligné. Mais, au-delà de la diversité inhérente à toute population, il est une différence qui ne cesse de se creuser depuis le début des années 2000 et qui peut être résumée dans les termes suivants : les firmes chinoises… et les autres. Ce constat reflète la montée en puissance de l’économie chinoise et plus fondamentalement de l’affirmation de la Chine comme acteur mondial majeur30. Cette singularité va donc au-delà du constat fait par certains auteurs à propos de la spécificité du profil de l’investissement direct à l’étranger d’origine chinoise31. En effet, la Chine n’est pas un cas à part en ce domaine : dans le voisinage géographique de la Chine, l’Inde offre aussi un profil atypique avec une part significative de services et une orientation principale vers les marchés des pays développés.

40Tout en étant conscient que les firmes chinoises ne constituent pas un ensemble homogène, loin de là, elles se démarquent toutefois en bloc de la plupart des firmes originaires des autres pays en développement, en raison de la quasi-impossibilité de tracer une ligne de démarcation claire entre firmes publiques et privées tant les relations entre les autorités politiques à tous les échelons et la sphère économique sont imbriquées au niveau national.

41Ce constat s’explique principalement par la nature du système politique et économique qui a prévalu en Chine depuis 1949. La mise en ouvre de la politique d’ouverture et de réformes par Deng Xiaoping en 1978 n’a pas altéré les liens profonds tissés entre le politique et l’économique, d’autant que la transformation de l’économie a été graduelle.

  • 32 Selon l’Organisation des Nations Unies pour le Développement de l’Industrie, la Chine totaliserait (...)
  • 33 Il est passé de 55 % en 2000 à 47 % en 2010.

42La Chine est devenue, en 2009, le deuxième plus grand pays manufacturier au monde devant le Japon32. S’il est vrai qu’une part significative de la production industrielle est encore l’œuvre de filiales étrangères, les firmes chinoises commencent à capter une part croissante de la valeur ajoutée locale : c’est ce que montre notamment le recul de la part du perfectionnement actif dans l’ensemble des exportations33.

43Au-delà de la performance économique, si impressionnante soit-elle, c’est bien le mode de développement suivi qui est singulier et peu orthodoxe. En effet, malgré l’ouverture, des réformes économiques incontestables, l’adhésion à l’Organisation Mondiale du Commerce en 2000, l’État demeure omniprésent : non seulement il reste l’architecte et le maître d’œuvre du développement national mais il est devenu le promoteur et l’artisan de l’expansion économique internationale du pays. Ceci n’est pas sans rappeler le mode de développement japonais dans la période d’aprèsguerre, à une différence près que l’environnement international est devenu beaucoup plus ouvert et que la venue d’investisseurs étrangers est recherchée.

44Le premier instrument de l’expansion internationale de la Chine demeure les investissements réalisés par les firmes nationales à l’étranger. Si la réduction du nombre d’entreprises publiques opéré dans les années 90 a vu arriver des entreprises privées, il n’en demeure pas moins qu’il demeure encore difficile de procéder à une différenciation entre entreprises publiques et privées. Il est permis, par exemple, de s’interroger sur le statut du premier producteur chinois d’équipement de télécommunication et troisième mondial, Huawei Technologies, présenté comme une entreprise privée alors que son fondateur qui est toujours à la tête de l’entreprise est un ancien général de l’Armée populaire chinoise. Certains experts préconisent d’ailleurs dans le cas de la Chine de ne pas retenir une grille d’analyse centrée sur les seuls droits de propriété.

45L’État chinois peut aussi mobiliser ses énormes réserves de change34. Une partie alimente le fonds souverain, China Investment Corp., dont le total des placements atteignait 826 milliards de dollars début 2010, plaçant la Chine au premier rang mondial, devant les Emirats Arabes Unis pour ce type d’instrument35. Les informations disponibles sur leur comportement laissent à penser qu’ils se conforment à la stratégie standard de ce type d’acteur. Elles alimentent aussi les banques publiques de développement (China Development Bank et China Exim Bank) qui constituent une source complémentaire de financement de l’investissement direct à l’étranger.

  • 36 Cela va des multiples chantiers ouverts à travers toute la Chine aux grands chantiers comme la lig (...)

46Enfin la Chine, qui est toujours un pays en développement confronté à de nombreux problèmes internes, est devenue à son tour un pays dispensant de l’aide publique au développement, dans un cadre moins contraignant que celui des pays de l’OCDE. La Chine assortit l’octroi de ses lignes de crédits à des commandes de biens, d’équipement ou l’ouverture de chantiers de travaux publics aux entreprises chinoises. Cela a notamment permis de faire émerger sur la scène internationale de grandes firmes de BTP à partir d’une expérience et d’un savoir-faire incontestable acquis au plan national36.

  • 37 UNCTAD, World Investment Report, 2010.

47La poussée des investissements chinois en Afrique, depuis le milieu des années 90 est un cas d’école et met clairement en évidence la présence d’une véritable stratégie nationale coordonnant différents acteurs et instruments au service d’une vision de moyen terme/long terme pour ancrer définitivement l’économie chinoise et ses entreprises au cour de la mondialisation. Selon les données officielles chinoises, qui sont notoirement sous-évaluées, la part de l’Afrique, dans le total de l’investissement chinois dans le monde, a été multipliée par 10 entre 2006 et 2008 pour atteindre 4 %37. Au-delà de cette progression qui partait certes d’un faible niveau, c’est bien la combinaison de plusieurs sources de financement, de soutiens publiques et de présence sur place qui est originale.

Une nÉcessaire mise en perspective

48Les schémas conceptuels qui avaient été mis en place pour expliquer l’essor des premières firmes multinationales peinent à expliciter la nouvelle réalité. Si le changement ne fait pas de doute, quelle en est son importance réelle et sa portée ? Le changement en cours est-il synonyme de crise profonde et d’une remise en cause de la mondialisation ?

  • 38 Mathews John, « Dragon multinationals : new players in the 21st century globalization », op. cit.

49Sans répondre directement à ces questions, des travaux académiques récents, notamment ceux de l’International Business, soulignent l’influence incontestable de la mondialisation sur la conception et la mise en ouvre des stratégies des firmes multinationales émergentes. Par exemple, John Mathews38 retient un cadre explicatif qui se démarque des thèses standard fondées sur les avantages intrinsèques des firmes. Il avance l’idée que les firmes des pays en développement s’internationalisent plus tôt afin d’obtenir à l’extérieur des avantages technologiques ou managériaux que permet le nouveau cadre de la globalisation. En fait, ces firmes n’utiliseraient pas leurs avantages pour s’internationaliser, mais plutôt s’internationaliseraient pour se procurer les ressources nécessaires à leur développement international.

  • 39 Nolan Ernest, China and the global economy : National champions, industrial policy and the big bus (...)

50Dans le cas d’un certain nombre de pays en développement, dont la Chine39, le vent du grand large est toutefois contrecarré par des forces centripètes au cœur du territoire national – plus précisément l’évolution des institutions nationales et l’exercice du pouvoir politique et/ou la dynamique du marché intérieur – qui façonnent aussi le comportement des entreprises nationales et leurs implantations internationales.

51La réalité qui émerge est en fait plurielle dans le sens où elle dépend in fine de l’angle d’observation. La mondialisation n’est plus l’apanage des seuls pays développés et de leur angle de vue mais doit, désormais, tenir compte de celui des pays émergents. L’histoire n’est pas finie, elle a même repris son cours pour des pays comme la Chine ou l’Inde qui ont été des foyers du développement économique mondial jusqu’au xviiie siècle.

  • 40 Amable Bruno, Les Cinq Capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondial (...)
  • 41 Kerr Clark, The future of industrial societies : convergence or continuing diversity, Cambridge (M (...)

52Désormais, la mondialisation comporte plusieurs points focaux et donc de représentations possibles. Même si le capitalisme est devenu un mode d’organisation de la sphère économique indépassable à ce jour, il se caractérise par une diversité de systèmes à base nationale, régionale ou fonctionnelle40. En outre, la convergence sur les types originaux est loin d’être assurée. Par exemple, les expériences chinoises et indiennes rappellent que les avantages spécifiques des entreprises ne sont pas absolues ou universelles, mais contingentes à des facteurs nationaux particuliers. Cet aspect est particulièrement évident dans le cas des firmes chinoises qui s’internationalisent. D’une certaine façon, cela va à l’encontre de la vision de la convergence prônée par le « modèle occidental ». Un chercheur comme Clark Kerr41 va plus loin et avance que s’il y a bien une convergence, elle est au mieux partielle et ne concerne qu’une première couche comprenant des domaines techniques (plans d’usine, méthodes comptables, etc.), alors qu’il n’y a pas convergence sur une couche plus profonde qui réunit valeurs, croyances et comportements.

  • 42 Ballibar Etienne et Vedrine Hubert, « Le déclin de l’Europe », in Philosophiphie Magazine, n ° 42, (...)

53Si les pays du « Nord » sont taraudés par l’idée d’une crise profonde de la mondialisation42, pour les pays en développement, il s’agit plutôt de l’amorce d’un changement ou mieux d’un rééquilibrage, de la mondialisation. Point de crise en vue mais ouverture d’une nouvelle séquence de l’expansion du capitalisme à l’échelle mondiale.

54En termes de multinationalisation des entreprises, on assiste à un renversement du phénomène où les pays d’origine et leurs marchés participent à leur essor, alors que pour les firmes multinationales occidentales le phénomène d’internationalisation accompagnait plutôt l’épuisement du marché interne, du moins pour les produits standardisés. Ceci a été parfaitement illustré par le cycle de Vernon.

55La réponse dépend donc de l’angle de vue. Au-delà de ce clivage, il peut être souligné que les pays émergents ont contribué directement au soutien d’un certain nombre d’établissements financiers aux États-Unis notamment, qui avaient été durement éprouvés par la crise de 2008-2009.

56L’extension de la mondialisation plutôt que de son entrée en crise, du moins en relation avec l’émergence des pays en développement, est aussi étayée par la multiplication des relations économiques et commerciales entre pays et firmes du « Sud ». Ceci contribue à densifier et à diversifier les relations au sein de la mondialisation, à tirer la croissance économique et aussi à amorcer un découplage partiel par rapport aux pays du « Nord ». Cette dernière dimension peut aussi être vue comme un facteur anticrise dans un système multipolaire condamné à rester instable, en l’absence de coordination reconnue et partagée au niveau supranational.

57Plus généralement, l’irruption de cette nouvelle vague d’investissements et de firmes multinationales contribue à dynamiser la mondialisation : pour s’en convaincre il n’est qu’à regarder du côté du dynamisme des économies chinoises et indiennes, et l’ouverture sur l’extérieur que témoigne l’essor continu de leurs firmes multinationales.

Notes

1 Vernon Raymond, « International investment and international trade in the product cycle », in Quarterly Journal of Economics, vol. 83, n ° 1, 1966, p. 190-207 ; Kindleberger Charles, American business abroad, New Haven, Yale University Press, 1969 ; Wilkins Mira, The maturing of multinational enterprise : American business abroad from 1914 and 1970, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1974.

2 Cela concerne aussi un secteur stratégique comme la production scientifique qui connaît une percée spectaculaire d’institutions de pays émergents dont la Chine au premier chef (Thomson Reuters, Research and collaboration in the new geography of science, novembre 2009, http://thomsonreuters.com/content/scientific/pdf/Global_Research_Report_Nov2009.pdf).

3 Il s’agissait de Taïwan, de la Corée du Sud et des deux villes-états, Hongkong et Singapour.

4 Cette zone a une longue histoire de barrières internationales, particulièrement de droits de douanes élevés.

5 Johanson Jan et Wiedersheim-Paul Finn, « The internationalization of the firms : four swedish cases », in The Journal of Management Studies, vol 12, n ° 3, 1975, p. 305-322.

6 Lall Sanjaya, The new multinationals : the spread of third world enterprises, Chichester, Wiley, 1983.

7 Wells Louis, Third world multinationals : the rise of foreign investment from developing countries, Cambridge (MA), MIT Press, 1983.

8 Kumar Krishna, « Third world multinationals : a growing force in international relations », in International Studies Quarterly, vol. 26, n ° 3, 1982, p. 397-424.

9 United Nations Conference on Trade and Development (UNCTAD), World Investment Report, 2002, et UNCTAD, World Investment Report, 2008.

10 Mathews John, Dragon multinationals : A new model of global growth, New York, Oxford University Press, 2002.

11 Goldstein Andréa, Multinational Companies from Emerging Economies, Londres, Palgrave Macmillan, 2007.

12 World Bank, The East Asian Miracle, New York, Oxford, Oxford University Press, 1993.

13 UNCTAD, World Investment Report, 2008. Venait en seconde position, loin derrière, l’ASEAN, avec 11 % alors que les pays d’Amérique latine pointaient à la troisième place (9,5 %).

14 Mathews John, « Dragon multinationals : new players in the 21st century globalization », in Asia Pacific Journal of Management, vol. 23, 2006, p. 93-113.

15 Milelli Christian, Hay Françoise et Shi Yunnan, « Chinese and Indian firms in Europe : characteristics, impacts and policy implications », in International Journal of Emerging Markets, vol. 5, n ° 3/4, 2010, p. 377-397.

16 Cf., par exemple, l’acquisition de Thomson TV par la firme chinoise TCL en 2004, ou de Jaguar et de Land Rover par la firme indienne Tata Motors en 2008.

17 Garcia-Canal Esteban, Lopez Duarte Cristina, Rialp Criado Josep et Valdes Llaneza Ana, « Accelerating international expansion through global alliances », in Journal of World Business, vol. 37, n° 2, 2002, p. 91-107.

18 Cf., par l’exemple, l’accord passé en 2010 entre Daimler et la firme chinoise BYD, un des leaders mondiaux des batteries électriques, pour développer des voitures électriques pour le marché chinois.

19 Pour Brésil, Russie, Inde et Chine. Il s’agit de grands pays offrant des perspectives de croissance durablement élevées. La prise en compte de la Russie n’est pas aussi sans poser des problèmes comme le souligne Hubert Vedrine : « la Russie n’est pas à proprement parlé un pays émergent. Ce n’est pas un ancien pays du Sud, classiquement sous-développé ou en voie de développement. C’est une superpuissance (ex-URSS) de la guerre froide qui a connu une implosion majeure en 1991 » (« La redistribution de la puissance », in Le Débat, n ° 160, 2010).

20 Dunning John, International Production and the Multinational Enterprise, Londres, Allen & Unwin, 1981.

21 La performance économique de la Chine remonte au début des années 80 après la mise en ouvre de la politique économique de modernisation et d’ouverture par Deng Xiaoping.

22 Hymer Stephen, The international operations of national firms : a study of foreign direct investment, thèse, Cambridge (MA), MIT, 1960.

23 Dunning John, International Production and the Multinational Enterprise, op. cit.

24 Markusen James, Multinational firms and the theory of international trade, Cambridge (MA), MIT Press, 2002.

25 Vernon Raymond, « International investment and international trade in the product cycle », op. cit.

26 Cela traduit le basculement d’une approche initiale centrée sur les flux internationaux de capital à une approche en termes d’organisation. Cela s’accompagne du passage d’une conception de flux homogènes de capitaux à une prise en compte de l’hétérogénéité via les performances des firmes.

27 Sassen Saskia, Territory, Authority and Rights : From Medieval to Global Assemblage, Princeton, Princeton University Press, 2006.

28 Energy Information Administration (EIA), http://www.eia.doe.gov/, 2008.

29 Baena César, « Growth beyond national borders : a policy-making analysis of PDVSA’s internationalization strategy », in Latin American Business Review, vol. 3, n ° 1, p. 31-55.

30 Godement François, « L’Europe face aux défis chinois », in Le Monde, 7 septembre 2010 ; Vedrine Hubert, « La redistribution de la puissance », op. cit.

31 Buckley Peter J., Clegg Jeremy, Cross Adam R., Liu Xin, Voss Hinrich et Zheng Ping, « The determinants of Chinese outward foreign direct investment », in Journal of International Business Studies, vol. 38, 2007, p. 499-518.

32 Selon l’Organisation des Nations Unies pour le Développement de l’Industrie, la Chine totaliserait 15,6 % de la valeur totale de la production industrielle mondiale contre 15,4 % pour le Japon et 19 % pour les États-Unis.

33 Il est passé de 55 % en 2000 à 47 % en 2010.

34 S’élevaient à 2 847 milliards de dollars à la fin 2010.

35 Sovereign Wealth Fund Institute, http://www.swfinstitute.org/ ,2010.

36 Cela va des multiples chantiers ouverts à travers toute la Chine aux grands chantiers comme la ligne TGV Pékin-Shanghai ou le plus long pont du monde (Hangzhou Bay Bridge) ouvert à la circulation en 2008.

37 UNCTAD, World Investment Report, 2010.

38 Mathews John, « Dragon multinationals : new players in the 21st century globalization », op. cit.

39 Nolan Ernest, China and the global economy : National champions, industrial policy and the big business revolution, New York, Palgrave, 2001 ; Child John et Rodrigues Suzanna, « The internationalization of Chinese firms : a case for theoretical extension », in Management and Organization Review, vol. 1, n ° 3, 2005, p. 381-410.

40 Amable Bruno, Les Cinq Capitalismes. Diversité des systèmes économiques et sociaux dans la mondialisation, Paris, Éditions du Seuil, 2005 ; Carney Michael, Gedajlovic Eric et Yang Xiaohua, « Varieties of Asian Capitalism : Toward an institutional theory of Asian enterprise », in Asia Pacific Journal of Management, vol. 26, n ° 3, 2009, p. 361-380.

41 Kerr Clark, The future of industrial societies : convergence or continuing diversity, Cambridge (MA), Harvard University Press, 1983.

42 Ballibar Etienne et Vedrine Hubert, « Le déclin de l’Europe », in Philosophiphie Magazine, n ° 42, 2010 ; Vedrine Hubert, « La redistribution de la puissance », op. cit. ; Cohen Stephen et Badford DeLong James, The end of influence. What happens when other countries have the money, New York, Basic Group, 2009.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Place des firmes originaires des pays émergents dans le classement mondial des 100 premières firmes multinationales non-financières selon les actifs détenus à l’étranger – années 2000 et 2008
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Source : http://www.unctad.org/​Templates/​Page.asp?intItemID=2443&lang=1
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 2. Moteurs et caractéristiques de la nouvelle vague de firmes multinationales originaires des pays en développement comparativement aux multinationales antérieures
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2774/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2774/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable