Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Les firmes

L’éternelle recomposition de l’industrie mondiale de l’énergie

Jean-Marie Chevalier et Patrice Geoffron

Texte intégral

  • 1 In Économies et Sociétés, série « Économie de l’Énergie », 1-2, 2001.

1En rejoignant Dauphine, Charles-Albert Michalet a intégré le Centre de Géopolitique de l’Energie et des Matières Premières (CGEMP). Il n’était certes pas économiste de l’énergie, mais il trouvait dans cette équipe des thématiques propres à nourrir son « tropisme international ». Cet intérêt de Charles-Albert Michalet pour l’énergie, objet économique international par essence, a notamment donné lieu à la publication d’un article intitulé « Les fusions - acquisitions dans le secteur énergétique : l’impact de la globalisation1 » en 2001.

2Il partait d’une interrogation qui peut paraître aujourd’hui paradoxale (« Le secteur de l’énergie aurait-il échappé à la dynamique de mondialisation ? », p. 89), pour mettre en avant la dynamique de transformation de la sphère énergétique. Son propos était de replacer ce secteur dans un mouvement qui accélérait la mobilité des marchandises, des unités de production et des capitaux, en distinguant cependant deux trajectoires spécifiques dans cette dynamique : d’une part l’industrie pétrolière, du puits à la pompe - y incluant l’amont gazier (exploration et production) - et, d’autre part, le secteur électrique et gazier (les Utilities dans la terminologie anglosaxonne) structuré par des réseaux de transport et de distribution, le plus souvent organisés en monopole et soumis à un puissant mouvement de libéralisation reflétant le triomphe des idées néo-libérales.

3Au terme d’une décennie très turbulente en matière énergétique et à l’abord d’une autre qui le sera non moins, nous proposons ici de placer les analyses et conclusions de Charles-Albert en perspective, une manière de mesurer jusqu’où a conduit (et pourrait conduire) la dynamique de transformation qui retenait alors son intérêt.

Un paysage énergétique mondial profondément bouleversé durant la décennie 2000

4Prenant 2001 en point de repère, on est frappé par l’intensité et la singularité des nouvelles forces, qui sont autant de nouveaux défis, s’exerçant sur l’industrie mondiale de l’énergie et structurant sa recomposition.

Croissance économique et crise : la demande a pris la pouvoir

5En 2001, la scène pétrolière internationale était plutôt calme. L’OPEP avait mis en place un mode de régulation des prix en fixant une fourchette entre 22 et 28 dollars par baril. La partie basse de la fourchette était le prix minimum qui était demandé par les pays producteurs, la partie haute avait été fixée à 28 dollars parce que, à cette époque, l’OPEP craignait qu’un prix trop élevé n’entraîne un véritable effondrement de la demande comme ceci avait été le cas après le deuxième choc pétrolier (1979-1980). L’OPEP a réussi à maintenir efficacement cette fourchette de prix entre 2000 et 2003 et, même en 2003, qui est l’une des pires années de l’histoire du pétrole (crise au Venezuela, troubles graves au Nigeria et déclenchement de la guerre en Irak) le prix n’est pas monté à 100 ou 150 dollars car l’OPEP était en mesure de mettre sur le marché les « barils manquants ».

6À partir de 2004, tout change : la demande de pétrole est entraînée par une croissance mondiale de 4 % par an, les prix augmentent progressivement et l’OPEP n’a plus la possibilité de freiner cette hausse car elle atteint son maximum de capacité de production. Phénomène nouveau : cette tendance ne ralentit pas la croissance car l’économie mondiale est, en 2005- 2008, beaucoup moins oil intensive qu’en 1980, donc beaucoup moins vulnérable à un prix élevé du pétrole. On atteint ainsi le troisième choc pétrolier, le premier qui soit dicté par la demande, avec un prix de 147 dollars en juillet 2008. Puis, brusquement, l’économie mondiale est frappée par la crise économique la plus violente de l’après guerre : cette crise détruit la demande, les prix chutent (aux alentours de 30 dollars fin 2008) sans que l’OPEP ne puisse enrayer cet effondrement. L’environnement décrit par Charles-Albert Michalet était relativement stable : l’évolution décrite ci-dessus annonce l’entrée dans une ère de turbulences.

Le climat au cœur de l’équation énergétique

7En 2001, la question énergétique essentielle était de développer suffisamment de ressources pour répondre à une demande croissante, même si l’efficacité énergétique était déjà affichée comme une priorité stratégique.

8Ce paysage relativement calme a été totalement bouleversé par l’irruption massive des questions de réchauffement climatique, à partir de 2002, qui peut être résumé par l’équation de Johannesburg (énoncée lors du Sommet de la Terre de 2002) : comment produire davantage d’énergie, notamment pour le développement économique, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre ?

9Cette intrusion des questions climatiques se renforce depuis lors année après année. En 2007, la très officielle Agence Internationale de l’Energie annonce que « le futur énergétique que nous sommes en train de construire n’est pas soutenable ». La même année, le rapport Stern, commandé par Tony Blair, le rapport du Groupe Intergouvernemental sur le Changement Climatique (IGCC) et le plaidoyer d’Al Gore dans son film Une vérité qui dérange, sont autant de « pavés dans la mare » qui confortent l’idée selon laquelle le réchauffement climatique met en danger le bon fonctionnement de la planète et qu’un certain nombre de pays, plus particulièrement fragiles, risquent d’en supporter les effets dramatiques et coûteux. Pour les économistes de l’énergie, plus rien n’est dès lors comme avant et aucune question énergétique ne peut être discutée sans prise en compte des composantes climatiques. Le dernier World Energy Outlook de l’AIE (novembre 2010) est venu confirmer la menace et, même, mesurer le coût de la non action : l’échec de Copenhague aura coûté 1 000 milliards de dollars.

Une diversité des modèles de capitalisme

10Charles-Albert Michalet nous décrivait une mondialisation sous-tendue par une sorte d’homogénéisation des acteurs autour du modèle de la grande firme multinationale. Les fusions-acquisitions qu’il décrivait illustraient ce modèle. Les choses sont un peu différentes aujourd’hui. Les Rencontres Economiques d’Aix-en-Provence, organisées chaque année par le Cercle des Economistes, dont Charles-Albert était un des fondateurs, ont mis en lumière en 2008 ce que l’on peut appeler la diversité des capitalismes. Dans le monde économique d’aujourd’hui, les grandes firmes internationales qu’il analysait sont toujours là, cotées en bourse, généralement immatriculées dans un pays de l’OCDE. Elles publient leurs comptes, payent des impôts, obéissent souvent à des corporate guidelines ou même à des ethical guidelines. Mais d’autres formes entrepreneuriales se sont imposées dans le paysage : des très grandes sociétés internationales contrôlées par des États, notamment pour le pétrole, le gaz ou l’électricité qui sont parfois le bras armé de leur gouvernement pour l’accès aux ressources, les importations et les exportations. Elles représentent une nouvelle forme de « capitalisme d’État », un concept sur lequel avait d’ailleurs travaillé Charles-Albert Michalet mais qui revêt aujourd’hui une dimension internationale. Le champ énergétique montre la tension entre ces capitalismes qui pourraient entrer en guerre économique pour l’accès aux ressources rares : énergie certes, mais matières premières plus généralement, terres rares, terres arables, eau.

11La dynamique économique du XXIe siècle contient ce potentiel de violence. Cette dynamique pourrait être exacerbée par la crise économique dans laquelle la plupart des pays de l’OCDE peinent à s’extraire : la sortie de crise risque d’être longue, pénible, douloureuse, coûteuse, avec la persistance de taux de chômage élevés. Le potentiel de croissance économique y est souvent bridé par des rigidités sociales, politiques et structurelles. Quant aux pays émergents, ils ont été inégalement touchés par la crise mais beaucoup d’entre eux ont déjà renoué avec la « frénésie de la croissance » qui les habitait auparavant. Ceci implique une demande d’énergie en forte croissance sans que la préoccupation environnementale soit une variable de premier rang, et ceci d’autant plus qu’ils considèrent, avec de bonnes raisons, que les pays riches portent la responsabilité de la dégradation de l’environnement et ont par conséquent une « dette climatique » à leur égard.

Stabilité industrielle sur fond de volatilité financière

  • 2 AIE, World Energy Outlook, Paris, OCDE, 2010

12Au moment ou Charles-Albert Michalet écrivait son article de 2001 était votée aux États-Unis la loi de modernisation financière (dite « loi Enron ») qui ouvrait plus grande encore la porte des marchés financiers, notamment de produits dérivés, à de nouveaux acteurs, banques d’investissement, fonds d’investissement, hedge funds, swap dealers, etc. Cette ouverture des marchés a entraîné une croissance extrêmement rapide des marchés financiers de commodités. La valeur des marchés financiers du pétrole brut et des produits pétroliers est estimée à 35 fois la valeur du marché physique2. Le fonctionnement des marchés pétroliers est aujourd’hui fondé sur une articulation entre des fondamentaux physiques et des fondamentaux financiers. La volatilité des prix s’explique en partie par cette articulation qui laisse une place importante à la spéculation, à la gestion de portefeuille et surtout à l’arbitrage, sans que l’importance de chaque facteur puisse être clairement mesurée.

13Les prix sont donc marqués par une volatilité qui paraît inhérente à la structure même des marchés. Cette volatilité est évidemment problématique pour les investisseurs industriels qui souhaiteraient disposer de signaux de prix clairs et résistants. Le monde de l’énergie est désormais ainsi fait qu’il faut à la fois faire du calcul d’investissement pour des infrastructures de production ou de transport qui auront une durée vie comprise entre 20 ans... et 50 voire 60 ans, alors que le prix directeur qu’est celui du pétrole (ou demain du CO2) peuvent varier dans une proportion de 1 à 5, sans que les marchés financiers permettent de se couvrir contre des variations d’une telle ampleur (et sans que leur responsabilité dans l’amplitude de la « houle » puisse être dégagée).

L’invasion des incertitudes et la généralisation des complexités

  • 3 Ibid.

14Les phénomènes que nous venons de décrire ont beaucoup contribué à l’accroissement de la complexité de l’environnement pétrolier et énergétique international. Et cette complexité ira croissant, les tensions entre l’énergie, les dérèglements climatiques, l’eau et l’agriculture étant appelées à croître sur une planète qui devrait accueillir 2,5 milliards d’habitants supplémentaires d’ici 2050. Le cercle vicieux voit son rayon s’étendre : les consommations d’énergie entraînent des émissions de gaz à effet de serre qui accélèrent le réchauffement climatique qui a lui-même des effets sur la disponibilité de s ressources hydriques et agricoles. En outre, ces interdépendances sont elles-mêmes marquées par de très nombreuses incertitudes : économiques, technologiques, climatiques, géopolitiques. Les dernières perspectives de l’Agence Internationale de l’Energie3 (2010) sont marquées par un cri d’alarme : « l’avenir énergétique de la planète n’a jamais été aussi incertain ».

L’industrie internationale du pétrole : l’intrusion des NOCs dans le jardin des IOCs

15En 2001, Charles-Albert Michalet montrait que la concentration de l’industrie pétrolière obéissait à une logique propre (différente des industries énergétiques de réseau) et était en grande partie orchestrée par les grandes compagnies internationales. Les majors pétroliers faisaient preuve d’une frénésie de croissance essentiellement orientée vers la croissance externe et les grosses acquisitions : Exxon/Mobil, BP/Conoco/Arco, Total/Fina/Elf.

16Aujourd’hui, la situation est différente : entre 2001 et 2011, les prix du pétrole ont plus que triplé, avec un troisième choc pétrolier en juillet 2008 (correspondant à un « sextuplement » par rapport à 2001), les pays producteurs ont engrangé beaucoup d’argent et ont poussé au développement de leurs propres compagnies pétrolières nationales. Durant cette même période, l’extraordinaire dynamique de demande des émergents les a conduits à rechercher une plus grande sécurité de leurs approvisionnements (et une part plus importante de la valeur ajoutée).

17Pour décomposer cette transformation nous allons examiner ici successivement : les grandes compagnies pétrolières internationales qui rencontrent aujourd’hui des limites à leur croissance ; le développement rapide des compagnies pétrolières nationales aussi bien chez les grands pays exportateurs que chez certains pays importateurs ; le transfert de richesses à partir des pays importateurs vers les pays exportateurs.

L’érosion du primat des compagnies pétrolières internationales.

18Les compagnies pétrolières internationales (International Oil Companies [IOCs]) engrangent beaucoup d’argent, sans être cependant réellement à la fête faute de débouchés évidents pour leurs investissements. Leur core business est l’exploration-production des hydrocarbures. Or, plus de 80 % des ressources en hydrocarbures sont situées dans des pays « à risque », c’est-à-dire dont la stabilité politique n’est pas garantie (ce qui est confirmé par les révolutions au Maghreb et Proche-Orient) et où, en outre, les investisseurs internationaux ne sont pas toujours les bienvenus, ou bien le sont à des conditions très difficiles.

19Ce retour du « nationalisme pétrolier » s’est accentué au cours des dix dernières années sous l’effet conjugué de la rareté de la ressource, de son prix et de la volonté de certains pays de faire eux-mêmes ce qu’ils avaient pu, à certains moments, déléguer à des entreprises étrangères. En outre, pour accéder aux ressources, les grandes compagnies internationales se heurtent à des nouveaux venus, notamment les compagnies nationales des grands pays importateurs, Chine et Inde, (National Oil Companies/NOCs) qui mobilisent toutes les ressources politiques et financières pour proposer des accords globaux très attractifs pour les gouvernements de certains pays. Par ailleurs, sur leurs propres marchés traditionnels, les grandes compagnies se heurtent à une demande de produits pétroliers qui stagne et tend parfois à diminuer. On estime ainsi que la peak demand pour les produits pétroliers a été atteinte aux États-Unis en 2007-2008 sous l’effet conjugué des prix, de la saturation des marchés et de l’émergence de substituts (éthanol). En Europe, la surcapacité de raffinage et la concurrence des produits importés constituent une menace croissante pour la rentabilité des pétroliers. La diversification de leurs activités (nucléaire, énergies renouvelables) est donc un problème qui se pose mais la rentabilité n’y sera jamais aussi grande que dans l’exploration production. Bref, les grandes compagnies internationales opèrent dans un secteur à haut risque ; leur périmètre traditionnel se rétrécit sous la poussée de nouveaux entrants très dynamiques et très agressifs. Où peuvent-elles trouver de nouveaux espaces de croissance ?

… et l’affirmation du nouveau pouvoir des compagnies pétrolières nationales

20Les NOCs, compagnies pétrolières nationales sous contrôle étatique, qui comptent dans l’industrie pétrolière internationale sont, d’une part, celles des pays producteurs exportateurs et, d’autre part, celles de grands pays importateurs comme la Chine et l’Inde. Les premières sont le plus souvent des entités anciennes. Beaucoup ont été créées dans les années 1970, au moment des chocs pétroliers par des gouvernements soucieux de reprendre le contrôle de leurs richesses en hydrocarbures. Leurs dynamiques d’évolution diffèrent : certaines limitent leurs activités à leur propre pays, d’autres au contraire cherchent à se donner une dimension internationale qui peut les amener à concurrencer les « vieilles » sociétés pétrolières internationales. Les relations entre les gouvernements et leurs compagnies pétrolières nationales ne sont pas toujours faciles. Il existe entre eux une rivalité pour s’approprier l’argent du pétrole et un risque que la compagnie ne devienne un État dans l’État (Gazprom, Sonatrach, PDVSA). En 2003, un tel conflit est bien apparu au Venezuela où la compagnie nationale PDVSA voulait développer ses ambitions internationales, tandis que le Président Chavez voulait l’argent du pétrole pour ses œuvres sociales. Après une grève très dure de plusieurs mois, la victoire est allée au Président, mais l’entreprise a été très durement touchée par cette affaire.

21Les compagnies pétrolières des grands pays importateurs (Chine et Inde) sont maintenant très présentes sur la scène internationale, cherchant par tous les moyens à accéder aux ressources en pétrole, en gaz, en charbon et aux autres matières premières. Elles le font avec une très grande agressivité et une aide politique efficace de la part de leurs gouvernements. Elles sont en mesure de proposer des deals dans lesquels les questions d’environnement, de droit et d’éthique n’ont pas une place prépondérante.

Une réappropriation massive des richesses par les pays exportateurs d’hydrocarbures

22Entre 2002 et 2010, les revenus annuels d’exportation des pays de l’OPEP sont passés de 200 milliards de dollars à environ 1 000 milliards. Une partie de ces recettes a permis aux gouvernements d’abonder les fonds souverains qui avaient déjà été créées, les propulsant au devant de la scène économique internationale. La puissance de ces fonds est étroitement liée aux recettes d’exportation, donc aux prix du pétrole et du gaz naturel. Globalement, on estime que l’ensemble des fonds souverains des pays exportateurs d’hydrocarbures représentent des actifs de l’ordre de 2 000 milliards de dollars. La stratégie de ces fonds n’est pas simple à décrypter, notamment à cause de l’absence de transparence, mais elle comporte deux axes : des prises de participation dans des entreprises industrielles ou bancaires et une stratégie purement financière. Compte tenu de l’ampleur de ce transfert annuel de richesses, ces fonds sont devenus des acteurs importants de l’économie globalisée. Ils participent à une recomposition des structures de gouvernance du capitalisme.

Les industries du gaz et de l’électricité : quand la concurrence se heurte à la « résilience » des industries

23Charles-Albert Michalet, pertinemment, distinguait dans son analyse le cas du gaz et de l’électricité de celui du pétrole, mettant en avant l’importance des réseaux de transport dans ces deux domaines et, pour expliquer la dynamique de consolidation, la déréglementation qui, de part et d’autre de l’Atlantique, visait à rendre ces activités « contestables ». On va d’abord ici retracer, dans le cas européen, la poursuite de cette déréglementation en Europe durant la décennie 2000, pour mettre en avant les différentes contradictions de cette démarche qui sont apparues au cours de la décennie et conduisent aujourd’hui à réfléchir à des nouveaux market designs.

L’Europe, laboratoire de la contestabilité gaz-électricité…

24L’Europe a été durant les décennies 1990 et 2000 un laboratoire de la recomposition des règles du jeu en matière énergétique... et des limites de ce type d’exercice. Alors que les marchés nationaux étaient généralement sous un régime de monopole public, l’Union Européenne s’est engagée dans une ouverture progressive à la concurrence en matière d’électricité et de gaz, en distinguant les segments potentiellement compatibles avec une telle évolution (la fourniture sur le marché de détail) et ceux qui ne pourraient l’être (les réseaux de transport ou de distribution en monopoles). Ces derniers, cependant, n’étant pas exempts de contraintes et soumis à des obligations d’accès des tiers à leurs infrastructures. Pour garantir l’obten- tion des résultats escomptés, des régulateurs indépendants ont été investis d’un pouvoir de surveillance et d’arbitrage des conflits.

25Cette évolution a été « scandée » par une série impressionnante de directives, traduites avec plus ou moins de zèle dans les législations nationales :

  • La première vague de directives remonte à 1996 pour l’électricité et 1998 pour le gaz, avec un objectif de transposition sous deux ans, suivie par une seconde vague en 2003, transposable dès 2004 (mais n’entrant dans les faits qu’en 2007 pour certaines dispositions) ;
  • Le bilan d’étape de la première partie de la décennie fut cependant décevant (eu égard aux objectifs poursuivis), avec le constat d’espaces restant très largement nationaux, concentrés, et de marchés de gros limités en volumes, la Commission a lancé en 2005 une enquête sectorielle destinée à identifier la nature des barrières à l’entrée ;
  • Les résultats de cette enquête, rendus publics en 2007, ont été suivis de propositions destinées à renforcer la concurrence en matière électrique et gazière ;
  • prolongées en 2008 d’un paquet dit « énergie-climat » proposant des objectifs ambitieux à l’horizon 2020 pour accroître la place des énergies renouvelables, améliorer l’efficacité énergétique et réduire les émissions de CO2 (ce paquet de mesures définissant les domaines dans lesquelles des aides publiques sont légitimes).

26Charles-Albert était de ceux (dont nous étions sans doute aussi) qui anticipaient que la libéralisation du secteur modifierait profondément l’organisation des entreprises et des marchés. Admettons aujourd’hui que la réalité a été plus nuancée et tentons d’esquisser quelques explications.

... mis en face des réalités industrielles et géopolitiques

27Tout d’abord, il est manifeste que, si l’histoire s’est écrite en marge de la trajectoire généralement anticipée il y a dix ans, ce n’est pas par défaut d’activisme des autorités européennes :

  • En matière de concentration la Commission a ainsi interdit certaines fusions (EDP/GDP au Portugal en 2004) ou imposé des restrictions à certaines d’entre elles (GDF/Suez ou E. On/MOL en 2006) ou bien poussant à l’annulation de restrictions imposées par des autorités nationales pour de telles opérations (E. ON/Endesa, Enel/Acciona/Endesa) ;
  • Les aides d’État au secteur énergétique ont été scrutées avec soin (contrats de long terme en Pologne et Hongrie en 2005) ou de même que les tarifs réglementés (Espagne et France en 2007) ;
  • Sans parler des nombreux cas d’antitrust : Distrigas, EDF, Electrabel, E. On.
  • Cependant, la donne n’a pas été bouleversée comme elle le fut dans le transport aérien ou les télécommunications par ailleurs :
  • Tout d’abord parce que la nature du service offert se prêtait relativement peu à l’innovation dans un système relativement stable au plan technique (contrairement aux télécoms) et peu propice à une déconstruction (comme dans le low cost aérien) ;
  • Parce que le pouvoir de l’amont (approvisionnement et production) ne s’est pas démenti et que différents épisodes (dont la crise russo-ukrainienne en matière de gaz) sont venus remettre à l’avant-scène les problématiques de sécurité d’approvisionnement qui légitiment la pérennisation d’acteurs puissants et de formes contractuelles peu propices à des entrées nouvelles (contrats d’approvisionnement de long terme dans le gaz) ;
  • Parce que les défis du changement climatique appellent certes de l’innovation dans les énergies nouvelles et les services qui s’y rapportent, mais que les politiques nationales de soutien à ces activités sont souvent peu lisibles (et fragmentées au niveau européen), assurant un insuffisant renouvellement de la base industrielle ;
  • De sorte que, au total, l’industrie gaz-électricité est aujourd’hui un oligopole pan-européen composé des opérateurs historiques les plus puissants, entourés d’une frange d’acteurs locaux.

28Cette configuration concurrentielle n’est pas dénuée de vertus pour affronter un monde où prédominent la complexité et l’incertitude. Mais admettons qu’elle diffère de la vision d’un monde « contestable » qui prévalait il y a dix ans. La prudence conduit à convenir que l’avenir n’est pas écrit en matière de market design : au moment où la France poursuit dans la voie de la contestabilité (en donnant l’accès aux concurrents d’EDF à la production nucléaire de ce dernier), la Grande-Bretagne s’engage dans une réforme où prédominent les contrats à long terme pour réduire les risques d’investissement et des prix-plancher pour le CO2, restreignant ainsi les mécanismes de marché.

29Le monde de l’énergie donne à observer de nouveaux problèmes qui appellent plus encore qu’hier la compétence du spécialiste d’économie internationale :

  • De nouveaux géants (Chine, Inde, Brésil) bouleversent les équilibres des marchés d’énergie fossile et s’affirmeront demain comme des leaders des énergies renouvelables, du stockage et de la propulsion électrique ;
  • Les menaces du changement climatique conduisent à questionner le modèle de consensus multilatéral issu de la Seconde Guerre mondiale (et plutôt efficace pour les négociations commerciales) ;
  • Surtout, ces menaces font anticiper des bouleversements dans les écosystèmes des nations, provoquant des conflits pour l’accès aux ressources naturelles, battant en brèche les avantages comparatifs, provoquant des migrations.

30Autrement dit la crise climatique est fondamentalement une crise de la globalisation. Nul doute que Charles-Albert Michalet se serait consacré avec passion à ces formidables enjeux.

Notes

1 In Économies et Sociétés, série « Économie de l’Énergie », 1-2, 2001.

2 AIE, World Energy Outlook, Paris, OCDE, 2010

3 Ibid.

Auteurs

Professeurs à l’université Paris Dauphine

Professeurs à l’université Paris Dauphine

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable