Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Les firmes

Théories et réalités des relocalisations dans l’industrie et les services

El Mouhoub Mouhoud

Texte intégral

Introduction

1Plusieurs cas de relocalisation en France font le tour des journaux depuis quelques mois : les meubles Samas, les lunettes Attol, Geneviève Lethu ou Sullair (linge de maison), Smoby (jouets) revenus partiellement de Chine, les Taxis Bleus revenus du Maroc, l’entreprise Meccano (jouets), qui vient de rapatrier une partie de sa production à Calais. On va même jusqu’à louer la seule enteprise qui a utilisé la prime à la relocalisation (de 200 millions d’euros) mise en place par le gouvernement à la suite des États généraux de l’industrie en 2010 : la fonderie Loiselet, fermée en 2001, puis rachetée en 2003 et délocalisée en Chine rapatriée enfin à Nogent-le-Roi (Eure-et-Loire). Le mouvement concerne aussi certains grands groupes : Renault annonce des relocalisations partielles et plus récemment on a vanté le retour de Rossignol, fabricant de skis, qui a rapatrié sa chaîne de production de fixations de ski de Pologne en France et a annoncé le rapatriement des skis juniors fabriqués jusqu’ici à Taïwan dans son usine de Haute- Savoie. Ces exemples montrent que le phénomène concerne des secteurs différents : des services jusqu’à l’industrie automobile.

  • 1 Dès la fin des années 1980, nous analysions ce phénomène dans un article : Mouhoud El Mouhoub, « Le (...)

2Les dernières mesures d’aides financières aux entreprises qui relocalisent témoignent de cet espoir dans la relocalisation de l’économie. Pourtant, on peut douter de l’impact réel de ces aides financières sur les décisions de revenir alors même que le crédit impôt relocalisation de 2005 n’a pas été utilisé par les entreprises, la mesure n’ayant pas été évaluée, avant d’en « inventer » une seconde en 20101. En fait cet engouement pour un phénomène qui pour demeure marginal va de paire avec une inquiétude grandissante sur les délocalisations. Pourtant, longtemps les économistes ont regardé avec beaucoup d’optimisme le phénomène des délocalisations qu’ils eurent l’habitude de circonscrire aux secteurs manufacturiers intensifs en travail non qualifié et à certains régions (habillement, chaussure, produits électroniques et électriques).

  • 2 Pour un bilan récent, voir E. M. Mouhoud, Mondialisation et Délocalisation des entreprises, Paris, (...)

3Cet optimisme a été fondé sur la croyance dans trois grands mécanismes de compensation. Une première logique de compensation, inspirée des prédictions de la théorie traditionnelle du commerce international, est liée à la réallocation des ressources des secteurs traditionnels ou de faible technologie touchés par la délocalisation vers les secteurs dans lesquels les secteurs à plus fort contenu en capital humain. Les emplois détruits sectoriellement et localement devraient être compensés des créations au niveau macroéconomique et à long terme2. En bref, les pertes locales ou microéconomiques étaient supposées être compensées par des gains de compétitivité globale pour l’économie. Or, il existe des blocages à cette compensation que nous analyserons plus loin qui risquent d’accroître le coût global de ces délocalisations.

  • 3 Ce phénomène se définit comme le transfert d’une partie de la production nationale de services dans (...)

4La seconde logique de compensation intersectorielle s’inspire de la vieille théorie à la Sauvy-Fourastié selon laquelle les emplois détruits dans l’agriculture du fait des gains de productivité considérables avaient été compensés par des créations d’emploi dans l’industrie manufacturière. Cette dernière, frappée à son tour par les deux chocs de la mondialisation et de l’automatisation de la production, verrait ses emplois détruits par la désindustrialisation recréés dans les secteurs de services, supposés non soumis à la concurrence internationale car faiblement échangeables. Si cet effet de compensation s’avère bien historiquement vérifié, l’inquiétude est relancée avec l’extension toute récente des délocalisations3 aux activités de services, considérés pourtant comme les secteurs non échangeables et donc en mesure de compenser les emplois perdus dans l’industrie. En effet, depuis le début des années 1990, à la faveur de la libéralisation du commerce international des services et de la diffusion des Technologies de l’information et de la communication (TIC), les services font l’objet non seulement d’un commerce international croissant mais aussi d’une délocalisation de leur production.

5La troisième logique de compensation concerne la mobilité interrégionale des travailleurs. Bien que peu de territoires ou zones d’emplois soient frappées par les délocalisations et les restructurations, l’effet pour ces zones peut être extrêmement important. La mobilité du travail des zones touchées vers les zones qui au contraire, très nombreuses, sont en situation de difficultés de recrutement pour certains secteurs et métiers, pourraient compenser les chocs locaux de la délocalisation. En réalité les travailleurs peu qualifiés sont les moins mobiles car ils dépendent de réseaux sociaux locaux et familiaux. Ainsi, une prime à la mobilité de 1 000 euros par emplois perdus proposée dans un décret de 2005 n’a rencontré que très peu de succès.

6Au total, même si les délocalisations dont la logique est de sous-traiter des morceaux de production ou d’assemblage dans les pays à bas salaires et de réimporter le produit final pour être consommé dans le pays d’origine sont globalement marginales, leurs effets locaux et sectoriels peuvent être très importants en présence de blocages à la triple compensation que nous avons esquissée : compensation globale par des gains de compétitivité, compensation intersectorielle vers les services et compensation interrégionale.

7D’où un intérêt pour ce phénomène de relocalisation qui pourrait donner l’impression que les emplois délocalisés pourraient revenir massivement en France ou plus généralement dans les pays anciennement industrialisés. Ce phénomène est il en mesure d’inverser la tendance et de voir l’économie française relocaliser ses activités productives de montage ou d’assemblage antérieurement délocalisées dans les pays à bas salaires ? Quelle est l’ampleur de ce phénomène, quels sont ses principaux facteurs déterminants et quels secteurs concernent-ils ? Avant d’analyser la relocalisation, son ampleur et ses déterminants, il convient de s’intéresser aux logiques de délocalisation que ce phénomène est supposé contrarier.

Les délocalisations dans l’industrie et les services : des logiques différentes

8La globalisation de la production des entreprises passe par un déploiement de ses activités de production, de montage ou d’assemblage, de distribution et d’innovation (R & D) de son pays d’origine vers un autre pays. Ce déploiement peut s’accompagner d’une délocalisation dite absolue ou relative. La délocalisation est absolue lorsqu’une firme supprime une unité de production ou d’assemblage dans un pays pour la transférer vers un pays. La délocalisation est relative lorsque c’est la croissance de l’investissement qui est effectuée à l’étranger sans nécessairement transférer la production dans le pays d’origine.

9Mais les délocalisations ne se valent pas : celles qui passent par les investissements directs à l’étranger ont essentiellement pour motif l’accès aux marchés et aux technologies et sont relativement complémentaires avec l’emploi, la production et le commerce dans les pays d’origine des firmes multinationales. C’est ce que l’on peut appeler des délocalisations de complémentarité. Les délocalisations qui détruisent l’emploi et la production dans les pays d’origine passent surtout par des opérations de sous-traitance internationale : ce sont des délocalisations de substitution. Dans cet article ce sont ces dernières délocalisations auxquelles nous nous intéressons car ce sont elles qui précédent les relocalisations que nous analysons particulièrement.

Typologie des délocalisations à la recherche de faibles coûts

10Les délocalisations à la recherche de main-d’œuvre bon marché prennent essentiellement la forme de sous-traitance internationale ou d’importations directes et se dirigent vers les pays à bas salaires offrant une proximité géographique et organisationnelle des marchés. Il s’agit pour les firmes de concilier les impératifs de réponse rapide aux fluctuations de la demande et la minimisation des coûts salariaux. Cette logique taylorienne de délocalisation vers la périphérie est devenue plus sélective que dans les années 1960-1970. Ces délocalisations s’étendent aux services, grâce à la possibilité offerte par les TIC de déconnecter géographiquement la production de certaines activités de services aux ménages ou aux entreprises avec leur « consommation » à distance.

11Dans tous les secteurs, on trouve une « hétérogénéité de pratiques en matière de délocalisation » : s’il existe bien des délocalisations défensives motivées par des impératifs de survie liée à la concurrence des pays à bas salaires, les délocalisations induites par les rapports de force entre distributeurs et fabricants et les délocalisations de pure marge sont facilitées par les politiques de marques et de maquillage de la délocalisation [tableau 1]. Ces différents types de délocalisation n’ont pas les mêmes effets sur l’emploi et la production des pays développés.

Tableau 1. Une typologie des stratégies de délocalisation

Tableau 1. Une typologie des stratégies de délocalisation

Source : Mouhoud El Mouhoub, Mondialisation et délocalisation des entreprises, Paris, La Découverte, « Repères », 2011.

Délocalisations et blocage de la compensation des destructions locales d’emplois

12Dans une économie efficace, lorsque les délocalisations sont de nature défensives ou de compétitivité, il existe des mécanismes de compensation. En simplifiant, les délocalisations permettent de gagner en compétitivité ; gagnant en compétitivité, les firmes sont plus fortes et, étant plus fortes, elles créent des marchés et des emplois, ce qui fait que les emplois perdus localement se retrouvent recréés au niveau global [figure 1]. En réalité, ces mécanismes de compensation ne s’opèrent pas automatiquement, du fait de l’existence de comportements de marge. En effet, dans le cas de la délocalisation de « comportement de marge », la délocalisation permet aux entreprises ou distributeurs d’améliorer leurs marges sur les produits de moyen ou haut de gamme dont une partie de la production ou de l’assemblage est délocalisée, mais la baisse des coûts de production dans le pays à bas salaires n’est pas répercutée sur le prix du produit final réimporté dans le pays d’origine. Un jean fabriqué dans un pays à bas salaires est vendu en France comme s’il avait été fabriqué dans ce pays (comportement de marge). Cette non répercussion constitue un facteur de blocage de la compensation au niveau macro-économique, car des reports qui devraient théoriquement s’effectuer ne se réalisent pas.

13En effet, la réimportation des produits finals issus de la délocalisation à des prix plus faibles devrait contribuer à changer la structure de la demande dans le pays d’origine. C’est un effet qui, dans ce cas de figure, ne se produit pas. Par conséquent, la destruction d’emplois à court terme n’est pas compensée par des créations d’emplois à long terme ; l’effet négatif de la délocalisation sur l’activité au niveau local n’est pas compensé par un effet net positif au niveau global ou national.

14Au total, les différentes logiques de mondialisation des entreprises n’ont pas le même impact sur l’emploi. Dans le cas des stratégies de délocalisation à la recherche de marchés les IDE contribuent à augmenter le taux d’investissement et donc la croissance du PIB et, in fine, l’emploi et le savoir faire dans le pays d’origine. Ce type d’IDE de conquête de marché, en créant des emplois qualifiés dans les pays d’accueil, joue un rôle de catalyseur de la croissance et favorise l’emploi également dans le pays d’origine. Les salaires et la productivité sont plus élevés dans les filiales des FMN (allogènes) que dans les firmes locales (indigènes) de 20 à 30 % par rapport à la moyenne.

15Dans le cas de la stratégie de recherches de faibles coûts de production avec réimportation du produit final, les délocalisations verticales détruisent l’emploi à court terme mais l’effet global sur l’emploi peut être positif si les gains tirés de la fragmentation de la chaîne de valeur sont réinvestis dans le pays d’origine sauf si les comportements de marge dominent.

Figure 1. Les effets de compensation de la délocalisation dans une économie efficace

Figure 1. Les effets de compensation de la délocalisation dans une économie efficace

Source : Mouhoud El Mouhoub, Mondialisation et délocalisation des entreprises, op. cit.

Théorie des délocalisations et des relocalisations

16Un renouvellement théorique important a eu lieu ces dernières années pour expliquer les stratégies horizontales d’investissements directes à l’étranger pour des motifs d’accès au marché ou stratégiques. Les délocalisations verticales à la recherche de coûts de production faibles impliquant la réimportation du produit ou du service final vertical se produisent entre deux pays si ceux-ci présentent des différences de dotations factorielles ou de coûts de production suffisamment importantes. L’importance relative des coûts de transaction joue en revanche négativement pour ce type d’investissements directs verticaux nécessitant une opération de réintégration/réimportation des différents fragments des processus de production délocalisés à l’étranger. La démonstration, dans un cadre ricardien, de l’existence d’un gain à l’échange international spécifique, observé au niveau des segments des processus productifs a permis de mettre en évidence le rôle combiné des firmes et des nations dans la structuration des spécialisations internationales des économies. La fragmentation de la chaîne de valeur qui caractérise les stratégies verticales de délocalisation, suppose, d’une part, un processus de production décomposable en fragments hétérogènes au niveau des inputs et, d’autre part, des nations ou des territoires caractérisés par des offres d’inputs différenciées. Cette contrainte de différence joue comme une force centrifuge sur la localisation des différents fragments des processus de production, par le bénéfice de compétitivité qu’en attendent les entreprises. Cette force centrifuge est cependant limitée par les contraintes d’interdépendance associées au fait que les différents fragments se rapportent à un même processus, ce qui signifie que leur production suppose une coordination plus ou moins étroite des activités des parties prenantes et implique la nécessité d’une recomposition physique des fragments en vue de l’obtention du produit fini. La gestion de cette contrainte d’interdépendance est génératrice de coûts, souvent croissants avec la distance, qui peuvent être de nature à faire disparaître les bénéfices de l’exploitation des différences.

  • 4 Rauch James E., « The transfer of production from rich to poor countries », in Journal of Developm (...)

17La théorie du commerce international d’inspiration néo-factorielle explique bien les phénomènes de déspécialisation-délocalisation des pays riches vers les pays pauvres, mais n’admet pas la réversibilité des spécialisations. Ainsi, un bien intensif en travail non qualifié devrait connaître un processus de déspécialisation dans le pays abondant en facteur travail qualifié et en capital humain et de délocalisation vers le pays abondant en travail non qualifié. Ces mouvements de délocalisation sont théoriquement irréversibles et univoques. C’est ce que montre le modèle de Rauch4 d’échanges et de délocalisation Nord-Sud fondés sur des différences de proportions de facteurs : le transfert univoque Nord-Sud de la production de biens ne peut avoir lieu que pendant une période déterminée, prenant fin lorsque les dotations factorielles deviennent similaires entre les pays, pour permettre une spécialisation incomplète ou une égalisation des prix de facteurs.

  • 5 Vernon Raymond, « International Investment and International Trade in Product Cycle », in Quarterl (...)
  • 6 Krugman Paul, « A model of innovation, technology transfer, and the world distribution of income » (...)

18C’est la théorie du cycle du produit de Vernon5 qui permet de réconcilier la théorie de la FMN et celle du commerce international d’inspiration ricardienne ou néo-technologique. Mais plusieurs auteurs - et l’auteur de cette théorie lui-même - ont remis en cause son caractère séquentiel et déterministe. Cette théorie a pourtant inspiré la nouvelle économie internationale dans le cadre de modèles de type Nord-Sud. Ainsi, Krugman6 en propose une reformulation avec des produits différenciés horizontalement : le transfert univoque et définitif des pays du Nord vers les pays du Sud des biens banalisés permet aux premiers de continuer à produire des biens nouveaux qui seront à leur tour délocalisés vers le Sud à leur stade de banalisation. Les pays du Nord mettent au point les innovations, fabriquent les nouveaux produits et les qualités les plus élevées alors que les pays en retard fabriquent les anciens produits et les qualités les plus basses. De nouveaux produits apparaissent continûment au rythme de l’innovation supposé proportionnel au nombre de produits existant déjà. Si le rythme de transfert de technologie est suffisamment rapide par rapport au rythme des innovations, les pays les moins avancés pourront rattraper les pays les plus avancés ou au moins l’écart tendra à se combler.

  • 7 Grossman Gene et Helpman Elhanan, « Quality ladders and product cycles », in Quarterly Journal of (...)

19Théoriquement, les pays innovateurs peuvent récupérer des avantages antérieurement perdus par rapport aux pays retardataires imitateurs. Ainsi, dans le modèle de Grossman et Helpman7 avec deux pays à capacités technologiques différentes, les producteurs du Sud peuvent imiter les produits découverts par le pays du Nord et les producteurs du Nord peuvent innover dans la fabrication de ces mêmes produits. On obtient une sorte de cycle du produit endogène où un même produit inventé dans un pays (Nord) est imité, mais le modèle montre que le pays du Nord accomplit des efforts d’innovation pour le récupérer et donc le rapatrier, car il possède les compétences initiales et les activités de R & D. Les auteurs considèrent l’activité d’imitation du pays du Sud comme une activité à part entière qui requiert des ressources, ce qui exclut l’hypothèse traditionnelle d’une diffusion automatique des connaissances dans le monde. Parallèlement, les politiques de subvention à la recherche dans le pays du Nord augmentent le montant des ressources consacrées à cette activité et donc la probabilité d’innover.

  • 8 Mouhoud El Mouhoub, Changement technique et division internationale du travail, op. cit.

20Alors que la théorie du cycle du produit suppose une perte définitive du pays innovateur sur le produit imité et délocalisé dans les pays retardataires technologiquement, le premier peut reprendre l’avantage sur le produit en question8. Ces récupérations d’avantages comparatifs s’expliquent par l’existence d’avantages longs et cumulatifs des pays innovateurs sur les blocs de compétences ayant permis l’invention et la production du produit qui connaîtra ensuite un processus de banalisation par imitation. Mais ce qui est imité, ce sont simplement les caractéristiques du produit et les procédés permettant de le fabriquer ne correspondent pas nécessairement (c’est même une condition de sa délocalisation dans sa phase de déclin) à celles du pays innovateur. Il est alors possible d’expliquer les reprises de cycle des produits suivant une demande de renouvellement de gammes tirée par l’innovation de procédés et de produits. Le fait de conserver des atouts sur les compétences permet à la fois de faire évoluer ces compétences vers d’autres utilisations que celles du secteur initial lui-même et de renouveler en permanence le produit imité. L’avantage de localisation du produit se modifie en fonction du cycle d’innovation-imitation mais l’avantage long sur les compétences permet des retours des avantages comparatifs sur les produits. Le cycle du produit ne constitue en fait qu’un moment, de durée très variable, dans la dynamique d’évolution des connaissances technologiques issues d’un secteur donné.

Délocalisation des activités de services : la nature du service informationnel importe

  • 9 Du Tertre Christian, Globalisation et service : pour un changement de perspective, Document de tra (...)

21Certains ont vu dans les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) une modification profonde des conditions de la relation prestataire/bénéficiaire et des possibilités de délocalisation infinies pour les services supports aux entreprises. Or, la très grande majorité des services reste conditionnée par la nécessité d’une relation directe entre prestataire et bénéficiaire et la tendance à la disparition de cette relation directe n’est pas perceptible. Cependant, il est évident que la nature et l’impact de cette relation sur la qualité du service et la localisation des firmes de services se sont complexifiés. L’analyse du rôle de cette relation client/fournisseur est importante dans la mesure où elle pèse fortement sur les choix de localisation des activités de services9.

22Certes, les TIC ont permis d’augmenter la délocalisation des activités de services financiers dans certains paradis fiscaux (offshore financial centers) et d’autres services informationnels. Mais les délocalisations des activités de services ne doivent pas être confondues avec leur externalisation. Pour les mêmes activités de services certaines firmes : 1) internalisent les fonctions et ne délocalisent donc pas (onshoring) ; 2) internalisent par création de filiales à l’étranger ou par fusions & acquisitions (offshoring) ; 3) externalisent les fonctions en les sous-traitant dans le pays domestique (onshoring) ou 4) les externalisent par sous-traitance à l’étranger [tableau 2].

Tableau 2. Internalisation, externalisation sous-traitance internationale des activités de services

Tableau 2. Internalisation, externalisation sous-traitance internationale des activités de services

Source : Mouhoud El Mouhoub, « La délocalisation des activités de services : potentialités et réalités ? », in Revue Risques, n° 75, septembre 2008.

23Cette analyse matricielle ne suffit pourtant pas à expliquer les raisons profondes explicatives de la très forte hétérogénéité des pratiques des firmes des services en la matière (tableau 2).

24Pour cela, il convient d’introduire une analyse de la nature des services informationnels potentiellement candidats à l’externalisation ou à la délocalisation.

25En réalité la production d’un service se définit par trois aspects : le processus de production en tant que tel ; la production du service qui se réalise en face à face avec le client ; l’externalisation par les entreprises de tâches vers les bénéficiaires. Le fait que les TIC autorisent une fragmentation de cette co-production par une fourniture à distance du service par le fournisseur tout en conservant la relation synchronique de face à face ne poussera pas systématiquement les firmes à délocaliser la fourniture de ces services.

26S’agissant des services informationnels, la production industrielle de données formalisées peut donner lieu à des opérations de fragmentation fine de la production selon une logique de rendement et de minimisation des coûts. La sous-traitance internationale s’accompagnera alors d’une externalisation des charges sur le client qui se doit d’assimiler et de s’approprier des données transmises à distance de manière standardisée. Les opérateurs d’Internet ou encore les services après vente des groupes informatiques, ayant délocalisé ces services dans les pays à bas salaires, peuvent parfois, exactement comme dans le cas des activités industrielles, se retrouver dans des situations de perte de parts de marché liés à la qualité des données transmises au client ce qui les amène parfois à relocaliser leurs opérations à proximité des clients.

27Dans le cas des activités servicielles d’appropriation des informations les acteurs préfèrent maintenir la production à proximité des clients (onshoring) ou remettre en cause une délocalisation (cas d’un grand groupe d’assurances français). La délocalisation est donc un choix économique conditionné par les possibilités offertes de séparation physique entre la localisation de la production du service et celle des consommateurs.

Les relocalisations vont-elles se généraliser ?

28Dans certains cas la délocalisation est réversible : c’est la relocalisation. Celle-ci se définit au sens strict et au sens large. Au sens strict, la relocalisation est le retour dans le pays d’origine d’unités productives, d’assemblage ou de montage antérieurement délocalisés sous diverses formes dans les pays à faibles coûts salariaux. Au sens large, la relocalisation peut se définir comme le ralentissement du processus de délocalisation vers les pays à bas salaires, c’est-à-dire la remise en cause des décisions de délocalisation ou la non-délocalisation dans les secteurs sensibles à la compétition par les coûts.

Historique de la relocalisation

29On peut distinguer quatre vagues de relocalisation correspondant à des logiques différentes. La première vague, apparue à la fin des années 1970, engagée par les FMN américaines, principalement dans l’industrie électronique et des semi-conducteurs, est suivie par une seconde vague de relocalisations par des firmes allemandes dans les années 1980-1990. Ces relocalisations sont motivées par des facteurs symétriquement inverses à ceux qui ont motivé la délocalisation, c’est-à-dire la réduction des coûts unitaires que permettent l’automatisation et la robotisation des segments de fabrication et d’assemblage d’une part, et la réduction des coûts de transport et de transaction en général, d’autre part.

30La troisième vague apparaît au milieu des années 1990 et correspond à des stratégies d’optimisation du cycle du produit dans les industries informatiques, des télécommunications et de la téléphonie mobile. Les variétés se multiplient rapidement sous l’effet des innovations de produits (miniaturisation par exemple) et les firmes réalisent des cycles de délocalisation-relocalisation sur des périodes courtes inférieures à deux ans. La souplesse de ces opérations tient à la forme de la délocalisation (la sous-traitance) d’une part, et au caractère faiblement pondéreux de ce type de produits (faibles coûts de transport). Les vagues de relocalisation précédent les innovations dans les variétés qui sont ensuite délocalisées vers les pays à bas salaires.

31La quatrième vague de relocalisation émerge dans un contexte d’accélération des délocalisations, depuis les années 2000, dans les services et dans l’industrie manufacturière. Les cas de relocalisation sont marginaux par rapport à l’ampleur des mouvements de délocalisation, mais il existe toujours un décalage temporel entre les deux mouvements. Ces relocalisations répondent en général à deux logiques : les problèmes d’imperfection du produit final d’une part et les logiques de rationalisation de la production des grands groupes qui se recentrent sur leurs marchés d’origine. De nombreux cas de relocalisation sont liés à des stratégies de rapprochement des marchés (inshore ou nearshore outsourcing).

Les facteurs de la relocalisation

32Trois raisons motivent la relocalisation. D’abord, du côté de l’offre, les possibilités de remplacer le travail peu qualifié par les machines ou les robots. Ainsi, la part des coûts salariaux dans le coût d’assemblage des puces électroniques est passée de 30 % à 40 % dans les années 1970 à moins de 4 % dans les années 1980 grâce à la robotisation. Dans les secteurs à « matières solides », comme la mécanique, l’automobile ou l’électronique, il n’y a pas d’obstacle technique à la robotisation. En revanche, dans l’habillement ou la chaussure, lorsque les matières manipulées sont souples, le travail occupe encore près des deux tiers du coût total dans l’assemblage.

33Ensuite, du côté de la demande, les problèmes de réponse à la variabilité des consommateurs, la nécessité de coller aux marchés et fabriquer des séries courtes de produits dont le cycle de vie ne dépasse pas trois à quatre semaines dans l’habillement par exemple, et les problèmes de qualité ou de sécurité des produits importés assemblés en Chine ou dans d’autres pays à bas salaires, consacrent les échecs de la délocalisation et impliquent souvent le retour dans le pays d’origine ou à proximité des marchés comme solution de survie.

34Toutefois, beaucoup de firmes qui délocalisent sont des championnes de la logistique et de la réponse rapide à la demande tout en continuant à délocaliser la production dans les pays à bas salaires. Enfin, les problèmes de coûts de transport et de coûts de coordination liés à la distance géographique interviennent surtout dans les activités pondéreuses (le poids des composants compte) mais n’affectent que marginalement les produits légers (l’habillement) ou les services (les centres d’appel, la maintenance informatique…).

Ampleur et avenir de la relocalisation : des logiques sectorielles marquées

35En réalité, il s’agit d’un phénomène marginal par rapport aux mouvements de délocalisations : chaque vague de délocalisation est suivie de quelques cas de relocalisations pour des raisons liés à l’imperfection des produits finals, à des délais de livraison dans les secteurs traditionnels (jouets, habillement…) ou plus gravement à la perte de l’avantage technologique de la firme qui a délocalisé dans les secteurs intensifs en connaissance.

36On peut prédire le processus suivant dans l’industrie et les services. Les relocalisations se développent dans certains secteurs à produits pondéreux où les coûts de transport et de coordination comptent et dans les activités intensives en connaissance. Les activités à faibles barrières à l’entrée ou les services supports, dont les coûts de transfert sont quasi nuls, continueront à être délocalisées.

37La forte incertitude qui caractérise la demande incite les entreprises à rechercher la flexibilité productive. Les considérations logistiques peuvent jouer un rôle primordial dans les critères d’implantation de certaines activités. Il existe trois logiques de localisation des activités des firmes selon leurs caractéristiques et leur insertion sectorielle.

38Certaines firmes, dans les secteurs à faibles barrières à l’entrée dominés par la compétitivité prix, continuent à développer des stratégies de fragmentation et d’éclatement des processus productifs à l’échelle mondiale, poursuivant l’objectif de minimisation des coûts de production de chaque segment. En effet, l’éloignement géographique peut s’accompagner d’une proximité temporelle (vitesse de livraison des produits finals ou intermédiaires) en raison du progrès dans les transports et les télécommunications et de la baisse de leurs coûts. L’organisation taylorienne est rendue flexible soit par le biais du rapprochement géographique, soit par l’accroissement de la vitesse de circulation des flux (réduction de la distance temporelle). Les entreprises tayloriennes mais flexibles présentent alors une forte propension à la volatilité. La proximité de délai est plus ou moins satisfaite selon l’efficacité, le coût et la qualité de la coordination des rapports entre l’entreprise donneuse d’ordre ou qui délocalise et les sous-traitants ou les filiales des firmes multinationales dans les pays à bas salaires. Ce type d’entreprises est alors à la recherche de territoires offrant à la fois des avantages en coûts salariaux et des infrastructures de transport et de télécommunication efficaces.

39Pour les activités dont les produits sont pondéreux (automobile, par exemple), l’entreprise recherche souvent une proximité de la demande finale et/ou des fournisseurs de biens intermédiaires ; les sous-traitants s’agglomèrent souvent autour des sites d’assemblage des constructeurs automobiles. Néanmoins, cela concerne surtout les firmes dont la demande est concentrée géographiquement sur un petit nombre de gros clients. Les stratégies de rationalisation engagées par les grands groupes conduisent à la centralisation de la gestion des flux logistiques et à la réduction du nombre de points de distribution. En Europe, c’est le Benelux qui bénéficie de ces opérations de regroupement dont profite aussi le nord-est de la France.

40Dans les secteurs intensifs en connaissance, la course à l’innovation technologique entre oligopoles est le mode de concurrence dominant. La délocalisation de l’assemblage pose alors un problème d’introduction des innovations de produits. En raison de la nature de l’activité, de la spécificité des actifs et des connaissances mobilisées, des modalités de la concurrence, les entreprises qui optent pour une organisation cognitive du travail présentent une propension plus importante à l’ancrage territorial que les firmes tayloriennes flexibles. Un regroupement des différentes phases des processus productifs dans une région développée, offrant des avantages en termes de compétences de travail qualifié et de fiscalité, tend à s’effectuer tout en conservant des opérations de délocalisation ou de sous-traitance de proximité. Les aides financières (dans les zones franches, par exemple) sont dès lors moins décisives que la capacité des territoires à fournir et à produire des compétences spécifiques et à favoriser l’innovation technologique et les capacités d’adaptation à l’obsolescence rapide des connaissances.

41Dans un contexte de forte incertitude sur le devenir de leurs marchés, mais aussi de leurs technologies, les firmes doivent aussi mettre en œuvre une organisation et des stratégies de localisation leur permettant d’éviter l’irréversibilité dans leurs choix organisationnels alors même que l’évolution de l’environnement économique impliquerait un changement de stratégie. Les stratégies d’externalisation répondent souvent à cette motivation en transférant la charge de l’incertitude vers des acteurs extérieurs à l’entreprise. Plus généralement, l’organisation en réseau augmente le degré de réactivité des entreprises et facilite les redéploiements.

42En outre, tous les secteurs sont marqués par les impératifs de réactivité à l’incertitude de la demande liée à la versatilité des consommateurs et aux exigences des distributeurs. Certaines firmes - tayloriennes flexibles – tentent alors de rendre compatibles la délocalisation des activités tous azimuts et la réactivité aux marchés en misant sur les infrastructures logistiques et les TIC. D’autres firmes, ayant adopté une logique de division cognitive du travail, préfèrent consolider leurs capacités d’innovation en conservant leurs activités dans les grandes agglomérations des pays développés.

43Il existe donc une grande hétérogénéité des logiques, des déterminants et des formes de délocalisation et de la relocalisation. Cette hétérogénéité recoupe des logiques sectorielles mais également des différences de comportements de firmes. On peut dès lors proposer une théorie explicative de ces choix en recourant à une analyse en termes de logiques de division du travail.

Les logiques de division du travail

44Les délocalisations coexistent avec les mouvements de relocalisations dans les mêmes secteurs parce que les modes d’organisation du travail à l’intérieur des groupes comme des PME sont eux mêmes hétérogènes selon les logiques de la concurrence dominantes dans le secteur d’appartenance d’une part et selon le découpage de la chaîne de la valeur d’autre part.

45Dans l’ensemble des secteurs, des activités sont simultanément soumises à la concurrence fondée sur l’innovation (logique cognitive) et sur les prix (logique taylorienne), l’importance de ces deux formes de concurrence étant variable. Dans les domaines intensifs en R & D (électronique, informatique, pharmacie, biotechnologies, etc.), les effets de polarisation sont dominants. Les logiques centrifuges de délocalisation vers les pays périphériques s’observent dans les activités concurrentielles à faibles barrières à l’entrée, employant une main-d’œuvre moins qualifiée (habillement, jouets, chaussures, centres d’appel, services informatiques de saisie, services de comptabilité, etc.). D’où la compatibilité, dans la mondialisation contemporaine, de logiques de concentration et de dispersion des activités.

Les aides à la relocalisation sont elles efficaces ?

46La plupart des entreprises qui ont décidé de relocaliser dans leur pays d’origine l’ont fait indépendamment des aides publiques, parce que leurs opérations de délocalisation furent un échec ou parce qu’elles ont décidé de remplacer le travail par l’automatisation pour bénéficier de la proximité des marchés. Les mesures incitatives à relocaliser pourraient avoir un impact sur les entreprises qui délocalisent pour de vraies raisons de compétitivité. Cela concerne celles qui sous-traitent une partie de leurs activités d’assemblage et utilisent beaucoup de travail dans les pays à bas salaires. Elles diminuent leurs prix de vente en l’alignant sur le coût de production du pays à bas salaires plus la marge. Mais, même dans ce cas, la mesure n’est pas à même de compenser le différentiel de coût salarial entre la France et les pays à bas salaires à moins qu’elles soient relayées par une décision d’automatisation de l’assemblage. Or, justement, les activités les plus concernées par la délocalisation ne sont pas automatisables.

47A fortiori, la mesure sera nulle sur les firmes qui adoptent des comportements de marge en maintenant leurs prix de vente (des produits de moyen et haut de gamme délocalisés en Chine par exemple) alignés sur les coûts de production français ou américains. Elles misent sur la logistique, les technologies de l’information et les transports pour accélérer leurs livraisons et répondre aux variations de la demande dans les pays de consommation ainsi que sur la création de marques pour masquer la délocalisation d’une partie ou de toute leur production. Ces firmes sont volatiles et changent vite de territoire.

48En revanche, il est possible, et cela s’est vu beaucoup par le passé, que les aides ne servent qu’à attirer des chasseurs de primes, les entreprises nomades ou volatiles. Et, de fait, de très nombreuses entreprises empochent les aides et quittent le territoire à l’approche de la fin de la période d’exonération des charges sociales ou fiscales. En fait, les relocalisations pérennes sont liées à des motifs de compétitivité par l’innovation et non par les prix.

49En outre, même si cette prime à la relocalisation pouvait faire revenir des entreprises en France, cela se ferait au détriment des firmes beaucoup plus nombreuses qui continuent à produire en France. Enfin, les opérations de publicité autour de certaines relocalisations cachent une réalité moins joyeuse : la relocalisation ne concerne qu’une partie marginale de la production sous-traitée à l’étranger. La hausse des prix qui s’en suit pour couvrir le différentiel de coût se répercute sur toute la gamme des produits, y compris ceux qui continuent à venir des pays à bas salaires.

Conclusion : anticiper les chocs des territoires

  • 10 Michalet Charles-Albert, Qu’est ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2002.

50La vulnérabilité des territoires dépend du type de secteurs et du comportement des entreprises que ces territoires abritent. Comme l’écrivait Charles Albert Michalet10 dans certains secteurs les firmes mettent en concurrence les territoires. En France, une vingtaine de zones d’emplois doivent attirer l’attention car elles cumulent le double handicap d’une grande fragilité au commerce international (avec plus de 30 % d’emploi dans les activités à risque très élevé) et de caractéristiques structurelles peu favorables (notamment spécialisation sectorielle marquée, faible autonomie des établissements, faible technologie des unités productives, abondance de la main d’œuvre peu qualifiée). Dispersées et isolées sur le territoire, elles subissent de plein fouet la concurrence des pays à bas salaires et les effets de la délocalisation.

51Depuis trente ans, les politiques publiques interviennent pour sauver les territoires une fois la délocalisation ou la restructuration effectuées. Une intervention après coup en aidant les entreprises (exonérations de taxes, subventions,…) a pour effet de verrouiller le territoire dans ses difficultés au lieu de l’aider à se diversifier. Les leçons du passé n’ont pas été tirées. Le paradoxe est que les aides se concentrent sur les mobiles (entreprises) et laissent de côté les immobiles, c’est-à-dire les hommes et les femmes qui vivent sur les territoires vulnérables à la mondialisation et à la délocalisation.

52Une politique plus offensive serait d’anticiper les chocs en concentrant les aides sur les personnes directement : politiques d’éducation, de formation, d’acquisition des langues étrangères, infrastructures du territoire lui-même. Ce type d’avantages est susceptible d’attirer les entreprises dont la vocation à l’ancrage territorial est plus forte. Ces entreprises tirent leurs avantages de la qualité du territoire, des institutions et de la qualification de la main d’ouvre plutôt que de la logistique.

Notes

1 Dès la fin des années 1980, nous analysions ce phénomène dans un article : Mouhoud El Mouhoub, « Les stratégies de relocalisation des firmes multinationales », in Revue d’Économie Politique, 1989 et dans un ouvrage intitulé Changement technique et division internationale du travail, Paris, Economica, 1993.

2 Pour un bilan récent, voir E. M. Mouhoud, Mondialisation et Délocalisation des entreprises, Paris, La Découverte, 2011.

3 Ce phénomène se définit comme le transfert d’une partie de la production nationale de services dans des pays à bas coût suivi de sa réimportation de manière synchronique (en temps réel) sur le marché domestique et ne doit pas être confondu avec les investissements directs à l’étranger pour accéder aux marchés locaux.

4 Rauch James E., « The transfer of production from rich to poor countries », in Journal of Development Economics, n° 23 (1), 1986, p. 41-53

5 Vernon Raymond, « International Investment and International Trade in Product Cycle », in Quarterly Journal of Economics, n° 80, 1966, p. 190-20.

6 Krugman Paul, « A model of innovation, technology transfer, and the world distribution of income », in Journal of Political Economy, n° 87 (2), 1979, p. 253-266.

7 Grossman Gene et Helpman Elhanan, « Quality ladders and product cycles », in Quarterly Journal of Economics, n° 106, 1991, p. 157.

8 Mouhoud El Mouhoub, Changement technique et division internationale du travail, op. cit.

9 Du Tertre Christian, Globalisation et service : pour un changement de perspective, Document de travail GERME-ATEMIS, université Paris 7, 2008 ; Van Welsum Désirée et Reif Xavier, The share of employment potentially affected by offshoring : An empirical investigation, DSTI Information Economy Working Paper, DSTI/ICCP/IE (2005) 8/FINAL, Paris, OCDE, 2006 (http://www. oecd. org/sti/offshoring).

10 Michalet Charles-Albert, Qu’est ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2002.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Une typologie des stratégies de délocalisation
Légende Source : Mouhoud El Mouhoub, Mondialisation et délocalisation des entreprises, Paris, La Découverte, « Repères », 2011.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 1. Les effets de compensation de la délocalisation dans une économie efficace
Légende Source : Mouhoud El Mouhoub, Mondialisation et délocalisation des entreprises, op. cit.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau 2. Internalisation, externalisation sous-traitance internationale des activités de services
Légende Source : Mouhoud El Mouhoub, « La délocalisation des activités de services : potentialités et réalités ? », in Revue Risques, n° 75, septembre 2008.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2769/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

Auteur

Professeur à l’université Paris Dauphine

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable