Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Les États

Les politiques et systèmes nationaux d’innovation dans la mondialisation

Pierre-Bruno Ruffini

Texte intégral

1Dans l’histoire de la pensée économique contemporaine, le nom de Charles-Albert Michalet restera attaché à l’analyse de la mondialisation de l’économie. En affirmant dès le début des années 1970 la nécessité de dépasser le cadre traditionnel de l’économie internationale et en théorisant l’émergence de l’économie mondiale, Charles-Albert Michalet a introduit une véritable rupture dans les modes de pensée. De la première édition du Capitalisme mondial, en 1976, jusqu’à la dernière édition de Mondialisation, la grande rupture en 2007, sa production intellectuelle aura permis de déchiffrer et de conceptualiser les bouleversements survenus sur la scène économique mondiale dans la seconde moitié du dernier siècle. Formé initialement à l’école de la philosophie, Charles-Albert Michalet a eu le talent de transformer des intuitions en concepts analytiques et d’intégrer ses thèmes de prédilection-les firmes multinationales, l’internationalisation des échanges et de la production, le devenir des États dans la mondialisation... – dans un schéma d’interprétation global. S’ajoutant à une impressionnante clarté d’exposition, cette capacité à mettre en cohérence les tendances nouvelles du capitalisme mondial dans un système de pensée explique sans doute la séduction intellectuelle qu’il a exercée sur de très nombreux étudiants et collègues. Lire ou relire les écrits de Charles-Albert Michalet, c’est aller à la rencontre d’un discours qui a été constamment guidé par plusieurs fils directeurs. Le bref texte qui suit voudrait confronter quelques-unes de ces idées-forces à l’analyse d’un champ particulier : celui des politiques et des systèmes nationaux d’innovation.

2L’économie mondiale d’aujourd’hui a consacré la toute-puissance de la finance et a parfois fait perdre de vue que le système de production est et reste le cœur de la création de richesse, et que celle-ci dépend crucialement de la capacité des acteurs économiques à innover. Aussi, réfléchir sur l’innovation n’est jamais un questionnement d’arrière-garde, et moins encore dans la période présente. Suivant le scénario rebattu que propose l’histoire financière, la crise de 2007-2008 a eu pour effet de restaurer – mais pour combien de temps ? – une saine hiérarchie des valeurs : investissement, gains de productivité, compétitivité de l’offre et... innovation.

3La sortie de crise et la reprise – certes inégale dans le monde-de la croissance remettent en pleine lumière les stratégies d’innovation des entreprises. Les analyses visionnaires de J. Schumpeter connaissent un regain d’actualité : la crise bouscule les situations acquises et stimule l’apparition d’idées nouvelles ; c’est au creux de la dépression que les innovations arrivent en grappes et ouvrent des opportunités inédites. Plus d’un demi-siècle après Schumpeter, la « destruction créatrice » des temps de crise se joue sur l’échiquier du Monde : la « frontière technologique », qu’il faut conquérir, défendre ou faire avancer, est la ligne d’horizon de la recomposition des équilibres qui s’amorce dans la sortie de crise.

4L’innovation est abondamment présente dans les théories de la multinationalisation ou dans les études sur l’organisation de l’entreprise multinationale et ce, dès les textes fondateurs. R. Vernon relie explicitement l’innovation et la stratégie internationale de la firme : l’entreprise innovante cherche à conserver son avantage monopolistique en l’exploitant sur les marchés étrangers, par l’exportation puis par la délocalisation de la production. La place de la R & D dans la stratégie des multinationales, et notamment, son organisation à l’échelle mondiale, ont fait l’objet de nombreux travaux, dont certains conduits par Charles-Albert Michalet et son équipe. Toutes ces analyses ont pour point commun d’être centrées sur la firme multinationale, les déterminants de sa stratégie, son rôle crucial dans le transfert de technologie. Elles ont aussi pour point commun de situer les agissements de l’entreprise dans le cadre d’une économie mondialisée faite d’espaces nationaux inégalement développés : les différents stades du processus productif sont distribués dans l’espace mondial selon une hiérarchie qui attribue en général au pays d’origine – ou plus largement, aux pays les plus développés – la localisation de la recherche et du développement, du prototypage et de la mise au point du produit nouveau.

  • 1 Les entreprises préférant parler désormais pour ce qui les concerne de « management de l’innovatio (...)

5Face à ces stratégies des multinationales et pour ce qui concerne l’innovation, l’attitude des États a traditionnellement été analysée à travers la problématique des investissements étrangers. Des investissements qu’il faut attirer lorsqu’ils sont porteurs de nouvelles technologies et lorsqu’ils permettent de tirer vers le haut l’économie nationale. Faire venir de « bons » investissements étrangers demeure aujourd’hui un objectif essentiel pour les décideurs publics. Mais par rapport à la période des années 1960-1970, un cadre nouveau est apparu, celui des « politiques nationales de l’innovation ». Autant, dès l’origine, l’innovation est présente, et même constitutive du fait multinational, autant nous semble-t-il, la prise en charge par les États de l’innovation en tant que volet spécifique et revendiqué de la politique économique est récente. On peut en faire remonter l’origine aux années 1980, pour les principaux pays de l’OCDE. Tout État moderne a aujourd’hui une « politique de l’innovation », accaparant au passage un vocabulaire jusqu’alors réservé à l’entreprise1.

6Dans le contexte d’ensemble de la mondialisation de l’économie, que faut-il penser des politiques nationales d’innovation ? En gardant en mémoire les analyses léguées par Charles-Albert Michalet, c’est à cette question que sont consacrées les quelques réflexions qui suivent.

Recherche et innovation : le « national » résiste

  • 2 Michalet Charles-Albert, Mondialisation, la grande rupture, Paris, La Découverte, 2007, p. 137. On (...)

7L’apparition d’une économie mondiale distincte de l’addition des économies nationales, disposant de ses régulations propres et en voie d’autonomisation par rapport aux puissances étatiques, est l’un des fils conducteurs majeurs de l’œuvre de Charles-Albert Michalet. La recomposition en cours des modes de régulation et de gouvernance de l’économie mondiale est un jeu ouvert, mais quelle qu’en soit l’issue, elle aboutirait à « l’effacement de la pertinence du cadre de l’État-nation du point de vue économique2 ».

  • 3 On pense ici au mot célèbre du nouvelliste et dramaturge russe Anton Tchekhov : « Il n’y a pas de (...)
  • 4 OCDE, Rapport aux Ministres sur la stratégie de l’OCDE pour l’innovation. Mobiliser l’innovation p (...)

8La recherche et l’innovation, pourtant, sont des domaines où le « national » résiste. Certes, dans son essence même, la science ignore les frontières3. Mais les modes d’organisation de la production scientifique sont quant à eux nationaux, et font l’objet d’un guidage politique le plus souvent volontariste. Plusieurs raisons l’expliquent, la principale étant la nature de bien public de la science. Les progrès de la recherche fondamentale dépendent d’investissements de long terme aux résultats aléatoires, ce qui en limite de fait le financement à la sphère publique. Ce financement public, irremplaçable pour ce qui concerne la recherche fondamentale, demeure la base sur laquelle s’échafaude tout le système de recherche et d’innovation. Il n’y a pas d’innovation conséquente sans une base scientifique forte, comme en témoignent par exemple les données dont on dispose sur le lien entre science et brevets. Les entreprises innovatrices sont tributaires d’investissements dont la plupart sont publics : infrastructures et réseaux rendant possible l’innovation, capital humain formé par le système d’enseignement supérieur et autres facteurs immatériels, comme par exemple l’accès aux données. L’investissement public fournit l’élan nécessaire à l’innovation, comme le montrent les exemples de l’internet, des logiciels de navigation ou du projet sur le génome humain4.

9La R & D s’internationalise, bien sûr. La mobilité internationale des chercheurs croît continûment, des équipes de pays différents développent ensemble des projets plurinationaux, etc. Mais cette internationalisation ne nous semble pas remettre en cause la prépondérance du facteur national. D’autres phénomènes en confirment le poids, tel l’exode des cerveaux, qui souligne toute l’importance des conditions que certains environnements de travail nationaux sont capables, plus que d’autres, d’offrir aux chercheurs. La R & D financée et exécutée par les entreprises (dont on sait que le montant dépasse dans les pays les plus riches celui de la recherche publique) ne conduit pas à une conclusion différente. L’internationalisation de la technologie et de la R & D des entreprises-analysée de façon détaillée dès la première édition du Capitalisme mondial – est une tendance déjà ancienne. Nous voyons dans le choix des lieux d’implantation des centres de recherche des opérateurs multinationaux une reconnaissance de l’importance du cadre national pour ce qui a trait à la R & D.

  • 5 Amable Bruno, « Les systèmes d’innovation », in Encyclopédie de l’innovation, Mustar Philippe et H (...)
  • 6 Ibid.

10Cette permanence du facteur national fonde l’analyse récente des « systèmes nationaux de recherche et d’innovation ». Comme l’écrit Bruno Amable, « l’hypothèse principale est que les différences structurelles nationales jouent un rôle dans les modes nationaux d’innovation, la compétitivité, la spécialisation sectorielle et, éventuellement, la croissance5 ». Partant du fait que les modes d’accumulation des connaissances sont très différents selon les pays, ceux-ci sont classés « selon les structures de leurs systèmes scientifiques et techniques et la façon dont la science et la technique interagissent avec les autres domaines de l’économie6 ».

11La résilience du « national » se retrouve également dans le champ de l’enseignement supérieur, qui constitue l’amont de la recherche et de l’innovation. L’enseignement supérieur est par excellence un lieu d’exercice des prérogatives nationales. Dans l’Union européenne et même au-delà, il existe certes le « processus de Bologne » qui favorise la convergence de l’organisation des études supérieures selon le modèle licence-master-doctorat. Mais dans l’Union, l’enseignement supérieur (et donc la délivrance des diplômes) reste une compétence nationale. On parle certes d’un « marché mondial de l’éducation »-celui des étudiants qui, quelle que soit leur nationalité, sont potentiellement mobiles et solvables. Avec le développement de la mobilité étudiante – encouragée par les États eux-mêmes et soutenue par des programmes nationaux de bourses – l’enseignement supérieur est devenu un enjeu de concurrence au niveau mondial. Pourtant, cette concurrence est d’abord une concurrence entre des systèmes nationaux, qui mettent en avant les atouts que leur ont légués l’histoire et la culture nationales. Ce sont des systèmes nationaux plus que des universités qui se confrontent et qui s’affrontent sur le marché mondial de l’éducation. Alors que les multinationales industrielles ou bancaires sont légion, il n’existe pas de « multinationales universitaires ». Que l’enseignement supérieur reste avant tout attaché au cadre national, il n’est pour s’en convaincre complètement que d’observer comment le classement mondial des universités réalisé par l’université Jiao-Tong de Shanghaï est venu depuis 2003 flatter ou irriter selon les cas les orgueils nationaux.

12Les politiques de l’innovation mises en place par les pays les plus développés constituent une manifestation récente de la volonté des États de « garder la main » sur le vaste domaine qui va de la production des connaissances à leur utilisation dans la croissance économique. Elles méritent ici une attention particulière.

La montée en régime des politiques nationales d’innovation

13Préoccupation cardinale de l’entrepreneur, l’innovation est devenue affaire d’État. Les « politiques de l’innovation », ainsi nommées et revendiquées comme telles par les décideurs publics, apparaissent dans les années 1980-1990, dans la continuité d’une évolution dont on retient ici les principales phases.

14Dans la période de mise en place des systèmes de recherche et d’innovation des pays développés, l’accent est mis d’abord sur la recherche publique, et ce de façon marquée à partir du milieu du XXe siècle : ainsi, le CNRS est créé en 1939 et la National Science Foundation en 1950. Selon la conception dominante, les politiques suivies ont pour priorité de développer le socle de la recherche publique, socle à partir duquel la recherche appliquée et les applications industrielles suivront. Dans cette vision linéaire, l’aval du processus-la transformation des progrès de la science en innovations économiques-est le maillon faible de la séquence.

15Même si durant les Trente Glorieuses le mot « innovation » n’est pas encore entré dans le discours des décideurs publics et si on ne parle pas encore de « politique de l’innovation », la puissance publique s’intéresse de très près au développement technologique. Ainsi, les États-Unis ont assis leur avance technologique sur une forte intervention publique. La montée en puissance de l’économie du Japon s’est fondée sur une planification forte du développement scientifique et technologique. La France s’est appuyée dans une logique très colbertiste sur ses entreprises publiques et sur la mise en œuvre de grands programmes stratégiques (nucléaire, espace.) pour conduire sa politique industrielle et son soutien à la R & D.

  • 7 Kergueris Joseph et Saunier Claude, Rapport d’information sur la stratégie de la recherche et d’in (...)
  • 8 L’Union européenne a traduit ce mot d’ordre en objectif politique lors du sommet de Lisbonne (2000 (...)

16Les règles du jeu changent à partir des années 1980. Sous l’influence décisive des idées libérales, les interventions publiques de l’État central régressent, tout comme l’influence des grands programmes : « À une conception « linéaire » selon laquelle la recherche est le point de départ de l’innovation, ont été opposées des approches dites « interactives », « endogènes » ou encore « évolutionnistes », insistant sur le rôle des entreprises privées et du marché7 ». C’est aussi l’époque, en France, de l’abandon du plan et de la politique industrielle. Parallèlement, les théoriciens de la croissance endogène renouvellent entièrement l’analyse macroéconomique du progrès technique et de l’innovation et en explicitent le rôle déterminant dans le développement économique. Au plan politique enfin, la promotion de « l’économie de la connaissance » s’impose comme le mot d’ordre unanimement accepté des stratégies nationales de croissance8.

17C’est dans cet environnement qu’émergent dans les pays développés les « politiques de l’innovation », qui s’efforcent de mettre en cohérence tout un ensemble d’outils de soutien au développement technologique et à l’innovation des entreprises. Dans le contexte néolibéral qui prévaut, les moyens utilisés empruntent préférentiellement la voie de l’incitation et de la promotion d’un climat favorable à l’innovation.

18Dans des proportions variables selon les pays, une politique de l’innovation réunit généralement quatre volets :

  • l’incitation fiscale aux dépenses de R & D ; la déductibilité de ces dépenses est le levier par excellence dont les gouvernements disposent pour encourager la R & D en entreprise. Facile d’application, compréhensible, sans ciblage sectoriel ou technologique, contrairement aux subventions, le levier fiscal est très largement utilisé ;
  • l’instauration d’un climat favorable aux innovateurs ; les mesures pour y parvenir sont variées : renforcement et respect du droit de la propriété intellectuelle, promotion de l’entreprenariat d’innovation, aide à la création de start up, etc. ;
  • la promotion de structures de financement de l’innovation ; typiquement risqué, l’investissement dans l’innovation requiert l’existence de dispositifs de financement adaptés, qui vont de l’appui d’institutions financières publiques prêtant à taux aidés (OSEO Innovation en France,.) à l’intervention de sociétés de capital-risque pour les entreprises innovantes à croissance rapide ;
  • l’inscription territoriale de la production de l’innovation enfin ; tous les pays qui tiennent le haut du pavé pour l’innovation (Israël, Finlande, Japon, États-Unis.) ont construit leur compétence sur la réussite de parcs technologiques, clusters ou autres districts industriels agglomérant les forces vives de la recherche, de la technologie et de la créativité industrielle en des lieux entièrement dédiés à ces activités.

19Ces dispositifs territorialisés sont destinés à valoriser le potentiel des territoires et à les rendre attractifs aux yeux des chercheurs et des entreprises innovantes.

Les politiques d’innovation et l’attractivité des territoires

  • 9 Cette présentation s’inspire de celle du Tableau de bord européen de l’innovation, dont la neuvièm (...)

20Le paysage de l’économie mondiale se présente comme une mosaïque d’espaces nationaux que l’on peut différencier et hiérarchiser en fonction de l’intensité de leur R & D (part de la dépense totale de R & D dans le PIB). Quatre groupes de pays se distinguent de façon schématique9 :

  • les champions de l’innovation, ceux dont l’intensité de R & D dépasse les 3 % du PIB : Israël (4,86), Suède (3,75), Finlande (3,46), Japon (3,44), Corée du Sud (3,21) – ou s’en approche : États-Unis (2,82), Allemagne (2,54) ;
  • les pays suiveurs, tels la France (2,02), la Belgique (1,92) ou encore les Pays-Bas (1,63) ;
  • les innovateurs modérés, parmi lesquels en Europe l’Espagne (1,34) ou l’Italie (1,18) ;
  • les pays en voie de rattrapage, tels la Chine (1,44), le Brésil (1,10) ou la Russie (1,03).
  • 10 Voir Aghion Philippe et Cohen Elie, Éducation et Croissance, rapport du Conseil d’analyse économiq (...)
  • 11 Voir Kergueris Joseph et Saunier Claude, Rapport d’information sur la stratégie de la recherche et (...)

21De façon plus synthétique, la ligne de partage pourrait passer entre les pays qui sont proches de la frontière technologique et ceux qui sont en situation de rattrapage : pour les premiers, l’innovation serait le principal moteur de la croissance, alors que pour les seconds, c’est de l’imitation des technologies existantes que viendraient les gains de productivité les plus rapides10. Des indices peuvent être construits par pays à partir des demandes de brevets afin d’affiner le panorama de la spécialisation internationale de la R & D. On peut mettre en évidence le rôle majeur de la pharmacie, des biotechnologies et des technologies de l’information dans le dynamisme de l’économie américaine, l’Europe d’une façon générale occupant avec efficacité des secteurs plus traditionnels11.

22Cette cartographie rapide des économies nationales a pour but de suggérer leur hiérarchisation, en illustrant ici sur un secteur d’activité particulier, celui de la R & D, une notion qui est une référence fréquente dans les travaux de Charles-Albert Michalet. Ce panorama permet également d’introduire le thème de l’attractivité, également très présent dans l’œuvre de Charles-Albert Michalet, comme en témoigne l’intérêt qu’il a porté aux politiques de l’investissement direct étranger et aux délocalisations. La densité de la R & D dans l’économie nationale, les performances en matière d’innovation, constituent un élément fort de l’attractivité des Nations.

  • 12 Selon une étude menée en 2005 par Booz Allen Hamilton et l’INSEAD, mentionnée par le rapport du Sé (...)

23La qualité des systèmes et des politiques d’innovation influence à l’évidence les décisions d’implantation des acteurs multinationaux. La présence d’un environnement de R & D, de centres de recherche, de campus universitaires, d’un bassin de main d’œuvre très qualifiée, est un facteur de la décision d’implantation que les enquêtes et la littérature ont repéré depuis longtemps. Avec la R & D, comme dans les autres secteurs, les stratégies d’attractivité des Nations rencontrent les stratégies d’implantation des grandes entreprises : celles-ci délocalisent leurs activités de R & D comme elles délocalisent leurs activités de production. Environ la moitié des dépenses mondiales de R & D sont effectuées par des multinationales. Mais pour un tiers seulement, les sites de recherche privés sont situés dans le pays d’origine de l’entreprise12.

24La même grille de lecture peut être appliquée au phénomène de l’exode des cerveaux, c’est-à-dire à la délocalisation du travail qualifié affecté à la R & D. Là aussi, une hiérarchisation des espaces nationaux se manifeste, faisant de la mobilité internationale des chercheurs un mouvement le plus souvent à sens unique : il y a plus de chercheurs italiens ou d’origine italienne en France que de chercheurs français ou d’origine française en Italie. Et il y a plus de chercheurs venus de France aux États-Unis qu’il n’y a de chercheurs américains en France.

  • 13 Michalet Charles-Albert, Mondialisation, la grande rupture, op. cit., p. 107.
  • 14 Ibid., p. 111.

25La question se pose cependant de savoir si l’attractivité dont il s’agit est celle des Nations, en tant que telles, ou celle des territoires. Suivons à nouveau Charles-Albert Michalet, qui a développé la thèse suivant laquelle la mondialisation de l’économie de marché induit une disjonction entre l’État et le territoire : « La nature des États-nations a changé. Dans la nouvelle géographie mondiale, ils ne sont plus que de simples territoires économiques, les composantes d’un puzzle13 ». Et plus loin : « L’économie française devient progressivement un simple territoire, elle ne subit plus la mondialisation comme un choc extérieur, exogène, mais comme un phénomène qui structure à long terme ses activités14 ». Ces propositions à portée générale se trouvent-elles vérifiées sur le segment particulier de la R & D et de l’innovation ?

  • 15 Selon l’UNESCO Science Report, dix États sur les cinquante que comptent les États-Unis ont contrib (...)
  • 16 Pour l’implantation des entreprises, « la concurrence se joue plus entre les pôles de compétitivit (...)

26Le territoire représente sans aucun doute une dimension centrale des politiques de l’innovation. Ainsi, l’inscription territoriale de la politique suivie en France s’est concrétisée depuis 2005 avec la création des pôles de compétitivité. L’Italie se distingue avec ses « districts industriels », que la politique de l’innovation a renommés « districts technologiques » en 2002. En Russie, des « zones économiques spéciales » dédiées à l’innovation ont été créées en 2005. Pourtant, nos réflexions s’éloignent ici de la ligne de raisonnement de Charles-Albert Michalet, celle du rabaissement de l’État-nation au rang de simple territoire économique avec son corollaire, le recul de la souveraineté économique. Nous soulignons pour notre part qu’il existe une logique de la mise en ordre du territoire économique par les pouvoirs publics pour le rendre producteur d’innovation : les parcs technologiques et autres zones à statut spécial sont des créations de la puissance publique qui, face à la mondialisation ne « baisse pas les bras » mais tente d’en canaliser les forces vives sur le territoire national. Une analyse plus fine serait nécessaire pour préciser les périmètres des territoires pertinents de l’innovation. Constatons simplement que la mise en œuvre territoriale des politiques de l’innovation s’opère généralement à un niveau infranational, et épouse les zones où s’agglomèrent les ressources et les compétences, inégalement réparties sur le sol national15. Aussi, ce n’est pas le territoire tout entier de l’État-nation qui est pertinent, mais des morceaux de celui-ci, plus facilement repérables à l’échelle des régions16.

27Les activités de R & D, tout en n’échappant pas à l’influence de la mondialisation, conservent un caractère national fort. Les politiques de l’innovation se sont développées et ont acquis leur légitimité dans les pays développés à partir des années 1980. C’est en partant de ces constats que nous avons dans ce texte avancé quelques réflexions qui conduisent finale- ment à s’interroger sur la place de l’État dans la mondialisation. L’observation de cette résistance du « national » relativise l’affirmation du dépérissement de l’État sous l’effet de la mondialisation. Pour ce qui concerne la R & D, l’État ne s’efface pas et à l’aval de la R & D, avec la promotion relativement récente des politiques de l’innovation, la puissance publique exprime son souci de garder la main sur le système national de recherche et d’innovation.

  • 17 En reprenant ici le titre du rapport général publié en 2009 par le Ministère de l’enseignement sup (...)
  • 18 OCDE, Rapport aux Ministres sur la stratégie de l’OCDE pour l’innovation, op. cit., p. 9.
  • 19 Michalet Charles-Albert, Mondialisation, la grande rupture, p. 119.

28Nous nous gardons cependant de tirer de l’observation du seul domaine « recherche-développement-innovation » un pronostic sur l’issue de l’affrontement des deux logiques, celle de l’État et celle de la mondialisation. Nous nous limitons à relever pour conclure que le soutien de l’État au système national de recherche et d’innovation, voire la définition d’une « stratégie nationale de recherche et d’innovation17 », ne sont en rien contradictoires avec les intérêts des agents privés de la mondialisation, les firmes multinationales. Au contraire, là où elles ont des résultats positifs, de telles politiques améliorent la qualité des territoires, étendant ainsi la gamme des choix d’implantation possibles pour les opérateurs multinationaux. Comme l’écrit l’OCDE, les grandes entreprises-dont 700 seulement réalisent près de la moitié des dépenses mondiales de R & D-« élargissent de plus en plus leurs activités d’innovation à d’autres pays afin d’accéder à des marchés et de réduire leurs coûts, mais également pour acquérir des capacités technologiques, puiser aux pôles de savoir locaux et bénéficier d’une main d’œuvre hautement qualifiée18 ». Dans ce mouvement, chaque État redouble d’efforts pour rendre attractif « son » système national de recherche et d’innovation. S’exprimant en des termes généraux à propos des politiques structurelles, Charles-Albert Michalet écrit que « l’effet de la mondialisation est d’avoir fait converger une grande partie de ces actions vers un même objectif, celui du renforcement de l’attractivité des territoires nationaux pour l’investissement des firmes19 » : ce jugement s’applique parfaitement aux politiques nationales de l’innovation.

29Charles-Albert Michalet a résumé dès l’introduction de Mondialisation, la grande rupture la typologie des différentes configurations du capitalisme qui sous-tend l’ensemble de son œuvre : la configuration internationale, qui place les États-nations au centre du système et est marquée par la prédominance des échanges de biens et de services : elle caractérise le monde du XIXe siècle et d’une bonne moitié du XXe siècle ; la configuration multinationale, allant des années 1960 à la fin des années 1980, marquée par l’expansion considérable des investissements directs à l’étranger ; et la configuration financière, ou globale, à partir de la fin des années 1980, marquée par le primat de la circulation des capitaux financiers dans un monde imprégné des valeurs néo-libérales. C’est avec l’avènement de la globalisation financière que se pose avec le plus d’acuité la question de la capacité de l’État à guider le devenir de l’économie nationale. Ce que nous retenons de l’observation des politiques et systèmes nationaux d’innovation dans la mondialisation, c’est que l’analyse en termes d’économie internationale, qui souligne le rôle des États, n’est pas devenue totalement obsolète. Mais nous retenons aussi que sur la scène mondiale, la concurrence entre firmes se double aujourd’hui d’une concurrence entre pays, désireux d’attirer entreprises et matière grise en élevant la qualité de leur environnement national de recherche et d’innovation. Ces derniers éléments relèvent de la configuration multinationale de la mondialisation. Les domaines de la R & D et de l’innovation, en empruntant à la fois à ces deux configurations, illustrent la complexité de l’analyse de la mondialisation et confirment, en définitive que celle-ci est un processus ouvert, parfois contradictoire et surtout, inachevé.

Notes

1 Les entreprises préférant parler désormais pour ce qui les concerne de « management de l’innovation ».

2 Michalet Charles-Albert, Mondialisation, la grande rupture, Paris, La Découverte, 2007, p. 137. On trouve aussi parfois sous la plume de Charles-Albert Michalet le pronostic du « dépérissement » de l’État-nation sous l’effet de la mondialisation.

3 On pense ici au mot célèbre du nouvelliste et dramaturge russe Anton Tchekhov : « Il n’y a pas de science nationale, de même qu’il n’y a pas de table de multiplication nationale. Ce qui est national n’est pas de la science », in Note-Book of Anton Chekhov, Koteliansky Samuel Solomonovitch et Woolf Leonard (trad.), Rowland Classics Publication, 2009 [1921].

4 OCDE, Rapport aux Ministres sur la stratégie de l’OCDE pour l’innovation. Mobiliser l’innovation pour affermir la croissance et relever les défis planétaires et sociaux, 2010, www.oecd.org/innovation/strategy.

5 Amable Bruno, « Les systèmes d’innovation », in Encyclopédie de l’innovation, Mustar Philippe et Hervé Penan (dir.), Paris, Economica, 2003.

6 Ibid.

7 Kergueris Joseph et Saunier Claude, Rapport d’information sur la stratégie de la recherche et d’innovation en France, Sénat, 2008, p. 19.

8 L’Union européenne a traduit ce mot d’ordre en objectif politique lors du sommet de Lisbonne (2000) : « Faire de l’Europe l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde ». En 2002, lors du Conseil européen de Barcelone, l’Union européenne a quantifié son objectif : consacrer à l’horizon 2010 3 % de son PIB à la R & D (dont 1 % financé par l’État et 2 % financés par les entreprises). Les performances des principaux concurrents ont été prises comme référence pour fixer la cible à 3 % : en 2000, les États-Unis consacraient 2,7 % de leur PIB à la R & D, et le Japon 3 %. L’horizon défini pour atteindre cet objectif a depuis été repoussé à 2020.

9 Cette présentation s’inspire de celle du Tableau de bord européen de l’innovation, dont la neuvième édition a été publiée par la Commission européenne en 2009. Les chiffres sont tirés de l’UNESCO Science Report de 2010 et portent sur l’année 2008, sauf pour l’Allemagne et le Brésil (2007).

10 Voir Aghion Philippe et Cohen Elie, Éducation et Croissance, rapport du Conseil d’analyse économique, Paris, La Documentation française, 2004.

11 Voir Kergueris Joseph et Saunier Claude, Rapport d’information sur la stratégie de la recherche et d’innovation en France, op. cit., p. 72.

12 Selon une étude menée en 2005 par Booz Allen Hamilton et l’INSEAD, mentionnée par le rapport du Sénat précédemment cité, p. 44-45.

13 Michalet Charles-Albert, Mondialisation, la grande rupture, op. cit., p. 107.

14 Ibid., p. 111.

15 Selon l’UNESCO Science Report, dix États sur les cinquante que comptent les États-Unis ont contribué à 59 % de la dépense intérieure de R & D du pays en 2005, la Californie représentant à elle seule environ un cinquième du total. Au Brésil, 40 % de la dépense intérieure de R & D est effectuée dans la région de São Paolo.

16 Pour l’implantation des entreprises, « la concurrence se joue plus entre les pôles de compétitivité qu’entre les pays », selon une étude récente réalisée dans le cadre de FutuRIS et mentionnée par le rapport du Sénat sur la stratégie de recherche et d’innovation en France, op. cit., p. 45.

17 En reprenant ici le titre du rapport général publié en 2009 par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

18 OCDE, Rapport aux Ministres sur la stratégie de l’OCDE pour l’innovation, op. cit., p. 9.

19 Michalet Charles-Albert, Mondialisation, la grande rupture, p. 119.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable