Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Le Tiers monde

Charles-Albert Michalet et le Maghreb

Abdellatif Benachenhou et Jean-Pierre Séréni

Texte intégral

1À la fin des années 1990 Charles-Albert Michalet et le Maghreb et au début des années 2000, CharlesAlbert Michalet visite à de nombreuses reprises les trois pays du Maghreb à l’invitation des gouvernements, d’universités et de grandes écoles ou pour le compte de FIAS (Foreign Investment Advisory Service), une branche de la Banque mondiale spécialisée dans l’assistance aux gouvernements des pays en voie de développement désireux de réformer le climat des affaires chez eux. Il observe un Maghreb en quête d’une insertion renouvelée dans l’économie mondiale et régionale ; il note les insuffisances propres à chaque pays pour séduire les investisseurs étrangers ; il suggère les moyens de renforcer l’attractivité des économies avec succès, individuellement pour chacun des pays et surtout collectivement en mettant en commun leurs marchés et leurs moyens. Il met aussi en garde contre toute analogie entre les situations du Maghreb et de l’Europe de l’Est, dont la dynamique est différente, portée par la chute du Mur et la puissance économique allemande. Enfin, il intervient à plusieurs reprises devant des auditoires fournis d’étudiants maghrébins devant qui son brio et sa démarche critique font merveille.

Le Maghreb en quête de nouvelles spécialisations

2Les trois pays dont les formes d’organisation économique convergent lentement se trouvent, en raison de leurs spécialisations historiques, confrontés à des défis particuliers.

3Le Maroc affronte depuis quelques années une crise de ses spécialisations traditionnelles : le textile et les équipements électriques simples se vendent moins en raison de la déferlante asiatique ; le tourisme de bas de gamme n’est pas rentable et la concurrence est de plus en plus vive sur le marché européen pour les fruits et les légumes depuis l’adhésion de l’Espagne et du Portugal à la Communauté européenne (CEE) au milieu des années 1980. Il lui faut diversifier ses activités, asseoir la solvabilité externe et tenir compte d’éléments structurels nouveaux tels que la sécheresse ou le prix élevé de l’énergie qui doit être importée en totalité à la différence de la situation de ses deux partenaires qui sont producteurs d’hydrocarbures et même gros exportateur pour l’Algérie. Des choix nouveaux sont faits : initiatives pour faciliter la localisation au Maroc d’activités intensives en main-d’œuvre en direction des entreprises européennes de l’informatique et du traitement des données, dont les centres d’appels sont un exemple ; développement intensif de l’oléiculture sur les anciennes terres consacrées à cette culture mais aussi par le redéploiement des terres de la céréaliculture menacées par la sècheresse ; attraction des équipementiers pour la construction automobile et aménagement à cet effet de zones industrielles dédiées ; réalisation du nouveau port de Tanger, qui a vocation à devenir un port « d’éclatement » du transport de marchandises entre l’Asie et l’Europe tout en mettant les exportateurs locaux à proximité des marchés d’écoulement.

4Le but affiché de cette stratégie du début des années 2000 est de « réinventer la place du Maroc dans l’économie régionale et mondiale » et plus particulièrement de résoudre la crise financière externe latente du Maroc liée à la fragilité de ses spécialisations traditionnelles et au prix élevé de l’énergie.

5De l’autre côté du Maghreb, trois facteurs principaux ont accéléré la diversification de l’économie tunisienne : la fin de l’Accord Multifibres qui attribuait aux pays producteurs de produits textiles des contingents douaniers leur donnant un accès privilégié aux marchés des pays développés, l’atteinte de limites physiques dans le développement des infrastructures touristiques balnéaires, et plus important, le démantèlement tarifaire total pour les produits industriels échangés avec l’Union Européenne dont l’entrée en application s’est faite comme prévu en 2008, après douze ans de désarmement douanier. La dégradation rapide du solde commercial au cours des dernières années, a renforcé l’impératif de la diversification des exportations.

6Au début des années 1980, la croissance tunisienne est fondée essentiellement sur le pétrole, le tourisme et le textile : 20 %, 18 % et 15 % de la PIB pour simplifier. Au début de 2005, la structure de la croissance est très différente avec l’apparition de branches nouvelles telles que les industries mécaniques et électriques (IME) devenues des sous-traitants importants de la construction automobile européenne ou, à un degré moindre, de la plasturgie. Dorénavant, les produits manufacturés représentent plus de 90 % des exportations de biens et le pétrole n’a plus de place significative, les importations dépassant les exportations depuis plus d’une décennie, tandis que de nouveaux services comme la santé commencent à s’exporter.

7Enfin, les investissements directs étrangers jouent un rôle de plus en plus important tant sur le plan quantitatif (environ le tiers de l’investissement privé) que qualitatif (management, innovation).

8L’Algérie, de son côté, ne peut se permettre une stratégie limitée à l’approfondissement de sa spécialisation minière car elle partage avec le Maroc le lancinant problème du chômage des jeunes qu’un traitement social même alimenté sur fonds budgétaires abondants ne règlera pas. Les efforts menés en matière d’éducation et de formation au cours des dernières décennies auront été vains si on n’offre pas aux diplômés les perspectives d’une insertion professionnelle acceptable dans une économie diversifiée. Enfin, les difficultés techniques du secteur des hydrocarbures ne doivent pas être sous-estimées alors même que les marchés gaziers connaissent un début de changement des règles qui ont présidé à leur fonctionnement depuis le milieu du siècle dernier.

9À l’instar de l’approche marocaine, dont l’économie a la même taille et les mêmes contraintes démographiques mais pas les mêmes ressources, une stratégie économique renouvelée centrée sur l’emploi productif est indispensable. Certes, la diversification de l’économie n’est pas un phénomène nouveau en Algérie. Mais les succès ont été rares et coûteux. Elle a débuté dans les années 1970 pour aboutir à des dérèglements nombreux qui en ont freiné l’ampleur et ont conduit ensuite à son recul. Elle a repris lentement à la faveur de l’ouverture économique, intervenue depuis les années 1990 mais a été massivement freinée au cours des trois dernières années de la décennie.

10On voit que chacun des trois pays a besoin d’une insertion renouvelée dans l’économie mondiale pour asseoir sa croissance.

Les obstacles à l’attractivité individuelle des économies

11Chaque pays présente pourtant des obstacles qui limitent son attractivité pour les investisseurs extérieurs que Michalet a eu l’occasion d’analyser et de décrire dans les nombreux rapports qu’il leur a consacrés. En Tunisie, écrivait-il, la première difficulté réside dans la concurrence pour mobiliser les ressources publiques née du dualisme économique. De fait, les autorités tunisiennes sont face à des demandes contradictoires et concurrentes de la part du patronat tunisien de deux secteurs. D’un coté, les entrepreneurs qui travaillent essentiellement pour le marché intérieur, à l’approche de la date de janvier 2008 et de l’entrée en vigueur du démantèlement tarifaire avec l’Europe pour les produits industriels, réclament plus d’argent pour se mettre à niveau et réclament la création de nouvelles taxes intérieures pour compenser la disparition des droits de douanes.

12D’un autre coté, les industriels de l’offshore, qui travaillent pour les marchés extérieurs, essentiellement européens, affrontent dorénavant, pour leur activité principale qui est l’habillement, la montée en puissance de l’industrie textile chinoise depuis la disparition de l’AMF (Accord MultiFibres) en 2005 et demandent eux aussi, outre le maintien d’exonérations fiscales et de droits de douanes, un soutien de l’État en faveur de l’innovation, un développement des infrastructures plus ambitieux dans les transports et les télécommunications, une formation de haut niveau pour son personnel et aussi des financements avantageux pour la modernisation de leurs entreprises. Pour l’instant, le gouvernement subventionne les deux secteurs malgré des moyens budgétaires limités.

13Michalet souligne par ailleurs et à maintes reprises l’extrême sensibilité des investisseurs extérieurs à la question de l’exportation des profits : ils ne veulent pas faire la queue, rappelait-il, devant les guichets de la Banque centrale faute de devises (risque de non transfert). La dette extérieure tunisienne qui représente près de 40 % du PIB constitue l’autre difficulté à vaincre. Sa gestion active s’impose aux autorités qui ont néanmoins arbitré en faveur de la consolidation des réserves extérieures avec les recettes de la privatisation partielle de Tunisie Télécoms qui a rapporté 2,6 milliards de dollars au Trésor Public et l’appel aux investisseurs étrangers pour financer le déficit courant par le biais d’investissement direct plutôt que de portefeuille, la dette publique interne et la Bourse étant pratiquement fermées au financement externe de peur des fluctuations de la hot money.

14Dans le cas de l’Algérie, Michalet met le doigt sur trois obstacles de nature à freiner, concrètement, l’attractivité du pays : le fonctionnement du secteur bancaire, la gestion des ports et l’administration des douanes. Il observe que malgré l’ouverture du secteur bancaire à la concurrence depuis 1990 et l’entrée sur le marché de plusieurs banques étrangères, leur poids encore limité ne leur permet pas de modifier vraiment le fonctionnement du marché du crédit bancaire qui reste encore peu performant du point de vue des opérateurs économiques. Le climat des investissements est alourdi aussi par la lenteur et parfois l’imprévisibilité des opérations en douane. Enfin, la gestion des ports alourdit indûment le coût de transport des marchandises.

15Enfin, concernant le Maroc, Michalet a pu déceler des obstacles aux investisseurs extérieurs guère différents de ceux de ses voisins en matière d’attractivité des investissements. Le souvenir des trois rééchelonnements provoqués par des crises récurrentes de balance des paiements a longtemps pesé sur l’attractivité du Royaume avant qu’un cadre macroéconomique plus rigoureux se mette en place à compter de la fin des années 1980. Autre originalité du Maroc, un secteur privé plus important mais dominé par un conglomérat écrasant tant par son poids dans l’économie que par la qualité de ses actionnaires. L’ouverture extérieure y a été plus précoce et de plus grande amplitude dans les télécommunications, la banque, le transport aérien, les ports maritimes, tous secteurs stratégiques pour améliorer la compétitivité du made in Morocco.

Europe et Maghreb

16Mais suffit-il que le Maghreb s’ouvre davantage et lève des obstacles pour que les investisseurs étrangers s’y précipitent. Michalet en doute un peu quand il examine les données concrètes de la mondialisation. Dans le processus de mondialisation, l’Europe la plus dynamique, celle du Nord, s’est éloignée de sa périphérie méditerranéenne au profit de ses marches orientales et des autres régions du monde. Les économies européennes les plus dynamiques, comme celle de l’Allemagne fédérale, ont la tête ailleurs. Pourtant la RFA est gros exportateur vers le Maghreb : les ventes allemandes vers l’Algérie ont plus que doublé entre 2000 et 2008 et ont progressé de 82 % vers le Maroc. La balance commerciale allemande est excédentaire dans cette zone, à l’exception de la Libye, en raison de la facture pétrolière.

17La place particulière de l’Allemagne doit être soulignée : alors qu’elle réalise le plus gros excédent commercial européen vers le Maghreb, elle dirige l’essentiel de ses investissements vers d’autres pays.

18En raison de ce dynamisme ambivalent de l’Allemagne, l’Europe latine perd des parts de marché au Maghreb ; elle tire la région essentiellement, mais pas uniquement, par l’importation de produits de base, et d’abord de l’énergie. La situation de la France est particulière : le Maghreb recule dans le commerce extérieur de la France et la part française dans le commerce européen avec le Maghreb baisse aussi. De même, l’essentiel des investissements français nouveaux vers la rive sud de la Méditerranée va en Turquie d’abord et en Egypte ensuite, à l’exception du Maroc où les flux représentent des achats d’entreprises dans le cadre des privatisations et des investissements de partenariat en Tunisie.

19L’Espagne, le Portugal et la Grèce, les autres latins, connaissent de fortes pressions salariales qui réduisent leur attractivité pour les investisseurs locaux et étrangers mais ceci ne profite pas nécessairement à la délocalisation en direction des pays proches du Maghreb puisqu’on observe que la Grèce investit d’abord en Turquie. La crise actuelle dans ces pays n’est pas de nature à améliorer les perspectives d’avenir.

20La Turquie, l’Egypte et Israël, en raison de leur taille économique et de leur dynamisme reçoivent l’essentiel des flux d’investissement direct. En comparaison avec le Maroc et la Tunisie, la place de l’Algérie reste modeste, instable et encore trop marquée par l’attractivité du secteur des hydrocarbures et récemment de la téléphonie. Michalet rappelait que l’Europe de l’est a plusieurs avantages concurrentiels sur le Maghreb : main-d’œuvre mieux formée, marchés plus simples d’accès dans la perspective de l’élargissement de l’Europe, un accompagnement bancaire plus aisé.

21L’Allemagne, qui a les excédents commerciaux les plus importants, investit modestement dans la région, moins d’un milliard de dollars par an, et le fait surtout dans sa zone, en Turquie et un peu au Moyen Orient. La France, qui est proche du Maghreb, investit surtout en Turquie aussi et ses investissements au Maroc sont surtout portés par l’achat d’entreprises publiques, processus qui a des limites.

22Cette expérience du Maghreb est très différente de celles des autres régions émergentes : on opposera volontiers les cas du Chili, du Mexique, de la Malaisie, de l’Indonésie clairement inscrits dans une logique régionale de division du travail conduite par les États-Unis (Chili et Mexique), le Japon et la Chine, Singapour et la Corée du Sud pour les pays d’Asie.

23Au total, si on examine l’investissement direct étranger dans la logique de la division régionale du travail que Michalet considérait comme une composante inséparable de la mondialisation, on observe que le Maghreb, à l’exception de la Tunisie qui reçoit un flux modeste d’investissements français dans son industrie manufacturière, ne bénéficie pas vraiment du redéploiement du capital européen ni de sa délocalisation, à la différence des pays de l’Europe de l’Est. Les investisseurs européens sont peu engagés au Maghreb. Leurs investissements se font à la faveur d’opérations de privatisations, notamment dans le secteur de la téléphonie, des banques, des tabacs. Les pays du Golfe s’imposent actuellement comme les plus gros investisseurs de la région généralement dans le secteur des services (immobilier, tourisme, logistique, téléphonie) et partiellement dans l’industrie de consommation.

La nécessité d’une approche collective de l’attractivité

24Michalet a souligné à plusieurs reprises l’importance d’une approche commune de l’attractivité. La première étape est celle de l’harmonisation des politiques nationales vis-à-vis des investisseurs extérieurs pour éviter une concurrence ruineuse pour les pays et sans résultat significatif. Les pays du Maghreb doivent harmoniser leurs codes d’investissement et ne pas se ruiner collectivement par une course aux avantages octroyés aux investisseurs étrangers. La seconde étape est de négocier ensemble, notamment avec l’Union européenne, incontestablement le plus grand partenaire commercial. Enfin, le troisième volet, le plus délicat, est celui de l’intégration économique progressive avec un marché commun et des politiques économiques progressivement coordonnées.

Que s’est il passé depuis 2005 ?

L’effort tunisien

25Le Plan de mise à niveau du secteur textile off shore a été lancé en 2005 après celui destiné au secteur hôtelier en 2004. Mais la contrainte budgétaire est là et les autorités auront à choisir entre protectionnisme et libre échange sous peine de fragiliser l’emploi à l’intérieur et de tendre les relations avec Bruxelles ; les managers tunisiens sont de plus en plus obsédés par l’impératif de compétitivité sur le marché mondial, condition de survie de leurs entreprises.

26La croissance est tirée par les exportations de produits manufacturés et de services et témoigne d’un certain niveau de compétitivité. La part des exportations dans le PIB a atteint 45 % et leur augmentation a concerné, notamment, les industries mécaniques et électriques, le secteur agricole et les industries agroalimentaires et des produits pétroliers raffinés, alors que les ventes de textile et habillement et de cuir et chaussure ont enregistré une quasi-stagnation.

27Le gouvernement mise sur l’accroissement des exportations avec un accent sur les filières de l’économie du savoir, un positionnement « technologique » dans l’amont de la chaîne des valeurs qui veut faire sortir la Tunisie du rôle traditionnel de sous-traitant à forte intensité de main d’œuvre. Un pari audacieux mais aux effets nécessairement différés par la crise actuelle.

La vraie-fausse ouverture de l’économie algérienne

28L’Algérie hésite face à l’ouverture de l’économie : le processus d’adhésion à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) est retardé, la politique de privatisation est arrêtée, la réglementation relative à l’investissement extérieur durcie. Les négociations pour l’adhésion de l’Algérie à l’OMC traînent en longueur depuis plus de quatorze ans alors que d’autres pays, plus récemment engagés dans ces négociations, en sont devenus membres.

29En devenir membre, c’est accepter définitivement l’ouverture économique sous ses deux facettes, libéralisation commerciale mais aussi reconnaissance du droit d’établissement, c’est-à-dire ouverture de l’économie à l’investissement extérieur. De plus, la libéralisation commerciale externe implique un ajustement sévère des structures productives, c’est-à-dire une politique de l’offre touchant les différentes branches de l’économie pour réaliser une diversification de l’économie et promouvoir des exportations nouvelles pour financer des importations croissantes, en bref pour réussir le pari de l’économie ouverte.

30Si quelques rares investisseurs étrangers contribuent actuellement à renforcer une offre locale compétitive, les politiques de restructuration du secteur public, de privatisation et de mise à niveau des entreprises locales restent en très deçà du souhaitable.

31L’autre exemple est la situation nouvelle pour les investisseurs créée par la Loi de finances complémentaire (Lfc) de 2009 qui régit de manière restrictive l’activité des entreprises étrangères en posant de nouvelles règles : limitation de la participation du partenaire étranger à 49 % au maximum dans les opérations de privatisation et dans les investissements nouveaux ; nécessité pour tout importateur étranger de céder 30 % du capital de sa société commerciale à un partenaire algérien ; refus des avantages de l’Agence nationale pour le développement de l’investissement (ANDI) en dehors de cas explicités ; réinvestissement local des bénéfices acquis en proportion des avantages financiers obtenus.

32Ces mesures ont été probablement inspirées par la dégradation des finances extérieures liées à la baisse du prix du pétrole mais aussi par des cas avérés de prédation. Mais la désindustrialisation se poursuit et la stagnation agricole perdure, ce qui élimine toute perspective sérieuse d’exportations hors hydrocarbures. Enfin, plusieurs opérations en cours, notamment le programme aval de Sonatrach (pétrochimie), peuvent être compromises à cause de la Lfc qui a suscité les protestations de la Commission européenne.

33Le Maroc a négocié et obtenu le statut avancé de membre associé avec l’Union Européenne qui est censé marquer un progrès par rapport à la seule qualité de signataire d’un Traité d’association. C’est un (petit) succès politique pour le Roi mais la corbeille est vide. Bruxelles n’a pas grand chose à offrir, les finances de l’Union ne lui permettent pas d’être plus généreuse, la montée de l’extrême droite dans toute l’Europe gèle tout assouplissement des conditions d’octroi des visas, une revendication très populaire dans tout le Maghreb.

Et au Plan Maghrébin ?

34Peu de choses mais, malgré tout, pas rien entre l’Algérie et la Tunisie. Après l’échec d’entreprises publiques en partenariat entre les deux pays, on a assisté au cours des cinq dernières années à l’arrivée de nombreuses entreprises tunisiennes en Algérie dans le commerce, la finance, l’immobilier, les media qui ont mis à profit la croissance algérienne des dernières années impulsée par la dépense publique.

35Presque rien entre le Maroc et l’Algérie, toujours opposés sur le dossier du Sahara occidental. Des banques marocaines attendant l’agrément de la banque d’Algérie pour s’installer. L’interconnexion des réseaux électriques fonctionne normalement mais à l’avenir le développement des exportations de gaz vers l’Europe passera directement par l’Espagne avec Medgaz plutôt que par l’extension du gazoduc qui traverse le Maroc.

36Nombre d’analystes admettent que les écarts de productivité se sont creusés entre les trois économies du Maghreb et que l’ouverture totale des marchés bénéficiera normalement aux Marocains et aux Tunisiens qui ont su tirer profit de la présence et du savoir-faire des entreprises étrangères chez eux pour améliorer leurs organisations et leurs performances dans différents secteurs. Le patronat algérien, récemment parti en guerre contre la Zone arabe de libre-échange, ne fait que prendre acte de cet état de fait, bien regrettable pour l’économie algérienne. Mais c’est encore une fois de sa part, la politique de l’autruche, la croyance illusoire que le protectionnisme améliore spontanément les performances des entreprises alors que l’histoire économique récente de l’Algérie prouve le contraire.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable