Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Le Tiers monde

Crise et mondialisation : la place du second monde émergent et du Tiers monde

Philippe Hugon

Texte intégral

  • 1 Krugman Paul, Pourquoi les crises reviennent toujours ? Paris, Éditions du Seuil, 2008 ; Stiglitz (...)

1Le grandes crises sont des moments de ruptures non seulement es des trajectoires des sociétés mais également des paradigmes qui les fondent ou les reflètent. Il en est ainsi aujourd’hui avec la fin de la position dominante du « consensus de Washington », le rôle croissant des discours sur le modèle asiatique de développement et le Beijing consensus, les nouvelles re-légitimations de l’intervention régulatrice de l’État1, les débats sur la croissance verte ou ceux sur les reconquêtes des marchés intérieurs pour les pays émergents.

2La question de l’émergence des économies et des puissances du « second monde » ne peut être dissociée de celle des interdépendances avec les économies industrielles et avec les économies pauvres du « Tiers monde » fournisseurs de matières premières. Avant la crise mondiale de 2008-2009, les puissances émergentes étaient devenues les locomotives de l’économie mondiale et elles avaient entraîné dans leur sillage les pays pauvres notamment par la demande des matières premières. La crise mondiale a modifié la donne. Elle est partie des États-Unis mais elle est devenue planétaire et globale. Dans une économie globalisée financièrement, le nuage du Tchernobyl financier a évidemment traversé les frontières américaines par un effet papillon. Dans un contexte de mondialisation, toutes les économies ont été touchées par le canal commercial et financier. La récession des économies industrielles a réduit au départ les exportations des économies en développement et émergentes et elle a limité les investissements directs. Le spectre de la crise de 1929 a été dans tous les esprits même si les banques centrales ont réinjecté des liquidités, et si les États ont joué un rôle de recapitalisation et de relance de la demande mais avec explosion de la dette publique et risque de déflation. Mais la divergence entre le premier monde en crise durable et le second monde émergent voire le « Tiers monde » s’est ensuite accrue.

3L’émergence de nouvelles puissances notamment d’Asie et de pays pétroliers a modifié la donne tant sur le plan financier (importance des réserves de change.) que réel (taux de croissance de l’ordre de 8 %). La crise est ainsi un révélateur en temps réel du découplage des conjonctures des économies émergentes et des économies en développement vis-à-vis des économies matures des puissances industrielles. La question se pose de savoir si les pays émergents sont ou non durablement découplés et quel rôle ils peuvent jouer de relais ou d’amortisseur de la crise vis-à-vis des pays pauvres.

4Ce chapitre traite dans un premier temps des ruptures Nord/Sud et Sud/Sud en cours liées à l’émergence de nouvelles puissances dans un contexte de mondialisation telle que l’a analysé en précurseur Charles-Albert Michalet. Il présente dans un second temps les effets de la crise mondiale.

Le nouveau contexte des relations Nord/Sud et Sud/Sud liées à la montée en puissance des pays émergents

Les nouvelles configurations internationales

  • 2 Michalet Charles-Albert, Qu’est ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2004 ; Michalet (...)

5La « mondialisation » remet en question les paradigmes qui ont fondé les relations Nord/Sud2. Dans les travaux dépendantistes, les périphéries connaissaient un blocage de l’accumulation et un échange inégal. Dans les analyses néo libérales, la spécialisation selon la dotation factorielle devait favoriser la croissance et le déficit d’épargne au Sud devait être comblé par l’investissement extérieur et le commerce. Or, les excédents d’épargne et des comptes courants des pays émergents et pétroliers en (Chine, Japon, pays pétroliers) sont la contrepartie des déficits structurels notamment des États-Unis. On avait observé avant la crise d’une part un éclatement des Suds entre les pays pris dans des « trappes à pauvreté » et ceux situés sur des sentiers de croissance et d’autre part un déplacement du centre de gravité du capitalisme mondial vers l’Asie du Sud et de l’Est avec de nouveaux pôles au Moyen Orient.

6Plusieurs transformations structurelles peuvent être privilégiées.

  • 3 Khanna Parag, The Second World Empires and Influences in the New Global Order, New York, Random Ho (...)

7Au monde bipolaire de la guerre froide puis unipolaire dominé par le premier monde, tend à faire place un monde multipolaire qui, malgré l’unilatéralisme nord américain, conduit à l’émergence de nouvelles puissances économiques, politiques et militaires. Parag Khanna a montré en quoi le second monde émergent jouait un rôle aussi important que l’hyper puissance américaine et le premier monde pour façonner l’équilibre du monde3. Certes l’Occident demeure dominant dans le domaine technologique et la puissance militaire. Mais les puissances économiques et financières émergentes deviennent également des puissances politiques et militaires. Elles accentuent les rivalités à propos des ressources non renouvelables (ex des énergies fossiles comme les hydrocarbures). Ces pays disposent du potentiel stratégique, géopolitique et militaire, démographique, économique et financier.

8Sur le plan démographique, il y a accentuation des écarts de la population entre le Nord et les Suds. La mobilité des hommes conduit à de nouvelles configurations caractérisées par la différenciation entre travailleurs qualifiés et non qualifiés dans les flux Sud/Nord, par le rôle croissant joué par les diasporas participant d’une trans-nationalité, ou par le poids des transferts.

9Sur le plan environnemental, le processus d’accumulation bute de manière croissante sur la rareté des ressources non reproductibles et sur les conséquences du changement climatique et la réduction de la biodiversité. Des tensions croissantes apparaissent entre les modes de consommation et les modes de production des sociétés industrielles et des sociétés en voie d’industrialisation. Un des arbitrages majeurs concerne l’affectation du foncier aux produits agroalimentaires, aux forêts (puits de carbone) ou aux agro-carburants. La Chine, l’Inde, la Russie et le Moyen Orient ont consommé en 2008 plus de pétrole que les États-Unis (AIE). La rivalité est croissante à propos des ressources non renouvelables et les conflits liés au contrôle de ces ressources augmentent. Avant la crise de 2008-2009, les pays de l’OPEP avaient vu leurs excédents de pétrodollars passer en trois ans de 200 à 800 milliards de dollars.

10Il y a également déplacement du centre de gravité du capitalisme et montée en puissance des pays et territoires émergents.

  • 4 De nouvelles multinationales Cemex (cimentier mexicain), Lukoil (pétrolier russe), Coteminas (soci (...)
  • 5 Hugon Philippe, L’Économie du développement et la pensée francophone, Paris, AUF/EAC, 2009.

11Sur le plan économique de nouveaux centres moteurs ont émergé. Actuellement, les pays du sud représentent en parité de pouvoir d’achat la moitié du PIB mondial. Les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) comptent pour un tiers. D’autres pays tels le Mexique, l’Indonésie, l’Iran ou le Venezuela jouent un rôle majeur. La Chine devient avec l’Inde une puissance technologique croissante. La demande des pays émergents modifie durablement les termes de l’échange entre les matières premières et les produits manufacturés et les services. La montée en puissance des pays émergents du second monde dans un contexte de financiarisation du capitalisme a modifié radicalement la donne. Leur croissance a été de 8 % à 11 % par an depuis 2000 pour la Chine, de4 % à près de 10 % pour l’Inde sur la même période. Les pays émergents ont diversifié leurs partenaires et ont développé des investissements dans de nombreux secteurs stratégiques notamment les hydrocarbures, les mines et l’accès aux terres agricoles. Il y vraisemblablement durabilité des prix élevés des « commodités » liées notamment à la demande croissante des pays émergents 4. La Chine compte aujourd’hui plus d’internautes (220 millions) que les États-Unis (215,1 millions) alors qu’elle avait il y a huit ans 22,5 millions d’internautes. L’Afrique qui au début de la décennie 2000 réalisait plus de 60 % de ses relations commerciales et financières avec l’Europe en effectue 10 ans plus tard plus de la moitié avec les pays du Sud5.

12Sur le plan financier les pays émergents et pétroliers sont devenus des exportateurs nets de capitaux. Les réserves financières détenues par les banques centrales des pays émergents s’élevaient fin 2007, avant la crise financière mondiale, à plus de 2 500 milliards de dollars soit près des 2/3 des réserves mondiales. Selon Morgan Stanley, les actifs détenus par ces fonds pourraient atteindre 12 000 milliards de dollars en 2015. Les marchés financiers comme ceux des matières premières sont caractérisés par une grande volatilité. Les commodités sont devenues des valeurs refuges vis-à- vis des marchés financiers et jouent le rôle que jadis avait l’or. Il y a multiplication des sources de financement (micro finance, fonds souverains, banques islamiques, fondations privées, fonds des travailleurs immigrés et de la diaspora). Les flux transnationaux liés à « l’argent sale » ont dépassé 1 000 milliards de dollars en 2007.

13Sur le plan monétaire, l’absence d’accord et de régulation mondiale (absence de prêteur en dernier ressort) conduit à des coexistences de monnaies surévaluées et sous évaluées, à des mouvements de yo-yo des monnaies dollar, euro, yen et yuan, à des déséquilibres des balances des paiements et à des crises récurrentes.

La mondialisation et les puissances émergentes

  • 6 Ben Hammouda Hakim, Sadni Jallab Mustapha et Bachir Hédir, La Crise va-t-elle emporter le sud ? L’ (...)

14Dans ce contexte de mondialisation et de financiarisation du capitalisme, on a observé depuis une vingtaine d’années une émergence de nouvelles puissances réalisant leur révolution industrielle et post industrielle tout en s’intégrant à l’économie mondiale. Historiquement, les pays d’Asie ont été entraînés dans un processus de croissance régionale par le biais de firmes, japonaises au départ, et par le rôle de la diaspora chinoise. En revanche, les pays en développement sont demeurés principalement des fournisseurs de produits primaires du sol et du sous-sol pour les pays émergents et développés. Les pays méditerranéens sont dans une position intermédiaire. Ils ont peu bénéficié de la part de l’Europe d’un effet de diffusion d’un modèle de croissance par les transferts de technologie, les investissements directs et une ouverture des marchés sur des produits industriels permettant une montée en gamme. Ils ont rarement été capables de construire de nouveaux avantages comparatifs et de maîtriser l’ouverture extérieure par une combinaison de politiques macroéconomiques rigoureuses et de politiques sélectives industrielles6.

Émergence, convergence et divergence

  • 7 Gretha, CNRS, IRD, L’Émergence : des trajectoires aux concepts, colloque de Bordeaux, 27-28 novemb (...)

15L’émergence, catégorie hétérogène forgée par les golden boys renvoyant aux échappés du peloton des immergés peut également se fonder analytiquement sur les clubs de convergence, la croissance endogène, l’attractivité des territoires, les liens entre profils institutionnels et accumulation ou les rapports de pouvoirs (puissances émergentes) ici retenues7.

  • 8 Gretha, CNRS, IRD, L’Émergence : des trajectoires aux concepts, op. cit.

16La dénomination n’est pas sans poser problème8. Faut-il parler de « marchés émergents », expression utilisée par le FMI pour comparer les marchés financiers matures des marchés pionniers ou des marchés en voie de développement ? Faut-il utiliser le terme « d’économies émergentes » ? Des clubs de convergence de pays émergents ont été définis par leur « rattrapage » vis à vis des pays industriels et leur trajectoires divergentes avec les autres pays en développement. Les indicateurs retenus privilégient alors les relations économiques internationales, (intégration commerciale, financière, taux de change) et les indicateurs de croissance. Doit-on parler « d’économie de transition » ? Ce terme renvoie au delà de l’accélération de la croissance aux transformations structurelles économiques. Il traduit l’idée ancienne de franchissement d’un seuil conduisant à un processus cumulatif et à un sentier stabilisé de croissance. Les régimes rentiers assis sur les exportations de produits primaires diffèrent des régimes d accumulation tirés par le marché intérieur ou les exportations. Ou ne vaut-il pas mieux parler de second monde émergent ou de « puissances émergentes » sur le plan social, technologique, politique, militaire et culturel ? Les indicateurs de pouvoirs relationnels et structurels, la différenciation entre le hard et le soft power permettent de caractériser ces puissances avec des enjeux sécuritaires et militaires (montée des dépenses militaires) et environnementaux.

17Plusieurs critères peuvent être retenus pour caractériser ces pays émergents : taux de croissance économique, transition démographique, remontée en gamme de produits dans les chaines de valeur internationale, diversification de la production, des exportations et des importations, intégration au monde financier internationale, rôle de l’État facilitateur du développement, capacité de contrôle du territoire, investissement dans la formation, la recherche et développement. Les critères d’émergence diffèrent selon que l’on prend comme indicateur le PIB par tête en PPA, l’IDH, l’empreinte écologique. Au delà de ces critères, on observe à la fois une très grande diversité des régimes politiques, des structures sociales et des profils institutionnels, des trajectoires et des configurations nationales depuis les États géants jusqu’aux villes ports, États tampon ou charnières.

18L’émergence est territorialisée et peut être appréhendée à plusieurs échelles. Elle résulte, selon des degrés divers d’une interdépendance, entre des « dynamiques endogènes et exogènes ».

  • 9 Michalet Charles-Albert, Qu’est-ce que la mondialisation ?, op. cit., ; Mou- houd El Mouhoub, Mond (...)

19D’un côté, la dynamique du second monde émergent s’explique en partie par la « mondialisation » du capitalisme. On note une intégration commerciale et financière internationale, une attractivité des IDE, une montée en gamme de produits dans la spécialisation internationale. La mondialisation des échanges liés aux firmes occidentales vise à produire là où les coûts sont les plus faibles. Elle a été favorisée par les déficits américains, la financiarisation du capitalisme (les trois D : dérèglementation, décloisonnement des marchés financiers, désintermédiation par titrisation). Les fonds souverains et les investissements privés des pays émergents tendent à contrôler les actifs des pays du Nord. Les fonds souverains s’élèvent entre 2 000 et 3 000 milliards de dollars. Les oligopoles transnationaux originaires du premier et du second monde participent de dynamiques locales tout en étant insérés dans la globalisation financière9. Les ouvertures des économies, le démantèlement des protections tarifaires au sein de l’OMC (malgré l’échec du cycle de Doha) mais également les changements des chaines de valeurs mondiales ont modifié la donne. Les stratégies des grands groupes multinationaux cherchent à réaliser une décomposition technique et cognitive des systèmes productifs, à externaliser leurs activités par le biais de filiales ou de sous traitants. Certains secteurs sont dominants : l’agro alimentaire, le textile, l’électronique, l’automobile, l’aéronautique.

20De l’autre, la dynamique économique résulte également d’un « processus endogène » de territorialisation et d’attractivité des investissements grâce à des investissements dans les infrastructures, un développement des ressources humaines et un climat des affaires favorable. Les dynamiques endogènes sont caractérisées par des transformations socio politiques, telles la montée des classes moyennes ou le rôle de l’État, des transitions démographiques et des investissements sociaux et infrastructures. Une dynamique autonome s’est développée avec la hausse de la demande solvable, la concurrence des grandes multinationales occidentales et non. À l’opposé, les pays du « Tiers monde » spécialisés en produits primaires peuvent certes bénéficier de la hausse de la demande des « émergents » et des prix qui en résultent mais ils ne diversifient pas leur système productif, ont une transition démographique limitée ou tardive, un faible niveau de formation et d’utilisation des compétences, sont vulnérables face aux instabilités des prix internationaux ou ne disposent que d’une faible part de la population disposant d’une demande solvable.

21D’où la « pluralité des modes de développement » plus ou moins endogènes liés aux régimes d’accumulation (extensive, intensive) en relation avec des profils institutionnels.

Le « second monde émergent » et le « Tiers monde » entre crise et reprise

La crise apparait immédiatement comme celle du capitalisme financier

  • 10 Jorion Paul, De la crise des subprimes au séisme financier mondial, Paris, Fayard, 2008.
  • 11 Artus Patrick et Virard, Marie-Paule, Le Capitalisme est-il en train de s’autodétruire ?, Paris, L (...)
  • 12 Aglietta Michel et Berrebi Laurent, Désordre dans le capitalisme mondial, Paris, Odile Jacob, 2007 (...)

22La financiarisation du capitalisme résulte des trois D. Les innovations financières ont accru à l’infini la palette des produits avec couverture et partage des risques. La complexification croissante des services, favorisée par la révolution informatique, a conduit au développement de dérivés hors règles prudentielles. La valorisation du capital a tendu à se déplacer vers les produits financiers. Le capitaliste financier ne prête plus à l’entrepreneur pour se partager le surplus entre intérêt et profit face à la pression sur la rémunération du travail. L’entrepreneur et le salarié sont, selon des positions toutefois asymétriques, sous le diktat des actionnaires sous menace de fermeture d’entreprise et de baisse des salaires ou de licenciement des salariés10. Ce processus de fuite en avant a conduit à des taux de rentabilité financière sans lien avec les taux de rentabilité durable pour des entreprises. Le ROE (Return of Equity) est devenu l’impératif conduisant à un raccourcissement de l’horizon des investisseurs11. La fuite en avant de l’économie d’endettement a fondé la dette non sur les revenus des agents emprunteurs mais sur l’anticipation de la valorisation de leurs actifs avant que la bulle n’éclate12.

23La crise économique et financière de 2008 et 2009 a été un moment de rupture du trend de l’économie mondiale mais également de la pensée économique. Elle a conduit à des mesures d’injection des liquidités évitant un credit crunch et des politiques de fort déficit public. Les pays pauvres ont bénéficié de fonds publics de la part des banques régionales ou des institutions de Bretton Woods. Le non découplage observé au début entre le Nord et le Sud a conduit ensuite à des trajectoires contrastées du Sud. En même temps l’imprudence des banques a fait place à leur impudence au niveau des profits et des rémunérations. La privatisation des gains s’est accompagnée d’une socialisation des pertes et des risques. Les bulles immobilières et boursières et les hausse des prix des matières premières comme valeurs spéculatives sont réapparues. Les pays en développement après avoir crû de 1,9 % en 2009 ont eu en 2010 une croissance moyenne de l’ordre de plus de 5 %. On a observé une forte chute du commerce mondial en 2008 et 2009 du fait de la baisse de la demande des pays du premier monde industriel et dans un premier temps du second monde émergent, de la chute du financement du commerce, de la baisse en valeur des produits primaires. Les pays émergents et en développement ont vu leurs exportations se réduire mais par contre leurs importations résister relativement.

Une crise mondialisée aux effets différenciés selon les régions

  • 13 Ben Hammouda Hakim, Sadni Jallab Mustapha et Bachir Hédir, La Crise va-t-elle emporter le sud ?., (...)

24La mondialisation de la crise fait que l’éclatement des bulles peut provenir aussi de pays émergents (Dubai, Chine). L’économie monde fonctionne avec ses asymétries, ses centres et ses périphéries ses inégalités mais également ses montées en puissance des émergents13. Les canaux de transmission de la crise ont été d’autant plus intenses que les économies sont interdépendantes et peu réglementées.

25Toutes les économies ont été touchées par le canal financier, par la baisse des investissements directs, par la chute du commerce international. Mais l’émergence de nouvelles puissances notamment d’Asie et de pays pétroliers a modifié la donne tant sur le plan financier (importance des réserves de change) que réel (taux de croissance de 7-8 %). Le recentrage des émergents de leurs économies sur des dynamiques endogènes et la reconquête des marchés intérieurs sont permis par les énormes excédents d’épargne. Si la thèse du découplage entre la croissance des pays industriels et des pays émergents a été infirmée au début de la crise, elle semble largement confirmée notamment pour les grandes économies asiatiques.

26Hugon et Salama rappellent que certains pays du Sud, principalement en Amérique latine, ont connu une croissance élevée à l’occasion de la crise des années 1930 :

  • 14 Les Suds dans la crise, Hugon Philippe et Salama Pierre (dir.), Paris, Armand Colin, 2010.

Plus exactement, après quelques années de crise, les mesures prises pour protéger le pouvoir économique des grands exportateurs ont paradoxalement permis un essor important de la production de biens qui se substituaient aux importations rendues difficiles. En d’autres termes, la production de biens en remplacement des importations grâce au maintien d’une demande solvable, elle-même conséquence des aides accordées au secteur exportateur, a impliqué une salarisation de travailleurs provenant de la campagne, à l’époque peu monétarisée. La monétarisation croissante a pris le relais de la demande des exportateurs et l’a amplifiée, valorisant la production pour le marché interne qui se constituait14.

27Les pays en développement ou du « Tiers monde », quant à eux, ont subi les effets de la baisse des transferts financiers et dans un premier temps des prix des matières premières tout en développant leurs relations avec les émergents. Mais la crise actuelle s’ajoute à d’autres crises structurelles alimentaires, écologiques, sécuritaires ou sociales. Près d’un milliard d’humains souffrent de la malnutrition et la planète atteindra 9 milliards d’habitants en 2050. Les produits alimentaires sont devenus des produits financiers sur les marchés mondiaux et ils subissent les instabilités de prix liées aux spéculations comme l’ont montré les émeutes de la faim de 2008 et la situation de l’automne 2010. À défaut de mécanismes de stabilisation et de contrôle des marges, dans la plupart des pays les cours mondiaux se répercutent sur les prix au consommateur sur des produits vitaux qui représentent plus de la moitié du budget des ménages.

28Les pays du Sud ont été ainsi différemment touchés par la crise mondiale. Trois principaux facteurs ont joué : les régimes de croissance plus ou moins extravertis, la vulnérabilité économique et financière et les politiques publiques d’injection de liquidité et de relance budgétaire.

Une crise planétaire écologique impliquant un nouveau paradigme de développement

  • 15 Martinez-Alier Juan et Cabeza-Gutes Maite, « L’échange écologiquement inégal », in Commerce intern (...)

29La grande rupture tient également à la prise de conscience que la planète est finie, que ses ressources sont rares et qu’elle se caractérise par de fortes asymétries. Le modèle de développement des pays industriels et émergents n’est pas supportable et évidemment non généralisable. La question écologique conduit à reposer les questions des fondateurs du développement en insistant davantage sur les deux principaux facteurs le nature et le travail. La théorie de l’échange inégal a été ainsi transposée en montrant que les prix des produits exportés par le Sud ne couvrent pas les coûts sociaux et environnementaux induits par leur production – empreinte écologique, contenu en ressources rares et non renouvelables, destruction de biodiversité15. Les prix du marché ne sont pas des signaux des valeurs sociales et environnementales et supposent des prix de référence reflétant les vrais raretés et les conflits de valeur Il importe de prendre en compte les arbitrages inter temporels et inter générationnels par un choix adéquat du taux d’actualisation et la possibilité de choix intergénérationnels. Il n’en demeure pas moins que les pays émergents ne sont pas prêts à sacrifier leur croissance aux normes environnementales à commencer par la réduction des gaz à effet de serre comme l’a illustré la Conférence de Copenhague sur le climat de décembre 2009 ou celle de Cancun de décembre 2010.

  • 16 CEPII, L’Économie mondiale 2010, Paris, La Découverte, « Repères », 2009.

30La question se posait de savoir si les pays émergents pourraient résister et jouer un rôle de locomotive ou d’amortisseur ou au contraire s’ils seraient emportés dans le tsunami financier. On avait observé, avant la crise, un relatif découplage des économies émergentes d’Amérique latine ou d’Asie par rapport à la conjoncture américaine. Les raisons tenaient essentiellement au rôle de la demande intérieure dans ces pays. Bien qu’ouvertes, ces économies sont devenues moins sensibles aux chocs commerciaux internationaux. En revanche, le canal financier conduit à différencier deux types d’économies émergentes. Celles qui sont peu impactés (Asie émergente, Moyen Orient dont le solde courant est largement positif) et les pays plus vulnérables endettés et dont le solde courant est négatif – Amérique Latine, PECO, Afrique du Sud16.

31Il faut évidemment prendre en compte, au-delà de la globalisation financière et de l’ouverture commerciale, l’internationalisation de la production portée par les oligopoles transnationaux qui participent des dynamiques territoriales. On estime que les flux mondiaux d’IDE ont été divisés par deux entre le 1er trimestre 2008 et le 1er trimestre 2009. La baisse a été de 60 % dans les pays développés, de 40 % dans les pays en transition et de 25 % dans les pays en développement. On a noté également un changement de modalités des sociétés transnationales avec un accroissement des licences, des franchises et des partenariats aux dépens des investissements avec capitaux propres. Les investissements s’orientent prioritairement vers les pays à forte potentiel de marché intérieur et ayant fait preuve de résilience face à la crise notamment les pays d’Asie. Dans un contexte général de baisse des IDE on a observé une réorientation géographique des IDE notamment vers la zone méditerranéenne et notamment vers le Maroc et la Tunisie, l’Egypte et la Jordanie.

32Les situations ont été ainsi différenciées selon les pays émergents. Les prévisions donnaient une chute de l’ordre de trois à quatre points de croissance pour 2009 de la Chine (6-7 %), l’Inde (5-6 %), le Brésil. En réalité, les taux de croissance ont été supérieurs. Ces économies n’ont pas été intégralement découplées mais elles ont disposé de réserves de change supérieures à la dette et d’excédents de liquidité. Leur épargne a continué de financer les déficits américains notamment par la possession de bons du trésor américains. Des pays émergents comme la Turquie ou l’Afrique du Sud davantage fonction des capitaux étrangers et ayant un déficit des paiements courants ont, au contraire, subi un ralentissement. D’autre pays tels la Russie et les pays pétroliers ont subi les effets du ralentissement des prix des hydrocarbures.

33« Les vulnérabilités des émergents » sont liées d’une part aux régimes d’accumulation (extensive, intensive) en relation avec des profils institutionnels, et d’autre part aux dynamiques plus ou moins endogènes. Les vulnérabilité et capacités de résilience aux chocs des économies émergentes sont ainsi diversifiées et dépendent largement des politiques monétaires et budgétaires et des stratégies mises en œuvre par les acteurs.

Vulnérabilité différenciée selon les grandes régions (nombre de pays concernés)

Vulnérabilité différenciée selon les grandes régions (nombre de pays concernés)

Source : « Les pays émergents et en développement dans la crise mondiale », La Vie économique, Revue de politique économique, juin 2009.

34Structurellement, les régimes rentiers, liés aux exportations de produits primaires notamment d’hydrocarbures (malédiction pétrolière, croissance extravertie, enclaves minières ou pétrolières, importations alimentaires), divergent des régimes d’accumulation extensive ou intensive. Ceux-ci sont selon des degrés divers tirés par les exportations et l’ouverture (IDE, sous-traitance, offshoring) ou par le marché intérieur. Les dynamiques extraverties des premiers diffèrent des dynamiques intraverties ou mixtes des seconds (croissance et diffusion de la productivité, remontée en gamme de produits exportés, différenciation du système productif, composantes technologiques des exportations avec des effets d’entraînement, fortes valeurs ajoutées et élasticité de la demande mondiale).

Vers un découplage entre pays développés et pays émergents et du Tiers monde ?

  • 17 Source : FMI, State of the Future, 2010, Rapport, Washington, 2010.

35On observe en 2010-2011, après une contraction de l’économie mondiale de 0,6 %, une croissance supérieure à 6 % pour le monde en développement contre 2,3 % pour les pays développés. Les IDE de 1 trillion de dollars en 2009 sont estimés à 1,8 trillons en 2010 du fait des pays émergents. Alors que le commerce mondial avait baissé de 12,2 % en 2009, il a cru de 9,5 % en 2010 du fait des relations Nord/Sud ou Sud/Sud. Les excédents des balances commerciales des pays du Sud étaient estimées à 663,5 milliards de dollars17.

36Ce sont les pays émergents notamment d’Asie qui sont devenus les locomotives de la reprise et notamment la Chine et l’Inde qui combinent : haut niveau technologique, bas salaire, marché intérieur permettant des économies d’échelle.

37La grande majorité des pays pauvres exportateurs de ressources naturelles du sol ou du sous sol ont connu, après le décrochage de 2009, une reprise de la croissance. Aux facteurs externes tels la remise de la dette, l’amélioration des termes de l’échange, la reprise des IDE et la diversification des partenaires se sont ajoutés des facteurs internes liés notamment à la reprise des investissements agricoles ou aux effets des politiques antérieures de rigueur financière permettant de mener des politiques contracycliques. Ils ont connu également une aggravation des vulnérabilités liées aux instabilités et à la hausse des prix alimentaires.

Quels nouveaux régimes de développement ?

38Il demeure des déséquilibres structurels entre les pays émergents notamment la Chine ayant des excès d’épargne, et sous évaluant sa monnaie et disposant d’importantes réserves en dollars et les États-Unis ayant des déficits publics, de la balance courante et devant limiter leur niveau de consommation. « L’équilibre financier de la terreur entre les États-Unis et la Chine », dont parle Larry Summers, demeure.

39Il existe également des déséquilibres Nord/Sud. Les analyses des politiques dans les pays émergents et en développement ont montré la fin (provisoire ?) du « consensus de Washington ». Les politiques mises en ouvre visent à reconquérir le marché intérieur. Il y a parfois plus grande prise en compte des coûts environnementaux et des enjeux majeurs notamment concernant la sécurité alimentaire. Les autorités de Bretton Woods préconisent des politiques de relance avec déficit publics et mise en œuvre de politique contra-cycliques allant à l’encontre des principes orthodoxes. Les travaux prévisionnels concernant les capacités de résilience des pays du Sud sont peu nombreux. Ils sont pour l’essentiel réalisés par le FMI et la Banque mondiale ainsi que par les autorités nationales.

40La crise a également re-légitimé le rôle de l’État, des plans de relance par les déficits publics et des injections de liquidité. Elle a ainsi mis entre parenthèse l’orthodoxie financière. Les politiques de relance se heurtent toutefois à deux principales limites. D’un côté, les politiques nationales ne sont pas à la mesure de la crise globale et posent des problèmes de coordination. D’un autre côté, la question n’est pas de relancer la croissance mais de la réorienter. La question concernant le partage du budget carbone et de l’empreinte écologique a été au cœur des négociations de l’après-Kyoto (cf. l’échec de la conférence de Copenhague en décembre 2009) et implique au premier chef les pays développés et émergents mais elle concerne aussi les pratiques plurielles des acteurs, notamment des pays les plus pauvres. La prise de conscience de l’impasse d’un modèle énergivore, générateur d’inégalités, n’assurant pas le renouvellement des ressources rares et créant des maux publics mondiaux est une opportunité pour révolutionner les modes de production et de consommation et réduire les inégalités. Une relance industrielle verte est possible pour les pays développés. Le green business peut créer de nombreux emplois et se substituer à ce qu’ont été l’automobile durant les trente glorieuses ou les NTIC ensuite. Les innovations et expérimentations vertes prolifèrent au Sud. Elles sont, à la fois, impulsées par les pouvoirs publics, financées par les mécanismes du développement propre (MDP), mis en place par le protocole de Kyoto, prises en charge par les firmes multinationales et portées par des expérimentations des acteurs du bas. Elles doivent être mises au regard de plusieurs défis contradictoires, celui de l’insertion positive dans les chaînes de valeur internationale avec des contraintes de compétitivité, celui de la réponse aux défis liés à la pauvreté, à la sous-alimentation d’un milliard d’êtres humains dont les 2/3 se trouvent en zone rurale, à l’explosion urbaine (un million de plus par mois d’urbains en Chine ou en Inde), ou à la gestion des risques climatiques ou d’accaparement des terres arables. En milieu rural, les préservations des sols, le renouvellement des ressources halieutiques, la lutte contre la déforestation, le maintien de la biodiversité sont au cœur de la réduction de la pauvreté. L’explosion urbaine au Sud rend à la fois nécessaire et possible une économie moins carbonée par des équipements décentralisés au niveau local : panneaux solaires, centrales à biomasse, géothermie, lutte contre la pollution, recyclage des déchets urbains, réutilisation des eaux usées, transports urbains électriques, construction, chauffage ou climatisation par panneaux solaires. Ces différents projets sont éligibles aux MDP. Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. Les enjeux diffèrent toutefois fortement dans les pays en développement et dans les pays émergents.

41On observe dans les Suds des changements importants de politiques éloignées du consensus de Washington. Les plans de relance ont visé dans de nombreux pays à reconquérir les marchés intérieurs. Tel est le cas notamment en Chine, en Inde ou au Brésil. La baisse des exportations a favorisé des dépenses d’infrastructure voire comme au Brésil une hausse du salaire minimum. Les « politiques de substitution d’importations » et les politiques publiques et industrielles actives sont à nouveau d’actualité. La question se pose toutefois dans les pays d’industrialisation tardive et pris dans des trappes à pauvreté de savoir comment faire des remontées en gamme de produits face à la concurrence des grands pays émergents disposant des économies d’échelle, et d’une armée industrielle de réserve nationale ou régionale. L’ouverture extérieure est comme une bosse de ski. Elle accélère la vitesse des bons skieurs et fait chuter les moins bons. Il y a au contraire nécessité de sécurité alimentaire et de politique commune régionale, possibilité de spécialisation par des accords matières premières/industries manufacturière. L’UE peut jouer un rôle central en supprimant les règles d’origine et en acceptant sans droits de douanes des produits transformés venant des pays pauvres. La reconquête des marchés intérieurs suppose une réduction des inégalités notamment par des réformes agraires ou fiscales qui renvoient à des conflits de classes.

42En conclusion, le questionnement des modes de développement concerne les pays capitalistes développés comme les émergents et les pays en développement. Les principales questions que l’économie du développement posait, ont été transposées par des effets de boomerang dans les sociétés industrielles (dualisme, non-marchand, segmentation des marchés, informalité, non-cohérence des systèmes productifs en économie ouverte, exclusion.) et à l’Est (transition). L’économie du développement a « découvert » de nombreuses questions que se posent aujourd’hui les sociétés industrielles. Le marché n’est pas le mode exclusif, ni même parfois dominant, de coordination des actions économiques. Les modèles d’action reposent sur des rationalités différentes. Les logiques, accumulatives des organisations industrielles, ou sécuritaires des unités domestiques se font en déconnexion plus ou moins prononcée avec les relations marchandes. Le poids de l’ethnicité, du culturel, du religieux, des rapports sociaux domestiques est essentiel pour comprendre les sociétés industrialisées, développées ou capitalistes. Les questions environnementales deviennent prioritaires dans les diverses sociétés et la lutte contre les changements climatiques et les émissions de GES un ennemi commun. Les soit disant spécificités ou blocages culturels au développement n’apparaissent que dans des conditions déterminées. L’émergence de l’innovation au sein de représentations symboliques différentes est un problème universel qui a trouvé des réponses dans des cultures différentes.

43Les modes de développement sont à la fois pluriels et interdépendants Ils peuvent être comparés au niveau national ou régional, et analysés dans leurs interdépendances asymétriques au niveau mondial. Un projet de développement est une arène où se négocient, se confrontent des pratiques d’acteurs pluriels ayant des ressources, des objectifs, des intérêts et des représentations diverses avec des jeux de ruse, de détournement des « bénéficiaires » par rapport aux « donateurs ». Les critères quantitatifs d’évaluation sont ainsi pluriels : croissance économique, productivité globale des facteurs, indice de Gini, empreinte écologique, émission de GES. D’autres critères en termes de qualité ou de transformations institutionnelles peuvent être retenus.

44Plusieurs interrogations émergent. Comment réinventer à la fois un nouveau modèle social, un modèle financier avec régulation, et un modèle moins énergivore et respectueux de l’environnement ? Comment reconstruire l’architecture monétaire et financière internationale et au-delà modifier la place des Suds émergents et en développement ? Le capitalisme peut-il être régulé ? Celui-ci n’est-il pas pris dans une dynamique que seuls les conflits permettent de résoudre ? Comment évolueront les bras de fer entre les puissances industrielles en crise et les puissances émergentes, par des jeux coopératifs ou par des tensions sources de conflictualité ?

Bibliographie

Bibliographie complémentaire

Aglietta Michel et Ragot Sandra, Crise et rénovation financière, Paris, Odile Jacob, 2009.

Artus Patrick et Pastré Olivier, Sorties de crise. Ce qu’on ne nous dit pas. Ce qui nous attend, Paris, Perrin, 2009.

Attac (Plihon Dominique et Harribey Jean-Marie), Sortir de la crise globale. Vers un monde solidaire et écologique, Paris, La Découverte, 2009.

Banque mondiale, Where is the Wealth of Nations ?, Washington, 2006.

Ben Hammouda Hakim, L’Économie politique du post-ajustement, Paris, Karthala, 1999.

Le Développement en question (s), Berr Eric et Harribey Jean-Marie (dir.), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2006.

Boyer Robert, « L’après “consensus de Washington” : institutionnaliste et systémique ? », in L’Année de la régulation, n ° 5, 1999.

Boyer Robert, Les Financiers détruiront-ils le capitalisme ?, Paris, Economica, 2011.

Brown Lester, Éco-économie. Une autre croissance est possible, écologique et durable, Paris, Éditions du Seuil, 2003.

Chaponnière Jean-Raphael, « La crise en Asie », in Les Suds dans la crise, Hugon Philippe et Salama Pierre (dir.), Paris, Armand Colin, 2010.

Cohen Daniel, Prospérité du vice. Une Introduction (inquiète) à l’économie, Paris, Albin Michel, 2009.

FMI, State of the Future, 2010, Rapport, Washington, 2010.

Figuiere Catherine, « Sud, développement et développement durable. L’apport de l’économie politique », in Vertigo, vol. 7, n ° 2, septembre 2006.

Frankel Jeffrey et Romer David, « Does trade Cause Growth ? », in American Economic Review, vol. 89, n ° 3, p. 379-399, 1999.

GEMDEV, La Mondialisation : les mots et les choses, Paris, Karthala, 1999.

Hugon Philippe, Économie politique internationale et mondialisation, Paris, Economica, 1997.

Orléan André, De l’euphorie à la panique : penser la crise financière, Paris, éditions de la Rue d’Ulm, 2009.

Rodrik Dani, « Has Globalization Gone too Far ? », Institute for International Economics, Washington, 1997.

Rodrik Dani, Nations et mondialisation. Les Stratégies nationales de développement dans un monde globalisé, Paris, La Découverte, 2008.

Sachs Jeffrey et Warner Andrew, « Economic Reform and the Process of Global Integration », in Papers on economic Activity, 1995.

Stern Nicolas, The Global Deal Climate and the Creation of a New Era of Progress and Prosperity, Public affairs, 2009.

Williamson John, « A short History of the Washington Consensus », in The Washington Consensus reconsidered. Towards a new global Governance, Serra Narcís et Stiglitz Joseph (dir.), Oxford, Oxford University Press, 2008.

Notes

1 Krugman Paul, Pourquoi les crises reviennent toujours ? Paris, Éditions du Seuil, 2008 ; Stiglitz Joseph, « Towards a New Paradigm for Development : Strategies, Policies and Processes », in Prebisch Lectures at UNCTAD, Genève, 1998.

2 Michalet Charles-Albert, Qu’est ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2004 ; Michalet Charles-Albert, Mondialisation. La Grande Rupture, Paris, La Découverte, 2009 ; Les Nouvelles Régulations de l’économie mondiale, Hugon Philippe et Michalet Charles-Albert (dir.), Paris, Karthala, 2007.

3 Khanna Parag, The Second World Empires and Influences in the New Global Order, New York, Random House, 2008.

4 De nouvelles multinationales Cemex (cimentier mexicain), Lukoil (pétrolier russe), Coteminas (sociétés de textiles brésilienne), TCI (fabricant chinois de matériel électronique) prennent place à côté des nouveaux géants du pétrole ou de la mine. D’atelier du monde, la Chine s’est hissée au rang de deuxième exportateur et de troisième importateur du monde. Avec 5,4 % du PIB mondial et 11,9 % de croissance, elle contribue en 2007 davantage que les États-Unis (27,5 % du PIB et 1,9 % de croissance) à la croissance mondiale. L’Inde quant à elle y contribue autant que le Japon. Selon plusieurs prévisions de la Banque mondiale d’ici à 2035, le PIB de la Chine devrait être supérieur à celui des États-Unis et celui des BRICs supérieur à celui du G7 (Banque Mondiale). La Chine devrait d’ici à 2050 devenir la première puissance planétaire (28 % du PIB mondial contre 26 % pour les États- Unis, 17 % pour l’Inde et 15 % pour l’UE).

5 Hugon Philippe, L’Économie du développement et la pensée francophone, Paris, AUF/EAC, 2009.

6 Ben Hammouda Hakim, Sadni Jallab Mustapha et Bachir Hédir, La Crise va-t-elle emporter le sud ? L’effet d’engrenage de la crise, Paris, Ellipses, 2009 ; Les Nouvelles Régulations de l’économie mondiale, op. cit.

7 Gretha, CNRS, IRD, L’Émergence : des trajectoires aux concepts, colloque de Bordeaux, 27-28 novembre 2008 ; Sgard Jérome, « Qu’est ce qu’un pays émergent et est ce un concept intéressant pour les sciences sociales ? », in Gretha, CNRS, IRD, L’Émergence : des trajectoires aux concepts, op. cit.

8 Gretha, CNRS, IRD, L’Émergence : des trajectoires aux concepts, op. cit.

9 Michalet Charles-Albert, Qu’est-ce que la mondialisation ?, op. cit., ; Mou- houd El Mouhoub, Mondialisation et délocalisation des entreprises, Paris, La Découverte, « Repères », 2008.

10 Jorion Paul, De la crise des subprimes au séisme financier mondial, Paris, Fayard, 2008.

11 Artus Patrick et Virard, Marie-Paule, Le Capitalisme est-il en train de s’autodétruire ?, Paris, La Découverte, 2007 ; Les Nouvelles Régulations de l’économie mondiale, op. cit.

12 Aglietta Michel et Berrebi Laurent, Désordre dans le capitalisme mondial, Paris, Odile Jacob, 2007 ; Bourguinat Henri et Briys Éric, L’Arrogance de la finance aux sources du krach : errements des marchés, myopie de la théorie et carences de la régulation, Paris, La Découverte, 2009.

13 Ben Hammouda Hakim, Sadni Jallab Mustapha et Bachir Hédir, La Crise va-t-elle emporter le sud ?., op. cit. ; Gretha, CNRS, IRD, L’Émergence : des trajectoires aux concepts, op. cit.

14 Les Suds dans la crise, Hugon Philippe et Salama Pierre (dir.), Paris, Armand Colin, 2010.

15 Martinez-Alier Juan et Cabeza-Gutes Maite, « L’échange écologiquement inégal », in Commerce international et développement soutenable, Damian Michel et Groz Jean-Christophe (dir.), Paris, Economica, 2001.

16 CEPII, L’Économie mondiale 2010, Paris, La Découverte, « Repères », 2009.

17 Source : FMI, State of the Future, 2010, Rapport, Washington, 2010.

Table des illustrations

Titre Vulnérabilité différenciée selon les grandes régions (nombre de pays concernés)
Légende Source : « Les pays émergents et en développement dans la crise mondiale », La Vie économique, Revue de politique économique, juin 2009.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

Auteur

Professeur émérite à l'université Paris Ouest Nanterre-La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable