Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Le commerce

Le commerce mondial dans la crise

Michel Rainelli

Texte intégral

1En mars 2009, l’OMC publie un communiqué de presse prévoyant, pour l’ensemble de l’année 2009, une baisse des exportations mondiales en volume de 9 %, « une contraction sans précédent depuis la seconde guerre mondiale1 ». Un an plus, tard, en mars 2010, l’OMC annonce : « Après avoir connu son plus fort recul en plus de 70 ans, le commerce mondial est prêt à rebondir en 2010 et à progresser cette année de 9,5 pour cent2 ». Cette prévision sera ultérieurement revue à la hausse pour s’établir à 13,5 %3. Le commerce mondial a donc connu un épisode d’effondrement entre le troisième trimestre de 2008 et le premier trimestre de 2009 ; cet épisode conduit à des interrogations sur les raisons de la chute brutale des exportations, afin de savoir s’il s’agit uniquement des conséquences de la récession mondiale ou bien s’il existe des facteurs spécifiques. L’enjeu est d’importance, puisque au même moment les négociations du Programme de Doha pour le Développement sont dans l’impasse et que la conclusion de ce cycle de libéralisation des échanges internationaux est présentée comme un moyen de relancer la croissance économique.

  • 4 Il semble cependant que l’impact réel du protectionnisme sur la dépression soit plus limité, voir (...)

2L’existence d’une relation entre crise économique et crise du commerce mondial paraît évidente en raison de l’impact des chocs d’offre et de demande sur les échanges internationaux, mais le contexte général et les politiques économiques des nations conduisent à des éclairages nouveaux. C’est ainsi que la crise de 1929 est devenue une référence pour montrer comment l’instauration de mesures protectionnistes par une nation conduit à une escalade, à une guerre commerciale qui diminue l’ensemble des exportations et donc induit un approfondissement généralisé de la dépression, sans que les mécanismes de transmission vers les échanges ne soient véritablement étudiés4. La crise actuelle, en revanche, a suscité des études des différents canaux de transmission dès 2009, ce qui a permis de mettre en évidence l’impact des transformations du commerce international sur sa volatilité lors d’une récession.

3Après avoir présenté quelques éléments généraux de cadrage factuel de la chute des échanges internationaux, nous étudierons les explications mises en avant pour comprendre la crise récente, avant d’en tirer les conséquences sur l’explication du commerce international.

4Les faits saillants

5Depuis 1950, les exportations mondiales de marchandises en valeur connaissent une forte croissance, nettement supérieure à celle du PIB mondial, mais avec des à-coups liés à des situations de récession. Si l’on s’intéresse plus particulièrement à l’évolution entre 1981 et 2009, la chute enregistrée cette dernière année, -22,9 %, est d’autant plus marquante qu’elle survient après trois années de croissance régulière, supérieure à 15 % (voir graphique 1).

6Graphique 1. Taux de croissance des exportations mondiales de marchandises en valeur, 1981-2009

7Source : CNUCED, http://unctadstat.unctad.org

  • 5 Baldwin Richard et Evenett Simon, The Collapse of global trade, murky protectionism, and the crisi (...)
  • 6 Baldwin Richard et Evenett Simon, « Introduction and recommendations for the G20 », in Baldwin Ric (...)

8Les diminutions enregistrées antérieurement sur la période ne concernent que 5 années (1981, 1982, 1983, 1988 et 2001) et sont d’une ampleur beaucoup plus faible (respectivement -1, -6,5, -2, -1,5 et -4 %). La chute de 2008-2009 est donc un événement marquant, d’une amplitude environ 4 fois supérieure à la plus forte contraction enregistrée dans les 28 années précédentes. Cet effondrement du commerce mondial a très rapidement donné naissance à des analyses du CEPR, publiées dès mars 2009 sur le site Internet VoxEU.org, qui a joué un rôle décisif dans la diffusion des recherches sur ce thème. Richard Baldwin et Simon Evenett ont édité à cette date un ouvrage électronique5. Dans leur introduction, Baldwin et Evenett présentent des données sur l’évolution des exportations de 13 pays entre octobre et décembre 2009 : les variations des flux mensuels sont comprises entre-17 % (Mexique) et-41 % (Turquie), la Chine connaissant une diminution de 32 %, la France de 25 % et l’Allemagne de 18 %. La constatation est donc celle d’un « effondrement soudain, sévère et synchronisé du commerce6 ».

  • 7 Voir Baldwin Richard, « The great trade collapse : What cause it and what does it mean ? », in The (...)
  • 8 Ibid., p. 3-4.

9L’effondrement peut être précisé en utilisant les données trimestrielles de l’ensemble des importations de biens et services, entre 1965 et 20097. Ces données montrent plus nettement que les grandeurs annuelles comment les différentes crises (choc pétrolier de 1974-5, récession de 1982-3, crise de l’Internet en 2001-2) ont eu un impact sur le commerce mondial avec une diminution des échanges pendant au moins trois semestres, mais avec un effet beaucoup plus marqué en 2008. Les statistiques disponibles en novembre 2009 indiquent à la fois la généralité du phénomène, pour les deux derniers trimestres 2008 et les deux premiers trimestres de 2009, pour les nations (les 104 membres de l’OMC pour lesquels des données sont disponibles) et pour tous les produits (du moins au premier trimestre 2009)8.

10Les explications possibles de la chute du commerce mondial

11Les points marquants des évolutions du commerce mondial en 2008-2009 sont donc : 1) l’importance de la chute des échanges, 2) la simultanéité de l’impact sur l’ensemble des nations et des produits. La crise de 2008-2009 s’inscrit dans une modification de longue période des échanges internationaux, tout d’abord dans leur rapport à l’activité économique générale. Une manière d’approcher cette originalité peut être saisie grâce au calcul de l’élasticité du commerce mondial par rapport au revenu mondial : selon Caroline Freund, l’élasticité du commerce mondial au revenu mondial est passée de 1,94 dans les années 1960 à 3,36 dans les années 1990 et 3,69 pour les six premières années 20009. Cette tendance de long terme doit donc être prise en compte, mais elle ne peut, à elle seule, expliquer la brutalité de la chute de 2008-2009 si on ne s’interroge pas sur ses raisons fondamentales.

12Lorsque l’OMC signale, en mars 2009, l’effondrement des échanges internationaux, quatre facteurs explicatifs de l’originalité de l’effondrement des échanges internationaux sont mis en avant10 :

  • la généralisation de la récession ;
  • l’importance actuelle des chaînes mondiales d’approvisionnement ;
  • les difficultés de financement du commerce ;
  • le rôle éventuel du protectionnisme.

13Sous une forme ou sous une autre, ces quatre facteurs vont être présents dans les analyses des différents auteurs qui se sont intéressés au phénomène, mais d’autres explications sont aussi avancées. Le premier élément, la généralisation de la récession, ne mérite pas qu’on s’y arrête davantage, car il ne concerne pas spécifiquement les échanges internationaux. Par ailleurs, cette liste n’est pas exhaustive, puisqu’une cinquième explication, liée à la différence de composition des PIB et du commerce international, peut être avancée.

14La première explication relève de la dimension financière de la crise. En effet, la crise bancaire a eu deux effets distincts sur les entreprises exportatrices : le premier est que ces firmes vont, comme les autres, rencontrer des difficultés pour financer leur activité de production. L’impact sur le commerce international n’est donc pas spécifique, contrairement au second : les opérations de commerce international supposent des instruments financiers spécialisés, comme les lettres de crédit. Le rationnement général du crédit va donc avoir un effet direct sur les exportations. Il n’est pas aisé d’avoir des informations précises sur cette dimension financière, mais, grâce à un rapport du Comité Bancaire de la Chambre de Commerce Internationale, on dispose d’indications générales, obtenues auprès de 122 banques de 59 pays qui étaient interrogées sur l’impact de la crise financière dans le domaine des échanges internationaux, en analysant les tendances entre les derniers trimestres de 2007 et de 2008.

15La première indication intéressante concerne l’usage habituel des lettres de crédit et des autres instruments de même type : ils financent environ 20 % du commerce mondial. Avec le déclenchement de la crise, les exportateurs ont cherché à sécuriser leurs paiements, ce qui les a conduit à un recours accru à ces formes de financement. L’impact immédiat a été un ralentissement des exportations, à des semaines de stockage avant expédition, dans l’attente de la finalisation des termes du financement11. Mais les banques interrogées indiquent, par ailleurs, à la fois que la tarification des instruments de crédit a augmenté et que les taux de refus sont significativement plus importants qu’avant la crise12. Le crédit crunch a donc joué un rôle dans la chute des exportations, non seulement pour ralentir des expéditions, dans un premier temps, mais aussi, dans un second temps, en rendant leur financement plus difficile. Ce rôle des restrictions de crédit dans la chute du commerce international a été reconnu lors de la réunion du G20 à Londres, en avril 2009. En effet, parmi les décisions prises pour lutter contre la crise, les pays du G20 ont décidé de « garantir un crédit de 250 milliards de dollars destiné à relancer le financement du commerce international » (point 5 de la déclaration finale). Les effets des restrictions du crédit ont cependant continué à être sensibles pour les opérateurs des pays à faibles revenus, en particulier en Afrique comme l’indique un rapport de novembre 201013.

16La deuxième explication de la crise du commerce international relève de la composition des échanges, envisagée sous deux aspects. Tout d’abord, lorsque l’on compare la composition des échanges internationaux et celle des PIB une divergence importante dans la répartition entre marchandises et services apparaît. Par ailleurs, le commerce international contient une proportion importante de produits industriels durables dont l’achat peut être différé.

  • 14 Voir Baldwin Richard et Taglioni Daria, « The illusion of improving global imbalances », http://ww (...)
  • 15 Voir Levchenko Andrei, Lewis Logan et Tesar Linda, « The collapse of US trade : in search of the s (...)

17Le commerce mondial est composé pour environ 80 %, de biens manufacturés comme les produits électroniques, le matériel de transport, les machines ; lors d’une crise générale de la demande, les consommateurs et les firmes peuvent renoncer à une décision d’achat ou du moins la reporter, dans l’attente d’une amélioration de leur situation ou de leurs anticipations. Par contraste, les PIB nationaux sont composés de manière essentielle de services dont tous ne sont pas échangeables internationalement. L’impact de cette différence de composition peut être présenté à partir d’un exemple numérique simple14. De manière approximative, on peut considérer que les exportations mondiales sont composées à 80 % de biens dont l’achat peut être différé, alors que leur part dans le produit mondial, l’agrégation des PIB, n’est que de 10 %. Face au choc de demande et à l’incertitude qui en résulte, supposons que les achats de biens dont la consommation peut être différée diminuent de moitié, toutes choses égales par ailleurs. Alors que le produit mondial n’a diminué que de 5 %, les exportations mondiales ont chuté de 40 %. Selon les estimations réalisées sur le commerce des USA, les effets découlant de la composition du commerce extérieur seraient responsables d’au moins 50 % de la baisse des exportations étatsuniennes15.

18Une troisième voie d’explication, qui renforce le rôle de la composition des échanges internationaux, est liée à une forme particulière de spécialisation internationale, la spécialisation verticale, qui s’est fortement développée depuis une quarantaine d’années.

  • 16 Voir Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères en France : straté (...)
  • 17 Voir Lassudrie-Duchêne Bernard, « Décomposition internationale des processus productifs », in Inte (...)
  • 18 Voir Hummels David, Ishii Jun, Yiet Kei-Mu, « The nature and growth of vertical specialization in (...)
  • 19 Voir Amador Joao et Cabral Sonia, « Vertical specialization across the world : A relative measure  (...)

19Cette forme de spécialisation est en partie liée aux firmes multinationales et à la création des « filiales ateliers » que Michel Delapierre et Charles-Albert Michalet ont été les premiers à identifier16, mais aussi aux stratégies d’externalisation des entreprises qui ne passent pas nécessairement par l’établissement de filiales de production à l’étranger. Selon l’expression de Bernard Lassudrie-Duchêne, nous sommes alors en présence d’une Division Internationale des Processus Productifs17, qui a progressivement fait l’objet de recherches et d’évaluations dans le contexte de la spécialisation internationale verticale, terme qui englobe toutes les formes particulières de localisation dans différents pays de la chaîne de production. Les tentatives de quantification de la place du commerce vertical dans les échanges internationaux sont relativement récentes. Les estimations pour 10 pays de l’OCDE et 4 pays émergents conduisent à considérer qu’entre 1970 et 1990 la spécialisation verticale représente 21 % des exportations et que ces exportations ont crû de 30 % sur cette période18. Selon d’autres travaux, la place des exportations liées à la spécialisation verticale a plus que doublé entre 1967 et 2005, passant d’environ 3 % des importations mondiales de marchandises, hors énergie, à 6,5 %, essentiellement au bénéfice de l’Asie qui réalisait 0,5 % des importations mondiales en 1967 et 4 % en 200519 (Amador et Cabral, 2009).

20Cette nouvelle forme de la spécialisation internationale, qui s’inscrit dans la logique de constitution des « firmes réseaux » et des « firmes virtuelles20 », a un impact important sur le volume des échanges internationaux. En effet, la comptabilisation des exportations et des importations ne se fait pas en valeur ajoutée mais en grandeurs brutes, ce qui contribue à amplifier artificiellement l’impact des variations de la demande finale. Selon l’OMC, « la contraction ou l’expansion du commerce n’est plus seulement une question de variation des flux commerciaux entre un pays producteur et un pays consommateur-les marchandises traversent de nombreuses frontières durant le processus de production, et les composantes du produit final sont décomptées à chaque fois qu’elles traversent une frontière21. » Il est intéressant de noter que c’est dans une situation de dépression du commerce international que cette caractéristique de l’évaluation des échanges internationaux est avancée par l’OMC, alors que dans les périodes de forte croissance aucune mise en garde rappelant la faible fiabilité des statistiques et la surestimation des flux n’a été formulée. On peut donc s’interroger sur la véritable expansion des exportations des biens industriels faisant l’objet d’une segmentation internationale de la production, d’autant que, toujours selon l’OMC, son « ampleur globale ne peut être que supposée en raison de l’absence de renseignements systématiques22 ». Mais le rôle de cette nouvelle forme de spécialisation dans l’amplification de la chute des exportations lors d’une récession est évident.

  • 23 Les communiqués rédigés à l’issue des réunions du G20 sont disponibles sur le site Internet du G 2 (...)

21Le protectionnisme, enfin, est le quatrième candidat à l’explication de la chute du commerce international. Une originalité de la crise de 2008-2009 est la préoccupation affirmée, notamment lors des réunions du G20, d’éviter le recours au protectionnisme. La première prise de position date de la réunion du G20 le 15 novembre 2008 à Washington. Le paragraphe 13 du communiqué final contient l’engagement des nations concernées à s’abstenir, pendant 12 mois, d’instaurer de nouvelles barrières au commerce ou à l’investissement, d’imposer de nouvelles restrictions aux exportations ou de mettre en ouvre des mesures incompatibles avec les règles de l’OMC pour stimuler les exportations23. Le communiqué du 2 avril 2009 concluant la réunion de Londres fait référence à la contraction du commerce mondial et considère que les effets de la chute de la demande sont exacerbés par la diminution du crédit commercial et les pressions protectionnistes. Il reprend une formulation identique à celle de novembre 2008, en précisant que les gouvernements s’engagent à supprimer les mesures protectionnistes et à ne pas en prendre de nouvelles pendant l’année 2010 (paragraphe 22). Cela sera réaffirmé à Pittsburgh le 25 septembre 2009 (paragraphe 48). À Toronto, le 27 juin 2010, l’affirmation du rejet de nouvelles mesures protectionnistes est renouvelée jusqu’à la fin de 2013 (paragraphe 36), ce qui est confirmé le 12 novembre 2010, à Séoul (paragraphe 42).

22Sur la base de ces engagements solennels et répétés, le protectionnisme semble donc écarté comme explication potentielle de l’effondrement du commerce mondial en 2008-2009. Le G20 a d’ailleurs pris une initiative intéressante, en demandant que la CNUCED, l’OCDE et l’OMC soient conjointement chargées d’établir des rapports, publiés avant les réunions du G20, recensant l’ensemble des mesures protectionnistes prises par les nations membres du Groupe, qui avaient l’obligation de les notifier. La lecture de ces rapports donne une image très différente de la réalité, le protectionnisme ayant été une politique mise en ouvre contrairement aux engagements. Ainsi, le rapport du 14 septembre 2009 préparé pour la réunion de Pittsburg fait le point sur les mesures de politique commerciale prises par les membres du G20 entre avril et août 200924. Seuls 12 pays ont notifié leurs mesures, 2 n’ont déclaré que des mesures prises par d’autres (Japon, USA), 6 n’ont rien notifié (Afrique du Sud, Arabie Saoudite, Argentine, Inde, Indonésie) et les politiques appliquées ont dû être reconstituées. En tout, 80 mesures affectant les importations des membres du G20 sont recensées ; les membres ayant le plus recours au protectionnisme sont :

  • l’Inde : 21 mesures,
  • les USA : 16 mesures,
  • la Russie : 8 mesures,
  • la Chine : 7 mesures,
  • l’Union Européenne : 6 mesures.

23Le rapport établi le 4 novembre 2010, en prévision du Sommet de Séoul, présente un bilan des mesures protectionnistes prises entre avril 2009 et octobre 201025. Aux 80 mesures prises entre avril et août 2009 se sont ajoutées 95 nouvelles entre septembre 2009 et février 2010, 56 entre mars et mai 2010, 54 entre mai et octobre 2010. L’ensemble des restrictions au commerce prises depuis octobre 2008 par les Membres du G20 couvre 1,8 % du total de leurs importations, soit 1,4 % des importations mondiales ; de plus, 15 % seulement des mesures adoptées depuis le début de la crise ont été retirées.

24Les politiques commerciales effectivement mises en ouvre par les Membres du G20 sont fortement éloignées de leurs engagements ; le protectionnisme a donc pu contribuer à la crise des échanges internationaux, même si son impact spécifique peut difficilement être évalué.

25Le recensement des facteurs qui contribuent à expliquer l’importance de la crise du commerce mondial en 2008-2009 conduit à mettre en évidence la nécessité d’un regard nouveau sur les échanges internationaux. Les différents aspects envisagés sont tous connus, mais leurs conséquences ne sont pas totalement intégrées dans les analyses du commerce international et dans les négociations commerciales actuelles. Deux points semblent particulièrement importants.

26Le premier est le rôle joué par les instruments de financement des échanges. L’abaissement des barrières tarifaires et non tarifaires pour favoriser le développement du commerce peut se révéler insuffisant si les crédits indispensables aux opérations du commerce ne sont pas disponibles. Sous une forme particulière, ce sont les conséquences de la séparation des sphères réelle et financière dans l’analyse de l’économie internationale qui se manifestent ici.

27Le second est les conséquences de la mondialisation des chaines de production. L’accent a jusqu’à présent été mis sur l’impact des stratégies des firmes sur l’évolution rapide des spécialisations internationales, sur la désindustrialisation des pays les plus développés. Mais le caractère artificiel du gonflement des échanges internationaux en raison du mode d’évaluation des exportations en valeur brute et non en valeur ajoutée n’a pas été intégré dans l’analyse, faute de données pertinentes. Une prise en compte systématique du contenu en importations des exportations donnerait sans aucun doute de nouveaux éclairages sur les véritables spécialisations internationales.

Notes

1 Voir le communiqué sur le site de l’OMC : http://www.wto.org/french/news_f/pres09_f/pr554_f.htm

2 Voir http://www.wto.org/french/news_f/pres10_f/pr598_f.htm

3 Voir http://www.wto.org/french/news_f/pres10_f/pr616_f.htm

4 Il semble cependant que l’impact réel du protectionnisme sur la dépression soit plus limité, voir Hautcour Pierre-Cyrille, La Crise de 1929, Paris, La Découverte, « Repères », 2009, p. 79-80.

5 Baldwin Richard et Evenett Simon, The Collapse of global trade, murky protectionism, and the crisis : Recommandations for the G20, CEPR, VoxEU. org Publication (http://voxeu.org/index.php?q=node/3199), 5 mars 2009.

6 Baldwin Richard et Evenett Simon, « Introduction and recommendations for the G20 », in Baldwin Richard et Evenett Simon The Collapse of global trade., op. cit., p. 1.

7 Voir Baldwin Richard, « The great trade collapse : What cause it and what does it mean ? », in The Great Trade Collapse : Causes, Consequences and Prospects, Bald-wiwin Richard (dir.), CEPR, A VoxEU. org Publication (http://voxeu.org/index.php?q=node/4297), 27 novembre, 2009.

8 Ibid., p. 3-4.

9 Freund Caroline, « Demystifying the collapse in trade », http://www.voxeu.org/index.php?q=node/3731, 3 juillet 2009, tableau 1.

10 Voir http://www.wto.org/french/news_f/pres09_f/pr554_f.htm

11 ICC Banking Commission, « Rethinking Trade Finance 2009 : An ICC Global Survey », 31 mars 2009, p. 20-1.

12 Cependant, l’impact de la crise du financement sur les exportations n’est pas établi pour tous les pays : une étude réalisée sur les États-Unis indique que le crédit commercial n’a pas joué de rôle indépendant dans l’effondrement des échanges. Voir Levchenko Andrei, Lewis Logan et Tesar Linda, « The collapse of US trade : in search of the smoking gun », in The Great Trade Collapse., op. cit., p. 74.

13 Voir http://www.wto.org/french/news_f/news10_f/igo_04nov10_f.htm, p. 1.

14 Voir Baldwin Richard et Taglioni Daria, « The illusion of improving global imbalances », http://www.voxeu.org/index.php?q=node/4209, 14 novembre 2009.

15 Voir Levchenko Andrei, Lewis Logan et Tesar Linda, « The collapse of US trade : in search of the smoking gun », op. cit., p. 75.

16 Voir Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères en France : stratégies et structures, Paris, Calmann Lévy, 1976.

17 Voir Lassudrie-Duchêne Bernard, « Décomposition internationale des processus productifs », in Internationalisation et autonomie de décision, Bourgui-nanat Henri (dir.), Paris, Economica, 1982.

18 Voir Hummels David, Ishii Jun, Yiet Kei-Mu, « The nature and growth of vertical specialization in world trade », in Journal of International Economics, vol. 54, 2001, p. 75-96.

19 Voir Amador Joao et Cabral Sonia, « Vertical specialization across the world : A relative measure », in North American Journal of Economics and Finance, vol. 20, 2009, p. 267-280.

20 Voir Michalet Charles-Albert, La Séduction des Nations ou Comment attirer les investissements, Paris, Economica, 1999, p. 38-39.

21 Voir http://www.wto.org/french/news_f/pres09_f/pr554_f.htm

22 Ibid.

23 Les communiqués rédigés à l’issue des réunions du G20 sont disponibles sur le site Internet du G 20 : http://www.g20.org/Documents/g20_summit_declaration.pdf.

24 Le rapport est téléchargeable sur le site Internet de l’OMC : http://www.wto.org/french/news_f/archive_f/trdev_arc_f.htm.

25 Voir http://www.wto.org/french/news_f/news10_f/igo_04nov10_f.htm.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2744/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k

Auteur

Professeur à l’université de Nice-Sophia Antipolis

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable