Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Le commerce

La mondialisation du doux commerce ou la logique d’un wishful thinking

Josepha Laroche

Texte intégral

  • 1 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, Paris, PUF, 1998 [1976].

1Avant même que l’on ne mette le « mot » sur la « chose », Charles-Albert Michalet publiait en 1976, Le Capitalisme mondial1, un ouvrage précurseur consacré à la mondialisation et devenu depuis un classique. Ce n’est qu’entre 1990 et 1995, que le terme « mondialisation » s’est imposé largement. En premier lieu, chez les économistes pour lesquels il s’agissait tout d’abord d’analyser le fonctionnement des firmes transnationales et celui des marchés. Ensuite, chez d’autres chercheurs en sciences sociales qui ont appréhendé le processus comme un « fait historique total » (Michel Beaud). C’est à ce moment également que les grandes organisations internationales ont commencé de diffuser cette désignation et par là même de la légitimer. L’exemple le plus représentatif à cet égard est celui de l’OCDE qui en fit fréquemment mention dans ses rapports. Progressivement, l’expression s’est donc substituée à celle « d’internationalisation des capitaux ». Ceci se comprend aisément car elle revêt une acception beaucoup plus large que la précédente en intégrant un ensemble de données qui ne sont pas spécifiquement financières, mais aussi culturelles, sociétales et politiques. Dès lors, le sociologue américain Immanuel Wallerstein était fondé à préciser le sens de la démarche qui s’imposait désormais :

  • 2 Wallerstein Immanuel, Impenser la science sociale : pour sortir du XIXe siècle, Paris, PUF, 1995 [ (...)

Des phénomènes économiques, séparés et distincts des phénomènes politiques et sociaux, n’existent pas : autant de fils inextricablement noués dans un écheveau […] ce qu’il faut avant tout, c’est réorganiser, à une échelle globale, les fondements du savoir dans les sciences sociales2.

2À ce titre, il est donc essentiel pour les politistes-et tout particulièrement pour les spécialistes de relations internationales – d’engager des recherches dans cette perspective. En effet, la transformation actuelle de l’espace mondial entraîne de lourdes conséquences quant au poids, au rôle et aux fonctions des États. La mondialisation de l’économie de marché n’induit-elle pas une disjonction État/territoire et une redistribution de l’autorité politique au plan mondial ? Ne bouleverse-t-elle pas le jeu traditionnel des politiques étrangères, fragilisant d’autant les diplomaties étatiques et facilitant, en revanche, l’émergence, voire la montée en puissance de diplomaties non-étatiques ?

  • 3 Weber Max, Économie et société, Paris, Plon, 1971 [1911-1920] ; Max Weber, Histoire économique, es (...)
  • 4 Polanyi Karl, La Grande transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, Par (...)

3En fait, il s’agit tout simplement de reprendre l’analyse des interactions État/marché déjà abordée en son temps par Weber3, puis par Polanyi4. Dorénavant, il convient plus encore de poursuivre et d’approfondir cette « sociologie compréhensive » dont plusieurs décennies d’étroits patriotismes disciplinaires nous ont malencontreusement éloignés. Mais finalement l’objectif reste identique. Il consiste toujours à examiner les politiques mises en œuvre par l’État pour contrôler le jeu du marché. En second lieu, il suppose d’analyser les stratégies de ce dernier et celles des intervenants non-étatiques élaborées, en retour, pour contourner les contraintes instituées par l’acteur étatique.

4On l’aura compris, la science économique et la science politique sont donc appelées à présent à s’interroger sur les causes et les effets politiques de l’émergence d’une économie de marché mondialisée. De même, ces disciplines doivent-elles vérifier si le fonctionnement du marché obéit principalement à une logique endogène ou bien, au contraire, s’il apparaît plutôt tributaire des régulations politiques. En bref, leur revient le soin délicat-mais capital-de penser la dialectique changement économique/changement politique.

5À cet égard, on peut se demander si les bouleversements intervenus ces dernières décennies dans le commerce mondial conduisent intrinsèquement vers la paix ou bien, au contraire, s’ils mènent mécaniquement vers la guerre, dans le cadre d’une logique de structure échappant aux acteurs ? Production sociale, tout à la fois créatrice et destructrice de richesses, le négoce est à présent devenu un système d’échanges mondialisés qui mobilise nombre de chercheurs en sciences sociales, particulièrement des économistes et des politistes ; ces derniers consacrant notamment une part de leurs travaux à la question cruciale de l’équité. Or, ceci a pour conséquence de replacer au cœur de la réflexion la théorie du doux commerce, et de nous conduire immanquablement à réexaminer cette notion.

Réhabilitation éthico-politique du commerce

  • 5 Le negotium n’était-il pas alors la négation de l’otium, de ce temps à soi qu’était le loisir anti (...)
  • 6 Koyré Alexandre, Du monde clos à l’univers infini, Paris, Gallimard, 1988 [1957].
  • 7 Idée reprise au cours de la période contemporaine durant la Guerre froide et après la chute de l’U (...)

6Durant tout le Moyen Âge, le commerce est resté méprisé dans la culture occidentale, en raison de l’ethos de la chevalerie qui exaltait avant tout l’amour, l’honneur et la gloire. En outre, il était également condamné par les théories pessimistes développées sur la nature humaine-de saint Thomas à Dante-pour lesquelles la recherche de l’intérêt semblait vaine (inanis) et était assimilée à un vice ou à une passion destructrice5. Mais au cours du xviie siècle, on passe « du monde clos à l’univers infini6 », et les activités commerciales bénéficient dès lors d’une image plus positive car l’idée se répand progressivement qu’elles peuvent concourir à la paix7. Ainsi, évoque-t-on leur « douceur » et dans l’acception de l’époque, il faut y voir l’antonyme direct de la violence.

  • 8 Hirschman Albert O., Les Passions et les intérêts, Justifications politiques du capitalisme avant (...)

7Selon Albert O. Hirschman, le recours à ce terme pour caractériser les échanges commerciaux apparaît pour la première fois dans le manuel de Jacques Savary – Le Parfait négociant – publié en 1675. Il s’agit alors pour l’auteur de souligner « le bienveillant intérêt que prend la providence au commerce international8 ». Pour Montesquieu – qui s’est fait le chantre plus que tout autre penseur de la doctrine du « doux commerce » – le négoce adoucit les mœurs en favorisant l’expansion des échanges. Il écrit ainsi :

  • 9 Montesquieu, De L’Esprit des lois, in Œuvres complètes, vol. II, Paris, Gallimard, 1951 [1758], p. (...)

C’est presque une règle générale que partout où il y a des mœurs douces, il y a du commerce ; et que partout où il y a du commerce, il y a des mœurs douces9.

8En effet, celui-ci devait être appréhendé, selon le philosophe, non pas comme « une forme de guerre », mais au contraire comme un facteur de paix. Il écrit notamment à cet égard :

  • 10 Ibid.

Le commerce a fait que la connaissance des mœurs de toutes les nations a pénétré partout où il y a des mœurs douces : on les a comparées entre elles, et il en a résulté de grands biens10.

  • 11 Ibid., Livre XXI.
  • 12 Ibid., p. 587-588.
  • 13 Cf. sa thèse de « la main invisible » par laquelle il se refuse à opposer les intérêts aux passion (...)

9Il voit dans celui-ci une activité pacificatrice qui est en mesure de juguler les passions-notamment la soif de conquête-et de prévenir les actions « méchantes » comme par exemple les « grands coups d’autorité11 ». Mais tandis que Montesquieu a mis principalement l’accent dans son œuvre sur les avantages politiques de la libre poursuite des intérêts particuliers12, Adam Smith préfère pour sa part insister sur la complémentarité harmonieuse qui rapprocherait les intérêts individuels et concourraient par là même à satisfaire l’intérêt général et à pacifier les relations humaines. Avec sa thèse de « la main invisible », il exposera ce mécanisme économique qui reposerait, selon lui, sur l’intérêt personnel, défini comme une passion régulatrice13.

  • 14 Simmel Georg, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1987 [1900].
  • 15 Smith Adam, Théorie des sentiments moraux, Paris, PUF, 2003 [1759].

10Ces différentes approches, qui ont tenté au cours des siècles de penser dans un même mouvement, « rationalité économique et passions humaines », nous permettent aujourd’hui encore d’éclairer la complexité des conduites et le rapport ambivalent que le commerce entretient avec la dialectique « paix et guerre ». En soulignant les finalités individuelles des acteurs sociaux, elles montrent qu’ils peuvent parfois se policer d’eux-mêmes, borner leurs désirs et réfréner leurs pulsions, sans qu’il soit nécessairement besoin de les sanctionner ou même de leur imposer le moindre système de coercition. Dès lors, il ne serait pas nécessaire de les contraindre ou de les restreindre en recourant à l’autorité d’une instance publique. L’intérêt individuel pourrait en quelque sorte rationnellement et utilement calmer les passions collectives, là où échoue parfois la morale. On note sous-jacent ici, le débat ancien qui oppose la thèse de la rationalité des conduites individuelles-comme dans la théorie du choix rationnel-et celle du lien social, comme dans l’analyse de Simmel14. Cette dualité se retrouve également dans l’opposition existant entre l’approche cognitive qui prolonge la Théorie des sentiments moraux de Smith15, et le courant rationaliste, illustré notamment par les calculs utilitaristes du bien-être.

Le spectre de la guerre en question

  • 16 Montesquieu, De L’Esprit des lois, op. cit., p. 585.

11Depuis le XVIIIe siècle, on continue de s’interroger sur l’aptitude du commerce à induire une pacification des relations internationales. Pour éclairer la réflexion sur cette question, partons de la fameuse assertion que Montesquieu formule dans L’Esprit des lois : « L’effet naturel du commerce est de porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes si l’une a intérêt d’acheter, l’autre a intérêt de vendre16 ».

  • 17 Mitrany David, A Working Peace System, Londres, Royal Institute of International Affairs, 1943 ; H (...)

12Le philosophe semble confirmer ici la thèse des libéraux qui incite, dès son époque, à faire confiance au marché et à commercer davantage afin d’intensifier les échanges de tous ordres et d’éloigner ainsi le spectre de la guerre. Certes, comment combattre celui avec lequel nous passons contrat ? On le sait, cette idée-force a été par exemple reprise au cours de la période contemporaine par des théoriciens de l’intégration comme David Mitrany ou Ernst Haas et par les Pères fondateurs de la Communauté européenne17. Ensuite, le processus de construction européenne a semblé en effet illustrer pleinement cette conception : non seulement la création de la CEE en 1957 a totalement pacifié les relations franco-allemandes, mais elle a plus encore écarté toute perspective de guerre dans l’Europe des Douze, puis des Quinze et enfin des Vingt-sept.

13Cette approche garde-t-elle néanmoins aujourd’hui toute sa pertinence ? Peut-on toujours considérer que la mondialisation de l’économie de marché conduise nécessairement à la paix mondiale ? C’est la vision défendue par l’actuel Directeur général de Organisation Mondiale du Commerce (OMC), Pascal Lamy, lorsqu’il s’adresse aux représentants des États-membres de l’organisation et leur donne le conseil suivant : « favorisez les échanges entre les nations, évitez les accords bilatéraux, ouvrez vos frontières et vous aurez accès librement aux autres pays, ce qui vous évitera des conflits avec eux ». Une manière de suggérer qu’il suffirait de laisser se développer le processus de globalisation pour que le monde soit « automatiquement » en paix. En d’autres termes, cette doctrine-qui a été défendue en son temps par Montesquieu et les philosophes des Lumières-reste prônée de nos jours encore par le courant néolibéral. Mais entraîne-t-elle pour autant une gouvernance mondiale, a fortiori une pacification mondiale que l’on pourrait constater au plan empirique ? Ou bien au contraire,-compte tenu des inégalités structurelles que l’on observe dans les échanges commerciaux Nord-Sud, Sud-Sud, et Est-Ouest-note-t-on actuellement une multiplication des violences ?

  • 18 Philippe Martin, Mahler Thierry et Thoenig Mathias, La Mondialisation est-elle facteur de paix ? P (...)

14En l’espèce, il s’agit donc de déterminer si le processus de mondialisation doit être appréhendé comme un facteur de paix ou plutôt comme une donnée belligène. Ce débat a récemment rebondi, avec la publication par l’ENS d’un ouvrage percutant. En effet, dans La Mondialisation est-elle facteur de paix ? Martin Philippe, Thierry Mahler et Mathias Thoenig, affirment que si « le commerce entre deux pays fait baisser la probabilité d’un conflit violent entre [eux.], il serait faux d’en déduire que la mondialisation amène à la paix mondiale. C’est en fait l’inverse qui se produit18 ». Pour ces chercheurs, cet apparent paradoxe s’expliquerait par la différence existant entre les ouvertures commerciales qui s’opèrent au plan bilatéral et celles qui s’effectuent à l’échelle multilatérale. Les auteurs montrent ainsi que plus un pays s’ouvre à de nouveaux partenaires et inscrit par conséquent son économie dans le multilatéralisme, plus la part de ses échanges avec son voisin direct diminue en proportion. Compte tenu de cette moindre interdépendance, ils en concluent que le commerce multilatéral réduit le coût d’une guerre entre ces deux pays frontaliers.

  • 19 Berger Susan, Notre première mondialisation, Leçons d’un échec oublié, Paris, Éditions du Seuil, 2 (...)

15À cet égard, l’analyse de la période 1814-1914 semble accréditer leur théorème. En effet, cette séquence historique allant de la fin du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale s’est caractérisée par une ouverture croissante du commerce, ce que certains historiens de l’économie ont appelé la « première mondialisation19 ». Ce processus a pris la forme d’une phase intense d’échanges internationaux à laquelle a pourtant succédé la Grande guerre qui l’a achevée. De 1814 à 1914, l’industrie s’est développée et le commerce mondial s’est accru, induisant un enrichissement des nations. À la veille de la guerre, dans quatre pays-Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni-les libertés syndicales ont beaucoup progressé et la protection sociale également ; l’Allemagne enregistrant même dans ce domaine un net avantage. Les Arts et les Lettres ont alors connu une forte expansion ; tandis que le tourisme enregistrait un essor considérable aussi bien en France qu’en Italie. Et pourtant ces peuples « hautement civilisés » se sont peu de temps après livrés à une guerre sans merci. Autant dire que le commerce n’a en l’occurrence induit aucune pacification mondiale. Plus précisément, il n’a pas constitué un dispositif pacificateur suffisamment efficace pour contenir les pulsions destructrices qui se sont finalement exercées.

  • 20 Philippe Martin, Mahler Thierry et Thoenig Mathias, La Mondialisation est-elle facteur de paix ?, (...)

16S’appuyant sur des matériaux empiriques et statistiques, l’étude que nous venons d’évoquer montre à la fois que « l’existence d’une relation simple, mécanique et systématique entre commerce et conflits n’existe pas », et que le critère discriminant susceptible de réduire les tensions demeure en réalité le politique : « la création des institutions nécessaires au bon fonctionnement des accords (multilatéraux) comme l’ONU offre un lieu organisé et structuré, propice à la négociation20 ». En effet, le commerce international n’apparaît pas toujours comme un facteur de pacification des relations entre les pays. Certes, si deux d’entre eux commercent ensemble, ils seront plus fortement incités à résoudre pacifiquement leur différend. Néanmoins, s’ils commercent dans le même temps davantage avec le reste du monde-comme c’est aujourd’hui le cas-la diversification des partenaires, faisant en quelque sorte fonction d’assurance, pourra les inciter à risquer le conflit bilatéral et augmentera cette probabilité. Ainsi, en affaiblissant les dépendances économiques qui s’exercent au plan local et en développant simultanément les échanges multilatéraux, la mondialisation du commerce pourrait donc parfois induire des effets belligènes.

  • 21 Michalet Charles-Albert, Qu’est-ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2002, p. 146.

17En outre, au cours de ces récentes décennies, un vaste mouvement de libéralisation commerciale-associé à une dérégulation de la finance mondiale-est venu remettre brutalement en cause la croyance suivant laquelle il suffirait que le commerce se développe, – a fortiori qu’il se mondialise – pour qu’il contribue nécessairement à la paix mondiale. Sur ce point, Charles-Albert Michalet dressait déjà en 2002 un constat alarmiste qui, aujourd’hui encore, n’a rien perdu de sa pertinence et sonne comme une mise en garde : « La globalisation n’est pas planétaire elle s’accompagne au contraire d’une forte tendance à la polarisation de l’espace mondial. Les économies nationales ne participent pas également au processus de globalisation. Une grande partie d’entre elles sont exclues du mouvement21 ».

L’iniquité du commerce mondial

  • 22 Stiglitz Joseph E., Un autre monde est possible, contre le fanatisme du marché, Paris, Fayard, 200 (...)

18Durant ces dernières années, la mondialisation n’a en effet pas été synonyme de croissance générale et solidaire d’une économie unifiée et pacifiée. Elle n’a pas permis de réduire les inégalités les plus criantes22, on a au contraire enregistré une accentuation des clivages socio-économiques. Des régions, des pays, ont été exclus de la redistribution des richesses et progressivement marginalisés, tandis que d’autres-comme par exemple le Brésil, la Chine et l’Inde-ont connu une très forte croissance.

  • 23 Malgré l’engagement pris par le G20 en novembre 2008.
  • 24 Sur ce point, cf. l’ouvrage de George A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits : How Human (...)
  • 25 Sassen Saskia, « Le retour de l’accumulation primitive », in Un monde en sursis. Dérives financièr (...)

19En outre, avec la crise économique et financière de 2008-2009 qui a porté un coup d’arrêt à la progression des échanges commerciaux, nous avons assisté à un retour en force du protectionnisme et à une régression du multilatéralisme commercial23. Dans le même temps, nous avons observé par ailleurs la persistance d’un irrépressible mouvement d’insatiabilité vers l’auri sacra fames24. C’est ainsi que dans la récente affaire des subprimes, les plus défavorisés ont dû contracter des crédits coûteux et risqués. Pour ce faire, ils se sont impliqués dans des activités socialement dangereuses pour eux-mêmes, inscrivant leurs comportements dans une logique de déni de réalité. L’engrenage financier, dans lequel ils ont alors été pris, a revêtu d’autant plus d’ampleur qu’ils ont été incités à se lancer dans une fuite en avant par des courtiers rémunérés proportionnellement au montant des contrats signés25.

  • 26 Veblen Thorstein, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1970 [1899], p. 20 sq.
  • 27 Ibid., p. 74.

20Ce faisant, ces acteurs sociaux répondaient à la nécessité de consommer qui constitue tout à la fois un élément de la réalisation de soi et un marqueur de réussite sociale. Dans la Théorie de la classe de loisir, Thorstein Veblen a bien souligné, en son temps, le rôle central joué par la « consommation ostentatoire », comme les luttes sociales qui en résultent et prennent la forme d’une rivalité pécuniaire entre acteurs26. La règle implicite du keeping up with the Jones a conduit des millions d’entre eux à se perdre dans un tourbillon de consommation, aussi bien pour tenir leur rang social que pour maintenir une bonne image d’eux-mêmes. De l’étalage somptuaire des nantis au mimétisme social des démunis, s’est ainsi formé « le plus infatigable des moteurs de la vie économique27 » jusqu’à la brutale survenue de la récession mondiale.

  • 28 Soulignons ici combien Keynes se montre très marqué par l’œuvre de Freud qu’il connaissait bien et (...)
  • 29 Freud Sigmund, L’Avenir d’une illusion, Paris, PUF, 2004 [1927].

21Ainsi, comme l’avait déjà bien vu Keynes dès les années trente, le désir des plus puissants d’accumuler sans limites des richesses, tandis que d’autres ne disposent pas même de ressources minimales pour survivre, constitue un état par lequel certains tentent de procurer à leurs actes « une immortalité illusoire et factice28 ». En d’autres termes, leur désir insatiable d’accumulation doit s’analyser comme l’illusion qu’ils peuvent échapper à l’avenir, alors qu’ils sont irrémédiablement voués à la mort. En bref, le désir d’accumulation, moteur du commerce mondial, est lié pour Keynes-comme pour Freud-à une angoisse de mort29.

  • 30 Stiglitz Joseph et Charlton Andrew, Pour un commerce mondial plus juste, Paris, Fayard, 2007 [2005 (...)
  • 31 Ibid., p. 100 sq.
  • 32 La théorie du Big Push visée par les auteurs était favorable au libre jeu du marché dans le cadre (...)

22C’est précisément sur cette question cruciale de l’iniquité à l’échelle mondiale que le prix Nobel Joseph Stiglitz et Andrew Charlton, ont consacré un ouvrage30. Attachés à souligner les « injustices » existant dans les négociations commerciales, les auteurs rappellent qu’un grand nombre de pays en développement ont pâti de l’Uruguay Round31. Ils contestent par conséquent l’applicabilité de la théorie des avantages comparatifs aux économies en développement et soulignent l’existence dans ces pays d’un taux de chômage important ne permettant pas des réallocations de main d’œuvre d’un secteur à l’autre32. Ils préconisent donc la renonciation à toute forme de réciprocité entre pays développés et pays en développement. En fait, cette analyse et les recommandations afférentes viennent enrichir un grand nombre d’études qui mettent toutes en exergue la persistance des inégalités induites par le commerce mondial. Mais avant d’envisager la situation actuelle, une mise en perspective historique s’impose.

23Dès les années soixante, les colonies qui viennent d’accéder à l’indépendance s’élèvent rapidement contre l’absence de véritable souveraineté économique. Ces pays se radicalisent à partir des années soixante-dix et exigent la tenue de négociations internationales, susceptibles de redéfinir les échanges mondiaux. Ils appellent en conséquence à l’instauration d’un Nouvel Ordre Économique International, au motif qu’il ne suffit pas de pallier les effets du « sous-développement », mais qu’il faudrait plus encore intervenir sur ses causes.

  • 33 Ce dernier a parfois été qualifié de droit social des nations ou au contraire de « droit internati (...)

24Faisant ressortir l’iniquité qui consiste à traiter de manière juridiquement égale des sujets de droit se trouvant dans des situations de fait très inégales, ils revendiquent la mise en œuvre d’une conception « réelle » et non plus simplement « formelle » de la souveraineté des États. Critiquant le droit international classique et la fiction juridique de l’égalité souveraine, ils travaillent ainsi à l’émergence du « droit du développement33 ». Fondé sur l’équité, celui-ci a pour mission de réduire les inégalités en octroyant à ces pays des prérogatives effectives, tout en imposant des obligations nouvelles aux pays industrialisés. L’objectif visé est alors de rééquilibrer à l’échelle mondiale, l’ensemble des principes et normes applicables aux relations commerciales.

  • 34 Elle réunissait des théoriciens comme Fernando Cardoso, James A. Caporoso, Emmanuel Arghiri, André (...)

25À la même époque, l’École de la dépendance – fortement inspirée par la pensée marxiste – refuse de considérer le « sous-développement » comme une donnée « naturelle » ou simplement interne34. S’attachant au contraire à établir de manière globale le rapport entre « développement et sous-développement », ces « dépendantistes » entendent lui restituer sa dimension proprement historique et internationale. Leur analyse assimile l’économie mondiale à un système d’échanges commerciaux qui oppose les acteurs étatiques de la « périphérie » à ceux du « centre ». Dénonçant le caractère asymétrique de cet ordre générateur de « sous-développement », ils stigmatisent la division internationale du travail qui permet, selon eux, aux mécanismes inégalitaires de perdurer et aux puissances industrialisées de maintenir leur domination.

26Leur modèle théorique dresse le tableau catastrophiste d’une « périphérie » pillée par le « centre », en démontant en trois points le mécanisme suivant : 1) Les pays en développement se trouvent nécessairement contraints d’exporter leurs matières premières et leurs produits agricoles ; 2) Mais les prix de ces ressources primaires restant aléatoires et surtout trop faibles, ils tendent à baisser en cycle long, à la différence des prix des produits manufacturés qu’ils doivent importer ; 3) Il s’ensuit donc une détérioration des termes de l’échange qui interdit aux États périphériques de financer toute industrialisation.

  • 35 Amin Samir, L’Échange inégal et la loi de la valeur. Institut fondamental d’Afrique noire, Dakar, (...)
  • 36 Franck André Gunder, Le Développement du sous-développement, Paris, Maspéro, 1969.

27Pour ces théoriciens, la dépendance s’avère structurelle et les pays de la « périphérie » se trouvent par conséquent inévitablement condamnés à ponctionner toujours davantage leurs richesses naturelles, opérant ainsi leur propre pillage, au seul profit des puissances industrialisées. Autrement dit, ils entendent démontrer que le libre-échange n’est profitable qu’à ces dernières. À leurs yeux, il conduit en fait à un « échange inégal35 » qui bloque le développement de la périphérie et ne lui offre d’autres perspectives que « le développement du sous-développement36 ».

28Au demeurant, les solutions qu’ils ont préconisées ont été à l’origine des principales revendications tiers-mondistes des années soixante, soixante-dix et de la mise en œuvre de politiques économiques radicalement différentes. L’École de la dépendance ayant cherché à faire la preuve que toute intégration dans le commerce mondial équivalait pour ces États à accentuer leur dépendance, il s’est agi pour eux de rompre avec le modèle libéral. Dans cette logique, la stratégie de rupture qu’ils ont recommandée devait être globale. Ce rejet conduisit à la notion de développement autocentré Self-Reliance et d’ISI (Industrialisation par Substitution des Importations) consistant à fabriquer des biens destinés à remplacer les importations. Cette pratique profondément autarcique qui visait à rejeter le principe même de tout échange commercial a été mise en œuvre par plusieurs pays. L’Algérie, Cuba, l’Égypte, l’Inde, la Tanzanie ou encore le Vietnam ont par exemple appliqué un temps cette politique de « déconnexion » visant à se couper des échanges mondiaux. Mais cette posture d’évitement a finalement échoué et a été abandonnée.

  • 37 En 1964, l’Accord général du GATT, qui avait été pourtant conçu dès 1947 comme une véritable chart (...)

29Dans un tel climat de tensions Nord-Sud, des normes dérogatoires ont été depuis lors adoptées par les pays développées pour que les pays en développement puissent bénéficier d’un ensemble de dispositions préférentielles, propres à faciliter leur intégration dans le commerce mondial37. Mais l’asymétrie ne s’est pas pour autant estompée. En effet, ces mesures supposaient l’application du principe de non-réciprocité-ou principe d’inégalité compensatoire –, réservé à des relations commerciales établies entre des pays inégalement développés. Or, si l’on examine la politique du GATT puis celle de l’OMC depuis sa création jusqu’à aujourd’hui, force est de constater que les pays développés ont maintenu peu ou prou une ligne très protectionniste qui a accentué l’iniquité du commerce mondial.

30Ainsi, le cycle de Doha qui devait promouvoir le développement économique et alléger le fardeau de la pauvreté, s’est-il soldé en 2003 par « l’échec de Cancun ». Les négociations ont fait naufrage sur plusieurs points cruciaux qui auraient dû permettre de réduire les disparités commerciales. Devant l’absence d’avancée significative, les parties ont par conséquent préféré le principe « pas d’accord du tout plutôt qu’un mauvais accord ».

  • 38 Un groupe de vingt pays, le G20 a formé un bloc de négociation efficace sur les problèmes agricole (...)
  • 39 Stiglitz Joseph et Charlton Andrew, Pour un commerce mondial plus juste, op. cit., p. 127.

31Rappelons à cet égard, les pierres d’achoppements les plus saillantes. En premier lieu, les pays en développement ont fait valoir qu’au fur et à mesure où les obstacles tarifaires ont été abaissés, les pays développés n’ont en fait pas cessé d’élever des barrières non tarifaires. En second lieu, s’agissant des produits textiles et agricoles ou bien encore des services non qualifiés, les États-Unis et les pays européens ont substantiellement augmenté leurs subventions aux exportations38. Enfin, les dispositions des ADPIC (Accords sur les droits de la propriété intellectuelle) continuent d’inhiber les transferts de technologie et d’aggraver l’écart technologique entre les pays riches et les pays pauvres ; ce qui revêt des conséquences particulièrement dommageables en matière de santé publique avec notamment l’enjeu des médicaments génériques. Joseph Stiglitz et Andrew Charlton expliquent cet échec de l’OMC par son caractère mercantiliste fondé sur le marchandage, où chacun ne recherche en fait que son propre intérêt39.

  • 40 Petiteville Franck, « La mondialisation prise au piège de l’OMC », in Un Monde en sursis., op. cit (...)
  • 41 Braudel Fernand, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 1985, p. 94.

32Aujourd’hui disqualifié, le cycle de Doha infirme l’idée que la mondialisation du commerce permettrait nécessairement aux pays pauvres d’accéder au développement40. En ne réglant pas au préalable la question centrale de l’équité – aussi bien de jure que de facto – le libre-échange mondialisé s’apparente donc moins au « doux commerce » de Montesquieu qu’il ne ressemble à ce « partage violent du monde41 » évoqué par Fernand Braudel dans sa sociogenèse du capitalisme. Dès lors, il serait bien aventureux de prétendre que la « mondialisation du doux commerce » puisse contribuer de quelle que manière que ce soit à la paix mondiale. En l’occurrence, voyons plutôt simplement à l’œuvre la logique d’un wishful thinking.

Notes

1 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, Paris, PUF, 1998 [1976].

2 Wallerstein Immanuel, Impenser la science sociale : pour sortir du XIXe siècle, Paris, PUF, 1995 [1991], p. 298.

3 Weber Max, Économie et société, Paris, Plon, 1971 [1911-1920] ; Max Weber, Histoire économique, esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Paris, Gallimard, 1991 [1923].

4 Polanyi Karl, La Grande transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 [1944].

5 Le negotium n’était-il pas alors la négation de l’otium, de ce temps à soi qu’était le loisir antique ? L’homme semblait se réaliser dans la simple recherche de son intérêt. C’est la raison pour laquelle Platon allait dans ses Lois (VIII, 849d) jusqu’à confier le commerce aux seuls pérégrins.

6 Koyré Alexandre, Du monde clos à l’univers infini, Paris, Gallimard, 1988 [1957].

7 Idée reprise au cours de la période contemporaine durant la Guerre froide et après la chute de l’URSS et de ses alliés.

8 Hirschman Albert O., Les Passions et les intérêts, Justifications politiques du capitalisme avant son apogée, Paris, PUF, 1980 [1977], p. 58.

9 Montesquieu, De L’Esprit des lois, in Œuvres complètes, vol. II, Paris, Gallimard, 1951 [1758], p. 585.

10 Ibid.

11 Ibid., Livre XXI.

12 Ibid., p. 587-588.

13 Cf. sa thèse de « la main invisible » par laquelle il se refuse à opposer les intérêts aux passions, comme s’y employaient avant lui nombre de philosophes. Ainsi, chaque particulier « est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n’entre nullement dans ses intentions ». Adam Smith montre que lorsque chacun recherche « l’amélioration de son sort » et « l’augmentation de sa fortune », il ne fait finalement rien d’autre que de travailler au bien commun et à l’harmonie générale de la société. Il écrit ainsi : « Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière et du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité mais à leur égoïsme ; et ce n’est jamais de nos besoins que nous leur parlons, c’est toujours de leur avantage ». Cf. Smith Adam, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris, Flammarion, 1991 [1776], p. 82.

14 Simmel Georg, Philosophie de l’argent, Paris, PUF, 1987 [1900].

15 Smith Adam, Théorie des sentiments moraux, Paris, PUF, 2003 [1759].

16 Montesquieu, De L’Esprit des lois, op. cit., p. 585.

17 Mitrany David, A Working Peace System, Londres, Royal Institute of International Affairs, 1943 ; Haas Ernst B., The Uniting of Europe, Stanford, Stanford University Press, 1958. Quant aux pères fondateurs, mentionnons les principaux : Konrad Adenauer, Robert Schuman, Jean Monnet, Alcide de Gasperi, Paul-Henri Spaak.

18 Philippe Martin, Mahler Thierry et Thoenig Mathias, La Mondialisation est-elle facteur de paix ? Paris, Éditions d’Ulm, 2006.

19 Berger Susan, Notre première mondialisation, Leçons d’un échec oublié, Paris, Éditions du Seuil, 2003.

20 Philippe Martin, Mahler Thierry et Thoenig Mathias, La Mondialisation est-elle facteur de paix ?, op. cit.

21 Michalet Charles-Albert, Qu’est-ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2002, p. 146.

22 Stiglitz Joseph E., Un autre monde est possible, contre le fanatisme du marché, Paris, Fayard, 2006, p. 35-123.

23 Malgré l’engagement pris par le G20 en novembre 2008.

24 Sur ce point, cf. l’ouvrage de George A. Akerlof et Robert J. Shiller, Animal Spirits : How Human Psychology Drives the Economy, and Why It Matters for Global Capitalism, Princeton, Princeton University Press, 2009. Voir également Michalet Charles-Albert, Qu’est-ce que la mondialisation ?, op. cit., la partie intitulée « Création de valeur ou accumulation », notamment la rubrique « L’obsession du ROE », p. 140 sq.

25 Sassen Saskia, « Le retour de l’accumulation primitive », in Un monde en sursis. Dérives financières, régulations politiques et exigences éthiques, Laroche Joseph (dir.), Paris, L’Harmattan, « Chaos International », 2010, p. 169-183 ; Drache Daniel, « L’autorité morale en temps de crise », in Un monde en sursis, op. cit., p. 185-198.

26 Veblen Thorstein, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1970 [1899], p. 20 sq.

27 Ibid., p. 74.

28 Soulignons ici combien Keynes se montre très marqué par l’œuvre de Freud qu’il connaissait bien et citait fréquemment. Cf. Keynes John Maynard, « Perspectives économiques pour nos petits enfants » [1930], in Essais sur la monnaie et l’économie, Keynes John Maynard (éd.), Paris, La Découverte, 1971, p. 138.

29 Freud Sigmund, L’Avenir d’une illusion, Paris, PUF, 2004 [1927].

30 Stiglitz Joseph et Charlton Andrew, Pour un commerce mondial plus juste, Paris, Fayard, 2007 [2005].

31 Ibid., p. 100 sq.

32 La théorie du Big Push visée par les auteurs était favorable au libre jeu du marché dans le cadre de la théorie des avantages comparatifs et, à ce titre, potentiellement susceptibles de profiter à tous les échanges.

33 Ce dernier a parfois été qualifié de droit social des nations ou au contraire de « droit international du pauvre », voire, de « ghetto juridique », pour reprendre l’expression de Mohammed Bedjaoui.

34 Elle réunissait des théoriciens comme Fernando Cardoso, James A. Caporoso, Emmanuel Arghiri, André-Gunder Frank, ou bien Celso Furtado.

35 Amin Samir, L’Échange inégal et la loi de la valeur. Institut fondamental d’Afrique noire, Dakar, Anthropos, 1973 ; nouvelle édition revue et corrigée, 1988.

36 Franck André Gunder, Le Développement du sous-développement, Paris, Maspéro, 1969.

37 En 1964, l’Accord général du GATT, qui avait été pourtant conçu dès 1947 comme une véritable charte du libre-échange, a dû être par conséquent amendé en ce sens (partie IV). Citons par exemple le SGP (Système Généralisé de Préférences) et les systèmes de protection et de stabilisation des prix (STABEX) dans le cadre des Conventions de Lomé. Dans ce domaine, ce sont incontestablement ces dernières conclues entre la CEE et les États ACP (Pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique) le 28 février 1975 (Lomé I), puis ceux de Lomé II (1979), Lomé III (1984) et Lomé IV (1989, renégocié à mis parcours 1994-1995 afin de s’étendre jusqu’à 2000) qui font figure de coopération modèle et constituent une tentative unique et originale pour réglementer au plan régional, les échanges de produits de base.

38 Un groupe de vingt pays, le G20 a formé un bloc de négociation efficace sur les problèmes agricoles. Dirigé par l’Afrique du Sud, le Brésil, l’Inde et la Chine, il a fait pression sur les États-Unis et l’Union européenne pour qu’ils ouvrent davantage leurs marchés et réduisent leurs subventions. Mais ce fut en vain.

39 Stiglitz Joseph et Charlton Andrew, Pour un commerce mondial plus juste, op. cit., p. 127.

40 Petiteville Franck, « La mondialisation prise au piège de l’OMC », in Un Monde en sursis., op. cit., p. 93-107.

41 Braudel Fernand, La Dynamique du capitalisme, Paris, Flammarion, 1985, p. 94.

Auteur

Professeur de Science politique, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
Directrice du Centre d'Études et de Recherches Transnationalistes,
Chaos International

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable