Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

La finance

Une théorie marxienne de la mondialisation et son prolongement jusqu’à la crise économique et financière en cours

François Chesnais

Texte intégral

1Cette contribution a deux objectifs. Expliquer l’importance de l’apport de Charles-Albert Michalet à l’élaboration d’une théorie de la mondialisation dont les fondements sont à trouver chez Marx. Présenter ensuite, dans la continuité de certains des éléments théoriques marxiens privilégiés par Michalet, les fils conducteurs d’une interprétation de la crise économique et financière en cours, l’accent étant mis sur le rôle de la finance dans sa genèse, son déclenchement et la durée qu’elle semble devoir connaître.

Michalet, théoricien marxien de la mondialisation

  • 1 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, Paris, PUF, « Économie en liberté », 1985 [1re éd (...)
  • 2 Ibid., p. 320-323.

2Le Capitalisme mondial est l’ouvrage de loin le plus important de Charles-Albert Michalet (pour des raisons plus personnelles je mettrais en second Le Drôle de Drame du cinéma mondial). Il l’est à plusieurs titres. D’abord par sa mise en cause radicale de la théorie dominante du commerce international, faite sur la base des recherches sur les firmes multinationales, et son projet-réussi pour quiconque n’est pas soumis idéologiquement ou institutionnellement à la théorie néolibérale-de « renverser le vieux paradigme de l’économie internationale pour lui substituer celui de l’économie mondiale1 ». Mais aussi par son apport à l’élaboration d’une théorie de la mondialisation reposant sur Marx. Sur ce plan Michalet fait figure de précurseur. Michalet n’était pas marxiste, mais très certainement marxien au sens du mot proposé par Maximilien Rubel. Pendant plus de dix ans, comme en témoigne de longues pages de son livre (dont il consacre environ un quart à Marx et aux théoriciens-militants de l’impérialisme, Rosa Luxembourg, Boukharine et Lénine), il a été un lecteur infiniment plus 87 attentif, et plus exigeant aussi, des écrits de Marx que ne l’ont été encore, ou que ne le sont, beaucoup de ceux qui revendiquent en France l’appellation marxiste. Entre le début des années 1970 et 1985, Michalet a posé les bases d’une théorie de « l’économie mondiale proprement dite » qui ne peut être caractérisée autrement que marxienne. C’est la lecture de Boukharine qui lui suggère le terme « économie mondiale ». La sous-section dans laquelle il récapitule les principaux points de son analyse s’intitule « de l’accumulation nationale à l’accumulation mondiale, un phénomène déterminé ». Quels sont les éléments constitutifs de ce phénomène déterminé ? La suraccumulation de capital et la baisse du taux de profit dans les économies capitalistes très développées ; l’investissement direct à l’étranger comme « nouvelle procédure » permettant à un capital additionnel accumulé ne pouvant plus se mettre en valeur de façon profitable « de retrouver un taux de profit suffisant » ; cet investissement étant fait par de grands groupes industriels et financiers issus d’un processus de concentration-centralisation du capital ; l’émergence d’une configuration d’oligopole international marqué par le partage des marchés entre un nombre restreint de groupes ; les filiales dites « relais » comme support à la fois de la délocalisation de la création de valeur et de sa réalisation ; obtention d’une hausse du taux de plus value par la combinaison entre la composition organique technique du capital des pays-source des FMN et les bas salaires dans les pays d’implantation ; rapatriement des profits et des royalties engendrant un flux d’importation de capitaux liquides vers les pays capitalistes centraux2.

  • 3 Ibid., p. 273.
  • 4 L’enseignement et l’influence intellectuelle de Domarchi Jean, en tant que philosophe et historien (...)
  • 5 Valier Jacques, Sur l’impérialisme, Paris, François Maspero, « Petite collection » n° 151, 1975.

3C’est comme chercheur et non comme anticapitaliste que Michalet a été porté vers Marx. À un moment donné de son travail, il a vraiment eu besoin de Marx. L’approche à la mondialisation préconisée par Braudel et Wallerstein, dans laquelle l’économie-monde « est la réalité première, qui précède la naissance des États-nations3 » ne le satisfaisait pas. Le travail de terrain mené sur les entreprises multinationales l’a convaincu que c’est en tant que processus basé au départ sur l’État-nation et mu par l’investissement et la centralisation-concentration du capital, qu’il fallait chercher à rendre compte de la formation de relations économiques transnationales échappant à la seule problématique des échanges commerciaux. Il a lu Marx, ainsi que certains des théoriciens-militants marxistes des trois premières décennies du XXe siècle, dans le but de trouver chez eux les éléments théoriques qui pourraient l’aider à avancer. Le moment de cette lecture a coïncidé avec la brève période politique et intellectuelle qui a suivi 1968 au cours de laquelle en France toute une génération de chercheurs a pu se libérer de la domination exercée par le Parti communiste, alors qu’aux États-Unis une pensée économique hétérodoxe reste encore très vivace. Le contexte du début des années 1970 est celui d’un débat intense sur l’internationalisation du capital, dont les protagonistes étaient notamment Wladimir Andreff et Christian Palloix. Il reste que la lecture critique faite par Michalet de Marx et des théoriciens de l’impérialisme, en particulier de Lénine, lui est propre. Le caractère minutieux de cette lecture tranche aussi bien avec le dogmatisme des portes parole officiels qu’avec la superficialité des emprunts faits à Marx par d’autres auteurs. Cela aboutit à une théorie de la mondialisation qui était extrêmement novatrice à l’époque et le demeure en partie encore. Je vois deux influences intellectuelles qui l’ont préparé ou aidé dans ses lectures. Celle initiale de Jean Domarchi à Dijon dont l’enseignement comportait l’obligation de lire les textes eux-mêmes et non leur résumé dans les manuels4. Celle ensuite à Nanterre de Jacques Valier et de ses amis et camarades, dans la foulée de mai 19685. La démarche de Michalet est celle, je le répète, d’un chercheur qui sachant ce qu’il recherche, se tourne vers des auteurs précis pour voir dans quelle mesure ceux-ci peuvent l’aider.

Internationalisation du capital industriel et production directe de plus value à l’étranger

  • 6 Marx Karl, Le Capital, volume III, chapitre XX.
  • 7 Marx Karl, Le Capital, volume III, chapitre XIV.

4Dans Le Capitalisme mondial Michalet fait pour ainsi dire deux plongées dans l’œuvre de Marx. La première pour lire attentivement les passages sur le commerce international et le « marché mondial ». La seconde pour transposer dans le cadre mondial, la théorie du cycle du capital dans ses trois formes de capital industriel, de capital commercial et de capital argent. De sa première lecture du Capital, Michalet tire la conclusion de la grande supériorité de la théorie des échanges extérieurs de Marx sur celle de Ricardo. D’abord parce que Marx explique les échanges autrement que comme l’exploitation d’avantages comparatifs. Les exportations ont un caractère de contrainte dont l’intensité s’accroît avec l’accumulation. « Dès que la manufacture s’est quelque peu renforcée et encore davantage la grande industrie, [...] le commerce devient le serviteur de la production industrielle pour laquelle un élargissement constant du marché est une condition vitale. Une production massive de plus en plus étendue inonde le marché existant et travaille par conséquent toujours à agrandir ce marché et à rompre ses limites6 ». Pour le capital industriel exporter est un impératif. Impératif renforcé encore en raison de la configuration des rapports de production capitalistes vus sous l’angle de la répartition. Les entreprises sont obligées de se tourner vers le marché extérieur d’autant plus fortement que l’expansion de leur marché interne se heurte aux limites de la consommation résultant du caractère antagonique des rapports entre le capital et le travail. La seconde supériorité de Marx sur Ricardo est de lier les importations à quelque chose de plus solide que la réponse au rendement décroissant des terrains agricoles, à savoir la loi de la baisse tendancielle du taux de profit, face à laquelle les importations sont l’un des principaux facteurs en contrecarrant le mouvement. Dans le chapitre XIV du livre III le commerce extérieur est posé simultanément comme contribuant à la baisse du taux de profit et comme aidant à en contrecarrer les effets. D’un côté, « du fait qu’il permet (par l’exportation) d’élargir l’échelle de la production [...], il accélère l’accumulation, donc aussi la chute du capital variable par rapport au capital constant et ainsi la baisse du taux de profit ». De l’autre, du côté des importations, « le commerce extérieur fait baisser le prix soit des éléments du capital constant (les matières premières), soit des subsistances en quoi se convertit le capital variable7 ».

  • 8 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., p. 272.

5Cependant ces apports ne suffisent pas pour « consommer la rupture avec le paradigme dominant ». Elle s’explique par le fait que les analyses de Marx sont encore « menées dans le cadre d’un capitalisme concurrentiel ». Michalet se tourne alors vers Lénine. Il se livre à un examen minutieux de L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme qui le conduit à constater les ambiguïtés dans la définition du terme, mais à retenir deux idées clefs où la rupture avec le paradigme des échanges est claire et nette, à savoir « l’exportation de capitaux » et le rôle des « groupements capitalistes » dont la force que Lénine leur reconnait face aux États est sur-interprétée par Michalet. Au final, l’analyse de l’exportation de capitaux proposée par Lénine ne le satisfait pas, en raison notamment du peu de place qu’elle accorde à l’investissement direct à l’étranger comme vecteur de l’extension des rapports de production capitalistes. Et de conclure qu’en dépit du caractère insatisfaisant de la première lecture, un « retour à Marx est donc nécessaire8 ». Expression forte qui exprime un degré élevé d’empathie avec l’auteur du Capital.

  • 9 Marx Karl, Manuscrits de 1857-58, Paris, Éditions Sociales, 1980, vol. I, p. 347.
  • 10 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., p. 311.

6La seconde plongée dans Marx faite par Michalet est commandée par l’idée suivante. Lorsque Marx écrit dans les Grundrisse que « la tendance à créer le marché mondial est immédiatement donné dans le concept de capital9 », il énonce un processus qui ne peut pas, de toute évidence, se réduire au marché dans l’acception courante du terme. C’est au capital qu’il faut s’attacher directement. Michalet s’atèle alors au travail consistant à transposer dans le cadre mondial la théorie du cycle du capital dans ses trois formes de capital industriel, de capital commercial et de capital argent et à mettre l’accent sur la primauté de la sphère de la production sur celle de la circulation dont Marx dit le caractère déterminant dans le volume II du Capital. Sous le titre, L’Économie mondiale, le cadre analytique qui énonce le statut de ce qui va suivre, Michalet commence par présenter « le cycle du capital comme référence ». Il examine ensuite « la mondialisation du cycle du capital », avant de terminer par « l’extension du capital à l’échelle mondiale ». Les pages en question sont un modèle de pédagogie marxienne. Aujourd’hui plus encore peut-être que hier, elles frappent par leur extrême fidélité à certains des éléments constitutifs les plus importants de la théorie de l’accumulation présentée dans Le Capital. La sous-section sur la mondialisation du cycle du capital est construite sur un commentaire du cycle A-M-P-M’-A’(en fait la décomposition donnée à la page 306 est plus poussée encore). C’est l’internationalisation du cycle du capital productif qui est primordiale et qui donne à « l’économie mondiale en émergence » ses traits spécifiques. Avec la mise au travail de travailleurs salariés par le capital industriel « ce n’est plus seulement la plus-value engendrée par la force de travail du pays d’origine (des multinationales) qui doit être prise en compte dans la valorisation mondiale du capital, mais celle créée ailleurs dans les filiales10 ». Dans la sous-section sur « l’extension du capital à l’échelle mondiale », l’accent est mis sur l’extension des rapports de production capitalistes qui en résulte. Vient enfin l’esquisse déjà bien développée dont j’ai parlé plus haut de cette problématique dans laquelle la mondialisation du capital productif de plus value se fait sous la contrainte des contradictions propres aux pays industriels, notamment celles tenant à la suraccumulation et à la baisse du taux de profit. Ces contradictions sont présentées sur le fond de ce que tout le monde nommait alors « la crise », c’est-à-dire, la période des deux récessions mondiales de 1974-1976 et de 1980-1982, dont le capital s’est sorti au moyen de la révolution néo-conservatrice.

  • 11 Une « des temps » dans nos vies professionnelles et nos priorités de recherche a fait que j’ai com (...)

7La parution du Capitalisme mondial dans sa forme définitive s’est faite au moment du mitterrandisme triomphant. Le livre n’a pas reçu, tant s’en faut, le même accueil que la première édition. Le recul de l’analyse critique du capitalisme était en marche et l’intérêt pour la « globalisation » en provenance des États-Unis était encore à venir. Personne à cette époque, moi compris, n’est venu prêter main forte à Michalet dans le travail qu’il avait entrepris, engager avec lui le débat sur sa problématique et développer avec lui une théorie qui aurait conquis un espace qui l’aurait rendu incontournable. Isolé, Charles-Albert s’est éloigné pendant un temps du monde universitaire. Lorsqu’il y est revenu, il a reformulé son analyse de la mondialisation dans un cadre théorique, éclectique et flou qui s’adresse à un public bien différent de celui des années 1970 et du début 1980 et qui a fortement appauvri l’analyse initiale. Je ne peux qu’exprimer la part de responsabilité que je me reconnais dans l’isolement intellectuel dont a résulté, pour une part au moins, son abandon de l’approche marxienne11.

La césure de la contre-révolution néoconservatrice

  • 12 Marx Karl, Le Capital, vol. II, Paris, Éditions Sociales, t. 4, 1952, p. 53.

8Le Capitalisme mondial repose sur des recherches faites au cours de la dernière période des Trente glorieuses. Or celles-ci ont constitué une phase très particulière dans l’histoire du capitalisme, sorte de parenthèse, au cours de laquelle celui-ci a été momentanément encadré par les rapports politiques et sociaux propres à « l’État keynésien » issus des convulsions de la crise des années trente et de la Seconde guerre mondiale. La reconstruction et la modernisation industrielles, suivies des politiques mises en œuvre par beaucoup de pays pour réduire « l’écart technologique » par rapport aux États-Unis, ont fait de l’investissement et de la constitution de potentiels scientifiques et technologiques des enjeux prioritaires. C’est l’époque où aux côtés de l’État et avec son soutien, la forme dominante de capital est le capital industriel, « seul mode d’existence du capital dont la fonction ne consiste pas seulement en appropriation, mais en création de plus value, de surproduit12 ». Dans Le Capitalisme mondial l’IDE et les FMN sont encore la principale force motrice derrière l’émergence de l’économie mondiale. Ils commandent plus fortement que les politiques publiques, les modes d’insertion des pays dans la division internationale du travail.

  • 13 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., p. 175.
  • 14 Chesnais François, Les Dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques pu (...)

9Dans le livre de 1985, on ne trouve donc aucune allusion à l’internationalisation du capital-marchandise situé en aval de la production industrielle (l’émergence de groupes devenus si importants tels que Wal-Mart ou Carrefour). L’internationalisation du capital-argent y occupe une place assez importante. Mais dans Le Capitalisme mondial son mouvement reste second par rapport à celui du capital-productif et se fait en partie dans son sillage. L’internationalisation du capital-argent est encore presque exclusivement celle des banques. Cela de deux manières, l’implantation de filiales à l’étranger et les prêts syndiqués libellés en eurodollars faits, notamment par recyclage des pétrodollars après 1976, aux pays en développement à partir du marché financier dérégulé des eurodollars logé en « offshore » à la City à Londres. Le dernier chapitre de la partie consacrée à l’internationalisation bancaire a un point d’interrogation dans son titre. Michalet constate que « le système bancaire transnational a atteint un haut niveau d’autonomie par rapport aux instances financières nationales et internationales13 ». Mais il avance l’hypothèse que le système d’endettement international créé par les banques multinationales a « déjà rencontré ses limites ». C’est en fait le contraire qui s’est produit. La crise de la dette du Tiers monde déclenchée par la première crise mexicaine de 1982 a été contenue dans le cadre du Club de Paris, instance de concertation entre les banques créditrices et leurs autorités financières respectives (banques centrales et Trésor). La dette a donné lieu à des négociations au cours des années 1980 qui lui ont permis d’être reconduite dans des conditions où elle ne pouvait et ne devait jamais être complètement remboursée mais reproduite de période en période. Pour les pays du Tiers monde, la dette est devenue un formidable levier permettant aux institutions de Washington de leur imposer les politiques d’ajustement structurel et d’enclencher chez beaucoup des processus de désindustrialisation14.

  • 15 Dardot Pierre et Laval Christian, La Nouvelle Raison du monde, Paris, La Découverte, 2009.
  • 16 Marx Karl, Manuscrits de 1857-58, op. cit., vol. I, p. 273.
  • 17 Marx Karl, Le Capital, livre II, Éditions Sociales t. 4, p. 54.

10L’autonomie des banques et des fonds de placement financier par rapport aux instances financières nationales et internationales n’a fait que s’accroître depuis 1986. Elle est la conséquence de la reprise, à partir du milieu des années 1960, d’un processus interrompu du fait de la crise de 1929 puis de la guerre mondiale, de centralisation-concentration dans des institutions financières bancaires et non-bancaires puissantes de capital-argent, forme de capital s’intéressant plus, sinon exclusivement à l’appropriation plutôt qu’à la production de plus value et de surproduit. La force retrouvée du capital-argent hautement concentré a eu un ensemble de conséquences, dont l’intelligence est accrue si on comprend la nature de la rupture néoconservatrice, préparée intellectuellement par des hommes comme Friedrich Hayek15 et menée par les gouvernements Thatcher et Reagan. La libéralisation et la déréglementation qui débutent dans la finance avant de s’étendre aux échanges commerciaux puis à l’investissement direct à l’étranger, représentent pour le capital une « libération », libération des entraves à sa mobilité et à sa liberté de décision dues aux États mais aussi aux syndicats. Dans l’analyse marxienne, elle œuvre une période qui voit le plein établissement des conditions où le « marché mondial » correspond enfin aux déterminations contenues dans « le concept de capital » auxquelles Michalet s’est intéressé jusqu’en 1986, mais qui permet aussi au « capital en tant qu’il représente la forme universelle de la richesse – l’argent –, (d’affirmer) sa tendance sans borne et sans mesure de dépasser sa propre limite16 United Nations ». Cette tendance est impulsée plus que par toutes autres par les institutions financières, bancaires et non-bancaires, qui sont, pour ainsi dire, la personnification contemporaine de A. D’autant plus que la libéralisation financière et les technologies de l’information et communication les affranchissent des contraintes anciennes d’espace et de temps. Ensemble avec le recours aux algorithmes elles peuvent organiser la valorisation A-A’au moyen de techniques de gestion et de moyens technologiques correspondant au degré d’abstraction le plus élevé contenu dans la notion de capital. Sous leur emprise, « le procès de production capitaliste apparaît seulement comme un intermédiaire inévitable, un mal nécessaire pour faire de l’argent17 ».

Les origines lointaines et plus proches de la crise économique et financière mondiale

11Ce capital-argent, logé dans les banques et les fonds de placement financier, notamment ceux de la catégorie hedge fund, se trouve au cœur de la crise économique et financière en cours. Expression de la primauté retrouvée de la circulation sur la production, le pouvoir que la finance exerce sur le plan économique et très largement sur tous les autres, constitue le facteur dominant du moment historique vécu aux États-Unis et en Europe. C’est le « pouvoir de la finance » et la « captation de l’État » dont les événements des trois dernières années ont illustré l’ampleur, qui expliquent que la fin de la crise économique et financière mondiale ne soit pas en vue, que pour l’instant aucune « sortie de crise » ne se dessine, ni aux États-Unis, ni moins encore en Europe.

  • 18 Boyer Robert, La Théorie de la régulation : une analyse critique, Paris, La Découverte, 1987.

12Commencée fin juillet-début août 2007, la crise dure déjà trois années et demie. À l’instar de celle des années 1930, elle appartient à la catégorie des « très grandes crises18 ». Celles qui marquent l’épuisement des formes au moyen desquels le bouclage du cycle du capital et la vente des marchandises ont été assurés et les effets de la baisse de la rentabilité du capital contrecarrés. Celles qui provoquent aussi des modifications politiques profondes, quand ce ne sont pas des guerres mondiales. Aux États-Unis et en Europe, où l’endettement privé, en particulier des ménages, a servi de moteur principal de la croissance et où le sauvetage étatique des banques et des grandes entreprises, surtout de l’automobile, a fait exploser la dette publique, la finance bloque toute sortie de crise qui serait contraire à ses intérêts. Aux États-Unis, aucune réponse autre que la restauration du « régime de croissance » tiré par l’endettement privé n’est envisagée. En Europe, les gouvernements sommés par les investisseurs financiers de réduire le niveau des dettes publiques, poursuivent une politique pro-cyclique et font des coupes sombres dans les dépenses sociales comme dans celles précédemment considérées comme indispensables à la croissance en longue période. On connaît de ce fait, l’une des conséquences absolument certaines de la crise en cours, à savoir le déplacement du point de gravité de l’économie mondiale en Asie.

Nature économique des titres et des créances et reconstitution du capital de placement

13L’interprétation de la crise exposée ici soutient que son issue est bloquée tant que ne sera pas intervenue une destruction à grande échelle des créances et des titres, « droits à valoir » sur la richesse produite qui ont été accumulés entre les mains des banques et des fonds de placement ou créés de toute pièce par eux. Cette hypothèse repose sur une approche à la finance qui suppose, comme pour la compréhension de l’internationalisation du capital industriel, un « retour à Marx ».

  • 19 Ces chapitres ont été et demeurent, la partie la moins lue du Capital. Voir Chesnais François, « p (...)

14L’analyse marxienne de la nature économique des créances et des titres est contenue dans la théorie du « capital porteur d’intérêt » et du « capital fictif » auquel celui-ci donne naissance. Les chapitres du livre III consacrées à ce qui est nommé aujourd’hui le capital de placement demeurent sans doute la partie la moins connue du Capital19. Résumons-en rapidement les éléments les plus importants. Le capital porteur d’intérêt vient en partage du profit, c’est-à-dire de la plus value créée dans la production. Les intérêts sur les prêts et les dividendes supposent des flux de substance économique réelle, de valeur et de surproduit. Leur paiement est pris sur la part du « capitaliste actif », diminuant tant ses revenus propres que le montant du profit disponible pour de nouveaux investissements. Du versement des intérêts et des dividendes naît une pression pour accroître le taux de plus value. L’incidence sur la répartition est donc double. Le capital porteur d’intérêt se valorise en « extériorité à la production ». La corporate governance peut en être vue comme la forme contemporaine d’un phénomène dont Marx théorise les premiers pas. Le thème de la différenciation, voire de l’antagonisme entre ceux nommés tantôt « capitalistes financiers » et « capitalistes productifs », tantôt « capitalistes passifs » et « capitalistes actifs » est repris plusieurs fois. Les rapports qui s’établissent sur le « marché du capital » peuvent être tels que le profit d’entreprise prenne l’allure d’un « reliquat » alors que l’intérêt et les dividendes dépendent entièrement de la production et de la réalisation avec succès d’une masse de plus value. C’est l’une des manifestations de l’importance prise par le « cycle raccourci du capital, A-A’ ». Quintessence du fétichisme qui guette le mode de production capitaliste, la forme A. A’ exprime « l’idée que l’argent puisse produire de l’argent aussi régulièrement que le poirier porte des poires », sans que ceux qui le possèdent sous forme de créances et de titres ne se soucient de l’incidence de cette « production » sur l’accumulation ou se préoccupent de l’organisation des entreprises où se fait la création et l’appropriation de la plus value.

15Sous l’effet conjoint de la crise des années 1930 et de la Seconde guerre mondiale, des montants très importants de créances et de titres avaient été détruits, partiellement dans certains pays, complètement dans d’autres. L’affaiblissement aux États-Unis du pouvoir économique et politique du capital porteur d’intérêt avait permis dans les limites permises par la société par actions, la corporation, de légitimer le pouvoir des managers et réaffirmer la priorité de la production sur l’appropriation. C’est le mouvement inverse qui se produit sous l’effet conjoint cette fois de la reconstitution de masses de capital entre les mains des banques, de la contre-révolution néoconservatrice et de la libéralisation et mondialisation financières.

  • 20 Dans son chapitre, Andreff Wladimir donne les derniers éléments chiffrés sur ce point. Voir Chesna (...)

16Il n’est pas indifférent que la première étape de reprise d’une accumulation de capital cherchant à se valoriser financièrement ait été le fait de firmes industrielles. Le marché très particulier des obligations en eurodollars, situé en « off-shore » dans la City à Londres, a été créé pour accueillir des sommes en roubles utilisées par l’URSS pour faciliter ses échanges commerciaux. À partir du milieu des années 1960, ce sont les profits non réinvestis de firmes multinationales américaines qui en ont assuré la croissance et la visibilité pour les spécialistes, dont Michalet. Dès ce moment, le placement financier s’est présenté aux FMN comme un moyen, complémentaire des IDE, pour contrecarrer la profitabilité jugée insuffisante de l’investissement. La réglementation et la fiscalité en vigueur aux États-Unis jusqu’à la libéralisation financière du début des années 1980, ont fait que c’est à Londres et non à Wall Street que le placement financier de profits non-investis dans la production a commencé. Elle ne s’est jamais arrêtée. Très vite les FMN ont organisé elles-mêmes la mise en valeur financière de leurs trésoreries et le placement spéculatif de leurs profits non-investis20.

  • 21 Chesnais François, « propos de plusieurs interprétations de la crise économique mondiale », in Car (...)

17Un saut qualitatif se produit au cours des années 1970. La récession mondiale courte mais brutale de 1974-1976 est considérée par beaucoup d’économistes hétérodoxes comme traduisant une « crise structurelle du capitalisme ». J’ai exprimé dans d’autres textes21 mes réserves concernant cette caractérisation qui comporte une sur-appréciation de la santé du capitalisme au cours des Trente glorieuses. Mais le terme est utile en ce qu’il peut aider à marquer l’état de crise chronique au sens clinique d’un capitalisme dominé toujours plus fortement, depuis les années 1980, par les priorités et la vision du monde d’un capital tourné vers le placement et non vers l’investissement. La centralisation-concentration d’un capital de placement financier a été renforcée puissamment par les produits de la rente pétrolière, puis par les flux d’intérêts provenant de la dette du Tiers monde dont il a été question plus haut. Le capital situé en extériorité à la production a vu un renforcement significatif de ses positions. Pour les pays qui s’étaient endettés, la ponction du service de la dette a conduit à une « décennie perdue ». Il n’est par sûr cependant, qu’à eux seuls les mécanismes de centralisation-concentration d’un capital de placement financier relevant du mouvement de l’accumulation du capital auraient pu mettre fin à la primauté de la production de surproduit sur son appropriation.

De l’émergence des fonds de pension à la transformation des banques en conglomérats

  • 22 Piketti Thomas et Saez Emmanuel, « evolution of top incomes : a historical and international persp (...)
  • 23 Solard Julie, « très hauts revenus : des différences de plus en plus marquées entre 2004 et 2007 » (...)

18Dans la formation d’une configuration du capital et d’un mode d’accumulation dominés par la finance, deux autres facteurs ont été décisifs. D’abord, les choix institutionnels majeurs faits à l’issue de la Seconde guerre mondiale dans les pays anglo-saxons relatifs aux systèmes de retraite par capitalisation, qui ont été imposés aussi au Japon lors de l’occupation américaine. Ensuite la libéralisation financière mise en œuvre par la Fed au tournant des années 1980 relative au placement des bons du Trésor. Elle a ouvert aux fonds de pension l’accès au marché obligataire public et fait sauter les verrous limitant le déficit budgétaire du gouvernement fédéral. Une hausse très forte des taux d’intérêts a permis d’attirer vers les marchés financiers de New-York les capitaux en quête de placement venant de partout dans le monde. La titrisation des effets de la dette publique et les taux d’intérêt réels positifs élevés des années 1980 ont permis aux fonds de pension d’assurer le paiement des retraites. Mais ils ont bénéficié tout autant aux individus et aux familles les plus riches. La part du revenu des ménages perçue par le premier 1 % des Américains a fait un bond de 9 % à 13 % entre 1987 et 199122. La montée en puissance aux côtés des fonds de pension des fonds de placements financiers collectifs (Mutual Funds, OPCVM et Hedge Funds) a été l’expression d’un processus dans lequel la croissance des revenus des placements (dit « revenus du capital ») a bénéficié d’un mouvement en boule de neige, une partie de ces revenus n’étant pas dépensée et venant alimenter les marchés financiers en quête de nouveaux placements. À des degrés et à des rythmes variables selon les pays, le placement des effets de la dette publique sur les marchés obligataires a permis aux gouvernements de diminuer la fiscalité sur le capital et les revenus des classes supérieures, accentuant le mouvement de hausse des déficits budgétaires. Dans les pays anglo-saxons les changements dans la répartition des revenus et les patrimoines ont reposé immédiatement sur ces développements. Ailleurs, comme en France, la chute de la part des salaires dans les PIB a résulté d’abord de politiques gouvernementales délibérés de compétitivité, avant que ne s’accélère le jeu des mécanismes de répartition reposant sur le revenu des titres, les allègements d’impôts et les paradis fiscaux23.

  • 24 Williamson John, « What Washington Means by Policy Reform », in Latin American Readjustment : How (...)

19La composition des actifs détenus par les gestionnaires de fonds s’est modifiée entre le début des années 1980 et les années 2000. La configuration organisationnelle des institutions financières, bancaires et non-bancaires également. Il y a d’abord eu une substitution partielle des actions aux bons du Trésor. L’accumulation de sommes élevées grâce à la dette des pays avancés et les taux d’intérêts élevés a permis aux fonds de pension de diversifier leurs placements en direction des titres d’entreprises. Le mouvement de baisse des taux obligataires publics des années 1990 les y a incités toujours plus fortement. Les préceptes du corporate governance ont été imposés, la collaboration des managers assurée par la rémunération en stocks options. Jusqu’à la création du système monétaire européen, le marché des changes a été la cible des hedge funds. Mais c’est la libéralisation financière codifiée par le consensus de Washington24 qui est venue accroître qualitativement la dimension de l’espace mondialisé de valorisation du capital-argent et qui ouvre celui-ci non plus aux seules banques, mais aux fonds de placement. La libéralisation financière a été imposée d’abord aux pays (qu’on commence à nommer « émergents ») d’Amérique latine, incapables de résister aux injonctions des institutions de Washington du fait de leur endettement, avant d’être étendue par celles-ci vers l’Asie du Sud-est à la faveur de la crise asiatique de 1997-1998.

  • 25 Bourginat Henri, Finance internationale, Paris, PUF, 1992

20Entre les années 1980 et la fin des années 1990, la configuration organisationnelle des institutions financières s’est profondément modifiée également. Fortement déstabilisées au départ par la désintermédiation financière provoquée par la montée en force des marchés obligataires publics et privés25 et par la concurrence agressive des hedge funds, les banques se sont d’abord lancées dans des opérations de prêts, notamment immobiliers, risqués. La crise immobilière et financière de 1990-1991 a montré les limites de cette stratégie. La sanction a été particulièrement brutale au Japon. Les banques ont alors progressivement étendu leurs activités aux opérations de placement. Aux États-Unis, la séparation entre banque de dépôt et banque d’investissement imposée par le Glass-Steagall Act de 1933 a été battue en brèche au long des années 1990, jusqu’à son abrogation pure et simple sous la seconde mandature de Clinton en 1999. Ailleurs, comme en France, c’est la privatisation des banques nationalisées qui a ouvert la voie au processus de transformation des banques en « sociétés financières », c’est-à-dire en groupes financiers diversifiés, véritables conglomérats financiers – Citi-group, Bank of America, HSBC, mais aussi de dimension un peu inférieure BNP Paribas, Deutsche Bank. Ces sociétés financières comprennent une banque de dépôt avec ses guichets (aussi souvent que possible notamment en Europe c’est celle-ci, la vieille « banque de Papa », qui a donné son nom au groupe pour rassurer les vieux déposants) ; une banque d’affaires spécialisée dans les services de conseil aux entreprises, mais devenue aussi centrale dans l’ingénierie des opérations de titrisation ; des filiales spécialisées dans le crédit aux ménages et les services financiers aux particuliers ; enfin des filiales spécialisées dans les placements à haut risque qui font des opérations du type effectué par les hedge funds indépendants. Il s’agit de groupes cotés en bourse attentifs au retour sur placement de leurs actionnaires. Pendant une quinzaine d’années euphoriques, ceux-ci n’ont pas été déçus, puisque la part des sociétés financières dans la capitalisation boursière à Wall Street est passée 6 % en 1990 à 19 % en 2007.

Crise de surproduction et de suraccumulation, crise sans cesse relancée par la finance

21Une approche marxienne aussi rigoureuse que celle employée par Michalet dans l’ouvrage de 1976-1985 est celle qui permet, je pense, de comprendre mieux que toute autre la crise actuelle. Celle-ci est marquée par l’enchevêtrement entre deux dimensions, celle de crise de surproduction et de suraccumulation et celle de crise provoquée par la finance et sans cesse relancée par elle. L’élément central de l’interprétation proposée ici est le suivant. La primauté de la circulation sur la production réimposée au cours des années 1980 par la montée en force de la finance et par la captation (capture) des banques centrales dont celle-ci s’est montrée capable, à partir en particulier de la présidence Greenspan à la Fed, n’a pas pour autant affranchi le capital de l’obligation de créer de la plus value, du surproduit. Il lui faut même en créer sur une échelle toujours plus grande, à mesure que la masse des titres ouvrant prétention à venir en partage de la plus value s’est accrue. Le capital porteur d’intérêt vit des flux de dividendes et d’intérêts sur les prêts aux États, aux entreprises et aux ménages. Ces flux ont pour origine des ponctions sur la substance économique réelle, la valeur et le surproduit, faite par la médiation de prélèvements sur les revenus dits « primaires ». La contradiction naît dans le fait que les mécanismes par lesquels ces ponctions s’effectuent (impôts destinés au service de la dette publique, profits non-réinvestis, dividendes « exceptionnels », rachat d’actions en bourse, impôts ponctionnés par le service de la dette, salaires centralisés dans les fonds de pension de marché financier et donc soustraite à la consommation salariale, salaires grevés par les remboursements de crédit hypothécaire et les agios sur les cartes de crédit, etc.) viennent ralentir l’accumulation (peser sur la « croissance » pour reprendre la formulation courante), alors que simultanément la masse des « droits à valoir » grossit. Il faut aussi que le bouclage réussi du cycle du capital s’effectue au moins à quelques points du système mondial. Il faut que des marchandises, biens et services, aient été produites, mais aussi vendues. Il faut que d’une manière ou d’une autre, on leur ait trouvé un marché.

  • 26 Harvey David, The New Imperialism, Oxford, Oxford University Press, 2003. Traduction française : L (...)

22C’est à ce double problème que les grandes entreprises, les institutions financières et les gouvernements des pays du G7 et plus largement de l’OCDE, se sont attelés. Principalement de trois manières : en faisant reposer la création ou l’extension de capacités de production dans les pays avancés, sur une demande soutenue de plus en plus par l’endettement des ménages ; en contribuant fortement à faire des pays émergents le lieu principal au plan mondial d’une création massive de plus-value dont la réalisation dépend beaucoup des importations étatsuniennes et européennes ; en accélérant la destruction des formes de production non entièrement soumises au capital, ce que Harvey26 a nommé « l’accumulation par dépossession ». En ce qui concerne celle-ci, je renvoie à l’ouvrage de Harvey pour me centrer sur les deux autres moyens choisis. Car ce sont eux qui sont centraux au déclenchement de la crise et au cours qu’elle a pris.

  • 27 Freeman Richard, «, India and the doubling of the Global Labour Force : Who pays the price of glob (...)
  • 28 C’est ce que certains nomment la « de la finance ». Pour une critique de certains aspects de cette (...)

23L’endettement des ménages a été le grand moyen conçu pour répondre à l’insuffisance de la demande finale, d’abord latente puis de plus en plus manifeste, qui a résulté de la diminution de la part des salaires dans le PIB, du creusement des écarts dans l’échelle des salaires et de la polarisation des revenus et des patrimoines. Inscrits dans la financiarisation, ces processus se sont renforcés sous l’effet de la modification dans les rapports de force entre capital et travail provoquée par la libéralisation des échanges et des IDE entamée dans le cadre de l’Uruguay Round, de l’ALENA et l’Acte européen unique et couronnée par la création de l’OMC. Pendant une douzaine d’années, la Chine a été, avec l’Inde, un pays dont l’intégration dans le marché mondial, marquée par son entrée à l’OMC en 2001, a permis au capital mondial de renforcer ses rapports de force, économiques et politiques, face au travail. On a vu un surcroît qualitatif de concurrence entre salariés de pays à pays et de continent à continent27. La finance, protagoniste majeur de ces processus, est venue proposer l’élargissement du crédit aux ménages en réponse à l’insuffisance chronique de la demande28. Réponse bien sûr qui serait pour elle une source de profit sous la forme des intérêts et commissions diverses afférents au crédit à la consommation et surtout aux prêts hypothécaires. C’est sur cette base fragile que la profitabilité des banques a reposé toujours plus fortement à partir de 2002. Titrisation des effets de la dette hypothécaire aidant, les conditions conduisant directement à la crise mondiale se sont nouées à mesure que le revenu courant des ménages, indicateur du montant du surproduit, n’a plus supporté le poids de l’endettement et entraîné le fléchissement du marché immobilier.

  • 29 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., p. 306.
  • 30 Selon des estimations, le groupe de distribution Wal-Mart, qui possède un réseau dense de sous-tra (...)
  • 31 Les entreprises qui ont établi leurs instituts de recherche et de développement en Chine pour acco (...)

24L’autre grand moyen de répondre à la soif insatiable de plus value du capital financier a été de charger les pays émergents d’en créer massivement. Ici l’admission de la Chine à l’OMC en 2001 a représenté un point d’orgue institutionnel aux dimensions symboliques de victoire du capitalisme au moins aussi décisive et autrement fructueuse économiquement que la chute de l’URSS. L’émergence de la Chine, d’abord comme « manufacture (atelier d’assemblage) du monde », puis en économie industrielle diversifiée possédant un système scientifique et technique toujours plus performant, est le résultat d’un double processus, d’accumulation et de développement dans le cadre d’une ouverture progressivement maîtrisée et d’importants apports faits par les multinationales, américaines en particulier. Sans leurs investissements (qui ont longtemps été de vrais investissements, le plus souvent faits dans le cadre de joint-ventures et le restent encore largement, alors que dans la majorité des pays l’IDE prend la forme d’acquisitions-absorptions de firmes existantes) et sans les technologies manufacturières et de gestion capitaliste qui ont été transférées en même temps, la transformation en quelques quinze ans de la Chine en « usine du monde » aurait été impossible. Michalet estimait que « les conditions d’une extension planétaire intégrale du MPC sont certes plus avancées qu’en 1914, [...] mais nous sommes encore loin du modèle de référence du livre II29 ». Sans avoir lu la moindre phrase du Capital, encore moins les schémas de la reproduction à deux secteurs du livre II, c’est bien à une situation dans laquelle le secteur I (production de biens d’investissement) serait situé aux États-Unis et le secteur II (production de biens de consommation) en Chine, que les dirigeants de la finance et de l’industrie rêvaient et dont Wal-Mart a commencé à être un des agents les plus actifs30. Cependant les choses se sont passées autrement. Non seulement la Chine a été depuis le début de la décennie 2000, le lieu principal de l’accumulation industrielle avec l’Inde, mais elle est devenue l’un des sites de la R-D de firmes américaines importantes31.

  • 32 Voir le dossier sur l’état de santé de l’économie chinoise : « How fit is the panda ? », in The Ec (...)
  • 33 Aglietta Michel et Berrebi Laurent, Désordres dans le capitalisme mondial, Paris, Odile Jacob, 200 (...)
  • 34 Un rapport de la European Union Chamber of Commerce in China (Overca-pacitpacity in China : Causes (...)

25L’une comme l’autre des réponses au double besoin de produire des marchandises, mais aussi de les vendre, ont été de puissants vecteurs de suraccumulation (sur-investissement) et de surproduction. L’entrée en crise de la « croissance tirée par l’endettement » a laissé derrière elle dans beaucoup de pays un stock important d’invendus dans l’immobilier résidentiel et, dans une moindre mesure, l’immobilier professionnel et, pour les pays à industrie du tourisme, des surcapacités hôtelières. Dans la plupart des pays de l’OCDE, il y a d’importantes surcapacités aussi dans l’automobile, dont la conséquence est une concurrence intense entre constructeurs, mais aussi entre sites. L’échelle et la rapidité de l’accumulation industrielle en Chine ont aussi eu pour conséquence la suraccumulation et la surproduction en Chine. En 2007, l’investissement représentait 45 % du produit intérieur brut et augmentait à un rythme de 25 % par an32. Le plan de stabilisation chinois de 2009 a ensuite été orienté fortement vers l’investissement. La Chine connaît des mécanismes du surinvestissement spécifiques33. La suraccumulation y est nourrie aussi par les rivalités entre les appareils politiques du PCC des grandes villes et des provinces. Les banques que les autorités centrales ont beaucoup de mal à surveiller, alimentent les investisseurs en crédit. Même si certaines études chiffrent les surcapacités de certains secteurs34, la croissance « tirée par les exportations » en rend la mesure et surtout l’appréciation des effets difficiles. Plus de 40 % du produit intérieur brut chinois dépendent de ses exportations. Depuis 2005, les exportations nettes ont représenté le tiers de la croissance chinoise. Touchées pendant quelques mois en 2009 lors de la chute du commerce mondial, elles ont rebondi plus vite que partout ailleurs. La création de capacités en Chine signifie très souvent leur destruction ailleurs. Aux États-Unis le processus est chiffré. Dans d’autres pays bien plus vulnérables parce qu’ils produisent les même produits, notamment le textile, les habits et les chaussures, une mesure de destruction des capacités de production et d’emplois permettrait de mesurer les effets internationaux de la sur-accumulation chinoise.

Une crise dont la fin n’est pas en vue

  • 35 Aglietta Michel et Landry Yves, La Chine vers la superpuissance, Paris, Economica, 2007.

26Dans le cas de la Chine, le principal remède à la surproduction et à ses effets internationaux serait de passer d’une croissance extravertie à une croissance bien plus autocentrée. Cela a été dit par beaucoup d’économistes. Les conditions permissives en ont été énoncées également. Au-delà de la « nouvelle classe moyenne » qui bénéficie, à l’instar de celle qui s’est développée en Inde, des retombées de l’intégration de la Chine à l’économie mondiale, cela supposerait la liberté d’organisation politique, le droit des salariés de construire des syndicats indépendants et de défendre leurs revendications par la grève. Aglietta et Landry rappellent que « passée la phase de rattrapage quantitatif où il suffit d’investir pour générer de la croissance […] la liberté des débats et la présence de contre-pouvoirs sont des éléments essentiels de la croissance35 ». Et les auteurs de constater en 2007 que la Chine en était encore loin. Rien n’est venu depuis infirmer cette appréciation.

  • 36 Voir notamment Orlean André, Le Pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob, 2009.

27Dans le cas des États-Unis et de l’Europe et au-delà d’eux des pays ouverts aux mouvements de capital-argent à la recherche de placements rémunérateurs venant des grandes places financières, l’interprétation marxienne de la crise dit que son issue est bloquée tant que ne sera intervenue une destruction à grande échelle des « droits à valoir » sur la richesse produite accumulée entre les mains des banques et des fonds de placement financier ou créées de toute pièce par eux. Il y a un large accord allant au-delà des économistes hétérodoxes ou de ceux qui expriment leur « atterrement », pour dire qu’un rééquilibrage significatif de la répartition des revenus entre le capital et le travail et une réduction de l’éventail des salaires seraient indispensables. Pour considérer aussi que le rétablissement du contrôle sur les mouvements internationaux de capitaux est indispensable36.

28Leur libéralisation a été suivie de crises financières internationales, toujours plus rapprochées et aux conséquences mondiales chaque fois plus grandes : fin 1994-1995, la seconde crise mexicaine avec ses contrecoups en Amérique latine ; entre juin 1997 et les premiers mois de 1998, la « crise asiatique », qui a touché fortement sept économies voisines et a eu des effets dans de nombreux autres pays dans et hors de la région, dont le Brésil et l’Argentine ; crise russe ; sauvetage en octobre 1998 du très gros hedge fund, Long Term Capital Management. En 2001, c’est le cœur du système financier mondial qui a été frappé directement. Les contrecoups internationaux en ont été faibles. Depuis août 2007, il en est allé tout autrement. En raison de l’adoption générale après 2003, des techniques de la titrisation et de la circulation des nombreux actifs fictifs émis par les SIV (Structured Investment Vehicles) créés par les banques et les sociétés d’assurance, la crise s’est propagée depuis son épicentre new-yorkais vers l’ensemble du système financier, notamment en Europe. Depuis août 2007, c’est de la sphère financière que sont partis tous les évènements venant approfondir et relancer la crise : faillite et nationalisation de Northern Rock (novembre 2007) ; faillite et rachat organisé de Bear Stearns (mars 2008), faillite de Lehmann, début de krach du système financier états-unien et mondial (octobre 2008), exigeant le sauvetage de grandes banques et sociétés d’assurance dans la cadre du plan Paulson et sa réplique européenne (« mesures Brown-Sarkozy-Merkel »).

  • 37 L’énoncé initial de la notion a été faite au FMI et à la Banque mondiale. Voir Hellman Joel et Kau (...)

29La finance est ressortie du sauvetage renforcée financièrement grâce à une concentration accrue et aussi politiquement, par la démonstration de la centralité des représentants de Wall Street dans la prise de décision à Washington. Aucune contrepartie sérieuse n’a été demandée en échange du sauvetage. De nouvelles régulations ont été envisagées, mais toujours renvoyées à plus tard. Les banques et les très grandes sociétés d’assurance sauvées de la faillite ont pu retrouver dès juin-juillet 2009 des niveaux de profit élevés. Ceux-ci n’ont pas cessé d’augmenter depuis. On est dans une situation où le pouvoir de la finance (Orléan, 1999) va jusqu’à la « captation de l’État ». Notion forgée pour décrire la Russie et d’autres pays de l’ancienne URSS, elle a été étendue par l’un de ses concepteurs pour caractériser les rapports entre les banques d’investissement de Wall Street et le gouvernement fédéral37. Soutenue par la masse même des liquidités créées par les banques centrales, la collectivité des investisseurs financiers et des gestionnaires de portefeuille – « les marchés » dans le langage fétichisé de la politique et des médias – a repris ses opérations spéculatives de plus belle. Les investisseurs ont choisi comme cible les marchés à terme de matières premières et de produits agricoles de base, le marché des changes des devises de grands pays émergents (notamment le Brésil) et surtout les marchés des titres de la dette publique des pays les plus vulnérables de la zone euro.

30Ces spéculations traduisent la soif de profits des investisseurs dans un contexte d’ensemble où le legs de la récession de 2009 et la très faible croissance font que la masse de plus value produite dans les pays qui comptent le plus à cet égard est insuffisante pour la satisfaire. S’ajoutent à cela, dans le cas d’une partie des banques, des difficultés spécifiques tenant à l’usage fait de l’effet de levier qui les rend très vulnérables aux risques de défaut de paiement. La finance est pour l’instant forte politiquement. Mais sa dépendance à l’égard du bouclage effectif, à très grande échelle, du cycle de valorisation du capital dans la production en font un géant aux pieds d’argile, d’autant plus inconséquent dans son comportement et dangereux socialement qu’il est vulnérable.

  • 38 Chesnais François, Les Dettes illégitimes..., op. cit.

31Aux États-Unis, à l’heure actuelle et pour un bon bout de temps encore sans doute, aucune « sortie de crise » n’est envisagée autre que le retour, aménagé marginalement, au régime de croissance tiré par l’endettement. En Europe et pas seulement dans la zone euro, les gouvernements permettent à la finance de leur imposer une politique clairement pro-cyclique. C’est pourquoi les économistes hétérodoxes préconisent des mesures qui permettraient un affaiblissement important des institutions financières : le rétablissement ou dans certains pays la création d’une division étanche entre banque de dépôt et banque d’investissement ; rétablissement du contrôle sur les mouvements internationaux de capitaux. L’analyse faite ici suggère qu’aucun affaiblissement significatif de la finance ne pourra se faire sans l’effacement d’une partie au moins des créances, notamment celles afférentes à la dette publique et à la dette, hypothécaire notamment, d’une partie au moins des ménages. C’est une politique toute autre que les instances de la zone euro ont choisie de suivre. Cependant, il n’est pas sûr qu’en Grèce, au Portugal et surtout en Espagne, la récession provoquée par les politiques d’austérité soit supportable longtemps, économiquement et aussi politiquement. L’effacement des dettes publiques pourrait encore prendre la forme ordonnée de mesures décidées et mise en œuvre par des États. Mais seules des luttes sociales de très grande ampleur pourraient l’imposer38. Il pourrait résulter aussi d’un plongeon dans une nouvelle phase de crise financière mondiale échappant cette fois au contrôle des instances financières mondiales. Une dernière remarque. On connait avec certitude l’une des conséquences de la crise économique et financière en cours, à savoir le déplacement définitif de l’axe industriel du capitalisme mondial en Asie. La crise a achevé de faire de l’Asie, notamment la Chine, le champ de valorisation prioritaire de beaucoup de groupes industriels. Ce sont les profits engrangés à l’étranger qui font les beaux jours des actionnaires du CAC40. À moins de modifications profondes dans les rapports entre capital et travail dans les pays capitalistes avancés, l’avenir des travailleurs au sens large y est sombre.

Notes

1 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, Paris, PUF, « Économie en liberté », 1985 [1re éd. 1976], p. 9.

2 Ibid., p. 320-323.

3 Ibid., p. 273.

4 L’enseignement et l’influence intellectuelle de Domarchi Jean, en tant que philosophe et historien hégélien-marxiste, collaborateur des Temps Modernes en leur apogée, mais aussi en tant que passionné de cinéma, critique aux Cahiers du Cinéma et auteur de livres sur Cukor et Murnau, ont été un facteur qui a scellé notre amitié.

5 Valier Jacques, Sur l’impérialisme, Paris, François Maspero, « Petite collection » n° 151, 1975.

6 Marx Karl, Le Capital, volume III, chapitre XX.

7 Marx Karl, Le Capital, volume III, chapitre XIV.

8 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., p. 272.

9 Marx Karl, Manuscrits de 1857-58, Paris, Éditions Sociales, 1980, vol. I, p. 347.

10 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., p. 311.

11 Une « des temps » dans nos vies professionnelles et nos priorités de recherche a fait que j’ai commencé à travailler sur la mondialisation du capital au moment où Michalet a cessé de le faire de la façon critique suivie jusqu’en 1985.

12 Marx Karl, Le Capital, vol. II, Paris, Éditions Sociales, t. 4, 1952, p. 53.

13 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., p. 175.

14 Chesnais François, Les Dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques publiques, Paris, Raison d’Agir, 2011, p. 34-35.

15 Dardot Pierre et Laval Christian, La Nouvelle Raison du monde, Paris, La Découverte, 2009.

16 Marx Karl, Manuscrits de 1857-58, op. cit., vol. I, p. 273.

17 Marx Karl, Le Capital, livre II, Éditions Sociales t. 4, p. 54.

18 Boyer Robert, La Théorie de la régulation : une analyse critique, Paris, La Découverte, 1987.

19 Ces chapitres ont été et demeurent, la partie la moins lue du Capital. Voir Chesnais François, « prééminence de la finance au sein du “capital en général”, le capital fictif et le mouvement contemporain de mondialisation du capital », in Séminaire d’Études Marxistes, La Finance capitaliste, Paris, PUF, « Marx Confrontations », 2006.

20 Dans son chapitre, Andreff Wladimir donne les derniers éléments chiffrés sur ce point. Voir Chesnais François, La Mondialisation du capital, Paris, Syros, 1994 [nouvelle édition augmentée 1997] ; Serfati Claude, « rôle actif des groupes à dominante industrielle dans la financiarisation de l’économie », in La Mondialisation financière, Chesnais François (dir.), Paris, Syros, 1996.

21 Chesnais François, « propos de plusieurs interprétations de la crise économique mondiale », in Carré rouge, n° 39, décembre 2008.

22 Piketti Thomas et Saez Emmanuel, « evolution of top incomes : a historical and international perspectives », in American Economic Review, n° 96 (2), 2006.

23 Solard Julie, « très hauts revenus : des différences de plus en plus marquées entre 2004 et 2007 », in Les Revenus et le patrimoine des ménages, INSEE, « Références », 2010.

24 Williamson John, « What Washington Means by Policy Reform », in Latin American Readjustment : How Much has Happened, Williamson John (dir.), Washington, Institute for International Economics, 1989.

25 Bourginat Henri, Finance internationale, Paris, PUF, 1992

26 Harvey David, The New Imperialism, Oxford, Oxford University Press, 2003. Traduction française : Le Nouvel Impérialisme, Paris, Les prairies ordinaires, 2010.

27 Freeman Richard, «, India and the doubling of the Global Labour Force : Who pays the price of globalization ? », in The Globalist, 3 juin 2005. Cet économiste du travail a estimé qu’il y a eu au tournant du siècle, l’incorporation de quelques 1,4 milliard de salariés dans la force de travail produisant pour le marché mondial. Utilisant les catégories de l’économie standard qui désigne comme « capital » les infrastructures, les machines, etc., il estime que le rapport capital/travail a diminué d’environ 40-45 %.

28 C’est ce que certains nomment la « de la finance ». Pour une critique de certains aspects de cette approche, voir Chesnais François, « Une crise de suraccumulation ouvrant une crise de civilisation », in Inprecor, n° 556/557, décembre 2009-janvier 2010.

29 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., p. 306.

30 Selon des estimations, le groupe de distribution Wal-Mart, qui possède un réseau dense de sous-traitants en Chine, assure plus de 11 % des ventes chinoises vers les États-Unis. Voir Scott Robert, « Costly Trade with China : Millions of Jobs Displaced », in Economic Policy Institute Brief, Washington, D. C., 2007.

31 Les entreprises qui ont établi leurs instituts de recherche et de développement en Chine pour accompagner leur base de fabrication incluent Microsoft, General Motors, Intel, Hewlett Packard, IBM, Lucent, Motorola, Erickson et Nokia. Les plus anciennes se sont établies après 1997, mais le mouvement a pris un très grand essor après l’entrée de la Chine à l’OMC. Voir United Nations, World Investment Report, 2005, New-York et Genève, chap. IV, p. 141 et suivantes, où une liste des laboratoires et leurs effectifs est donnée.

32 Voir le dossier sur l’état de santé de l’économie chinoise : « How fit is the panda ? », in The Economist, 29 septembre 2007. Une mise à jour récente a été faite sur les exportations, « Chinese exports. Fear the dragon », in The Economist, 7 janvier 2011.

33 Aglietta Michel et Berrebi Laurent, Désordres dans le capitalisme mondial, Paris, Odile Jacob, 2007.

34 Un rapport de la European Union Chamber of Commerce in China (Overca-pacitpacity in China : Causes, Impacts and Recommendations, 2009. Disponible à cette adresse : http://www.europeanchamber.com.cn/view/media/publications) a chiffré les sur-capacités dans les industries lourdes : 20 % dans la chimie, 22 % dans le ciment, 28 % dans la sidérurgie, 34 % dans l’aluminium.

35 Aglietta Michel et Landry Yves, La Chine vers la superpuissance, Paris, Economica, 2007.

36 Voir notamment Orlean André, Le Pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob, 2009.

37 L’énoncé initial de la notion a été faite au FMI et à la Banque mondiale. Voir Hellman Joel et Kaufmann Daniel, « Confronting the Challenge of State Capture in Transition Economies », in Finance and Development, n° 38 (3), 2001. « Nous entendons par captation de l’État les efforts que déploient les entreprises pour modeler les lois, politiques et réglementations à leur avantage en soudoyant les responsables publics ». Son extension au cas des États-Unis a été faite par Simon Johnson, professeur au MIT qui a été Directeur du Département des études du FMI de mars 2007 à août 2008 dans un article de la revue Atlantic Magazine qui a suscité d’âpres polémiques, au point de conduire la direction de cette revue de sommer Paul Jorion d’en retirer la traduction faite par lui sur son blog. Voir Johnson Simon, « The Quiet Coup : Becoming Banana Republic », in Atlantic Magazine, mai 2009.

38 Chesnais François, Les Dettes illégitimes..., op. cit.

Auteur

Professeur à l'université Paris 13 en retraite

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable