Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation, stade suprême du capitalisme ?

 | 
Wladimir Andreff

Des firmes multinationales à la mondialisation : l’apport de Charles-Albert Michalet

Wladimir Andreff et Renaud du Tertre

Texte intégral

  • 58 Maître de Conférences à l’Université Paris Diderot.
    Les sections 1, 2 et 3 de ce chapitre sont dues (...)

1Note portant sur l’auteur58

Présentation introductive de l’œuvre de Charles-Albert Michalet

  • 2 Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Entreprise Multinationale, université Paris Ouest Nanterre (...)

2Si l’on voulait par commodité réduire l’apport de Charles-Albert Michalet à un noyau dur de trois concepts, ils seraient incontestablement ceux de firme multinationale (FMN), de capitalisme mondial et de mondialisation. L’avantage d’un tel choix est qu’il permet de périodiser son œuvre : avant 1969, puis les années 1969-1973 dominées par les travaux sur l’investissement direct étranger (IDE) et les FMN animés par Michalet au sein du CEREM2 qui, sans disparaître, deviennent un accompagnement de l’élaboration du concept de capitalisme mondial dans les années 1974-1985, et enfin la mondialisation et comment la réguler dans la période 1999-2007. Cette option, que l’on retient pour l’essentiel, a l’inconvénient de faire le vide sur d’autres dimensions des travaux de Michalet et de ne pas combler des interstices de sa biographie et de sa bibliographie (1987-1998) consacrés à des activités moins conceptuelles-d’expert international notamment-et à l’exploration d’autres centres d’intérêt tels que le développement, le rôle respectif du secteur public et du secteur privé, l’économie financière, l’économie du cinéma, la politique économique et la régulation.

  • 3 Michalet Charles-Albert, L’Entreprise plurinationale, Paris, Dunod, « de l’entreprise », 1969.
  • 4 Robinson Richard, International Business Policy, New York, Holt, Rienhart & Winston, 1964.
  • 5 Perlmutter Howard, « L’entreprise internationale : trois conceptions », in Revue Economique et Soc (...)

3La période initiale des recherches menées par Michalet aboutit à publication en 1968 de sa thèse de doctorat sous le titre Les Placements des épargnants français de 1815 à nos jours. Il en restera un intérêt permanent pour l’économie financière matérialisé par un « Thémis » rédigé en 1975 en collaboration avec Hubert Brochier et Pierre Llau. Michalet se tourne vers l’étude des FMN en publiant un petit livre d’initiation3. C’est une époque de débat intense, dans la littérature anglo-saxonne, pour faire correspondre un concept à la réalité des firmes réalisant des IDE et le stabiliser. Faut-il les nommer inter-, pluri-, multi- ou trans-nationales4 ? Ces firmes sont-elles ethnocentriques, polycentriques ou géocentriques5 ? Logorrhée ou finesse dans la définition ? Michalet opte pour le terme de firme multinationale, alors que l’ONU adopte officiellement celui de transnational corporation.

  • 6 Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères en France : stratégies (...)
  • 7 Voir Aglietta Michel, Les Principaux Traits contemporains de l’internationalisation du capital, Pa (...)
  • 8 Sur le rapport de Michalet à l’analyse marxienne du capitalisme qui sera développée plus bas, voir (...)

4Une première phase des recherches menées par Michalet avec le CEREM débouche sur une publication chez un éditeur-phare en économie à l’époque6. La notion de système de l’économie mondiale y fait son apparition. Elle sera élaborée ultérieurement en concept théorique dans Le Capitalisme mondial, sans conteste l’œuvre majeure de Michalet, celle qui a eu le plus d’influence sur son environnement intellectuel, dont la première version paraît en 1976 en plein débat sur la notion d’internationalisation du capital7. Ce livre réalise un double basculement : celui de l’échange international vers l’internationalisation de la production comme domaine déterminant des relations économiques internationales, et celui des anciennes thèses sur l’impérialisme vers le système de l’économie mondiale comme forme contemporaine du capitalisme caractérisée par la multinationalisation des firmes qui visent à transcender les disparités résultant des segmentations économiques, sociales et politiques liées aux États nations et aux unions régionales. La deuxième édition de cet ouvrage, entièrement refondue en 1985, peaufine l’analyse des FMN et en propose une typologie, qui fonctionne encore dans la littérature, entre les FMN horizontales (avec filiales relais), les FMN verticales (filiales ateliers) et les FMN à intégration diversifiée basée sur la technologie et la finance. Elle explore aussi le paradoxe de la circulation internalisée à la FMN ou intra-firme (des produits, des capitaux, du travail, des connaissances) qui est en même temps une circulation internationale-à travers les frontières nationales-visant à valoriser au mieux les actifs de la FMN. C’est alors que se produit un troisième basculement-la rupture théorique. Ni la théorie néo-classique du commerce international, et ses hypothèses restrictives en matière de mobilité internationale des facteurs de production, ni les limitations de l’analyse marxiste (de l’impérialisme) ne permettent une compréhension de l’économie mondiale en train d’émerger. Michalet se livre à une lecture de Marx8 pour produire une approche originale de l’accumulation mondiale du capital (par les FMN) en référence à son cycle-au sens marxien.

  • 9 Delapierre Michel, Madeuf Bernadette, Michalet Charles-Albert, Ominamnami Carlos, Nationalisations (...)
  • 10 Michel Cicurel, Jean Klein, Michalet Charles-Albert, François Rachline, Christian Stoffaës, Une éc (...)

5La crise du système de l’économie mondiale est d’abord saisie au travers des stratégies des multinationales françaises9. La publication d’un petit ouvrage de vulgarisation10 offre l’occasion de revenir sur le thème final du Capitalisme mondial de manière moins théorique, tout en resituant le propos dans le cadre d’une analyse de la crise du modèle fordiste et de sa régulation. Le rôle de l’intermédiation financière internationale et des banques multinationales est souligné, sans oublier les masses importantes de capitaux que déplace le financement des FMN. La nouvelle régulation, frappée au sceau du néo-libéralisme, se développe à l’échelle mondiale, sans réussir à circonscrire « le risque de crise financière » (p. 69). qui a, bien évidemment, la même échelle. Analyse prémonitoire.

6Les derniers travaux de Michalet sont consacrés au concept de mondialisation. Pour lui, ce concept est polysémique parce que l’économie mondiale comporte trois dimensions désignées par : l’économie internationale caractérisée par les échanges de marchandises ; l’économie multinationale dominée par l’internationalisation des processus production ; l’économie globalisée marquée par la domination de la finance de marché. La régulation d’un tel système est problématique. Revenons sur les trois grandes étapes du développement de la réflexion de Michalet, en évoquant dans une quatrième partie son activité d’expert international et le foisonnement de ses centres d’intérêt.

LES FIRMES MULTINATIONALES ET LA DYNAMIQUE INTERNATIONALE DU CAPITALISME

7Les premiers travaux de Michalet sur les FMN ont un caractère pragmatique, cherchant à mettre en évidence leurs spécificités et les raisons pour lesquelles leur développement met en cause la théorie standard de l’échange international. L’observation empirique, menée en partie dans le cadre du CEREM, porte à la fois sur les FMN américaines largement dominantes à l’époque et sur la multinationalisation des entreprises françaises dont les stratégies diffèrent par rapport à leurs homologues américaines. Cet examen empirique incite Michalet à revisiter les interprétations sur les stratégies des FMN avancées par des auteurs anglo-saxons spécialistes de la théorie de l’entreprise, dont il apprendra beaucoup et qu’il critiquera aussi de façon radicale. En effet, si il est intimement persuadé que l’analyse du comportement des FMN est indispensable à la compréhension du système économique mondial qui se crée à travers leur développement, il n’en reste pas moins convaincu qu’il faut rechercher les causes à l’origine de la multinationalisation des entreprises dans les contradictions inhérentes à la dynamique du capitalisme.

Une approche pragmatique du développement des firmes multinationales

  • 11 Cette définition apparaît dès 1969 dans Michalet Charles-Albert, L’Entreprise plurinationale, op. (...)

8Michalet définit la FMN comme une grande entreprise nationale qui possède ou contrôle plusieurs filiales de production dans plusieurs pays. Délibérément pragmatique, cette définition comporte deux conséquences au plan analytique11. La première est liée au choix effectué par Michalet du qualificatif plurinational (dans ses tout premiers travaux) ou multinational (seul terme conservé par la suite), par opposition au qualificatif transnational ou supranational qu’il rejette. L’enjeu du débat sémantique est d’importance, puisqu’il s’agit de souligner que, contrairement à ce que laissent entendre les partisans du vocable de firme transnationale ou supranationale, les FMN conservent un ancrage national. Certes, elles constituent des entités autonomes qui fixent leurs stratégies et organisent leur production indépendamment des découpages nationaux, mais cela ne signifie pas qu’elles soient dépourvues d’une nationalité et qu’elles forment des entités souveraines. Elles ont une appartenance nationale qui est déterminée par la nationalité des capitaux qui contrôlent la maison mère, de sorte que le pays d’origine est aussi celui où sont rapatriés les profits réalisés par les filiales à l’étranger.

  • 12 La nécessité de rejeter la théorie pure de l’échange international est soulignée dès L’Entreprise (...)
  • 13 Selon ses propres termes, Michalet cherche à inscrire son ouvrage sur Le Capitalisme mondial dans (...)

9La seconde conséquence consiste à relever que, pour exister, chaque FMN doit disposer d’un centre de décision qui exerce un pouvoir hiérarchique sur l’ensemble de ses filiales implantées à l’étranger et lui garantit son unité. Fortes d’une telle organisation centralisée et planifiée, les FMN peuvent déployer des stratégies de croissance à long terme, fondées sur l’exploitation d’économies d’échelle et sur le bénéfice d’une rente liée à leurs positions oligopolistiques sur le marché mondial. Dans cette perspective, la dimension internationale de l’entreprise se traduit par la création d’un espace homogène où circulent librement des capitaux, des technologies, des hommes et des produits entre la tête de groupe et ses filiales. À ce titre, la FMN doit être perçue comme négation du commerce international, son activité à l’étranger tendant à se substituer à l’exportation. La multinationalisation des entreprises constitue ainsi une remise en cause radicale de la théorie standard de l’échange international qui assimile les économies nationales à des boîtes de facteurs de production mobiles à l’intérieur et immobiles internationalement. Cette hypothèse standard réduit les relations économiques internationales aux seuls échanges de biens sur le marché mondial, fondés sur la détention d’avantages comparatifs réels qui orientent la spécialisation internationale des économies nationales12. La mobilité internationale du capital sous la forme de l’IDE et l’internationalisation du processus de production à travers le développement des FMN rendent caduque la théorie de l’échange international. Et, de fait, c’est toute la théorie des relations économiques internationales qui est entièrement à reconstruire, selon Michalet, en remplaçant le paradigme standard de l’économie internationale par celui de l’économie mondiale13.

Les firmes multinationales comme expression de la concurrence oligopolistique sur le marché mondial

  • 14 Coase Ronald, « Nature of the Firm », in Economica, 4, n° 16, 1937, p. 386-405.
  • 15 Hymer Stephen, The International Operations of National Firms, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1976. (...)
  • 16 Economic Analysis and the Multinational Enterprise, Dunning John H. (dir.), Londres, Allen & Unwin (...)
  • 17 Buckley Peter et Casson Mark, The Future of the Multinational Enterprise, Londres, Macmillan, 1976
  • 18 Hymer Stephen, « grande corporation multinationale », in Revue économique, 19, n° 6, 1968, p. 949- (...)

10La spécificité des FMN, en tant qu’espace homogène internalisant les disparités nationales, occupe une place prépondérante dans l’analyse anglo-saxonne de la multinationalisation des entreprises. Conformément à l’opposition introduite par Ronald Coase14 entre firme et marché, les travaux de Hymer15, puis de l’école de Reading sous l’impulsion de Dunning16, Buckley et Casson17 expliquent l’investissement international et la constitution des FMN par des coûts de transaction élevés pour les entreprises. L’implantation de filiales de production à l’étranger vient se substituer à la stratégie d’exportation des firmes nationales en vue de lutter contre l’incertitude, le manque d’information, l’instabilité des prix sur les marchés étrangers, les aléas dans l’acheminement des biens ou, de manière plus générale, les imperfections de marché qui font obstacle au développement des échanges internationaux. L’absence de continuité entre le marché intérieur d’une économie nationale et ses marchés extérieurs explique l’existence de coûts de transaction spécifiques sur le marché mondial. L’internationalisation des firmes vise à éviter ces coûts en substituant à l’hétérogénéité de l’environnement international l’espace économique unifié de la FMN18.

  • 19 Rowthorn Robert et Hymer Stephen, International Big Business, 1957-1967 : A Study of Comparative G (...)

11Le principal apport de Hymer est, selon Michalet, de montrer qu’au-delà de l’internalisation des disparités nationales, les stratégies des FMN s’inscrivent dans une concurrence oligopolistique sur le marché mondial. Ces stratégies associent deux lignes directrices différentes19. La première recherche une réduction des coûts de production, fondée à la fois sur des différences de coûts salariaux d’un pays à l’autre et sur la réalisation d’économies d’échelle grâce à une spécialisation des filiales selon une logique d’intégration verticale. La seconde répond à la nécessité d’élargir les parts de marché de l’entreprise en bénéficiant d’une avance technologique et d’une différenciation des produits selon une logique d’intégration horizontale. En pratique, il existe un large éventail de stratégies combinant ces deux dimensions de la concurrence oligopolistique qui se traduisent par une intégration conglomérale et la recherche d’une maîtrise des contraintes financières pesant sur la croissance de l’entreprise.

L’impact des firmes multinationales sur la structure de l’économie mondiale et l’existence des États nationaux

  • 20 Critiques exposées dans Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères (...)

12La concurrence oligopolistique occupe une place centrale dans l’analyse des FMN chez Michalet bien qu’il prenne ses distances vis-à-vis des économistes radicaux anglo-saxons, tels Hymer et Murray. Les critiques qu’il leur adresse s’inscrivent sur deux registres différents20. À Hymer il reproche de surestimer l’impact exercé par le développement des FMN sur l’organisation hiérarchique de l’économie mondiale et à Murray de prétendre que, face au poids des FMN sur la scène internationale, les États nationaux sont destinés à disparaître.

  • 21 Hymer Stephen, « Multinational Corporation and the Law of Uneven Development », in Economics and W (...)
  • 22 Chandler Alfred, Strategy and Structure, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1963.

13Selon Hymer, les structures organisationnelles que les FMN mettent en place pour contrôler leurs activités réparties entre différents espaces nationaux jouent un rôle déterminant dans la structure de l’économie mondiale21. Hymer emprunte à Chandler22 l’idée que les structures organisationnelles des entreprises évoluent en fonction des étapes qu’elles doivent franchir pour poursuivre leur expansion. L’accroissement de leur taille implique de diversifier les niveaux hiérarchiques où s’exerce le pouvoir de contrôle dans l’entreprise. Hymer retient trois niveaux de contrôle pour les FMN. Le niveau le plus bas concerne la gestion au jour le jour des tâches d’exécution d’un plan de production strictement prédéfini ; le niveau suivant est chargé de coordonner les activités déployées au niveau le plus bas ; et enfin le niveau supérieur est celui où s’élabore la politique générale de la firme et où sont arrêtés ses choix stratégiques. Hymer montre que ces trois niveaux d’organisation dessinent une hiérarchie entre pays au sein de l’économie mondiale en fonction de leurs capacités à accueillir un niveau de prise de décision plus ou moins élevé, cette capacité étant elle-même déterminée par le niveau de développement des économies nationales. On trouve au sommet de la pyramide les grandes métropoles des pays capitalistes développés où s’installent les états-majors des grandes FMN ayant besoin de recourir en grand nombre à des cols blancs et d’être situés à proximité des marchés financiers et de moyens de communication très développés. Puis viennent les pays qui accueillent des activités spécialisées et dont les unités de production disposent d’un faible degré d’autonomie, alors que au bas de l’échelle sont regroupés les pays qui n’ont d’autres ressources qu’une force de travail abondante et des ressources naturelles faciles à exploiter. Pour Michalet, la vision qu’a Hymer de l’économie mondiale est influencée par l’organisation de l’économie des États-Unis. Il projette sur l’économie mondiale les relations que les grandes entreprises américaines ont avec l’État fédéral, les États fédéraux et les municipalités. Cette transposition l’amène à souligner que les objectifs de développement des pays sous-développés se heurtent aux contraintes créées par leur position subalterne dans l’organisation des FMN et donc dans l’organisation du système de l’économie mondiale.

  • 23 Murray Robin, « Internationalization of Capital and the Nation-State », op. cit.

14Michalet observe que les conclusions de Hymer sont très proches de celles de Murray23 parce qu’ils partagent la même conception du rôle déterminant des FMN dans la structuration de l’économie mondiale. Chez Murray, l’internationalisation des entreprises met en cause l’existence même des États nationaux. Ceux-ci sont menacés de disparition face à la puissance des FMN sous l’effet d’un écart croissant entre l’espace de référence de la souveraineté nationale et celui de la firme. Un affaiblissement de plus en plus prononcé de l’autorité étatique sur l’activité des firmes en résulte, de sorte que les firmes prennent peu à peu en charge certaines fonctions relevant traditionnellement de la puissance publique et ayant pour but de faciliter le développement de l’activité économique.

15L’argument invoqué par Michalet pour contester les conclusions de Hymer et Murray est simple : « il faut remettre l’économie mondiale sur ses pieds », i. e. inverser la logique des liens établis par les deux auteurs entre FMN et économie mondiale. De fait, c’est la hiérarchie organisationnelle des FMN qui reproduit la hiérarchie préexistante des économies nationales et non l’inverse. Il est erroné de croire que les États se comportent en subordonnés passifs des FMN. L’appartenance nationale de celles-ci commande leur extension à l’étranger et détermine les dispositifs qu’elles mettent en œuvre dans ce but. Souvent, l’internationalisation des entreprises n’est possible qu’avec l’appui des États d’origine car ceux-ci ont des zones d’influence privilégiées et les FMN sont contraintes de tenir compte de l’attitude des États d’accueil.

16Les analyses de Hymer quant aux conditions de la concurrence oligopolistique prévalant sur le marché mondial sont précieuses, reconnaît Michalet, parce que la mise en place des structures organisationnelles intégrées des FMN joue, en pratique, un rôle déterminant dans la cohésion du système économique mondial qui se crée sous leur impulsion. Mais il faut s’extraire du jeu stratégique des firmes pour comprendre les facteurs qui les poussent à s’internationaliser. Ces facteurs explicatifs sont à rechercher dans l’environnement mondial qui conditionne leur action.

Une approche dynamique du développement des firmes multinationales

  • 24 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., 1re éd., p. 108-111 ; 2e éd., p. 288-29 (...)
  • 25 En 1972, Michalet fait un séjour dans le centre de recherche dirigé par Raymond Vernon depuis 1965 (...)
  • 26 Vernon Raymond, « Investment and International Trade in the Product Cycle », in Quarterly Journal (...)

17En dépit des critiques que Michalet lui adresse dans Le Capitalisme mondial24, Vernon est certainement l’auteur qui, à cette époque, a le plus influencé sa réflexion25. Fondée sur des travaux empiriques d’envergure, l’analyse originale des multinationales par Vernon26 montre que les entreprises sont incitées à s’internationaliser en réponse à des contraintes externes provenant des pressions que la demande fait peser sur leur offre et leurs coûts de production. Ces contraintes se manifestent par la saturation des marchés dans les pays développés, ainsi que par les barrières protectionnistes qui entravent les marchés à l’exportation. Le principal apport de la théorie de Vernon réside dans le fait que les contraintes de demande doivent être perçues d’un point de vue dynamique, qu’elles se modifient au cours du temps en fonction du cycle de vie du produit passant par trois stades successifs : produit nouveau, produit parvenu à maturité et produit standardisé. Ceci introduit une approche dynamique de la spécialisation internationale, où la délocalisation sectorielle de l’activité des entreprises repose à la fois sur une modification des conditions de production et sur une évolution des facteurs de demande.

18Michalet, admet que ce schéma décrit assez bien le processus d’implantation rapide des firmes américaines en Europe au cours des années 1960 et au début des années 1970, puis vers certains pays du Tiers monde, en Amérique Latine notamment. Mais il fait dépendre la multinationalisation des entreprises de l’inégal développement des économies nationales et véhicule ainsi une vision figée de la hiérarchie des pays au sein de l’économie mondiale, puisque la multinationalisation délocalise principalement, sinon exclusivement, les FMN des économies les plus développées vers les moins développées. La dérive sectorielle des activités se traduit par un processus d’industrialisation généralisé, impulsé par un transfert de technologie réalisé par les FMN. Cependant, la nouvelle Division Internationale du Travail que celles-ci instaurent dans le domaine industriel ne se distingue pas véritablement de l’ancienne qui était fondée sur la dichotomie entre produits manufacturés et produits primaires. En effet, les pays de la périphérie restent dans le même rapport de dépendance vis-à-vis des pays du centre, leur industrialisation étant bornée aux produits ayant atteint le stade ultime de leur cycle de vie.

  • 27 Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, La Multinationalisation des entreprises françaises, (...)

19Bien que fortement inspirés au départ par Vernon, les travaux en collaboration avec Michel Delapierre27 sont l’occasion d’une prise de distance critique. À première vue, la genèse des multinationales d’origine française semble calquée sur le schéma américain. Dans l’un et l’autre cas, la stratégie des firmes est défensive. Il s’agit de défendre des positions oligopolistiques exploitées jusque-là par le biais de l’exportation et qui se trouvent menacées par une concurrence accrue. Là s’arrête la ressemblance. Les voies française et américaine de l’internationalisation diffèrent pour deux raisons : d’une part l’écart existant entre le niveau de développement des deux économies, d’autre part la différence dans la prise de conscience des avantages offerts par l’internationalisation de la production. L’avantage oligopolistique que détiennent les FMN américaines est fondé sur une avance technologique elle-même liée à leur appartenance à l’économie la plus développée du monde. Leur implantation à l’étranger revient à exploiter l’inégal développement des économies nationales en bénéficiant à la fois d’économies d’échelle et d’une réduction des coûts salariaux. L’investissement à l’étranger des FMN françaises ne vise pas prioritairement des économies moins développées compte tenu des risques politiques encourus et surtout de l’exiguïté des marchés locaux. Au contraire, leur implantation à l’étranger concerne avant tout des pays de niveau de développement comparable ou plus élevé, comme les États-Unis, ce qui met en doute l’idée que la production à l’étranger vise à protéger une position oligopolistique préalablement acquise par l’exportation.

  • 28 La seconde édition du Capitalisme mondial dresse un bilan concernant la multinationalisation des e (...)

20Les entreprises françaises, comme leurs homologues européennes, pâtissent de nombreuses difficultés, comparées aux FMN américaines concurrentes, telles qu’une moins grande taille, une moins bonne organisation, un plus faible appui logistique de part de la maison mère en R&D, en capitaux, en conseils, en management. La détention d’un avantage technique, en matière de procédé de fabrication ou de produit nouveau, joue certes un rôle majeur dans l’implantation des entreprises françaises à l’étranger, mais là n’est pas l’essentiel. Les entreprises françaises, comme leurs homologues européennes, doivent en effet faire face sur leurs propres marchés à la concurrence des entreprises venues d’outre-Atlantique et, pour relever ce défi, elles sont contraintes d’adopter des stratégies et des structures organisationnelles comparables à celles des FMN américaines. Elles ont le choix entre plusieurs possibilités, la plus naturelle étant de constituer de grands groupes industriels de taille suffisante pour pouvoir s’implanter directement sur le territoire américain. Deux autres voies peuvent être empruntées. L’une consiste à s’engager dans des stratégies d’alliance avec des FMN américaines en vue de conquérir des parts de marché d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique, l’autre à promouvoir des stratégies de fusion entre firmes européennes. Ces conclusions, plus ou moins confirmées par les faits28, montrent l’importance accordée par Michalet au lien qui unit, comme chez Chandler, la stratégie des entreprises et leurs structures organisationnelles.

Une rupture dans l’analyse des stratégies des firmes multinationales : la distinction entre filiales-relais et filiales-ateliers

  • 29 Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères en France : stratégies (...)
  • 30 Ibid., p. 16-18.

21L’ouvrage le plus marquant sur le développement des FMN29 joue un rôle décisif dans l’élaboration de la conception de l’économie mondiale exposée quelques mois plus tard par Michalet dans Le Capitalisme mondial, parce qu’il introduit une rupture par rapport aux analyses menées jusque-là de la multinationalisation des entreprises. La rupture est produite en intégrant dans l’analyse du comportement des FMN des conclusions empruntées à Chandler. Contrairement aux économistes qui prétendent que le comportement des agents est avant tout fondé sur un calcul rationnel, Chandler subordonne l’efficacité de l’entreprise à la mise en place de structures organisationnelles adaptées à sa stratégie. Or, la séquence qui fait passer l’entreprise d’une stratégie d’exportation à une stratégie d’implantation à l’étranger n’a rien d’automatique30. L’extension de son activité de production sur plusieurs territoires nationaux est au contraire le résultat d’un processus interne délibéré, plus ou moins long et coûteux, s’inscrivant dans la stratégie de croissance de l’entreprise et impliquant des changements dans les structures organisationnelles qui en assurent l’unité en tant qu’espace homogène et hiérarchisé.

  • 31 La première ébauche de cette distinction se trouve dans l’opposition effectuée entre filiales de c (...)
  • 32 Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères en France : stratégies (...)

22La rupture introduite par les deux auteurs s’incarne dans la distinction opérée entre « filiales relais » et « filiales ateliers31 ». Ces deux catégories de filiales correspondent à deux formes d’organisation de l’activité des entreprises à l’étranger qui renvoient à deux stratégies distinctes32. Les filiales relais répondent à une stratégie commerciale dont l’objectif est la conquête de marchés à l’étranger afin d’élargir les débouchés de l’entreprise. Le qualificatif de relais indique que la filiale a pris le relais ou vient soutenir un flux antérieur d’exportation, de sorte que la filiale constitue un prolongement de la maison mère. Les filiales ateliers s’inscrivent dans une stratégie de nature productive ; elles ont pour fonction de permettre à l’entreprise de tirer avantage de l’inégalité des coûts de production d’une région du monde à l’autre. Le qualificatif d’atelier souligne que la filiale représente une unité de production spécialisée dans la fabrication d’une composante du produit final ou d’un bien pour lequel la demande locale ne joue pas de rôle important, de sorte que la quasi-totalité de la production de ce type de filiale est destinée à être réexportée vers d’autres filiales de la FMN et, par suite, vers d’autres marchés (dont celui du pays d’origine).

23La distinction entre stratégie commerciale et stratégie productive implique que l’unité de l’entreprise elle-même repose sur des fondements organisationnels différents. En passant d’une stratégie à l’autre, les structures organisationnelles ne font pas que se complexifier, elles trouvent leur cohérence respective dans des principes différenciés d’intégration de l’activité de l’entreprise située dans plusieurs pays. La primauté donnée aux relations d’intégration verticale dans la stratégie productive se substitue aux relations d’intégration horizontale dans la stratégie commerciale. Il est facile d’imaginer que, en pratique, les FMN sont conduites à combiner plusieurs stratégies selon des configurations variées, ce qui implique un bricolage dans les structures organisationnelles répondant à différents besoins et à des histoires différenciées.

  • 33 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., 1re éd., p. 149-162, et 2e éd., p. 56-6 (...)

24La distinction entre filiales relais et filiales ateliers a un caractère heuristique parce qu’elle permet à Michalet de spécifier dans Le Capitalisme mondial33 comment s’articulent deux ensembles de facteurs qui agissent sur deux niveaux de réalité bien différents : le système de l’économie mondiale et les FMN. D’un côté, les contradictions inhérentes à la dynamique du capitalisme expliquent les raisons amenant les grandes entreprises à s’engager dans un processus de multinationalisation. De l’autre, le succès de leurs stratégies est subordonné à la mise en place des structures organisationnelles adéquates. Les notions de filiales relais et de filiales ateliers servent alors de points d’ancrage permettant d’articuler une analyse microéconomique à une analyse macroéconomique. Avec la filiale relais qui se substitue à un flux antérieur d’exportation, l’objectif de la firme est de maintenir ses marges bénéficiaires, i. e. le profit unitaire par produit vendu, et d’accroître son chiffre d’affaires, de sorte que son profit augmente en volume. Avec la filiale atelier qui vise à économiser des coûts salariaux, la firme cherche à augmenter directement son taux de profit global. En fin de chaîne, au niveau du produit fini, l’échange marchand réapparaît et l’entreprise réalise la plus-value incorporée dans le produit à chaque étape du processus de production internationalisé. Michalet opère alors un renversement d’optique. Les FMN cessent d’occuper le devant de la scène, au profit des contradictions inhérentes au développement du capitalisme qui poussent les entreprises à s’internationaliser.

LES CONTRADICTIONS DU CAPITALISME ET LES CARACTERISTIQUES DE L’ECONOMIE MONDIALE

  • 34 La refonte de l’ouvrage dans la 2e édition de 1985 introduit trois changements majeurs par rapport (...)

25Michalet se tourne vers Marx, en tant que penseur de la dynamique du système capitaliste, en adoptant une posture marxienne qui, suivant Maximilien Rubel, s’intéresse aux concepts de Marx parce qu’ils sont susceptibles de rendre intelligible le fonctionnement du capitalisme, mais sans adhérer pour autant au système de pensée qui est élaboré par la suite pour prolonger son œuvre. Deux concepts lui semblent cruciaux dans Le Capital. D’une part, l’expansion du marché mondial doit être comprise comme une condition indispensable au développement du capitalisme, d’autre part, la division internationale du travail qui en résulte entraîne un développement inégal entre pays à l’avantage de ceux qui sont les plus riches au départ. Michalet souligne deux constats à travers l’inventaire critique qu’il dresse des principales théories d’inspiration marxiste : la nécessité pour les pays capitalistes développés d’étendre le marché à l’échelle mondiale et la possibilité pour eux de bénéficier d’un transfert de valeur au détriment des pays les moins développés. Cependant, ces phénomènes ne suffisent pas à eux seuls pour expliquer les caractéristiques de l’économie mondiale qui se met en place sous l’égide des FMN. L’internationalisation du capital décrite par les théories marxistes reste cantonnée aux relations d’échange sur le marché mondial, alors que pour saisir les spécificités de l’économie mondiale inhérentes au développement des FMN elle devrait être perçue en termes de délocalisation des processus de production. D’où le basculement théorique que Michalet opère dans Le Capitalisme mondial34, en rompant avec l’analyse de l’économie internationale, fondée sur le primat donné à la sphère de circulation, afin d’élaborer une analyse de l’économie mondiale privilégiant la sphère de production.

Un nécessaire retour à l’analyse de Marx en économie internationale

  • 35 Marx Karl, Le Capital, Livre III, in Œuvres. Économie, Paris, Gallimard, « de la Pléiade », 1965-1 (...)
  • 36 Luxemburg Rosa, L’Accumulation du capital, Paris, Maspero, 1967 [1913].

26Aux yeux de Michalet (CM, 1985, p. 242-250 ; 1976, p. 50-58), le principal mérite de Marx dans Le Capital35 est d’introduire une rupture radicale par rapport à l’approche standard en économie internationale en fondant l’analyse sur deux principes essentiels qui sont développés ultérieurement par Rosa Luxemburg36. Le premier principe consiste à admettre que l’ouverture d’une économie nationale sur le marché mondial, loin de relever d’un choix de politique économique entre libre-échange et protectionnisme, constitue une nécessité impérieuse pour un pays développé, en ce sens que le marché mondial représente dès l’origine une condition indispensable au développement du capitalisme. D’un côté, la baisse des coûts à l’importation des biens salariaux et des matières premières permet de contrecarrer la baisse tendancielle du taux de profit. De l’autre, les débouchés extérieurs permettent de lutter contre la surproduction de marchandises et, par suite, la suraccumulation de capital. Quelles qu’en soient les modalités, le développement du marché mondial se traduit par une extension des rapports de production capitalistes au niveau international.

27Le second principe inhérent à l’analyse de Marx revient à considérer que le commerce extérieur, loin d’assurer des relations égalitaires entre pays co-échangistes, est à l’origine de relations de domination sur le marché mondial, qui sont fondées sur la concentration et la centralisation du capital au sein des grandes entreprises des pays développés et qui sont à même d’opérer un transfert de valeur des pays moins développés vers les pays plus développés. Ce transfert de valeur tient à l’avance technologique dont disposent les pays développés et qui leur permet de vendre leurs marchandises sur le marché mondial à des prix fixés au-dessus de leurs valeurs, de sorte que les entreprises engagées dans le commerce extérieur obtiennent un taux de profit plus élevé que celles qui exercent leurs activités sur le seul marché domestique. Les échanges internationaux servent donc de fondement à un développement inégal des pays en fonction de leurs positions au sein de la hiérarchie instaurée par la division internationale du travail.

  • 37 La valeur de la force de travail dans une économie donnée est déterminée par la quantité d’heures (...)
  • 38 La double rupture attribuée par Michalet à l’analyse de Marx vis-à-vis de la théorie de l’échange (...)

28Comme le reconnaît Michalet, Ricardo admet, tout comme Marx, que dans le domaine des biens manufacturés, l’échange de biens sur le marché mondial est inégalitaire dans le sens où les quantités de travail échangées entre pays co-échangistes sont différentes. Mais dans l’échange international, les quantités de travail incorporées dans les marchandises ne sont pas en soi déterminantes ; le facteur déterminant est la valeur attribuée aux heures de travail effectuées dans des pays de niveaux de développement différents. Or, cette valeur dépend de la valeur de la force de travail dans le pays considéré et de la capacité des propriétaires du capital à s’approprier sous forme de profit la survaleur créée par l’emploi du travail salarié, afin d’atteindre le taux de profit minimum en dessous duquel ils n’engagent pas leurs capitaux37. Il s’ensuit que les différences de valeur de la force de travail d’un pays à l’autre se manifestent par des écarts de salaires nominaux mesurés dans une monnaie commune. Dans ses écrits, Michalet perçoit bien que l’échange international est subordonné à une différenciation des salaires nominaux d’un pays à l’autre. Mais il n’en tire pas les implications logiques quant à l’intérêt des pays à s’ouvrir sur le marché mondial. Contrairement à ce qu’il laisse entendre, la différenciation des salaires nominaux ne signifie pas que chaque pays co-échangiste, le moins développé comme le plus développé, ne soit pas en mesure de bénéficier d’un surplus de biens disponibles après l’échange par rapport à la situation qui aurait été la sienne s’il avait produit nationalement les biens qu’il a importés. Les deux phénomènes sont parfaitement compatibles et c’est la raison pour laquelle Ricardo assimile le rôle du commerce extérieur à celui du progrès technique. Mais pour atteindre cette conclusion, il faut s’intéresser aux conditions de réalisation de l’échange international, ce qui implique de passer d’une analyse en termes réels à une analyse en termes monétaires en intégrant le rôle du taux de change. Marx ne produit pas une telle analyse à la différence de Ricardo. Michalet n’en perçoit pas non plus la nécessité et se cantonne, à l’instar de Marx, à une approche des échanges en termes réels38.

29Michalet justifie la nécessité d’un retour à Marx par les impulsions qui incitent les entreprises capitalistes à conquérir des débouchés extérieurs et qui résident dans les relations entre le procès de valorisation du capital et son procès d’accumulation. Le principal obstacle auquel se heurte le procès de valorisation du capital tient aux limites de la demande qui imposent aux entreprises d’élargir sans cesse leurs marchés, notamment au plan mondial, afin de réaliser sous forme de profit la plus-value créée. Or, cet élargissement repose sur le procès d’accumulation du capital, condition d’une reproduction élargie des rapports de production capitalistes, notamment à travers leur extension mondiale. La conquête de marchés à l’étranger apparaît ainsi comme une nécessité pour la croissance des entreprises et comme un facteur déterminant dans leurs stratégies d’investissement.

La théorie de l’impérialisme : une rupture inachevée

  • 39 Lénine Vladimir Ilitch, Impérialisme, stade suprême du capitalisme, Paris, Éditions sociales, 1971 (...)
  • 40 Boukharine Nicolas, L’Économie mondiale et l’impérialisme, Paris, Anthropos, 1971 [1915].

30Avec la théorie de l’impérialisme comme stade suprême du capitalisme de Lénine39 et, plus encore, avec l’ouvrage précurseur de Nicolas Boukharine40, de nouveaux pas sont franchis, après Marx, dans la compréhension de la dimension internationale du procès de valorisation du capital et de son procès d’accumulation (CM, 1985, p. 250-272 ; 1976, p. 60-80). Des trois changements apportés par rapport à l’analyse de Marx-le capital financier, les monopoles et l’exportation des capitaux - c’est le troisième qui retient le plus l’attention de Michalet. En effet, l’exportation des capitaux qui prend le pas sur l’exportation des marchandises constitue une caractéristique centrale de l’impérialisme. Les déterminants de l’exportation des capitaux sont nombreux, mais le plus fondamental est la tendance à la surproduction de marchandises, toujours présente dans le fonctionnement du capitalisme et qui se traduit en période de crise par une suraccumulation de capital ; celle-ci se manifeste dans le capitalisme financier, où les banques d’affaires dominent la grande industrie, sous la forme d’une suraccumulation de capital-argent. En outre, l’exportation de capitaux dans des zones moins développées élargit les marchés à l’exportation des marchandises compte tenu des nouvelles activités marchandes qu’elle génère à l’étranger. En tant qu’exutoire à la suraccumulation du capital, l’exportation des capitaux permet d’étendre les rapports de production capitalistes à des régions moins développées, ce qui crée en retour de nouveaux débouchés extérieurs pour écouler les marchandises produites par les pays développés.

31Il s’agit, selon Michalet, de la caractéristique la plus déterminante de l’impérialisme. D’un côté, conformément à l’analyse de Marx, elle exprime la tendance inhérente au mode de production capitaliste à se développer à l’échelle mondiale. De l’autre, par contraste avec la période historique analysée par Marx, elle témoigne d’un changement qualitatif par rapport à son mode d’expansion antérieur correspondant au capitalisme industriel et fondé sur l’échange marchand. En bref, selon les dires de Michalet : « L’exportation des capitaux définit à la fois le mode d’existence “extérieur” du mode de production capitaliste au stade monopoliste et la nature des rapports entre pays développés et le reste du monde moins développé. » (CM, 1985, p. 263 ; 1976, p. 73) D’une manière plus générale, l’auteur voit dans l’exportation des capitaux la première véritable rupture analytique avec les théories de l’échange international de marchandises, qu’elles soient d’inspiration ricardienne, néoclassique ou marxiste. Les mouvements de marchandises ne reposent plus sur l’immobilité des facteurs de production, mais ils sont au contraire gouvernés par les transferts internationaux de capital. Cependant, cette rupture apparaît inachevée pour deux raisons avancées par Michalet. D’une part, au plan factuel, la théorie de l’impérialisme a vieilli en ce qu’elle apparaît inadaptée pour décrire et interpréter les relations économiques internationales qui se développent après la seconde mondiale. Depuis le début des années 1960, l’exportation de capital n’a plus pour but principal d’acquérir le contrôle sur des matières premières et des ressources énergétiques dans les pays en développement. Son objectif prioritaire est de délocaliser la production des entreprises d’un pays développé vers une région du monde ayant atteint un niveau de développement comparable. D’autre part, au plan théorique, la rupture inaugurée par la théorie de l’impérialisme par rapport aux théories de l’échange international est incomplète, parce qu’elle reste centrée sur l’internationalisation de la sphère de circulation du capital, alors qu’une réelle prise en compte du rôle des FMN exige de s’intéresser à l’internationalisation de la sphère de production.

L’opposition entre multinational et national au cœur de l’économie mondiale

  • 41 Amin Samir, Le Développement inégal, Paris, Les Éditions de Minuit, 1974.
  • 42 Emmanuel Arghiri, L’Échange inégal, Paris, Maspero, 1969.

32Michalet élargit la critique adressée à la théorie de l’impérialisme à l’ensemble des théories marxistes contemporaines qui développent une problématique en termes d’opposition « centre-périphérie », soit pour montrer le caractère extraverti de l’économie des pays de la périphérie contrastant avec le caractère autocentré de l’économie des pays du centre41, soit en termes d’échange inégal en mettant l’accent sur le fait que le secteur exportateur des pays de la périphérie est entièrement dominé par les besoins des pays du centre42. Ces théories restent prisonnières de la seule prise en compte de l’internationalisation de la sphère de circulation entre États nationaux et s’avèrent incapables d’intégrer la spécificité du développement des FMN (CM, 1985, p. 276-280 ; 1976, p. 97-101). Cette double critique fait strictement pendant à celle adressée parallèlement aux théories anglo-saxonnes examinées plus haut qui restent inscrites dans le champ de l’économie industrielle. À l’encontre des théories macroéconomiques faisant de l’opposition « centre-périphérie » le cour de la structure de l’économie mondiale, celles-ci accordent à l’internationalisation des grandes entreprises un rôle déterminant dans l’organisation de l’économie mondiale, les États nationaux étant amenés à s’effacer devant la puissance des FMN.

33Le renvoi dos à dos des théories anglo-saxonnes des FMN et des théories marxistes du système économique mondial sert de pierre angulaire à Michalet pour proposer une nouvelle approche de l’économie mondiale. Celle-ci vise à concilier la présence inéluctable de deux acteurs : les FMN et les États-nations, que la plupart des théories en économie internationale opposent de façon stérile en privilégiant le rôle de l’un par rapport à l’autre. Or, pour Michalet, l’économie mondiale doit être conçue comme une réalité empirique en perpétuel mouvement et jamais achevée, caractérisée par la coexistence de deux phénomènes à la fois contradictoires et toujours présents (CM, 1985, p. 302). D’un côté, la mise en valeur du capital effectuée par les FMN crée un espace homogène au plan mondial. De l’autre, le rôle primordial joué par les États-nations dans la reproduction de la force de travail nécessaire à la valorisation du capital nécessite le maintien d’un espace différencié entre eux au plan international.

34Michalet argumente son interprétation en deux temps. Dans une première étape, il montre que le développement des FMN doit être compris comme le produit d’une forme particulière de l’internationalisation du cycle de valorisation du capital, et qu’il a pour conséquence de générer un processus spécifique d’accumulation du capital à l’échelle mondiale. Dans une seconde étape, il explique que les FMN et l’économie mondiale représentent deux phénomènes indissociables. Si d’un côté les FMN doivent être conçues comme le produit d’un dépassement des contradictions auxquelles se heurte la valorisation du capital dans le cadre de l’État-nation en sortant de ses frontières, de l’autre elles doivent être comprises comme l’acteur qui structure l’économie mondiale en produisant un espace unifié qui subsume les disparités entre États-nations sans pour autant les abolir.

  • 43 Le cycle de valorisation du capital est symbolisé par la formule de Marx : A-M. {P}. M’-A’, où A e (...)

351) Les FMN : forme particulière de l’internationalisation du cycle de valorisation du capital et de son accumulation à l’échelle mondiale Michalet souligne d’abord que les FMN constituent un bon poste d’observation de l’internationalisation contemporaine de la production. Cependant, elles ne doivent pas être confondues avec le concept d’internationalisation du capital (CM, 1985, p. 303-306 ; 1976, p. 81-85). Conformément à l’analyse de Marx dans le Livre II du Capital, consacré aux schémas de la reproduction du capital, celui-ci prend trois formes au cours de son cycle de mise en valeur43 : le capital-argent, le capital-marchandise et le capital-productif. Chacune de ces formes s’incarne dans des fractions particulières du capital (institutions financières, entreprises industrielles et commerciales), qui résultent d’une division fonctionnelle du travail entre capitalistes en vue de gérer respectivement le capital-argent, le capital-productif et le capital-marchandise. Sous cet angle, les FMN ont pour originalité d’être la manifestation de l’internationalisation du cycle du capital-productif. D’une part, leur développement est fondé sur l’internationalisation du processus de valorisation du capital et, d’autre part, il a pour résultat de générer un processus d’accumulation du capital à l’échelle mondiale. Cette dualité doit être précisée (CM, 1985, p. 309-316 ; 1976, p. 85-91).

36En premier lieu, en délocalisant une partie de la production à l’étranger, les FMN opèrent un déplacement du lieu de production de la valeur, c’est-à-dire une internationalisation du capital-productif car, sous l’égide d’une même unité décisionnelle de gestion, un ensemble de capitaux immobilisés dans le processus de production délimité par le périmètre d’une entreprise sont associés à des forces de travail appartenant à différentes économies nationales. Il s’ensuit que le procès de mise en valeur du capital se déroule au plan international, puisque ce sont des forces de travail localisées dans différents pays qui concourent à la formation de la plus-value intégrée dans le produit final prêt à être vendu.

37En second lieu, l’internationalisation du cycle du capital-productif inhérent au développement des FMN ne peut être confondu avec le processus de reproduction élargie du capital puisque, par définition, ce dernier est un processus macroéconomique qui s’accomplit sur une base nationale. La reproduction élargie du capital a non seulement pour fonction d’agrandir, grâce à l’accumulation du capital, la base productive sur laquelle se fondent les rapports de production capitalistes, mais encore elle assure la reproduction de la force de travail, afin que celle-ci soit prête à l’emploi d’un cycle de production à l’autre pour produire une survaleur. Or, la reproduction de la force de travail se déroule nécessairement dans un contexte national, dans la mesure où le panier de biens salariaux qui permet cette reproduction est Wladimir Andreff et Renaud du Tertre déterminé dans une économie nationale particulière et historiquement datée. Si l’investissement productif à l’étranger témoigne bien d’une mondialisation de l’accumulation du capital, il est un phénomène strictement microéconomique, puisqu’il reste circonscrit à l’intérieur des FMN. Son déploiement présuppose l’existence d’États nationaux qui, en tant que cadre institutionnel, régissent la reproduction de la force de travail dans les différents pays d’implantation des filiales des multinationales.

  • 44 C’est ici que réside l’essentiel de la controverse qui oppose Michalet (Le Capitalisme mondial, op (...)

38En définitive, quelle que soit la facette du développement des FMN envisagée, mise en valeur internationale du capital ou son accumulation à l’échelle mondiale, il est vain de vouloir dissocier l’idée d’un système économique mondial et l’existence des FMN (CM, 1985, p. 292-295 ; 1976, p. 112-114)44. Les deux sont indissociables. Toute la difficulté est de trouver la logique de leur articulation. La recherche de cette dernière est d’autant plus nécessaire qu’elle doit éclairer le paradoxe apparent entre l’homogénéisation de l’espace à l’intérieur des FMN et le maintien d’une différenciation irréductible des espaces nationaux.

392) Les FMN : produit du système économique mondial et acteur de la formation de l’économie mondiale Le principe d’analyse auquel Michalet est le plus attaché explique la distance qu’il a toujours cherché à maintenir par rapport à l’analyse marxiste et à l’orthodoxie en économie. Ce principe tient à la conception du rôle et de la place qu’il convient d’accorder aux acteurs dans le fonctionnement de l’économie, la notion d’acteur renvoyant, sur un plan anthropologique, à la fois au cadre institutionnel et socio-économique qui oriente l’action des individus et à la liberté dont ils disposent pour se projeter dans l’avenir et donc agir. Michalet insiste ici sur l’obligation de surmonter deux difficultés méthodologiques pour cerner ce que recouvre l’économie mondiale.

40La première difficulté réside dans la nécessité de concilier la présence et l’action respectives des FMN et des États-nations au sein du système économique mondial. À cet égard, Michalet fait remarquer :

Dans ce conflit entre le national et le multinational que nous plaçons au centre de notre démarche, ce sont les agents multinationaux qui sont porteurs de la transformation, les États-nations s’efforcent de persévérer dans leur être. Mais le résultat ne peut être ramené à une conception réductrice de la victoire de l’une des parties sur l’autre. (CM, 1985, p. 318)

41Une seconde difficulté tient à la relation qu’il convient d’établir entre le tout, l’économie mondiale, et les parties, les FMN ou les États-nations. Sur ce registre, il précise quelques lignes plus loin : Pour nous, multinationales ou États-nations ne peuvent pas être considérés comme des entités supérieures qui par un deus ex machina vont régler les conflits qui sont au cour de l’émergence de l’économie mondiale. Ils ne sont ni au-dessus ni au-dessous de l’économie mondiale.

42Et de conclure : Les acteurs de l’économie mondiale, et les multinationales entre autres qui jouent un rôle d’entraînement, sont à la fois déterminés et déterminants dans le processus de totalisation d’une réalité qui à la fois les intègre et les dépasse.

43Les FMN doivent donc être conçues à la fois comme le produit du système économique mondial-car leur développement est déterminé par les contradictions du mode de production capitalise qu’elles tentent de dépasser-et comme l’acteur principal à l’origine de la formation de l’économie mondiale-car leurs stratégies déterminent un nouvel agencement entre la sphère de production et la sphère de circulation sur une base mondiale.

44La multinationalisation des entreprises résulte du système économique mondial parce que la délocalisation du lieu de production de la valeur effectuée par les FMN et l’internationalisation du cycle du capital-productif qu’elles engendrent ont pour finalité d’élargir la sphère de valorisation du capital (CM, 1985, p. 319-323 ; 1976, p. 115-116). Dans les économies capitalistes ayant atteint un haut niveau de développement et qui sont le siège des grandes entreprises qui s’internationalisent, l’étroitesse de la sphère de valorisation du capital se traduit par une suraccumulation susceptible de prendre différentes formes : surproduction de marchandises, surcapacités de production ou, plus généralement, difficulté de trouver des opportunités de créer du profit à un taux de rendement suffisamment incitatif pour investir. Dans tous les cas, la suraccumulation du capital est la manifestation concrète de la baisse tendancielle du taux de profit, imputable à la difficulté de compenser, au cours du développement du capitalisme, la hausse de la composition organique du capital par une hausse du taux de plus-value.

45Au niveau microéconomique, la direction d’une entreprise dispose de deux solutions pour essayer de contrecarrer le fait que la masse de ses profits a tendance à se réduire par rapport au capital total avancé. Soit elle cherche à augmenter le montant de son prélèvement sur la masse de profit créé globalement dans l’économie où elle est implantée ; soit elle tente d’accroître son propre taux de plus-value. Dans les deux cas, l’objectif visé implique l’entreprise dans un mouvement de concentration et de centralisation du capital qui, sous l’effet d’une concurrence qui déborde de plus en plus largement le cadre national, aboutit à la constitution d’oligopoles internationaux. Ceux-ci cherchent à se partager les marchés et à s’approprier un part croissante du profit réalisé au niveau mondial soit par le moyen classique de l’exportation de marchandises, soit par celui de l’implantation d’unités de production à l’étranger. C’est ici que la distinction entre filiales-relais et filiales-ateliers joue un rôle crucial dans l’analyse, en tant que notions permettant de relier le comportement des entreprises individuelles qui s’internationalisent (analyse microéconomique) au jeu des contradictions du développement du mode de production capitaliste (analyse macroéconomique). Dans le cadre de l’internationalisation du cycle du capital-productif, les filiales-relais obéissant à une stratégie de marché constituent le premier moyen de lutter contre la baisse tendancielle du taux de profit, dans la mesure où elles servent de support pour délocaliser à la fois la production de la valeur et sa réalisation. Mais avec ce type de filiales, c’est la réalisation de la valeur qui est l’aspect prédominant de l’implantation à l’étranger et qui explique la priorité donnée par l’entreprise à l’accroissement de la masse de profit réalisé en appliquant un taux de marge avantageux à un plus grand nombre de produits vendus, tout en laissant son taux de profit inchangé. En revanche, les filiales-ateliers s’inscrivent dans une stratégie de rationalisation de la production, deuxième moyen pour contrer la tendance à la baisse du taux de profit en visant à obtenir des réductions de coût fondées sur l’emploi d’une main-d’œuvre à meilleur marché dans les pays d’accueil de ces filiales. Ceci permet une hausse du taux de plus-value de l’entreprise et donc une hausse de son taux de profit à composition organique du capital inchangée.

46Cependant, une fois créées, les FMN ne peuvent plus être seulement considérées comme le produit de la dynamique du mode de production capitaliste. Elles deviennent un élément déterminant dans le processus de structuration de l’économie mondiale (CM, 1985, p. 323-332 ; 1976, p. 116-119). Les activités de production délocalisées des FMN constituent le vecteur majeur de l’extension à l’échelle mondiale des rapports de production capitalistes et, à ce titre, elles sont à l’origine d’une structure intégrée de la sphère de production et de la sphère de circulation sur une base mondiale. Or, souligne Michalet, cette structuration de l’économie mondiale doit être comprise comme contradictoire, car elle se construit autour du couple multinationales/États-nations.

  • 45 L’Intégration de l’économie française dans l’économie mondiale, Michalet Charles-Albert (dir.), Pa (...)

47En premier lieu, les FMN définissent des normes de production et d’échange homogènes à l’échelle mondiale, transcendant les disparités territoriales qui résultent des segmentations économiques, sociales et politiques liées à l’existence des États-nations. L’uniformisation des normes de production et d’échange renforce l’intégration économique entre pays. Cette intégration acquiert un caractère multidimensionnel opérant aussi bien au niveau des flux de marchandises, des mouvements de capitaux et de la délocalisation de la production45. À côté des importations et des exportations de marchandises, elle englobe le système monétaire et financier international et l’activité des multinationales. Les grands groupes internationaux tendent à avoir dans ce contexte un rôle déterminant dans la spécialisation internationale des économies nationales, notamment dans la définition d’une spécialisation intra-sectorielle ou intra-branche. Une part croissante des flux de marchandises, de services et de capitaux enregistrés dans la balance des paiements d’un pays ne correspondent plus à des échanges stricto sensu sur le marché mondial, mais à des transferts internationaux qui ont lieu à l’intérieur des FMN et ne relèvent donc pas d’un échange marchand. Pour apprécier la puissance d’un pays capitaliste développé sur le marché mondial, il ne suffit pas de mesurer la capacité de ses entreprises à exporter, mais il faut y adjoindre le chiffre d’affaires que les filiales des entreprises du pays considéré réalisent à l’étranger. La vision de la compétitivité internationale d’une économie nationale, i. e. de sa capacité à affronter la concurrence sur le marché mondial, en sort transformée.

48En second lieu, les FMN contribuent au maintien d’une différenciation des économies nationales puisque leur accumulation de capital participe à la reproduction du capital sur une base nationale. La reproduction du capital qui associe dans un même mouvement l’accumulation du capital domestique et du capital étranger sur un territoire national donné est un processus macroéconomique impliquant la reproduction de la force de travail qui conserve de façon cruciale et irréductible une dimension nationale. Cette intégration entre capital domestique et capital étranger suffit à expliquer que les FMN concourent par leur action à la reproduction des disparités nationales. De surcroît, en tirant profit de la valeur différenciée de la force de travail d’une économie à l’autre, elles impulsent une accumulation mondiale du capital qui entretient un développement inégal entre économies nationales et maintient une hiérarchie entre elles au sein de l’économie mondiale. Bien entendu cette hiérarchie n’est pas immuable, mais il ne faut pas s’attendre à que ce soit les multinationales qui la changent. Cette éventualité reste l’apanage des États nationaux.

49Si d’un côté l’intégration croissante des économies nationales dans l’économie mondiale, régie par les FMN, bat en brèche la capacité des États nationaux à mener des politiques économiques autonomes, il n’en reste pas moins que, de l’autre, la pérennité de ceux-ci représente une condition indispensable au développement des FMN. Aussi Michalet conclut-il non sans malice : Par une sorte de retournement de la logique de l’économie internationale, dans l’économie mondiale, les États deviennent les agents de la mondialisation et les acteurs multinationaux les ultimes garants de la reproduction des États. (CM, 1985, p. 332) Mais l’ironie ici n’est pas une boutade. De fait, la conclusion de Michalet prend tout son sens lorsque l’on s’intéresse aux modalités de la régulation internationale, ou plus exactement à ses carences face à l’économie mondiale en formation. Sur ce registre, les contributions de l’auteur s’insèrent dans les débats relatifs à la mondialisation et sa régulation.

L’EVOLUTION DE LA MONDIALISATION ET LES RUPTURES DANS LA REGULATION INTERNATIONALE

  • 46 La dernière section du chapitre 7 de la 2e édition du Capitalisme mondial reprend et développe l’a (...)

50Le thème de la régulation internationale court tout au long de l’œuvre de Michalet. Il émerge dès 1976 dans Le Capitalisme mondial par une mise en cause radicale de la capacité du marché mondial à s’autoréguler par un ajustement des prix des biens. Il est approfondi dans l’édition de 1985 à partir d’une analyse originale des causes et des conséquences de la crise qui éclate au milieu des années soixante-dix et se prolonge jusqu’au début des années quatre-vingts46. Michalet dénonce les insuffisances de la régulation internationale fondée sur une coopération entre États, face à l’émergence de l’économie mondiale portée par les FMN, ainsi que les banques multinationales. Dans ses derniers ouvrages publiés en 2002-2007, il montre que la globalisation financière qui se met en place à partir du milieu des années quatre-vingts doit être interprétée comme une nouvelle phase de la mondialisation, dont l’avènement est imputable aux politiques néolibérales adoptées dans la plupart des pays développés et qui sont à l’origine d’une vague sans précédent de déréglementation/libéralisation/privatisation. Ce mouvement de fond a fait perdre aux acteurs étatiques une grande partie de leur capacité à fixer les règes du jeu sur le marché mondial et ceci au profit d’agents privés, livrés à une concurrence accrue sur des marchés de plus en plus instables. Michalet en déduit que, avec la globalisation financière, toute la régulation de l’économie mondiale doit être repensée dans une perspective de long terme, correspondant à la temporalité des changements institutionnels qui conditionnent le fonctionnement de l’économie et des changements organisationnels qui délimitent le champ d’action des entreprises.

51Sans reprendre toutes les analyses consacrées par Michalet à la régulation internationale, il convient de souligner qu’elles s’inscrivent sur plusieurs registres nettement différenciés : la dimension doctrinale de l’analyse économique, la nécessité d’une confrontation de points de vue, l’intérêt d’un engagement sur le terrain des réformes à entreprendre.

Une prise de position doctrinale

  • 47 Michalet Charles-Albert, Qu’est-ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2002.

52L’étude de la régulation de l’activité économique est l’occasion d’une prise de position doctrinale de Michalet vis-à-vis de l’analyse économique. Ici encore, il cherche à se tenir à distance à la fois des présupposés de l’analyse standard et de ceux de l’approche marxiste. Aux premiers il reproche d’attribuer aux marchés des vertus autorégulatrices qu’ils n’ont pas ; aux seconds de nier la présence d’acteurs capables de modifier en profondeur leur environnement économique et par suite le fonctionnement de l’économie prise dans son ensemble. Cette posture principielle acquiert une importance décisive dans le champ de la régulation, parce qu’elle implique d’admettre non seulement la nécessité d’une action concertée des pouvoirs publics pour permettre à l’économie marché de fonctionner, mais aussi l’obligation de trouver des compromis politiques et sociaux par la négociation pour réguler les conflits d’intérêt inhérents à l’économie capitaliste. À ce sujet, c’est avec ses plus proches amis que Michalet pouvait se montrer le plus critique et, parmi eux, les partisans de l’école française de la théorie de la régulation et de l’économie institutionnelle. Son dialogue avec eux était permanent, bien qu’écrit de manière implicite entre les lignes la plupart du temps, surtout dans ses derniers ouvrages où le thème de la régulation internationale prend explicitement le devant de la scène47. La proximité de Michalet avec la théorie de la régulation était si forte que l’on peut se demander ce qui l’en séparait mis à part sa volonté farouche de n’appartenir à aucune école. Toutefois, le questionnement qu’il adresse à cette théorie est particulièrement incisif sur deux points.

53Tout d’abord, Michalet reproche aux théoriciens de la régulation d’adopter de façon quasi exclusive une approche macroéconomique, ce qui réduit la régulation de l’économie mondiale à la coopération volontaire des États et ignore la capacité des acteurs multinationaux, entreprises et banques, à influencer à leur avantage les dispositifs mis en place par les gouvernements nationaux. Il prolonge sa critique en montrant que l’avènement des politiques néolibérales des années 1980 est à l’origine d’une nouvelle configuration de l’économie mondiale, marquée par la prépondérance de sa dimension financière sur ses dimensions productive (l’internationalisation des entreprises) et marchande (les échanges internationaux). Cette mutation est particulièrement importante parce qu’elle inaugure la montée en puissance d’acteurs multinationaux diversifiés tendant à instaurer une régulation oligopolistique privée, à même de se substituer graduellement à la coopération intergouvernementale.

La régulation dans la configuration multinationale de la mondialisation : la collusion États-multinationales

  • 48 Michel Aglietta a été le premier à expliciter les termes du débat sur la régulation de l’économie (...)

54La contradiction à laquelle se heurte la régulation de l’activité économique dans une économie mondialisée est la suivante : l’internationalisation du processus de production impulsée par le développement des FMN a pour corollaire une internationalisation du rapport salarial, alors que la reproduction de la force de travail s’effectue nécessairement sur une base nationale. Deux attributs fondent la pérennité de l’État-nation d’un point de vue économique, sa capacité à émettre une monnaie ayant cours dans le cadre de ses frontières et son devoir de garantir la reproduction du salariat sur son territoire. La relation spécifique qui se noue entre l’existence d’une monnaie nationale et la fixation du salaire nominal préalablement à l’acte de production conditionne la valorisation du capital, le salaire nominal ayant pour fonction d’assurer simultanément la reproduction de la force de travail dans des conditions historiques et géographiques données, et l’opportunité de transformer la survaleur créée en profit dans une économie monétaire. Il en découle qu’il n’existe pas de régulation économique à l’échelle mondiale indépendamment des régulations nationales fondées sur les interventions économiques des États aux plans monétaire et réel. Autrement dit, les dispositifs susceptibles d’être mobilisés pour promouvoir une régulation internationale sont conditionnés par une coopération interétatique, mais pas uniquement48.

  • 49 Sur la nature du système de prix internationaux de production : Aglietta Michel, « comparatifs, va (...)

55Pour prendre la mesure des nouveaux enjeux de la régulation de l’économie mondiale, il faut avoir présent à l’esprit que l’existence de monnaies nationales et la fixation des salaires nominaux en monnaies nationales nécessitent la définition d’un système de taux de change pour que puisse être créé un espace de valeur homogène au plan international et ceci préalablement à toute décision des entreprises de déployer leurs activités à l’échelle mondiale. Ce constat est primordial, car il exclut d’admettre que, comme le conçoit l’analyse marxiste, la loi valeur travail puisse exercer son action au plan international indépendamment de (i. e. préalablement à) la formation d’un système de prix internationaux de production en termes monétaires, c’est-à-dire exprimés en recourant à une monnaie commune49. La régulation de l’économie mondiale acquiert alors deux autres dimensions s’ajoutant à celle qui est issue de la coopération intergouvernementale.

  • 50 Aglietta Michel, Les Principaux Traits contemporains de l’internationalisation du capital, op. cit (...)

56La première dimension a été mise en évidence par Aglietta50, puis a été reprise par Michalet dans ses divers ouvrages. Elle provient de l’influence décisive que la régulation mise en œuvre par les États-Unis exerce, en tant que puissance hégémonique, sur les diverses régulations nationales. Son impact sur l’économie mondiale est d’autant plus fort qu’elle transite par l’édiction de normes internationales de production et d’échange pour l’ensemble des FMN, quelles que soient leurs nationalités, normes qui jouent par conséquent un rôle déterminant dans la formation des prix internationaux de production.

57La seconde dimension est propre à l’analyse de Michalet : elle repose sur une distinction rigoureuse entre régulation de l’économie internationale et régulation de l’économie mondiale, les partisans de la théorie de la régulation n’ayant jamais réussi à intégrer véritablement cette dernière dans leur analyse. La dissociation entre l’espace national où l’État applique son autorité régulatrice et l’espace mondial où les FMN déploient leurs activités affaiblit le pouvoir des acteurs étatiques. La fixation de règles contraignantes au plan national et a fortiori au plan international leur échappe de plus en plus. L’analyse de Michalet est originale en ce que la perte de pouvoir des États nationaux les rend perméables aux pressions exercées par les FMN sur les dispositifs institutionnels qu’ils cherchent à promouvoir. La collusion États-multinationales joue comme principe de régulation (Michalet, 2002, p. 78-85). Un régime de régulation mixte se met en place, fondé sur le déclin de la coopération intergouvernementale d’un côté et la montée en puissance d’une régulation oligopolistique privée émanant des FMN de l’autre. Il s’ensuit une concertation implicite, non proclamée, entre un pouvoir économique qui s’étiole, celui des États nationaux, et celui en plein essor d’acteurs privés, les multinationales, qui font prévaloir leurs intérêts particuliers. La collusion/concertation acquiert une ampleur qualitativement nouvelle avec la globalisation financière caractérisant la mondialisation à partir du milieu des années 1980.

Repenser la régulation face à la globalisation financière

  • 51 Michalet Charles-Albert, « régulation pour la globalisation ? », in Les Nouvelles Régulations de l (...)
  • 52 Michalet Charles-Albert, « demande de régulation : terrorisme et globalisation », in Où va l’écono (...)

58La phase de la mondialisation marquée par la globalisation financière, où triomphe le capitalisme financier, soulève des problèmes de régulation plus nombreux et plus complexes qu’au cours de la phase évoquée ci-dessus. Pour s’en persuader, il suffit de penser aux crises monétaires et financières, doublées de crises de change, qui se sont multipliées depuis le milieu des années 1990. Pour Michalet, il s’agissait surtout de dresser un agenda de recherche qui servirait à repenser la régulation de l’économie mondiale en tenant compte des nouveaux liens qui, avec la globalisation financière, se créent entre l’espace national et l’espace mondial51. À l’ère de la domination de la finance de marché (le capitalisme financiarisé) sur la finance de banque (l’économie d’endettement) une double contradiction émerge dans le fonctionnement de l’économie mondiale. D’une part, la césure entre l’espace national sous autorité étatique et l’espace mondial où les FMN développent leurs stratégies s’est accentuée avec la globalisation financière, parce que celle-ci confère un rôle accru au marché des capitaux et qu’elle intensifie la concurrence sur le marché mondial des biens. D’autre part, la plus grande liberté d’action acquise par les acteurs multinationaux, à l’origine de la hausse de leur rentabilité financière, a pour contrepartie une plus forte instabilité des marchés. La capacité globale de l’économie mondiale à se réguler a reculé, alors que les besoins d’une régulation accrue se font sentir. Michalet propose trois pistes de réflexion pour sortir de ce dilemme52.

59La première interroge les formes spatiales susceptibles d’émerger en plus du territoire national et qui conféreraient une nouvelle légitimité à l’intervention des pouvoirs publics. Michalet préconise tout d’abord de s’intéresser aux territoires plurinationaux susceptibles de favoriser l’intégration économique des économies nationales, selon un axe soit Nord-Nord, soit Sud-Sud, afin de renforcer la solidarité entre pays de niveaux de développement comparables. Quant à l’intégration Nord-Sud elle pourrait stimuler le rattrapage entre pays de niveaux de développement différents. Il propose ensuite d’étudier le fractionnement des espaces nationaux à travers l’apparition de territoires économiques infranationaux qui, par effet d’agglomération, attirent des firmes d’origines nationales multiples, tandis qu’il incomberait aux pouvoirs locaux de promouvoir des externalités positives.

60La seconde piste de réflexion consiste à se demander si, sous la poussée de l’économie immatérielle et de l’importance prise par l’économie de services, on n’assiste pas à une transformation radicale dans le fonctionnement même des marchés. À ce sujet, Michalet relève qu’une part croissante des relations entre agents se nouent hors marché et qu’elles constituent un système complexe de réseaux entre différents acteurs qui tend à se substituer au marché. Il y a tout lieu de s’attendre qu’il en résultera de nouveaux principes d’organisation des entreprises. Cette tendance est déjà à l’œuvre de longue date dans le cas de la circulation des biens et des services à l’intérieur des FMN, circulation qui s’effectue à des prix de transfert planifiés par les firmes elles-mêmes. Et elle est amenée à se développer sous l’impact des opérations de fusion-acquisition qui sont menées sur les marchés financiers et redessinent le périmètre des firmes. Cependant, les mouvements d’internalisation et d’externalisation remodelant le portefeuille d’activités des entreprises ne passent pas uniquement par des liens capitalistiques. Ils reposent au contraire, de plus en plus, sur des stratégies d’alliance conduisant à la formation d’entreprises-réseaux. Le recul des relations de marché et la montée de nouvelles formes de spécialisation et de coopération entre firmes jettent les bases d’une nouvelle coordination de l’activité qui vise à concilier leurs capacités d’adaptation par rapport au changement et la préservation de leurs actifs stratégiques déterminant leur efficacité.

61Dernière piste de réflexion : quels pourraient être le statut et le domaine de spécialisation des organismes qui, en dehors des pouvoirs publics ou avec leur appui, auraient pour vocation de réduire l’incertitude et de fournir des biens publics mondiaux. Il faut s’attendre en la matière à des innovations foisonnantes qui ne seront pas toutes vouées au succès. À titre illustratif, on peut citer la constitution d’agences de régulation indépendantes et spécialisées qui auraient la charge de secteurs spécifiques d’activité. C’est déjà le cas pour les entreprises de réseaux dans le domaine de l’énergie, du transport et des télécommunications, mais cette évolution devrait s’élargir considérablement en s’appliquant au respect de normes de qualité, environnementales ou éthiques. Les agences de régulation prendraient l’allure de clubs auxquels chaque entité du réseau aurait intérêt à se faire admettre et à cotiser pour maintenir le capital confiance qui sous-tend l’activité en réseau.

EXPERTISE INTERNATIONALE ET CURIOSITE INTELLECTUELLE AUX MULTIPLES CENTRES D’INTERET

  • 53 Michalet Charles-Albert, Le Défi du développement indépendant, Paris, Éditions Rochevignes, 1983.

62Michalet a bâti son expérience d’expert international au long de sa collaboration avec le Centre sur les Firmes Multinationales de l’ONU, l’OCDE (Centre de Développement) et la Banque mondiale (FIAS, Foreign Investment Advisory Service). Auprès de l’OCDE, outre ses travaux sur les transferts internationaux de technologie, notamment avec Germidis, Michalet a réalisé dans les années 1980-90 des missions d’étude dans une dizaine de pays en développement. Les premières lui ont inspiré une réflexion sur les conditions d’un développement indépendant dans un livre pas très optimiste, disons réaliste53. Son évaluation des expériences de développement dans le Tiers monde, dans un contexte de crise économique mondiale et d’intégration de plus en plus intense et multidimensionnelle entre les économies du Nord et du Sud, dresse un bilan plutôt sombre des stratégies de développement adoptées. Le développement autocentré et l’intégration par le secteur primaire dans l’économie mondiale-les pays de référence sont l’Algérie, le Mexique et la Tanzanie-ont échoué à résorber les déséquilibres internes, même avec l’aide d’une manne pétrolière. L’intégration industrielle régionale (Pacte andin) n’a pas procuré de résultats convaincants, pas plus que l’intégration monétaire (exemple de la zone franc). Le vrai défi du développement indépendant est de refuser l’alternative entre une stratégie d’isolement national et une intégration incontrôlée à l’économie mondiale en négociant les conditions d’une nouvelle interdépendance. La conclusion est toujours d’actualité : « Il est de plus en plus évident que ni le Nord ni le Sud ne peuvent s’en tirer seuls, chacun de leur côté. L’urgence des problèmes favorise l’émergence de nouvelles formes de coopération. » Seul bémol par rapport à la crise actuelle, Michalet prévoyait l’appauvrissement des pays moins avancés, mais il annonçait aussi que le dynamisme des nouveaux pays industriels allait s’affaiblir ; la montée en puissance des pays émergents n’a pas été confirmée.

  • 54 Bouin Olivier et Michalet Charles-Albert, Le Rééquilibrage entre le secteur public et le secteur p (...)
  • 55 Ce volume de l’OCDE paraît au moment où la transition dans les « de l’Est » s’appuie sur des priva (...)

63Puis des missions dans les pays en développement furent consacrées au thème du rééquilibrage entre secteurs public et privé54. Il examine la formation du secteur public et d’une économie mixte dominée par l’État dans les pays concernés, au départ instrument de développement et d’industrialisation, finalement « emportée dans une dérive mal contrôlée » et des dépenses publiques massives aggravant la dépendance de l’État vis-à-vis des sources externes de financement. Le manque d’efficacité et de rentabilité des entreprises publiques a déclenché des politiques de stabilisation et le passage à une économie de marché ouverte. La réflexion s’approfondit sur « que faut-il privatiser ? » et la multiplicité des procédures de privatisation55. L’impact des privatisations et du rééquilibrage dans les pays en développement est présenté comme positif pour les finances publiques, de même que le retour à la rentabilité des entreprises privatisées, la concurrence et l’efficacité de l’économie, malgré des objectifs sociaux associés aux privatisations imparfaitement réalisés. La conclusion est que le rééquilibrage entre secteurs public et privé est irréversible, ce qui fut confirmé ultérieurement dans les pays en développement et en transition.

  • 56 Michalet Charles-Albert, La Séduction des nations ou Comment attirer les investissements, Paris, E (...)

64L’activité de Michalet pour le compte du FIAS a consisté en de nombreuses missions dans des pays en développement et en transition (postcommuniste) à la demande de gouvernements désireux de promouvoir l’entrée d’IDE. Arrivée sur place, l’équipe de FIAS inspectait les infrastructures, souvent sous-développées, absentes, obsolètes ou en mauvais état, testait le fonctionnement bureaucratique des administrations où l’investisseur étranger devrait faire des démarches et obtenir des autorisations, supervisait les réglementations s’appliquant aux IDE, appréciait l’autorité de la loi (le bon fonctionnement des tribunaux, chambres de commerce) et évaluait le cadre de vie (système scolaire et universitaire, système de santé, etc.) qui serait proposé aux cadres expatriés des FMN attirées dans le pays. Il s’ensuivait la rédaction d’un rapport du FIAS recensant toutes les réformes et améliorations à entreprendre pour rendre le pays plus attractif pour les IDE dont la conclusion invariable était de créer une agence de promotion de l’investissement (API). D’autre part, en vue de conseiller les pays hôtes potentiels de l’IDE, le FIAS cherchait à mieux connaître les critères de choix de localisation des FMN, en particulier ceux qu’elles utilisent pour définir une short list de pays attractifs entre lesquels arbitrer avant d’investir. Une enquête pilotée par le FIAS, sur la base d’entretiens avec des dirigeants de FMN, a largement clarifié ces critères dans le rapport Strategies of multinationals and competition for foreign direct investment, rédigé par Michalet en 1997. Une version plus académique de ce travail56, en dégage l’idée d’une émergence de nouveaux territoires formant une nouvelle frontière de l’IDE et de la mondialisation et met en avant le dépérissement du concept d’État-nation. C’est l’ouvrage de Michalet qui a probablement eu la plus forte portée pratique. Il suffit, pour le vérifier, de visiter les API établies après son passage avec le FIAS dans certains pays en développement et en transition et de voir qu’elles cherchent à satisfaire aux critères requis pour que leur pays soit « short listé » par les FMN.

  • 57 Au début des années 1960, il était l’enseignant le plus prisé de la Faculté de Droit de Dijon, not (...)
  • 58 Les rapports de Michalet avec le cinéma retracés ici s’appuient sur les souvenirs de François Ches (...)

65Une présentation du parcours intellectuel de Michalet serait incomplète si elle manquait d’évoquer son intense passion pour le cinéma. Il fut initié au septième art par Jean Domarchi57, à la fois économiste et critique aux Cahiers du cinéma à l’époque de André Bazin et surtout Rohmer, Godard et Truffaut58. Dans une période favorable au cinéma « social », pleine d’a priori idéologiques et esthétiques à l’encontre du cinéma américain, Domarchi convia Michalet au combat pour défendre et imposer Wells, Hawks, Hitchcock, Vincente Minnelli, Nicolas Ray, George Cukor, Kazan, Cimino, Scorsese, Coppola et Kubrick, y compris en liaison avec le cinéclub étudiant de Dijon. Ultérieurement passionné aussi par Woody Allen, Bunuel, Alain Resnais, Michalet considérait que le système français d’aide au cinéma créait un cinéma assez « franchouillard » et de copinage. Une telle position donna lieu à des débats musclés lors la présentation du livre où Michalet a croisé sa passion de cinéphile avec son expertise sur les FMN, Le Drôle de Drame du cinéma mondial, paru en 1987.

66Cet ouvrage analyse, dans une perspective d’économie industrielle, la crise qui affecte alors Hollywood, interprétée à la fois comme crise du cycle du produit (à la Vernon) et du fordisme promu par le studio system (salariat, standardisation, intégration en filière). L’analyse distingue trois stratégies de firmes dans cette industrie. Une stratégie hollywoodienne adoptée par des pays asiatiques (Inde, Bollywood premier producteur mondial) maintient le studio system. Les majors américains se sont engagés dans une stratégie de cinéma-monde se spécialisant dans la conception et la réalisation de films à gros budgets, laissant aux indépendants la découverte de nouveaux talents et les créneaux particuliers. Le film-monde est à la fois film événement et film universel, destiné à tous publics dans tous les pays dont la visée est la rentabilisation sur le marché mondial. Une stratégie multimédia, en rupture avec le modèle fordiste, est caractérisée par le décloisonnement des différentes branches du secteur de la communication et par la vente de téléfilms aux chaînes de télévision et à l’industrie vidéo.

67Les (télé-) spectateurs peuvent vérifier aujourd’hui encore le bien fondé d’une telle analyse.

68La portée des travaux de Charles-Albert Michalet est indissociable de l’homme. Un trait marquant de sa personnalité, en tant qu’enseignant et chercheur, était d’être à la fois un homme d’écrit et un homme de parole, où l’écrit était le temps privilégié de l’analyse critique, souvent acerbe, jamais sans une pointe d’humour, et l’oral était celui de la confrontation et de l’échange d’idées, parfois rugueux, toujours ouvert. Ceux qui ont participé aux activités du CEREM ou à son séminaire de 3e cycle se souviennent quel formidable animateur et quel généreux débatteur il était. Ils se rappellent que ses enseignements les plus mémorables étaient prodigués lors de discussions où les termes de la question posée étaient d’égale importance avec les arguments avancés pour tenter d’y répondre. Un autre trait de caractère a imprimé une orientation décisive à son activité de recherche : Michalet n’était pas seulement un homme de réflexion, mais aussi un homme de terrain cherchant à mêler constamment démarche inductive et démarche déductive. Cette posture était le reflet d’une éthique où le chercheur doit s’effacer devant les faits et la pensée s’enrichir d’une connaissance pratique, tandis que le travail intellectuel, par delà l’énoncé de diagnostics, doit contribuer à l’élaboration de solutions. D’où sa participation aux travaux d’institutions internationales où il a déployé son intérêt pour des réformes et son appétit pour la négociation.

69Par delà son apport à la recherche en économie, sons sens aigu de la pédagogie et sa grande expertise, Charles-Albert Michalet a toujours été un homme curieux du monde et de la vie. Il gardait de sa formation initiale de philosophe une culture très étendue et une grande ouverture d’esprit, hostile à tout dogmatisme. Il portait sur son environnement un œil ironique d’une lucidité acérée. Le principe de vie qu’il a affirmé pendant toute sa vie est la liberté.

Annexes

ANNEXE. LES PUBLICATIONS DE CHARLES-ALBERT MICHALET

Livres

Les Placements des épargnants français de 1815 à nos jours, Paris, PUF, 1968.

L’Entreprise plurinationale, Paris, Dunod, « Vie de l’entreprise », 1969.

La Multinationalisation des entreprises françaises [en collaboration avec Michel Delapierre], Paris, Gauthier-Villars, 1973.

Economie financière [en collaboration avec Hubert Brochier, Pierre Llau], Paris, PUF, « Thémis », 1975.

Les Implantations étrangères en France : stratégies et structures [en collaboration avec Michel Delapierre], Paris, Calmann-Lévy, 1976.

Le Capitalisme mondial, Paris, PUF, « Économie en liberté », 1976 [1re édition].

Multinationales européennes et investissements croisés [en collaboration avec Bernard Lassudrie-Duchêne, Jean-Louis Mucchielli, Jean-Pierre Thuillier], Paris, Economica, 1982.

Nationalisations et internationalisation. Stratégies des multinationales françaises dans la crise [en collaboration avec Michel Delapierre, Bernadette Madeuf, Carlos Ominami], Paris, La Découverte/Maspero, 1983.

Le Défi du développement indépendant, Paris, Éditions Rochevignes, 1983.

Le Capitalisme mondial, Paris, PUF, « Économie en liberté », 1985 [2e édition entièrement refondue].

Les Multinationales face à la crise, Paris, PUF, collection de l’IRM (Institut de Recherches sur les Multinationales), 1985.

Une économie mondiale [en collaboration avec Michel Cicurel, Jean Klein, François Rachline, Christian Stoffaës], Paris, Hachette, « Pluriel Inédit », 1985.

Le Drôle de Drame du cinéma français, Paris, La Découverte, 1987.

La Séduction des nations ou Comment attirer les investissements, Paris, Economica, 1999.

Qu’est-ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2002.

Mondialisation, la grande rupture, Paris La Découverte, 2007.

Études et autres ouvrages

L’Entreprise multinationale et le transfert de technologie, OCDE, 1973.

Stratégie et structure de la firme multinationale : les implantations étrangères en France, 1964-1974, CEREM, 1974.

L’Impact des entreprises multinationales sur les potentiels scientifiques et techniques : le cas de l’industrie informatique, OCDE, 1977.

L’Internationalisation bancaire : le cas français, CEREM, septembre 1979 (avec Catherine Sauviat).

« La dimension financière du capitalisme mondial », in Euro-Crédits, Éditions Techniques, 1981.

L’Intégration de l’économie française dans l’économie mondiale (1969-1978), CEREM, 1981.

Crise, concurrence internationale et stratégie des multinationales françaises [en collaboration avec Michel Delapierre, Bernadette Madeuf, Carlos Ominami], CEREM, 1981.

L’Internationalisation des groupes du secteur public élargi, rapport pour la préparation du IXe Plan [en collaboration avec Thérèse Chevallier], CGP, 1983.

Banques internationales et places financières dans les pays en voie de développement [en collaboration avec Dimitri Germidis], OCDE, Centre de Développement, 1984.

Le Rééquilibrage entre le secteur public et le secteur privé. L’Expérience des pays en développement [en collaboration avec Olivier Bouin], OCDE, 1991.

« Strategies of multinationals and competition for foreign direct investment », in FIAS, Occasional Paper, n° 10, IFC&World Bank, 1997.

« L’impact en Europe des délocalisations vers les pays méditerranéens », in ANIMA, Notes et Etudes, n° 8, 2005.

Coordination d’ouvrages collectifs

Internationalisation des banques et des groupes financiers, Paris, Éditions du CNRS, 1981.

L’Intégration de l’économie française dans l’économie mondiale, Paris, Economica, 1984.

Les Nouvelles Régulations de l’économie mondiale [en collaboration avec Philippe Hugon], Paris, Karthala, 2005.

Chapitres dans des ouvrages collectifs

« France », in Raymond Vernon (ed.), Big Business and the State, Cambridge, Harvard University Press, 1974.

« Transfert de technologie par les FMN et capacité d’absorption des pays en voie de développement », in Transfert de technologie et firmes multinationales, Dimitri Germidis (dir.), OCDE, Centre de Développement, 1975.

« La sous-traitance internationale : l’état de la question », in La Soustraitance internationale, Dimitri Germidis (dir.), OCDE, Centre de Développement, 1980.

« Mondialisation des circuits monétaires et financiers », in Internationalisation et autonomie de décision, Henri Bourguinat (dir.), Paris, Economica, 1981.

« De l’échange international à l’économie mondiale : une nouvelle problématique », in Economie et finance internationales, Jean-Louis Reiffers (dir.), Paris, Dunod, 1982.

« Un essai de synthèse : les caractéristiques de l’intégration de l’économie française dans l’économie mondiale », in L’Intégration de l’économie française dans l’économie mondiale, Paris, Economica, 1983.

« Les nouveaux cadres de la coopération industrielle », in Les Investissements français dans le Tiers monde, Paris, Economica, Jacques Bourrinet (dir.), 1984.

« Banques multinationales, firmes multinationales et économie mondiale », in Croissance, échange et monnaie en économie internationale. Mélanges en l’honneur de Monsieur le Professeur Jean Weiller, Paris, Economica, 1985.

« Le village planétaire », in Une économie mondiale, Paris, Hachette, « Pluriel Inédit », 1985.

« Les accords interfirmes internationaux : un cadre pour l’analyse », in Traité d’économie industrielle, Richard Arena et al. (dir.), Paris, Economica, 1988.

« Où en est la notion d’économie mondiale ? », in Investissement international et dynamique de l’économie mondiale, Marc Humbert (dir.), Paris, Economica, 1990.

« Globalisation, attractivité et politique industrielle », in Entreprise France-Made in France, Benjamin Coriat et Dominique Taddéi (dir.), Paris, Hachette, « Le Livre de Poche », vol. 2, 1993.

« France », in Governments, Globalization and International Business, John H. Dunning (dir.), Oxford, Oxford University Press, 1997.

« Enseignements pour l’avenir », in Les Investissements directs étrangers. Facteurs d’attractivité et de localisation, Driss Guerraoui et Xavier Richet (dir.), Toukbal & L’Harmattan, 1997.

« Un nouvel impératif de la politique industrielle dans la globalisation : l’attractivité », in Globalisation et politiques économiques. Les marges de manœuvre, Antoine Bouët et Jacques Le Cacheux (dir.), Paris, Economica, 1999.

« Une demande de régulation : terrorisme et globalisation », in Où va l’économie mondiale ? Scénarios et mesures d’urgence, Jean-Marie Chevalier et Olivier Pastré (dir.), Paris, Odile Jacob, 2002.

« La spécialisation internationale n’est plus ce qu’elle était », in Ordre et désordre dans l’économie monde, Pierre Dockès (dir.), Paris, PUF, 2002.

« Souveraineté nationale et mondialisation », in Mondialisation et gouvernance mondiale, Josepha Laroche (dir.), Paris, PUF, 2003.

« Attirer les investissements étrangers », in Des idées pour la croissance, Michel Didier (dir.), Economica&Rexecode, 2003.

« Quelle régulation pour la globalisation ? », in Les Nouvelles Régulations de l’économie mondiale, Paris, Karthala, 2005.

« Entreprises transnationales : conjoncture 2006-2007 », in L’État du monde 2008, Paris, La Découverte, 2008.

Articles

« La multinationalisation des entreprises françaises », in Revue Economique, n° 23 (4), 1972.

« La politique de financement de l’entreprise multinationale », in Cahiers de l’ISEA, série P, n° 20, juin 1972.

« Le transfert international de technologie et la firme multinationale », in Cahiers de l’Association Française de Science Economique, 1974.

« Un phénomène inhérent au besoin d’expansion mondiale des économies capitaliste », in Le Monde Diplomatique, juin 1974.

« The international transfer of technology and the multinational enterprise », in Development and Change, n° 7 (2), 1976.

« Transfert de technologie, firmes multinationales et internationalisation de la production », in Revue Tiers monde, n° 17 (65), 1976.

« A new approach to international economics », in Revue internationale de sciences sociales, n° 30 (2), 1978 (avec Bernadette Madeuf).

« Les BMN : nouvelle vague des multinationales », in Les Cahiers Français, n° 190, 1979.

« États, nations, firmes multinationales et capitalisme mondial », in Sociologie et Sociétés, (2), 1979.

« La transnationalisation des circuits monétaires et financiers », in Revue Tiers monde, n° 21 (81), 1980.

« Tendances récentes du capitalisme mondial », in Revue d’Economie Industrielle, n° 14 (4), 1980.

« Une nouvelle approche de la spécialisation internationale », in Revue d’Economie Industrielle, n° 17 (1), 1981.

« Crise mondiale, crise des multinationales », in Nouvelle Revue Socialiste, n° 65, 1983.

« Nationalisations-Internationalisation : un faux dilemme », in Revue d’Economie Industrielle, n° 23, 1983.

« L’émergence d’une économie mondiale », in Analyse Financière, n° 9, 1984.

« L’émergence de l’économie mondiale », in Cahiers du GEMDEV, n° 5, 1985.

« La mondialisation », in Les Cahiers Français, n° 229, 1987.

« Les multinationales dans la crise », in Les Cahiers Français, n° 229, 1987.

« L’évolution du débat multinationales et Tiers monde. Guerre et paix ou le grand retournement », in Revue Tiers monde, n° 28 (112), 1987.

« Vers un changement des structures des multinationales : le principe d’internalisation en question », in Revue d’Economie Industrielle, n° 47, 1989 (avec Michel Delapierre).

« Globalisation, attractivité et politique industrielle », in Cahiers du GEMDEV, n° 20, 1993.

« Investissements étrangers : les économies du sud de la Méditerranée sont-elles attractives ? », in Monde arabe, Maghreb-Machrek, hors série, décembre 1997.

« Configurations de la mondialisation, configurations du pouvoir », in Economies et Sociétés, n° 5, 2001 (série « Relations Economiques Internationales », n° 36).

« Les fusions-acquisitions dans le secteur énergétique : l’impact de la globalisation », in Economies et Sociétés, n° 1-2, 2001 (série « Economie de l’énergie », n° 8).

« La présence des investisseurs institutionnels étrangers dans les grandes entreprises françaises : logique financière ou logique industrielle ? » [en collaboration avec Michel Delapierre, Bernadette Madeuf, Christian Milleli], in Revue d’Economie Financière, n° 67, 2002.

« Une hypothèse de travail hétérodoxe : la déflation comme phénomène « réel » lié à la globalisation », in Cahiers du Cercle des Economistes, n° 1 (« Déflation : quel danger ? Quelles protections ? »), mars 2003.

« Participation des investisseurs institutionnels étrangers dans les grandes entreprises françaises : quels critères de sélection », in Economie appliquée, n° 6 (1), 2003.

« Que reste-t-il de Keynes pour comprendre la mondialisation ? », in L’Economie politique, n° 31, 3/2006.

« Dynamique des formes de délocalisation et gouvernance des firmes et des États », in Revue Française de Gestion, n° 177, 8/2007.

« Comment la globalisation oblige à remettre en cause certains concepts économiques », in L’Economie Politique, n° 36, 10/2007.

Notes

58 Maître de Conférences à l’Université Paris Diderot.
Les sections 1, 2 et 3 de ce chapitre sont dues à Renaud du Tertre, la présentation introductive de l’œuvre de Charles-Albert Michalet et la section 4 à Wladimir Andreff qui a également reconstitué la bibliographie de Charles-Albert Michalet mise en annexe du chapitre.
Les auteurs ont bénéficié de l’aide et des souvenirs de François Chesnais et de Michel Delapierre pour la rédaction de ce chapitre. Qu’ils en soient remerciés.

2 Centre d’Etudes et de Recherches sur l’Entreprise Multinationale, université Paris Ouest Nanterre La Défense.

3 Michalet Charles-Albert, L’Entreprise plurinationale, Paris, Dunod, « de l’entreprise », 1969.

4 Robinson Richard, International Business Policy, New York, Holt, Rienhart & Winston, 1964.

5 Perlmutter Howard, « L’entreprise internationale : trois conceptions », in Revue Economique et Sociale, mai 1965, p. 151-165.

6 Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères en France : stratégies et structures, Paris, Calmann-Lévy, 1976.

7 Voir Aglietta Michel, Les Principaux Traits contemporains de l’internationalisation du capital, Paris, INSEE, Unité de recherche (dactyl.), janvier 1974 ; Herzog Philippe, « développements de l’internationalisation du capital », in Économie et Politique, n° 198, janvier 1971 ; Hymer Stephen, « Internationalization of Capital », in Journal of Economic Issues, 6, n° 1, 1972, p. 91-111 ; Murray Robin, « Internationalization of Capital and the Nation-State », in The Multinational Entreprise, Dunning John (dir.), Londres, Allen & Unwin, 1971 ; Palloix Christian, L’Internationalisation du capital. Eléments critiques, Paris, Maspero, « et socialisme », 1975 ; SIFI, « du capital et processus productif : une approche critique », in Cahiers d’Economie Politique, n° 1, 1974, p. 9-121.

8 Sur le rapport de Michalet à l’analyse marxienne du capitalisme qui sera développée plus bas, voir aussi la contribution de François Chesnais (chap. 3) à ce volume.

9 Delapierre Michel, Madeuf Bernadette, Michalet Charles-Albert, Ominamnami Carlos, Nationalisations et internationalisation. Stratégies des multinationales françaises dans la crise, Paris, La Découverte/Maspero, 1983.

10 Michel Cicurel, Jean Klein, Michalet Charles-Albert, François Rachline, Christian Stoffaës, Une économie mondiale, Paris, Hachette, « Inédit », 1985.

11 Cette définition apparaît dès 1969 dans Michalet Charles-Albert, L’Entreprise plurinationale, op. cit., et elle est reprise dans Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, Paris, PUF, « en liberté », 1976, p. 20, puis dans la 2e édition entièrement refondue de 1985, « Introduction » p. 11.

12 La nécessité de rejeter la théorie pure de l’échange international est soulignée dès L’Entreprise plurinationale, op. cit., dans l’introduction, p. 18.

13 Selon ses propres termes, Michalet cherche à inscrire son ouvrage sur Le Capitalisme mondial dans une perspective iconoclaste qui renouvelle les fondements de l’approche de l’économie mondiale (op. cit., 1re éd., p. 9-11, et 2e éd., p. 9).

14 Coase Ronald, « Nature of the Firm », in Economica, 4, n° 16, 1937, p. 386-405.

15 Hymer Stephen, The International Operations of National Firms, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1976. Cet ouvrage de Hymer correspond à sa thèse de PhD, effectuée sous la direction de Kindleberger et soutenue en 1960. Elle sera éditée après la disparition prématurée de l’auteur en 1973.

16 Economic Analysis and the Multinational Enterprise, Dunning John H. (dir.), Londres, Allen & Unwin, 1974.

17 Buckley Peter et Casson Mark, The Future of the Multinational Enterprise, Londres, Macmillan, 1976.

18 Hymer Stephen, « grande corporation multinationale », in Revue économique, 19, n° 6, 1968, p. 949-973.

19 Rowthorn Robert et Hymer Stephen, International Big Business, 1957-1967 : A Study of Comparative Growth, Cambridge (Eng.), Cambridge University Press, 1971. La rencontre de Stephen Hymer avec Robert Rowthorn en 1970 a joué un rôle décisif dans l’orientation de ses travaux selon une problématique d’inspiration marxiste ; voir Buckley Peter J., « Hymer : Three Phases, One Approach ? », in International Business Review, 15, n° 2, 2006, p. 140-147.

20 Critiques exposées dans Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères en France : stratégies et structures, op. cit., p. 46-50 et p. 254 ; elles sont ensuite développées dans Le Capitalisme mondial, op. cit., dans la 1 re édition de 1976, p. 102-108 et p. 137-139, et dans la 2e édition de 1985, p. 283-288. Michalet regroupe les approches de Hymer et Murray sous le label quelque peu caustique de « nouvel ultra-impérialisme », en se référant à la thèse de Kautsky, bien qu’ignorée par les deux auteurs. Avec le recul du temps, l’expression de « ultra-impérialisme » qui leur est attribuée apparaît très outrancière, mais l’expression mérite d’être relevée parce qu’elle témoigne de la vivacité des controverses des années 1970 entre les auteurs qui se référaient à Marx. Cependant sous la plume de Michalet, il faut plutôt prendre l’outrance du verbe comme un trait d’humour, une provocation venant de la part de quelqu’un qui s’est toujours vigoureusement attaché à n’appartenir à aucune chapelle.

21 Hymer Stephen, « Multinational Corporation and the Law of Uneven Development », in Economics and World Order, Bhagwati Jagdish (dir.), New York, Macmillan, 1972, p. 113-140.

22 Chandler Alfred, Strategy and Structure, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1963.

23 Murray Robin, « Internationalization of Capital and the Nation-State », op. cit.

24 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., 1re éd., p. 108-111 ; 2e éd., p. 288-292.

25 En 1972, Michalet fait un séjour dans le centre de recherche dirigé par Raymond Vernon depuis 1965, le Multinational Entreprise Project à la Harvard Business School.

26 Vernon Raymond, « Investment and International Trade in the Product Cycle », in Quarterly Journal of Economics, mai 1966, p. 190-207 ; Vernon Raymond, Sovereignty at Bay : The Multinational Spread of U. S. Enterprises, New York, Basic Books, 1971 ; trad. française : Les Entreprises multinationales, la souveraineté nationale en péril, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

27 Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, La Multinationalisation des entreprises françaises, Paris, Gauthier-Villars, 1973.

28 La seconde édition du Capitalisme mondial dresse un bilan concernant la multinationalisation des entreprises sur plus d’une vingtaine d’années, du début des années 1960 jusqu’au début des années 1980 (op. cit., p. 62-74).

29 Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères en France : stratégies et structures, op. cit.

30 Ibid., p. 16-18.

31 La première ébauche de cette distinction se trouve dans l’opposition effectuée entre filiales de commercialisation et filiales de production dans Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, La Multinationalisation des entreprises françaises, op. cit.

32 Delapierre Michel et Michalet Charles-Albert, Les Implantations étrangères en France : stratégies et structures, op. cit., p. 38-40.

33 Michalet Charles-Albert, Le Capitalisme mondial, op. cit., 1re éd., p. 149-162, et 2e éd., p. 56-62.

34 La refonte de l’ouvrage dans la 2e édition de 1985 introduit trois changements majeurs par rapport à la 1re édition de 1976. D’abord, l’ajout de deux nouveaux chapitres : sur «’internationalisation bancaire » (Ire Partie) et sur l’opposition entre « des firmes multinationales et espace des Nations » (IIe Partie). Le second changement consiste à adopter une progression plus didactique dans l’analyse en passant de l’observation empirique du comportement des FMN à une interprétation théorique de la dynamique de l’économie mondiale, ce qui conduit à inverser les deux parties de l’ouvrage d’une édition à l’autre. Le troisième changement réside dans une réorganisation des chapitres théoriques de la IIe Partie, qui a pour but de distinguer plus nettement trois niveaux de réflexion : tout d’abord les ruptures à opérer vis-à-vis des théories centrées sur l’échange international, qu’il s’agisse de la théorie néoclassique ou de l’analyse marxiste, ensuite les insuffisances des approches d’inspiration marxiste qui cherchent à appréhender l’économie mondiale en tant que système global, et enfin la mise à jour des principaux traits caractéristiques de la dynamique de l’économie mondiale et de sa crise (dont la crise des années charnières 1979-1981).
Dans la discussion, nous nous réfèrerons prioritairement à la 2e édition du Capitalisme mondial, tout en indiquant les passages correspondant de la 1re édition, l’ouvrage est noté CM suivi de ses dates d’édition.

35 Marx Karl, Le Capital, Livre III, in Œuvres. Économie, Paris, Gallimard, « de la Pléiade », 1965-1968, tome II.

36 Luxemburg Rosa, L’Accumulation du capital, Paris, Maspero, 1967 [1913].

37 La valeur de la force de travail dans une économie donnée est déterminée par la quantité d’heures de travail incorporées dans le panier de biens salariaux qui assurent la reproduction de la force de travail dans cette économie à une date donnée.

38 La double rupture attribuée par Michalet à l’analyse de Marx vis-à-vis de la théorie de l’échange international est incontestable lorsque l’on se réfère à l’analyse néoclassique. Celle-ci fait reposer l’équilibre international sur la formation d’un système de prix relatifs unique pour tous les pays co-échangistes. Ce système de prix assure une stricte égalité dans l’échange sur le marché mondial. En revanche, la rupture envisagée par Marx peut être mise en doute lorsque l’on s’intéresse à la théorie des coûts comparatifs de Ricardo et qu’on la resitue dans le contexte de Des principes d’économie politique et de l’impôt. Marx adopte dans le Livre III du Capital, à propos de la baisse tendancielle du taux de profit, une approche fonctionnelle de l’échange international qui s’intéresse aux conséquences des échanges extérieurs sur l’économie nationale. Il omet en revanche d’envisager les causes qui, au préalable, sont à l’origine de sa spécialisation internationale. Or, poser cette question implique de revenir à la théorie classique des avantages comparatifs inaugurée par Ricardo et que Marx n’a jamais citée, ni a fortiori jamais critiquée explicitement. En effet, le retour à la loi des coûts comparatifs permet de rompre avec les présupposés de l’analyse néoclassique à condition d’interpréter les avantages comparatifs chez Ricardo non seulement en termes réels, comme dans l’interprétation néoclassique, mais aussi en termes monétaires, comme l’indique explicitement Ricardo lui-même à plusieurs reprises. Voir du Tertre Renaud, « loi des coûts comparatifs et la formation des prix internationaux chez Ricardo », in Cahiers d’économie politique, n° 55, 2008, p. 113-140.

39 Lénine Vladimir Ilitch, Impérialisme, stade suprême du capitalisme, Paris, Éditions sociales, 1971 [1916].

40 Boukharine Nicolas, L’Économie mondiale et l’impérialisme, Paris, Anthropos, 1971 [1915].

41 Amin Samir, Le Développement inégal, Paris, Les Éditions de Minuit, 1974.

42 Emmanuel Arghiri, L’Échange inégal, Paris, Maspero, 1969.

43 Le cycle de valorisation du capital est symbolisé par la formule de Marx : A-M. {P}. M’-A’, où A et A’désignent le capital-argent détenu respectivement avant et après la mise en œuvre du processus de production, M et M’le capital-marchandise qui représente respectivement les marchandises (produits à transformer et forces de travail) employées pour produire de nouveaux biens et les marchandises nouvellement produites en fin de cycle, P le capital-productif recouvre le capital immobilisé dans le processus de production pour produire de nouveaux biens (Le Capital, Livre II, op. cit., p. 509-559).

44 C’est ici que réside l’essentiel de la controverse qui oppose Michalet (Le Capitalisme mondial, op. cit.) et Palloix (L’Internationalisation du capital. Eléments critiques, op. cit.).

45 L’Intégration de l’économie française dans l’économie mondiale, Michalet Charles-Albert (dir.), Paris, Economica, 1984.

46 La dernière section du chapitre 7 de la 2e édition du Capitalisme mondial reprend et développe l’approche et les conclusions sur ce point d’un ouvrage collectif du CEREM : Delapierre Michel, Madeuf Bernadette, Michalet Charles-Albert, Ominami Carlos, Nationalisations et internationalisation. Stratégies des multinationales françaises dans la crise, op. cit.

47 Michalet Charles-Albert, Qu’est-ce que la mondialisation ?, Paris, La Découverte, 2002.

48 Michel Aglietta a été le premier à expliciter les termes du débat sur la régulation de l’économie mondiale dans le contexte d’une internationalisation du capital productif en insistant sur la contrainte inhérente à la reproduction du capital sur une base nationale dans le cadre d’une économie monétaire ; Aglietta Michel, Les Principaux Traits contemporains de l’internationalisation du capital, op. cit.

49 Sur la nature du système de prix internationaux de production : Aglietta Michel, « comparatifs, valeur internationale et taux de change tendanciel », in Économie et finance internationales, Reiffers Jean-Louis (dir.), Paris, Dunod, 1982, p. 320-346, et du Tertre Renaud, « loi des coûts comparatifs et la formation des prix internationaux chez Ricardo », op. cit.

50 Aglietta Michel, Les Principaux Traits contemporains de l’internationalisation du capital, op. cit., p. 50-55.

51 Michalet Charles-Albert, « régulation pour la globalisation ? », in Les Nouvelles Régulations de l’économie mondiale, Michalet Charles-Albert et Hugon Philippe (dir.), Paris, Karthala, 2005, p. 33-47

52 Michalet Charles-Albert, « demande de régulation : terrorisme et globalisation », in Où va l’économie mondiale ? Scénarios et mesures d’urgence, Jean-Marie Chevalier et Olivier Pastré (dir.), Paris, Odile Jacob, 2002, p. 169-203.

53 Michalet Charles-Albert, Le Défi du développement indépendant, Paris, Éditions Rochevignes, 1983.

54 Bouin Olivier et Michalet Charles-Albert, Le Rééquilibrage entre le secteur public et le secteur privé. L’Expérience des pays en développement, OCDE, 1991.

55 Ce volume de l’OCDE paraît au moment où la transition dans les « de l’Est » s’appuie sur des privatisations accélérées, y compris la privatisation de masse, méthode que la Banque mondiale (World Bank, Transition - the first ten years : Analysis and Lessons for Eastern Europe and the former Soviet Union, Washington D. C., 2002) finira par ne plus recommander en raison de ses résultats non seulement discutables (voir Andreff Wladimir, « Privatisation at Bay : Some Unresolved Transaction and Governance Cost Issues in Post-Soviet Economies », in The Institutional Economics of Russia’s Transformation, Oleynik Anton (dir.), Aldershot, Ashgate, 2005), mais surtout à cause des escroqueries scandaleuses qu’elle a engendrées. La lecture de Bouin-Michalet, et de leur plaidoyer en faveur de la privatisation par offre publique de vente, aurait dû être conseillée aux experts en privatisation post-communiste !

56 Michalet Charles-Albert, La Séduction des nations ou Comment attirer les investissements, Paris, Economica, 1999. Voir la contribution de Andreff Wladimir (chap. 14) au présent volume, consacrée en partie à cet ouvrage.

57 Au début des années 1960, il était l’enseignant le plus prisé de la Faculté de Droit de Dijon, notamment son DES d’histoire de la pensée et histoire économique. Normalien en philosophie, étudiant de Kojève et Gurvitch, auteur d’une thèse de doctorat sur Keynes avec François Perroux, il donnait une large place à la Théorie générale de Keynes et à la Théorie de l’évolution économique de Schumpeter dans ses cours et il intervenait par ailleurs dans le séminaire d’Althusser, rue d’Ulm. Il a publié un livre académique (Marx et l’histoire, Paris, L’Herne, 1972) et au moins trois livres de critique cinématographique, dont un sur l’actualité du cinéma américain. Il a exercé une forte influence sur ses étudiants, y compris Michalet et Chesnais.

58 Les rapports de Michalet avec le cinéma retracés ici s’appuient sur les souvenirs de François Chesnais, à l’époque initiateur du ciné club étudiant de Dijon avec l’aide de la Fédération des oeuvres laïques.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable